vendredi 20 octobre 2017

Ils me sont tombés sur l'érable...

« La vie est un mystère à vivre, et non un problème à résoudre »
Gandhi.










Simplicité (2)



Les grands arbres du parc se sont penchés vers moi comme pour m'écouter.

Je leur ai dit combien j'aimais la complexité des choses, le mystère des étoiles,  la douce confusion des rêves, la subtilité des mots, les énigmes mathématiques, l'art et la poésie, parfois sibyllins, l'étrange alchimie de la naissance d'un être. La magie de la vie qui éclôt. 
Et dans le même temps, combien je détestais de plus en plus la complication ! L'embrouillamini relationnel. Tous ces égarements, ces malentendus, ces fausses pistes, ces hypocrisies, ces masques. Ces non-dits. Ces mal-dits. Ces liens tordus, qui font mal, qui serrent le coeur et les poignets. Ces situations inextricables dans lesquelles on s'enferme en pensant ne jamais pouvoir en sortir...

Alors les grands arbres ont pris la parole :
Apaiser tes relations aux autres, voilà ce qui te meut, comme dirait la vache. ( Ces arbres ont de l'humour) Centre-toi sur l'essentiel. Trie. Assainis. Balance à la corbeille.
 Tente, jour après jour, de débrouiller cette pelote d'émotions et de sentiments ébouriffés qui t'agitent depuis toujours. 
Ouvre les yeux sur toi-même. Sur tes besoins, tes aspirations, tes envies. 
Accepte l'inéluctable mais refuse l'inacceptable. 
Fuis à toutes jambes tous les jeux de rôles malsains, triangles de Karpman, trafics de pouvoir et d'influence, dominations, manipulations en tous genres. 
Ne garde que les relations qui t'apportent, au plus profond, de la joie. 
Dis les choses. T'es pas là pour pleurer, ma p'tite. Laisse ça au saule, il fait ça si bien...
Les chagrins inévitables sont déjà bien assez nombreux.
Exprime-toi clairement, calmement, mais fermement.  Sans peur de déplaire, ou de sombrer dans la solitude. 
Ne crains rien, ne te censure pas. Si on ne te comprend pas, c'est qu'on ne te correspond pas. 
Entre en cohérence intime, en congruence, c'est à dire fait coïncider tes paroles, tes pensées et tes actes. 
Et puis...respire, hein. Souris, Blanche. 
Et ris, de toutes tes forces, de toutes tes dents. Rien n'est grave...Tout est simple.
Comment ? 
Difficile, dis-tu ? ha ha ha ! mais qui a dit que simple, ça voulait dire facile ?

***

- Célestine, t'as vraiment parlé aux arbres ?
- Mais non, patates, c'est une figure de style, c'est de la rhétorique, vous ne pouvez pas comprendre...
- Pffiou ! tu nous fais peur, des fois. 
- Vos becs, les mouettes. Simplement et fermement.

¸¸.•*¨*• ☆



Musique: Nils Frahm, Because this must be.

128 commentaires:

  1. Je suis sûr que tu sais murmurer à l'oreille des arbres et que tu le fais. C'est juste qu'il ne faut pas les écouter avec ses oreilles mais avec son âme. Le commun des mortels ne peut pas comprendre la transmutation des énergies du végétal à l'humain. C'est un peu comme de la physique quantique, mais en plus subtil et il faut un coeur de poète pour y arriver.
    Tu as ce coeur de poète et la finesse d'âme et d'esprit nécessaire....

    Mais de quoi donc se mêlent ces volatiles braillards ? T'as eu raison de les rembarrer, y pourraient pas comprendre...
    Ti bacio Céleste

    RépondreSupprimer
    Réponses

    1. Bien sûr que je parle aux arbres.
      Et ils me le rendent bien.
      Pour les mouettes, j'ai été obligée de changer un titre qui était déjà pris. pas envie d'être accusée de plagiat par les ayants droit (et gauche) de Robert Dhéry...
      Toi tu fais partie des relations qui m'apportent une joie constante et profonde.
      Ça fait combien de temps qu'on se connaît ? Jamais une dispute, jamais un mot plus haut que l'autre. Enfin si, des fois tu dis montagne, c'est plus haut que mer...
      Je plaisante, mais faire partie de tes amis, ça m'émeut beaucoup. Et non, je rajouterai pas "comme dit l'autruche" parce que c'est sérieux, là.
      Sérieux comme le plaisir que j'ai à te lire chaque fois que j'élucubre ici.
      Ti bacio forte, il mio amico
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    2. Rassure-toi Sorellita, j'en ai autant à ton service...
      Ti bacio forte et ti voglio bene

      Supprimer
    3. Même si je n'en doutais pas, ça fait du bien à entendre...
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  2. Tiens... ton écrit fait un peu écho au mien. La complexité, j'essaie de la fuir, pas toujours avec succès. Mais je m'y essaie.
    Et dire ce que je pense, avec diplomatie certes, afin de faire entendre mon point de vue et ne pas me faire embarquer dans quelque chose qui ne me convient pas. Seulement voilà, pour faire ce genre de choses, en toute intelligence et dans le respect de l'autre, il faut que celui ou celle qui se trouve en face, le comprenne. Entendre certaines choses qui ne font pas forcément plaisir demande d'être ouvert d'esprit et constructifs.
    Dernièrement, j'ai dit les choses dans le cadre de mon travail... mais voilà. Faire entendre à des dirigeants qu'ils ne travaillent pas de manière éthique et qu'ils font n'importe quoi, c'est mal perçu par ces mêmes dirigeants s'ils sont narcissiques, sans intelligence émotionnelle, manipulateurs et j'en passe et des meilleurs. On connaît la suite.
    Et pourtant, je ne regrette rien car j'ai toujours été en conformité avec mes valeurs. Je pense que c'est cela le plus important. Dire, être, avec soi, dans le respect de soi et dans celui des autres. Et tant pis pour ceux qui ne comprennent rien à rien... Je t'embrasse et passe une belle fin de semaine.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Moi je dirais que c'est plutôt le précédent épisode qui fait écho au tien...La contemplation de la nature...
      Je ne fuis pas la complexité, qui est stimulante pour les neurones. Mais plutôt la complication, si tu as bien saisi chère Dédé.
      Et ce que tu as vécu dans ton travail, je l'ai vécu aussi, il y a une paire d'années.
      Être en « conformité avec ses valeurs », ce que l'on appelle la congruence, donc, est à mon sens la meilleure façon de ne pas laisser trop de plumes dans un conflit. Parce que l'on a la satisfaction, après la tempête, de prononcer ce « je ne regrette rien » si important pour la construction personnelle...
      Ta conclusion montre le cheminement de ta pensée à l'intérieur même de ton commentaire, qui part de « il faut que l'autre en face le comprenne » et arrive à « tant pis pour ceux qui ne comprennent pas »
      Autrement dit, n'en faire qu'à son coeur.
      Tout simplement.
      Bises célestes

      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    2. C'est compliqué tout cela. ;-)

      Supprimer
    3. Ou complexe plutôt non ?
      Ouh que je suis taquine...
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  3. Mieux vaut parler aux arbres qu'au murs, quoiqu'à tout prendre s'il n'y a que des murs, je préfère ça à l'indifférence.

