lundi 23 janvier 2017

Cosmogonie


Photo Ben Thoard




Au commencement, était le grand vide intersidéral, troublé seulement par l’énormité silencieuse du Rien absolu. Même pas le moindre scintillement d’un astre piquetant le noir d’encre des confins.
Chaos s’ennuyait ferme. Il errait.
Il décida d’engendrer Gaïa. Ne me demandez pas comment à lui seul il réussit ce prodige. Les Cosmogonies ne s’embarrassent pas de ce genre de détail, vous l’avez remarqué. Les choses sont, et c’est tout. A la réflexion, il s'était peut-être un tout petit fait aider par Eros, un dieu primordial en vacances dans la région mais rien n'est moins sûr.
Bref, Gaïa fut là, et avec Gaïa,  Chaos s’égaya. De ses yeux jaillirent toutes les étoiles qui allumèrent les solitudes glacées pour les rendre agréables au regard. Cette belle aux yeux de brume, sculpturale caryatide aux formes généreuses, adoucit sa vie de vieux solitaire, le poursuivant d’un bout à l’autre du Cosmos, batifolant dans les nébuleuses et se battant avec lui à coup de polochon cosmique.
Chaos goûtait dans les bras de Gaïa, bien qu'elle fût virtuellement sa fille, des plaisirs interdits et subtils qui faisaient trembler l’Infini et gronder le vent sidéral.
Entre deux ébats sensuels,  Gaïa inventa pour se divertir la Terre, un morceau de rocher sombre qu'elle pétrissait dans ses mains comme pour se passer les nerfs quand ils étaient en pelote.
A force de se livrer au jeu théogonique le plus vieux du monde, et que l’on appelle encore « papa-maman » dans bien des contrées ici-bas, ce qui devait arriver arriva, et Gaïa donna le jour ( et la nuit aussi ) à toute une flopée de bambins solides et superbes. Les deux premiers furent Ouranos et Pontos.
 Ouranos, gros bébé joufflu comme un aquilon, fabriqua le ciel, tendit comme un velum la divine courbure azurée de la coupole céleste, et joua à y épingler, tels des papillons géants,  les nuages pommelés et rosés du matin et les tourbillons d'orages tout noirs du soir. 
Pontos, son frère jumeau, ne voulant pas être à la ramasse, fit l’océan immense et le peupla de bêtes visqueuses aux écailles d’or vif et d’argent, de coraux précieux comme des colliers, d’îles courbées sous le vent et de vagues hurlantes et rugissantes.
Chacun se recula pour juger de l’effet.
Les parents applaudirent devant ces merveilles boréales et australes.
Mais Pontos, apercevant le flacon de nacre dans lequel sa mère rangeait ses cristaux de bain, crut bon d’en verser le contenu dans sa mer fraîchement éclose, afin de parfaire son œuvre ...
Un bouillonnement titanesque se produisit, doublé d’un nuage de chlorure de sodium verdâtre qui amusa beaucoup le gosse.
-Qu’as-tu fait, malheureux ? Gronda Chaos.
-Qu’est-ce que c’est que ce binz ? Renchérit Gaïa.
-Oh, ça va, les vieux, j’ai rajouté un peu de sel, c’est tout…
-Tant pis, c'est fait, c'est fait. Ils auront de la tension, voilà tout ! conclut Chaos, impérial.


Et c’est ainsi que pour toutes les créatures vivantes qui peupleraient la Terre, l’eau douce deviendrait, par sa rareté, l’objet d’une quête vitale, rude et sans pitié qui durerait jusqu'aux confins des douze éternités. Et même encore après. 



Pour les Impromptus littéraires, il fallait inclure la phrase : « J'ai rajouté un peu de sel » à un texte d'invention.

96 commentaires:

