mardi 9 mai 2017

Lorenzo




« J'appartiens à ce parti d'opposition qu'on appelle la vie. »
Honoré de Balzac




Photo Céleste





Le coeur enflé de toutes ces exaltations trémulantes ou sordides des derniers mois, des derniers jours, j'ai eu du mal à trouver le sommeil. Je l'ai cherché partout. Il était tombé dans un grand fracas de verre pilé, sur le plancher, sous le lit. A moins qu'il ne se soit envolé par la fenêtre, ouverte sur la lune qui gonflait ses joues blêmes. J'avais tout donné dans la bataille. J'y avais cru. Mais le nouveau roitelet, bouffi de sa gloire nouvelle, pioupioutait déjà sur son trône, et je savais déjà que rien ne changerait, de ces maux qui gangrènent le monde, argent, croissance, investissements, profit, rigueur, pauvreté, chômage, pollution...inconscience.
 Un grand marasme écologique avait envahi mon cortex. 
C'est alors que j'ai rencontré Lorenzo. 
Il s'en fout, Lorenzo. Les borborygmes médiatico-poliques ne lui en touchent qu'une. 
Il est merveilleux, Lorenzo. Sa vie, c'est la forêt. Il embrasse les arbres. Il les caresse. Il les écoute lui chuchoter les secrets ineffables de la nature. Ceux que tous les Vaniteux, les Businessman,  les Géographes, enfermés dans leurs tours de verre à la Défense, ne connaîtront jamais. L'odeur douce de la mousse humide et des champignons, l'odeur du bois, la caresse des veines et des écorces, le chant des becs-croisés et des venturons, le petit lever au matin, à la fraîche, dans l'air grisant des cimes jurassiennes du Risoux...
Il sourit, Lorenzo, il sourit du regard. Il sourit de l'âme. Du haut de ses « huitante ans ».
Après avoir regardé son histoire, au coeur de la nuit pâle, j'ai trouvé un sommeil paisible et rassuré. 
C'était le signe sans équivoque qu'il est temps, après ce remue-méninges affolant comme une pendule détraquée, de retrouver le fil de soie de ma vie. Celui qui m'anime et m'émeut chaque jour : la beauté des choses simples. L'humanité, le don de soi. La solidarité. Le combat pour la vie. L'amour. Qui m'environne et m'investit de tout son poids, les yeux mi-clos.
Une bulle peut-être égoïste en apparence. Mais qui est à mon sens la source d'énergie indispensable pour reprendre notre route.
Tout le reste n'est que lie, et ratures.

¸¸.•*¨*• ☆








Lorenzo, le Cueilleur d'Arbres, 
25 minutes de bonheur.
Ah ! Voui, voui, voui... !

128 commentaires:

  1. Une belle leçon, de vie, d'humanité, d'écologie. Je ne retrouverai pas pour autant le sommeil, voir l'heure de ce post, mais merci pour cette rencontre ....

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est vrai, tu t'es couché tard ! Ça m'arrive aussi, chacun son rythme.
      En général je dors comme un bébé, mais là, j'avais trop de pensées négatives à évacuer.
      Lorenzo m'a sauvée par sa grâce.
      Bises
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  2. Embrasser les arbres. Caresser les étoiles. Parler aux oiseaux et à nos chats tout doux. Chanter avec les fleurs. Rire avec nos plantes vertes et se délester du superflu qui nous plombe. Que ton billet du jour me fait du bien, moi qui me noie ces temps dans les affres d'une procédure administrative ordonnée par mon directeur pour faire tomber les têtes qu'il n'aime pas. Ce soir, je serai plus tranquille après avoir passé mon après midi à ma défense. J'ai décidé donc pour ma soirée de m'amuser avec ma plante verte pour me changer les idées. Si tu veux, je t'invite. Prends ton arc-en-ciel et on fera des glissades dessus. Comme si on était enfant. Bisous ma belle et merci.

    P.S. Je regarderai le petit film plus tard.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le petit film te donnera le sourire, je n'en doute pas.
      J'espère de tout coeur que ton litige se règlera en ta faveur.
      Pour les glissades sur l'arc-en-ciel, je suis partante bien évidemment...
      Merci pour ces mots pleins de poésie. Le besoin en est plus crucial que jamais.
      Bises étoilées
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  3. Merveilleuse Céleste qui nous réconcilie avec la vie.
    Je viens de découvrir Lorenzo...
    Merci à toi.
    Bisous .....

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Un beau cadeau de la vie, n'est-ce pas, ma douce Mathilde...
      Comme une surprise, comme un appel qu'on attendait pas... ;-)
      Bisous tout doux
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  4. Chère Céleste,

    Quel chemin !......
    De Laurent (pardon, Emmanuel) le Magnifique
    à ce merveilleux Lorenzo...
    Quels chemins de vie ! Quelle modestie de ce nouveau Lorenzo.... Tous ceux qui l'ont rencontré, qui ont profité un peu de son enseignement de la nature, tous ceux la en sont encore émerveillés et témoignent de la lumière que Lorenzo leur à transmise....
    Et ce matin c'est toi , Céleste amie qui à ton tour viens nous éclairer des lumières de la vraie vie. Celle qui se gagne pas à pas dans la persévérance de l'effort et de l'ouverture.
    Ouverture et respect : respect de la nature , respect de soi et de l'Autre.. .
    Oui, quels chemins séparent ainsi Tityre de l'envoyé qui se croit déjà maitre du monde....