    Bleck

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. A condition de trouver un mur qui ait des oreilles !
      Plus sérieusement, tu as raison, l'essentiel est de pouvoir s'exprimer. Les bouteilles à la mer finissent toujours par toucher une plage...
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  4. Tu seras un homme, mon fils ! :o)

    Mais si, ça vaut pour les filles, enfin !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'avoue que ça fait du bien de l'entendre...
      Les hommes sont des femmes comme les autres, comme a dit le grand philosophe Marx (Groucho, pas Karl) lui même relayé par le grand poète du XX° siècle Marc Lavoine... ;-)
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  5. Difficile, pas simple de faire le tri sélectif. Hêtre ou ne pas hêtre en congruence, en confluence, en confiance. J'ai un peu de mal avec ls arbres car je débute seulement en arbrologie. Pourtant je les aime, n'ayant jamais eu le moindre rameau à moi. Il m'a fallu bien des heures pour connaître le bouleau. Bien du temps, pour le pin, perdu. Peu plié aux arbustifs examens je ne suis pas très futaie pour les identifier avec certitude. Mais peu à peu je brise mes chênes et tout doucettement, c'est comme ci, séquoia, je m'améliore et ne cèdre jamais à la facilité de renoncer.
    Inextricablement, ton ami, bises à tous ces grands végétaux, Miss Poirier W. ATTB.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Voilà un commentaire dont tu as le secret, et qui me tire des oh ! et des ah ! A se palmier d'aise...
      Je me sens un peu pommiée, là, pour te répondre...Je suis même au bord du mélèze, là...
      Tu me la fais au charme, pas facile de m'approcher au cyprès de ton génie des mots.
      Epicéa moi de faire l'effort...je ne vais tout de même pas me noyer dans un verre d'eau.
      Alors je te le dis: à l'aulne de tes mots, je te décerne tous mes lauriers.
      ¸¸.•*¨*• ☆


      Supprimer
    2. " pas facile de m'approcher au cyprès de ton genie"
      Certes, je sais, je sais bien, mais je reste un grand modeste. Epicéa mon tour de trouver une réplique. J'en tremble sans osier, quelque chose me frêne. Peut-être as-tu sureauestimé mon génie et pour tout dire je me sens un peu liquide au bar, ou liquidambar, presque par alisier par l'émotion. God sève me with kisses from me to you. ATTB.

      Supprimer
    3. Je suis sciée...
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  6. Ils sont pleins de sagesses ces arbres

    RépondreSupprimer
  7. Je t'imagine tout à fait parlant aux arbres... Ils sont de bons conseils apparemment!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Venant de Manou dans la forêt, je prend ça comme un compliment ;-)
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  8. Bonjour
    Parfois, je me demande si parler aux arbres et à la nature n'est pas plus simple qu'avec les êtres humains! J'ai l'impression qu'ils nous écoutent mieux que certaines personnes...
    Beau texte!
    Bisous

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Absolument. Beaucoup plus simple.
      Et les réponses qui résonnent en soi, pour qui sait les entendre, sont beaucoup plus rassurantes et constructives qu'avec certaines personnes qui n'écoutent qu'elles -mêmes...
      Bisous
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  9. A force de dérailler comment pas imaginer, ne serait-ce qu'une minute, que l'écorce trouve pas normal d'entrer dans l'indépendance du tronc. Puisque si tout ne vas pas, c'est le fait de la dépendance. Bien vu Bouffi, seulement la vue courte c'est pas ce qui élargit le chant, comme disait l'accord vocal qui n'avait pas été signé sur papier. Me font chier plus qu'un bon transit c'est la santé, ces verbeux qui déblatèrent. Le prétentieux veut réformer. Mais réformer quoi ? Tout ça ne sert qu'à gagner du temps, pendant qu'on réforme on se mouille pas d'un seul acte. Seule la bile en profite. Les fois implosent, que ça en fout partout comme dans une série télévisée où le moral s'entretient par la violence. As-tu vu, le dernier truc c'est l'harcèlement, pourquoi devrait-on limiter cette saloperie de conduite au sexe. L'harcèlement a une parfaite polyvalence d'action. Enfin tout ça pour rien te cacher que l'arbre, le nôtre ma Céleste, il ne nous cache pas la forêt dans ce qu'elle étouffe genre Amazonie. Ton vieil indien qui pratique la culture de l'arbre-à-médecine en sait quelque chose
    On va pas se laisser sucer la moelle sans réagir. Faisons-nous l'aronde pour sauver le printemps. Pour ce faire l'automne est la meilleure saison.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Si tu fais allusion à la congruence, (ce mot pas très beau pour désigner quelque chose de chouette: faire ce qu'on dit et dire ce qu'on fait) , alors, c'est sûr que les politicards verbeux en sont loin...bien loin...
      Je sais que t'es un vieil indien qui pratique l'arbre à médecine, je l'ai lu dans les traces que ton vélo a laissées sur le sable...
      merci zoizo d'étendre ton feuillage jusque chez moi.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    2. Entre nous je devrais pas écrire ici qu'il n'y pas que mon feuillage que j'étends jusqu'à toi ô divine Maîtresse ...mais comme je ne cache rien...
      impossible de taire le bonheur que j'ai à fréquenter tes cours du seoir. Le mot barbare bien que français de congruence va comme un gant au beau parleur qui préside minoritairement notre belle campagne et ses bords de mer. Le préfixe dit tout en raccourci. Sais-tu que la plume avec laquelle je lui crache au cul, a des picots de marron dinde quand elle voit ses fumées s'allumer à l'horizon. Il a le message de curé que je déteste depuis qu'arrivant ici-bas. j'ai croisé des jeanne-d'arc dans tous les pâturages de mous tons.
      Je ne t'embrasse pas, je tant brasse, imagine qu'on est au bain et qu'il est minuit.

