samedi 24 février 2018

Voyage





Le plus grand voyageur n’est pas celui qui a fait dix fois le tour
du monde, mais celui qui a fait une seule fois le tour de lui-même.
Mahatma Gandhi









A toi, qui m'accompagnes sur mon chemin...







C’est un endroit extra, aux richesses inattendues. On dit que les frondaisons flamboyantes de ses orées s’inclinent sur les dalles bariolées de parvis enchanteurs. Les ombres mouvantes y dessinent des théâtres de douces voluptés. La paix baigne ses lacs et ses sentiers. 
 Tu auras peur, au début. Mais le voyage en vaut la peine, tu peux y aller.
Ceux qui l'ont tenté n'en sont pas revenus, de tant de bonheur trouvé.
En embuscade dans cette jungle, pris dans les lacs de lianes trop intriquées, et comme maléfiques, tu te croiras loin de tout. Dans l'isolement total, sans appui et sans armes. Ton chapeau s’envolera peut-être au vent défrisant qui courbe les épineux au-dessus des vallons. Tes chaussures serreront tes pieds comme des nasses. C’est que le chemin y est aride. Aride et rude.
Les eaux saumâtres aux algues vénéneuses, boursoufleront tes mains avant même d’étancher ta soif. De sombres poissons au fuselage ocre et carmin troueront ton espace de questions insidieuses. Tu auras chaud, tu auras froid.
Les ronces voudront t’empêcher de passer, semant des graines de chaos et de doutes sur ton passage. Ton habit se déchirera, et peut-être ton courage.
Mais tu continueras. De frêles bicoques d’encre et de papier  trembleront au bord des précipices. Ce sera long. Des ennemis invisibles tenteront de t’atteindre. De te décourager dans l'aventure. Toi, tu seras en solitude, courbé à surveiller les planches pourries des pontons, et à garder ton équilibre pour ne pas tomber dans des ravins de poussière.
Mais des mains se tendront bientôt, bienveillantes, pour t'aider à franchir les cols, les névés, les avens. Tu reconnaîtras tes vrais amis. Tu affermiras ton pas. Tu respireras plus ample.
Et puis un jour, un jour enfin, de clarté bleue et tissé d’or, s’offrira à ta vue brûlante et épuisée par l’ophtalmie, à tes membres perclus de douleurs sourdes, et presque à bout, le plus beau des panoramas.
Et de l’eau à ta bouche asséchée coulera d’une fontaine, apaisant ton cœur de tous ses maux. Tu auras fait le plus beau des voyages : celui qui mène à toi.Trouvé le plus beau des trésors : cette force au fond de toi. Alors, as-tu commencé ? Ou attends-tu encore, en tremblant sur la berge, que le fleuve de ta vie s'écoule sans toi ?

¸¸.•*¨*• ☆







Musique : Didier Squiban- Iroise

123 commentaires:

  1. il y a des jours où je tremble, couverte de chair de poule, et des jours où j'ai toutes les forces du monde, je ne sais pas si c'est normal, docteur Célestine?
    ;-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. On m'aurait caché ça ? Tu serais un être humain comme les autres ? :-)
      C'est peut-être en faisant le voyage que tu découvriras le pourquoi du comment... ♥︎
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  2. il me semble que le voyage que tu décris, ne s'achève jamais...
    on peut se réjouir de se trouver sur le bon chemin, mais ce n'est jamais acquis me semble-t-il!
    un coup de vent, une tempête soudaine et tout peut s'écrouler
    Alors il faut recommencer, en changeant peut-être d'itinéraire, même s'il faut pleurer un moment, assis au bord de la route
    Faire le voyage est plus important que d'arriver, faire le voyage contient en lui-même tout l'apprentissage
    .-)
    C'est ce que je crois

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Non je crois que ce que tu décris, c'est le chemin de la Vie. Celui-là est plein de rebondissements, de retours en arrière, de tempêtes, d'épreuves et de coups de vents.
      Moi je parle du voyage intérieur vers le coeur de soi, et il est un moment où on y arrive, quand même...Quand on a touché à ce coeur de soi, qu'on a découvert le trésor de sa force intérieure, ne voit plus jamais les choses de la même façon. Les écueils de la vie seront toujours là, parce que le chemin, tu as raison, n'est jamais lisse, mais on les envisage différemment.
      Mais le doute sur soi, lui, peut s'estomper progressivement, dans ce voyage intérieur, comme le dit très bien notre ami Alain X dans un de ses derniers billets :
      Aujourd’hui, le doute sur moi n'a plus d'emprise. Il ne m'atteint plus. C'est le résultat d'un combat. Long. Le résultat de plusieurs années de ce fameux « travail sur moi ».Simplement je ne doute pas de ma terre intérieure, de ses contours et de ses limites, de ce que j'y cultive et de ce qui m'échappe, simplement parce que je la ressens dans tout mon corps. À la fois son existence, sa présence, et son origine au-delà de moi-même, puisqu'elle me fut donnée en héritage.
      En disant cela, il prouve qu'il est possible que ce voyage-là trouve son but, alors que le chemin de la vie, lui, n'a de fin qu'avec la mort.
      C'est ce que j'ai voulu exprimer.Car c'est ce que je crois, profondément.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  3. Il est long le chemin qui mène jusqu’à soi
    Heureux ceux qui l’atteignent

