lundi 24 septembre 2018

Décalage horaire










Lorsque tu t'endors, je veille
Et je dors quand tu t'éveilles
Tes oiseaux cessent leurs chants
Quand les miens déchirent l'air
Tes longs poissons font des bulles
Quand les miens flottent, immobiles,
Entre deux eaux de l'oubli

De ce côté-ci du ciel 
Mes étoiles s'entremêlent
Et là-bas ton soleil donne

Ma nuit se fond dans ton jour
Et mon jour c'est ta nuit claire
A midi ton minuit sonne

Pourtant dans un souffle de vent
Mes mots traversent les fuseaux
Les fuseaux or, les fuseaux air
Ces si minces quenouilles horaires
Ce décalage légendaire
inventé par les businessmen
des classes affaire
des classes à faire
A faire quoi ?
A faire quoi ? 
beaucoup d'affaires
Importantes 
beaucoup d'affaires 
inutiles

Moi je tisse une love affair
Sur ces fuseaux imaginaires
Et en fusant de moi vers lui
Sur le fil flou de notre amour
Mes mots, timides hirondelles,
viendront se poser sur sa peau
A l'instant de grâce et de sel
Sur une horloge
universelle 
Où s'abolissent les horaires
Des classes à faire 
des classes affaire





 ¸¸.•*¨*•


114 commentaires:

  1. Tes mots hirondelles, tes mots voyageurs,
    Je ressens le décalage horaire
    Comme une envie de repartir
    Merci pour cette douceur matinale ma chère Blue
    Bon lundi au soleil ;-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Dire en poésie ce phénomène étonnant, oui, c'est mettre de la douceur sur quelque chose qui peut-être vécu comme un peu agressif pour l'organisme...
      Merci Cristina pour tes mots bleus du matin. Ceux qu'on dit avec les yeux.
      Blue kisses
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  2. Réponses
    1. Merci Adrienne, ça me touche.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  3. C'est beau Célestine.... des mots à fredonner sur une mélodie douce et chaloupée..

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Une mélodie douce et chaloupée ? Voilà, c'est fait, je l'ai rajoutée pour toi.
      Bisous ma belle âmie
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    2. Merci pour la Mêle-Oh-Dit ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    3. Ou bien « mêle au dit » , puisqu'elle se mélange à mes mots...
      Kiss
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  4. Tu écris joliment l'affaire.
    Quand mes ami·e·s vont se perdre au Brésil ou en Calédonie Nouvelle, j'ajoute sur l'écran de mon ordinateur l'horloge de leur fuseau. Ça nous rapproche.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'aime tes points-milieu qui viennent dire tout discrètement que tu as envie que les choses avancent...
      Avec les nouvelles technologies, les amis ne sont jamais loin...;-)
      Bises
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  5. Que c'est joli ! Il faudrait le mettre en musique. :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, j'y penserai dans une autre vie...
      A moins que tu ne connaisses un musicien intéressé par mes textes ? ;-)
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  6. On dirait du Mayereau...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mince, j'aurais dû écrire sur du papier d'Arménie... ;-)
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    2. Tiens, convergence de pensée
      en lisant ce beau texte j'ai aussi pensé à elle…
      faut dire que c'est ma copine !

      Supprimer
    3. Merci Alain.
      Vous me flattez l'un et l'autre de me comparer à Isabelle...
      Mais je prends tout le bonheur du compliment.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  7. Bravo Celestine, un poème si beau sur le décalage horaire, toi seule en est capable

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est trop gentil, j'ai envie de mettre mes lecteurs au défi. Je suis certaine que certains s'en sortiraient aussi bien que moi...
      Bisous miss
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  8. Ne me cache rien, tu es sponsorisée par Ryanair ?
    Pardonne-moi, gros bisous !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Te pardonner de quoi ? D'avoir de l'humour ?
      Tu me fais rire, Boss, et je ne vais pas répéter ce que je t'ai dit sur le dernier billet, j'aurais l'impression de radoter. :-)
      De toutes façons tu ne l'as même pas vu... ;-)
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    2. Attention ! Je suis comme Dieu : je vois tout mais je ne dis rien. Et pour ce que je peux encore faire des femmes dans mon lit, hein... Surtout si en plus elles ont les pieds froids !

