jeudi 7 mai 2015

Fabuleuse diversité

Image du net


















Je ne saurais dire ce qui me fascine le plus  dans la diversité du monde.
Sans doute l'étrange et exaltant vertige qui me saisit quand j'y pense.
Tout ne pourrait être qu'un grand vide informe, qu'un grand vide avec au-dessus, des ténèbres glacées.
Au lieu de ça, on a le Kilimanjaro, le désert d'Atacama, la mer, les golfes sombres et New-York sous la pluie.
Et le blues, et les crêpes, et l'odeur des tilleuls. Le feu et la glace. Ava Gardner dans la comtesse et John Wayne dans Hatari!   Le son clair du djembé le soir quand il fait lourd. Et ma voisine qui appelle son chat en agitant une sardine.

Quand j'étais enfant, je trouvais idiot de compter des moutons pour s'endormir. Je ne voyais que de  ridicules nuages sur pattes, tous pareils, qui sautaient des barrières à la queue leu leu, et qui m'énervaient au lieu de me bercer. Moi ce qui me plaisait, c'était d'égrener silencieusement toutes les choses qui me venaient à l'esprit. Pelote de laine, Cristobal, bateau-pompe et oeil de biche... (Entre parenthèses, vous devriez essayer, c'est amusant. Fermez les yeux, et laissez venir à vous les petites idées...Enchaînez-les sans vous arrêter sur aucune d'elle. Juste par association automatique. Voyagez par la pensée. Surfez sur votre net intime et portatif.)
Comme je luttais les yeux écarquillés dans le noir, pour évoquer le plus de choses différentes possibles, je me faisais happer très vite et je tombais dans un sommeil peuplé de rêves pénétrants.

Je trouve toujours la diversité fabuleuse. Je m'étonne de tout. J'adore faire le tour des blogs par exemple, pour toucher du doigt votre diversité. Oui, j'adore ça.
Parfois me revient cette question de Jean d'Ormesson*, à laquelle il admet qu'il n'a pas la réponse, à son âge avancé :
"Pourquoi y a-t-il quelque chose au lieu de rien ?"
Un jour, sans doute, il n'y aura plus rien. C'est l'entropie. La loi de l'univers.

Mais on a un peu de marge...



*
"C'est une chose étrange à la fin que le monde"
Jean d'Ormesson, chez Robert Laffont




149 commentaires:

  1. La loi du genre dans l'univers, c'est le vide et le néant. La vie, exceptionnelle, fait donc désordre.
    Profitons-en avec toi !!!
    Ce soir je m'endormirai en comptant les montres automatiques et je me dirai que j'ai eu la chance de croiser ta route !!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Et tu ne veux pas que j'aie le mojo, après ça ? ;-)
      Bises sur mon p'tit nuage
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    2. ça veut dire quoi, "le mojo"?

      Supprimer
    3. Ah...le mojo...tu sauras tout en lisant mon prochain billet ! ^^
      Bises ma belle
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    4. @ _Petit Sucre_ :
      Ben oui, c'est vrai, ça veut dire quoi "mojo" ?
      Citons le grand Wikipedia :
      "Mojo /ˈmoʊdʒoʊ/ est une amulette prenant la forme d'un sac de flanelle contenant divers objets magiques. C'est une prière, un sortilège qui peut être transporté sur le corps de l'hôte. Cette légende provient du folklore afro-américain Hoodoo.
      Dans la culture populaire, le mojo est une vague de réussite mélangée d'adresse qui accompagne un individu temporairement. On a le mojo. La connotation mystique du terme lui a valu d'être utilisé dans de nombreuses chansons et attribué à des personnages de fiction aux pouvoirs surnaturels."

      Tu sais, _Petit Sucre_, faut pas lui en vouloir à notre hôtesse, elle est pas tout-à-fait d'ici, certains même se demandaient en des temps pas si reculés que ça, si elle n'aurait pas été un peu fée sur les bords. Fée, Vouivre,... va savoir...
      Toujours est-il qu'il lui arrive de s'évader dans des mondes fantastique d'images et de mots, de ces "autre part" à nous autres inaccessibles, pauvre mortels que nous sommes, et d'utiliser des mots dont les significations profondes et peut-être telluriques nous échappent totalement.
      Maktoub !...

      ...fin, moi... Jdirien...

      Supprimer
    5. Bon, je vais pas t'en vouloir de me spoiler mon prochain billet, Jdissa...pour une fois que tu reviens par ici ! On va dire que c'est juste une bande annonce...
      Mais où tu as vu que Petit Sucre m'en voulait ? Elle posait juste une question...
      En attendant, toute fée que je suis, je n'ai pas réussi à chasser les vilains nuages qui arrivent, je me dis juste qu'ils me permettent de glander au lit sans scrupules...
      Bisous celestissimes à tous deux
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    6. @ Jdissa
      Je ne suis pas certain que Célestine puisse être enchantée d'être assimilée à une Vouivre...
      Dans la mythologie, la Vouivre symbolise les réseaux telluriques, par extension les forces souterraines qui, comme chacun le sait, sont, dans la tradition catho, les forces du mal et le domaine de Satan. La Vouivre est représentée par un dragon crachant le feu. On trouve de nombreuses représentations de la Vouivre dans les églises anciennes, parmi celles qui ont été manipulées dans leur énergie à la construction en détournant et manipulant l'énergie tellurique du lieu; donc en termes mythologiques, réveillant la Vouivre qui sommeillait en ce lieu.
      Célestine comparée aux forces souterraines, mais à quoi penses-tu !
      Faut être un peu candide pour oser la comparaison....

      Supprimer
    7. Oui beurk ! Déjà rien que le mot... Vouivre, c'est gluant ...

      Supprimer
    8. @ Blutch : d'ac, si on se place dans la tradition catho, mais je te vois pas trop dans ce trip (eh, "pas trop dans ce trip", fallait le faire quand même ! 'fin Jdissa pour ceux qu'auraient pas vu. Parce que là je me vautre dans une béate mégalomanie !)
      Bon moi, je me place dans la perspective de la seule Vouivre que je connaisse (en même temps, t'en connais beaucoup, toi ?), décrite par Samivel dans les "Contes des brillantes montagnes avant la nuit". C'est l'histoire d'un couillon qui veut y piquer son escarboucle, et la vouivre y est une très belle femme un peu dragon il est vrai, mais surtout malicieuse et pas malveillante pour deux sous.
      Valàvalà...

      ...'finmoissquejendis...

      Supprimer
    9. Chuis un peu dragon moi ? Chouette, ça va être bien pour allumer le camping-gaz !

      Supprimer
    10. @ Cel : Ôtes-moi d'un doute : c'est bien toi qui te décris comme "un volcan endormi mais pas éteint". Alors volcan, dragon, le camping-gaz y voit pas la différence ! "Qu'importe le flacon pourvu qu'on ait l'ivresse !"

      ...'fin moi, hein...

      Supprimer
    11. @ Jedi ça et là
      Le mythe de la Vouivre est aussi vieux que le monde ou presque, puisqu'il personnifie les réseaux telluriques et que ceux-ci étaient connus et utilisés depuis le néolithique. Les Celtes en ont aussi beaucoup usé et en fait il a fallu l'Inquisition pour détruire cette connaissance des énergies telluriques.
      Sur le plan catho, la Vouivre n'est donc qu'une récupération (de plus)...
      Mais là, je stoppe, car je pourrais être intarissable sur le sujet....

      Pour Célestine, je lui verrais plutôt une proche parenté avec Jupiter, mais en (beaucoup) moins ombrageuse... Et pour l'allume-gaz, Jupiter savait aussi y faire :-).
      Et puis, tu te verrais retourner un volcan au dessus de la gazinière pour popoter....

      Supprimer
    12. Mais mon Blutchy, on parlait de camping-gaz. Et là, suffit de le retourner au-dessus du cratère, après avoir tourné le bouton bien entendu !
      Y'apas plus simple !
      ;o)))

      Supprimer
  2. La Comtesse aux pieds nus et mon Papy Jean d'Ormesson réunis. You kow what?I'm happy. En plus il y a du blues et des crêpes. Et il y a Celestine. J'ai connu des matins plus chagrins.Bises Miss Williams et ATTB. Je prends mon vélo, léger, léger.Merci.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le livre de Jean d'Ormesson a été pour moi comme un bain de mer : rafraîchissant et profondément ressourçant.
      Et Ava est vraiment pour moi la plus belle femme de tous les temps.
      C'est simple, à côté de ce lustre aux dix mille eclats de diamants, je ne suis qu'une lampe de poche décathlon...
      Bises lucides et Attb
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    2. Râââh, quand même Célestine, voyons ! Ta lucidité confine au sabordage, lààà !
      Déjà, "lampe de poche" me semble témoigner d'un sérieux passage à vide de ton estime de toi, et j'aimerais bien que tu travailles là-dessus, un verre de Saint-Joseph matin, midi et soir, par exemple...
      Mais décathlon... Non, Célestine, non, pas D4, tu vaux mieux que ça !
      Mézaufait, c'est pas bien une lampe D4, j'm'aurais trompé ? J'aurais fait une bourde ?
      Juste ciel ! 8o0 !!!

      ...fin moi... Jdirien...

      Supprimer
    3. Si, si...c'est très bien une lampe D4.
      Va voir plus bas, j'explique au SaoulF...
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    4. Euh...un verre de saint Joseph matin midi et soir...je risque de ne plus ressembler à rien, là !
      :-P

      Supprimer
    5. C'est vrai que j'ai peut-être un peu forcé sur la dose, c'est diaphane, une fée !
      Alors je te propose de faire des essais et de déterminer toi-même la dose qui te convient.

      Supprimer
    6. Le Saint Joseph c'est comme le Petrus grand cru. Faut en user avec Parcimoni et Abonessian...