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est vrai, Jak. Il est peut-être là, le bonheur.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  4. Je ne suis pas le genre à faire des histoires, mais Gandhi a beau se la jouer, il a pompé honteusement Socrate.
    Mais non ! Pas comme ça ! Pfff...
    C'est bien le diable si on n'en trouve pas un autre qui dira après avoir pompé dans le Tao Tö King "l'important n'est pas le but mais le chemin". ;-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oh, moi tu sais, la vie sexuelle des grands philosophes... ;-)
      En tout cas, moi je n'ai pompé personne, même si certains (je l'ai appris incidemment) pompent honteusement mes textes pour impressionner leur dulcinée...
      Bref, peu importe en effet...
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    2. Non ?
      Il y en a qui te copient pour faire croire à leur meuf qu'ils sont poètes rein que pour elle ?
      Oaahhh les malhonnêtes !

      Supprimer
    3. Absolument. J'en suis restée comme deux ronds de flan... :-)
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  5. Faire le tour de soi, ça n'est pas un peu narcissique ? Et puis je vais être franc et sincère Céleste amie, ça ne m'intéresse pas du tout, par contre tourner autour d'une belle Dame c'est une autre affaire. ];-D

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Narcissique ? Mais complètement. D'autant qu'il n'y a pas de mal à se faire du bien, comme disait l'autre du temps de sa splendeur...Et puis, qui a dit que c'était mal de l'être ? Encore un truc inventé par les curés...
      Bref, J'assume ! Sinon pour toi, j'avais une version plus « à ta main » :
      Je t’emmène faire le tour de moi
      Le tour de soie de frais vallons
      Et des collines au couchant
      Au mitan de mon petit plume
      Viens, suis donc les petits chemins
      Les rigoles du bout des doigts
      Qui font plisser la peau de joie
      Du petit tour soyeux de moi
      Le tour de reins, le tour de taille
      Et les sommets de mes p’tits seins
      Qui tremblent dressés sous le vent
      De ton haleine, tièdement
      Quand les soleils du soir allument
      De petits flambeaux dans mes yeux
      Viens je t’emmène autour de moi
      Visiter des plaines où le blé
      Doré de mes poils fins ondule
      Sur mon ventre doux alangui…
      Autour de moi viens, je t’emmène
      Traverser de sombres bosquets
      Glisser dans des dunes divines
      Que le parfum des nuits enivre
      Et pénétrer dans des endroits
      Tout de douceur et de nanan
      Viens je t’emmène nuitamment
      Faire un tour au secret de moi…


      Baci

      Supprimer
    2. Quel programme! D'autant que je te connais (un tout petit peu) et ce sera un voyage au long cours. ];-D

      Supprimer
    3. Heureusement je ne suis pas une girafe (quoique) sinon, ce serait un voyage au long cou...
      muaha !
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  6. Parfois j'aimerais savoir exprimer comme tu le fais de manière si poétique et métaphorique du grand voyage qui mène jusqu'au cœur de soi, du prix à payer pour y parvenir, et la promesse tenue lorsqu'on y atteint.
    Merci pour ce beau texte.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il faut dire que j'ai été bien inspirée, aujourd'hui... ;-)
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    2. Oui, c'est plus qu'une simple impression... ;-)
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  7. S'il n'y avait qu'un seul voyage à accomplir, ce serait celui-là. Savoir qui on est dans l'intime de soi, intrinsèquement. En extraire l'estime de soi, et le respect de l'autre dans sa différence.
    C'est juste splendide, et admirable...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci beaucoup, chère Baladine.
      Tu as tout très bien résumé, et si je te donne l'air d'être un peu en boucle, c'est normal...
      C'est un bonheur auquel je goûte depuis peu, alors je m'en enivre...
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    2. Je me fais du bien aussi, oui, c'est certain...♥︎