      Supprimer
    3. Tu es comme dieu ? Rien que ça ...
      Oh my god !
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    4. Bon, ou Dieu est comme moi, c'est la grande question de qui a créé l'autre.
      Et... encore une chance que tu ne sois pas une de ces Parisiennes qui finissent tous leurs mots par "eee" !

      Supprimer
    5. J'ai failli, mais ce n'était pas politiquement correct :-)
       •.¸¸.•*`*•.¸¸✿

      Supprimer
  9. Joli voyage imaginaire que j'ai savouré en prenant mon café.
    Et avec la musique de Diana Krall, c'était parfait !
    Bises
    Angela

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je suis sponsorisée par Ricoré...mais chut !
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    2. Je me disais bien: toujours le mot pour rire, céleste Célestine !
      Bises
      Angela

      Supprimer
    3. Ben tu vois que tu as réussi à le poster ce commentaire !
      Lol

      Supprimer
  10. Toi, tu as seize ans, ces temps ci...
    C'est excellent pour le moral
    (et pour le teint, dit-on...)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je confirme, j'ai une mine superbe !
      Mais ne me vieillis pas: j'ai quinze ans et demi... ;-)
      Bisettes
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  11. Avant que je range l'à faire
    Ce matin je m'inscris en classe.
    Geologie en étude me délasse
    Aucun décalage horaire

    Mais moi en cité du fromage
    Toi en arriere-pays de ton choix
    Mes pensées rendront hommage
    Au doux murmure de ta voix

    Bises poétiquement admiratives

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Faire rimer hommage et fromage, tu sais que tu es un poète, cher Petrus... ;-)
      Je te charrie, mais je suis touchée.
      Bises amicales
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  12. Quand m'a-t-on écrit ainsi? M'a-t-on jamais écrit ainsi? L'Ecosse n'a pas de décalage horaire, seulement une heure en moins, de pure convention. Somptueux, radieuse Angel Baby. Kisses from a friend of Picardie.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah mon fatal Picard, tu es revenu du pays des fantômes, je vois...
      J'ai pensé à toi.
      Tu m'as ramené un Nessie en peluche, j'espère 😜
      Lot of kisses from your glittering angel baby
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  13. En te lisant, je m'évade à des années lumière. Un fort beau voyage qui mériterait effectivement une mise en musique. ;-) Bises alpines ma poétesse céleste.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Et si j'essayais moi-même de plaquer quelques accords sur mon texte ?
      Le ridicule ne tuant point, pourquoi pas...
      Bises mon alpine
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  14. Une chanson belle, classe, d'amour, optimiste, légère, coulant comme une rivière, comme toi seule sait ...
    Bises.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je fréquente les poètes, ça m'inspire...
      Et tu en fais partie cher Patrick, sincèrement et sans flagornerie...
      Bises
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  15. Un joli bonheur que ce texte, avec de belles trouvailles, "des fuseaux or, des fuseaux air" j'aime votre façon de jouer avec les mots, vous le savez.
    Merci pour cette friandise.
    Ne bridez pas votre poésie, elle nous entraîne dans votre sillage et c'est doux. Chère délicieuse.
    ~L~

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je ne bride rien, j'essaie juste de ne pas lasser mes lecteurs qui me préfèrent moins « rêveuse »...
      Alors j'alterne...
      Mais j'aime beaucoup ce que vous dites, comme toujours. La friandise, c'est pour moi de toucher le coeur de mes lecteurs...
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  16. Je me suis laissé bercer par tes mots( quel joli poème!) et me suis endormi sur mon fuseau horaire !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. A défaut de toucher ton coeur, j'ai touché ton centre nerveux du sommeil...
      Muahaha !
      Bisous Daniel
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    2. Mais si, tu as touché mon cœur comme souvent d'ailleurs !

