dimanche 30 avril 2017

Putain de temps

Je veux que désormais la vie soit un grand chant de joie !
Je veux danser, battre des mains, exulter et crier, sauter, bondir en l'air,
me rouler par terre, surtout flotter, flotter !
Car je serai marin du monde partant pour tous les ports
Car je serai bateau 

Walt Whitman, feuilles d'Herbe





Mai déjà se dessine... aux franges de cet avril passé comme un éclair. Putain de temps.
En mai fais ce qu'il te plaît. Oh... cette chanson de Sardou... On l'aime ou pas. Mais là ça prend aux tripes...Putain de temps qui fait des enfants aux enfants...Si je pouvais, je  fabriquerais un philtre puissant, et j'arrêterais sa course, dans un grand bruit de chute d'eau. J'enfourcherai mon tapis volant, mon tapis pressant...
Et en mai, je ferais ce qui me plait. 
J'accrocherai ma lessive aux fils du temps, celui qui joue avec nos nerfs comme un archet sur un violon. Le linge embaume quand il sèche dehors, agité comme les larges voiles d'un frais et fier vaisseau, dans une prairie constellée d'asclépiades mellifères et de centaurées.
J'élèverai mes vers de terre et mes coccinelles en bronzant à moitié nue dans le jardin et le vent d'autan qui bradasse soulèvera le duvet soyeux au creux des oreilles des ânes.
Je lirai Feuilles d'Herbe en écoutant Solas et Yves Simon.
Putain de temps qui fait des tours d'ivoire aux éléphants...Je flânerai sur les plages d'Hardelot et de Wissant, jusqu'à Ostende pour des aurores de matin du monde et des nuits de chapelles enfouies sous le lierre.
Puis j'irai voir si l'ombre de Cézanne hante encore le Ventoux et la sainte Victoire, descendre la Loire de mot en mot, de rive en rive et aux Pierres Blanches décrocher des lucioles dans les bras de la poésie. Et sur le dos du vent,  je traverserai le Pont des Arts à la recherche d'un baiser enfui, et la rue des Petites Ecuries, ou Montmartre quand les ombres bleuissent les ors du sacré-coeur. Et la vie fera psssschhh ! comme un champagne.
Je traînerai mon blues dans les plaines alanguies d'un vieux far-west de cinoche, et je m'assoirai sur un banc pour contempler des mambos et des koalas qui jouent à la marelle avec mon coeur dans le square de mon enfance. 
J'écrirai, comme jamais, des haïkus et des sonnets, des nouvelles à briser l'âme.
Et pour un boeuf avec vous tous, les sportives, les poètes, les musiciens, les amoureuses, partager mes récrés, mes fous-rires, mes nuages, oui vous tous, même ceux qui ne se seraient pas reconnus dans ces quelques lignes,  mes chers lecteurs que j'aime tant,  je prendrai ma guitare avec moi et peut-être le chien, s'il est encore là...
Putain de temps.


¸¸.•*¨*• ☆








Photo Denise, avec sa permission...

138 commentaires:

  1. Réponses
    1. Douce injonction, cher ami, pour ma part, mon mois de mai réel risque d'être un peu perturbé et de m'empêcher de faire ce qui me plaît...à moins que ...
      Le rêve reste permis, heureusement.
      Belle journée cher improvisateur
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  2. ....avec la longue cohorte des blogueuses et blogueurs, enfin ceux qui le veulent, et nous serons nombreux je crois, et avec le sourire ! hier après-midi j'ai renouvelé toutes les fleurs de mon balcon, et mon matin joli sentait bon ...
    douce journée à toi Célestine.
    Je t'en brasse fleurie encoeur'.
    Den

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Si tu as le temps, va jeter un oeil au jardin de Mo.
      C'est une oeuvre d'art.
      Dans le mien, les roses commencent à s'émouvoir. Le muguet, en revanche, s'est trop précipité, et il est fané...
      Bisous chère âmie.
      Un brin de muguet virtuel pour toi
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    2. Le jardin de Mo est vraiment magnifique, si coloré, parfumé.... merci Célestine....
      merci pour le muguet....un brin pour toi aussi.
      Douce soirée.
      Bisous rendus.
      Den

      Supprimer
    3. Je savais qu'il te plairait, Den. Le travail effectué est remarquable, je n'avais jamais vu autant de fleurs différentes dans un seul jardin...
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    4. Cela s'impose, n'est-ce pas?

      https://www.youtube.com/watch?v=wRvoB6faG8w

      Supprimer
  3. Je suis submergé dans tes mots,
    Verbes en transes, rythmes en flots
    Je remonte vers ton dessin
    Je vois ton sein
    Mais ne vois pas tes yeux!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Joli compliment cher Binh An.
      Les mots sont des vagues qui nous submergent parfois, mais la plupart du temps, ils permettent de merveilleux voyages.
      Pour mes yeux...euh...ils ne sont pas assez gros au bas de cette page ? ;-)
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  4. Un coup de blues, Célestine ?

    Que seraient nos vies sans ce mille-feuilles des instants vécus, des souvenirs engrangés, des trésors partagés ? Le temps c'est ce qui donne de la saveur, de l'épaisseur et de la densité à l'existence. Le temps nous est précieux…

    Bises intemporelles

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui un gros coup de calcaire, tu connais comme moi ces instants où les murs de la vie semblent d'un coup infranchissables et hérissés de piquants. Chacun a sa façon de lutter contre ces vagues-là.
      Chacun son dérivatif, son addiction, son truc antitruc.
      J'aime beaucoup ce que tu dis du mille-feuilles des instants vécus.
      J'aime beaucoup ce que tu dis du temps, dont n se fait souvent un ennemi alors qu'il est un exhausteur de goût.
      Bises rassérénées
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  5. Et qu'est-ce qui t'en empêche ? Je crois vraiment qu'il n'est jamais trop tard et qu'avant ce n'était juste pas le moment. Mais bien sûr, si seulement on pouvait revivre notre jeunesse en gardant le trésor d'un savoir accumulé au fil des ans, ce serait l'idéal.
    Ah, retrouver entre les pages d'un livre une photo aimée patinée par le temps!
    On se retrouvera ...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah...ce qui m'en empêche, concrètement, c'est une occurrence qui me tombe dessus et qui s'appelle le devoir.
      Quelque chose auquel on ne peut se soustraire lorsque l'on fait partie d'une société, surtout si l'on croit à certaines vertus de cette société et que l'on milite pour les voir maintenues.
      Mais vous saurez tout dans un prochain billet...
      Bisous chère eMmA, passe un beau dimanche créatif et lumineux.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  6. Très belle image, porteuse, que ta lessive au fils du temps. Avec sur la photo, cet oiseau, toujours le même pour moi, celui de Léonard, sur le fil qui à sa manière essaie d'être libre.
    En écho à Whitman, on est emporté par tes mots, les vagues et ton flot. Alors comment y résister ?
    Bises.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah...Leonard et son "Bird on the Wire"

