mardi 12 novembre 2019

Sonate d'automne




Ce n'est pas encore le vent d'arrache-froid, celui qui serre le coeur sous les fourrures. Les feuilles sont toujours là, dans la majesté déclinante du couchant, elles frémissent d'or aux commissures du ciel. La lune gelée n'a pas encore grisé les labours et les terres dures de sa clarté de givre. Ce n'est pas encore l'hiver accrochant ses étoiles blanches aux toiles d'araignées. Non, c'est cette saison intermédiaire, une saison de feux et de lieux, semant dans l'air ses bruits de champignons qui poussent et de fumées qui crépitent, sous les mains des fendeurs de bûches. Hiver sera-t-il rude?  Un bel arbre a surgi de la verdure, comme un défi. Ses feuilles resplendissent de leur finitude prochaine, comme un acteur au soir de la dernière.

Les oiseaux convoquent leur faim, de leurs
 trilles pathétiques.
En rentrant, on mettra les doigts en coquillage autour de la tasse de thé fumante, pour oublier le froid coupant. On écrit le soleil plus qu'on ne le voit. La nuit tombe à grand bruit. Novembre. On en avait peur, on l'apprivoise. C'est la saison emplie de brumes où l'on se retourne sur son passé, en cheminant de souffle et de fraîcheur. La rosée perle. Les jardins soupirent. On a le temps de faire le point. Les peurs de l'enfance s'éloignent,  se dissipant comme buée sur les vitres. 


Au mur, l'ampelopsis revêt mille couleurs. Le vert perd du terrain. On est bien, entre chien et loup , tout emmitouflé de pourpre. On pense à la nature, si constamment étonnante et belle. On pense que la mort pourrait nous cueillir là, comme ça, en toute confiance, avec un livre ouvert sur les genoux. On n'en est pas triste. On aime penser que la sérénité vient sans bruit remplacer l'inquiétude.
On se serre davantage. On pense au clairon qui sonna l'Armistice, à la folie rouge garance et bleue des Vosges. Aux grands trous rouges au côté droit, à la boue des tranchées. On avance. On contemple sa chance à travers chaque brindille, à chaque pas que l'on fait pour essayer de devenir meilleur.
Le vinaigrier compose un tableau de bon élève de la forêt. Il étale ses polychromes comme un paon faisant la roue, avec la fierté innocente d'un enfant. On pense aux enfants, à leur langue tirée quand ils s'appliquent, au regard du cancre par la fenêtre, pour regarder passer l'oiseau de lumière et de plume. Aux craies qui dansent sur le tableau noir. On pense à l'enfant, celui qui s'est évanoui au coeur de l'été, sur l'aile d'un ange, en laissant derrière lui la tristesse infinie. On a envie de croire qu'il nous fait signe par ces teintes enfantines.
C'est la fin de la promenade. Mozart joue dans les feuilles les dernières notes de sa symphonie de lumière. On pense à l'amie qui souriait au marché ce matin, aux mots positifs, à l'arcade de son sourire. On va rentrer, allumer la cheminée, penser à la Terre qui bat faiblement sous les arbres, comme un coeur un peu malade de la bêtise des hommes. On va penser au bonheur d'être, quelque part sur ce coin de planète où il fait si bon vivre malgré tout. On va oublier la cendre et la brûlure, la limaille du négatif qui ronge les doigts, on va oublier les agitations, les discours creux qui ricochent. Et prendre sa place dans le concert troublant du monde. Craquant comme une châtaigne.

¸¸.•*¨*• ⭐️¸¸.•*¨*•⭐️

108 commentaires:

  1. l'Amie en questionmardi, 12 novembre, 2019

    Je lis, je vis, je bois du nectar à la lecture de ce billet et un seul mot vient au bout de ma plume -merci de partager avec toi l'amour de l'automne-; Je t'embrasse chaleureusement