      ;-)

      Supprimer
  3. J'ai un très gros problème avec ton conseil : moi, quand j'entre dans mon lit, je mets mes gouttes dans les yeux (vieillesse et glaucome obligent), je me tourne sur le côté... et je m'endors !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, enfin je ne suis pas docteur non plus !
      Et puis mon petit jeu peut se pratiquer n'importe quand, chez l'ophtalmo, par exemple, dans la salle d'attente. :-P
      Bises, cher boss
      ¸¸.•*¨*• ☆
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    2. Comme je le pratique quasi en permanence, je suis content d'interrompre cette galopade en me couchant :-)

      Supprimer
    3. Ah ben voui...envisagé sous cet angle...

      :-)))

      Supprimer
  4. RIEN et TOUT, deux concepts que le cerveau humain ne peut "visualiser" , C'est tout ou c'est rien, c'est rien du tout parfois, ces riens qui font bouger la vie, ces tout parfois excessifs.

    En fait cela n'est RIEN à TOUT considérer ];-D

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'aime quand tu philosophes, chouchou...
      On se sent tout de suite un rien plus intelligent et ça change tout !
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    2. Ah non ! C'est la poule qui fait l'z'œuf ];-D

      Supprimer
    3. Rha, elle est bonne ! Et inédite, surtout.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  5. J'hésite.....
    Doit-on voir dans la diversité des erreurs de l'uniformisation, ou voir dans l'uniformisation un manque d'imagination des hommes et de la diversité :-)
    Selon qu'il s'agit de soi ou des autres, que l'on soit puissant ou misérable, les réponses à la diversité sont différentes.
    Une chose est sûre, c'est toujours la diversité des autres qui fait problème et ce n'est pas innocent d'avoir mille prétextes de mettre, dès l'enfance, les humains dans des uniformes. Une façon de les réduire à une fonction.

    Lorsque tu étais enfant, il aurait fallu te dire de compter les chats :-)

    Mille baci à la queue leu leu.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il est vrai que les chats (et même les moutons, mais moins) possèdent une variété infinie de personnalités, de couleurs et de formes...La bio-diversité est extraordinaire, et il est vrai que dans ce domaine, l'homme avec un petit h, tant ce n'est vraiment pas sa grandeur, fait des erreurs monumentales en voulant gommer tout ce qui dépasse: des pommes bien calibrées, des poulets qui ont tous le même goût, des champs qui ont tous la même culture, et l'invasion des "normes" est le principal factuer d'uniformisation...
      Quant à la mondialisation, si c'est retrouver les mêmes choses partout, les mêmes enseignes, au bout du monde que dans sa rue, bonjour le dépaysement.
      Et je ne parle pas de la pensée unique, sinon on n'est pas couchés !

      Toi, tu l'es, unique, comme chacun de mes lecteurs, et c'est bien cela qui est le plus important. Voir en l'autre un spécimen fier de sa diversité. Fort de cette richesse, on peut commencer à construire des choses communes.

      Baci caro
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    2. Il y a surtout qu'un chat est libre et indépendant, tout à l'opposé de ces choses bêlantes qui suivent le premier venu.
      Ti bacio Carrissima

      Supprimer
    3. D'où mon amour des chats...
      Dis donc, je te dis que tu es unique, telle la rose du petit prince, et tu relèves même pas ce mot d'amour exceptionnel ? Pffff.....
      :-P

      Supprimer
    4. C'était ambigu. Peut-on être unique et comme tout le monde...
      OK, je prends ma vareuse et je sors...
      Baci

      Supprimer
    5. Bon ben tant pis, je croyais t'avoir fait un compliment...comme si que j'aurais dit que tu es une espèce de "pas commun" tu vois...
      Mais bon si tu préfères sortir :-P
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    6. Ben j'avais bien compris, mais si on ne peut plus tricher entre amis, à quoi ça sert de jouer aux cartes. Oui, bon, ce n'est pas tout à fait ça, mais c'est dans l'idée.
      Pas commun, pas commun, ça me rappelle quelques unes tout ça...

      Et en plus, tu n'essaies même pas de me retenir aïe aïe aïe!
      Baci

      Supprimer
    7. C'est parce que je savais que tu reviendrais... :-)
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  6. Moi, ce qui m'importe à cette heure , c'est plutôt le TOUT que le rien; c'est l'infinie diversité de toutes choses dans l'univers; mais c'est aussi, quelque chose de très concret; j'ai là en mémoire visuelle toutes les beautés admirées entre hier et avant-hier en proximité de mon village : la transformation des paysages qui résulte d'une baisse des eaux par ouverture de barrages sur l'Isère.
    J'aimerais pouvoir vous partager mes émerveillements par mes photos.......

    Mille baci à toutes et à tous

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu pourrais faire partager ces merveilles, Pétrus.
      Concrètement, la toile, ce symbole absolu de la diversité humaine et universelle, est ouverte à tout le monde.
      Je dis ça, je dis rien. Je dis tout.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    2. Et concrètement ? Je t'ai dit en MP que je t'autorise à les publier.....
      Parce que la toile est ouverte , OK, c'était déjà sur ton blog que je l'envisageais; mais là, sans ton intermédiaire direct je ne vois pas comment !

      Donc, pour moi tu ne m'as pas tout dit .....

      :-)

      Supprimer
    3. Ce que je voulais dire, c'est que j'imaginais venir me promener sur ton blog à toi...Un blog où tu nous montrerais toutes tes merveilles...
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    4. Té ! En voilà une trouvaille ! Au lieu d'un partage en toute humilité (ce n'est pas moi, c'est la nature qui est belle), ben il faudrait obligatoirement (c'est la règle administrative !) que je passe par un blog perso.....

      Une dame m'a déjà fait cette suggestion ; j'ai cru devoir lui répondre indirectement (ici ou là) que je préfère rester humble, conscient que ma petite lumière seule ne suffirait pas à inonder le monde ; je crois à la beauté du chemin relayé par des êtres touchés dans leur humanité (fut-ce un instant seulement) par l'idée universelle de la solidarité .......

      Bises existentielles

      Supprimer
    5. Comment dire sans risquer de froisser ? Mais je crois pouvoir dire ici que je suis allé sur un autre blog référencé chez toi et que j'y ai été heureux d'un éclairage différent du mien familial sur un défunt célèbre...... Et depuis 5 jours j'attends que le maître du lieu me dise s'il apprécie ou non mon témoignage qui n'était que de gratitude sur une lumière autre que la mienne .......

      Là je mesure pleinement mon faible impact potentiel..... (blog perso ou pas) ; ce qui ne fait que me conforter dans mon souhait de contribuer humblement en tant que petite pierre à l'édifice commun....... (j'ai retenu : "Vanité des vanités, tout n'est que vanité...) ; alors j'ose en restant conscient de ma petite taille..... eu égard au long chemin à parcourir ; qui veut aller loin ménage sa monture : mon ambition pour notre humanité ne se situe surtout pas dans la gloire éphémère d'un Petrus grande cuvée .....


      Bises complémentaires

      Supprimer
    6. "humble, conscient que ma petite lumière seule ne suffirait pas à inonder le monde "

      Vé : une phrase "blogbo" ! Sur Blogborygmes, la publication est ouverte à tous, sans censure, sans prise de tête, sans égos surdimensionnés...

      Et l'hébergement est gratuit d:^)

      Supprimer
    7. @Pétrus

      En ce qui concerne le blogami dont tu parles, le maître des lieux ne te répondra pas. Non qu'il te batte froid. Mais tout simplement parce que sa singularité à lui, c'est de ne pas répondre aux commentaires.Tu peux aller lire les centaines de billets qu'il a écrit, tu ne verras jamais une ligne de lui dans la zone des commentaires. C'est son choix et chacun le respecte. Donc personne ne sera froissé dans l'affaire, je te rassure.

      Pour la publication de tes merveilles, je ne comprends pas trop ton raisonnement. Si j'ai bien compris, tu ne veux pas que j'aille m'émerveiller chez toi (c'est quand même le sujet de mon pauv'billet) parce que créer un blog serait pour toi un "passage obligé administratif". Et bien sûr tu préfères rester humble, je le conçois, mais est-ce que cela signifie que ceux qui créent un blog perso ne le sont pas ? ...Bon , je ne me froisse pas , hein, j'essaie juste de comprendre.
      Cela ne veut pas dire que je ne publierai pas une de tes photos, et même, je t'aurais demandé la permission de le faire si tu ne me l'avais déjà donnée. Seulement je suis une irréductible Gauloise, je n'aime pas trop que l'on me force la main. Je préfère flasher spontanément, comme je l'ai fait sur les fontaines de Chinou. J'espère que tu me comprends ?
      ;-)
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    8. @Saoul-F

      Entièrement d'accord avec toi.
      La phrase de Petrus est très belle et démontre sa grandeur d'âme.
      As-tu remarqué j'ai cette même conscience d'humilité, puisque j'étais prem's pour dire quelques commentaires plus haut, que je ne suis qu'une lampe de poche decathlon (et avant que tu m'objectes que décathlon c'est une multinationale qui vend de la m... made in China, ce qui est vrai, hélas, je te précise que ce que j'aime dans ces lampes de poche-là, c'est qu'elles s'auto régénèrent en tournant une manivelle à l'huile de coude, et je trouve ça sympa)
      Voilà voilà.
      Bisous
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    9. Ma réponse est toute simple : les charismes sont divers comme nous le sommes toutes et tous (différents) ; personnellement je ne me sens pas le charisme d'animer un blog à moi tout seul; j'ai bien remarqué combien cela pompe les énergies; je préfère venir partager , si, bien entendu, on m'accepte dans ce charisme particulier ......

      :-)

      Bisous

      Supprimer
    10. Célestine dixit : "Je dis ça, je dis rien."

      C'est à moi, ça ! Hop-là : copyright, poursuites, procès, indemnités, fric, flouze, Rolex, Bahamas, wéééééééééééééééééééééééééééééééééééé !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

      Non mais ! Faut savoir se faire respecter des fois !