  1. Le Rien absolu ne saurait être intersidéral si tu veux mon avis :o).
    Mais le vide quantique est intéressant (bien que je sois bien trop vieux pour commencer à m'intéresser à ce genre de plaisanterie)
    Bien sûr, en dehors de cela, ta vision cosmogonique ne manque pas de sel.
    Je t'embrasse !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Par définition, la cosmogonie se désintéresse totalement de la vérité scientifique.
      Disons qu'elle s'en soucie comme d'une guigne, si tu veux mon avis.
      Je me permets de t'orienter vers l'excellente conférence de mon camarade Alexandre Astier intitulée "exoconférence", en vente dans toutes les bonnes boutiques de vidéo en DVD., et également en ligne .
      Un régal pour ton esprit pointilleux.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    2. @ Célestine
      La peste soit de Blogger et de ses cases à cliquer qui te laissent supposer que tu peux répondre à une réponse et qui efface illico la page que tu viens d'écrire dès que tu cliques sur "publier".
      Je recommence:
      Tu sais ce qu'il te dit mon esprit pointilleux ?
      Par définition, il n'y a pas de vérité scientifique, seulement des approximations momentanées. C'est la base même de l'esprit scientifique : rien n'est jamais acquis (même Geoges le chante, alors...)
      Ma remarque portait sur la logique du langage : s'il n'y a pas d'astres, comme tu le spécifies dans ta phrase, il n'y a pas de vide "intersidéral".
      Il y a par contre dans ton texte une phrase très intéressante du point de vue de la cosmologie et que quelques chercheurs partagent (en l'assortissant d'un prudent "Peut-être que") : les choses sont, et c'est tout. Ce qui renvoie le big bang de ton camarade Astier à un simple bruit de fond.

      Supprimer
    3. Pas taper, pas taper !
      Je suis bien d'accord: il n'y a pas de vérité ni scientifique, ni aucune autre. On nage en plein gruyère fondu ...
      Mais fallait pas le prendre mal, mon Boss. Je te chinais gentiment.
      J'entends bien que vide intersidéral ça ne voulait rien dire, de même que toutes les fadaises que les hommes ont inventées pour répondre à leurs angoissantes questions existentielles...
      Méat coule pas, comme dit le type qui pisse dans un violon...
      Ma phrase très intéressante en revanche, stigmatisait un peu le comportement qui consiste à renvoyer les curieux insolents dans les cordes, en leur répondant « parce que c'est comme ça » J'ai entendu cette phrase si souvent dans mon enfance, moi qui me posait des questions sur tout, que je n'ai jamais pu saquer les évidences toutes faites...
      Quant à ce fuc**ng blogger, j'y peux rien.C'est un peu l'équivalent de ton Bad Gateway qui m'accueille chez toi une fois sur deux... ;-)
      Gros bisous mon boss adoré
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    4. Une fois sur deux ? T'as d'la chance je viens de recevoir coup sur coup le bad gateway et le service temporaly unavailable.
      Je ne change pas d'adresse pour que Jdissa puisse contempler ma tronche (et le visage de MAP).
      Et toi aussi t'étais curieuse quand tu étais petite ? (je dis petite parce que jeune, tu l'es toujours, n'est-ce pas (si tu crois qu'il n'y a que toi qui peut manier la brosse à reluire)). Mon pauvre père m'appelait Monsieur "Pourquoi ?"

      Supprimer
    5. Oui J'étais curieuse, bien que l'on me répétât que c'était un vilain défaut...
      Et ma curiosité ne s'est jamais arrêtée. j'aime apprendre et surtout comprendre...
      Pas un hasard si j'ai choisi de transmettre.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    6. Hélas, ne me rappelle pas que tu es institutrice : http://presquentrenous.canalblog.com/archives/2008/04/23/8922985.html

      Supprimer
    7. Joli texte je suis allée lire et j'ai essuyé furtivement une larmichette.
      Tu es un grand sentimental, Boss.
      Je le sais depuis toujours. :-D
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  2. Jdissa, dans un élan d'éloquence scripturalemardi, 24 janvier, 2017

    D'abord il est 3h30, pasque l'hôtesse a retiré les heures des coms, mais moi j'aimais bien, na !

    @ Célestine: Euh, Miss, ton lien "en ligne" pointe vers un site de vente ! Ton blog deviendrait-il commercial ? :oD