      Supprimer
  8. Je ne sais plus où je l'ai lu, mais cette phrase me semble résumer ton billet: L'essentiel n'est pas d'atteindre un but, mais de se rappeler le chemin qu'il a fallut emprunter pour y arriver. C'est une vérité simple, mais pleine de sagesse.
    J'adore ton image: De frêles bicoques d’encre et de papier trembleront au bord des précipices. C'est une jolie trouvaille.
    Bises en chemin.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Les trouvailles poétiques sont des coquillages qui tendent leurs ailes aux promeneurs...
      Il suffit d'ouvrir son coeur.
      Je t'embrasse, cher pèlerin
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  9. Ton texte transcende l'envie, d'avoir envie... De partir où personne ne part. Un voyage à faire seul(e), avec pour seul(e) compagne, compagnon : soi-même. C'est un voyage riche de connaissance, de renaissance...
    A la manière d’Indiana Jones, tu franchis les ravins sur des passerelles instables, improbables. la peur n'évite pas le danger, mais permet de mieux l'apprivoiser. Les éléments semblent s'être ligués contre toi, mais tu es déterminée... Rien ni personne ne pourra t'empêcher d'atteindre l’inaccessible étoile...
    Comme l'appel de la forêt pour Jack London, l'appel de toi est plus fort que tout. La quête de toi.
    https://www.youtube.com/watch?v=UfluMH5x7f4

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Wouaou ! joli condensé de références...D'Indiana Jones à Brel, en passant par Jack London
      j'aime beaucoup la version de Nicole Croisille.
      Beaucoup d'émotion.
      Merci♥︎
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  10. De toi à moi
    Le voyage vers soi
    Demande un peu de foi
    Car si l'on t'écoute toi
    Personne du voyage en moi
    Ne viendra me dire la loi
    Mais ce matin je pars au fond de moi
    Et si je m'y trouvé ce sera grâce à toi
    Bises reconnaissantes

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Comment ça personne ne viendra ?
      Tu oublies que ce voyage est beaucoup mieux quand on est accompagné.
      Il suffit de choisir les bonnes personnes.
      Il y en a sûrement dans ton entourage...
      Bises encourageantes
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  11. Un fleuve ? Comme tu y vas ! Moi je trempe mes pieds dans mon petit ruisseau et ça me suffit bien ! Bon dimanche, Céleste nièce !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. La vie est pourtant un long fleuve tranquille...
      Mais je comprends qu'en tant que cruciverbiste (ou verbicruciste ?) tu aies un penchant pour les rus.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  12. "Les voyages forment la jeunesse… " écrivait Michel de Montaigne. Le célèbre philosophe épicurien serait certainement aujourd’hui un fervent adepte de séjours alliant découverte et introspection. Ceux-ci visent à développer à la fois notre juste curiosité à aller voir, comme disait Jacques Brel, et à laisser jaillir un désir de changement aussi bien intérieur qu’extérieur. Autrement dit, le sens d’un voyager autrement consiste en une transformation de l’être tout entier.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est très bien dit, chère Miss
      Je crois en effet que se transformer, ou plutôt se révéler, est un voyage qui ne forme pas seulement la jeunesse, mais toute une vie...
      Merci pour cette belle contribution. Brel, Montaigne tu as de belles références.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  13. Géniale leçon de ténacité, mais pas seulement bien sûr. Des mots qui roulent les pierres torrentielles, des ravins et des sommets, des obstacles et des complices. Et au bout, une soif étanchée, fraîche et fertile. Somptueux, Angel Baby. Love that. ATTB.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Love that, me too, my friend
      Mon cher complice de banc.
      Kisses. ATTB
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  14. J'aime ce beau voyage.
    Et surtout, ce que j'aime par dessus tout ce sont les chemins de traverse, les petits, les grands, les sinueux, ceux qui me propulsent dans les airs et ceux où je me sens perdue. Je ne me lasse jamais de d'ôter les lacets de mes souliers...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'aime ces chemins de traverse, eMmA.
      Les paliers, les bivouacs, les pauses salutaires...
      Tout ce qui permet de rendre le chemin moins dru.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  15. Voyager au fond de soi est une découverte de chaque instant...
    "je ne vois qu'un moyen de savoir jusqu'où on peut aller.C'est de se mettre en route et de marcher." Henri Bergson

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah Bergson, le philosophe de la joie.
      Il a dit un jour : « Ainsi, jusque dans notre propre individu, l'individualité nous échappe. Nous vivons dans une zone mitoyenne entre les choses et nous, extérieurement aux choses, extérieurement aussi à nous-mêmes.»
      C'est sans doute à partir de ce constat qu'il a décidé de faire son voyage intérieur...
      Merci Marie
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    2. "Je n'ai besoin de Bergson en Harley Davidson
      Je n'ai besoin de Bergson pour savoir où on peut aller
      l'individualité nous échappe, en route et sur ma machi-i-ne
      vivons en zone mitoyenne, entre les choses et nous

      Je n'ai besoin de Bergson en Harley Davidson
      je n'ai besoin de Bergson extérieurement aux choses
      ... ... ..."

