vendredi 19 juillet 2013

Transgression


Cette semaine, chez Asphodèle, le thème est l'interdit. Tout un programme!




Liberté, sens, découverte, régime, déraison, pantois, hasardeux, obligation, privé, barrière, demeurer, tabou, aventure, rouge, inceste (facultatif), honte, hallucinant, hangar.


Avez-vous compté le nombre de choses que l'on s'interdit dans une journée, et sur combien de barrières totalement arbitraires on se casse le nez? 
Remarquez, ce n'est pas d'hier!
On se pointe au monde, un hasardeux matin, petite chose braillarde et rouge, devant quoi tout le monde est en admiration. Et puis, dès que l'on commence à mettre un pied devant l'autre, on ne cesse de nous marteler, de nous pilonner la célèbre rengaine "Fais pas ci, fais pas ça".  Partir à la découverte du monde, à dix mois, se résume à aller rencontrer une hallucinante suite d'interdits. Avec à la clef, la terrible sentence:" Privé de dessert!" que d'ailleurs certains adultes perpétuent en se mettant au régime sec.
Certes, je ne vais pas vous parler des tabous moraux, véritables lignes à haute tension, que sont l'inceste, le cannibalisme et autres joyeusetés de la nature. 
Certes, il faut une morale, sinon ce serait la jungle (comme disait ma grand-mère) quoique...l'on assiste constamment à de petits arrangements avec le Décalogue. Moïse et son fan-club en demeureraient pantois: " Eh, dis donc, les gars! Vous savez, nos vieilles tables de la loi...oh! punaise, il n'en reste plus grand chose! Ça tue, ça vole, ça fait des faux témoignages tous azimuts, et ce jusqu'au sommet de l'Etat! ça part dans tous les sens cette affaire!
-Tu l'as dit, Momo, quelle déraison! Et ils travaillent même le dimanche, cloîtrés  dans des hangars appelés "grandes surfaces"...
-Ouep! la gêne éthique n'est plus de rigueur, on dirait!
-Je me demande si elle l'a été un jour..."

Bon. Tout ça, c'est bien beau. Mais moi j'ai envie de parler du goût délicieux de l'interdit... Du bonheur de faire péter une obligation sinistrement ennuyeuse et de rester tranquillement chez soi à manger des pizzas...
Mmmm! le fruit défendu, quelle saveur il donne à la liberté! L'ivresse des sentiers non battus...jouer à la marelle, voler des cerises, dire des gros mots,  manger un paquet entier de fraises tagada, marcher dans le jardin toute nue sous la lune, bref, faire un truc par jour qui "ne se fait pas", même que "personne ne sait pourquoi"...
-Tu n'as pas honteZazie, sors de ce corps tout de suite!
-Je sors si j'veux! Interdit, mon cul!













106 commentaires:

  1. Belle dissertation ! Et le point de vue final est plutôt séduisant...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est un joli point de vue! Merci, je prends ça comme un compliment et d'ailleurs cette expression elle même est la preuve que je ne m'interdis pas une petite satisfaction narcissique!

      Supprimer
    2. Fais gaffe quand même, toute transgression d'interdit implique des risques : ainsi par exemple pour l'objet de ce narcissisme si tu restes trop souvent chez toi à manger des pizzas !

      ;oDDD

      Supprimer
    3. ...ou manger des paquets entiers de fraises tagada !

      :o))

      Supprimer
    4. Ceci étant, je transgresserais bien un ou deux interdits avec toi, moi...
      Mais là, évidemment je prends des risques ! ! !

      Hein ? Fallait pas ?

      Bon, je sors... :oD

      Supprimer
    5. Ben oui bien sur, mais en même temps, si ça devient la routine, il n'y plus de plaisir...
      Donc, pas d'inquiétude a avoir pour mon fondement...

      Supprimer
    6. Oufff ! !

      :o)))

      Supprimer
    7. Et puis de toutes façons venus callipyge a encore du succès, que je sache...