      Supprimer
    11. Oh, mince...un procès ? Allez, j'l'f´rai plus, m'sieur! Promis, juré, craché.
      :-O

      Supprimer
    12. @ Petrus :
      T'inquiètes pas, il m'arrive parfois d'être un peu rugueux !... ;o)
      Ce que Célestine essaye de te dire avec tout le respect et la considération qu'on lui connaît, c'est qu'elle n'est pas prestataire de service et que sa vie de Dirlette de 300 moufflets et la tenue de ses blogs lui pompent bien assez d'énergie pour ne pas en plus en relayer d'autres.
      Rugueux mais pas méchant, hein... ;o)))

      ...'fin moi... Jdirien...

      Supprimer
    13. ... tu l'f'ras plus ? Et ma Rolex, alors ?

      Supprimer
    14. Ah flûte! Je suis devant un grave conflit: si ça se trouve, à cause de moi tu vas rater ta vie selon seguela...
      :-)))

      Supprimer
    15. @ Petrus

      Il est vrai que je dis souvent à mes élèves: " Quand vous me demandez quelque chose, veillez à vérifier si votre demande peut être multipliée par trente"
      Cela fonctionne bien: ils comprennent très vite que mon souci de ne pas faire de jaloux passe par une équité qui de temps en temps leur demande une certaine frustration. Je n'ai pas envie de leur transmettre l'idée que la vie est injuste ( même si c'est évidemment le cas) Ils l'apprendront bien assez tôt, et souvent à leurs dépens...si c'était le cas, je pratiquerais l'injustice dans la classe ( pour les habituer) et ce serait affreux.
      Cette règle , je tente de l'appliquer ici, dans cet espace de convivialité ( j'aime bien ma métaphore de l'auberge, voir ma réponse à Pierre un peu plus bas) en traitant avec les mêmes égards tous mes lecteurs.
      Tu comprendras aisément que je ne pourrais pas multiplier par trente ta demande de partage.
      Par contre, la nuit portant conseil, il m'est revenu a l'esprit qu'il existe un excellent site de partage de photos qui s'appelle Flick´r, qui ne demande aucun investissement d'énergie. Ou alors picasa, la galerie photo de Google, sur laquelle je mets toutes les photos des manifestations de l'école ( la fête, le cross, le carnaval...) . La confidentialité est respectée, puisque les parents d'élèves ont un code pour aller consulter les photos. Mais on peut aussi décider de les mettre en partage public. Pour que tous les internautes puissent y avoir accès.
      J'espère avoir répondu à ta demande, cher Petrus, de manière un peu moins " rugueuse" que Jdissa, qui sous ses dehors piquants est une crème d'homme.
      Bises empathiques
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    16. @ Petrus
      Saoul Fifre ne produit plus rien sur Blogbo, mais il a au moins le mérite de faire du recrutement pour la relève... C'est ainsi que je me suis retrouvé dans une équipe jeune, fraîche, généreuse, intelligente, cosmopolite et dynamique (tracer la ou les mentions inappropriées) à partager souvenirs, belles choses, déconnades et coups de gueule.
      La fréquence de production est aussi libre que le choix du thème abordé.

      Le caractère rugueux de Jdissa lui vient que dans son coin, le vent s'habille de toile d'émeri...

      Supprimer
    17. ...'zactement !
      Et il est fripon à te dénuder une fée esquimaude en un tournemain !

      ...'fin moi Jdirien...

      Supprimer
    18. Hmmmmm, "une crème d'homme", j'avais pas vu !
      Si c'est pas mignon, de la part de notre hôtesse, j'en suis tout émotionné, confus, chose !...
      Merci du compliment, not'fée !

      Supprimer
    19. Vous est pas venu à l'idée que moi aussi je pouvais avoir d'autres priorités du moment, liées aux chiffres 8, 5 , 4........ Je vous laisse trouver la suite de la devinette (perso-publique) ; un bonbon à qui s'approchera le plus de la solution !

      Bon j'avais bien senti qu'au fond c'était un problème d'inadéquation : je ne proposais nullement à Célestine de s'tapper toute la garniture et moi de ne ramener ma fraise que pour recevoir la légion d'horreur sous les flonflons officiels .

      Je ne suis pas un pique-assiette : j'apporte aussi et on partage ; pour moi c'est cela LE POUVOIR DU COLLECTIF au sens où Pierre ne fait que l'évoquer sans me le définir précisément.

      J'avais compris que Toi Célestine tu me disais en filigrane "t'es gonflé, tu me demandes d'afficher tes photos, et pis quoi encore ! T'as qu'à créer ton blog, tu pourras y mettre ce que tu veux et je te promets d'y faire un tour de temps en temps ! "

      Moi j'étais sincèrement et naïvement, je l'avoue, dans l'idée toute bête que si je transmets quelque chose que je trouve bien à une amie , cette amie pourrait avoir la joie de faire suivre : c'est concrètement ce que je sous-entends dans l'idée de la lumière transmise en relais .

      Malheureusement dans notre Europe du Sud on a tendance à se la jouer perso : je ne dis pas cela pour tout le monde , mais pour que chacune et chacun se situe du côté de l'individualisme forcené , ou tende un peu vers la réelle solidarité ; parce que, je ne sais pas si vous en êtes conscients, quand nos châteaux de cartes financiers vont s'écrouler pour de bon, et bien, ou la solidarité se met en place par petites communautés qui se restructureront, ou ce sera le chacun pour soi à l'extrême (style les IKS, ref. L'effondrement des sociétés complexes) et là je ne vous raconte pas ; mais moi si c'est pour le pire que vous votez en spéculant sur une hypothétique société dirigée par de gentils robots à tout faire, je préfère me tirer trois balles dans le buffet , histoire de ne pas me rater !

      Bon j'irai faire un tour sur blogbo après mes obligations familiales, histoire de voir si là mes photos sont acceptées sans que l'on évoque les droits d'auteur et tout le bataclan


      Bises collectives

      Supprimer
    20. Cher Pétrus,

      Je n'ai jamais dit que tu étais un pique-assiette. Simplement, j'ai souligné une contradiction entre ta critique des blogs perso et ta demande d'y participer.


      Vous est pas venu à l'idée que moi aussi je pouvais avoir d'autres priorités du moment, liées aux chiffres 8, 5 , 4........ Je vous laisse trouver la suite de la devinette (perso-publique) ; un bonbon à qui s'approchera le plus de la solution !

      Quelqu'un a dit quelque chose qui pourrait faire penser qu'on se demandait où tu étais ? Chacun vient quand il veut...
      Voyons, Huit mai 45...tu étais aux cérémonies commémoratives , je pense...Mais je laisse le bonbon à qui le veut, ça me fait mal aux dents... ;-)

      J'avais compris que Toi Célestine tu me disais en filigrane "t'es gonflé, tu me demandes d'afficher tes photos, et pis quoi encore ! T'as qu'à créer ton blog, tu pourras y mettre ce que tu veux et je te promets d'y faire un tour de temps en temps ! "

      Je ne m'étais pas vue si agressive...désolée alors, si c'est ton ressenti. J'ai essayé de t'exprimer mn point de vue. Si tu y vois de l'individualisme forcené, c'est que l'on ne se comprend vraiment pas. Sans doute est-ce que je ne corresponds pas à ce que tu recherches en terme de partage. Je suis vraiment désolée, encore une fois, et un brin dépitée. :-/

      Moi j'étais sincèrement et naïvement, je l'avoue, dans l'idée toute bête que si je transmets quelque chose que je trouve bien à une amie , cette amie pourrait avoir la joie de faire suivre

      Est-ce que tu m'en as seulement laissé le temps ? :-)

      Bon j'irai faire un tour sur blogbo après mes obligations familiales, histoire de voir si là mes photos sont acceptées sans que l'on évoque les droits d'auteur et tout le bataclan

      Je ne comprends pas ce que tu veux dire par cette histoire de droits d'auteur. Sauf que je ressens une certaine rancoeur dans tes propos et que cela ne m'est pas agréable, de la part de quelqu'un qui prône l'amour universel.

      Bises perplexes




      Supprimer
    21. Petrus, je ne sais pas ce que tu entends par "pouvoir du collectif". Dans mon esprit ce pouvoir s'exerce par rapport à des idées communes, tendus vers un objectif commun.

      Typiquement cela ne s'applique pas sur un blog personnel, alors que cela peut exister sur un blog collectif (c'est à dire géré collectivement, ou du moins au service du collectif). Bien sûr chacun peut proposer une idée à un auteur individuel sur une thématique qui paraît commune, mais l'auteur ne s'en saisira pas forcément parce que son blog *personnel* n'est pas au service d'une cause collective. L'objet d'un blog personnel c'est… soi-même, dans tout ou partie de la diversité intérieure que l'on recèle.

      Pour ma part je ne me sens pas devoir répondre à la demande d'un lecteur avec qui je pourrais partager une partie des idées si je ne me sens pas, à ce moment-là, aussi totalement investi que s'il s'agissait des miennes. Mon blog m'étant personnel, il ne peut qu'être représentatif de ce qui m'anime pleinement à un moment donné. Sinon je me sentirais faussaire.

      Ce n'est pas une façon de "jouer perso" mais d'être pleinement soi. Le collectif se passe ailleurs, dans des espaces dédiés à ça. Ou bien sur mon espace personnel quand je me situe en tant qu'acteur individuel d'une démarche collective.

      En lisant ce que tu dis à Célestine, je ressens un "forcing" qui, personnellement, me mettrait mal à l'aise. Que tu proposes un partage, c'est tout à fait appréciable et personne ne t'en fera grief. Mais si tu attends que cela soit nécessairement suivi d'effet et aille jusqu'à manifester ta déception qu'il n'en soit pas ainsi, ça peut devenir gênant.

      Voila, je me suis permis de te le dire puisque, n'ayant pas su définir le pouvoir du collectif, je peux tenter de définir la place que j'accorde à la liberté individuelle au sein du collectif ;)

      J'espère que cela t'aura éclairé.