      Bleck

      Supprimer
    3. Excellent l'ami !
      C'est vrai qu'un peu de recul fait du bien.
      Et c'est vrai que quand on voit sa tronche, on a du mal à l'appeler le philosophe de la joie...il avait plutôt l'air d'être assis sur une punaise...
      Bon quand est-ce qu'on va boire un pot dans ta zone mitoyenne ? Tu m'emmènes sur ta Harley ? ;-)
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  16. Oui, c'est une très belle balade celle qui mène à la découverte de soi, sortes de voyages immobiles auxquels tes mots bien choisis nous convient et nous encouragent!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Alezandro, c'est toi qui m'encourage dans cette démarche, elle paraît si incongrue à certains, qu'il faut un certain courage pour s'y lancer...et s'y tenir...
      Un voyage immobile mais qui emmène pourtant très loin...
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  17. Un texte magnifique, à ton image, à ton voyage qui t'a porté (envolé) vers la renaissance... J'avais écrit il y a quelques mois sur le temps qu'il fallait pour aller de la poupe à la proue, c'est un peu la même idée, se trouver...après bien des faux-pas et regarder droit devant une fois que nous sommes à la proue ! Mais je t'ai écrit ...ailleurs pour te le dire ! Bisous de tout ♥ ma céleste♥

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci ma douce amie.
      J'ai hâte de lire ce texte que je devine fantastique (j'en aime en tout cas le thème)
      Quel bonheur de te voir passer ici, le dimanche. C'est le petit bonbon sucré de la semaine.
      Gros bisous ma belle💜
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  18. Tu es sûrement la personne la plus extraordinaire que je connaisse.
    Et cela, je le dis parce que le voyage vers ton intériorité, je l'ai fait avant toi, qui doutait tellement de ta valeur.
    Alors, je peux le dire maintenant ?
    Bises
    Angela

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu es un amour 💜
      Je ne sais pas que dire d'autre
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  19. Bonjour Célestine, faire le tour de soi-même est déjà un grand voyage et on y découvre des richesses.
    C'est avec plaisir que j'ai lu tes mots accompagnés d'une belle photo et superbe musique.
    Un grand merci ♥
    Bisous ♥

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Denise, tu es une vraie gentille, toi.
      Et une lectrice si bienveillante.
      Merci de tout coeur
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  20. En somme, tu proposes un Kho Lanta intérieur et intime ?
    La citation est bien choisie, peut-être ceux qui font le tour du monde le font pour ne pas avoir à faire le tour d'eux-mêmes. Mais au moins ils font quelque chose , eux...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le voyage intérieur, c'est faire quelque chose, c'est même assez intense...en émotions et en découvertes.
      C'est pourquoi j'en parle avec des étoiles dans les yeux...
      Mais bon c'est une constante chez moi, les étoiles dans les yeux. lol :-)
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  21. J'aime la poésie de ton voyage intérieur, les allégories d'embûches et d'émerveillements.
    Oh oui, quel chemin, que de bagages à soulever pour aller à l'intérieur de soi et essayer d'en tirer "la substantifique moelle", celle qui nous permettra de continuer , sans regrets,la route, plus léger, plus doux envers nous-mêmes et les autres (ces autres qui sont nos compagnons d'avancées)
    Et, coquine Céléstine, tu proposes d'autres voyages moins ardus, plus sensuels mais revigorants aussi !
    Enjoy !
    Nicmo

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. L'un n'empêche pas l'autre, chère Nicmo. Je dirais même que l'un facilite l'autre, et que « bien dans sa tête, bien dans son corps », est sans doute un adage très vrai.
      Merci de ta fidélité et de tes mots qui me font un petit peu planer ce soir ^^
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  22. Coucou dame céleste. Le voyage que tu décris est assurément un beau voyage. Mais combien de nos semblables font leur valise qu'ils n'arrivent ensuite pas à fermer tellement elles débordent de choses inutiles et s'embarquent pour de fausses destinations? J'apprends, tout doucement, à n'emporter qu'un petit baluchon dans lequel je mets beaucoup d'amour et d'amitié, des rires et du bonheur. Merci pour tes mots si poétiques et pour ce beau voyage auquel tu nous convies. Bises alpines et belle semaine à toi.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je parle d'un voyage ou, non seulement on ne fait pas de valises, mais au contraire, on s'en défait, les unes après les autres, on les pose sur le bord du chemin.On s'allège, on se met à nu. Et l'on retire les essentiels qui tiennent, il est vrai, dans un petit baluchon. Tout petit mais très dense.
      Tu as quelques années d'avance sur moi, mais je sais que j'y parviendrai tout doucement.
      Bises très célestes
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  23. Récemment, et pas pour ce qui vient de m'arriver, donc récemment je me suis demandée ce qui me permettait de ne pas m'effondrer ?
    Bien des mots me parlent dans ton texte lumineux.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je suis touchée de ce que tu dis, Lou.
      La lumière de mon texte vient sans doute de celle que j'ai découverte au fond de moi, qui ne demandait qu'à briller...
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  24. Je suis plutôt pragmatique et ma vie agitée ne m'a jamais laissé le temps de l'introspection.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il est fort possible que l'on n'en éprouve nullement le besoin. Si l'on se sent bien dans sa vie, que l'on n'a pas de problèmes existentiels et que l'on se sent en harmonie avec soi.
      mais il arrive que ce bel équilibre soit perturbé...C'est ce qui m'est arrivé.
      Tu es chanceuse
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    2. Pas tant que ça, il a fallu une dépression et plusieurs années de psy..