      Supprimer
    3. Ah ! tu me rassures, cher Daniel.
      Quoique je ne fusse pas très inquiète quand même ;-)
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  17. Tu me donnes le jet lag, cette balançoire d'amour lanuit sur fondu enchaîné le jour... C'est très très joli... ça berce et ça évente!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le jetlag sans sortir de chez toi, c'est fort, non ?
      Baci sorellita
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  18. Bonsoir Célestine,
    Je vais connaitre un long voyage (11 heures de vol) en novembre, mais pas en classe affaires, hélas...
    Bisous,
    Mo

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu repenseras à mon petit poème spécial pour les amoureux du bout du monde...
      Puis-je te demander où tu vas ?
      Bisous ma belle jardinière.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  19. Cro mimi ! De la joie sur vous avec ♥

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. https://www.youtube.com/watch?v=tgM5GrhK1l8
      Pauline Croze... ;)

      Supprimer
    2. J'aime écrire des poèmes d'amour, cher Titi
      C'est doux à écrire, non ?
      Jolie, la chanson, mais est-ce que t'es beau ? ;-)
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  20. Là, je me régale!
    J'adore ce voyage en décalage.
    Il est si difficile à certains moments d'avoir midi en même temps sur deux perrons éloignés.
    Un texte qui fuse, diffuse du bonheur.
    Bises de Greenwich.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Vrai tu es à Greenwich ? Ou c'est juste pour faire genre que tu as compris le thème ? ;-)
      Il est parfois difficile, même, d'avoir midi en même temps sur le même perron... :-)
      Bises sans décalage
       •.¸¸.•*`*•.¸¸✿

      Supprimer
    2. Ah! Devine... Remarque qu'à la verticale je ne suis pas très loin de son méridien...
      Bon, j'dis ça, j'dis rien.
      Mais j'aime bien faire genre qui a tout compris bien.
      Bises de mon perron.

      Supprimer
    3. En fait tu veux dire que tu n'as pas quitté le pas de ta porte, c'est ça ? ;-)
      Il faut dire que tu voyages pas mal dans ta tête déjà...
      •.¸¸.•*`*•.¸¸✿

      Supprimer
    4. Un peu, mais ça me démange de repartir...
      J'en rêve, et je te fais une confidence, rien qu'à toi.
      Le départ c'est un peu pour bientôt. Je réfléchis déjà à ce qu'il va falloir mettre dans la valise.
      Bises voyageuses.

      Supprimer
    5. Je suis honorée de cette confidence « rien que pour moi »
      J'ai hâte de connaître la destination du voyage...
      Bisous étoilés
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  21. L'avion, l'avion, l'avion, ça fait lever les yeux
    La femme, la femme, la femme... Euh, nan... Classe l'affaire XD

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

      Supprimer
    2. Ah, tu joues en catégorie colonie de vacances, maintenant ?
      Série : « Amis de la poésie, bonjour » ?
      Mouarf !
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  22. Tes mots fusent haut, Célestine.
    Ils diffusent, même, très haut.
    Ils confusent un peu,
    comme cette image d'un avion sans elle...

    Magie des décalage horaires, Plus besoin de chercher midi à quatorze heures !

    "De ce côté-ci du ciel
    Mes étoiles s'entremêlent
    Et là-bas ton soleil donne

    Ma nuit se fond dans ton jour
    Et mon jour c'est ta nuit claire
    A midi ton minuit sonne"

    un océan vous sépare, l'atlantique au milieu.

    Il est midi à Paris et toi tu dors encore
    A Cold Canyon Water L.A.
    Il est midi à L.A. et toi tu entres en scène
    Sur les bords de la Seine Paris

    Nous vivons des deux côtés d'un monde
    A dix heures d'écart entre hier et demain
    2 degrés 20 minutes et 14 secondes
    C'est l'histoire du premier méridien

    Il est midi à Paris et pour toi c'est l'aurore
    Là -haut à Berverly L.A.
    Je t'imagine endormi et si tu l'aimes encore
    Est-ce que tu m'aimes un peu aussi

    Il fait noir boul'vard du crépuscule
    Il y a des orages même au paradis
    Mais si l'on décidait d'accorder nos pendules
    D'aller du zéro à l'infini