      Supprimer
  7. Une autre bonne question : "Pourquoi croit-on qu'il y a quelque chose ?"
    Notre modeste conditions humaine ne nous oblige-t-elle pas à demeurer éternellement au fond de la Caverne de Platon ?
    Plus on avance dans la soi-disant connaissance, plus on comprend que nos sens ne cessent de nous tromper ! Et ne même temps ils sont le seul canal de la Vérité, qui n'est qu'une forme de l'illusion...
    Seul Magritte a tout compris "Ceci n'est pas une pipe" ....

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, on pourrait par exemple penser que tout n'est qu'illusion, comme dans le scénario de MATRIX ?

      Supprimer
    2. oui, c'est un peu ça.... J'ai adoré MATRIX ! (surtout le 1°)

      Nos sens sont merveilleux, et je suis un adepte de la connaissance pas "insight" (connaissance immédiate, sans process) ce qui suppose un perception fine des ressentis de type intuitif/créatif.... Les grands singes nous devancent en ce domaine ! ...

      Et cependant, pour merveilleux qu'ils soient ils sont très limités, bien peu développés chez la bestiole humaine, au point qu'on "invente" ce qu'on ne voit pas ni ne ressent, par conceptualisation intellectuelle et compilation d'expérience accumulées et calculées. (ainsi des théories sur l'Univers...).
      Et en ce domaine l'intelligence artificielle des futurs robots-humanoïdes dépassera largement la nôtre....
      C'est déjà commencé.... les Bourses mondiales fonctionnes à 90 % par des robots informatiques que personne ne "domine".... ni même n'en comprend plus le fonctionnement. aux milliards de transaction à la nanoseconde.. ni n'est devenu capable d'arrêter ces engins.... Les débrancher mettrait la planète à feu et à sang....

      Stephen Hawking est lumineusement effrayant à ce sujet : « Les formes d'intelligences que nous avons déjà se sont montrées très utiles. Mais je pense que le développement d'une intelligence artificielle complète pourrait mettre fin à la race humaine. Les humains limités par une lente évolution biologique, ne pourraient pas rivaliser et seraient dépassés. »

      Je m'égare ?
      Pas tant que ça ....
      On croit encore qu'il y a quelque chose... mais on ne sait plus quoi ....
      Nous programmons notre fin, mais sans nous qui avons tout inventé de ce qui est/sans être, peut-on croire qu'il restera quelque choses si tout ce qui existe n'est RIEN que la perception fantasmée que nous en avons.

      bon je vais me refaire un mojito !!
      :-)

      Supprimer
    3. Quoi, c'est pas un humanoïde qui te sert ton mojito ? tssss... :-)
      Sinon, plus sérieusement, je reconnais que ce soir je ne fais pas la maille pour te répondre sur le plan ontologique.
      Je suis cassée, vidée par une rude journée, et plus une seule idée qui se mette en place naturellement dans mon pauv' crâe.
      Tu m'invites à l'apéro ?

      kiss you mon Babar

      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    4. T'en fais pas AlainX, y a de l'espoir, les Angliches s'en occupent :
      http://www.degroupnews.com/internet/leffondrement-du-web-prevu-pour-2023
      ;-)

      Supprimer
    5. Ben la fibre optique on l'installe dans mon coin d'ici la fin de l'année...
      J'aurais au moins jusqu'à 2023 pour en profiter, si d'ici là je suis pas ad patres
      Après, il me semble que chez mon frangin doit encore y avoir un poste à galènes des parents....
      Ouf on est sauvé ! On pourra écouter Sarkozy, qui se sera d'ici là auto-proclamé empereur, sans électricité.

      Supprimer
    6. Si je peux me permettre un conseil, chère Célestine, ce serait d'aller voir " un peu, beaucoup, aveuglement", le film de Cornillac. C'est frais, élégant, délicieux. On y montre Paris et "les gens" sous un jour merveilleux. Un bon remède contre les maux de tête. Les endroits sont beaux, les musiques géniales.
      ....un peu comme votre blog...
      Je vous embrasse.

      Supprimer
    7. @ Walrus

      Je n'imagine pas qu'un jour internet doive s'arrêter...il me semble qu'alors on entrerait dans un monde de ténèbres...tu imagines l'aubaine pour les dirigeants, si les citoyens n'avaient plus accès à la toile ? Brrr...j'en frémis.
      :-)

      Supprimer
    8. @ Alain X

      Je ne suis pas sûre que les différents types de connaissance doivent s'affronter.
      Chacun appréhende le monde à sa façon, je crois, et c'est justement ce qui crée la diversité. Aux dernières nouvelles, il y aurait même
      huit typesd'intelligence.
      Celles que tu évoques à propos des grands singes ne serait donc qu'une de ces huit formes. Quant aux intelligences artificielles, elles sont ( en tous cas pour l'instant) surtout logico mathématiques, non ? Est-ce qu'un robot saura jamais écrire comme Tennessee ou peindre comme Picasso ?

      Supprimer
    9. @ Julien Sorel

      J'ai fort envie d'aller voir ce film, du coup. J'aime beaucoup l'acteur, et le titre est alléchant. Autant que ce que vous en dites de manière si délicate.
      J'espère qu'il est programmé au cinéma du coin.
      Merci du conseil. Et merci aussi pour le compliment sur mon blog, bien que, vous l'aurez constaté, je sois en panne de musique, le site Grooveshark ayant plié boutique...une sombre histoire de gros sous, je pense... :-/
      Bien a vous
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    10. " Est-ce qu'un robot saura jamais écrire comme Tennessee ou peindre comme Picasso ?"
      C'est pas encore vraiment au point, mais ça vient....
      Il y a quelques années j'avais "fait pondre" par un site internet/robot un poème "façon Baudelaire" avec qq mots que j'avais introduit !
      C'était du plus bel effet ! J'avais même publié sur mon blog le résultat... Mais j'ai totalement oublié l'adresse du site en question... C'était un truc d'une université je crois...

      Et sinon, un article intéressant sur le sujet :
      http://soocurious.com/fr/robots-ecrire-livre-litterature-homme-histoire-textes/

      Vous allez vivre une époque passionnante !
      (moi je serai mort !!)

      Supprimer
    11. Tu es désespérant ce matin, Alain! :-)
      Je retourne me servir un mojito...ou une mort subite, j'hésite...
      Mouarf
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    12. Je suis allée lire l'article, c'est vrai que ça fait froid dans le cou...
      Et un mojito, un ! Je vais être bourrée avant la fin de la matinée !
      ^^

      Supprimer
    13. A part dans les dessins animés, un robot saura-t-il aimer?
      Etre fidèle, serviable, attentionné, certainement tant qu'un virus ne pourrira pas sa carte-mère, mais AIMER ?

      Il y a des domaines où l'Homme n'a pas à intervenir. A chaque fois qu'il a voulu se croire l'égal de dieu (ou de la nature), il s'est pris un retour de manivelle dans la tronche de toute beauté.

      Un truc amusant (mais pas pour tout le monde). En 1923 Rudolf Steiner publie un livre où il écrit textuellement:
      "Le jour où l'on donnera de la viande aux vaches, elles deviendront folles."
      Et il semble qu'après un épisode pas très heureux d'alimentation carnée des bovins, ils veuillent remettre ça.

      Donc il n'est pas loin le temps de la révolte des robots qui détruira les derniers humains.
      Youpie la vie est belle....

      Supprimer
    14. Bah, Internet ne disparaîtra pas, il sera seulement beaucoup plus cher ! :o)

      Supprimer
    15. Dépêchons-nous d'en jouir, alors, parce qu'apparemment si on vous en croit, le malheur est imminent...
      Hips !

      Supprimer
    16. Enfin je voulais dire jouir de la vie, mais Walrus s'est intercalé...
      Internet sera beaucoup plus cher ? Ah flûte, si ça devient un truc de riche, ce sera chiant...

      Supprimer
    17. Blutch, aimer, un robot ne le pourra probablement jamais. Mais agir de façon à ce qu'une personne *se sente aimée*… ça pourrait arriver.

      Bon, je ne voudrais pas trop délirer sur ce que veut dire "aimer" mais, pour beaucoup, l'important est de se sentir aimé. D'ailleurs il y a des gens qui pensent qu'un animal peut les aimer mieux qu'un humain ! Ça en dit long sur le sens qu'on peut donner à ce terme aussi mystérieux qu'indéfinissable. Alors pourquoi pas un robot, pour peu qu'il soit programmé pour être attentionné et "écoutant", voire tout doux et câlin ? Comme dirait l'autre un peu plus haut : "peu importe le flacon…"

      Supprimer
    18. Alors là, tu me scies, Pierre...
      Y a un truc qui m'échappe...Si les gens sont prêts à se faire câliner par un tas de ferraille, on est mal...Je dirais même qu'on est tombés bien bas.
      ^^

      Supprimer
    19. Les petits robots, à aspect humanoides actuels sont utilisés pour assister et aider les autistes aux relations... Ils sont exactement conçus comme le dit Pierre.
      C'est à l'étude très sérieuse pour les maisons de retraite.
      On n 'est plus dans la science-fiction, mais dans la réalité, sur laquelle j'aime ouvrir les yeux....

      Supprimer
    20. C'est extraordinaire, ça alors...tu m'en apprends une !
      Mais tu ouvres quel genre d'yeux ? Admiratifs, ou inquiets ?
      Je sais pas, moi je trouve ça un peu inquiétant...Mais peut-être que je me trompe...