      Supprimer
    3. Plusieurs années de psy, c'est de l'introspection, ça... ;-)
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  25. Ton texte m'émeut beaucoup.
    J'ai la larme facile en ce moment, mais non, je ne crois pas être dépressive. Je précise parce que c'est ce que j'entends en ce moment.
    Anxieuse, un peu déprimée soit, mais pas dépressive.
    Prête et à point pour un voyage vers des rives pourtant maintes fois explorées.
    Et merci, Célestine pour ton gentil commentaire.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Non ne t'inquiète pas, avec tout ce que tu as passé, plus le froid, et le fait que tu ne bosses plus, c'est une peu normal, quand même d'être déprimée.
      Mais tu sors, tu écoutes de la musique, non tu n'est pas en dépression, je ne suis pas spécialiste mais je le ressens comme ça.
      Je te souhaite un beau voyage en toi-même.
      Bisous ma belle
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  26. et si ce chemin n'aboutissait pas à un beau panorama, mais à de terribles découvertes ?

    "Tous nos malheurs, dit Pascal, viennent de ne pas vouloir rester dans notre chambre. La pluie fine nous y retient. Nous descendons alors au plus profond de nous-mêmes, par de petits escaliers en fer, des escaliers glissants et des couloirs humides. Nous y trouvons, à droite, nos souvenirs de régiment, à gauche nos souvenirs scolaires.
    Plus bas, nos pires instincts.
    Plus bas encore, dans des ténèbres incroyables, dans des cloaques qu'on se refuse à nommer, des fantômes griffus et des larves si chauves que nous remontons à toute vitesse, et nous nous replions en désordre, car l'homme fait toujours peur à l'homme quand il le rencontre en lui-même." A Vialatte

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, c'est vrai. C'est un risque. D'ailleurs j'en parle dans mon texte.
      Et il est vrai que cela demande un certain courage de faire face à ses cloaques et ses fantômes griffus. Mais cela peut aussi être une libération.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  27. Ben flûte, où est mon com' ?
    Je suis très émue par ton texte, Célestine et merci pour ton gentil message.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Là, juste au-dessus...
      Un petit bug de Blogspot, qui se tire la bourre avec Canalblog... ;-)
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  28. Tu nous proposes donc un voyage intérieur à la recherche de nous-mêmes...
    Il faut apprendre à s'accepter tel qu'on est avec ses forces et ses faiblesses pour accepter l'autre!
    Apprendre à s'aimer pour pouvoir aimer...
    gros bisours

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu es la sagesse, cathy.
      merci pour ces mots.
      C'est trop mignon « bisours » :-)

      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  29. C'est fou ce qu'on peut laisser trainer de papiers gras et de peaux de bananes derrière soi durant sa vie.
    Pour avancer il faut se tailler le chemin à la machette, parce que rien n'est simple et en se retournant pour voir le chemin parcouru, c'est à la tronçonneuse qu'il faut dégager la vue parce qu'à avoir voulu contourner les écueils ils en deviennent de plus en plus encombrants...
    Dis Céleste, c'est où la déchetterie des occasions perdues, des enfoirades subies et des ratages, que j'y vide mes poches et ma besage ?
    Molto baci Cara

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ces choses-là se délitent quand on a posé des mots dessus, qu'on les a acceptées et comprises...Elles se mettent à tenir beaucoup moins de place. C'est comme défragmenter un disque dur.
      Pas besoin de déchetterie, ni de consigne à bagages. Tout se condense en un petit paquet version « compression de César » On n'oublie rien, mais on assume, on comprend, on analyse...
      Un long boulot.
      A côté des occasions perdues, des enfoirades subies et des ratages, il y a les rencontres géniales, les cadeaux de la vie et les réussites...Et tout cela brille d'un nouveau soleil quand on a réglé son compte à son passé. ;-)
      Ti bacio caro mio

      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    2. Ces arts de compression prennent certes moins de place, mais la densité augmente... C'est le poids que ça représente que je m'efforce de réduire.
      Pour ça, j'éparpille, je ventile, je vaporise...:-)
      J'ai quelques belles étoiles accrochées dans mon ciel, plus que des ratages.
      Quant aux enfoirades subies, leur sort est réglé depuis longtemps.