    @ Walrus (et d'ailleurs c'est dommage qu'y ai plus ta trombine en avatar, j'aimais bien !): l'argument "je suis trop vieux" est juste un peu facile à opposer. Ca me semble aussi mesquin que "j'ai pas l'temps" ou "y'a plus d'sel".
    Pasque quand même, si on y regarde bien, le vide quantique c'est très surfait, et ça doit pas poser tant de problèmes que ça à apprendre puisque c'est... vide. Regarde: les tables de multiplication, les verbes irréguliers en anglais ou l'imparfait du subjonctif, ça occupe le temps et l'esprit parce qu'il y en a des pages et des pages, c'est pas vide.
    Mais le vide !... 8o0 !
    Et puis peut-être faudrait-il avoir de ce notion une autre approche ? Toi le scientifique, tu sais ce que c'est : à force de creuser une notion, une théorie, on fini par s'obnubiler et se mettre des oeillères et ne plus voir l'évidence qui attend sagement sur son coussin qu'on veuille bien la découvrir. Mon approche personnelle est novatrice en ce sens quelle est sémantique.
    Suis bien, me perd pas de vue, j'essplique : "quantique" est un mot composé d'un préfixe, "quand" auquel on a retiré le "d" pour de simples raisons de facilité d'écriture, et qui sert à questionner sur le moment d'une action (Larousse), et du suffixe "tique" , notion piquante s'il en est mais là n'est pas la question, auquel on a retiré le bout, parce quand un bout en a deux, y'en a un qui n'a pas raison d'être puisque quoi qu'on fasse, un bout en aura toujours deux.
    Ho, Walrus, tu suis, là ?
    Nous voilà donc en présence d'une question sur le moment d'une action concernant une boutique. Et en cherchant bien, mais je ne te ferai pas l'affront de t'expliquer quelque chose d'aussi simplement évident et je laisse à ta sagacité scientifique et proverbiale le soin de retrouver le cheminement, en cherchant bien, disais-je, on découvre qu'il s'agit d'une question très simple contractée dans la locution idiomatique "quand – boutique", qui signifie tout simplement : "A quelle heure ouvre le Mammouth ?"
    Et tu me feras pas crois qu'un Walrus ne rend jamais visite au Mammouth !
    Arrivé à ce stade de la démonstration, je répète que de mon point de vue, le quantique, c'est très surfait, et en tous cas pour moi, c'est plié.
    Ne me remercie pas, mon cher Walrus, ce fut un réel plaisir que de mettre cette théorie novatrice à la portée de la communauté.

    ...'fin moi... Jdirien...

    Non, non, n'applaudissez pas, c'était rien...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'applaudis pas mais je salue : c'est bien la première fois que j'entrave quelque-chose à la mécanique quantique (Tu t'appellerais pas Salomon des fois et son quantique des quantiques ?)
      Pour ma trombine, elle n'apparaît que quand j'oublie de me déconnecter du compte Google du défi du samedi, cet endroit qui m'a valu le bonheur de rencontrer notre céleste amie).

      Supprimer
    2. @Jdissa
      Je reste médusée par cette démonstration nocturne, belle comme une comète dans mon ciel de lit.
      Pour le site commercial, j'indiquais juste à mon Boss adoré (quoi, je fayote ? on m'a toujours dit qu'il fallait fayoter le boss, d'abord) la manière de se procurer l'excellentissime démonstration d'Arthur de Kaamelott.
      Afin qu'il puisse apprécier la partie de son exposé concernant les cosmogonies du monde...
      Tu as donc passé trois quarts d'heure au beau milieu de la nuit à expliquer que les scientifiques seraient préoccupés seulement par l'angoissante question de savoir à quelle heure ouvre une grande surface qui a fermé sa dernière échoppe en 2009, s'il faut en croire monsieur Wiki.
      Ça remet bien des choses en perspective tout ça...Oui, bien des choses...
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    3. @Walrus
      Un bonheur au moins égal au carré de l'hypoténuse de mon plaisir d'avoir fait ta connaissance.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    4. Jdissa, enfin un type qui me fait comprendre sans problème des choses nébuleuses.
      Vous devriez écrire la physique impertinente ! respect !

      Supprimer
  3. N'ayant pas un kopeck d'esprit scientifik, je laisse au poétik le soin de compenser des lacunes qui ne m'empêchent pas de ronquer comme un bébé trublion. Voici donc Célestine ce que m'inspire ta vision sur la belle Gaïa :

    Coup de vent
    Une pulsion
    Comme un big-bang
    Vlan !
    Prend ça !
    Dans la tronche
    Le neurone
    Un truc qui remue
    T'étreint
    Te casse
    Te laisse là
    Moitié zombi
    Moitié chose
    Sans crier gare
    Comme un appel
    Un remous
    Borborygme indicible
    Ni expliqué
    Ni explicable
    Happé
    Caressé
    Rejeté
    Hors de soi
    En soi
    Une peur
    Une énigme
    La vie
    Ses plaisirs
    Sa force
    Sa faiblesse
    Ses colères
    Vlan !
    On recommence
    Une pièce
    La suivante
    Un puzzle
    Ici
    Ailleurs
    Au-delà et à l'intérieure
    Une vague
    Vague de vie