    Merci Céleste pour ce message de modestie et de sagesse


    Bises bucoliques
    Pierre

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Petrus pour cette référence à Virgile.
      Oui les chemins de vie me fascinent...Comment devient-on Etienne, le tueur que j'ai jugé, comment devient-on Emmanuel ? Comment devient-on Lorenzo ?
      Qu'est-ce qui, dans l'histoire de chacun, dévie insensiblement la trajectoire, grains de sable ou astéroïdes ?
      Un grand mystère.
      Passionnant comme la vie même.
      Bises émerveillées
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  5. Il devrait y en avoir plus des Lorenzo !!!!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mais je crois qu'il y en a beaucoup, trésors cachés comme ces petites fleurs modestes qui vivent dans l'ombre mais sont tellement indispensables au grand cycle de la vie...
      On ne met malheureusement souvent le projecteur que sur des hommes à l'ego surdimensionné, qui brassent beaucoup d'air et de vide, et nous font perdre la notion des vraie valeurs...
      Restons vigilants...
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  6. La vie est ainsi faite ma chère Célestine en ce mât-teint découvert couleur de l'âme, sur le haut de ta page. Tu regardes ce que certains ne voient pas, comme ce beau "cueilleur d'arbres" de résonance, qui m'a émue jusqu'aux larmes dans sa façon, aux parfums d'enfance, de prendre corps avec Dame Nature. Il sait écouter les bois d'harmonie qui résonnent, ne se trompe jamais.
    Magnifique vidéo qui apaise, "à la dimension spirituelle, artistique" pour cet homme qui embrasse les arbres, donne "souffle à sa vie". Lui ne cherche plus. Il a trouvé son chemin, allégé de l'inutile, là, dans sa forêt à laquelle il appartient, jusqu'au bout de sa mission, de sa vie, pour la lutherie.
    Merci pour la beauté de cet instant aux tons étincelants, et ne regrette rien Âmie, : le temps éclairera le temps !
    bisou ...
    Den

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, den , tu as bien saisi l'essentiel du message dispensé par ce reportage.
      Un message de paix, d'harmonie, au sens sérénité mais aussi au sens musical...Le luthier me fascine, c'est un métier fabuleux, un métier d'amour et de gestes caressants, un métier qui relie l'homme et la nature à travers ces fines planches de bois qui donnent leur âme à une guitare...
      Oui ce reportage me fait du bien, je pourrais le regarder dix fois sans aucune lassitude, comme Lorenzo qui va embrasser ses arbres depuis quatre-vingts ans, un concentré d'humanité formidable.
      Quant à ma bannière, oui, elle attire l'oeil vers un « ailleurs », elle nous dit de regarder au-delà des choses, au-delà de l'actualité déprimante et mortifère, elle nous dit même de se détourner des choses habituelles pour chercher plus loin et plus profondément, notre vérité intime.
      Bisou ma chère poétesse.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    2. C'est ce que je tente de faire Célestine... ne pas être dans l'habitude, mais plus haut, plus loin et plus profond, ce à quoi je crois.
      Merci et encoeur de bisou.
      Den

      Supprimer
    3. Belle journée pleine de vent et de soleil...
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  7. Lorenzo, courbé comme un vieux bouleau, les mains noueuses comme un cep de vigne, les veines prêtes à jaillir, il avance courbé dans SA forêt, sans doute aimerait il y mourir offrant à la nature sa vieille carcasse afin qu'elle s'en repaisse : le festin de Laurent...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est qui Laurent ? J'ai un trou dans mon continuum culturel, là...
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    2. Certes mais encore ? pas de référence à un livre, un film, une pièce de théâtre ?

      Supprimer
  8. Notre sphère personnelle est aussi importante que la sphère politique de la France. Ce sont toutes nos petites sphères qui font la France. Bon pour l'instant, c'est pas terrible. Je crois qu'il faut un peu s'en prendre qu'à nous mêmes ! Ne soyons pas négatifs mais restons vigilants !!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. S'en prendre à nous mêmes ? Personnellement, j'ai essayé de ne pas me mettre en position de m'en prendre à moi-même, si tu vois ce que je veux dire...
      Alors je préfère vivre et rester vigilante, oui, tu as raison...
      Mais sans me culpabiliser.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    2. je plussoie, là !
      Je ne me sens absolument pas concerné par "...il faut un peu s'en prendre qu'à nous mêmes !" ! ! ! ! !
      Je ne me sens en rien responsable s'il en est qui n'ont rien compris !

      Supprimer
    3. Tout à fait ! faudrait voir à pas prendre les enfants du bon dieu pour des canards sauvages.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    4. J'aime beaucoup ton commentaire Daniel. Moi aussi je prends une certaine responsabilité dans ce qui advient. Pas question de culpabilité toutefois... j'ai quand même fait de mon mieux, mais mon mieux étant très imparfait, il a participé à la situation actuelle. J'aurais pu faire mieux... je peux faire mieux. kéa

      Supprimer
    5. Bon c'est vrai que globalement, il y a toujours une certaine responsabilité collective mais chacun fait ce qu'il croit être bon (dans la mesure où il garde son libre-arbitre)...
      Chaque individu a toujours l'impression de faire "de son mieux " dans la vie de son pays...C'est très compliqué alors, de dégager des axes communs...
      merci pour ton intéressante remarque Kea.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    6. Lorenzo est à l'image de sa foret... la joie pure... aucun artifice... Que c'est beau et grand un etre humain authentique. kéa

      Supprimer
  9. quelle chance, aujourd'hui, une nouvelle bannière! et l'histoire de Lorenzo, une de ces belles rencontres que la vie nous offre comme un cadeau, une de ces personnes simples, directes, vivantes et vibrantes, qui sont hors des modes, des tendances, des bruits en tous genres et qui nous ramènent à l'essentiel. Oui, Lorenzo est une belle personne, mais c'est aussi ton regard, Célestine, qui a su déceler la pépite. Il y a dans la vie la beauté des choses et aussi la beauté du regard qui sait voir.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pour dire la vérité, c'est un ami à moi qui a déniché cette pépite, et cela m'a tellement plus que j'ai décidé d'en faire un billet...Un ami à qui je suggère souvent d'écrire son propre blog, car il a plein de belles choses à dire et à partager...
      Et je crois qu'en matière de "beauté du regard qui sait voir" tu es assez bien placée toi-même...
      Merci pour la bannière.
      Je t'embrasse chère Dad, sensible et vibrante amie
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    2. Ah, la bannière, oui !
      Elle me semblait déjà bien cuite ce matin, la Funambulle, et elle a dû faire le même constat, alors est s'est tournée.
      Mais il me semble qu'au point où elle en est, elle va devoir passer l'été à l'ombre !
      ;oDDD

      ...'fin moi. Jdirien...