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Et moi je bois du petit lait à te lire, douce amie
      Merci pour cet enthousiasme qui fait chaud au coeur. (et il y en a bien besoin en ce moment, entre tremblement de terre et chute de neige glaçante !)
      Bisous
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  2. Dieu que tes mots sont beaux, chère Céleste sur les sentiers hasardeux des grands et petits bois. Tu nous mêles à chacun de tes voyages s'ouvrant à tous tes horizons... là où tu câlines et embrasses le doux front du silence médian des saisons qui vont et viennent ! Mozart chante encor' et se cache sans oublier le bonheur symphonique qui se partage...
    Merci, vraiment pour cette émotion à te lire en suivant tes pas.
    Bisous du soir.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai vraiment aimé cette balade d'or et de rouge...
      Aujourd'hui, après une nuit incertaine, sans eau, sans électricité, je me suis réveillée devant un paysage tout blanc, les arbres ont craqué sous le poids de la neige lourde, et leurs branches gisent lamentablement...
      La nature a plus d'un tour dans son sac.
      Merci pour tes mots chère Den
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
    2. En quelques mots tu es passée de l'automne à l'hiver... la nature a revêtu ses habits blancs, démontrant une fois encore sa force et sa toute puissance...fracassant ces pauvres petites branches écroulées par la lourdeur de la neige glacée... après le séisme, le manque d'eau, de lumière, par une nuit brouillée, floue comme certains nuages.... courage à toi chère Céleste dans la nébulosité hivernale qui chante autrement.
      Gros bisous.

      Supprimer
    3. Merci Den. J'avoue que cela fait beaucoup en une semaine...
      Si Dame Nature pouvait oublier un peu la Drôme...
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  3. Tu me ferais presque oublier qu'ici, le vent est glacial et commence à mordre. Bah , ça va passer (en attendant ton chant sur l'hiver).

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mon chant sur l'hiver risque d'arriver plus tôt que prévu...
      le sud de la France est prisonnier d'une gangue gelée depuis hier...Gros bazar sur l'autoroute, ici tu sais bien, on est débordés dès qu'il y en a vingt centimètres...
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  4. C'est beau comme une forêt enluminée de couleurs chaudes, un peu pour nous consoler de la fuite du soleil. Mais déjà Eole dénude les arbres.
    Les châtaignes sont tombées, la récolte fut bonne.
    La maison entre doucement en somnolence. Lorsque le soleil nous comble de ses rayons, il la réchauffe généreusement et dès qu'il s'absente la cuisinière à bois ronronne d'aise à prendre le relai.
    Fini les grands travaux extérieurs, il est temps de dorloter le nid.

    Ti abbraccio Cara e TVB

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'aime beaucoup quand tu poétises, Blutchiamo.
      Et je suis d'accord avec toi. Il ne fait pas un temps à mettre un blogueur dehors. Dorlotons le nid...Mais ...aïe ! la température du nid chutera dangereusement si la panne de courant perdure...
      Il reste la chaleur humaine et l'amour...
      Ça réchauffe pas mal !
      Ti abbraccio anch'io
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
    2. 3e tentative de commentaire.
      Hadès, dieu des enfers nucléaires t'a donc privé de sa lumière...
      Atlas a fait un faux-pas (ou peut-être s'est-il pris la tête avec Gaïa)et il en est résulté une agitation tellurique mal à propos.
      Dans ta région, les Dieux deviennent turbulents...
      Molto baci

      Supprimer
    3. Ben entre le tremblement de terre et les vingt centimètres de neige lourde, on peut dire qu'on pédale dans le nougat par ici...
      Baci ❤️
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  5. tu donnes des envies de balades en forêt :-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'était fait pour cela !
      J'aime partager des émerveillements simples et à la portée de la première paire de baskets...
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  6. Sinon, qu'est-ce qu'il y a de bien au cinéma ?

    Bleck

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mouarf ! tu m'as bien fait rire quand je t'ai lu. Sacré toi va !
      Je te proposerais bien Sonate d'automne, mais j'aurais l'air d'insister...Et puis, Bergman...bon bref,!
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  7. S'il ne faisait pas si froid j'irais traîner sur les chemins de la forêt de Montargis.
    (Celle-là parce que personne n'y vas et que du coup elle est super chouette)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci d'avoir écrit un billet, j'aime bien quand je t'inspire.
      J'irais poser ma patte dessus tout à l'heure
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  8. Après cette première lecture en salle d'attente, je fus poussé à rechercher une belle illustration sonore de mon ressenti...
    Et je suis tombé sur cette belle interprétation de la sonate n°28 de Beethoven..... https://youtu.be/K5B8IRyiO0A
    Une évocation tout en douceur...., tel ce passage "On pense que la mort pourrait nous cueillir là, comme ça, en toute confiance, avec un livre ouvert sur les genoux. "

    Et là je m'arrête un instant sur cette mort qui tout récemment vint cueillir tante Christiane au creux de son sommeil....tout en douceur.

    A l'opposé de cette mort idéale en fin d'existence, ta trace de balle qui unit bleu et rouge dans le liquide encore chaud du soldat blessé au champ d'horreur,
    cette trace me montre le chemin.de tristesse qui vint ce dimanche atteindre Sylvie ma cousine.....dans cet aspect injuste de la mort trop précoce d'un conjoint.....