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Qui ne t'empêchent pas de ronquer...dois-je déduire de ce terme idiomatique que tu appartiens à l'hémisphère sud de notre beau pays ?
      En tous cas, quand tu ne dors pas, tu écris de fort jolies choses, m'sieur.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    2. Le bonjour. Le sud se situe souvent au nord de quelque part. Mais dès qu’on l’évoque, j’y adhère de toutes mes forces. Alors, oui, j’y suis fortement ancré. Bien que souvent mon esprit, sans que je sache pourquoi (le vent ?) se retrouve un tantinet à l’ouest…

      Supprimer
    3. A l'ouest ? Oui il faut l'être un peu dans ce monde de robots...

      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  4. Enfin une réponse scientifique au "pourquoi la mer elles est salée ?"
    Et sous forme de conte en plus !
    Merci maitresse.
    Nicmo

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. N'est-ce pas qu'elle est bien mon explication...
      Quant à l'humour, c'est, j'en suis bien persuadée, le sel de la vie...
      De rien, cher Nicmo, ce fut un plaisir non dissimulé.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  5. Réponses
    1. Ben voui...
      On fait ce qu'on peut pour divertir les foules... :-D
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  6. Moi, qui ne représente que le modeste vide nord-picard, je pèse peu vide à vide du Grand Vide Intersidéral. De plus, du moins à ma connaissance, je n'ai guère engendré qu'un fils que je n'ai même pas réussi à appeler Arthur. Parait-il que j'ai aussi engendré parfois la Mélancolie, mais seul comme Chaos. Ce qui ferait de mon fils le demi-frère de la Mélancolie. Pas impossible étant donné son tempérament assez proche du mien.
    Douze éternités c'est long, surtout vers la fin de la onzième, qui s'éternise un peu. Je t'embrasse et te félicite pour ces variations nord-sud, comme le dialogue du même nom. ATTB Angel Baby.
    Ton Beau Real (de Madrid).

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. L'humour pointe sous la mélancolie, et ton beau réal de Madrid m'a fait rire !
      J'espère quand même que mon petit conte mythologique t'a arraché un sourire furtif, car c'était le but.
      Quoi que, lorsqu'on part dans les profondeurs glacées de l'origine de l'Univers, on obtient parfois l'effet contraire...
      Bref, je mêle ancolies et roses dans le bouquet que je t'envoie pour égayer ton ciel.
      Kisses and attb
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  7. Ah, ben dis donc, la mite au logis prend un pincée de sel dans l'oeil ! C'est pas demain qu'il va neiger des larmes chez toi !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Si je comprends bien, mon Chaos n'a pas engendré la mélancolie chez toi ^^
      Tu m'en vois ravie :-D
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  8. Quel bonheur ce texte ma Céleste ! J'ai souri du début à la fin, admirative de ton esprit toujours plein de sel et de poésie !^^ Pour le reste : le quantique, le pas-quantique, le big-bang, je ne veux rien savoir ! Il faut laisser aux poètes le soin de réinventer le monde, il ne s'en portera pas plus mal et ira à l'essentiel ! Bisous bisous ♥

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonheur de faire sourire les copines !
      Vérité scientifique malmenée, certes, mais il me plaît moi, d'imaginer que nous sommes sortis d'une partie de jambes en l'air cosmique, enfin d'une belle histoire d'amour quoi...
      Bisous belle copine! Ravie que ma poésie quantique t'ait inspirée.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  9. « Ils auront de la tension... »
    Ça, pour avoir de la tension internationale, on en a eu et on en a encore !
    Ça viendrait donc de là, cette hypertension artérielle de nos politiques qui précipitent le monde dans une crise de goutte géante ?
    Voilà une théorie qui ne manque pas de sel, en tous cas ! :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Hé hé ! c'est bien vu, Kangourou !
      Hélas, les cacochymes gouvernent le monde...
      On se sent impuissant...
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  10. Alorsssse on recycle ? Moi aussi !