      Supprimer
    8. Certes, ma chère, certes, mais quand même, pizzass + fraises tagadass : gaffe !

      Ainsi donc tu te vois callipyge ?

      Pfiiuuu ! Vais prendre une douche moi . . .

      ;oDDD

      Supprimer
  2. Là, tu m'as déjà privé de conclusion à mon commentaire en convoquant Zazie....
    Le goût de l'interdit et particulier et il y a tant de saveur à les transgresser. C'est même tellement jouissif que je me demande bien pourquoi nous n'interdirions pas la gentillesse, la générosité et toutes ces sortes de choses un peu désuètes en ces temps de sauvagerie...
    Baci

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah oui, c'est une idée...renverser la vapeur et prendre la chose a l'envers...pourquoi pas?
      Mais il faut quand même une bonne dose de courage pour se lancer a interdire les bons sentiments...

      Supprimer
  3. Tiens le petit S qui, en chutant, a manqué l'arrivée avec le peloton...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bien rattrapé, le petit S comme sourire...

      Supprimer
  4. Les interdits sont faits pour être transgressés, sinon pas d'évolution possible ...
    Je pourrais embrayer et expliquer qu'ils sont aussi la forme ultime des conflits (mais ça, c'est un cours de comm !!)
    Well, well, well, tu as bien manœuvré, les mots trouvent naturellement leur place et j'adore le "Momo" mdrrrr !
    Et puis, comme tu le suggères, c'était mieux, avant !!! ;)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je ne suis pas contre un cours de comm ou deux de temps en temps...
      Je crois d' ailleurs que les pires interdits sont ceux que l'on se met a soi-même...et qui génèrent tant de conflits intérieurs!

      Supprimer
    2. Alors, la question est : pourquoi se mettre ces interdits ? on est dans l'illusion d'atteindre quoi, exactement ? ;-)

      Supprimer
    3. Si je l'savais ma brave dame!
      Je crains que deux mille ans de judéochristianisme aient légèrement investi les chromosomes des gens...

      Supprimer
  5. Tu es la reine des pirouettes et championne de marelle, bien sûr !!! La référence à Zazie est savoureuse !!! ;)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Zazie est tapie en moi et prête à ressortir à la première occasion...
      Elle fait partie de moi, avec son petit air frondeur et son refus des compromissions...
      Tu viens jouer à l'élastique avec moi?

      Supprimer
    2. Ce qu'on disait de moi le "on te donnerait pourtant le bon dieu sans confession" s'applique bien à toi, je crois :-)

      Supprimer
    3. Je vais prendre ça comme un compliment...hi hi!

      Supprimer
  6. C'est dommage qu'en grandissant, l'interdit disparait... enfin l'interdit "honnête" disons... Car braquer une banque, c'est aussi de l'interdit.... Sourires... Bises

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Rhooo c'est vraiment trop mignon , l'interdit "honnête" !
      Ben voilà, c'est tout a fait ça: vive l'interdit qui fait plus de bien que de mal.
      Tu es un sage, Patriarch, mais ça tout le monde le sait depuis longtemps! Bonne et belle journée à toi.

      Supprimer
  7. Pourquoi seulement sous la lune? Au soleil c'est bien aussi :-)
    Baci

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah oui mais après ça provoque des accidents de mobylette!

      Supprimer
    2. Seulement de mobylettes?
      Pourtant, depuis la cabine des camions la vue est bien meilleure...

      Supprimer
    3. Je dis ça parce qu'un jour j'ai réellement provoqué un accident de mobylette en me promenant en petite tenue sur mon balcon...

      Supprimer
    4. Dans ces conditions la mobylette offre une meilleure vue en hauteur que dans un camion dont le toit est très handicapant. De plus, si tu es descendue pour le secourir, il t'a certainement très vite pardonné cette interférence dans son champ de vision. D'autant que tu n'avais certainement pas eu la cruauté de lui dire que s'il regardait sa route et non le paysage, si plaisant fut-il (en deux mots).... :-)
      Baci

      Supprimer
    5. Mais tu y étais, c'est pas possible!!!