      Comme l'oiseau sur le fil
      Comme l'ivrogne dans une église
      J'ai tenté d'être libre à ma façon
      Comme le ver au bout du fil
      Comme le chevalier d'un ancien livre
      J'ai gardé pour toi ma chanson
      Si je fus cruel
      J'espère que tu pourras l'oublier
      Si je fus injuste
      J'espère que tu sais que ce ne fut pas pour toi

      Comme un enfant mort-né
      Comme une bête encornée
      J'ai déchiré ceux qui tendaient la main vers moi
      Mais je jure par cette chanson
      Et le mal fait dans ma maison
      Que je réparerai pour toi
      J'ai vu un mendiant appuyé sur son ombre
      Il m'a dit : "Tu ne dois pas trop demander"
      Et une jolie femme devant sa porte sombre
      Elle m'a crié : "Hé, pourquoi ne pas plus demander"

      Comme un oiseau sur le fil
      Comme un ivrogne dans une église
      J'ai tenté d'être libre à ma façon


      Merci Patrick, de nous rappeler ce beau texte.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  7. justement, ce matin il fait un temps superbe et mon linge pend dehors pour sentir bon les gaz d'échappement ;-)
    (non non c'est dimanche il n'y a pas de camions, juste des bagnoles, c'est un brin moins grave ;-))

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah je t'adore, Adrienne, toi, et ton humour en toutes circonstances, comme un bouclier d'airain contre la morosité...
      Continue à enchanter mes commentaires de la sorte. C'est bon pour le moral.
      Pour tout te dire, moi, il me faut attendre que mon voisin ait fini de brûler tout et n'importe quoi dans sa cheminée pour pouvoir étendre mon linge sans qu'il fleure bon les usines de Fos sur mer... ;-))
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  8. Tu iras... et je t’accompagnerais dans ce monde rêvé où tout est étincelant…
    Un beau rêve que tu nous offre là.
    Merci chère Célestine

    j♥ bien ce sein que l'on ne saurait voir de ta couverture,
    et
    l'oiseau sur le fil d'étendage serait splendide pour une publicité "je lave plus blanc que blanc" ☺☺☺

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'aime offrir du rêve (ce n'est pas encore taxé...)
      Et j'aime ton ton badin et dominical. Plus blanc que blanc, ça me rappelle un excellent sketch du non moins excellent Coluche...qui n'a pas pris une ride.
      Bisous ma Jak
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    2. je t ai fait un mail au sujet raku sur Cel.....@orange
      as tu toujours cette boite mail

      Supprimer
    3. Oui c'est ma boîte de contact.
      Et je t'ai répondu, chère Jak.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  9. Un très joli programme, et deux chouettes photos. :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ton oeil d'artiste ne trompe pas.
      La première vient du net, la deuxième est celle de mon amie Denise, dont les rêves d'Eugénie sont un enchantement quotidien...
      Bisous doux
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  10. Programme très alléchant en effet. Moi, en mai... je te lirai. En juin aussi, soir et matin. Bise ma Miss W. et merci pour le trésor de tes ors, le bleu de tes bleus, et tes harpes, ai-je envie de te dire, ou tes arpèges. Feilles d'herbes...un bien beau classique. ATTB.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. La lecture de Walt Whitman a en effet quelque chose d'intemporel qui fait un bien fou dans les moments où la vie hésite.
      Mais pour extraire de cette nuit, pour préserver sans
      aucune perte
       Le chant, le féerique chant de l'oiseau brunâtre,
       Avec sa concordance en écho surgie dans mon âme,
       Et l'astre lumineux dont le déclin porte figure si chagrine,
       Et les mains nouées à mes mains pour quêter le cri de
      l'oiseau,
       Ces mains amies, moi au milieu, les garder, oui, à jamais
      vifs en mémoire du mort tant aimé,
       Cette âme exquise, sage d'entre les sages, délice de mes
      journées et mes jardins — ceci en sa mémoire,
       Lilas, étoile, oiseau s'enlaçant au chant de mon âme,
       Tout au fond des pins parfumés et des sombres cèdres
      du soir.

      Lot of kisses my friend.and attb of course
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  11. En mai, fais ce qui te plait, mais, il y a toujours un mai après le vote.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Quel sera ce mai ? Le prodigieux spectacle continue et nous pouvons y apporter notre rime. Quelle sera notre rime ?
      ;-)
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  12. Si tu pouvais.......écris-tu ! Mais Célestine, ta vie et la mienne ont tant de similitudes (surtout en ce moment ) que j'ose te dire : "si tu veux, tu peux" . Certes, pas tout car ton programme est un peu chargé mais il y en a marre des- j'veux bien mais j'peux point -, des rêves qui sont notre survie et parmi lesquels, nous ne pourrons même pas en réaliser la moitié d'un le mois prochain. J'étouffe, allez prend ma main, soyons folles, partons, lâchons prises quelques jours, mettons nos chapeaux de paille et allons voir ma montagne bleue où nous le rencontrerons, lui "des tâches plein sa blouse et sa barbe en bataille " Bises d'espoir ;

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah ma Chinou...Qu'est-ce que je donnerais pour faire mon baluchon et courir te rejoindre dans les lavandes de Cézanne...Tu sais que lorsque je veux, je peux, ce n'est pas à toi que je vais l'apprendre. Mais en l'occurrence, mon mois de mai sera un peu différent cette année, je sais que tu le sais. Quelque chose à laquelle je ne peux me soustraire, une expérience unique dans ma vie.
      Alors, à juin ? Notre havre nous attend, rue des étoiles.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  13. Oui, chère Céleste, tu as raison de nous dire le joli mois de mai qui des demain nous apportera la joie de s'ouvrir à tous les possibles.. Oui en mai faisons ce qui nous plait. Respirons à pleins poumons cette nature qui nous invite à la renaissance, à la joie du muguet aux belles clochettes , aux promesses de cerises et autres fruits délicieux cueillis sur l'arbre, à l'amitié, à l'amour...
    Oublions les soucis, prenons la route de demain avec confiance et joie solidaires.
    Vive la vie, vive l'amour
    Bises de mai par avance
    Pierre