      Supprimer
    3. La liberté de parole est le bien le plus précieux que je cultive ici, comme une perle d'huître non mazoutée, non atteinte par les crachats de la bien pensance.
      Chacun s'exprime dans le respect de mes lecteurs. Mais rien ne t'empêche de vouer aux gémonies un homme public, ou du moins ses idées, après tout cela fait partie de leur sacré jeu de basse cour.
      Bain de minuit ? brr ! j'ai la peau de coq rien que d'y penser. Je préfèrerais un hammam.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  10. Vos becs les mouettes ? Et Chandon alors ? Qui déclarait pas plus tard qu'hier : "est ce que le jeu de Go est lent" ?
    Je vermote un peu ce matin ...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Les mouettes et Chandon, oeuf corse !
      Vermoter, c'est bon pour la santé...
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  11. Tes arbres ont bien raison de te dire de fuir tout ce qui disperse, qui complique, qui abîme. Ils sont remplis de sagesse.
    Moi je les écoute les arbres, n'en déplaise à certains, ils ont des choses à nous raconter.
    Bises normandes

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oh oui, plein de choses, ce n'est pas Lorenzo qui te dira le contraire... regarde la video si tu ne l'as déjà vue, elle est formidable.
      Bises du sud
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  12. Petrus09:59

    Parce que c'est toi, parce que c'est moi.. ..
    c'est tout simple.....dis ?

    C'est tellement simple de se compliquer la vie... y a qu' à écouter Lol
    C'est tellement compliqué d'être simple : il suffit de......

    Moi j'ai trouvé un truc : je sors de ma coquille et je prends un autre perchoir .
    De la le paysage est plus beau et mes semblables n'apparaissent tout d'un coup dans leur fragilité ordinaire..
    Plus de Mac trop sur de lui ou d'elle.
    Plus de cette emprise envoûtante de l'argent et du pouvoir.
    Simplement des êtres qui cherchent la lumière.. . et que j'ai envie d'aider

    C'est simple , non ?
    Simplement changer de regard , de point de vue, adopter les bonnes lunettes

    Mes bises en toute simplicité
    Pierre

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui c'est tout simple, encore faut-il l'audace de changer de lunettes.
      T'es sponsorisé par Affreux Loup ?
      Hihi !
      J'ai l'humeur primesautière...mais tu as raison, bien sûr.
      Bises en retour
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  13. Voilà, on en revient toujours là, suivre son parcours, à soi, sans exclure les rencontres, les échanges, au contraire, mais sans tricher, sans se faire manger l'espace, sans l'amertume et l'aigreur qui enlaidissent tout, se regarder soi en tout conscience et les yeux dans les yeux, et en faire autant avec les autres, même au travers des mots.
    Garder le désir, et ce droit très précieux que certains oublient trop vite, celui de pouvoir jouer au jeu qu'on veut avec qui le désire...
    C'est tout simple ♥

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Jouer au jeu qu'on veut...ou ne pas jouer, pour ceux qui préfèrent être sérieux. ;-)
      Mais en tout cas, en suivant ton programme de libération, oui. Sans problème, je signe.
      Rayer certains mots de son vocabulaire, voilà une activité nourrissante pour l'âme.
      Bisous belle blonde
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  14. à Walrus : tu ne seras jamais un homme ma fille, bien fait pour ta pomme...
    Comme eeguab j'ai entendu "hêtre ou ne pas hêtre", c'était Racine, je crois, qui parlait à quelques vieilles branches (de sassafras) qui l'écoutaient encore...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ca commence à devenir venteux du côté des parenthèses dirait l'ami René de Obaldia...

      Supprimer
    2. @ Blutchy
      Ah ...le vent dans les branches de sassafras...quelle pièce fantastique, une merveille !
      Ô terreur inconnue.... Ô nature trompeuse... ...Ce ne sont que soupirs, plaintes, gémissements
      Michel Simon...j'aurais bien aimé voir la pièce dans sa création originale...
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    3. Je me permets de glisser à Emma, Blutch et Celestine "Sassafras date" dans la calembourblogosphère.

      Supprimer
    4. Muahaha !
      Je dirais même plus sassafras date dans l’histoire ...
      Hihi !
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    5. @ Céleste
      C'est vrai que Michel Simon sassafras date dans le cinéma...

      Ce fut toute une histoire d'avoir un Michel Simon vieillissant en premier rôle dans cette pièce.
      Il avait des problèmes de mémoire et il était plus capricieux qu'un sale môme. Toute la troupe en a sué sous le burnous... et au final, il fut impérial...

      Michel Simon était un érotomane notoire, membre de la Confrérie des Taste-Fesses.
      J'avais entendu l’interview d'une directrice de théâtre qui racontait ses souvenirs d'avec Michel Simon.
      Un soir, il fait un caprice et refuse de jouer. Elle va le voir discute, négocie et il fini par accepter de monter sur scène... à la condition qu'elle lui fasse une gâterie.
      Question du journaliste: Et vous l'avez faite?
      La directrice élude et dit simplement: La représentation a eu lieu.

      La plaque commémorative apposée sur sa maison natale, à Genève, est assez particulière; à voir:
      https://www.tdg.ch/geneve/actu-genevoise/Le-facetieux-Michel-Simon-met-les-points-sous-le-i/story/26990192

      Ti bacio

      Supprimer
    6. L'anecdote que tu cites n'est pas vraiment à l'honneur de ce grand artiste...en pleine affaire Weinstein, elle jette même une ombre sur son aura, si je puis me permettre cette remarque iconoclaste et féministe.
      Remarque, ce que l'histoire ne dit pas, c'est si la directrice en question a aimé ça...
      Je ne savais pas, en revanche qu'il était un de tes compatriotes.
      Ti bacio
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    7. Autre temps, autres moeurs....
      La directrice ne semblait pas en avoir gardé un traumatisme, si ce n'est la peur de devoir annuler la représentation... ;-)

      Autrement, la France s'est accaparée beaucoup de talents suisses :-)
      Michel Simmon, JL Godard, Le Corbusier, Blaise Cendrars, Giaccometti, Marthe Keller, Ursula Andress, Henri Dès, Zep (Titeuf), Les frères Bourgnon, Vincent Perez, JF Balmer, Bruno Ganz, JL Bideau, Anne Richard, Alain Tanner, Madame de Staël, etc.....
      Baci, Cara mia.


      Supprimer
    8. On a même des tennismen qui étaient français et qui sont devenus suisses...par amour des vaches sûrement, et du gruyère sans trous...
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    9. Ah ça.... si c'était le lieu de résidence qui fait les équipes nationales, en tennis ou en judo la France ne pointerait même pas du côté des minimes de 3e rang...
      Les évadés fiscaux se gardent bien de demander la nationalité suisse, car ils perdraient leur statut de contribuable au forfait. Joli double sens à ce "forfait" là...

      Tiens! une bonne question pour Picsou à qui eut gagner des millions:
      Et si la résidence en France était obligatoire pour accéder aux équipes nationales ?