      Supprimer
    21. Oui Célestine, comme le dit Alainx ces objets sont déjà à l'état de prototypes plus ou moins avancés. http://www.silvereco.fr/robotique-des-robots-assistants-pour-personnes-agees/317978

      On n'en est pas encore aux câlins, mais déjà ça fait réfléchir…

      Je ne sais pas si cela indique que l'on est tombé bien bas… ou que l'on place habituellement un peu trop haut ce que l'on appelle "amour" alors qu'il s'agit avant tout d'un désir d'attentions. Quant au "tas de ferrailles", c'est une vision qui ne tient pas compte de ce dont la technique est capable en matière de souplesse, de douceur et d'imitations. La série "Real Humans", abordait de façon intéressantes toutes ces questions : http://fr.wikipedia.org/wiki/Real_Humans_:_100_%25_humain

      Tu sais, il y a des gens qui disent que les échanges par internet ne valent rien puisqu'ils sont "virtuels". Pourtant nous savons toi et moi ce qu'il en est :)

      Bises 100% naturelles (quoique…)

      Supprimer
    22. Je ne peux m'empêcher de penser que c'est quand même triste d'en arriver à confier des êtres humains à des robots pour qu'ils se sentent aimés...Je ne dis pas que c'est mal. Mais cela m'attriste.
      Les échanges virtuels sont quand même générés par de vrais êtres humains. Avec des coeurs et des cerveaux imprafaits mais vibrants.
      C'est donc très différent du problème que tes liens évoquent.

      Comment ça, quoique ? Serais-tu un androïde ?
      ^^

      Supprimer
    23. Bzzzzt… je.. ne.. suis.. pas.. un.. androïde. Krrr.. Je.. suis.. un.. robot.. blogueur.. programmé.. pour.. inventer.. des .. bises.. improbables.

      Je crois comprendre ce qui t'attriste. Il me semble que cela a à voir avec l'individualisme qui caractérise nos société occidentales, éprises de liberté individuelle.
      Pour ajouter à ta confusion : admettons qu'un jour des robots soient capables de donner davantage "d'amour" (d'attentions et d'infinie patience) qu'un humain, est-ce que ça ne donnerait pas à réfléchir ?

      Mon analogie avec les échanges virtuels n'était destinée qu'à transposer le regard sceptique de celui qui n'a encore jamais pratiqué. Qui sait, peut-être qu'un jour tu sera câlinée par un gentil robot tout doux avec un coeur à vibrations aléatoires et générateur de pensées faussement imparfaites ;)

      Bzzz.. bises...

      Supprimer
    24. Non, non, non...moi il me faut la peau, ce velours inimitable de la peau du dos, ce grain légèrement voilé des bras, les petites veines qui parcourent le corps, les pulsations que l'on sent dans le cou, les odeurs, les parfums, l'haleine tiède au café, le tremblement de la paupière, les sourcils mobiles qui expriment tant de petites émotions imperceptibles, les pupilles qui se dilatent, la douceur d'une nuque légèrement moite et le friselis des cheveux, la chaleur des mains et ce léger cal du bout des doigts qui accroche parfois la soie ou le nylon mais provoque des frissons quand il se promène sur la peau, la fermeté des jambes, le relief des muscles, le petit pli aux commissures, le fondant du sourire et pour le reste je vais m'arrêter parce que je n'imagine même pas un robot capable de déployer sa géographie avec l'infinie délicatesse dont un homme est capable dans la retenue chuchotée de l'amour. Avec un grand A. A comme Alors, les robots, on se sent d'attaque ? non ? ;-)
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    25. Ah, là, j'avoue que je n'ai plus aucun argument valable pour te contrer :)

      Je vois que tu connais ton sujet ! J'ai a faire avec une esthète, une gourmette gourmande et raffinée. Il ne m'est pas difficile d'imaginer, en les transposant, la délicatesse des nuances sensorielles dont tu déplies l'éventail. Tu en parles fort bien et j'en suis tout frémissant.

      Je pourrais bien te dire qu'on est là davantage dans les sens et le désir que dans "l'amour" dont je parlais, mais je ne vais pas chipoter. Les robots et toute leur quincaillerie synthétique battent en retraite, écrasés à plate couture, défaits par une suavité dont ils sont incapables.

      Douce nuit...

      Supprimer
    26. Jacques (Prévert) a dit : "Le progrès, trop robot pour être vrai". Avez vous lu les les séries d'Asimov sur les robots. Là, on se rapproche très fort de l'humain, avec un mini arbre à came, je te le fais trembler, moi, le coin de la paupière ;-) Ce qui m'angoisse, c'est pas trop le robot, c'est l'humain qui se comporte souvent comme un robot, avec ses scléroses, sa quasi-impossibilité à évoluer, ses certitudes, sa haine du changement, ses habitudes... (j'ai un excellent dictionnaire des synonymes). Dans bien des domaines, "pas d'arrangement possible !". Alors à quoi sert notre souplesse d'esprit et notre imagination humaines ?

      Supprimer
    27. Un mini arbre à came, c'est un plant de marijuana en bonsaï ? :-)

      Cela dit tu as raison, certains hommes sont comme ça. Mais les généralités, c'est un peu réducteur. Doit bien y avoir quelques frangins qui s'en servent correctement, de leur souplesse d'esprit et de leur imagination. Et si en plus ils se servent bien de leur arbre à came...
      ^^

      Supprimer
    28. Se sentir aimé par son chat est-il moins interrogatif que se sentir aimé par un humanoïde ? Le robot au moins s'exprime avec des mots....
      L'aide reçue des robots par les autistes (amélioration de l'aptitude relationnelle) recouvre ce qu'exprime Pierre dans 2 passages que j'extrais : "'il s'agit avant tout d'un désir d'attentions."
      -- "admettons qu'un jour des robots soient capables de donner davantage "d'amour" (d'attentions et d'infinie patience) qu'un humain"
      En effet le robot est patient (il peut recommencer 1000 fois la même séquence), stable affectivement (il ne se fâche pas, ne râle pas, ne se met pas en colère, est d'humeur égale)
      toujours disponible, etc... Donc l'autiste NE LE CRAINT PAS comme il craint l'humain et ses réactions "imprévisibles"... Ce "média" permet un approche renouvelée de l'autre...

      Pour comprendre il faut écouter quelqu'un comme Josef Schovanec (autiste asperger) parler de nous : ces drôles de gens qui ne sont pas autistes....
      Si vous avez une heure à gagner je vous conseille cette émission de FranceInter :
      http://www.franceinter.fr/emission-service-public-etre-non-autiste-le-monde-vu-par-josef-schovanec-autiste-voyageur-0

      Plus généralement, évidemment Célestine, tu as raison l'amour PARTAGÉ et vrai ne se vivra pas avec un robot.... encore que..... nous verrons bien.... !!

      Mais là il s'agit du comblement du besoin d'être aimé, pour lequel on le sait depuis des lustres, l'être humain et prêt à tout concéder et céder... Ce comblement est satisfait par les fantasmes, le rêverie, l'imaginaire qui s'accommode de l'invention de l'irréel, la fuite en avant, les excés, et j'en passe.... Alors : un chat ! une idole cinématographique ! un chanteur ! un personnage romanesque ! une BD ! Un Prince Charmant ! un canari ! une regard de braise dans le métro ! (faut se souvenir les petites annonces de Libération : " Hier 14 H 18, métro Bastille, vous, si belle qui m'avez souri, appelez moi vite..." ... et bientôt un Robot !!! et nous y sommes.....

      I like my life !!!

      Supprimer
    29. Je ne jette pas la pierre aux gens qui ont besoin de se sentir aimés...c'est humain ...Moi aussi, j'en ai besoin, comme tout le monde.
      Pour les autistes je ne savais pas. C'est plutôt bien, alors, cette histoire de robot...

      Supprimer
  8. pour m'endormir, je me racontais des histoires ;-)
    (d'ailleurs - oserais-je le dire? ça marche encore ;-))
    j'aime bien ta voisine à la sardine agitée!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Maisoui, ose, ma mie. Y a pas de honte à dire qu'on est restée quelque part une petite fille (ou un petit garçon) Oui, elle est rigolote ma voisine. Véridique !
      Bises et bon week end
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    2. comme Adrienne... Pour m'endormir je me racontais des histoires... de fée...
      D'ailleurs bizarrement mes princesses n'avaient pas d'orteils... remarque les tiennes n'ont pas de visage, alors!

      Supprimer
    3. j'aime aussi beaucoup ta voisine...

      Supprimer
    4. Tu me fais penser au film Brice de Nice, où Clovis Cornillac, qui n'a pas d'orteils, tombe amoureux d'une fille qui a de grandes oreilles pointues genre Monsieur Spoke.
      Mes funambulles n'ont pas de visage, c'est vrai. Elles cultivent le mystère...
      ^^

      Supprimer
  9. s’entonner, le meilleur gage pour rester jeune et éveillée, et tu sais si bien l'appliquer
    amitié

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je dis toujours que ma faculté d'émerveillement est un de mes secrets de jouvence...
      Je suis sûre sûre qu'il en est de même pour toi, Jak.
      Toujours heureuse de revoir ton avatar par ici !
      Bisous étoilés
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  10. La diversité du monde, c'est bien. La diversité des autres, c'est mieux. C'est même la dernière aventure qu'il nous reste, la découverte de la diversité des autres. Comment ils pensent, comment ils ressentent, comment ils aiment, comment ils raisonnent. Et en particulier la découverte de la diversité de cet autre, celui ou celle qu'on aime. Ou qu'on pourrait aimer.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah oui, c'est exactement cela qui me motive !
      Bien que quelquefois on se heurte à des murs d'incompréhensions, la plupart du temps, partir à la recherche de l'autre est une aventure délicieuse.
      Profite bien de ce long week end avec ta dulcinée.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  11. L'entropie est loin d'être le rien puisque c'est le désordre. Elle a souvent bon dos et on la met à toutes les sauces

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Entropie et enthalpie sont des termes de Thermo-dynamique et rien que de lire leur définition dans le dictionnaire on a mal a la tête !
      J'ai seulement entendu Michael Lonsdale affirmer dans le film " Maestro" que l'entropie était la loi de l'univers qui tendait à faire disparaître la diversité...
      Mais je veux bien te croire quand tu dis que c'est le désordre. Je sais que le prof de Thermo de mon fils leur prend pour exemple une chambre d'ado: le désordre ne demande aucun effort pour s'y installer. L'ordre au contraire demande un grand développement d'énergie !
      Il faudrait demander à Walrus ce qu'il en pense...
      Bisous et bon week end ma belle
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    2. Déjà, je pense peu, ça demande trop d'énergie !
      Mais je vais faire un effort : contrairement à ce que tu développes pour les chambres d'ado, l'organisation au niveau des particules (la cristallisation par exemple) dénote la recherche d'une énergie minimale : pour faire cristalliser un matériau, il faut le refroidir et donc le matériel cristallisé contient moins d'énergie que la phase non cristallisée correspondante : le rangement produit de l'énergie. C'est dingue hein ?