    Il a rajouté du sel ? Nous avons échappé au pire, ça aurait pu être ses selles ! ];-D

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je crois que tu n'as pas très bien compris le principe des Impromptus. Ce n'est pas du recyclage, c'est du partage élargi.
      Le recyclage, c'est réservé aux gens qui sont en panne d'inspiration, mais ce n'est pas ton cas, bien sûr ! ;-)
      Quant aux selles, je crois que depuis le temps qu'on déverse notre merde dans les océans, on peut effectivement se poser la question...
      :-D
      baci
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    2. Je te charrie, j'ai fait la même chose avec : "au pied du figuier" !! Tu ne t'en souviens pas ?
      En fait c'est tout simplement une extension, il faut parfois s'étendre sur certains sujets ];-D

      Supprimer
    3. Oui mais moi je t'avais fait deux commentaires différents ^^
      Je suis bête hein de me fatiguer pour rien ...
      Mais non, je te charrie euh !!! :-)
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  11. Une façon à la fois plaisante et élégante de nous initier à la mythologie.
    Bravo, madame celestine.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Quelle joie monsieur jacques, de vous voir par ici...Vous devenez rare.
      Merci d'avoir apprécié.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  12. BRAVOS !!!
    D'abord cette puissante image de Ben Thoard, qui montre plutôt l'ordre que le chaos.
    Puis ce déluge sans limite d'images célestiniennes:
    Ce Chaos qui baise tout ce qu'il touche, ne se refusant rien, tout ce que je crée est à moi,
    Jusqu'à ce sel final qui poudre le conte, débordant jusque dans les coms qui frisent quelque tension scientifique !
    BA, Chinois vert au rire jaune, descendant de l'Empire du Chaos!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tout à fait, Binh An !
      L'ordre des choses, la formidable énergie tellurique qui remet bien en place nos velléités de vouloir lui résister...
      Que d'éloge pour mes billevesées célestiniennes !
      J'espère que tu aimes pour de bon, malgré ton rire jaune ^^
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  13. C'est sûr....La tension c'est pas ce qui manque dans ce monde !! Une pincée de sel, des miettes de Trump, une petite bouchée de Bachar.....

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Une soupe bien indigeste au final, et puis ça et là, quand même, et pour garder espoir, des débuts de commencement de prise de conscience...
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    2. Oui, c'est très important parce qu'il s'en passe des choses que nous ne voyons pas encore.....Tous ces mouvements solidaires, tous ces nouveaux métiers, toutes ces belles initiatives écologiques.

      Supprimer
  14. Oui, trop de tensions, le monde hyper-tendu va devoir se mettre au régime de la décroissance, cela ne fait plus de doute.
    Puissent les poètes comme vous continuer d'éclairer ce monde en folie, et faire grandir les petites flammes !
    Votre texte est absolument délicieux et drôle.
    ~L~

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je le souhaite de tout coeur.
      Mon rêve est que les « grands » de ce monde arrêtent de nous faire croire qu'ils ont des solutions, alors qu'ils ne sont préoccupés que par leur nombril (et même pas ceux de leurs petits enfants)...
      Merci d'être toujours fidèle, mon cher Lorenzaccio, c'est agréable.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  15. Passe moi le sel de la Cosmogonie


    « Passe-moi l’sel !» hurla Gaïa a son r’jeton
    « J’sais bien qu’un Crest hein comme toi
    Cela se prend pour le sel des nations,
    Mais faudrait pas t’prendre pour le roi ! »

    « Pardon, Mam’, mais c’est toi aussi qui exagères
    Avec ton Cas chaos boisson délétère
    T’étonne pas si Dère râle
    Alors un peu d’sel ça peut pas faire d’ mâle »

    « Oui , mais le mâle a dit
    Que le mal aux aisselles
    Cela sort d’un excès d’zèle
    Lorsqu’Pap bulle ses interdits »


    Conclusion : faut pas s’étonner si notre boule
    se prend un peu la tête


    Bises

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Un Crest hein ? Faut pas dire du mal de Mariton...
      Belle fantaisie rimée sur ma cosmogonie, Petrus.
      Un zeste d'insolence dans ce rejeton, j'aime bien...
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  16. J'ai lu jusqu'au bout en riant et je rajoute mon grain de sel à tous les commentaires ci-dessus. Je suis d'accord pour dire que les bestioles dans la mer sont très visqueuses. Je n'aime pas tout ce qui sort de la mer et qui pourrait atterrir dans mon assiette. Cette odeur marine est un supplice pour la montagnarde que je suis. Et je ne savais pas qui avait mis du sel dans les mers, je vais me coucher ce soir moins bête. C'est effectivement la faute de machin Pontos. Quel boloss!! C'est tout de sa faute!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Un vrai boloss tu l'as dit...Quand je pense qu'on vit sur une planète faite aux trois quarts d'eau et qu'on ne peut pas la boire...c'est ballot quand même ...
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    2. Une planète couverte aux trois quarts d'eau. Le volume total d'eau, quant à lui, ne représente qu'une minuscule partie de ce dont est fait la planète…