      Supprimer
    6. Et il est où ce balcon ?

      Supprimer
    7. J'avais seize ans...le balcon n'est plus a mes parents depuis longtemps...

      Supprimer
    8. Voilà ce qui arrive quand il y a du monde au balcon d8-p

      Supprimer
    9. @SF
      Je me serais inquiété si tu ne l'avais pas faite, celle-là ! ! ! !

      Supprimer
    10. Hi hi bon j'avoue que moi aussi j'attendais que l'un d'entre vous la fît, celle-là.
      Mais je me serais bien gardée de parier sur l'un ou l'autre!
      En tous cas Saouf, c'est avec joie que je te verrai toujours arriver par ici!
      Blutch fait les trois huit chez moi, il est d'une vigilance redoutable. Ça me repose.

      Supprimer
  8. Interdit ? C'est un non-sens. Un sens interdit ? Tout ce qui est interdit n'a pas de sens
    -Vous manquez de bon sens
    -De bon d'essence ?
    -Bof un sourd... ça tombe sous le sens !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Raymond Devos, sors de ce corps!

      Supprimer
    2. Dis donc, Doyen, où et quand as tu entendu dire que j'étais sourd?
      Bof.

      Supprimer
    3. Je crains qu'il n'y ait une légère méprise sur le mot " bof" , Bof.
      Je dis ça je dis rien...et je laisse la parole au doyen.

      Supprimer

  9. Tout est (très bien) dit sur l'inter, dis !
    - Oh! mais voilà que je te tutoies alors qu'usuellement je te voussoies, où que "vous soyez"...

    Quand conviendra-t-on d'interdire l'interdit ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Interdire l'interdit? Ce serait dommage! Car où est le plaisir de la transgression, si plus rien n'est interdit?
      Il me semble que c'est pour cela que ce vieux slogan soixante huitard a fini par faire un flop...
      La prince elle veut me tutoyer mais la question ne se pose pas si elle parle pas a moi...^^

      Supprimer
    2. L'auteur de ce slogan est Jean Yanne, puis il avait été repris par les tagueurs.

      Supprimer
    3. Un Jean Yanne particulièrement inspiré alors...parce que dis donc, quelle bombe ce slogan!

      Supprimer
  10. Retardataire certes !! Mais ca valait la peine d'attendre pour te lire Celestine.............Merci et bravo

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il fallait bien que je transgresse les interdits du règlement d'Asphodele si je voulais donner un peu de crédibilité à mon billet...

      Supprimer
  11. Hum, l'interdit : rien de plus séduisant parfois... surtout quand ça nous laisse toute pantoise... bisous Célestine et bonnes vacances, j'ai aussi fait un texte des plumes N° 9 mais ne l'ai pas envoyé... heu j'ai pas trouvé le temps de voir comment on fait du coup j'ai mixé avec le défi du samedi, mais tu m'expliqueras ça un jour. Bisous de Prudence

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui oui chère Prudence, je t'expliquerai tout, j'espère bien que l'on aura l'occasion de se voir un de ces jours...cela dit, e règlement n'est pas si difficile...gros becs de Paris.