      Pour les pointures que j'énumère, eux ont fait le chemin inverse. Ils sont venus de Suisse et la plupart résident(ou ont résidé) en France.

      Supprimer
    10. Je suis sûre que tu vas nous expliquer le contribuable au forfait...
      Je le sens bien... ;-)
      Allez, ne te fais pas prier, ça manque à ma culture...
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    11. Vos désirs font désordre:
      Les étrangers qui ne travaillent pas sur le sol helvétique peuvent demander à être imposés au forfait.
      Dans ce cas, le fisc ne tient compte ni de la fortune, ni des revenus effectifs.
      Seules sont prises en compte les dépenses effectives en Suisse, sur la base d'une estimation faite en fonction de la valeur locative du logement.
      (en Suisse, le fisc estime la valeur de location du logement pour la rajouter aux revenus déclarés, sous déduction de l'intérêt de la dette hypothécaire)
      Donc, pour le calcul du forfait, le fisc prend 5 fois cette valeur locative qui devient alors le revenu déterminant pour le calcul de l'impôt.
      L'impôt sur la fortune est de 1% environ
      Pour les gros contribuables, l'impôt sur le revenu voisine 40%.
      Un exemple:
      Nous avons la "chance" d'héberger la patron d'IKEA dont la fortune doit voisiner 20 milliards.
      En calculant en taxation ordinaire, ce Monsieur devrait payer:
      - 200 millions au titre de l'existence de sa fortune
      - Même avec un tout petit rendement, 20 milliards à 4% de rendement représentent
      800 millions de revenus , taxés à 40%, ça représente:
      - 160 millions d'impôts en plus.
      Donc ce Monsieur devrait logiquement payer 360 millions d'impôts annuellement.
      Or taxé au forfait, il en paie moins de 100'000.--

      Voilà pourquoi "forfait" est à prendre en double sens.....

      Pour la petite histoire qui n'est pas à la gloire des citoyens moyens: Il y a deux ans, les Suisses ont du voter sur l'abolition de ces forfaits et ils ont refusé de les abolir... Oui, des cons, il y en a partout.

      Donc voilà en gros la forfaiture de l'imposition au forfait.

      Ti bacio Cara

      Supprimer
    12. J'adore ta conclusion : il faut prendre forfait en double sens...
      L'exemple de ce patron est édifiante.
      Moralité: quel que soit le pays, les riches s'en sortent toujours bien...
      Merci beaucoup pour ces explications longues, brillantes et intéressantes.
      Ti bacio forte e ti voglio bene
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  15. C'est intéressant : tu distingues "complexité", pour ce qui concerne les choses, la vie et l'univers, et "complication", pour ce qui est du relationnel. C'est loin d'être une nuance sémantique, évidemment ;)

    Et pourtant il me semble que la relation à l'autre tient bien du "complexe". Elle n'entre dans le registre du "compliqué" que lorsqu'on ressent l'entrave que cela représente. Et l'entrave, c'est quand il nous faut choisir entre nous-même (notre propre équilibre) et l'autre (ses attentes, ou celles auxquelles on s'imagine devoir répondre), avec qui la liberté d'être est forcément restreinte.

    Je retiens deux phrases : « Accepte l'inéluctable mais refuse l'inacceptable. »
    Elle est très claire ! Ne reste qu'à identifier l'inéluctable ;)
    C'est là une variante de la célèbre phrase attribuée à Marc-Aurèle…

    Et celle-ci : « Ne garde que les relations qui t'apportent, au plus profond, de la joie. »
    Elle me plonge dans une certaine perplexité, parce que finalement, la joie relationnelle profonde (qui irait au delà du simple plaisir) est pour moi une sensation partagée avec très peu de gens. Hors de ces exceptions cela peut arriver, mais alors de façon assez fugitive, par une sorte de petit miracle jubilatoire de coïncidences et synchronicités. Ceci expliquant sans doute pourquoi, tout bien pesé, la solitude me sied si bien ;)

    Merci pour cette piste de réflexions (inépuisables) que tu proposes :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @ Pierre
      Il n'y a que trois choses inéluctables:
      - l'hiver
      - La mort
      - et les impôts.
      :-)

      Supprimer
    2. @Pierre et Blutchy

      Bien sûr, ma nuance est loin d'être seulement sémantique. Elle est de l'ordre du vécu. J'aime la complexité, y compris dans les relations. Mais la complication, c'est en quelque sorte la déviance de la complexité. C'est ce qui fait que, comme tu le dis, on ressent l'entrave. lorsque cela apporte plus de mal que de bien, c'est là que ça se complique.
      Les choses inéluctables, pour moi, c'est le temps qui passe même quand on le freine des deux mains, l'impermanence des choses, la vieillesse, la mort, comme dit Blutch.
      L'hiver n'est pas inéluctable, puisqu'il suffit de se déplacer vers le sud pour ne plus en sentir les effets...
      Quant aux impôts, c'est une boutade, bien sûr, mais on ne pourrait-on pas imaginer un monde sans argent ?..

      Quant à ta dernière remarque c'est pour moi la plus cruciale: oui, je crois sincèrement que les relations que l'on tisse doive nous apporter de la joie au plus profond de nous.
      C'est sans doute pourquoi on dit que les vrais amis se comptent sur les doigts d'une main.
      Et je comprends que ce soit si difficile à trouver, ces coïncidences jubilatoires.
      Et c'est la même chose en amour, d'ailleurs.
      On n'est pas couchés, si on s'aventure sur ce terrain glissant !

      Bises jubilatoires et baci per te
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    3. Ah ça c'est marrant: en cherchant ce qui était réellement inéluctable, et avant de lire ta réponse à Blutch, j'en suis arrivé aux trois mêmes choses que toi : le vieillissement, l'impermanence, et la mort !