      Supprimer
    3. Ah oui c'est dingue ! Si seulement mon ado pouvait être convaincu que ranger apporte de l'énergie... Mouarf , c'est beau la thermo dynamique !
      :-)))))

      Supprimer
    4. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

      Supprimer
  12. A propos "de feu et de glace" Arte a rediffusé "MOGAMBO"(1953) de John Ford en V.O l'autre soir.
    Ava Gardner et Grace Kelly dans la jungle kenyane, habillées comme des princesses et photographiées dans des décors naturels époustouflants. Un régal ;)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Et je ne vous parle pas du charisme absolu de Clark Gable...
      Un film mythique je suis bien d'accord. La brune incendiaire et la blonde glacée, deux idéaux féminins éternels...
      Bises de brune
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  13. Bisous et je te souhaite un week-end d'émerveillement de la diversité....

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci, à toi aussi !
      Gros bisous sucrés :-)))
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  14. Ce que j'aime chez toi, Célestine, c'est cette capacité à t'émerveiller. Cette fois tu es fascinée par la diversité du monde, interrogée par le "quelque chose plutôt que rien". Autant d'éléments auxquels, la plupart du temps, on ne pense pas tant l'évidence de ce qui est nous masque le fait que cela soit, justement.

    Pour ce qui est de la diversité des blogs, j'avoue y trouver moins de satisfaction que toi : mon errance glaneuse, à la recherche de nourriture originale, savoureuse, voire délicieuse, ne me procure pas toujours de quoi me sustenter vraiment. Je reste souvent sur ma faim…

    Mais je suis sans doute un peu trop exigeant ;)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pour rester dans la métaphore nutritionnelle, je crois que je suis une grosse gourmande de la vie...ce qui me nourrit, c'est moins l'aliment lui-même que la façon dont je le mange, et surtout avec qui je partage le repas... Je peux trouver délicieux un simple sandwich, si je le sors du sac dans un beau paysage de montagne, en communion avec les autres et la nature, un paysage comme ceux que tu partages parfois avec tes lecteurs. J'aime tout ce qui est bon, naturel, authentique et non frelaté. Certains blogs se présentent comme des plats trois étoiles mais ils sont creux et sans âme. Et je m'y emmerderais comme dans ces restos gastronomiques où l'exigence poussée à son comble fait disparaître l'humanité. Alors qu'il est de simples auberges d'où l'on sort rassasié et le regard brillant. La taulière connaît ses clients, ses habitués, elle s'assoit à la table de chaque convive et discute avec lui. La nourriture est simple, ce n'est rien qu'un peu de pain, qu'un peu de vin, qu'un peu de miel, mais cela nous chauffe le cœur. Et pour continuer avec le grand Georges, chez elle, on est n'importe qui, on vient n'importe quand, et comme par miracle, par enchantement, on fait partie de la famille...
      J'ose croire que mon auberge est de celles-là. :-)
      Bises appétissantes
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    2. @ Pierre,
      Je partage ton point de vue sur les blogs... (ceux qui sont plus perso que thématiques), ayant pratiqué il y a peu l'errance glaneuse, comme tu dis joliment, je suis rentré la besace vide....
      et mes "préférés", soit ferment boutique, soit n'écrivent plus, soit deviennent répétitifs...
      Ainsi du mien d'ailleurs....
      Me demande ce qui me retient encore dans ces contrées....

      Sans doute suis-je cornélien, façon Polyeucte :

      "la même ardeur me brûle
      Et le désir s'accroît quand l' effet se recule"

      Supprimer
    3. Les fesses reculent ? Comment veux-tu, comment veux-tu... ;-)

      Soyons lucides. En admettant pompeusement que je fasse encore partie de tes blogs préférés, étant donné que je n'ai pas fermé boutique et que j'écris toujours, j'en déduis que je suis dans la catégorie "devenue répétitive" ( à mon grand dam mais je crois que c'est vrai malheureusement, la vie est répétitive: la vie, l'amour, la mort, tout se décline autour de ces trois thèmes, elle avait raison, ma prof de français de première...) et que je dois donc m'apprêter à te perdre...à moins que tu ne trouves ce qui te retient dans cette contrée...peut être juste le fait qu'on t'aime ? C'est con, hein ?
      Cette perspective ne me réjouit pas du tout, tu t'en doutes. Mais peut on aller contre l'irrépressible force qui pousse les gens vers un ailleurs?
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    4. Célestine, je crois que je me reconnais davantage dans le terme de gourmet que de gourmand ;) Comme tu le dis cela tient moins à la qualité de la nourriture qu'aux conditions dans laquelle je la déguste : je peux, tout comme toi, me régaler d'un billet-sandwich de blog, pour peu que me sente en agréable compagnie, que les convives me plaisent, que la discussion est agréable/constructive/conviviale/enrichissante. En fait, peu importe d'où vient ma satisfaction, textes ou ambiance du lieu, du moment que j'y trouve une certaine qualité nutritive. Mais il se peut, comme l'exprime Alainx, autre vieux briscard, que le plaisir que j'ai pu trouver dans la diversité tende à s'émousser avec les années. Est-ce moi qui y trouve moins satisfaction ? Ou bien est-ce que ladite diversité se serait orientée vers des formes d'expression plus… superficielles que ce que j'ai connu autrefois ? J'ai parfois l'impression de chercher ma pitance dans des blogs fast-food, au contenu insipide : vite consommé, aussitôt oublié [rhôôô, je suis dur, hein ?]. Mais en fait je pense là davantage aux commentaires qu'aux textes qui les font naître...

      Rassure-toi, je ne classe pas ton blog-auberge dans les blogs fast-food :)
      Je dirais même que, parmi les blogs que je fréquente, le tien est un des rares dont j'attende avec impatience les textes et le long fil de commentaires diversifiés qui ne manquera pas de suivre. Et bien que je m'y exprime peu, je goûte chaque jour ce qui s'y partage :)

      La taulière y est assurément pour beaucoup !

      Bises repues

      Supprimer
    5. J'ai dit gourmande, parce qu'au féminin, il me semblait que c'est moins ridicule que "gourmette".
      Et puis, gourmande, c'est un très beau mot, je trouve, pour désigner un mélange de sensualité et de joie de vivre. Et cela ne veut pas dire gloutonne, non plus, ni vorace. La gourmandise, allons Pierre, voyons... le plus beau des péchés capiteux...

      Ces considérations sémantiques placées, je te remercie de ne pas me mettre dans les fast-food.Ça fait plaisir.
      Bises joyeuses
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    6. @Pierre,
      il fut un temps lointain ou les blogueurs disaient et répétaient(modestement) que ce qui leur importait, c'était d'écrire, et pas (ou pas tellement) d'être commentés
      Et quand des gens (dont j'ai été ) déploraient quelque peu de ne pas recevoir leur pitance en commentaires intéressants, autres que "comme c'est beauuuuuuuu!, on rétorquait très gentiment, que ce qui était important c'était d'écrire, que le blog était une affaire personnelle, voire solitaire, que les lecteurs viennent ou non y mettre leur petit grain de sel, qui souvent se résumait le plus souvent en commentaires de satisfaction Et que qd on demandait des commentaires, c'était par besoin de reconnaissance
      En fait as-tu remarqué (et toi aussi Célestine) que peu prennent le risque d'oser émettre une appréciation négative, une critique, qui pourrait d'ailleurs être constructive?

      Faut-il regretter le "bon vieux temps" des blogs... auj les réseaux sociaux ont changé la donne. Ce ne sera plus jamais "comme avant"
      amitiés à tous

      Supprimer
    7. Coumarine, tu es une blogueuse extraordinaire, et les échanges que j'ai lus et ceux auxquels j'ai participé chez toi ont été très souvent extraordinaires. Je le dis sans flagornerie, et du fond du coeur. Et tu sais bien que tes lecteurs n'attendent qu'une chose, c'est que tu reviennes.
      Les commentaires ne sont pas des "like" de facebook, froids et sans âme. Tel que je les conçois, c'est une petite part de nous que nous déposons sur un billet, qui devient ainsi un lieu de réflexion, d'échanges et de débat.
      Rien n'est jamais "comme avant", tout évolue, on mûrit, on vieillit, on n'écrit plus comme on écrivait, et l'on fait d'autres rencontres et l'on a d'autres points de vue... C'est la prodigieuse mobilité de la vie. Si on se fige, on meurt.
      Mais je me souviens aussi que Pierre a évoqué et déploré en son temps ces "consensus mous" qui sontde mise sur certains blogs. Sur d'autres blogs, c'est la curie: on s'écharpe à longueur de commentaires, et rien n'est moins constructif. J'aime essayer de garder une ligne médiane, grâce à l'assertivité, l'humour et la prise de distance. On peut (presque) tout dire si on respecte les règles élémentaires du débat. Et les critiques négatives ne sont pas absentes de mes fils de commentaires, tu pourras le constater.