    Te remerciant pour cette belle évocation de l'automne, je m'apprête à partir et je repose a nouveau le bras du tourne disque sur la sonate de Beethoven..

    Bises mélancoliques

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ton commentaire me fait penser au poème de Lamartine, mis en musique par Brassens
      « Pensée des morts »
      Voici un extrait :
      C'est la saison où tout tombe
      aux coups redoublés des vents
      un vent qui vient de la tombe
      moissonne aussi les vivants
      ils tombent alors par mille
      comme la plume inutile
      que l'aigle abandonne aux airs
      lorsque des plumes nouvelles
      viennent réchauffer ses ailes
      à l'approche des hivers

      Toutes mes condoléances pour ta tante et ta cousine.
      Je t'embrasse
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  9. L'automne j'ai froid. Les jambes glaciales. Si je pose le pied sur un froid carrelage, je le trouve chaud.
    L'automne c'est par ma fenêtre, devant le radiateur. Heureusement il y a plein d'arbres. La plupart sont encore verts, d'un vert qui fonce peu à peu et bientôt se transformera dans des tons de chevelure.
    L'automne m'apprend l'ouverture par le repli. L'économie du geste. L'apprivoisement de la vieillesse.
    Je n'ai qu'un regret en forme de légèreté, ce serait d'avoir une cheminée à feu de bois. Encore faudrait-il que je sache l'allumer…
    (ce commentaire ne doit pas être considéré comme triste, ce qu'il n'est pas, je m'adapte à tout ce qu'il m'est donné de vivre)
    bises couleur du temps.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci d'avoir évoqué ce que l'automne représente pour toi, une saison pas triste mais un peu difficile.
      j'entends, je comprends, je compatis.
      Je t'embrasse cher Alain. En quelques lignes, tu sais dire des choses essentielles depuis toujours.
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  10. C"est superbe ma Miss W. Tout cela m'évoque un automne de la vie, et le clairon, si présent en ma région.Et une fin de règne. Comme un glas. On sait bien pour qui sonne le glas. Je t'embrasse Angel Baby. Ces passages là étaient bien.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, le clairon, et l'ombre de tous ces grands combattants glissés dans les tranchées de l'innommable.
      Et ce thème de la fin, si fort chez toi, mais ce n'est pas encore l'heure tu sais bien.
      Trop de choses encore à lire, à voir, à partager, de musique à entendre...ça compte non ?
      Je t'embrasse de tout coeur.
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  11. Novembre. On en avait peur, on l'apprivoise. C'est la saison emplie de brumes où l'on se retourne sur son passé,
    Natif de brumaire, le gars prend ce passage de ton billet, et le garde.
    A plus, ma petite Celle qui, es si mignonne...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai failli te fêter ton anniversaire, si seulement tu me disais quel jour de brumaire tu es né ...
      Merci mon petit Bof qui est si chou, d'être revenu traîner tes guêtres par ici. Ça faisait longtemps...
      Bisous
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  12. Et cette impression d'être dans le jardin de mon père, humide et ambré.... On en aimerait novembre avec toi :-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu sais je n'ai pas toujours aimé novembre...C'est quand même un mois de terre et d'ombre, qui m'a longtemps fait penser à un tunnel dans lequel on s'enfonce...
      Mais depuis quelque temps, je m'applique à aimer chaque saison, et ça ne me pèse même plus...Va savoir pourquoi ?
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  13. La belle qui chantait "pou pou pidou" est partie il y a bien longtemps, ce matin c'est mon Poupou... Notre Poupou qui est parti, sans faire de bruit, sans faire bruisser les feuilles de châtaigniers de son cher Limousin, la liste est longue des "viocs" de m'n'âge qui dévissent depuis quelques temps... Putain Andy accroche toi Dedieu ! ];-D

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est un cycliste qui n'a pas dû abuser de la seringue pour arriver octogénaire, et c'est peut-être pour ça qu'il était toujours derrière Anquetil... Cette fois Pou-pou est arrivé à la fin du tour avec 30 ans de retard sur Jacquot la seringue, il y a des compètes où il vaut mieux ne pas être pressé.
      Et à propos de prendre son temps, on ne te fera pas d'embrouilles si tu gardes encore quelques brassées d'années devant ton guidon.
      Je veux pouvoir lire le billet que tu écriras pour tes 100 balais.

      Supprimer
    2. Espérons que Pou-pou, en arrivant au paradis des célèbres–ébriétés, tombera dans les bras de Laforêt sans être marri, mais heureux de retrouver une vigueur printanière qui le remettra en selle.