      Supprimer
    3. Tu es d'une poésie absolument perpendiculaire...
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  10. Lorenzo (ah que j'aime ce prénom!) m'a fait penser à ce dernier habitant de Rosigno Vecchio que nous avions rencontré en Campanie.

    http://www.emmacollages.com/article-le-dernier-habitant-de-roscigno-vecchio-109120358.html

    C'est tout un pan d'avant que l'un et l'autre conserve à sa manière pour nous faire y pénétrer, exprimé avec la poésie de leur environnement naturel.

    Bon retour au quotidien, Céleste.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est un retour temporaire, comme je le disais précédemment, je ne fais pas partie du jury pour le procès en cours (c'est à dire aujourd'hui et demain) mais dès jeudi je devrai être au tribunal à 9 heures pour l'appel.
      Et si je suis tirée au sort, rebelote.
      Ma vie est un passionnant suspense en ce moment...
      Merci pour le lien vers Giuseppe .... Quel personnage ! C'est vrai qu'il fait partie de la même famille que mon Lorenzo. Comme dit Dad, une de ces personnes simples, directes, vivantes et vibrantes, qui sont hors des modes, des tendances, des bruits en tous genres et qui nous ramènent à l'essentiel.
      C'est si bien dit...
      Bisous chère colleuse.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    2. A ceci près que si Giuseppe semble fort bien savoir exploiter la dimension touristique de son village, puisqu'il se montre, Lorenzo m'a tout l'air de s'en tamponner comme de son premier bavoir !
      ...'fin moi, Jdissa...

      Supprimer
    3. C'est un mauvais procès que tu fais à ce pauvre Giuseppe...
      Il me semble quand même bien sympathique ! ;-)
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    4. Ce n'est pas un procès, et il est effectivement bien sympathique.
      Je dis simplement qu'il a choisi de se montrer alors que Lorenzo semble s'en foutre totalement.
      Bacci !

      Supprimer
    5. Je m'incline devant l'imparablitude de tes arguments... ;-)

      Supprimer
  11. Réponses
    1. Le sens véritable, oui, Sylvie.
      Ne le perdons pas de vue, malgré tous les événements qui voudraient nous le faire oublier momentanément...
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    2. Normal pour une Sylvie de trouver du sens dans la forêt :-)
      étymologie de Sylvie: Silva = foret.
      Bises et baci

      Supprimer
    3. Belle remarque étymologique à babord !
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  12. J'ai beaucoup de chance car je me suis toujours sentie détachée de ce contre (ou pour) quoi je ne pouvais rien. J'y pense peu, n'y perds aucune énergie. Les gens comme Lorenzo traversent tout. Ne laissent pas de plumes dans des échauffourées stériles, n'y perdent pas un battement d'aile ou de coeur.

    Ne t'en fais pas sorellita, de chaque mésaventure un peu de bon s'échappe et vient fleurir!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'aime beaucoup ta dernière phrase.
      Et les battements d'aile et de coeur...
      Enfin, j'aime tout ce que tu dis, toi qui traverses la vie comme une grande et belle dame dont les pieds effleurent le sol.
      Avec un optimisme non affecté qui fait du bien.
      Baci sorella
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  13. Lorenzo, en harmonie avec ce bois d'harmonie. Merci pour cette belle respiration, Celestine.
    Bises.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Fait du même bois que les arbres qu'il embrasse, tu as raison...
      Je suis heureuse de ce souffle d'air que je t'ai envoyé, Patrick.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  14. embrasser un arbre par jour, en forme toujours :-)
    je le conseille vivement!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'adore ton proverbe, Adrienne !
      Une prescription médicale qui ne coûte rien, qui fait plaisir et qui préserve la bonne santé ?...
      Tu ne verrais pas que ça s'ébruite ? ;-)
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  15. Bonsoir Célestine, un immense merci pour le partage de la vidéo. Si tu savais comme j'ai aimé avec beaucoup d'émotion. Lorenzo est un homme merveilleux et cela vaut la peine de regarder 25 minutes. C'est une belle personne. Son amour pour les arbres, la nature est magnifique. Le Risoux dans le Jura est à quelques heures de voiture de chez moi et j'aime son état d'esprit... "aller de l'avant" comme il l'a dit.
    Ta nouvelle image du haut est très belle et merci pour tes douces roses ♥
    Mes bisous pour une douce soirée ma chère amie.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Eh oui, il est vrai que de Genève tu n'es pas très loin de cette belle région verdoyante que je rêve de découvrir.
      Je suis heureuse que tu aies regardé le reportage en entier, c'est vrai que parfois l'on ne prend pas le temps de regarder, alors que ces vingt-cinq minutes peuvent donner du bonheur pour la journée...
      Belle nuit douce rêveuse...
      ¸¸.•*¨*• ☆
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  16. Ah que je me retrouve bien dans ton lit et rare voiture... Moi qui n'ai jamais eu l'ambition de la grande capitale, ni du haut de l'échelle des cadres entrepreneuriales, suis très bien sur la première marche. Et le menton dans la main, j'admire mon jardin fou et en "bataille" menée par les folles herbes.
    Tiens pour toi, et même si tu connais déjà, encore une âme simple pour enjoliver ta nuit...
    https://www.youtube.com/watch?v=mGVIlz_II5Q

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci pour la vidéo, courte mais très rigolote.
      Je ne comprends pas tout à fait ta première phrase...en revanche je me retrouve dans celle qui, le menton dans la main, contemple le joyeux désordre des plantes qui poussent en liberté...
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    2. Juste u "vilain" jeu avec les mots (littėrature). Loupé, donc. Alors, gommons !