    L'Atlantique au milieu
    Et chacun sur sa rive
    L'Atlantique au milieu
    Un coup d'aile et j'arrive

    Les oiseaux de l'Occident
    Nous verrons passer au jour levant
    Dans une machine
    Qui court plus vite que le vent
    Attends avant de te réveiller attends
    Que je t'embrasse
    Que je te dise bonjour
    Avant de faire la traversée
    Juste pour passer
    Par dessus le temps
    Et pour effacer les océans

    L'Atlantique au milieu
    De nos lointains rivages
    L'Atlantique au milieu
    De nous deux c'est dommage

    Il est midi à Paris et mon avion taxi
    Vient juste de quitter le sol
    Il fait soleil à L.A. prends pas ton parapluie
    Je t'attends sous mon parasol
    Il est midi à Paris et nous on dort encore
    A Cold Canyon Water L.A.
    Autour de nous c'est la nuit mais si tu m'aimes aussi
    Je me fous bien de l'heure qu'il est
    Il est midi à Paris et nous on dort encore
    A Cold Canyon Water L.A.
    Autour de nous c'est la nuit mais si tu m'aimes aussi
    Je me fous bien de l'heure qu'il est

    https://www.youtube.com/watch?v=uh9HWinn9iE

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je ne connaissais pas du tout cette chanson, et je dois dire que je suis vraiment surprise de n'en avoir jamais entendu parler...Pourtant un duo Vartan Sardou, ça ne passait pas inaperçu...
      Je devais rêvasser sur mes poèmes d'adolescente, déjà...
      En écoutant d'une oreille distraite le Hit Parade de Julien Lepers sur RMC...
      Merci Didier pour ta première strophe, qui est de loin celle que je préfère dans ton commentaire
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    2. Ma première strophe ? c'est la seule ...! Le reste n'est pas de moi.
      Ce sont les paroles de cette chanson.
      je ne sais pas (plus) composer des poèmes... J'en ai écrit,je n'en ai gardé aucun.
      Cette chanson était la face B d'un quarante-cinq tours. Le titre phare de la face A n'en finissait pas d'être diffuser sur les radios libres, de l'époque.

      La première fois qu'on s'aimera https://www.youtube.com/watch?v=rjY2oO6Aits


      Supprimer
    3. Ah oui je me souviens très bien de cette chanson...
      Incroyable comme les souvenirs surgissent en l'écoutant...1982...où sont mes vingt ans...
      Allez tu ne veux pas m'écrire un poème ?
      •.¸¸.•*`*•.¸¸✿

      Supprimer
    4. PS : pour ta première strophe, c'était fait exprès, pour dire que je préférais ce que tu écris aux paroles de n'importe quelle face B... :-)
      •.¸¸.•*`*•.¸¸✿

      Supprimer
    5. C'est gentil, ce que tu me dis-là, Merci!
      Les poèmes ne sont pas comme le vélo, fut-il un taburin... ça s'oublie. J'ai essayé, je me suis arrêté à la première strophe, justement. Aucune inspiration pour la suite.
      je sais que si je m'y replongé, j'y arriverais,mais je n'ai plus vraiment la tête à cela.

      Supprimer
    6. Dommage. C'est bien d'avoir la tête à la poésie, parfois...
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    7. Certes ! J'en ai écrit dans une période où je n'allais pas très bien, bizarrement, j'avais de l'inspiration. Comme je l'ai dit, chez toi, il y a longtemps, maintenant je n'écris plus que pour le plaisir et c'est beaucoup mieux.

      Supprimer
    8. J'en suis ravie et ne change rien cher Didier !
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  23. Une bien belle façon d'illustrer un phénomène qui m'est inconnu, si je fais abstraction des passages été-hiver...
    Ti bacio Ragazza

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu n'as jamais pris l'avion, Blutchiamo ?
      Je reviens de voir Raoul Taburin, lui n'a jamais fait de vélo...
      Baci caro e a presto
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    2. Oui, mais mes voyages n'excédèrent pas 2 heures de décalage. Les Canaries, Casablanca, Édimbourg, Sérifos, Istanbul. Comme je n'aurais jamais le temps de tout voir à l'intérieur de ce périmètre, ni même dans les frontières de la toute petite Helvétie, je me contente des films et récits de voyage pour le reste du monde.