      Buona notte e ti abbraccio Sorellita

      Supprimer
    3. Il faut dire que tu as augmenté soudainement ta densité métallique, non ?
      ceci explique peut-être cela... ;-)
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  30. J'ai dû mal à commenter et pourtant c'est un sujet qui me parle...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est vrai que c'est étonnant de ta part, toi qui es toujours si prolixe...
      mais l'essentiel du message est passé en quelques lignes :-)

      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  31. Là où je vis il est fréquent de découvrir des huîtres échouées sur la plage... désormais, je regarderai les huîtres ouvertes d'un autre oeil !

    Bleck

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. En effet ! C'est peut-être le coeur profond d'une Célestine qui s'est envolée et qui flotte au-dessus du sable. ;-)
      Ou alors c'est que tu as abusé de substances illicites. ;-)
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  32. Le chemin est long avant de se trouver, il y a les embûches, les trous noirs et les plages ensoleillées... Il faut atteindre un certaine sérénité avant de pouvoir accepter que l'on n'est pas toujours maître de sa vie et qu'il faut souvent s'adapter au changement... et enfin s’accepter soi même... Mais se connait-on vraiment soi même?
    Merci d'être passée sur mon blog, je t'ai répondu directement dessus, problème de newsletter et je ne reçois pas de mails de vos commentaires, je dois regarder sur canalblog..
    Bisous et merci pour ce beau texte

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Se connaît-on vraiment soi-même ? Non, au départ, mais ensuite, de plus en plus, même si évidemment ce n'est pas à cent pour cent. Il y aura toujours cette part de nous à laquelle nous n'avons pas accès...
      Merci pour ton passage, belle conteuse
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  33. En plongeant dans ton texte, j’étais happé, chère Céleste amie, par un voyage parsemé d’incommensurables découvertes. On voit le monde tel qu’il est avec ses multiples facettes, aléas et surprises agréables ou déçues, ses chemins de croix, ses milliers de couleurs de beauté, dans sa jungle, inextricable et immense. On apprendra à ne compter que sur soi. Des âmes sœurs peuvent apparaître parfois, comme une lumière d’espoir pour te conduire, te soutenir, te relever pour continuer ta route du désert ou de cette jungle envahissante dont tu parles.
    Tu sais disséquer, interroger, observer les multitudes tribulations que vit chaque être dans ses pérégrinations insondables de notre monde.
    Tu trouves les mots pour étayer toute ta valse de vie dans tes moments de gaité, de joie, de tristesse, de déception et tu donnes une visibilité à notre chemin, car dans chaque être est logé en lui, une certaine force de régénération de soi qui permet de continuer la route jusqu’à son terme.
    Je t’offre cette citation du poète que tu toujours admiré, Khali Djibran : « Je suis voyageur et navigateur. Et tous les jours je découvre, un nouveau continent dans les profondeurs de mon âme ».
    Oui Céleste tu as puisé dans les profondeurs de ton âme et tu nous as concocté un texte d’une magnificence absolue pour un magnifique voyage. Merci
    Mes mille bises régénérées.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Si j'avais connu avant la citation de Gibran, je l'aurais mise en exergue de ce billet...
      Elle est somptueuse comme tes mots qui me happent et qui me rappelle la grande époque ou tu ne tarissais pas d'éloges sur les mots des Plumes...Ta plume alors courait comme un cheval sauvage et galopait dans la mer en soulevant des bouquets d'eau blanche.
      J'aime ton commentaire, poème dans le poème, c'est beau comme un matin d'avril.
      Contente de régénérer ton inspiration, cher poète.
      Ce qui n'était pas évident avec un sujet aussi ardu que le voyage intérieur.
      Mille bises respirantes
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    2. Ton commentaire m’a aspiré profondément pour tant d’éloges trop généreux pour moi et pourtant si j’étais comme tu le dis, un cheval fougueux galopant dans les mers en furie, tu étais la muse la plus exquise, la plus fertile, qui m’avait aidé à sauter des barricades les plus hautes, les plus étendues et tu étais l’omniprésente de mes embardées dans les plumes d’Aspho sans oublier les tiens des textes qui étaient d’une texture haut en couleur que j’admirais beaucoup.
      Merci de tout coeur Céleste