      Supprimer
    3. @Andiamo
      Oui Poupou était aimé des Français je crois...Et « vas-y Poupou » est presque devenue une expression du dictionnaire...
      Mais allez, moi je pense comme Bluchy, tu vas nous enterrer tous.
      Baci caro mio
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
    4. @Blutchy
      Tu as raison, Poupou était clean, c'est pour cela qu'il a vécu si longtemps...
      Les excités de l'EPO et autres substances feraient bien d'en prendre de la graine...
      Quant à notre Andi national, je sais que les drogues auxquelles il s'adonne sont tout ce qu'il y a de plus légales...;-)
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
    5. @Alain
      Hé hé ! Jolie pirouette que d'associer ces deux chers disparus à quelques jours d'intervalle...
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  14. Coucou. L'automne, ma saison préférée, mais parfois aussi détestée, quand la pluie froide tombe et que je dois marcher dans les brumes. Mais quel ravissement quand je rentre au chaud et que je serre les mains autour d'une grande tasse de thé, humant l'odeur de la maison, des bois qu'on vient de traverser. Mais chez moi, ma belle, c'est déjà l'hiver. ;-) Bises alpines.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Eh bien, je vais te surprendre, mais chez moi aussi, l'hiver vient de tomber à grand bruit, en fracassant des chênes cinquantenaires, et en coupant du monde la maison où je vis : plus d'eau, plus d'électricité, plus de chauffage...
      Oups ! je me suis mise au chaud dans un bar pour recharger mes appareils connectés.
      Hier soir veillée aux chandelles et guitare. c'était bien.
      Bises glacées
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  15. Eh oui, Célestine...
    C'est novembre, le mois de l'anthocyane. Il faut en profiter, Décembre sera noir et blanc...
    Bisous,
    Mo

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci de m'avoir appris le mot anthocyane que je ne connaissais pas...
      C'est un bonheur !
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  16. mêmes les mitaines ne peuvent apporter autant de chaud
    au coeur que de te lire chère Célestine
    Je commence ma journée avec une énergie céleste
    big 💋

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ravie de te servir de radiateur, chère jak !
      Ou d'écharpe de laine plutôt, ce sera plus poétique...
      Big bisou à toi aussi
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  17. Avec une hanche toute neuve, me voici bloquée pour quelques semaines à la maison. L'automne est une bonne période pour cela. De mes fenêtres j'ai une large vue sur les arbres changeants, les vols d'oiseaux rasant la rivière. Une énorme pile de livres, un conjoint qui s'initie à la cuisine. Ta sonate d'automne me parle tout particulièrement chère Célestine !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'aime beaucoup ton programme, chère Anne**, contemplation, lecture et un épouxaux petits soins...
      Et je te souhaite le plus doux des rétablissements, en attendant le printemps où tu pourras profiter de ta hanche toute neuve pour te promener au milieu des arbres en fleurs...
      Bisous joyeux
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  18. Un texte flamboyant, en même temps que doux et pudique. J'aime quand tu dessines Novembre de ta plume de fée ♥ Et tes photos sont très jolies, surtout les deux dernières qui me plaisent beaucoup. Merci pour cet instant de poésie chère Célestine. Je t'embrasse.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, j'ai oublié de mettre que les photos sont de moi (pour une fois que je ne les prends pas sur le net...
      Merci d'apprécier ma balade comme je l'ai écrite. Entre émerveillement et mélancolie.
      je t'embrasse fort moi aussi
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  19. Nous sommes quand même ici à trois mille lieues au-dessus de ce que fait Philippe Delerm avec le "on" et les phrases courtes au présent.

    Et cet alexandrin, mazette ! Au mur, l'ampelopsis revêt mille couleurs.

    Sérieux, on ne regrette pas d'être viendu ! ;-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu as raison, le mot "furtives" était en trop, et alourdissait mon alexandrin.
      Merci merci, oncle connaisseur, pour tes paroles élogieuses qui me font rougir comme un ampelopsis des murailles
      Et merci d'être viendu.
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  20. L'automne brasillant et nostalgique te va bien Célestine !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci ma belle. je crois en effet que je me suis fait de novembre une parure, plutôt que de m'en plaindre comme je faisais auparavant..
      Bises
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  21. Tiens le coup Andiamo. Je te bise.
    On est costaud en Limousin. ;-) Marité.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Andiamo n'est pas limousin, mais il est du bois dont on fait les braves !
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
    2. Segur, il serait pas mon aîné, je l'adopterais...