      Et pour ce qui est de l'amour, relation particulière censée apporter une joie profonde permanente... il y aurait effectivement beaucoup trop à en dire :)

      Bises joyeuses

      Supprimer
    4. Oui, l'amour est indissociable de la joie profonde et permanente, j'en suis persuadée. Encore faut-il savoir ce qu'est l'amour, ou plutôt ce qu'il n'est pas...
      Il n'est pas possession, ni restriction, ni privation, ni rétrécissement,
      Il est pulsation, élan vital, accomplissement et liberté.
      Il est le souffle.
      L'énergie universelle qui anime les êtres.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  16. Ah quelle sagesse t'ont transmis ces arbres, un vrai bol d'oxygène !
    Je te demande une faveur : peux-tu de ma part, les enlacer, les caresser et leur murmurer mon "meuh" ?
    Merci chère Célestine.
    eMmA conquise

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. eMmA conquise aussi, ta réponse... hihi !
      Oui, promis, je leur dirai.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  17. ha Célestine encore un effort et les arbres te parleront ... mais en quelle langue si c'est une langue ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est un commentaire au poêle, mais les arbres l'apprécient-ils ? :-D

      Supprimer
    2. @Thierry Gaudin

      Rhôô, mon petit camarade Blutch est taquin.
      Voyons est-ce une façon d'accueillir un nouveau venu sur mon totem ?
      Mais que vois-je caramba ! encore raté: vous êtes le 499 ° commentateur.
      Le prochain nouveau gagnera le yoyo en bois du Japon...
      Bienvenue chez moi. ;-)
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    3. TU es le 499° commentateur, pardon. je n'avais point vu que tu avais opté pour le tutoiement.
      Pour en revenir à l'esprit taquin de Blutch, c'est vrai que tu as un patronyme qui réchauffe...sauf peut-être du côté de Marseille ? ;-)
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  18. J'aimerais bien les rencontrer tes arbres....j'ai lu que les arbres "communiquent" entre eux alors dieu sait ce qu'ils arrivent à nous dire....
    Quand j'étais petite, j'avais un petit refuge dans l'abricotier - il était devenu comme une sorte de confident. Alors tu vois que chez certains, ce n'est pas une figure de style :-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bien sûr.
      Mon dernier paragraphe n'était là que pour éviter les commentaires du genre
      « faut arrêter de fumer la moquette »
      Mais bien sûr que l'énergie des arbres est étonnante, je ne peux que répéter ce que j'ai dit à Jean-François M: ce n'est pas Lorenzo qui dira le contraire. cette video est merveilleuse et je ne m'en lasse pas.
      Bisous ma miss
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  19. Bonjour toi,
    Je ne retiendrais que : "Si on ne te comprend pas, c'est qu'on ne te correspond pas." et m'en vais à la surface du monde le cœur moins lourd.
    (Parler aux arbres est naturel, c'est ne pas leur parler qui est suspect...)
    ;-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est pourquoi j'essaie simplement de te comprendre...
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  20. Chinou15:01

    Mais si , Céleste, je sais que tu as parlé aux arbres ! j'en suis un (remenber "save the trees") et parle moi gentiment s'il te plait car je suis aussi une mouette (l'aurais tu oublié). Même pas peur de déplaire, de toute façon ma franchise très directe me perd et me perdra mais peur de la solitude amicale, amoureuse, intellectuelle. Peur du manque d'échange, de ne plus toucher la douceur d'une main, d'une joue; peur de voir un sourire s'éteindre, peur de blesser une amitié. Céleste est entrée dans une ère nouvelle alors, s'il ne faut garder que les relations qui apportent de la joie......sois prête à rester à mes côtés pour chanter la balade des gens heureux

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je sais tu m'as même dessinée en train de parler à un gros arbre très vieux qui avait beaucoup de choses à me dire.
      Je te garde précieusement car tu m'apportes ta joie de vivre, ton sourire, ta bonne humeur.
      Petite mouette, petite gabiane, n'aie pas peur. Tu ne fais pas partie de mon programme de simplification.
      Je t'embrasse fort.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  21. Quel boulot céleste Célestine et chaque jour nous devons nous y remettre SAUF si nous décidons le contraire, c'est à dire si nous décidons que c'est simplement la vie qui déroule son tapis, tout est là, à nous de choisir ce qui nous plait et nous attire pour savoir qui l'on est, pour le reste on passe la route, cela ne nous est pas destiné. FACILE À DIRE, vas-tu me répondre, et tu auras raison mais il faut juste tendre à... Bises automnales, à bientôt. brigitte

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'aime beaucoup cette image: la vie déroule son tapis...
      En ce moment le tapis de ma vie a des couleurs douces d'automne.
      Et j'aime l'air que j'y respire.
      Et les rencontres que j'y fais.
      Bisous ma Plume
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  22. Bonsoir Célestine, figure de style ou pas , parler aux arbres (ou aux oiseaux) est une sage et belle manière de se ressourcer et de trouver un peu de poésie et d'évasion , voire, de respiration loin du tumulte et des bruits de la ville et de l’actualité morose et poreuse.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Salut beau chanteur !
      Ça fait longtemps que tu n'as pas posé quelques arpèges par ici...
      Respiration...évasion...inspiration pour un nouveau disque ?
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  23. Parler aux arbres ne relève pas de la folie. D’ailleurs Dame nature n’est pas folle, soit-dit en passant. Elle est même une bonne conseillère rassurante. Un jour, peut-être, j’arriverai à mettre sur papier cette sensation curieuse que j’ai à chaque fois que je serre un tronc d’arbre dans mes bras. Cette certitude de serrer contre mon corps la Maman que je n’ai jamais connu puisqu’elle s’est évaporée, un jour, celui de mes 4 ans. Oh ! Ce n’est pas triste même si je l’ai longtemps cru. Désormais, c’est ma force. C’est l’instant où je suis avec elle…
    Ton texte me touche beaucoup. Trop vrai, tout simplement.
    Bises nature.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Eh bien, ...le petit garçon de ma photo, avec ses bateaux en papier, a pris soudain tout son sens: c'était toi, petit garçon abandonné par ta maman, comme c'est émouvant. Tu dis que ce n'est pas triste, mais ça me touche énormément. Moi aussi, tu vois, j'emploie les mêmes mots que toi.
      Bisous en étoiles filantes¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  24. De toute façon, y'a qu'auprès de son arbre que ça vaut le coup de rester !

    Prends en de la graine et ne t'éloigne pas trop de cette "ligne... indécise ou pas... des arbres" !
    ;-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Joli coup mon oncle !
      Viendrais-tu battre le rappel des Impromptus ?
      Bon j'avoue que cette vieille bagnole ne m'inspire pas trop.
      Mais si tu insistes ...
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  25. J'ai lu beaucoup de choses... Et j'ai accroché à la congruence... Je ne sais pas si je trouve le mot beau ou laid, mais le concept m'a toujours fort accrochée... Cela fait réfléchir. Et me fait penser à une expérience personnelle. J'ai été "congruente", à partir d'une certaine époque de ma vie, mais je ne savais pas, avant qu'un jour ce serait le cas... Et j'ai découvert petit à petit à quel point j'étais devenue fidèle à un moi-même que je ne connaissais pas. (Tout ça est fort complexe).

    Un jour, quelqu'un m'a demandé ce que je ferais éventuellement de ma vie (hors la vie professionnelle, bien sûr, dans la petite quarantaine). J'ai réfléchi et j'ai dit... Peut-être, peut-être que j'aimerais me promener dans la nature. Et puis, je voudrais faire quelque chose d'artistique.