      Supprimer
    3. Oh je suis désolée chère Lou, c'est vrai que je n'ai pas vu tout de suite le jeu de mots, mais plutôt une facétie de tablette tactile qui, avec l'écriture intuitive, saisit parfois des choses tout à fait étonnantes.
      Non ne gomme pas, et excuse-moi s'il te plaît.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  17. A la lumière de l'histoire, ce Roi là, même jeune, restera un Roi de l’opportunité, posé sur son trône par un courant d'air bien mince.
    Mais il est Roi, et moi les Rois...
    Je préfère les troncs des arbres parce que leur sève transporte les battement de cœur de ceux que j'aime et qui ne sont plus là pour me rassurer.
    Mais ça, ça n'intéresse pas les Rois.
    Bises solidaires.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Lorenzo, c'est un roi, à sa façon, le roi de la forêt.
      Un roi sans trône et sans bling-bling, terriblement vivant et humain.
      J'aime ce que tu dis des arbres qui transportent l'âme de ceux qui ne sont plus là...
      J'aime tant les arbres.
      merci poète !
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  18. Tu vois, si je ne suis pas de ceux qui passent leur temps à pleurnicher que "c'était mieux ahavant !", force est de constater qu'à la motobylette et les tronçonneuses près, Lorenzo vit comme il a appris à le faire il y a huitante ans. Au rythme lent des jours et des saisons qui passent et celui d'un labeur qui a un sens, (observer la forêt, accueillir et favoriser la pousse des arbres les plus prometteurs, les couver [y compris du regard], choisir les plus beaux pour en tirer le plus beau des bois, relié qu'il est à la mère nature dont la civilisation nous éloigne inexorablement.
    A ce propos, dans un reportage vu dernièrement, un gardien de refuge en alpage témoignait de ce que des citadins ne savaient pas différencier une brebis d'une chêvre (mdr !!!) ! Comment les enfants peuvent-ils savoir ce qu'est le lait (à ce propos, je viens de bazarder une bouteille de lait [bio !] ouverte depuis trois semaine et qui n'avait pas tourné, si, si ! Un lait honnête n'aurait pas tenu plus de trois jours ! Qu'ont-ils foutu dedans ?).
    Tout ça pour dire que par sa nature de mammifère l'homme est accordé au rythme lent de la nature et Lycée de Versailles, et que son insoutenable arrogance ne peut que le mener vers sa perte.
    PS: Si par ailleurs tu invites un de tes amis à ouvrir un blog, de mon côté vaut mieux que j'évite: je ferais pleurer un régiment de clowns !
    A r'vi, pas !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui je t'inviterai encore à ouvrir un blog, parce que ce que tu écris est magnifique.
      Et ne me dis pas le contraire...
      Certaines choses étaient mieux avant (et notamment cette connexion à la nature) d'autres étaient moins bien. (Tu connais mon goût pour le juste milieu)
      Pour le lait, je ne sais pas s'il faut incriminer le bio, à une époque où les choses se mettent en place très lentement vers un retour à l'authenticité et à l'écologie...Cette fameuse connexion à la terre...
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  19. Lorenzo fait partie de ces vestiges vivants qui ont gardé un contact direct avec la nature. Avec lui me viennent les images mentales de tous ces hommes et femmes, partout sur la terre, qui ont encore ce lien d'harmonie duquel notre civilisation nous sépare. Je suis sûr qu'ils parlent le même langage, ceux qui écoutent celui de la nature.
    Quant à nous, petits-enfants, arrière petits-enfants, ou plus éloignés encore de ces savants sans prétention, le rythme effréné du progrès nous a contaminés. Nous perdons, génération après génération, de plus en plus nombreux, la capacité de trouver la joie dans la simplicité. Plus grave (quoique…) : nous avons déjà perdu la capacité de vivre simplement dans notre milieu d'origine.

    Merci pour ce beau portrait, qui m'est étonnamment familier.
    Bises du fond de la pessière

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. je suis globalement d'accord avec toi, mais ce « nous » généralisateur est bien sévère pour tous ceux qui essaient de lutter pour rétablir le lien d'harmonie...Pour tous les humanistes soucieux de nature, de respect de la vie sauvage, et des traditions ancestrales en matière d'agriculture et de rapport à la terre nourricière.
      C'est un peu comme quand Daniel dit que « nous n'avons qu'à nous en prendre à nous-mêmes quant au résultat des élections »... Non, pas d'accord, ce « nous »'est culpabilisant et faux, car il englobe tout le monde.
      Trouver la joie dans la simplicité, je m'y emploie tous les jours, et chaque matin, en me levant, je me réjouis de boire de l'eau et de contempler le ciel et la verdure sous mes fenêtres.
      Je ne m'étonne pas que ce portrait te soit familier. tes racines de taureau sont fortement ancrées à cette Terre si belle dont tu chantes par tes photos la grâce infinie...


      Supprimer
    2. Certains, d'entre les Français, ont la chance d'avoir conscience de la misarabilitude des politocards.
      "Nous" ne sommes donc pas concernés par la responsabilité des choix désastreux qui sont faits.
      Mais s'il faut parler du corps électoral en général, c'est vrai qu'il a les dirigeants qu'il mérite car il les a élus.
      10% de votes blancs, c'est déjà un message fort au nouveau monarque qu'il n'est pas le Messie. Et ça garde une mobilisation (j'espère) suffisante pour lui mettre dans les pattes des parlementaires qui ne sont pas des serpillères du pouvoir.
      N'oublions pas que la meilleure législature de la 5e fut la cohabitation Chirac-Jospin.
      Chirac étant alors réduit à un rôle de potiche; ce qu'il faisait très bien et avec, il me semble, une certaine jubilation...

      Tiens, ça serait drôle que Macron doive nommer Méluche comme premier ministre...

      De toutes façons, l'harmonie de nos vies ne dépend pas du guignol qui règne au Palais Pompadour.
      Lorenzo est totalement libre dans sa foret. Il n'en est pas le roi car il n'impose rien. C'est juste le diapason qui met les arbres en harmonie avec la terre de très belle façon.
      Baci
      Baci

      Supprimer
    3. Quand je parlais de roi de la forêt, je n'y mettais pas de connotation politique...
      Mais tu as raison, le mot lui-même est sans doute à bannir car il a un lourd passif. ;-)
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    4. Mon "nous" généralisateur concernait les occidentaux "modernes" que nous sommes. Bien, sûr, comme toute généralisation, elle passe sous silence ceux qui tentent - et réussissent parfois - de garder un contact fort avec leurs racines terriennes. Mais je pense que tu conviendras avec moi que l'accès à la technologie fait glisser ceux qui y goûtent sur une pente dangereuse, qui les éloigne d'un essentiel. Et "nous" sommes nombreux à y avoir goûté.