      Supprimer
    3. On n'a pas le droit d'adopter son aîné ?
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
    4. Pierre Dac avait fait enregistrer par la mairie du 17e (sauf erreur) Jacques Pessis comme neveu d'adoption.
      Rien ne s'oppose donc ce que Bof adopte Andiamo comme oncle, grand frère ou cousin d'adoption.

      Supprimer
    5. Chouette alors ! On va fêter ça ...
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  22. Je l'ai vu ce film. C'est avec Ingrid Bergman et Liv Uhlmann. Et bien sûr avec l'automne qui joue son propre rôle. Je me souviens d'une tristesse. Le tien ne l'est pas, c'est une sonate de couleurs.
    Chez moi, je suis content de cet automne pluvieux qui ramène du vert un peu partout après cet été si sec.
    Bises.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je ne me souviens pas de l'avoir vu. La bande annonce ne me dit rien (à part qu'elle me rappelle le sketch des inconnus « Theresa » lol!) Mais il est vrai que les films de Bergman ne sont pas spécialement gais...
      Mon titre m'est venu parce qu'en écrivant j'écoutais une sonate de Mozart...
      Automne pluvieux d'accord. mais Neigeux, j'avoue que c'est un peu tôt pour me plonger dans une ambiance de Noël...
      Bises Patrick
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  23. Mon Dieu que c'est beau ;-) "Ce n'est pas encore le vent d'arrache-froid, celui qui serre le cœur sous les fourrures. On mettra les doigts en coquillage autour de la tasse de thé fumante. Les jardins soupirent. On a le temps de faire le point. On est bien, entre chien et loup , tout emmitouflée de pourpre. On pense que la mort pourrait nous cueillir là, comme ça, en toute confiance, avec un livre ouvert sur les genoux. On n'en est pas triste. Le bonheur d'être, quelque part, sur ce coin de planète où il fait si bon vivre malgré tout. "
    Quel talent Célestine ! Une impression d'être à l'intérieur de ce tableau... :-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'aime bien quand les lecteurs pointent les passages qu'ils aiment...
      Ainsi je me rends mieux compte de vos goûts, de vos sensibilités...
      Merci Biche* pour tes encourageantes remarques.
      J'aime me dire que mon texte est un tableau, moi qui aurait tant aimé savoir peindre...
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  24. Tu le raconte si bien ton automne… Le nôtre, ici, n'a pas vraiment laissé le temps au flamboiement de s'installer. La pluie et le vent ont eu raison de l'or et du pourpre. Même s'il en reste par-ci, par-là, au gré des champs labourés et de la boue retournée. Ce matin le givre a dentelé les branches déjà nues. Tes mots sont vraiment beaux, merci à toi… bises

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le givre a dentelé les branches déjà nues...c'est joli ça, ma Brizou. Un bel alexandrin qui plairait à Joe Krapov !
      J'aime !
      Et je t'embrasse chère Bretonne
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  25. Quel magnifique texte, on sent vraiment que tu es bien, vraiment bien, ancrée, sereine, apaisée. Et ça fait du bien de te lire….