    Au fait, si tu as parlé aux mouettes, as-tu parlé aux échandons aussi o;)))))))

    rhôoooooooooo (elle n'est même pas de moi celle-là o;)))

    Et finalement, j'ai réalisé ces deux choses-là (peut-être d'autres aussi, puisque j'ai continué à écrire - avant, j'écrivais presque exclusivement). Quand j'y repenser, pour toute une série de raisons, je suis contente. J'ai fait ce que je pensais irréalisable à l'époque, même si j'en avais soulevé la possibilité... Même si ça reste modeste.

    RépondreSupprimer
  26. Je me suis un peu emmêlée les pinceaux à la fin (la phrase sur les mouettes doit venir après tout le reste). Bon week-end Célestine o:)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ma Pivoine, j'adore que tu t'emmêles les pinceaux...j'aime les gens qui s'emmêlent les pinceaux en général, ils m'émeuvent beaucoup.

      Tu dis des choses fort intéressantes. Et notamment cette phrase: j'étais devenue fidèle à un moi-même que je ne connaissais pas
      J'ajouterai: que je ne connaissais pas encore. Tu avais le pressentiment de qui tu étais, sans le savoir encore.
      J'en suis persuadée: on se découvre peu à peu, mais quelque chose en nous sait déjà.
      Je suis heureuse que tu te sois réalisée dans tes aspirations profondes.
      gros bisous
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  27. Si je te dis : "ne t'écoute pas, saute !" Ghandiras-tu ?
    No answer expected ;)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je dois être un peu obsédée par les arbres, parce que j'ai lu « saule » au lieu de « saute »
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  28. Xoulec23:33

    On peut parler aux arbres,qui nous écoutent,impassibles silencieux, majestueux et s'ils leur prenaient l'envie de nous répondre,ce ne serait surement pas d'une langue de bois...
    Les arbres de ce parc et aussi d'ailleurs sont la sagesse même!
    je crois que je vais me répéter,mais les arbres sont la vie,source de vie.Pas seulement parce qu'ils captent le co²,mais parce qu'ils nous accompagnent toute notre vie d'hêtre humain! Le bouleau colonise le premier tous les terrains abandonnés,en friche.Peu gourmand,sachant s'adapter partout,cet arbre-là est un pionnier. Il prépare en silence la terre en l'enrichissant de ses racines,de son ombre,de ces feuilles devenant humus,favorise l'implantation d'autres espèces,végétales et animales, dans leurs complicités,leurs variétés leurs complexités.
    Sais-tu qu'il y en a qui marchent! C'est pas une blague, c'est le palmier Socratéa Exorrhizza qui peut se déplacer de plus d'un mètre par an,pour se faire une place au soleil. C'est simplement génial!
    Sais-tu aussi que pour soigner la gueule de bois,l'aspi...heu,l'acide acétylsalicylique provient des feuilles et de l’écorce des saules?Justement... Les égyptiens l'utilisaient mille cinq cent ans avant Jean-Claude!
    Alors,les arbres,par leurs forces,leurs variétés,leurs propriétés, sont de bon conseil.
    Confortablement installé dans la canopée,on peut écouter le bruissement de l'air dans leurs feuilles,comme une réponse dans le vent...
    Bon,faut que j’arrête, je pourrais être intarissable sur le sujet,ou saoulant et l'aspirine ni ferait rien!
    Belle résolution que de ne pas s'encombrer des "mauvaises relations",garder,préserver celles qui procurent de la joie,du plaisir,bref du bien être. Pour éviter les mauvaises,en plus d'être un peu sauvage,je suis aussi un solitaire.

    La vie serait plus facile en "système binaire",des uns et des zéros, du blanc et du noir, simple mais triste! La vie n'est pas un ou zéro,mais un et zéro à la puissance infinie. Ni blanc ni noir,mais différentes nuances de gris... Du coup,ça se complique... Et c'est ce qui en fait sa ...Beauté.

    Et comme disait Coluche,:"un seul hêtre vous manque et tout est peuplier".

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est vrai que tu es intarissable sur les arbres !
      Et parler des arbres a quelque chose de très poétique.
      Aurais-tu été bûcheron dans une vie antérieure ?
      Je ne connaissais pas l'arbre qui marche. En même temps, un arbre qui s'appelle Socrate...c'est incroyable les bizarreries de la nature ;-)
      L'aspirine, en revanche, je savais que ça venait du saule, parce que j'ai fait du latin...mais chut ! faut pas le dire ...ça fait celle qui se la pète.
      Pourtant j'ai fait 7 ans de latin et ça m'a beaucoup servi dans la vie. Même qu'un jour, c'est moi qui ai fait le cours, en terminale, parce que la prof était malade. Je m'en souviendrai toute ma vie. Ce jour là, j'ai décidé de devenir prof pour la vie.
      Mais je m'égare...
      Belle nuit, cher Didier
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    2. Xoulec21:38

      J'aime bien quand tu t'égares! Quant à ma/mes vies antérieurs,je dirais ,homme des bois,ou plutôt sylviculteur,peut-être bien bûcheron alors.Mais la question que je me pose parfois,ai-je toujours été un homme?

      Supprimer
    3. Là, mon ami Blutchy pourrait te faire un cours privé de karma et de réincarnation...
      Je lui laisserais volontiers la parole.
      Il pourrait être aussi intarissable que toi sur le sujet...
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    4. Ca peut même être bien pire....
      Il y a deux façons de voir la réincarnation.

      Pour certains l'âme est évolutive et peut aussi être régressive selon ce qu'on a fait de bien ou mal dans la vie précédente.

      Pour d'autres, l'âme humaine est et reste humaine. Les acquis d'une vie reste pour les vies suivantes (ce qui expliquerait le génie de Mozart, par exemple).

      Pour les premiers, le Karma est une punition divine, pour les autres ce sont des leçons de vie pas toujours agréables...
      Ces leçons de vie qui se retrouvent dans les aspects astrologiques.
      Je ne vais pas développer plus avant, parce qu'en effleurant la problématique de l'âme dans les religions, j'ai noirci 70 pages...
      Accolade à Xoulec e baci à la patronne.

      Supprimer
    5. Ah oui quand même, 70 pages...
      Déjà je te trouve adorable de répondre à toutes mes questions avec si bonne grâce...
      Merci pour moi, et pour Xoulec.
      Prends soin de toi, caro mio.
      il mio prezioso collaboratore
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    6. Xoulec19:05

      @ Blutch
      Merci pour ces précisions. 70 pages...un peu trop long pour moi!