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Voilà un discours qui change de celui de nos chers politicos...
      Tu imagines, s'ils finissaient leurs oraisons par « vive la vie, vive l'amour » ? ;-)
      Ça changerait tout...
      Je repense à une vieille chanson du Big Bazar, les Cerises de monsieur Clément.
      De République en République
      Toujours cocu toujours content
      On applaudit les bons truands
      Au ventre rond au ventre blanc
      Qui nous revendent les cerises
      Qu'avait rêvé Monsieur Clément

      Tous ces pontifes des Eglises
      Tous ces suiveurs de régiments
      Voudront nous manger tout vivant
      Mais ils se casseront les dents
      Sur les noyaux de ces cerises
      Du verger de Monsieur Clément

      Bien sûr c'est difficile
      De mourir quand on a vingt ans
      Mais pour quelques cerises
      Que ne ferait-on au printemps ...

      Bises de fin avril
      ¸¸.•*¨*• ☆


      Supprimer
  14. La vie c'est maintenant. C'est demain. Alors, vis!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je vais tâcher de suivre ton conseil, et de positiver l'expérience que ce mois de mai va m'apporter...
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  15. Des iris ! C'est l'emblème de ma région! Sauf que ceux que tu montres sont mauves et que chez nous, c'est l'iris des marais qui est de couleur jaune. Bah, ce sont deux couleurs qui se marient à merveille !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah...jaune et violet, les couleurs complémentaires, le joli visage de Monsieur Martin, mon professeur d'arts plastique, qui nous apprenait le cercle chromatique et toutes ces délicieusetés absolument indispensables...
      Il n'a pas échappé à ton oeil averti que Denise a respecté ce mariage de couleurs en mettant des fleurs jaunes au second plan...
      ¸¸.•*¨*• ☆
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  16. La chanson de Sardou est magnifique, et elle donne des frissons, en effet.
    Merci d'être toujours aussi merveilleuse à lire.
    Bises
    Angela

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il est de bon ton de décrier Sardou mais pour moi, il a bercé mon enfance et certaines de ses mélodies sont restées gravées en moi.
      Beau week end, ma belle
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    2. C'est vrai. Il y a une époque où, à Bruxelles, à l'Université, on criait partout "Sardou fasciste" - je n'ai jamais très bien compris pourquoi, mais je ne raffolais pas de Sardou, sauf que j'aimais bien la maladie d'amour en changeant juste un mot dans une strophe (j'ai déjà dû y faire allusion). j'aime bien aussi tous les bateaux s'envolent et les avions se noient, car c'est aussi entre moi et moi o:))) (Au fait, est-il fasciste ?)

      Supprimer
    3. Faut dire aussi que les Sardou, mère et fils, n'ont rien fait ou dit qui pourrait accréditer leur sympathie pour une gauche, même modérée...
      De plus, "les Ricains" du petit Mimi sont très mal passés dans le paysage culturel de l'époque...
      Mais faut reconnaître que ses musicos sont au top...
      Bises e baci

      Supprimer
    4. Et puis ensuite il a chanté Vladimir Illitch...
      ¸¸.•*¨*• ⭐️

      Supprimer
    5. Il fallait bien corriger le tir et l'image....

      Supprimer
    6. Il l'a plutôt bien fait je trouve.
      ¸¸.•*¨*• ⭐️

      Supprimer
  17. "en bronzant à moitié nue dans le jardin"
    Pourquoi à moitié ??
    Vu que, par les temps qui courent, on va pas tarder à être rhabillés pour l'hiver en plein printemps....
    Autant en profiter encore quelques jours !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pourquoi à moitié, bonne question...
      Sans doute parce qu'ainsi le voisin ne sera qu'à moitié perturbé...
      Sinon, c'est déjà les soldes d'hiver alors ? j'ai rien vu passer... ;-)
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    2. Je ne conseille à personne de jardiner à moitié nu. Et comme il est préférable d'être bien couvert pour jardiner, un temps gris et frais est bien plus agréable ! Voilà, Célestine pourquoi parfois, même chez toi, il fait presque froid. C'est uniquement pour te permettre de tondre et désherber sans risques. Tu vois, la nature est bien faite. Les draps attendront demain pour sécher au vent, et puis il n'est jamais certain qu'en Mai les draps serviront à sécher nos larmes .... restons positivement debout.

      Supprimer
    3. Je laisserai à mon ami Blutchy le soin de t'expliquer comment il fait, lui, pour jardiner en tenue d'Adam...
      Pour ma part, arroser en maillot de bain, c'est sympa quand il fait déjà chaud, l'été, au petit matin...
      Mais sur un plan strictement pragmatique, tu as certainement raison. :-)
      Restons positifs. ;-)
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    4. Comment je fais pour jardiner nu? C'est simple: il suffit de se désaper totalement...
      J'ai un rapport avec le soleil qui est des plus rationnel.
      C'est le thermomètre qui m'indique le degré de couverture nécessaire. En allant au soleil dès qu'il se pointe, il n'est pas violent et la peau à le temps de faire ses protections. Le soir un peu de Monoï pour entretenir le cuir et le tour est joué.
      Conséquence directe: plus un seul coup de soleil.
      Encore faut-il s'exposer au soleil qui nous accompagne toute l'année. Rien de plus dangereux que de dévaler les degrés de latitude pour aller se faire griller sous un soleil trop piquant et tropical, surtout après avoir consciencieusement protégé sa peau durant les 11 mois précédents...
      Les deux parties du corps les moins facilement atteintes par des mélanomes sont le visage et les mains, qui sont pourtant exposés en continu au Soleil... Et c'est une erreur de croire que la peau des fesses est plus délicate que celle des genoux.
      Bises e baci

      Supprimer
    5. Bien d'accord avec vous deux en ce qui concerne le soleil ! mais je ne pensais pas au soleil, seulement au jardinage. Excuse-moi Célestine, mais je n'ai pas l'impression de jardiner quand je me balade avec le tuyau d'arrosage. Je conçois tout à fait qu'on puisse faire cela totalement nu ! Par contre, tondre, désherber, planter, manipuler la terre, les orties, tailler les buissons tout cela me paraît dangereux quand on n'est pas couvert ! Je passe sur les bestioles qui piquent, parfois méchamment. Bon, je casse l'ambiance, je n'ai pas le jardinage très poétique. J'aime beaucoup jardiner, ne vous méprenez pas !
      Bises et bonne journée.