      Je ne pense pas que Lorenzo fasse grand usage des outils technologiques ;)

      Supprimer
    5. Certes. Cela me rappelle une conversation que nous avons eu récemment, toi et moi.
      Pour faire avancer les idées de déconsommation, nous utilisons internet...
      C'est une des contradictions qui sont difficiles à assumer...
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  20. Formidable reportage!Je serai bien resté avec lui plus de vingt cinq minutes!Un homme attachant par sa force de vie,sa passion pour sa forêt.Ses arbres sont comme ses enfants qu'il regarde grandir,bien ancré au sol,la tête tutoyant les nuages.
    C'est beau, des bois de résonance! cette appellation résonne à l’ouïe.
    Cette escapade en foret me ramène direct à l'enfance...
    Je devais avoir six ou sept ans,peut-être huit?J'accompagnais mon père en forêt...heu ,un bois,petit bois derrière chez moi...Il allait choisir sur pied les arbres nécessaires à la fabrication des différentes pièces des charrettes à foin ,des tombereaux...(il était un peu charron)Il prenait soin de choisir des arbres ayant déjà la forme recherchée.En "chapeau de gendarme" pour l'avant ,"en doucine" pour le timon,et que sais-je encore?Quand il regardait un arbre,il regardait la vie.Tout comme Lorenzo!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Les bois de résonance m'ont fortement impressionnée, moi aussi, et surtout le savoir-faire, le savoir-écouter de Lorenzo, qui ausculte les arbres à la manière d'un médium, et entend leur chant à travers l'écorce...
      Quelle jolie histoire vraie tu nous contes là, celle de ton père le charron, qui choisit ses arbres avec amour et intelligence pour fabriquer ses pièces de charrettes...
      Doucine, que voilà un joli mot que je ne connaissais pas...
      Et ta conclusion, regarder un arbre, regarder la vie... wouaou ! le sujet t'inspire mais comment pourrait-il en être autrement ?
      Merci Didier pour cette belle enjolivure...
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    2. C'est drôle,le bois dont je parle s'appelle:"le bois du jury"...
      une doucine est une moulure,un terme d'ébénisterie.Le timon de la charrette avait une forme qui rappelait vaguement une doucine.En plus d'être utile,ses ouvrages devaient être beaux...
      Un arbre c'est la vie! Il naît, il vit, grandit,respire,transpire,ses cellules sont irriguées tout comme les cellules d'un hêtre humain...son bois est utilisé pour une deuxième vie,sous diverses formes,y compris pour des diables...
      Sais-tu que l'encre utilisée pour les Essais de Montaigne,et pour la déclaration des droits de l'homme est une encre indélébile obtenue à partir de la réaction de la feuille du chêne à la piqure d'un parasite?
      Merci de cette belle découverte.

      Supprimer
    3. Ah tu connais par coeur mon goût d'apprendre, et ce que tu m'apprends là est extraordinaire. Evidemment je ne savais pas cette anecdote.
      Merci pour toutes tes explications, c'est passionnant.
      Je ne sais pas si tu as fait exprès d'écrire un « hêtre humain » mais c'est un super jeu de mots.
      Formidable, tout ça !
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    4. Difficile de savoir si j'ai fait exprès où pas,pour hêtre humain? En fait ,voui,voui,voui ,c'était voulu.
      Pour parfaire ton gout d'apprendre:
      http://berthelot31.fr/wp-content/uploads/2011/03/Fabrication-encre.pdf
      bises

      Supprimer
  21. Il est chou, Lorenzo, et puis il a l'accent de chez moi !
    ;)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oh ! Loulou, ça faisait longtemps que tes deux pieds et oi, vous n'étiez venus traîner vos guêtres sur mes chemins herbeux...
      J'avoue que mon cueilleur d'arbre a de quoi te séduire, toi la marcheuse forestière...
      Tu es italienne alors ?
      Bises curieuses
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    2. Tsss, Cel, tu mélanges tout ! S'il est probable que Lorenzo soit italien vu son nom que mon neurone a oublié, si Loulou a cet accent, elle est Franc-comtoise ou suissesse, plutôt de la bordure occidentale(Vaud, Neuchâtel, Jura...).
      :o))

      Supprimer
    3. Oui je suis une grande mélangeuse...

      Supprimer
    4. Lorenzo a 70% d'accent italien et il s'est imprégné de 30% d'accent local.
      Tu n'as donc rien mélangé et il faudrait savoir à quel accent Loulou fait allusion.

      Et c'est pas pour dire, mais là, Jdissa te fait un mauvais procès. NA!
      Baci Cara

      Supprimer
    5. Oui il aime bien me taquiner. Il me fait des chatouilles intellectuelles en quelque sorte.
      N'empêche que Lorenzo a un accent piémontais marqué, qui me rappelle ma grand-mère...en particulier dans le chuintement des S...qui, si je ne m'abuse, n'est pas une marque de l'accent vaudois...
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    6. Mes deux pieds et moi venons très souvent nous promener chez toi, Célestine, mais généralement sur la pointe des orteils, sans faire de bruit. ;)
      Chez Lorenzo, c'est surtout l'accent vaudois que j'ai repéré. Pour le Piémontais, je ne sais pas, je ne le connais pas.