      @ célestine
      Merci d'avoir sollicité les lumières de ton ami Blutch.
      Bises de l'automne

      Supprimer
    7. Blutch est généreux et toujours désintéressé quand on lui demande un service...
      La marque d'un vrai ami ...
      Bises rafraîchies par le Mistral, l'autre vent qui rend fou comme dirait mon ami Bof
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  29. En manque d'inspiration, je suis désolé de ne pas dire grand chose. Mais la nature parle pour qui sait l'écouter. Et toi tu sais lui répondre, car elle te comprend bellement. Bises très matinale

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. L'inspiration suit souvent les vagues de la respiration...
      Ça monte, ça descend, comme la mer sur les galets...
      Bises mon poète
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    2. En relisant ton texte, Céleste si tu veux ta rhétorique, qui est si sublime, je me suis accroché à une fière lune qui brillait au firmament et l'ai suivi dans ses sillons quand une voix céleste de l'arbre, tout resplendissant et heureux répondait en écho à tes mots:
      Oh ! tendres mots, si caressants
      Dites-lui la fièvre qui m’étreint ce jour
      Je trace mon chemin sur les dunes
      Pour la cueillir sous la brise chantante
      Dites-lui que nulle autre qu’elle
      Ne pourrait porter haut les couleurs
      De tendresse, d’amour et de magnificence
      Beaux nuages, réveillez le ciel
      Dites lui de garnir nos ailes de souffle
      Aussi puissant qu’il nous emporte loin
      Au-delà de l’azur, au-delà des confins
      Là où séjournent les anges, les fées,
      Les nymphes, les naïades, les divinités
      Et s’attendrissent les muses célestes


      Supprimer
    3. Eh bien voilà, la vague est revenue sur la grève, et des mots délicieux sont sortis de ta plume.
      merci pour ce très beau poème.
      Bises célestes en pluie d'orionides, doux poète.
      ¸¸.•*¨*• ☆
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    4. Et comme c'est la période des orionides,en ce moment et comme surtout cette nuit c'est le pic du feu d'artifices, on se régale, avec l'activité des météorites qui bat son plein.
      Bisous mon étoile filante préférée.

      Supprimer
    5. Ce commentaire a été supprimé par un administrateur du blog.

      Supprimer
    6. Je n’ai pas vu les orionides hélas les nuages masquaient le ciel. Mais je me doute que ce devait être un spectacle superbe!
      Belle journée astronome adoré !

      Supprimer
  30. Chacun trouve quelque chose qui lui correspond particulièrement dans ce que tu écris, que ce soit dans les détails ou dans l'ensemble.
    Pour moi aujourd'hui ce sera ceci :
    "Accepte l'inéluctable mais refuse l'inacceptable"
    Merci Célestine.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'aime beaucoup ce que tu dis là, chère Pastelle.
      C'est une grande satisfaction, quand on écrit, de savoir que chacun y trouve quelque chose qui le nourrit.
      Merci ma belle
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  31. désormais il y a : la dame qui savait parler aux arbres. Bizzz Céleste

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pour peu qu'elle habite en Haute Savoie... ;-)
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  32. Tu as raison, la vie est trop courte, profitons sans trop nous poser de questions.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu es la sagesse incarnée, heure-bleue !
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  33. une vraie page de philosophie ton texte!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ça m'a pris moins de quatre heures, quand même, je te rassure...
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  34. A mon avis, les arbres ont surtout compris ta recherche de réconfort, de consolation et de chaleur... mais je peux me tromper...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est tout à fait vrai.
      Tu te portes candidat ? ;-)
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  35. Un seul mot pourrait résumer tout cela: Etre tout simplement !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Être, certes. Mais être en harmonie avec soi-même...
      Bises Daniel
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  36. Il semblerait que ces arbres t'ont donné … leurs feuilles de route…

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Comme c'est bien dit...et tellement vrai. Et trop mignon.
      Et toute cette sorte de chose...
      Kiss
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  37. Angela21:39

    C'est super bien vu, Célestine, cette analyse des relations humaines compliquées.
    N'avons-nous pas notre lot de gens qui nous pèsent, que nous n'avons plus envie de voir, que nous continuons à voir par habitude ?
    Et si on faisait le grand ménage ? Oui c'est une idée, ça.
    Bises
    Angela

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai fait plusieurs fois le "grand ménage" dans ma vie, comme tu dis.
      Et à chaque fois, j'en ai ressenti un soulagement, une grande légèreté.
      Bisous ma belle
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  38. Lorenzaccio21:52

    Je ne sais ce qui me fait du bien, dans ce texte. Mais je ressens un bien-être extraordinaire à le lire et le relire.
    Vous avez un don, je crois. Je suis sûr, même.
    Je vous l'ai déjà dit tant de fois que j'ai envie de le dire encore.
    ~L~

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Vous n'êtes pas le premier qui me dise cela. J'ai reçu plusieurs mails allant en ce sens. Des lecteurs qui ne commentent pas mais m'écrivent en privé.
      Chacun parlait du bien être que leur apportait mon écriture.
      J'en reste comme deux ronds de flan...
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  39. Comme ce joli billet résonne (raisonne ;) pour les arbres bien sûr, mais surtout pour tout le reste.
    Pour cet humain, si essentiel et si compliqué, parfois, souvent... Pour ce qu'il renvoie, apporte, fait souffrir aussi.
    La relation à l'autre, tout comme la relation à soi sont des exercices difficiles.
    J'en suis là aussi.
    Douces pensées

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu en es là, ce n'est pas un hasard, mais la synchronicité qui m'attire vers les gens qui vibrent à la même fréquence que moi...
      Tendres pensées en retour et courage pour tes épreuves, quelles que soient celles que tu traverses en ce moment.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  40. Petrus23:59

    Chère Céleste,

    Ce matin j'aperçois la simplicité sous ces deux modes principaux : simplicité
    conceptuelle, simplicité de vie

    Ce qui se conçoit bien s'énonce clairement
    Et, ce qui est , se vit simplement


    Je conçois la vie , ma vie comme un élan et un partage vers les autres.
    Je sais, j'ai compris, j'ai appris que tout être est unique et qu'il recèle sa
    propre complexité
    Je suis, tu es , nous sommes des êtres complexes.
    L'apprentissage de la vie passe d'abord par la découverte de soi ; celle-ci se
    réalise nécessairement dans la relation aux autres
    puisque nous vivons presque exclusivement en groupes.
    Je me découvre et je m'affirme en union ou en opposition avec les autres.
    Dès lors je peux concevoir la vie soit en recherche de convergence avec les
    autres, soit en affirmation de mon identité unique