      Quant au vélo... je dois avoir posé deux ou trois fois mon fondement sur une selle avant de décréter qu'une celle d'une moto est beaucoup plus confortable et que les pédales d'icelle sont moins fatigantes.
      Et qu'on ne vienne pas me chercher des poux en rapport avec un bilan carbone qui est exempt de kérosène et de fuel domestique... :-P
      Ti bacio

      Supprimer
    3. Qui te chercherait des poux, mon bon blutchy...
      Chacun fait ses concessions personnelles à l'écologie, parce que nous ne sommes pas des saints, et vivre sobrement ne veut pas dire « comme les hommes des cavernes »
      Bref, moi je n'ai fait qu'un voyage au long cours, mon voyage de noces à la Guadeloupe...
      Mais à vingt six ans, on ne craint pas le jetlag...
      Baci
       •.¸¸.•*`*•.¸¸✿

      Supprimer
    4. @ Blutchy
      Pour passer le permis moto,je me rendais à l'auto-école en vélo, justement. Ensuite, j'enfourchais une cinq cent-cinquante centimètre cube. Sacrée différence de cylindré !

      @ Célestine
      Je suis content de voir que tu t'es souvenu de Raoul Taburin...

      Supprimer
    5. J'ai vu l'avant première du film avec Poolvorde et Edouard Baer : un vrai petit bijou frais de poésie cycliste...
      •.¸¸.•*`*•.¸¸✿

      Supprimer
  24. Jolie, si jolie déclaration d'amour migratoire… les hirondelles vont porter ton amour et tes mots, elles prennent leur envol en ce moment. Bisesssssssss

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, Brizou, je les vois sur les fils chaque matin...Elles discutent itinéraire avant de larguer les amarres...
      L'automne arrive à grands pas.
      Bizou mon amie
       •.¸¸.•*`*•.¸¸✿

      Supprimer
  25. Ton bonheur tricoté Célestine, est au coeur emperlé
    de vos rythmnes circadiens décalés
    et tes mots si joliment tissés
    donnent vie aux étoiles constellées...
    et l'a-ronde d'aile papillon dans ce bout du ciel re-lié
    porte messe-âge à l'or-loge
    de l'autre côté au posé.

    bisou

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Comme c'est joliment dit, Den
      Tes frissons de mots enluminent mon petit déjeuner
      Bisou du coeur
       •.¸¸.•*`*•.¸¸✿

      Supprimer
  26. Toi, tu as le cœur qui bat trop vite.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Depuis toujours... ;-)
       •.¸¸.•*`*•.¸¸✿

      Supprimer
  27. Personnellement je ne suis pas très calé, décalé oui ! Décaler c'est un terme de pompiers, quand ils veulent dire partir.
    Je n'ai plus rien à dire... Je cale ! ];-D

    P.S : les habitants de Cancale sont ils décalés ? (Vous avez deux heures).

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Les habitants de Cancale sont-ils bancals ? Calent-ils au moment du dessert ? Sont-ils à fond, à fond de cale ?
      Mangent-ils du calamar ? Boivent-ils du mescal ? Fument-ils le calumet en caleçon ?
      Trop de questions métaphysiques et zodiacales me viennent dans la calebasse.
       •.¸¸.•*`*•.¸¸✿

      Supprimer
  28. Que tes mots sont beaux Célestine et je m'envole presque :-)
    Je te souhaite une toute belle journée ensoleillée.
    Bisous d'une rêveuse qui regarde le ciel.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu nous rapporteras des photos encore plus extraordinaires, n'est-ce pas ?
      Bisous ma rêveuse
      •.¸¸.•*`*•.¸¸✿