      Supprimer
    6. @Blutchy
      J'aime toujours autant te voir développer les thèses qui te sont chères...
      En revanche, je ne suis pas tout à fait d'accord : la peau des genoux est parfois bien plus rugueuse que la peau des fesses...Enfin j' dis ça... ;-)
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    7. @Anne**
      Oui bien sûr tu as raison Anne, mais arroser, surtout l'été et surtout dans mon coin de France, ce n'est pas une sinécure et c'est quotidien...
      Pour le reste, évidemment qu'il vaut mieux être habillé pour certaines tâches ...piquantes !
      Bisous et bon repos du premier mai.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    8. @ Céleste
      J'ai dis genoux à cause de ça:

      https://www.youtube.com/watch?v=y9BDUYxy9N0

      mais tu peux aussi lire: "la peau des cuisses", c'est tout à côté, mais un poil moins séant ;-)

      @ Anne
      Il n'y a guère que la taille des ronces qui demande quelques précautions :-)

      Bises e baci
      Baci

      Supprimer
    9. Ah évidemment si tu vas chercher dans la chanson romantique...
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  18. Un petit dimanche pâle, gris, coincé entre les incertitudes de l'avenir et la nostalgie d'une avant, d'un ailleurs.
    Et puis votre titre qui attire mon oeil, et à nouveau je suis pris dans les rêts de votre écriture délicieuse.
    Comme une parenthèse indispensable, je me laisse entraîner par votre sillage parfumé.
    Du monoï, si j'en crois les charmantes fleurs de votre bannière exquise.
    Continuez, ne vous arrêtez jamais.
    ~L~

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je ne compte pas arrêter, je vous rassure...
      Les rêts...il n'y a guère que La Fontaine et vous pour utiliser ce mot...
      Le parfum de monoï...oui, mais pour l'instant c'est plutôt l'odeur de l'âtre dans la cheminée...
      le printemps est capricieux.
      Bien à vous
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  19. allez hop hop hop, c'est bientôt mai qui ne sera qu'à moitié (et encore, si seulement à moitié) ce qu'il nous plairait qu'il soit (là je songe vaguement à dimanche prochain...) alors toi, Célestine, au moins, fais ce qu'il te plépléplé !
    steuplé !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Hop hop hop cher Dodo. Faisons notre possible pour ne pas nous laisser abattre...
      Un ptit brin de muguet pour toi
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  20. Que j’aime ta liberté. En mai fais ce qu’il te plaît, chère Célestine, c’est ça qui me plaît en mai.
    Mais, si je puis me découvrir d’un fil le dernier jour d’avril, qu’il te plaise toujours d’écrire, afin que je puisse te lire sans me lasser.
    Je regarde aussi les images ! et ce ciel chocolat, aux notes de lait chaud, miel et fruits jaunes comme des fèves de Porcelana, étoile ma cabosse.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je suis heureuse d'étoiler ta cabosse.
      C'est tout de même mieux que de cabosser ton étoile... ;-)
      Oui, je sais elle était facile, je n'ai pas résisté.
      Porcelana, tu m'as encore appris un mot au clair de ta plume... :-)
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  21. C'est cela Célestine, en mai, faisons ce qu'il nous plaît... Tes mots sont si beaux pour ce nouveau mois qui ne devrait tarder, dans quelques heures.
    Je t'offre un joli brin de muguet avec au centre mes bisous ♥ pour ton amitié et ta gentillesse :-) Mille mercis pour tout. Je suis très touchée.
    Joli mois de mai à toi ♥... La chanson de Sardou est magnifique.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tes iris étaient si beaux que je n'ai pas résisté.
      D'ailleurs tout ton blog est un enchantement, tu es vraiment douée avec un appareil photo dans les mains...
      Je te remercie encore.
      Bon premier mai, chère Denise
      Bisous célestes
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  22. Putain de temps qui nous fait avancer trop vite. On oublie de respirer, de musarder, de s'arrêter. Et puis soudain, on étouffe et on se dit que ce temps qui passe nous écrase un peu. Alors on tente le réveil et on s'ébroue. Alors moi je suis d'accord pour te suivre, pour danser, rire et virevolter. Et tant pis si en mai je ne vais pas vraiment faire ce qui me plaît, il y aura des bulles d'oxygène ici ou là dans lesquelles nous rirons en nous racontant nos bêtises. Merci Célestine pour tes mots. Bises alpines.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ravie de te revoir, Dédé, après ta pause.
      Dans la réalité, c'est vrai, mon billet est un peu incantatoire, comme toi je ne vais pas vraiment faire ce qui me plaît...Mais chut ! j'en dirai davantage plus tard... ;-)
      Les bulles d'oxygène nous restent, et c'est heureux.
      Bises pluvieuses ce soir
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  23. Partageons nos récrés, nos courses dans les prés,les rêves colorés et tout ce qui sourit! juste un petit coup d'aile pour ton tapis volant, tu verras il fera beau demain !
    bises océanes

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah...l'océan, Balaline, sans doute m'arrêterai-je aussi chez toi dans mon périple imaginaire...
      L'océan immense et mystérieux...
      La récré promet d'être belle.
      Bises étoilées
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  24. Le bonsoir Céleste. Je dirais, tout comme toi, putain de mystères ! Quelle galère ! Hélas,hélas, je n'ai que ça à offrir :

    Attirance

    Corde tendue
    La guitare gémit une note mélancolique
    Lâche une larme unique
    Que le flot emporte dans sa course épique
    On fredonne
    On murmure
    On ôte son armure
    Les lèvres écrivent sur les lèvres
    Les doigts creusent des sillons
    Vagabondent aux ports de la passion
    Le cadran remonte l’échelle des temps
    Chante
    Danse
    Balance
    Alimente l’attraction des âmes liées
    Quand la vie s’affole
    Sur la crête des vagues échevelées