    Mais au quotidien je ne peux que vivre simplement ce qui est
    La réalité découle de la complexité fondamentale de tout être : un besoin
    d'autonomie qui trouve sa limite dans notre faiblesse personnelle et dans la
    nécessité corrélative de solliciter l'aide d'autrui.
    Si je sollicite l'aide d'un (une) autre je ne peux refuser de l'aider à mon
    tour en cas de besoin
    Ma vie dès lors s'articule autour du choix conceptuel initial : convergence
    ouverte aux autres, ou indépendance avec relations restreintes à qui m'est
    proche

    En d'autres termes vivre simplement implique :
    Soit d'être ouvert suffisamment aux autres en acceptant la complexité d'une
    relation
    Soit de s'affirmer avant tout libre et indépendant en refusant les relations
    complexes mais en s'isolant forcément

    Il est clair qu'un choix conscient de vie isolée de Robinson ou d'ermite
    conduit vers la plus grande simplicité , au moins conceptuelle et
    relationnelle.....

    https://youtu.be/pBwZMnKbuao


    Bisous

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je n'ai pas tout saisi de ton raisonnement (ce qui pourrait tendre à prouver qu'il n'est pas si simple)
      mais je pense avoir saisi l'essentiel: tu réfléchis à la complexité des relations humaines.
      Et c'est déjà bien...
      Bisous
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  41. Ha bon, tu .is j'ai un article dans ma tête sur les relations humaines...mais je ne l'écrirai pas. Les relations humaines sont vouées à l'échec...de toute manière. Alors parler aux arbres moi ça ne me choque pas...
    Bises

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Dis donc, je te trouve drôlement pessimiste, Mindounet.
      Il y a pourtant de belles amitiés, qui elles, résistent à l'usure du temps...
      Parler aux arbres, bien sûr que je le fais. Mais c'était histoire de ne pas choquer les grands esprits cartésiens et éviter les commentaires du style "il faut arrêter de fumer la moquette"...
      Bises célestes
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  42. Être en harmonie avec soi-même, un exercice très difficile ! Une gymnastique fantaisiste, une discipline perpétuelle. Je tente de trouver cette harmonie depuis des décennies ! Et tu ne sais pas ? Eh bien, j'y arrive quelquefois, pas aussi souvent que je le voudrais mais cette rareté rend ces moments-là plus savoureux et me fait comprendre que quelques petits grains de sable ne sont rien lorsqu'on arrive à les relativiser.
    Il y a tellement de belles choses et surtout de belles personnes près de nous qu'il serait dommage de ne pas les voir.
    Si un jour, je ne les vois plus, je me rappellerai qu'il faut aller dans un parc, m'asseoir sous un arbre et attendre que le vent se lève et parle pour lui entre les branches. Bisous

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ta philosophie semble fonctionner, en tout cas, et ta joie de vivre est communicative.
      Tu emploies un mot important: celui de relativisation. C'est tellement important de ne pas accorder trop d'importance aux choses qui n'en ont pas...
      C'est un peu ce que je veux dire quand je parle de sourire, et de rire...
      Une façon de se protéger du malheur, peut-être ?
      Bisous ma belle.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  43. as-tu lu "mon bel oranger" ? De José Mauro de Vasconcelos. L'histoire de Zézé qui n'a pour seul ami, seul confident que l'oranger qui pousse dans le jardin.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Non je ne l'ai pas lu, mais j'aime beaucoup le thème.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  44. Bonsoir, Célestine,

    Simplifions, simplifions... C'est trop compliqué? Certes, certes... Allons au plus court sans barguigner, tournicoter autour du pot, biaiser, louvoyer...
    Merci Célestine de ce rappel.
    Bisous,
    Mo

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Un rappel de phare, en somme... hihi!
      (Rapport à ton dernier séjour breton)
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    2. Parce que tu situes la Somme en Bretagne?

      Supprimer
    3. Muahaha très drôle !

      Supprimer
  45. C'est tout le "secret" si on peut dire ainsi. Laisser le calme trouver sa place dans le sac de noeuds. Et savoir qu'il trouvera toujours la sortie si on se tait et "dort une bonne nuit dessus", par exemple. Il m'a fallu longtemps avant de savoir lâcher prise sur les choses qui m'agitaient (relations, situations au travail etc....) et pour lesquelles je voulais une solution là tout de suite, comme si ma vie en dépendait. Je finissais même, à force de m'agiter, par croire qu'en effet je ne pourrais pas tenir une heure de plus ainsi... Maintenant au contraire, j'accepte de m'endormir, la nuit est faite pour ça, pour recevoir un autre souffle, dans le silence et le repos. Et au matin, guess what? Huit heures ont passé dans le calme, et je me dis que mon petit dej est plus urgent que reprendre mes cogitations stériles :)

    Baci sorellita!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah mais que c'est vrai ce que tu dis là, ma chère Edmée...
      Cette sagesse que je sens de plus en plus monter en moi comme un arbre qui se fortifie de jour en jour pour s'épanouir en une ramure somptueuse...
      Tu as raison, les choses se règlent bien souvent d'elles-mêmes, sans que l'on ait à se passer la rate au court- bouillon...
      Et le petit dèj est un moment sacré de la journée !

      Mille baci per te
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  46. Petrus10:12

    Chere belle Celeste adorée,

    Mon sentiment personnel est que la beauté ne relève que du coeur.
    Même si la plastique est parfaite , s'il n'y a en un être (femme ou homme) que de la morgue, de la suffisance, en un mot du mépris pour qui n'est pas soi, alors le miroir de la vie renverra cette image d'une beauté dénaturée.

    La beauté n'illumine l'être que s'il s'ouvre au tout autre , sans à priori.
    Voilà pourquoi toi, Celeste, astre magique, tu rayonnes sans fin comme la plus belle étoile dans notre ciel et nous maintiens à ton écoute ravis.....

    Bises admiratives
    Pierre

    RépondreSupprimer
  47. Oh là là, j'arrive un peu en retard ,je n'ai pas pris le temps de lire tous les échanges et pourtant j'aime !
    Alors juste un tout petit grain de sel :
    La vie m'a appris (oh que oui !) que ce qui n'est pas simple n'est pas bon .
    Merci d'être le messager des arbres.
    simples bises
    Nicmo

    RépondreSupprimer

Il y a un bug en ce moment sur Blogspot. Les commentaires mettent quelques longues secondes avant d'être validés quand vous cliquez sur « publier »… Soyez patients !…

Je lis tous vos petits grains de sel. Je n'ai pas toujours le temps de répondre tout de suite. Mais je finis toujours par le faire. Vous êtes mon eau vive, mon rayon de soleil, ma force tranquille.
Merci par avance pour tout ce que vous écrirez.
Merci de faire vivre mes mots par votre écoute.