      Supprimer
  29. Je suis allée faire un tour sur tes autres blogs, tous deux aussi poétiques ! Tu aimes les mots, mais il est évident qu'ils t'aiment aussi et se laissent manier avec volupté ! Tu as un grand talent Célestine...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci chère Bourlingueuse.
      Et encore, tu ne sais pas tout...il y a tant d'autres choses que j'écris en dehors des blogs...
      Manier les mots avec volupté, oui, c'est une de mes raisons de vivre...
      •.¸¸.•*`*•.¸¸✿

      Supprimer
  30. Mais alors, ma petite Celle qui es si mignonne, je ne serais pas toujours qu'à l'ouest? Malgré ce que certains affreux prétendent? Attends que les vents de la grande mer se ramènent : je vais discuter graves avec les gars de notre capitale régionale ...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Rhôô ben on en apprend des choses, mon petit Bof qui est si gentil...alors comme ça, il y aurait un décalage horaire entre chez toi et chez moi ?
      Incroyable quand même ! ;-)
      •.¸¸.•*`*•.¸¸✿

      Supprimer
  31. Réponses
    1. La journée fut excellente, chère Cathy.
      Belle journée à toi
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  32. Dieu que c'est beau Celestine ! Comment fais-tu pour m'émouvoir toujours autant ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Eh bien je ne sais pas...Peut-être à toi de me le dire, Sister...
      Peut-être simplement parce que j'écris avec le coeur ?
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  33. Peu importe le décalage horaire, si on est sur la même longueur d'ondes.... Tous les espoirs sont permis! ;-)
    bisous

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est un très joli mot de conclusion chère conteuse
      Merci pour cette note romantique...
      Bisous célestes
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  34. C'est très beau ce texte. Tu es très inspirée et moi j'aime ces histoires d'amour à distance…ma grille de lecture d'indécrottable midinette !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'aime bien ta grille de lecture, miss. Elle ressemble à la mienne à s'y méprendre. ;-)
      Bisous
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  35. Très joli, ce mariage de poésie amoureuse et de monde contemporain ! Piquants, le fuseau comme les mots !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Espérons, mon oncle, que je ne tombe pas dans un profond sommeil de cent ans...je n'ai pas trop envie de voir ce que le monde sera devenu dans un siècle...

      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  36. Comme il chante bien,ce voyage si doux, par dessus les toits, les mers et les monts...jusqu'au bout des rêves !
    Merci Célestine, tes pensées affectueuses me touchent et m'offrent le sourire.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ravie de te voir par ici Balaline.
      C'est une bien douce chose que d'être lue avec des yeux indulgents.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  37. La fraîcheur charmante d'une ritournelle... L'amour est toujours tout neuf ;-) ♥

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Eternellement recommencé et pourtant toujours nouveau, oui... :-)
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  38. un peu (beaucoup) en décalage pour lire tes billets mais mieux vaut tard que jamais

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Vieux motard que jamais , les Caphys !
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  39. Tu virevoltes avec les mots et les rives...jolie love affair, décalée... :D

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Décalée, oui, de quelques milliers de kilomètres...
      Bisous Mind
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  40. Ah, tiens ! Célestine rime avec lui... Je le note... XD

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je n’ai pas compris ?
      •.¸¸.•*`*•.¸¸✿

      Supprimer
    2. Ah oui ? Mais tu l'as écrit...
      ReliE-toi. C'est clair, en creux.

      Supprimer
    3. C'est clair pour toi, mais un peu nébuleux pour moi...
      Même si j'apprécie le jeu de mots. ;-)
       •.¸¸.•*`*•.¸¸✿

      Supprimer
  41. Autre chose, mise en regard ? Oui, je pense...
    http://pavupapri.hautetfort.com/archive/2018/10/01/orbitalite-6093839.html

    Zoubi, jolie

    RépondreSupprimer



Je lis tous vos petits grains de sel. Je n'ai pas toujours le temps de répondre tout de suite. Mais je finis toujours par le faire. Vous êtes mon eau vive, mon rayon de soleil, ma force tranquille.
Merci par avance pour tout ce que vous écrirez.
Merci de faire vivre mes mots par votre écoute.