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui je me rends compte que je prends les choses avec philosophie, y compris celles qui m'énervaient il y a peu...
      Je dois vieillir ! ;-)
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  26. Magnifique texte/poème sur l'automne, Célestine. J'aime beaucoup.
    L'automne est bien là, oui, et l'hiver aussi aujourd'hui ! Chez moi, il neige à gros flocons et l'herbe est en train de blanchir à vive allure. Les vaches dans le pré à côté ont l'air d'apprécier car elles gambadent comme des folles, leurs veaux à leur trousse ! J'adore les regarder.
    Belle fin de journée, gros bisous.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu es une contemplative, je crois même que par moments, tu me bats en contemplation...
      Moi j'ai regardé un moment les flocons tomber ce matin, mais depuis hier, l'absence d'électricité et de chauffage me plombe un peu le moral...Alors quelle joie de trouver un radiateur accueillant et une prise électrique pour pouvoir bloguer ! Mince, ça va être dur, la transition écologique... ;-)
      Bisous ma belle
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  27. Comme il est beau ce billet ma petite Célestine ! Il me ferait presque oublier que je n'aime pas cette saison, ou le vent et la pluie se mêlent aux jours trop courts. Merci d'aimer ainsi la vie, de le dire, de l'écrire, ça fait du bien les personnes comme toi, qui voient la beauté en chaque chose, en chaque sourire, pour les personnes comme moi un peu abîmées (pour l'instant) par les monstres qui gangrènent la mémoire. Merci, gratitude aussi. Je t'embrasse.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je sais que ce n'est pas toujours simple pour toi, mais je sais aussi que tu vas y arriver...
      J'y crois très fort. Et tu sais pourquoi, je pense...
      Oui, j'aime la vie malgré toutes les misères qu'elle m'a faites, parce que j'aime les belles choses qui m'ont permis de tenir le coup dans les tempêtes, et ça, ça n'a pas de prix...
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  28. "La couleur est la gloire de la lumiere " Jean Guitton
    Je mettrais volontiers des majuscules à Gloire et à Lumiere..
    Lumiere frissonnante et moirée que tes mots tissent ,
    Lumiere bouleversante de beauté de la Création....
    Je t'ai lue au bord du Lac , emplie de gratitude, inversant en pensées cette citation de Picasso, "quand je n'ai plus de bleu je mets du rouge" devant l'eau bleuie et transie , prête à cueillir sur le bout de la langue la première saveur de neige...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est ton commentaire qui est bouleversant, Lucile.
      Comme toi la beauté du monde naturel m'emplit de gratitude infinie, et je rends grâce à chaque instant d'avoir des yeux, des oreilles et tout ce qui me permet de goûter à cette joie pure.
      Merci pour Guitton, pour Picasso, et pourtout ce que tu écris et qui me comble.
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  29. Elle est belle, ta promenade frissonnante mais pleine de regards bienveillants aussi... Il me faut toujours un peu de temps pour me faire à l'automne, et je n'y arrive jamais à fond d'ailleurs... Ce n'est pas ma saison...

    Baci sorellita!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai longtemps été comme toi. Ce matin, devant le froid bleuissant qui a effacé le tableau magique des couleurs, je suis tout à fait comme toi. Je n'ai jamais réussi à me faire à l'hiver.
      Ni un peu, ni complètement.
      Baci bella ragazza
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  30. mais quel bonheur de venir lire ici comme au coin d'un bon feu, je t'aime et t'en remercie

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci pour ce cri du coeur qui me touche beaucoup, ma chère Sylvie.
      Je t'embrasse
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  31. Que Novembre est beau parés de tes mots !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je n'en crois pas mes yeux moi-même.
      Tu te souviens ce que j'écrivais avant ?
      Je n'aime pas novembre. C'est plus fort que moi, rien que la combinaison brumeuse de ces huit lettres me provoque un frisson nauséeux qui me parcourt l'échine de haut en bas.Octobre garde en lui une chaleur liée aux teintes chaudes, un fumet d'omelette aux cèpes, la râpeuse goulée d'un vin juste pressé, le pas craquant sur un lit de feuilles roussies. Que du bonheur.
      Mais que l'on prononce novembre et aussitôt se dessine devant mes yeux, je n'y peux rien, un champ morne et gris, au petit matin, des vols de corbeaux grinçants et cacochymes, et deux silhouettes fantomatiques, bottes noires et chemise blanche aux manches retroussées, mains gantées prolongées par une excroissance métallique crachant la balle fatale, le projectile ultime: une antique pétoire, un combat en duel, le mort qui s'écroule, un trou rouge au côté droit, comme dirait l'autre, fauché dans l'absurde et impérieuse intransigeance de sa jeunesse. Mort pour l'honneur, la gloire, l'amour. Huit heures au champ des corbeaux. Avec un bruit mat, le perdant est tombé dans l'herbe constellée de cristaux de givre, de longues écharpes de brouillard se traînent d'arbre mort en arbre mort comme des filaments de haillons déchirés.Et toujours ces croassements lugubres et transperçant les os jusqu'à la moelle.
      Novembre est un tunnel dans lequel on s'enfonce comme dans une nuit trop noire, loin de tout. Une tribune accordée pour un banc d'essai aux éléments déchaînés venus se faire les griffes sur les dernières ramures accrochées aux frondaisons. Pluie, vent , grêle, neige, grésil, brume, verglas, on dirait que tout l'alphabet météorologique se décline en un seul mois. Entre deux nuits glacées, le soleil passe comme un voleur, furtivement, plombé par l'heure d'hiver et l'inclinaison de la terre.
      Ne me parlez pas de novembre. Même les aiguilles des pendules semblent ralentir pour le rendre encore plus long et plus visqueux. Novembre a un goût de terre, de cendre, de charbon. Novembre est écrit en gris anthracite quand décembre se pare d'un chatoiement de blanc, rouge, vert et or.
      Mais bon, on ne va pas se laisser abattre par un petit mois de trente jours.D'autant qu'il y en a déjà cinq auxquels j'ai tordu le cou. Et pour ma traversée du tunnel, j'ai prévu l'artillerie lourde: dans mon sac à dos, un truc sympa par jour, des petits bonheurs, une bonne dose d'optimisme, quelques bons bouquins, du feu de bois, des téléfilms à l'eau de rose, beaucoup de bloguitude, des thés avec les copines, de grosses écharpes vertes ou turquoise et derrière les paupières, les images de l'été comme dans un vieux daguérréotype en relief en en technicolor.