      Supprimer
  22. ...et ce merveilleux accent vaudois, ou Franc-comtois, c'est pareil, n'est-ce pas Blutch !
    La frontière traverse la forêt du Rizoux, Doubs d'un côté (et les lieux les plus froids de France), Canton de Vaud de l'autre.
    Chez nous, La combe des Cives, Chapelle des Bois, Bois d'Amont, hmmm !...
    Mézaufait, où qu'il est le Blutch ?
    Quoi, tu fais un billet sur le Risoux, et le Blutch il est même pas là, koikyfout ?
    ...'fin moi, Jdissa...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ben je ne sais pas du tout où est mon Blutchy...pas de nouvelles depuis deux jours...
      Il doit arpenter un lieu sans connexion, comme à son habitude...
      Et c'est vrai qu'un des personnages de la video a vraiment le même accent que j'adore...
      Nom d'un gruyère, mais zoukilé ?
      Fin moi...jdissa pour plussoyer à Jdissa...
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    2. @ Quand dite
      Blutch, il arrive quand il peut.
      C'est que moi, Monsieur, je n'ai pas des horaires de labeur fixés par une convention collective.
      Moi, Monsieur, je n'ai plus ni vacances, ni vicandes, ni 7 heures salariées. Moi, Monsieur, je suis retraité, et c'est sans les avantages sociaux de l'esclavage industriel. Personne pour me dire que c'est l'heure de stopper les machines, pas de sirènes pour annoncer le début du repos du guerrier. Le bagne quoi ...:-)

      Alors Lorenzo, il fait comme moi. La retraite en chaise longue, mon cul.
      T'imagines pas ce que c'est....
      T'as vu le mec, plié en deux par les excès de boulot qui grimpe aux arbres à 80 piges, sans harnachement, corde de sécurité et autres amarrages comme le font les freluquets trois fois plus jeunes que lui. Une leçon de vie à lui tout seul ce gars. On voit que c'est un Rital, parce que les Ritals, faut pas leur dire deux fois que le boulot est important. Et puis c'est un Rital rare qui arrive à cumuler son accent de naissance avec l'accent vaudois et je trouve que rien que ça déjà, ça vaut le déplacement.

      @ Céleste
      Je suis sûr que tu ne regardes plus Gertrude de la même façon maintenant... ;-)
      Ti bacio mia Cara
      et une accolade à l'affreux barbu

      Supprimer
    3. C'est vrai, quand j'écoute le son délicat de ma gratte préférée, je pense à Lorenzo et à ses mains qui caressent l'arbre comme s'il caressait une femme...
      Un Rital magnifique, je savais que tu remarquerais que son vrai nom, c'est Lorenzo Pellegrini ...
      Ton portrait des retraités est parfaitement exact: un vrai bagne...
      Je suis contente que tu sois en bonne forme. j'ai essayé de te contacter sur ce truc bizarre qui s'appelle un GSM et qui est censé recevoir les messages des fées en déroute...mais je ne suis tombée que sur l'herbe qui poudroie et la route qui merdoie...
      Ti bacio caro

      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    4. Pourtant c'est simple de m'atteindre au portable.
      Tu m'envoies une carte postale pour me dire que tu veux me téléphoner et j'allume mon téléphone.
      Enfin ça, c'est pour quand je reste en France, parce que j'étais encore une fois en Suisse.
      T'as pas idée de ce que ça représente d'être convoyeur de valises... :-D

      Autrement, tu as l'option petit courriel, ça marche aussi.
      Mais non, pas pour les valises, c'est pour m'atteindre que ça peut être efficace...
      Baci

      Supprimer
    5. Ouais, ben de tout ça il ressort qu'au vu de la description que vous et bien d'autres font de la retraite (et en plus, va savoir pourquoi, à vous je suis tenté de faire confiance. Oui tiens, c'est totalement irrationnel, ça !).
      Hors donc, au vu de la description que vous faites de la retraite, j'ai décidé, unanimement et sans concertation préalable, de ne pas la prendre si d'aventure elle m'échoit. Non, non, ça fait trop peur !

      Supprimer
    6. @Blutchy
      L'option petit courriel, dis-tu...Mais je t'en ai envoyé un qui est resté en souffrance. Encore un coup des Russes, sûrement...Je vais prévoir un stock de cartes postales, alors...
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    7. @Jdissa
      Tu as raison de trembler, c'est affreux !

      Supprimer
    8. @ Céleste
      Ton petit courriel m'annonçait ton absence. Comment veux-tu que je réponde à quelqu'un qui n'est pas là... J'imagine que les portables sont malvenus dans le box des jurés...

      @ Jdissa
      Attends! on te parle-là de la retraite de gens qui bossaient et qui ont raté le coin de la terrasse où ils avaient stocké la chaise-longue.
      Comme fonctionnaire dans des îles paradisiaques, tu es déjà formaté au pastis en maillot de bain en bord de piscine. Ca devrait donc être moins terrible pour toi...

      Baci et accolade

      Supprimer
    9. @Blutchy
      Alors là, c'est de la mauvaise foi caractérisée...Tu sais que j'avais quand même des moments de liberté pour consulter mes courriels ? tssss
      Quant au box des jurés, c'est en Amérique. En France, ils sont assis à la table du président.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    10. Oh Putaing, si on ne peut plus tricher entre amis....

      Quant à la position des jurés, malgré mon lourd passé de repris de justesse, je n'ai jamais fréquenté les Assises.... et malgré toute ma curiosité, je ne suis pas tenté par l'expérience.
      Ti bacio

      Supprimer
    11. C'est vrai qu'elle est chouette mon île !
      Comme à la fin de la journée on ne sait pas quoi faire, l'infirmière de la base nous tricote des bermudas en laine mérinos. On évite de porter le chapeau pour blanchir uniformément, et comme il fait parfois un peu frais (à cause du vent), avant de le déguster, on laisse le pastis au soleil un petit quart d'heure !...

      ...'fin moi, Jdissa...

      Supprimer
    12. Repris de justesse...tu veux dire que tu as frisé la correctionnelle ? Ce qui est moins grave que les assises, somme toute... ;-)
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    13. Pire que ça ma bonne Dame: le Conseil de Guerre pour avoir osé dédaigné une invitation formelle à aller apprendre à tuer sans se poser des questions.... Et comme des questions j'en avais plus que leurs réponses...
      Baci Cara

      Supprimer
  23. Merci pour ce cadeau, Célestine. Merci d'avoir, à ton tour, "jardiné la forêt", ces savoirs et ces harmonies

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Jardiné la forêt...j'aime l'expression. Avec mes mots, j'ai semé et planté tant de graines déjà, dans ma vie, telle une jardinière insatiable...
      Je suis comme le vent qui cueille les aigrettes des taraxacums et les souffle sur le monde comme des parachutes...
      Pour libérer les plages.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  24. Ah, céleste Célestine,ce monde d'ombre qui nous envahit veut anéantir la lumière, mais la lumière est là, dans sa belle présence et nous nous devons de la faire vivre, un jour on ne parlera que d'elle, ne t'en fais pas. Je vais regarder la vidéo de ce beau marchand de sable, je sens qu'elle va m'enchanter. Mille bises de joie à semer dans ton cœur. brigitte