      Supprimer
  12. Cette fois-ci, Célestine, à la différence de la dernière danse des mots, je vais danser sur le même air que toi et me joindre aussi à toi pour te suivre dans les sentiers non battues et y goûter l'ivresse des inattendues et des interdits:
    On ne peut "demeurer" de marbre, quand une nation, un peuple est "privé" de sa "liberté". C'est "hallucinant" comme le nombre de "barrières" ne cesse d'augmenter,à l'exemple des "régimes" fantoches zafriquins!( la "découverte" de ce néologisme est de moi, lol!), ce qui nous prive de nos droits les plus élémentaires, comme le droit de penser, d'écrire ou de vivre simplement. Tu as bien raison Célestine de vitupérer les tenants zélés de la morale! Le "sens" de notre devoir nous fait "obligation" à nous, citoyens, pour nous épargner la "honte" de notre immobilisme de casser tous ces "tabous" qui nous gangrènent la vie. Je vois "rouge" cet état de fait qui perdure et je reste "pantois" devant la léthargie viscérale de ceux et celles qui ne réagissent pas et considèrent que c'est hasardeux et que ce n'est que de l'"aventure" et de la "déraison" de croire un jour au changement des esprits.
    Célestine: Tu vois, je t'ai suivie mais je me suis égaré! Je ne retrouve pas mon "hangar"!(...enfin je veux dire le hangar, je n'arrive pas à me..à le caser!)
    Bise à toi!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah, j'avoue que le hangar est assez diabolique a placer...mais a quoi as-tu donc pensé miss Aspho, en nous mettant cet improbable bizarrerie...a mon avis, elle voulait que l'on transgresse le règlement en ne le mettant pas!
      Sinon, je me demande ce qui t'empêche de publier ton texte sur ton propre blog! Je suis très honorée que tu m'en donnes la primeur, mais c'est priver tes lecteurs de ton talent, et c'est fort dommage...

      Supprimer
    2. j'en suis autant honoré que toi, Célestine!Merci.

      Supprimer
  13. Moi je suis pour les interdits !
    Déjà on pourrait interdire l'Education Nationale (cette fabrique de cancres d'un coté, d'individus formatés d'un autre)
    Ça ferai baisser de moitié nos impôts.
    On pourrait interdire le Code du Travail, sinon comme bien exploiter la populace inculte, réouvrir les mines de potasse, et y faire descendre les enfants. Plus besoin d'allocations familiales. Idem pour les bonnes filatures du Nord à réouvrir aussi. Là dès 4 ans on peut faire bosser tous ces gosses qui apprendraient à boire de la bonne bière, comme au bon vieux temps de la France coloniale et triomphante ! Et ça éviterait que plus tard ils se droguent comme des cons !
    De toutes, il seront morts avant d'être grand = problème des retraites résolu.
    vivent les interdits !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. A je suis bien d'accord avec toi! Quand je pense qu'il y a de grosses pétasses qui cautionnent ce système en faisant partie de l'éducation nationale, et qui passe leur journée a leur enseigner comment devenir de bons consommateurs bien formatés, en ne leur ouvrant absolument pas les yeux et en ne leur donnant aucun esprit critique, moi je dis que ces êtres malfaisants ne méritent que d'être empalés ou pendus en haut d'une vergue.

      Jamais de ma vie j'aurais pu être institutrice, rien que d'y penser j'en ai la gerbe.

      Supprimer
    2. Alors là, je te comprends totalement.
      C'est comme moi, jamais j'auais pu être psy ! Tous ces hypocrites voyeurs qui t'incitent à révéler tes secrets intimes (et dieu sait s'il y en a !) et en plus te font payer le prix d'un oeil (de voyeur), sans pour autant t'apporter quoi que ce soit de valable, ça, j'aurais jamais pu !

      Supprimer
    3. Ben voilà! Je me disais aussi...

      Supprimer
  14. Si je me fais l'avocat du diable, pourquoi s'interdire de travailler le dimanche? Tout le monde n'a pas une famille pour profiter des dimanches...une zone commerciale fermée un jour de canicule, rien de pire...
    Les anglais travaillent bien le dimanche eux...bon c'est dimanche, je vais glander toute la journée en attendant la lune qui demain sera pleine mais je n'oserai pas faire ce que tu proposes...encore un jour sans lune...mince je m'auto-interdit dem'exprimer corporellement...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Moi je m'en fous complètement du jour du seigneur et du repos dominical...personnellement j'ai passé des centaines de dimanches a corriger mes copies et a faire le ménage, la lessive et tout ce que je n'ai pas le temps de faire les autres jours....
      C'est Moïse qui trouvait ça pas cool. Cela dit, les patrons ont intérêt a exploiter la main d'œuvre tous les jours, au nom du sacro saint profit...c'est en cela qu'il faudrait être vigilant.
      Pour le reste, je ne peux que t'encourager a profiter de la pleine lune pour faire des trucs un peu fous...