      Tu vois, on change...
      Bisous ma belle

      Supprimer
    2. On change oui. On s'apaise. On s'embellit.
      J'ai une grande chance d'aimer toutes les saisons, tous les mois qui passent. Ils ont chacun leur couleur. Dans chacun j'y goûte des bonheurs. Il y a juste la fin décembre qui m'est pénible. A partir de mi-décembre j'attends le retour de la Lumière dans un état inconfortable de souffrance intérieure.
      Un jour viendra où ce sera différent... (j'ai tant aimé cette période de Noël il y a longtemps...).
      Bises

      Supprimer
    3. J'ai longtemps été comme toi, je commence à peine à me réconcilier avec Noël, et encore, ça reste une sorte de passage obligé qui me gonfle...
      Mais c'est vrai, c'est plus facile quand on est bien accompagné...
      Bisous ma douce et courage
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  32. Quelle belle ode à l'automne, accompagnée de tes jolies photos

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai eu envie de transcrire cette magie, et ce que je ressentais...
      Les photos sont de moi, et je m'en étonne encore.
      Gros bisous ma miss
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  33. L'automne pluvieux ne me fait pas le même effet qu'à toi, je déteste la pluie alors je chougne.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Quand j'ai fait cette balade il ne pleuvait pas, note bien !
      La pluie ne me fait pas sauter au plafond, mais je me dis qu'elle est très utile parce que ça fait de l'eau...
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  34. J'aime bien l'automne au début. Puis je me lasse: trop de pluie, trop de grisaille, trop de froid. Mais avec tes mots on a envie que l'automne dure longtemps. Je suis toujours admiratif de la richesse de tes mots et de tes pensées !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Daniel, et moi je suis toujours émue par ta bienveillance. ;-)
      Tu as raison cela dit...il ne faudrait pas que ça dure si longtemps...
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  35. Qu'ils sont beaux, tes petits mots colorés d'automne ! C'est certain, le bonheur est passé par tes yeux avant d'atterrir un peu partout en feu d'artifice. J'en ai reçu un éclat tout illuminé, et ça fait un bien fou ! Merci !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu es trop chou, miss céline !
      C'est un plaisir de t'avoir fait plaisir.
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  36. Ton texte a une fragrance d'automne, où se mêle l'ancolie et la mélancolie.
    Mais il n'est pas seulement un simple texte sur l'automne. Il en émane quelque chose de bien plus fort, plus beau, un regard sur soi-même, sur le temps qui passe et les événements passés. Un frissonnement de texte quand la terre frissonne et se couvre de son blanc manteau. Une ode à l'automne dans lequel je ressens de la quiétude, de l'apaisement, comme un syndrome qui adhère à l'être.
    Comme une sérénité que novembre a ravi à octobre...
    https://www.youtube.com/watch?v=B3chRntnMRw

    Je vais me répéter, mais ce texte fait partie de ceux qui m'ont fait dire un jour " pétard, elle écrit bien cette fille".
    Du coup, j'étais justement en train d'en écrire un, de texte, sur l'automne ; mais beaucoup moins beau que le tien.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah ta première phrase...mais j'ai envie de dire qu'est-ce qu'il jour bien avec les mots ce gars là !
      Et d'ailleurs je ne m'y suis pas trompée, tu as un réel talent pour cela.
      Merci pour Cabrel, tu sais que j'ai un faible ...
      Et tu as raison, je ne parle pas que de l'automne, dans ce texte.
      Je parle de plein d'autres choses...
      Merci de lire entre mes lignes avec autant de constance. J'attends de pied ferme ton texte sur l'automne. Qui sera très bien j'en suis certaine. parce que ce sera du Xoulec. Enfin, du toi.
      On n'écrit bien que quand on est soi.

      Bisous du soir pas trop tard
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
    2. Tu as raison, je l'ai souvent constaté, je ne sais pas écrire quand je ne suis pas moi, enfin, quand je n'ai pas d'inspiration...