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je confirme, ce petit film est un condensé de bonheur.
      La lumière...oui, elle est toujours là, au bout de chaque tunnel.
      Merci pour tes mots, ma Plume.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  25. Tout en te lisant me revenait l'air d'"Il est libre Max".... ;-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oooh ! une revenante. Ça me fait plaisir de te voir.
      En forme, j'espère.
      C'est vrai, il est libre, Lorenzo, il met de la magie, mine de rien, dans tout ce qu'il fait ...
      Bisettes
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    2. Coucou Ambre, gros bisous

      Supprimer
    3. Bises à tous les deux
      j'espère aussi que vous êtes en forme :-)

      Supprimer
  26. Je n'ai vu que le début, je reviens pour la suite. Certains disciples de Qi Gong s'exercent à embrasser un grand arbre, un long moment, joue contre arbre, à l'écoute, tout en silence et en concentration. Les arbres de grand âge emmagasinent en son corps une grande énergie, "énergie de l'univers", dit t-on), on reçoit cette énergie en embrassant l'arbre de ses bras. J'ai essayé plusieurs fois. Au bout d'un moment on sent vraiment une source de chaleur qui entre dans ton corps...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je n'ai pas encore senti la chaleur, mais je vais réessayer : il me faut rester un peu plus longtemps, sans doute...
      On est frappé, dans le reportage, par la vitalité de ce petit bonhomme bourré d'énergie.
      Alors comment ne pas y voir un effet de cet amour des arbres ?
      Et qu'en pensent les cartésiens si pragmatiques, voilà qui m'intéresserait... ;-)
      Bisous Binh An
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    2. Le cartésien que je suis souvent te dirait que ce qui compte c'est ce que l'on croit…
      Si embrasser un arbre fait du bien… alors pourquoi ne pas le faire ?

      Supprimer
    3. Tu es un cartésien bienveillant, Pierre. ;-)
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  27. De toute façon, les Présidents changent, très rapidement, c'est la même chose, on râle et notre vie reprend son cours.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est sûr qu'à force de déceptions, beaucoup de gens sont blasés...
      Je me méfie quand même un peu d'en faire une généralité...
      Il y a des gens qui sont très contents et ne râlent jamais (par exemple Rotschild, ou Bernard Arnaud)...mais ce sont un peu toujours les mêmes, c'est là qu'il faudrait se poser des questions...Les vraies questions...
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  28. Le roitelet est certes fier, qui ne le serait pas ?
    Même Mitterrand était fier de sa réélection, il avait pourtant 73 ans et des décennies de vie politique derrière lui.
    Cela dit, tu peux être rassurée.
    Tout le monde déploie déjà beaucoup d'énergie pour lui pourrir son mandat au roitelet.
    Si les formations, ce rassemblement de vieillards susceptibles et inquiets, avaient déployé autant d'énergie à faire marcher correctement le pays qu'ils en déploient à mettre des bâtons dans les roues des nouveaux arrivés, on n'aurait probablement pa eu besoin de casser les partis au pouvoir depuis 70 ans...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tout le monde vraiment ?
      Je crois qu'il y a, encore une fois, des gens qui vont lui faciliter les choses. mais quand on est élu avec 40 % des voix réelles, on ne peut pas s'attendre à un plébiscite.
      Cela dit je suis d'accord avec toi sur ton analyse des cacochymes du Pouvoir: cela prouve que la V° est à bout de souffle et qu'il aurait vraiment fallu une VI° république pour changer tout ça...et notamment cette monarchie présidentielle et cette oligarchie de fait...
      Tant pis, ce sera pour plus tard...
      Bises à tous deux
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  29. "Ecouter pousser la forêt plutôt que l'arbre qui tombe" ;-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Lorenzo sait faire les deux admirablement, comme on le voit dans la video.
      C'est un cueilleur d'arbres, il sait quels sont ceux qui doivent être coupés pour permettre aux autres de grandir et de s'épanouir à leur tour. Il écoute l'arbre tomber en lançant le cri d'alerte des bûcherons : « atta ! » Il ouvre des puits de lumière dans la forêt. Ce qui est naturel pour lui, étant un puits de lumière lui-même. ;-)

      Supprimer
  30. Tu appliques si merveilleusement la maxime :"soit le changement que tu souhaites voir dans le monde "....... ta sagesse me recentre.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est fort ce que tu dis...Merci ma miss.
      C'est une jolie maxime. Elle convient bien à la sagesse de lorenzo...
      Bisous éblouis
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  31. Voilà un billet comme je les aime. Un personnage magnifique d'humanité, un luthier, de belles et nobles idées, une nature verdoyante et généreuse. Et vous qui tissez du lien entre tous ces éléments avec votre talent de petite main, de fée qui brode nos sentiments d'or et d'argent.
    Merci pour cet ouvrage qui nous recentre comme le dit très bien votre lectrice.
    Quoi de plus important ?
    ~L~

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci cher ami, j'aime votre métaphore couturière.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  32. Ah, le cadre s'est resserré sur les yeux, là, en bas !
    On se croirait dans un western de Sergio Leone !...
    ;o))

    RépondreSupprimer
  33. Trois jours seulement et il y a déjà tout ça de déçus du Macronisme ? Mais alors... y'a pus d'état de grâce non plus ?