      Supprimer
    3. Je suis toujours cette muse-là. Les gens ne changent pas. Ce sont les regards qu'on leur donne qui changent...ou pas.
      La fidélité en amitié, c'est sans doute de garder le même regard quelles que soient les épreuves que l'ami traverse...
      C'est difficile mais très beau. Et au final, rien n'est plus gratifiant.
      Kisses
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  34. Cette citation je l'ai postée sur le grand réseau récemment, elle me parlait vraiment. J'y suis dans ce voyage intérieur, d'ailleurs je crois que j'y suis depuis toujours et pour toujours. Je ne cesse d'y découvrir les saisons. J'admire ta capacité à y mettre de si belles images.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Mel.
      C'est une chose que je sais faire, accrocher des images aux mots...
      Tu as cette chance d'être connectée à ton paysage intérieur, tu sais qu'il y a des gens qui ne sauront jamais y accéder ? On pense trop, sans doute, mais on pense...
      Je t'embrasse fort
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  35. Plonger en soi-même est toujours un voyage éprouvant mais délicieux. Tu as su l'écrire parfaitement, admirablement. Le voyage n'est jamais terminé. On peut y revenir pour se raccorder à l'esssentiel. C'est comme le voyage au désert, chaque année avant Pâques...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tes mots me touchent, Lakevio.
      Je e participe pas à ton défi, aujourd'hui, mais c'est toujours un plaisir de recevoir ta visite.
      Le voyage dans le désert, oui, il y a de ça... l'introspection s'accommode bien avec la solitude.
      Bisous célestes
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  36. Le travail de la vie, plonger en soi pour se rencontrer... On tarde à commencer le voyage et puis un jour des évènements nous obligent, merci la vie ! Bises enneigées, céleste Célestine. brigitte

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. De la neige sur des Plumes d'ange, ce doit être très joli...
      Oui tu as raison, c'est la mort de mon père qui a déclenché le voyage.
      Merci chère Plume
      Bises ensoleillées (je sais j'ai de la chance)
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  37. Ton expérience m'est très utile. Le fleuve de ma vie ne s'écoule pas vraiment sans moi mais passe encore par le bien être et le bonheur des autres raison pour laquelle j'ai besoin qu'on me tienne la main pour éviter les chutes. Un Bisoumerci

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu y arriveras bientôt, ma Chinou.
      Un jour, tu quitteras le bord du bassin, et tu t'apercevras que tu nages seule même là où tu n'as pas pied ! Ivresse !

      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  38. Ma chère précieuse
    Je vous souhaite le meilleur dans votre périple vers votre intériorité. J'ai pris, comme de coutume, énormément de plaisir à vous lire, et j'utilise à dessein cette métonymie, car c'est vraiment vous que je lis, et non votre écriture.
    J'aime le livre ouvert de vos friches et de vos paysages profonds. Vous les décrivez avec un bonheur merveilleux.
    Merci de tout coeur pour cet énième trait de votre singularité magnifique.
    ~L~

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Que voulez-vous que je rajoute à ce dithyrambique éloge ?
      Vous m'êtes inconditionnellement acquis, cher ami, et cela m'émeut.
      Merci.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  39. Quel texte magnifique Célestine!!! J'aime tant tes images et ce qu'elles disent. Je ne suis pas sûre d'être encore arrivée au bout de moi-même mais j'avance... Bisous à toi

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Est-on jamais sûr d'y arriver ?
      Mais le chemin vaut la peine n'est-ce pas ?
      Gros bizou
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  40. Comment parvenir au bout du coeur de soi, aux bouts de soie, Célestine, quand comme Chinou, .... "le fleuve de ma vie ne s'écoule pas vraiment sans moi mais passe encore par le bien être et le bonheur des autres" .... je sens et sais "que le chemin y (est) sera aride. Aride et rude". Mais tes mots donnent tant envie d'y parvenir pour reprendre souffle et raffermir mes pas et découvrir avec les mots de khalil Gibran, cités par Bizak : "un nouveau continent dans les profondeurs de mon âme ».

    Merci à toi Céleste si précieuse qui connais tous les chemins qui accompagnent .... et aperçois comme Victor Hugo « cette faucille d’or dans le champ des étoiles. »

    Merci pour cette sublime poésie.

    Je t'embrasse.

    Den

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tes mots toujours choisis au plus juste, et empli de ta poésie si unique, oui tes mots me manquaient Den.
      Mais tu m'as rassurée. Oui le chemin est aride et rude, mais il est beau, et je sais que tu le suis avec espérance et persévérance.
      Je ne connais pas tous les chemins encore, je balbutie toujours, mais je me sens affermie au bord des précipices, par l'amitié de gens comme toi.
      Je t'embrasse fort💜
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  41. Je comprends que tes textes soient détournés à fins de roucoulage par des ahuris sans dignité... Ca me ferait bien râler aussi, j'avoue! Mais peut-êtres les dulcinées ainsi dupées finiront-elles par réaliser : non, ce béotien ne peut pas avoir imaginé ça, il l'a piqué. Et ou? Cherchons, cherchons encore, copié-collé dis-moi tout...

    Bref, ton billet est merveilleux en tout cas... oui ce voyage nous acceptons de le faire, ou pas. ON reste bien au chaud dans le lit des self-illusions, ou on prend son couteau, son courage et ses bottines et on on y va. On s'y fait pas mal de cicatrices, certaines nous déforment même un peu mais va savoir pourquoi.... on dit que ça ajoute à notre charme !!!