      Supprimer
    2. Pour ce qui est de ton texte que je trouve sublime, je ne peux pas le commenter car l'iPad refuse absolument que je commente chez overblog...va savoir pourquoi?
      Mais des que je serai de retour chez moi, j'irai te le dire en face!

      Supprimer
  15. Over Blog est parfois difficile d'accès, tu n'es pas la première qui a du mal à y aller et j'imagine justement que l'été et un dimanche ils sont pas trop nombreux à pédaler pour faire marcher le truc...
    Pour bosser le dimanche ce serait seulement ceux qui veulent, peuvent et avec majoration minimale obligatoire du salaire mais sinon pourquoi pas.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Majoration minimale, que voilà un délicieux oxymore!

      Supprimer
    2. Mind the Gap, serais-tu un doux rêveur (ce qu'il ne faut surtout pas s'interdire !) ?
      Je vois bien l'employeur venir me voir, un franc sourire empathique aux lèvres : "Monsieur Candide, vous plairait-il de travailler ce week-end, auquel cas je me ferais un plaisir/devoir personnel d'ouvrir mon entreprise selon votre bon plaisir."
      Ch'ais pas mais y'a un truc qui m'dit qu'c'est pas gagné c't'affaire...

      :o0 ! !

      Supprimer
    3. Ben quoi? C'est pas comme ça que ça se passe? Moi, je croyais...

      Supprimer
    4. @ Candide
      Du temps où j'avais encore des patrons, je n'ai jamais accepté de travailler sous une autre formulation de demande. La seule fois où un patron s'était relâché à vouloir exiger, il avait été faire le boulot lui-même. Non mais y connait pas Raoul! (comme pourrait le dire Célestine;-) )

      Supprimer
    5. Non mais c'est vrai quoi! Il faut pas trop le chatouiller Raoul, si on veut pas se faire éparpiller aux quatre coins de Paris façon puzzle...

      Supprimer
    6. A ça le Raoul! Il explose, il éparpille, il ventile, parfois même il vaporise... C'est dire s'il ne faut pas le chercher...

      Supprimer
    7. Mon cher Blutch, je vois que nous sommes quasiment aussi conciliants l'un que l'autre... :o)
      Mais je crois que n'étant pas plus l'un que l'autre des perdreaux de l'année, nous avons connu des époques où il était possible de se faire respecter.
      De plus, il m'a semblé comprendre que vous étiez particulièrement compétent dans votre domaine,ce qui aide un brin. En ce qui me concerne, si ma compétence est des plus ordinaires, on obtient toujours beaucoup plus de moi en me caressant dans le sens du poil qu'en me prenant de haut.
      Cependant, force est de constater que nos jours dans nos campagne sans industries, les gens, très majoritairement non qualifiés, sont bien obligés d'y regarder à deux fois avant de discuter la formulation. A moins d'avoir sous la main un solide plan B.
      C'est écoeurant, je vous le concède, mais quelle solution ?

      Supprimer
    8. Ah oui! Un petit débat! Oui oui oui!