      [oui, je sais, ma trop sérieuse remarque n'est pas dans la tonalité du billet ;)]

      Supprimer
    3. Détrompe-toi; Pierre.
      Mon billet, comme tout ce que j'écris, a aussi un fond serieux sous la gaudriole.
      Un message que peu de lecteurs ont vu, mais qui est pourtant bien présent.
      Bon d'accord, la terre est "couverte" aux trois quarts et non pas faite comme je l'ai écrit trop vite.
      mais ces trois quarts sont effectivement salés. l'eau douce est un bien précieux et mal réparti.
      La première des causes de bouleversements et de conflits ne sera pas le manque de pétrole mais le manque d'eau. Les scientifiques les plus pessimistes prévoient une guerre de la soif qui risque d'être abominable.
      Avec des vagues d'immigration inédites dans l'histoire.
      Tu vois que je sais être sérieuse aussi, malgré le ton de mon billet ...
      :-)))

      Supprimer
    4. Je sais bien que tu peux être sérieuse sous la gaudriole. C'est plutôt moi qui ai du mal à gaudrioler sous le sérieux ;)

      Ta remarque sur les bouleversements à venir me fait penser que le prochain centre d'intérêt des instituts de sondages pourraît être des questions de ce genre : quelle est, à votre avis, l'élément catastrophique qui fera tout péter en premier ?

      Pour l'eau douce (2,5 % du total de l'eau sur terre), une petite imagedonne un aperçu comparé des trois volumes en jeu. C'est ici : http://www.consoglobe.com/combien-eau-et-eau-douce-sur-terre-cg

      Supprimer
  17. Moi aussi,je suis comme le vide...Sidéré! Par ton texte.Je me suis régalé.
    Ce n'est pas que le "sel" qui donne à tes textes ce gout si particulier,qui les fait apprécier,mais bien le talent...Même si je ne suis pas connaisseur,je sais apprécier.
    c'est donc l'explication de la salinité de la mer...Mais alors,pour les larmes?
    Bon,j’arrête de rajouter mon grain de sel,il y en a déjà beaucoup,et pas que dans la mer!
    Bon,allez,pour le plaisir,il existe des amateurs d'eau salée!
    http://www.dailymotion.com/video/x390dm_supplice-de-la-chevre-fernandel-fra_shortfilms

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci, Xoulec, mais si tu sais apprécier, c'est que tu es connaisseur.
      je n'en doute pas un seul instant.
      Les larmes...c'est un peu de la mer qui reste en nous de l'époque où nous étions des poissons, puisqu'il est scientifiquement prouvé que la vie a d'abord commencé dans la mer...
      C'est pas beau ça, un peu de la mer qui reste en nous ?...
      Quant à la chèvre, quelle séquence inoubliable !
      J'ai moi-même dû subir ce supplice lors de mon procès...

      Bises célestes
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    2. Je suis un modeste connaisseur,alors.
      Un peu de mer qui reste en nous!Comme un petit trésor,un souvenir...qui quelquefois remonte et déborde.d’ailleurs,il y a des personnes qui ont la mer dans les yeux...

      Quant à ton procès!Je suis sûr que la plaidoirie de la défense aurait été d'une grande qualité.Je ne doute pas que tu aurais été lavé(si je puis dire) de toutes les accusations.

      Supprimer
    3. La mer dans les yeux...Mais dis donc, c'était toi, dans l' ascenseur si ça se trouve...
      ^^

      Supprimer
    4. Fort possible...
      je me vois assez bien dire à une femme qu'elle a la mer dans le regard...
      Mais là...je ne suis pas encore un "monsieur",et il faudrait que j'utilisasse l'ascenseur.

      Supprimer
    5. Bon tant pis...
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    6. Comme tu dis...
      bises ascensionnelles.