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Rod, arrête de dire que tu n'as "que" ça !
      Ce que tu écris est toujours magnifique et je le prends comme un cadeau à chaque fois.
      Ton "book" s'enrichit de billet en billet.
      Celui-là, je l'aime particulièrement.
      Bises rêveuses
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  25. Ahrghh que oui, "putain de temps", alors l'Autan nous caressait délicieusement les bras, et balayant les cheveux nous cachant alors les yeux. Putain de temps, la nuée est venue et pim-pam le dieu tonnerre nous a enjoins de rentrer poule, canard, veau, vache, mouton et linge, surtout le linge ! Putain de temps et putain de vie, que je me chante souvent. Putain d vie ! Bon la vaisselle m'attends, le pyjama m'attend, enfin la nuisette, pour la nuit, c'est mieux hein. Plus sexy pour Morphée ? Au fait Morphée c'est il ou elle ?
    Pour le boeuf sur le toit, je veux bien mais je te passerai les bouchons d'oreilles ! :))))
    Aqueros mountagnos
    Que tan hautes soun
    M'empéchoun dé bédé
    Mas amours oun soun

    Se canti (Se canti)
    Iou que canti (Iou que canti)
    Canti pas (Canti pas)
    Per iou (Per iou)
    Canti per (Canti per)
    Ma mio qui eï auprès de iou

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, j'ai vu que le vent d'autan s'était bien déchaîné, aujourd'hui. Mais mon billet n'était pas prémonitoire, c'est un pur hasard.
      Ah...cette chanson, que dis-je, cet hymne... combien de fois l'ai-je entendu depuis l'enfance ...
      Merci de me le remettre en mémoire, Lou.
      Quant à Morphée, si tu veux savoir, c'est ICI.
      Bisous du soir
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    2. Ah, merci de m'ôter le doute, je vais donc rejoindre le bel Morphée en me glissant dans mon lit. Bonne nuit...

      Supprimer
    3. Eh bien belle nuit, chère Lou...
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  26. Tiens pour changer un peu, je vais m'appeler Candidedimanche, 30 avril, 2017

    Faut dire qu'écouter Solas et Yves Simon, c'est pas trop pourri comme choix !
    Surtout Solas ! Et surtout Yves Simon !
    Et surtout Solas !
    Et surtout Yves Simon !
    Et t'imagines bien que je suis partant pour un boeuf avec toi, depuis le temps qu'on en parle ! C'est quand même pas de ma faute si t'habites si loin !

    Quant au temps !
    La vie est mouvement, la vie est vibrations, palpitations, cycles, et tout ça c'est des fonctions temporelles ! Comme la musique d'ailleurs, qui meurt dés qu'elle est créée: sans temps, pas de musique !
    Alors s'il est vrai que "Le temps est assassin / Et emporte avec lui / Les rires des enfants / Et les mistral gagnants...", c'est lui aussi qui nous permet de leur donner la vie, de les voir grandir, de les voir partir, de leur donner des enfants... et la boucle est bouclée, un cycle, temps qui va,temps qui vient...
    Sans temps, pas d'horloges, d'où pas d'informatique, d'où pas de blog, et on est plus là !
    - Holà Monsieur Candide, ne seriez-vous pas en train de vous faire céans l'avocat du diable !
    Que nenni ma bonne dame, faut une horloge pour aligner dans le bon ordre les zéros et les z'uns avec lesquels, de loin sans doute mais quand même, tu nous ravis de ta prose inspirée !
    Et puis n'est-ce pas lui qui permet les rencontres, les nouveautés, les surprises, n'est-ce pas lui qui nous permet d'avancer, de grandir ? Il est dans mon entourage quelques'un(e)s que je vois grandir depuis rencontre ou naissances !
    Alors bien sûr il nous pousse bien un p'tit peu, mais on grandit, on gagne en sagesse (ou pas !)...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pfffiou...ben dis donc, ça c'est de la dissertation...
      Note bien qu'en disant "putain de temps" on ne dit pas qu'il ne sert à rien...Mais juste qu'il passe trop vite...
      Alors, tu me diras, tout est relatif, rester pendu une minute est plus long qu'une heure de plaisir, et bla bla bla...oui je te répondrai oui, bien sûr.
      Mais quand même. Le temps passe trop vite, quand on aime la vie.
      Voilà ça c'est dit.
      Pour ce qui est d'habiter loin, tu te poses là ! Didon, ce serait pas l'hôpital se moquant de la charité ?
      Merci pour le choix "pas trop pourri" j'apprécie la délicatesse de tes appréciations. ;-)
      Bisous émus
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    2. C'est Einstein qui décrivait ainsi la relativité: "Placez votre main sur un poêle une minute et ça vous semble durer une heure. Asseyez-vous auprès d’une jolie fille une heure et ça vous semble durer une minute."
      Mais si mes seconds BBs ont atteint les trente ans l'an dernier, j'ai plus l'impression d'une progression et d'un épanouissement que de nostalgie. Et je confirme: quelle joie de les voir transmettre la vie à leur tour et la prendre en charge en toute logique et simplicité ! Tu verras...
      Quant à la distance qui nous sépare, le même Einstein ci-dessus cité nous dirait, là encore, que tout est relatif. Et lycée de Versailles, bien sûr !
      Et "pas trop pourri " est une ellipse, bien sûr, comme si t'avais pas compris !
      Je m'énerve pas, Germaine, j'essplique à la dame !

      Supprimer
    3. Bien répondu cher ami.
      Simplement la progression et l'épanouissement n'empêchent pas la nostalgie de temps en temps...
      Et hier la chanson de Sardou m'a mis la saudade.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    4. Je commence à te connaître un p'tit peu... :o)))

      Supprimer
  27. Et tu iras dormir chez la dame de haute Savoie...
    putain de vent,il a soufflé de tous les diables...
    Putain...c'est pas le bon billet!
    Voici donc le joli mois de mai,où les feuilles volent au vent.
    Joli vent pour ton tapis persan.Il vaut mieux un tapis persan volé qu'un tapis volant percé!
    Magnifique billet,qui m'entraine dans un voyage imagique,qui m'entraine dans ton rêve d'opaline...
    En mai fais ce qu'il te plaît...Excellent programme!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il vaut mieux un tapis persan volé qu'un tapis volant percé!
      Alors là, celle-là, elle est bonne !
      Qu'est-ce que je peux répondre à ça ? C'est juste parfait....
      Rêve d'opaline, rêve d'opaline...ça me rappelle quelqu'un, mais qui... ?
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    2. Je ne vois pas ce que Juste Parfait vient faire dans ta réponse!
      Mais!comment connais-tu mon deuxième et troisième prénom? hi hi hi
      Non,je déconne!Je ne veux pas risquer un problème de chevilles enflées.Et de toutes façon,je n'ai qu'un seul prénom.
      rêve d'opaline,rêve d'opaline...mais,bien sûr...!