      J'ai progressé depuis six ans, Coumarine, j'accepte bien plus facilement la contradiction, la remise en question, je sais prendre de la distance, relativiser, je suis plus sereine et j'ai moins la tête près du bonnet. Même si je reste quand même très sensible, surtout sur certains sujets, je tente d'être moins susceptible, plus ouverte aux autres et moins centrée sur mon nombril.

      Ecrire est toujours un bonheur, un plaisir et une nécessité d'équilibre pour moi. Mes lecteurs me nourrissent bien plus qu'ils ne le pensent. Et le blog est pour moi nettement supérieur à Facebook, sur lequel tu le sais je ne suis pas très active. Je préfère ne pas trop me disperser.
      Mais le jour où plus personne ne viendra me faire un signe, c'est que je ne croirai plus moi-même à ce que j'écris. Alors, je comprendrai qu'il est temps pour moi de passer à autre chose. Mais ce n'est pas encore d'actualité, heureusement.

      Je t'embrasse fort
      ♥︎
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    8. "Soyons lucides. En admettant pompeusement que je fasse encore partie de tes blogs préférés, étant donné que je n'ai pas fermé boutique et que j'écris toujours, j'en déduis que je suis dans la catégorie "devenue répétitive" ( à mon grand dam mais je crois que c'est vrai malheureusement,"

      C'est toujours important la lucidité.
      "J'enseignais" dans mes stages les aspects mortifères du "toujours faire plus de la même chose"....
      C'est la raison pour laquelle j'ai cessé de coté "intime" de mon blog, n'ayant plus rien à dire en ce domaine. D'où ce que j'avais appelé "nouvelles saisons".....
      Mais, en gros, comme on dit "le coeur n'y est plus"....

      Supprimer
    9. Je vois bien que le coeur n'y est plus. Alors ne te force pas à écrire chez toi ou à lire chez les autres.
      Se forcer ça doit bien être un peu mortifère, non ?
      Tu m'as apporté énormément, nos échanges furent riches, divers et nourrissants, Alain, et ç'a été un vrai bonheur de te cotoyer dans la blogosphère toutes ces années. Certains disent que si l'on n'aime plus, c'est que l'on n'a pas vraiment aimé. Je ne le crois pas. Je pense que l'on peut tomber en "désamour" comme on tombe en amour. Avec la même force irrésistible. C'est pourquoi j'ai un peu de mal à croire que l'on puisse vivre quarante ans avec la même personne et continuer à l'étonner. Mais bon, c'est un autre débat...
      Au bout de cinq ans, je ne parviens plus à t'étonner, c'est une belle leçon d'humilité.Peut être que si je te dis que ça me rend mélancolique, t'étonnerai-je une dernière fois ? Non, pour t'étonner, il faudrait que je te dise que je m'en bats. Mais ce ne serait pas vrai. Et je ne vais pas commencer à raconter des craques pour épater le monde.
      Heureusement que ma vitalité n'est pas encore émoussée, et que je peux encore, je l'espère, trouver quelques frissons à écrire. ;-)

      Ce qui est mortifère pour moi, c'est la négativité. La négativité est une spirale infernale qui me fait descendre trop bas. Un trou sans fond. Et je crois sincèrement que ça dérange beaucoup de monde que je sois positive. Autant sur les blogs que dans la vraie vie. Mais je m'en fiche, en fait. Je suis comme je suis. Tu fais partie de ceux qui m'ont aidée à me positionner, et à ne pas me laisser définir. A m'affirmer. A être lucide. J'ai encore des choses à dire, et je continuerai à les dire à ceux qui voudront me prêter une oreille.
      Bisous célestes plus que jamais

      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    10. Coumarine, il est vrai que des blogueurs ont dit écrire avant tout pour eux-même. Pour ma part cette affirmation m'a toujours laissé dubitatif : si on écrit pour soi on ne publie pas. Ou alors c'est qu'on est pas vraiment lucide sur nos motivations profondes…

      Publier c'est chercher à s'exposer, à se montrer, donc en attendant un retour. Le type de retour attendu peut varier pour chacun dans une grande *diversité* de registres. Ce peut être pas désir de reconnaissance, en effet, (auquel cas on attendra des commentaires élogieux : « comme c'est beaaaaau »), mais aussi par goût du partage, pour le plaisir de la discussion, voire celui du débat et de la provocation. Ce peut être aussi, tout simplement, pour le plaisir de se faire des "amis", se créer un petit cercles d'afficionados ou un méga-cercle de fans. Chacun ses motivations et, autant que faire se peut, il me semble sain de savoir à peu près dans quel(s) registre(s) on se situe.

      Tu as raison, peu nombreux sont ceux qui émettent un avis contradictoire. Pour ma part je le déplore puisque la contradiction est source d'enrichissement réciproque… tant qu'elle reste courtoise et respectueuse. L'agressivité, par exemple, nuit beaucoup à la qualité des échanges, quand elle ne les bloque pas carrément.

      Oui, les réseaux sociaux ont changé la donne, comme les blogs l'ont fait par rapport à ce qui existait avant. Mais la nouveauté ne remplace pas de façon équivalente ce qu'elle supplante. Comme pour toute amélioration technique, ce que l'on gagne en "facilité" on le perd souvent en qualité et en diversité.

      Constater cette réalité n'empêche pas de songer à ce qui se perd, même si on gagne autre chose ailleurs :)

      Amitiés

      Supprimer
    11. Célestine, entre ta réponse à Coumarine et mon billet du jour, c'est étonnant de constater à quel point nos perceptions se ressemblent :)

      Supprimer
    12. Le mieux est l'ennemi du bien, comme disait ma grand-mère ?
      Mais oui, c'est vrai, nos perceptions sont très semblables.
      Bises nocturnes
      ¸¸.•*¨*• ☆


      Supprimer
    13. "Tu m'as apporté énormément, nos échanges furent riches, divers et nourrissants, Alain, et ç'a été un vrai bonheur de te cotoyer dans la blogosphère toutes ces années."

      Wahou !!
      Nous voici déjà à l'éloge funèbre....
      Ça fait froid dans le dos.... forcément ....

      Baisers cadavériques.... nécessairement.....
      ;-)

      Supprimer
    14. Plus sérieusement, je ne sais pas pourquoi tu ajoutes tant de choses à ce que je ne dis pas....

      Supprimer
    15. Alain, tu me souffles le chaud et le froid ! Je n'ai fait qu'essayer de comprendre ce que tu disais de tes blogs préférés qui deviennent répétitifs...pardonne moi de l'avoir pris pour moi. D'autant que c'est bien toi qui a parlé de mort le premier. C'est bien toi qui as dit " "J'enseignais" dans mes stages les aspects mortifères du "toujours faire plus de la même chose".... Et aussi Vous allez vivre une époque passionnante !
      (moi je serai mort !!)
      ou encore si d'ici-là je ne suis pas ad patres

      A vrai dire, tes paroles m'ont mis la mort dans l'âme, au sens propre. :-
      Mais je veux bien admettre que je me sois fait des films...et que tu n'as voulu dire que des choses positives. Mais j'ai quand même eu l'impression que je ne rêvais pas tout a fait.
      Ravie alors que le cœur y soit encore un petit peu.
      Bises ressuscitées
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    16. Voyons, voyons !
      Je n'ai pas cité ton blog que je sache ?
      La formule que tu reprends, j'ai précisé que je me l'appliquais à moi-même.
      Tu as fait une déduction....

      Tout blogeur au long cours se fait un jour ou l'autre ce genre de réflexion/constat. Nos thématiques personnelles sont souvent limitées.
      Je compile actuellement 12 ans de blog.... pour n'en retenir que l'essentiel en vue de publication. (oui, j'ai cette prétention....), et je vois combien j'ai maintes fois dit les même choses avec d'autres mots... alors bien sûr le lectorat se renouvelle... mais quand même ça me marque ce "répétitif" que je vois en moi et ailleurs....
      On le voit de même dans le monde en général....
      Tu connais mieux que moi ces textes sur le fait que l'éducation d'aujourd'hui est en pleine décrépitude, que les élèves ne savent plus rien, etc....On le lit de pédagogues ... d'il y a 150 ans.....
      Je te dis "toujours plus de la même chose".....
      Ce n'est ni négatif, ni positif, c'est ainsi que nous sommes...
      Les "vrais créatifs" ne sont jamais légion....
      L'Artiste, le vrai, nous devancera toujours, parce qu'il nous regarde depuis l'Avenir.

      Allez !
      Un mojito ?? identique au précédent ??
      :-)))

      Supprimer
    17. Puisque tu prends l'exemple de l'éducation, oui tu as raison, c'est un très bon exemple.
      Tu sais comment on appelait un maître à une époque ? Un répétiteur ...
      Mais la mission de transmettre continue, inlassablement, parce qu'il y a sans cesse de nouveaux élèves en face de soi. J'arive en fin de carrière, alors oui, j'ai l'impression d'avoir répété des centaines de fois la même chose. Et pourtant je ne suis pas lasse. Cette petite flamme que je vois dans le regard de mes élèves, je la retrouve dans les mots de mes nouveaux lecteurs, et ça m'aide à vivre. Peut-être que tu en as marre de "redoubler" chez Célestine, c'était le sens de mes paroles, je ne te mettais pas dehors, ce n'était pas une oraison funèbre, juste le constat que je ne corresponds plus à ce que tu recherches. Un autre Alain m'a dit que je ne me lâchais pas assez, un troisième Alain que je tournais en rond...Chacun parmi les lecteurs prend et laisse à sa guise.Et bien sûr que je me pose des questions de vieille blogueuse, comme toi, comme d'autres. Mais pour l'instant, la réponse est que j'ai envie de continuer l'aventure.