      Supprimer
    3. Et tu l'as eue, cette inspiration. Ton texte est magnifique. ;-)
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
    4. Merci, je suis assez étonné parfois, d'écrire un texte ou commentaire d'un trait !

      Supprimer
    5. C'est ça, le talent... ;-)
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  37. Ah ces états d'âme d'automne... ils sont doux dans les collines dorées ou devant un feu de cheminée, j'ADORE ! Lumineux week end céleste Célestine, à bientôt. brigitte

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ce commentaire a été supprimé par son auteur.

      Supprimer

    2. Le week-end est très lumineux au-dessus de l’épaisse couche de nuages ...
      Mais la cheminée donne toute sa chaleur et la vie est belle ...
      Bisous ma Plume
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  38. Une sonate d'automne chantée avec tes mots lumineux

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. En ce moment ce serait plutôt un Impromptu d'hiver...
      Bisous Marie

      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  39. Mais que c'est beau ces couleurs chaudes qui enveloppent le coeur !
    Tu as le don de tout transformer en magie, du bout de ta baguette.
    Bises
    Angela

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah mais tu sais bien que d'aucun(e)s m'appellent Madame la fée...
      Il faut bien que je sois à la hauteur de ma réputation...
      Bises
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  40. Vos violons d'automne ont la brillance du pizzicato...Rien à voir avec des sanglots longs qui blessent le coeur...Et pourtant, de ça de là, je sens dans votre texte les blessures qui affleurent, comme ces racines qui courent sous la mousse, toujours prêtes à nous faire un croc-en-jambe.
    Il en résulte des mots d'une grande beauté intérieure et d'une belle profondeur.
    Merci délicieuse, pour ce passage en mode mélancolie.
    ~L~

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. La blessure principale date de cet été... Elle a du mal à cicatriser, et ressort dans mes moments de méditation un peu mélancolique. Quelle saison mieux que l'automne invite à cette introspection-là ?
      Mais le printemps refleurira...
      Il faut juste un peu de temps...
      Merci pour vos mots.
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  41. Un texte apaisé, du moins c'est ce que j'en ressens. Je ne peux que me réjouir de ce ressenti, alors j'espère qu'il est juste. D'autant que ton titre me ramenait à cette sonate assez dure de Chopin illustrant le film éponyme de Bergman.
    Bise d'automne roux

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est gentil de t'en réjouir.
      Oui, l'apaisement vient doucement, comme un fleuve impétueux qui s'étale avant d'aborder la dernière période de son cours, et l'estuaire qui le fondra dans la mer...
      Bises apaisées
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
    2. Ce n'est pas gentil, c'est sincère. Je ne commente jamais par complaisance.

      Supprimer
    3. Je n'ai pas parlé de complaisance, mais de gentillesse.
      Une qualité qui se perd, hélas...ou qui est regardée comme un défaut... ;-)
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
    4. J'avais compris, parfaitement, et je réitère, il ne s'agit pas de gentillesse, que je tiens aussi pour une grande qualité (il m'a fallu en convaincre d'ailleurs une jeune fille il y a quelques jours, elle confondait juste le sens premier et l'interprétation ironique qui en est faite par les cyniques croyant faire preuve d'esprit), mais simplement de ce que je crois percevoir au travers de tes mots.
      Baiser réitéré

      Supprimer
    5. D'accord.
      Et à part ça comment vas-tu ? Tu t'es remise de la mort de ton chien ? :-(
      Je n'ai pas pu poser de commentaires sur ton billet mais j'ai compati à ton chagrin.
      Bises
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  42. Comme un tableau impressionniste...
    On y boit les brumes, on y chasse les couleurs, cueille des champignons.
    Et puis le soir, on se réfugie auprès du feu de cheminée pour y boire un chocolat chaud, blottis dans le canapé.
    Ces petits bonheurs nous enchantent pendant que les grands malheurs se consument au fond de l'âtre.
    Encore une jolie pépite littéraire dont tu as le secret.
    Bise du coin du feu.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci pour la pépite, Etienne.
      Je vois que nous aimons les mêmes choses, une fois de plus.
      Bises
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  43. Une très belle écriture que ce billet !
    Et des images évocatrices, douces, flamboyantes.

    RépondreSupprimer



Je lis tous vos petits grains de sel. Je n'ai pas toujours le temps de répondre tout de suite. Mais je finis toujours par le faire. Vous êtes mon eau vive, mon rayon de soleil, ma force tranquille.
Merci par avance pour tout ce que vous écrirez.
Merci de faire vivre mes mots par votre écoute.