      Supprimer
    3. Comment ne pas reconnaître l'ami Francis, présent dans mes pensées comme dans mon billet, en filigrane...
      Bisous belle journée de muguet
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  28. Comme c'est dommage que l'on ne puisse pas commenter en écoutant cette chanson de Sardou que j'avais oubliée, Célestine
    Et bien, tu es fébrile, Célestine, en agitation imaginaire ! Il faut dire que Mai donne des ailes, des envies, alors que la neige a recouvert les petits monts du Lyonnais...
    Mai devient frileux au fil du temps, la lune rousse, les Saints de glace, y'a tout pour nous obliger à remettre les doudounes et à nous priver de terrasses pendant ces longues soirées...
    Allez, comme c'est bon de rêver !
    Le muguet est passé, les iris en avance, le vent me rend folle furieuse, quant au 7 à venir, je n'en parle même pas !...
    Alors, joli Mai, apporte nous plein de petits bonheurs, nous en avons tellement besoin.
    Joyeux 1er Mai et gros bisous

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je te réponds en écoutant la chanson, pourtant...
      Je comprends tout à fait dans quel état tu es, fébrile autant que moi...
      Mai a toujours été frileux, les anciens l'avaient bien remarqué et leurs dictons météorologiques sont fondés sur des siècles d'observation.
      Espérons que le 7 il ne deviendra pas glacial, même si, entre nous, je crois que les dés sont pipés depuis le début...mais chut !
      Le vent rend fou, oui mais il chasse les miasmes. Les pensées négatives, tout ce qui empêche d'avancer.
      Je t'embrasse en ce premier mai.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    2. Il serait doux que le 7 mai soit l'éclosion d'une nuée de papillons blancs, comme autant de messages aux politocards qu'on ne cautionne pas leurs prédations des droits du peuple.

      Entre l'héritière du FN fondé par Bousquet et le Borgne sur les ruines de la milice de Darnand, d'une part,
      et le digne représentant d'un banquier qui fonda sa fortune sur une escroquerie gigantesque(Rothschild 1er paria sur Waterloo. Il se servit de pigeons voyageurs pour être le premier informé du résultat de la bataille. Lorsqu'il sut que Napoléon était vaincu, il l'annonça vainqueur et la bourse anglaise s'effondra. il racheta tout et se fit un sacré magot sur la faillite des autres. Belle mentalité, jamais démentie...) d'autre part
      Voter pour l'un ou l'autre c'est se compromettre avec le pire.
      Du coup, fillon fait presque figure de saint entre ces deux immondes...
      On a loupé Méluche aux Pestillentielles, 7 millions d'insoumis peuvent encore fausser leur jeu dans les législatives.
      Ti bacio Cara mia

      Supprimer
    3. Je ne connaissais cette anecdote sur Rothschild...
      En même temps, il faut être spécial pour consacrer toute sa vie à amasser de l'argent...
      Sinon c'est joli, les papillons blancs (sauf ceux de la pyrale du buis, qui est une sacrée saloperie)
      Baci caro mio
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    4. C'est le résultat d'un vide sidéral de l'ETRE...

      Supprimer
    5. L'avoir ayant tout siphonné, ça se comprend... ;-)
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  29. hé oui, la vieillesse est un naufrage comme disait l'autre enfin les autres, on ne sait pas vraiment qui est à l'origine de la phrase ! Mais bon tu as le temps d'en perdre et d'en prendre du bon !
    Tu as passé du temps dans le Sud Ouest dans ta jeunesse ?? Je dis ça à cause de l' Autan !
    La photo est magnifique !

    Bonne semaine, enfin...celle-ci risque de nous vieillir terriblement...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il me semble que c'était De Gaulle qui avait dit cette phrase, mais je n'en suis pas certaine...
      Non je n'ai pas vécu dans le Sud-Ouest, mais j'y ai quelques lecteurs qui me parlent souvent de leur vend "qui rend fou" Bof, Lou, Mathilde, Chinou et quelques autres que j'oublie sans doute...
      Le Mistral quand il se déchaîne n'est pas mal non plus, dans le genre...
      Même remarque qu'à Soène pour ce qui est du 7 mai. On va reprendre du sociomerdocrate pour cinq ans, alleluia.
      Bisous Mind, bon premier mai
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    2. Leur vent, évidemment ! oups

      Supprimer
    3. Ne vendons pas la peau de l'ours.... Je t'avoue que tous cela me mets d'une humeur bien grise, et le temps n'est pas l'unique acteur de mon mal-être...

      Supprimer
    4. La peau de l'ours, surtout blanc sur la banquise, aurait bien aimé que l'on ait un choix politique plus écologique au deuxième tour...
      Je dis ça je dis rien...
      ¸¸.•*¨*• ⭐️

      Supprimer
    5. Vaut mieux ça que de la pine , berk, elle me fait gerber cette grosse.... oups pardon ! J'ai vu quelque part que ce n'était pas un choix entre la peste et le choléra, qui sont mortels l'un et l'autre mais en entre la peste (noire, celle de l'histoire) et une bonne chiasse. On peut la combattre et la soigner...
      Pardon again !
      Il paraît que l' Autan rend fou mais moi je l'adore, ayant passé plus de 20 ans à Toulouse, il m'a bercé et a chassé les nuages du quotidien. Mais en tempête, il peut en effet énerver. Certaines études ont montré qu'il y avait plus d'actes agressifs en période de fort Autan.
      Bisous