      Supprimer
    7. Et néanmoins sensationnelles... ;-)
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  18. Entre l'humour enflammé, la rêverie illimitée , le talent si bien conté, les connaissances réinventées , tu nous offres Célestine, un petit bijou, dont toi seule a le secret... à te lire tôt ce mât-thym,je me suis bien régalée...
    la vitre de joie est tout'embuée... merci... bouquet !
    Bisou.
    Den

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est joli la vitre de joie...Toi aussi tu as le secret des belles tournures poétiques.
      Tu me fais penser à cette phrase de Bobin :
      Un peintre c'est quelqu'un qui essuie la vitre entre le monde et nous avec de la lumière, avec un chiffon de lumière imbibé de silence.
      belle journée Den
      Ici il neige ce matin
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    2. Merci Célestine, nous avons nous ici, échappé à la neige, mais pas à une pluie verglaçante, ce qui n'est pas mieux, et à présent, je fais très attention aux chutes, tu peux me croire...chacun de mes pas est compté... jolis les mots de Christian Bobin...
      ça va maintenant, je me suis remise de mes émotions et de mes hématomes...
      Douce soirée à toi.
      Den

      Supprimer
    3. J'imagine que tu n'as plus envie de faire des galipettes et des folies de ton corps sur la glace !
      Gros bisous taquins ma De
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  19. Très poétique ta version du bing bang

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. A défaut d'être très scientifique, au moins elle est drôle. Les Grecs anciens savaient rigoler, finalement.
      Bisou bisou
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  20. Plaisir du matin ? Venir lire les petits délires de Célestine.
    Tu n'as jamais pensé à les éditer pour en faire profiter un plus grand nombre ?
    En tous cas si on m'avait expliqué la mythologie comme ça...
    Bises d'Angela

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui tu l'as dit, ça reste des petits délires, alors je préfère les partager avec quelques amis blogueurs, ça suffit à mon bonheur ! Merci d'apprécier Angela
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  21. Ayant personnellement assisté à cette scène primitive, dont j'ai des traces grâce grâce à mon smartéléphone-à- pierre que j'ai piqué aux Pierrafeu, et que je tiens à la disposition de qui voudra bien me donner 400 milliards pour la bonne cause de Benoît Hanom-grand-désesspoir.
    Je peux vous dire qu'en réalité tout est de la faute de Vulcain. C'est lui qui cracha comme un malappris les expectorations de ses poumons en feu. Tout cela retomba en pluie acide sur la pauvre Gaia, en sorte que son épais maquillage au chlorure de sodium s'est mis à couler dans l'océan.
    Tout ça parce que cet imbécile de Vulcain ne s'était pas fait vacciner contre la grippe…
    c'est quand même lamentable…

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Vulcain aurait quand même pu faire un effort pour participer à l'écoulement de stocks de vaccins en rade depuis la H1N1 qui avait fait couler tant d'encre et de nez...
      Mais voilà, sous prétexte qu'on est le dieu des Enfers alors on se la joue perso et on n'en fait qu'à sa lave...
      Oui c'est lamentable. ;-)
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  22. Tu joues avec les mots à merveille et tu m'as bien fait rire. Apprendre la mythologie de cette façon est un régal :-) Merci pour ce partage avec l'humour :-) et ton talent.
    Bisous Célestine ♥

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai toujours aimé mettre une touche d'humour dans les choses pas drôles. Ainsi je suis une fan de la "grammaire Impertinente de Jean-Louis Fournier, un petit régal d'irrévérence et de drôlerie pour apprendre les choses rébarbatives que sont les conjugaisons...
      Mes élèves en étaient fous.
      Bisous Denise
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    2. Il existe aussi du même auteur, l'arithmétique impertinente. Un régal !

      Supprimer
    3. Ah oui, bien sûr, avec des problèmes fabuleusement drôles, du style:
      (un de mes préférés)
      Un gros roman qui tire à 8 000 exemplaires consomme 10 gros arbres de 8 mètres pour la pâte à papier.
      La forêt de Compiègne compte 5 800 000 gros arbres et Paul-Loup écrit tous les 2 ans un gros roman qui tire à 500 000 exemplaires.
      Au bout de combien de temps Paul-Loup aura-t-il décimé la forêt de Compiègne ?

      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  23. Pas l'air mal, ce jeu, décidément. Vous devez rigoler, quand c'est pas trop sérieux.
    Sinon, c'est ce qu'a dit ce matin, sûr, segur, le chauffeur du chasse-neige que j'ai croisé ce matin et qui se rendait en renfort en direction du Plateau.
    Si c'est hors sujet, tu te gênes surtout pas pour me dire, hein, Celle.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu connais mon goût pour la rigolade, mon Bof.
      Si c'était pour se faire euh... disons suer, non je ne participerais pas...
      Le sel sur la neige, oui tu es en plein dans le sujet. Mais il paraît que maintenant il ne faut plus mettre du sel sur les routes c'est vrai ?
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  24. Moi je connaissais plutôt cette version-là mais si tu nous dis que ça commence par une histoire d'inceste et de baignoire, je veux bien te croire aussi!