      Alors, certes, tu n'as pas cité mon blog, mais je me suis sentie quand même concernée par tes mots, comme tu as pu te sentir atteint par les miens, alors que moi non plus, je ne t'avais pas cité nommément. Mais heureusement, nous avons eu l'occasion de réajuster nos blessures réciproques, comme bien des fois. C'est cela, l'amitié, et la profondeur de l'humanité, virtuelle ou pas. ;-)

      Quant à la vision de l'artiste, je n'ai pas la prétention d'en être une. Mais ce que je crée avec mes mots ou mes dessins m'aide à me sentir vivante et à lutter à ma façon contre l'absurdité totale de notre condition. Certains artistes ont quand même toute leur vie peint le même sujet de manière obsessionnelle, pourquoi devrait-on s'incliner béatement devant leur génie répétitif ?

      Je n'arrêterai pas de chanter et de partager les beautés de la nature, les étonnements de mon esprit, les convulsions de mon âme et les petits riens qui donnent de l'espoir, parce que je suis comme ça.

      Mais je prendrai volontiers un remontant, parce que c'est vrai, être soi c'est épuisant ! ;-)
      Bises célestiniennes

      Supprimer
  15. C'est étrange mais ce matin, je me disais justement que j'aurais horreur de vivre une vie de fourmis... les mêmes tâches toujours et toujours, toute une vie, beurk! Et je te rejoins dans ton émerveillement de la diversité du monde! Alors, émerveillons-nous et gros bisous

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est souvent que nous sommes en phase, toi et moi, et c'est bien normal, si l'on tient compte du fait que les liens se tissent toujours par synchronicité, et affinités.
      Ce que j'aime chez toi, Brizou, c'est ton sourire. Ton jardin de fleurs. Ta positivité malgré les grosses épreuves que tu as dû traverser. Et tes dessins naïfs et tendres.
      Je te souhaite le plus doux des weekends.
      Ici, il pleut, tant mieux, je peux bloguer tout mon saoul...
      Bizou Brizou
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    2. Encore une fois, c'est souvent ce que je me dis quand il pleut... rien à faire que cocooner à la maison. Bisous bizoux

      Supprimer
  16. Tout est fascinant dans la vie; tout est merveille et, je dois avouer que le fait de peindre me met toujours à l'affût, l’œil toujours prêt à saisir et l'esprit en permanente ébullition. Serais je d'un tempérament heureux ? ni plus ni moins, je suis comme tout le monde avec peut être un plus : un goût pour la découverte et la contemplation active. J'aime ton blog car il correspond à ce que j'aime sans "prise de chou". Bon week end fidèle lectrice

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tout est merveille, tout émerveille..que c'est joliment dit. Oui, je crois que comme toi, j'ai l'œil du peintre sur les choses. J'aime beaucoup le concept de " contemplation active" et cette fièvre que tu as, cette ébullition de saisir la vie sur le papier, je l'ai aussi à travers l'écriture. Chaque fois que je vis, j'ai envie de l'écrire.
      Kiss fidèle lectrice !
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  17. C'est tout de même fou: ce matin, je découvre dans un magazine l'Atacama, que je ne connaissais pas du tout, et en lisant que c'est un paradis pour les astronomes, j'ai tout de suite pensé à toi. Et ce soir, je lis quoi ?
    Est-ce que je t'ai déjà dit que ton blog est un vrai salon XIXème siècle où de beaux esprits se rencontrent ? J'ai parfois presque autant de plaisir à lire tes diamants qu'à lire les perles de tes invités.....

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah..ma chère Myo, tu tombes sur un billet particulièrement inspirant pour mes lecteurs, apparemment, et un jour férié en plus... Chacun a sans doute voulu démontrer brillamment combien cette diversité est une réalité.
      Dois-je comprendre de ta dernière phrase que tu lis tous les commentaires ? En ce cas, chapeau !
      Merci, ma belle et brillante perle fine !
      kiss sister
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  18. La diversité, l'effet "contre-pied", l'inhabitude ou les décalages du quotidien j'en consomme plus que de raison... je te le promets, je crois que je pourrais donner des cours d'observation du petit rien.
    Tu termines ton billet par la diversité de l'univers Bogatif, et là je dois reconnaître que j'ai décroché je ne tourne plus que sur 5 ou 6 Blogs, fénéantise peut-être et puis on ne peut pas tout faire ni être partout, le trottoir n'attend pas !

    Bleck

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est ta richesse à toi, de savoir saisir ces petits rien, et c'est ce qui me plait chez toi.
      Mes sources d'inspiration sont moins citadines, et le trottoir peut m'attendre. Tu m'apportes donc une part d'ailleurs extrêmement précieuse. Un autre regard...et beaucoup de second degré. :-) inestimable de nos jours...
      Bises bloguesques
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  19. C'est toujours un plaisir de venir traîner par ici! Et même si nous n'avons pas la même opinion sur les moutons soporifiques, merci Célestine, pour cet effet dynamisant et ces échanges. Comme votre amie "fleur bleue", en plus des déserts et des sommets, les coïncidences du quotidien me ravissent. Hier, j'ai feuillette un livre qui avait pour titre cette question " Pourquoi y a t il l'art plutôt que rien?", à laquelle des artistes, reconnus ou non, répondaient. En rentrant, je découvre la phrase de d'Ormesson qui a peut-être inspire ce titre. Je trouve ça un peu magique!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. On est en plein dans la théorie de je ne sais plus quel psychologue dont j'ai oublié le nom, mais cela se rattache a la théorie de la synchronicité. Lorsque vous découvrez quelque chose de nouveau, vous pouvez être sûre que vous allez en entendre parler plusieurs fois dans les jours qui suivent. On ne voit jamais autant de voiture de la même marque que quand on vient justement d'en acheter une de cette marque là. Et quand on est enceinte, c'est fou le nombre d'émissions sur les bébés qui passent a la Tv a ce moment la... ;-)
      Bien sur que je connais le désert d'Atacama comme paradis des astronomes.
      Mais je le connais aussi par la chanson de Jean Ferrat la complainte de Pablo Neruda.
      Bien a vous et bises célestes
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  20. Comme ce blog me donne très envie de communiquer et de partager, je me permets d'indiquer une exposition que les citadins parisiens pourront voir jusqu'à demain et qui permettra aux curieux de découvrir un artiste d'une grande virtuosite et qui est sans doute un bourreau de travail. alors, ce n'est pas gai, ça peut être derangeant mais prendre le temps de s'y intéresser me paraît necessaire.

    http://slash-paris.com/evenements/jerome-zonder-fatum

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pour être dérangeant, ça l'est !
      Mais c'est effectivement un remarquable travail d'artiste.
      Merci pour ce partage chère amie.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    2. J'ai été voir.... Au verdict, on peut aisément se passer de cette forme d'art. Je crois que l'auteur devrait changer de marque de neuroleptiques ou arrêter la bibine, parce que là, ça déconne grave...
      En bref, c'est aussi con qu'un film d'horreur
      Petite remarque, je trouve qu'il manque un P au nom du site...
      Bises et baci sans hémoglobine.

      Supprimer
  21. Et parfois une rose qui traverse l'éther donne à l'après midi une couleur délicieuse.
    Autour des montagnes
    Au dedans le silence.
    Un doux moment de grâce dans un moment de paix.
    Merci madame Célestine .

    RépondreSupprimer
  22. Àaaah Jean , lui aussi à si bien parle de la diversité du monde ........ À mon âge moyennement avancé, j'ai envie de découvrir cette diversité et finalement elle commence pas si loin de chez moi .

    RépondreSupprimer
  23. il faut prendre conscience que l'homme est en train de détruire la terre et qu'il est tps de faire qq chose pour la sauver

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @ Flipperine
      Les écolos nous ont induits en erreur.
      Il ne s'agit pas de sauver la planète, car elle s'est déjà remise de pire cataclysme que l'Homme. Il s'agit juste de sauver des conditions de vie qui puissent convenir aux humains. C'est tout et c'est déjà beaucoup.
      Je ne sais pas si les Monsanto et consorts pense que l'argent est un bon filtre contre les pollutions qu'ils répandent sur la planète, mais pour ma part, ça ressemble à un auto-goal parce qu'ils respirent le même air que nous..
      Un jour l'homme disparaitra de la Terre. Bon débarras comme le dit Yves Pacalet.

      Supprimer
    2. Oui Flipperine (j'adore ton pseudo et c'est sincère), la planète on sait exactement quand elle va disparaitre, c'est quand notre soleil va se transformer en géante rouge et l'absorber. Ça se compte en milliards d'années alors on s'en fiche bien un peu. Par contre les vrais mabouls ce sont ceux qui, oubliant leur condition humaine, orchestrent les conditions de la destruction de leur propre espèce. Là je me sens concerné.

      Supprimer
  24. Un monde en unforme, avançant en rang, ne chantant qu'une mélopée dans une seule langue. Tout le monde de la même taille et même hauteur. Oups, tous du sexe des anges (en ont-ils vraiment un? Ou deux???)... ce serait mortellement soporifique. Oui tu as raison, faire défiler les coccinelles et les crabes-araignées derrière des soldats de bois et devant des cloches d'airain... et ne jamais faire heuuuuuuuuh en cherchant une évocation... ça, ça porte au sommeil heureux, on s'endort en déposant un sourire sur l'oreiller, on s'éveille en en lançant un vers la fenêtre...

    RépondreSupprimer
  25. C'est cela la richesse du monde... sa fabuleuse diversité... il y a de quoi s'émerveiller chaque jour ;-)
    Chaque homme porte en lui sa différence et son univers.
    Bisous Laure

    RépondreSupprimer
  26. Ce blog, j'en suis sur le cul!...et je n'en suis qu'au second article richement commenté, ça promet!
    DeuxièmeS merciS à l'inspiratrice inspirée, aux tribuns (y'a pas de féminin à tribun? Tribune, ça le fait pas...) qui s'en mêlent!

    RépondreSupprimer

Je lis tous vos petits grains de sel. Je n'ai pas toujours le temps de répondre tout de suite. Mais je finis toujours par le faire. Vous êtes mon eau vive, mon rayon de soleil, ma force tranquille.
Merci par avance pour tout ce que vous écrirez.
Merci de faire vivre mes mots par votre écoute.