    Tout fout le camp ma brave dame ! Sauf les ateliers d'écriture, les pousseurs de bois, la musique, les conteuses, l'amour et la vie. C'est déjà pas mal et c'est même tant mieux, non ? ;-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est l'essentiel, cher oncle pousseur de bois...
      Ton programme me sied parfaitement, et je ne suis pas déçue du krapovisme. ;-)
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  34. Merveilleux Lorenzo, pour qui, sans doute Lenorman a écrit "oui mais il parle aux oiseaux, au soleil et aux forêts, oui mais il parle aux ruisseaux parfois quand le temps n'est pas trop froid"
    Tu es bien pessimiste quand même, le pire n'est jamais sûr –

    ta façon de chercher le sommeil me rappelle Vialatte qui cherchait le bonheur :
    "L’homme d’autrefois batifolait dans les prairies ; les bergers, grisés de fromage blanc, dansaient des bourrées folkloriques et mangeaient à l’ombre de chênes centenaires.
    Le temps passa, le bonheur aussi. L’homme perdit l’habitude de déjeuner sur l’herbe. L’orage dispersa les bergères. Napoléon, ouvrant enfin les yeux, dit à Gourgaud, à Sainte Hélène : -nous aurions bien besoin d’un peu de bonheur -
    Cette idée n’a cessé de se faire plus obsédante. Il semble bien que le bonheur n’existe plus. Peut-être a-t-il roulé sous un meuble ? peut être l’homme s’est - il assis dessus ? ou encore il ne s’aperçoit pas ? comme on cherche ses lunettes en les ayant sur le nez ?"

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Désolée Emma d'avoir attendu si longtemps pour te répondre, j'ai eu pas mal de problèmes de connexion avec ma tablette.
      J'aime beaucoup ce passage de Vialatte.
      Le bonheur est une chose fugace que j'ai pris l'habitude de ne chercher qu'au fond de moi.
      Bisous chere barbouilleuse de talent.

      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  35. Quel joli portrait que celui de Lorenzo ! Ah oui oui oui... ;-)
    C'est incroyable de le voir grimper ainsi aux arbres, à 80 ans ! C'est un passionné en fait. Il ne se trompe jamais dans le choix des arbres, il les choisit en les embrassant, en les serrant dans ses bras. C'est sa vie, c'est le sens qu'il donne à sa vie. Il n'a besoin de rien d'autre, c'est beau je trouve.
    Et pour terminer, un air de guitare, fait de ce bois choisi par Lorenzo, un air de guitare, comme j'aime... :-)
    Merci pour ce joli moment, Célestine. Belle fin de journée. Bisous.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je suis heureuse ma Francoise, que tu aies regardé le reportage en entier.
      L'air de guitare joué par le luthier est comme la cerise sur un magnifique gâteau d'humanité,
      Bisous doux
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  36. A propos du roitelet, on pourrait ajouter que tous les politologues de l"audieuxvisiel" ainsi que les média, le "CACA" 40, le MEDEF and co sont en extase devant lui, voire au bord de l'orgasme...

    Bises
    Mo

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ta lucidité et ton humour me font du bien, Mo
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  37. Quelle dernière phrase!!! Il a tout compris Lolo��
    Bisous

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Sacré Lolo, oui, chere luciole...
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  38. Quel merveilleux homme!!Merci Célestine de nous le faire connaître, merci pour le personnage et pour les images, et pour la philosophie... il y a tant de beautés à savourer et à préserver aussi!! bisessss

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je savais que tu l'aimerais, mon Cueilleur d'arbres, Brizou.
      Il m'a fait un bien fou, en fait..
      Tout comme â toi, j'en suis sûre...
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  39. Je voulais prendre le temps de découvrir Lorenzo, après tes mots et avant de te déposer les miens.
    Je garde de lui sa silhouette filant dans sa forêt aimée sue par cœur ( par le cœur ) et force aimant magique pour nous le regardant, avec le son de sa pétroleuse mille fois rafistolée réparée de ses larges mains de travailleur des bois, d'homme d'amour de la nature, épris de simple de vrai, homme libre toujours il chérira la terre, le ciel, et son cœur dans celui de sa femme disparue ...
    Oui je pense à sa vie dure mais aurait-il imaginé une autre tant il sait prendre les choses de la vie avec lucidité, simplicité, sagesse, à laquelle cent fois nous aspirons dans nos nœuds, souvent alambiqués, complexes, attirés par les miroirs qui brillent.

    Pourtant, j'essaie de vivre un peu comme lui... Au creux de mes arbres que j'apprends encore à apprivoiser, à connaître mieux, qui me disent le vrai, l'essence-ciel ...

    Là, je garde la lumière de ses yeux, émus, vivants malgré les pertes, et cette énergie folle et sincère qui nous poursuit et nous envahit. Ce respect qu'on lui garde...

    Merci pour ce portrait entre tes mots que je partage, justes, profonds, choisis ... et ce visage unique, des mains qui ont vécu, qui vivent en corps, par sa force et de sa nature bien sûr et de sa passion ( il le dit lui-même, quand on n'a plus cette chose qui vous fait lever et vous pousse, on meurt ... y a plus rien )
    Une invitation à être au plus près de la nature, à son écoute, pour être plus nous-mêmes ...

    Notre ressemblance me touche ( puisque tu la sais ... )

    Je t'embrasse, aimant ces caresses d'âme que l'on se donne, que l'on partage, les cœurs croisés sur tous les arbres qui nous inventent ...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Veronica, je suis touchée par ce magnifique témoignage.
      Bien sûr que l'on se ressemble, toi et moi, dans cet amour de la vie et de la nature qui nous aide à transcender tous les aléas de l'existence.
      merci du fond du coeur.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  40. Je quitte "Les chemins de vie " trop difficiles dans cette longue part d'ombre qui m'interrogeait tant dans les yeux des enfants, alors que leur sourire fuyait sous les coups de colère ou de désespoir pour retrouver un chemin plus paisible avec Lorenzo . Lorenzo qui nous réconcilie avec le vrai, le Beau, l'amour de la vie, le pur, le sacré. Toujours très émue par tes écrits, dans le dur, dans le doux, je me réchauffe à ce beau feu de bois en harmonie avec tous ceux qui respectent le vie.
    Merci Célestine pour ces chemins de vie;pour les uns les étoiles brillent encore tandis que pour d'autres la nuit est bien noire .

    RépondreSupprimer

Je lis tous vos petits grains de sel. Je n'ai pas toujours le temps de répondre tout de suite. Mais je finis toujours par le faire. Vous êtes mon eau vive, mon rayon de soleil, ma force tranquille.
Merci par avance pour tout ce que vous écrirez.
Merci de faire vivre mes mots par votre écoute.