      Supprimer
    9. Là, le débat peine à s’engager, j’ai eu deux fois mon comm. Effacé. Alors cette fois, copié-collé depuis Word :-)

      C’est vrai qu’il fut un temps où tout le pognon de mon patron passait par ma fonction, ça faisait de moi un syndicat ouvrier à moi tout seul…. Par la suite, j’ai trouvé plus simple de zapper la case patron :-)

      Il ne faudrait guère plus qu’une étincelle dans la conscience du salarié moyen. Une broutille, un rien du tout pour que tout change. Pourquoi faut-il attendre qu’une boîte ferme pour que le personnel devienne solidaire. Putain, y peuvent pas le faire avant ?
      S’il faut secouer un peu les chronométreurs pour leur rappeler qu’ils sont aussi des salariés éjectables, ben y a pas de raisons de se gêner…. Ce sont eux qui décident des cadences, pas le PDG qui n’a jamais vu un vélo démonté…
      Leur rappeler aussi que ceux qui les commandent ne sont pas capables de faire le boulot et que des patrons sans ouvriers sont des chômistes comme les autres.

      S’il faut absolument cramer des bagnoles pour exulter une grosse colère, le faire dans le 9.3 n’est pas non plus une nécessité absolue…. il existe d’autres banlieues.

      Il y a deux ans, je crois, un salarié était au bout du bout du supportable à cause de ses conditions de travail. Il avait la solution individuelle en se suicidant, il avait choisi de jouer collectif pour l’ensemble du personnel en flinguant le patron. Ce n’est pas que je préconise la violence, mais s’il doit y avoir un mort, autant que ce soit le bourreau que la victime…. Si le premier défenestré de France Télécom avait choisi cette solution, il y aurait eu 64 vies épargnées. Pour moi, ce n’est pas plus immoral que ça.

      Mais vous l’avez bien exprimé « On obtient plus de moi en me caressant dans le sens du poil… ». Peut-être faut-il que le patronat soit informé et bien imprégnés de cette vérité. L’intelligence ne se motive pas à coups de trique. Un patron qui risque son propre pognon le comprend vite, un administrateur est trop primaire pour le savoir…..

      A Célestoche :
      Je te vois rire sous cape, mais que va dire la douce Célestine ?
      Baci

      Supprimer
    10. La douce Celestine pense que le monde du travail se plante complètement en considérant depuis toujours les salaries comme des pions. Alors que le rendement est inversement proportionnel au mal être desdits salaries. A mon petit niveau, je constate chaque jour que l'on fait du bien meilleur travail en caressant ses collègues plutôt qu'en les harcelant, et je m'emploie quotidiennement a leur rendre la vie au travail agréable et a leur donner envie de se lever le matin. Et bizarrement ils sont toujours partants pour tout ce que je leur demande. C'est donnant donnant. Cela dit, c'est exactement ce que l'on fait avec les élèves... Et je pense que certains patrons odieux avec leurs employés ne tolèrent pas que leurs chers mignons soient bousculés par les professeurs...
      Pour répondre a une autre de tes questions, je crois que malheureusement les gens attendent de n'avoir plus rien a perdre pour s'unir et être solidaires...peut être devrait-on commencer par cela: enseigner la solidarité naturelle et continue...vaste programme dans çe monde individualisé...

      Supprimer
    11. Blutch : c'est des façons, ça, d'appeler Célestoche quelqu'un qui vous appelle Blutchiamo ? (comme dans AMO ?) ;-)

      Supprimer
    12. Celestoche c'est mon côté obscur de la force...Blutch sait très bien quand il l'emploie...
      Mais c'est mignon tout plein de prendre ma défense ma chère Ambre...

      Supprimer
  16. Je pense que je pourrais transgresser l'interdit, car depuis un petit momenbt , je suis devenue très coquine :-)
    Bisou tendre et bonne nuit ma chère Célestine :-)

    RépondreSupprimer
  17. Mmmm l'interdit! les parties de cache-cache dans les champs de maïs de Papa, les sauts de l'enfer dans la paille, les romans à la place du Missel dans la housse en cuir du livre de Messe, les romans photos ou les "Nous deux" glissés sous le matelas par la bonne et lus en cachette, les câlins dans les greniers avec un homme interdit, et tutti quanti....là tu me fais rêver Célestine!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mais c'est exactement de cela que je parle! Ces petits interdits la, délicieux et secrets, qui ne font de mal a personne et qui font plutôt du bien a ceux qui les transgressent...tu donnes la de merveilleux exemples, et qui me parlent beaucoup!