      Supprimer
  30. Putain de texte! Le reste est superflu!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Hé hé merci, cher ami.
      Tu as l'esprit de synthèse. ;-)
      Bises
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  31. Un baiser sur le Pont des Arts, dans le froid de l'hiver, ce baiser nous avait réchauffé, moi, elle, et même la Seine... je crois bien qu'on aurait pu s'y baigner. ];-D

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il est des baisers que l'on n'oublie pas, c'est certain. Tu nous parles souvent de celui-là, il a dû marquer ta jeunesse...
      Mais t'aurait-elle suivi jusque dans la Seine ? Rien n'est moins sûr ^^
      Bon premier mai Andiamounet
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  32. Bonjour Célestine,

    Merci pour le lien vers mon blog.
    J'adore ton enthousiasme pour la nature!
    Bisous
    Mo

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. La Nature est une grande consolatrice, et la source de mes émotions les plus positives.
      Merci Mo.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  33. O Moi ! O Vie ! Ces questions qui me hantent, tu convoques ainsi Walt Whitman, ce barde et poète des fleuves en feu et des mers furibondes. Ah ! ma Céleste, quand tu déploies tes ailes vertigineux, nul vent ne pourrait t’empêcher de planer comme une gazelle des déserts insoumis. Que ne donnerais-je pour te suivre sur ton long périple à la découverte des lumières, des immenses étendues des océans, des plaines, des montagnes. Quand tu écrits, j’entends tes rires silencieux qui comblent les anges quand tu les effleures de tes frétillements de tes voiles. J’aime les mots, j’aime tes mots, j’aime le chant qui les accompagne, et qui nous laissent un sillon blanc tracé sur le ciel bleu : Putain de temps qui nous harcèle et qui nous ramène à notre humanité pour dire ce que disait Whitman : Car je serai marin du monde partant pour tous les ports !
    Merci Céleste du bonheur de te lire et bisous ailés et vifs

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tes premiers mots font allusion à ce très beau poème ô capitaine, mon capitaine...
      Oui c'est un merveilleux poète.
      Mais tu peux suivre mon périple, car il n'est que rêve et fantasme.
      Merci pour ton enthousiasme et ton lyrisme qui m'enchante.
      Ecrire pour des lecteurs aussi enflammés, c'est agréable.
      Belle soirée cher poète des dunes et de la mer profonde.
      je t'embrasse en étoiles
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    2. Et comment oublier ce poète Whiltman que tu aimes tant et qui porte une poésie ruisselante de vie, d'amour, de vérité et dont aussi sa personnalité est tellement chargée de vécus que même son anthologie, "feuilles d'herbes", ne pourrait combler.
      Je t'offre mille fleurs de muguet en ce jour de mai et t'embrasse aussi chère étoile insoumise.

      Supprimer
    3. C'est vrai, c'est une rencontre poétique que l'on ne peut oublier...
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  34. Putain de temps et putain de vie !J'étais dans mon jardin cet après midi et j'étais heureux. Je me disais qu'il ne me fallait pas grand chose pour être heureux: un rayon de soleil, un chat qui dormait sur la margelle du puits et les oiseaux qui chantaient. Oui putain de vie que j'aime de plus en plus en vieillissant !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Idem, ta dernière phrase doit résonner en beaucoup d'entre nous...
      Non il ne faut pas grand chose pour être heureux...
      Merci Daniel pour cet instantané de ton jardin, l'après-midi...
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  35. Le putain de temps nous en apprend sur nous et sur les autres, et c'est ce qui nous rend meilleurs parfois, le putain de temps peut être notre ami... :-)
    Bonne soirée, Célestine. Gros bisous.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu as raison, Françoise, le temps, quand on travaille sur soi et que l'on tire les leçons du passé et de la vie, nous rend meilleurs...
      Belle nuit ma Françoise
      Gros bisous
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  36. Le temps vagabonde, traîne et entraîne, avance à pas balancés, verse ses larmes, puis mesure et savoure chaque instant cueilli offert, lié. Il profite de sa promenade savoureuse à ma gourmandise, mes rêves éveillés, mes couleurs de la pâle-être, au répit trop bref, détourné de son chemin, son allée, sa sente qui remonte jusqu'à toi, Âmie à l'aile étendue de l'onde profonde, à l'hélice qui enflamme et frétille en choeur.
    Merci Célestine pour tes mots, la Vie qui dégouline ici !
    bisou.
    Den

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Toi c'est la poésie qui dégouline chez toi, Den.
      Et ce que tu écris est merveilleux.
      Merci belle d'âme.
      ¸¸.•*¨*• ⭐️

      Supprimer
  37. Ce texte de Whitman te ressemble

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu ne peux me faire davantage plaisir, Sylvie.
      J'en suis émue.
      ¸¸.•*¨*• ⭐️

      Supprimer
  38. Oooh les frissons, tes textes si doux mais si poignants, ce satané temps : j'aimerais tant revenir de temps en temps en arrière, la voix de mon perd, le rire de ma grand-père, la douceur de ma Zonzon, la fulgurance des premiers amours....et parfois j'aimerais aller vite voir plus loin pour m'assurer que le koala va bien et que je suis là pour voir ses enfants. Ce serait merveilleux.....

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Et pourtant, ce putain de temps passé si vite que ton koala sera marié avant que tu aies eu le temps de dire ouf...
      Et tu verras, ce sera merveilleux..
      ¸¸.•*¨*• ⭐️

      Supprimer
  39. Je ne sais pas où tu as habité mais tu ne sauras jamais la rue des Petites Ecuries, le Sacré Coeur ou les pentes de Montmartre comme moi.
    Jamais.
    Et ça ne fait pas "pssssccchttt" comme un champagne.
    Ça fait juste comme un soupir, tu sais, quand l'essentiel vient de nous échapper...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Et si, au lieu de dire ça, et de me faire bien remarquer que tu connais le coin mieux que moi, tu me proposais de me les faire visiter, et de me les raconter avec des trémolos dans la voix ? Hein? Hein?
      ¸¸.•*¨*• ⭐️

      Supprimer
    2. Ben t'as qu'à venir !
      Je te dirai.
      Tu verras des trucs que tu ne soupçonnerais pas.
      Et même je te dirai comment c'était avant qu'on ne répande de l'asphalte sur les allées.
      Ce qu'on voyait dans un ravin avant qu'on ne plante des immeubles de brique là où il restait encore un coq qui chantait à n'importe quelle heure avec sa cour de poules.
      Bref, tout ça quoi...