    Baci sorellita!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le charme des gens vrais, qui ne se la racontent pas... oui, c'est certain.
      J'avoue que cela fait une drôle d'impression de se savoir plagiée, surtout par un manipulateur qui abuse ainsi la confiance de quelqu'un.
      Heureusement le copié-collé dans un moteur de recherche nous est un précieux indicateur...
      La seule consolation est de se dire que ce que l'on écrit est digne d'être copié...Piètre consolation.
      Baci la mia bellissima ragazza
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  42. Mais c'est ma vie tout ça ! Comment as tu pu deviner !! J'ai beaucoup voyagé à travers ma vie et ce ne fut pas toujours facile. Maintenant ça va mieux. Sans doute l'expérience et le recul .....Ton texte est très fort et comme toujours riche de belles images. Vive la vie !!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Quel enthousiasme, Daniel. Tu me combles !
      Merci pour ces mots pleins d'espoir. Qui prouvent que ce voyage mouvementé n'est pas vain.
      Belle journée mon cher ami
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  43. J'ai lu ce texte hier, au son de la mélancolique musique au nom sauvage.
    Sience.
    J'y reviens ce soir, accompagné de la même musique.
    Je lis les mots de chacun.
    Je relis la phrase de Gandhi.
    Je songe au voyage intérieur.
    Le mien.
    Je m'arrête sur cette phrase : « Alors, as-tu commencé ? »
    Et là je me rends compte que je suis déjà loin...

    Merci :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oups... deuxième ligne : Silence

      Supprimer
    2. Oui je crois que tu es un pionnier en matière de voyage intérieur.
      Personne ne saurait le nier. Cette musique est fabuleuse, je trouve, car elle fait jaillir des choses profondes...
      Je ne sais de quoi tu me remercie, mais je prends.
      Affectueusement, et fidèlement
      bien à toi
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    3. Ouhla, il serait bien prétentieux de ma part d'imaginer être un pionnier en la matière :)
      J'ai seulement ressenti, en te lisant, que je me sentais loin du commencement entrepris... il y a longtemps. Actuellement ce serait plutôt le voyage immobile.

      Mes remerciements vont vers qui me fait ressentir quelque chose d'agréable :)
      Amitiés

      Supprimer
    4. Un pionnier dans mon entourage, évidemment...
      Peut-être parce que tu m'as donné, il ya déjà longtemps, le goût de l'introspection...
      Ton voyage n'est immobile qu'en apparence.
      En réalité tes lignes bougent profondément.
      Merci pour ton amitié.
      Tu sais toute l'importance que j'accorde à ce mot.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  44. J'ai posé des mots sur les silences mais les écueils se sont ligués;un chemin long et sinueux qui accompagne notre vie, guetteur, veilleur ou bien taiseux ? Difficile voyage !
    Merci Célestine pour ton billet plein d'enthousiasme et de beauté.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Chaque voyage est différent, certains sont plus difficiles que d'autres sans doute.
      je te souhaite le meilleur, chère balaline.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  45. J'adore cette citation de Gandhi et elle est tellement vraie !
    Et puis tes mot-voyageurs sont si beaux et doux!
    Bisous petite Blue.
    ;-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. O Cristina c'est gentil.
      Heureuse de te revoir après ce long silence.
      Toi aussi tu étais en voyage intérieur? :-)🦋
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  46. J'essaie encore une fois...Je sais que c'est mon ordinateur qui merdoie
    Personnellement, je suis trop trouillarde. Je préfère rester à quai...
    C'est comme ça...
    Bisous chère fée

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu verras, un jour tu y viendras...
      Oserai-je dire que tu es trop occupée encore , ma luciole, trop « la tête dans le guidon » ?
      Bisous sincères
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  47. c'est vrai le voyage intérieur est étonnant, j'y pense souvent en retrouvant mes cahiers d'écriture, une impression d'avoir déjà voyagé dans ces contrées intérieures là, tiens! je connais! j'ai déjà écrit ça mille fois! mais en y regardant bien, il y a de minimes détails qui montrent que j'ai avancé un pas ou pris un peu de hauteur, ou dégagé de l'espace, ce qui montre que le voyage n'est jamais vraiment le même
    bises

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui c'est un périple plein de surprises...
      Bon voyage ma belle Sylvie ! ♥︎
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer



Je lis tous vos petits grains de sel. Je n'ai pas toujours le temps de répondre tout de suite. Mais je finis toujours par le faire. Vous êtes mon eau vive, mon rayon de soleil, ma force tranquille.
Merci par avance pour tout ce que vous écrirez.
Merci de faire vivre mes mots par votre écoute.