    https://www.iletaitunehistoire.com/genres/contes-legendes/lire/comment-l-eau-de-mer-est-devenue-salee-biblidcon_013

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Quelle belle légende ! je ne la connaissais pas;
      la mienne est plus olé-olé, du coup...
      Bises cher oncle céleste !
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  25. J'aime beaucoup ta façon de raconter la mythologie (non, je n'ai pas dit la mite au logis, j'aurais eu trop honte). On comprend tout de suite mieux qu'avant!
    Bonne soirée à toi et bises si je puis me permettre.
    Mo

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu aurais largement pu dire la mite au logis, vu que : d'un, tu aurais été le premier, et de deux, j'adore les jeux de mots.
      Et puis pour les bises bien sûr que tu peux te permettre. ^^
      Ici tout le monde se fait des bises, c'est convivial !
      ¸¸.•*¨*• ☆
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    2. Je suis une fille, donc j'aurais été la première... ;-)

      Supprimer
    3. Sorry Mo, je ne savais pas !
      mais cela ne change rien, évidemment !
      Je vais essayer de voir pourquoi j'ai pu penser que tu étais un garçon.
      Bisous étoilés
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  26. Et encore, je crois que tu n'as pas vécu à Tel-Aviv...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu veux dire que tu t'es baignée dans la Mer Morte ? Quelle chance !
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  27. Un régal ce bouillonnement fanstastiquement poétique ! je souris et c'est beaucoup,puisque chaque jour je me demande où nous allons atterrir, alunir, amerrir, ou...
    Bises Célestine,il n'y a pas de vent sur la nuit

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Sourire est la seule chose que personne ne peut nous prendre, Balaline.
      Alors sourions le plus que nous pouvons, même si nous ne savons rien de l'avenir..
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  28. Désolé de passer si rarement chez toi. Te lire fait tellement de bien...
    Mais je crois bien qu'en ce moment le temps s'évapore, et pourtant il n'y a pas de soleil...
    Bises dérisoires.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Viens plus souvent l'ami.
      Tu es toujours le bienvenu.Oui, le temps s'évapore, mais une minute de bien être est plus longue qu'une heure de mélancolie.

      Bises encourageantes
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  29. Je ne rajouterai pas un peu de sel...

    Bleck

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Dommage, j'aime bien tes grains de sel.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  30. Quelle jolie histoire ! En fait j'adore tes délires. Même quand ils finissent sérieusement.
    Et j'ai flashé sur la photo aussi, je suis allée voir ce que faisait d'autre le photographe. Un très joli voyage par chez lui. Epoustouflant. Merci.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah oui, ce photographe est assez fabuleux, j'étais sûre qu'il plairait à ton oeil d'artiste !
      J'aime divertir mes lecteurs, pour ma part...
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  31. ton blog est-il susceptible?
    S'est-il vexé d'avoir du attendre mes commentaires pour decider de les bloquer...
    Hier, deux commentaires à la trappe. Si ça ne passe pas cette fois, je te le fais en MP.
    Ti bacio

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oh mon Blutchy, je ne comprends pas.
      J'ai cherché dans les indésirables, il n'y a rien...
      Veux-tu bien me les envoyer par mails pour que je les re-publie ?
      Baci di tristezza
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    2. Je n'ai pas les originaux car j'ai écrit en direct.
      Toujours en Suisse, je n'arrive pas à être plus présent car c'est beaucoup de boulot que l'on voudrait pouvoir solder avant dimanche. La maison reste pesante et j'ai eu droit à une petite facétie de sa part. Panne de fioul, en arrivant dans la maison, il faisait pratiquement zéro degré et quelques dégâts dus au gel.
      Vivement que ce soit terminé et qu'elle puisse être louée.
      Retour prévu lundi.
      Ti bacio Sorellita

      Supprimer
    3. Pas d'inquiétude, je saurai attendre...
      Zéro degré, ça fait pas beaucoup quand même...
      Prends soin de toi.
      Ti bacio forte caro mio
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer

Je lis tous vos petits grains de sel. Je n'ai pas toujours le temps de répondre tout de suite. Mais je finis toujours par le faire. Vous êtes mon eau vive, mon rayon de soleil, ma force tranquille.
Merci par avance pour tout ce que vous écrirez.
Merci de faire vivre mes mots par votre écoute.