      Supprimer
    3. Mais je ne te dirai pas la rue des Petites Ecuries.
      C'est à part, ça.

      Supprimer
    4. Dommage, c'était justement ça que j'avais envie que tu me racontes ( d'où mon clin d'œil)
      ¸¸.•*¨*• ⭐️

      Supprimer
  40. HA HA HA Quelle surprise tu l' as dit avec ce temps , ici pluie , soleil , pluie , chaleur , fraîcheur etc etc et comme ça depuis des mois , mais vraiment y en a marre ha ha ha .

    J' espère que tu as passé un bon 1er mai , mais le muguet c' est tout le mois car il est le représentant du beau moi de mai , en mai fait ce qu' il te plait , mais attention avec prudence quand même car la fraîcheur est toujours de mise et le froid aussi dans certaines régions .

    Gros bisous marseillais , ou la pluie et le soleil se sont partagés la journée .
    Renée (mamiekéké).

    https://s1.qwant.com/thumbr/0x0/b/e/67fb2e9e28a87fec59b335940fb9a8/b_1_q_0_p_0.jpg?u=http%3A%2F%2Fabanico-chocolat.com%2F19112432-thickbox%2Flivraison-bouquet-muguet.jpg&q=0&b=1&p=0&a=1

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci renée pour ce bouquet de muguet que je découvre ce soir avec un léger différé ...
      ¸¸.•*¨*• ⭐️

      Supprimer
  41. Réponses
    1. C'est une forme de voyage assez original que je suis en train de vivre...
      J'espère pouvoir en parler bientôt.
      Bisous
      ¸¸.•*¨*• ⭐️

      Supprimer
  42. On peut se retrouver à Wissant ou Hardelot. Audresselles n'est pas mal non plus. Et le Touquet. Et Etaples où il y a un beau port de pêche et un merveilleux marché. je vais peut-être y retourner bientôt. j'aimerais bien ! Souffler un peu... Nous n'avons ni vent d'autan ni mistral, mais généralement, le vent nous amène de la pluie et du froid (comme ce week-end, il a fait beau samedi... Dimanche, il y a eu du vent... Lundi, cela s'est gâté et là, il fait carrément gris). Et si les saints de glace s'annoncent (faut pas que j'écrive seins!) ça va cailler sérieusement! Bon, du moment qu'il ne pleut pas, c'est tout ce que je demande...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'aime ton petit billet météorologique, Pivoine.
      J'aimerais vraiment aller voir ces grandes plages merveilleuses du nord, ces étendus de sable infinies.
      Et c'est vrai, il fait froid en ce moment...mais je suis enfermée toute la journée alors je ne vois pas le ciel.
      ¸¸.•*¨*• ⭐️

      Supprimer
  43. Celle qui oublie la plus belle gare du monde...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oh mon Bof, oui j'avoue, je t'ai oublié...
      Me pardonneras-tu ?
      M'emmener as-tu la visiter, cette gare ?
      ¸¸.•*¨*• ⭐️

      Supprimer
  44. Et dans tout ça, j'écoute Yves Simon (qui est né un 3 mai si je ne me trompe) en boucle, Zelda et Diabolo Menthe (que j'avais beaucoup aimé, mais encore plus "Coup de foudre" de Diane Kurys, Miou-Miou était si belle dedans)...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Yves Simon...mon idole.
      ¸¸.•*¨*• ⭐️

      Supprimer
  45. Ce n'est pas le putain de temps qu'il fait dehors qui m'embarrasse Célestine, c'est le putain de temps qui passe..
    Celui qui m'envoie tous les jours au bureau,
    Celui qui passe trop vite quand je suis bien
    Celui qui passe trop lentement quand je suis mal
    Celui qui me fait compter un jour de plus,chaque jour, à mon âge
    Celui qui me renvoie à ma solitude
    Celui qui me fait voir mes enfants vivre dans une relative précarité
    Celui qui mouline à grands coups d'aiguilles ou d'écran digital
    Celui là
    Celui du temps qui passe
    Sur lequel on n'a aucune prise
    Comme
    Celui là
    Celui du temps qu'il fait

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Voila une anaphore bien sympathique et agréable à lire.
      Je parlais bien du temps qui passe et non du temps qu'il fait...
      Bisous chere Suzame
      ¸¸.•*¨*• ⭐️

      Supprimer
  46. Coucou Célestine,
    Beaucoup de retard dans la lecture de tes posts alors je prends le temps de les lire tranquillement, de les savourer.
    Mais ai-je rêvé ? s'est-il caché quelque part ? il me semble qu'il y en avait un dernier ?
    La neige il y a quelques jours, les fleurs couchées au sol, les arbres fruitiers qui ont gelé... mais les oiseaux chantent, pépillent, gazouilleent, sifflent, roucoulent et la gamme des verts est infinie.
    Happy printemps
    Nicmo

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Savoure chère Nicmo.
      Prends ton temps comme je suis obligée de le prendre, moi aussi, par la force des choses...
      Je t'embrasse.
      Céleste
      ¸¸.•*¨*• ⭐️

      Supprimer
  47. Comme j'aime te lire, sous la pluie, dans le vent et même avec ce beau soleil qui nous nait aujourd'hui ...
    Quand le cœur apaisé, je regarde mes roses, celles que j'ai plantées, de mes mains, juste écloses ...
    La maladie d'amour de vivre, d'aimer, de croire, d'espérer ...

    Je t'espère sereine et je t'embrasse en terre haut de vie.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je tente de rester sereine malgré la conjoncture.
      Je regarde mes roses, moi aussi, j'ai besoin de douceur...et d'amour.
      Bisous belle amie
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    2. Je te comprends, oui on a besoin de les regarder, de les aimer ...
      Où puis-je voir ta rose sur FB ?

      Supprimer
    3. Elle est ICI, sur Instagram
      Bisous
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    4. Heureuse de découvrir ta belle rose Céleste ... :)

      Bisous hautbois de rose ...

      Supprimer

Je lis tous vos petits grains de sel. Je n'ai pas toujours le temps de répondre tout de suite. Mais je finis toujours par le faire. Vous êtes mon eau vive, mon rayon de soleil, ma force tranquille.
Merci par avance pour tout ce que vous écrirez.
Merci de faire vivre mes mots par votre écoute.