      Supprimer
  18. Interdit, mon cul ! Quel régal !
    Quoi de plus jouissif que de faire sauter les interdits, je me le demande même quand la morale n'est pas sauve. J'aimais bien le slogan de ma jeunesse "il est interdit, d'interdire" et puis au fil du temps on se les fixe soi-même.
    À bientôt.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je crois que c'est ta dernière phrase la plus importante. Au fil du temps, on se les fixe soi même. Et c'est ça qui fait toute la différence...

      Supprimer
    2. Quelques fois j'hésite. Sont-ce des interdits que l'on se pose où de malencontreuses incapacités qui se pointent sans avoir été invitée...:-).
      Pour ma part, j'ai plutôt l'impression que le temps qui passe me fait sauter des interdits...
      Baci

      Supprimer
    3. Il faut bien trouver quelque avantage à vieillir...

      Supprimer
  19. Hier j'ai transgressé un interdit lié au soit disant respect de "nos ainés " de notre société pas toujours respectables . Yep pas toujours respectables les ainés, bon sang d' bon sang....

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ceńest pas parce qu'on est vieux que la connerie disparaît. Le respect des vieux est une foutaise. Il faut respecter tous les gens, vieux ou jeunes, qui nous respectent. Les autres...
      Tu as bien fait de transgresser a mon avis. Des fois, ça leur remet les idées en place aux vieilles pies...

      Supprimer
    2. L'âge n'est pas un passe-droit, et encore moins une excuse.
      A vingt ans, un vieux de pfffffffffff 3 fois mon âge m'avait dit que je devais le respect à ses cheveux blancs. Je lui avais répondu que le respect n'est pas un droit, mais un don qui se mérite. Depuis, j'ai plus que triplé mon âge, mais toujours pas changé de point de vue.... Est-ce grave docteur ;-)
      Baci

      Supprimer
    3. Non non, c'est pas grave. La valeur n'attend point le nombre des années, et il y a de vieux cons, je persiste et signe. Enfin, il faut se méfier des généralités de toutes façons...

      Supprimer
    4. Moi qui balance entre deux âges
      j'leur adresse à tous un messa-age
      Le temps de ne fait rien à l'affaire
      Quant on est con on est con
      ......

      Supprimer
    5. "le respect n'est pas un droit, mais un don qui se mérite."
      Heu, et alors quand nos jeunes nous manquent de respect, en nous traitant de tous les noms comme peut-être c'est la grande mode, en quoi ai-je démérité ? pourtant, je jure que je me suis toujours exprimée correctement et que je fais mon possible pour être à leur écoute! ça n'a pas empêchée que je me fasse (mal)traiter par mes descendants mâle et femelles ainsi que mes petits-descendants.... :-(

      Supprimer
    6. Parfois, ce que l'on pense être du non respect n'est peut être qu'une difficulté de communication. Les ados ont parfois des formules a l'emporte pièce... S'il sente une fêlure, ils s'engouffrent. Apprendre a se faire respecter c'est très difficile, surtout quand on a perdu confiance en soi.
      Je comprends ton point de vue. Je suis même en empathie.

      Supprimer
    7. @Ambre
      Je ne prône pas l'irrespect systémique, mais peut-être que cet irrespect de certains jeunes vient en réaction au paléo-grigoutisme revendicateur de passe droit en respectuosité.
      Mais c'est vrai que je vois ça depuis ma province, pas depuis le monde barbare d'Île de France....
      L'équation est simple et les enfants la comprennent assez vite:
      Tu me respectes parce que je te respecte.
      Je ne te respecterai pas si tu ne me respectes pas, jeune con!

      Supprimer
    8. Blutch : "Je ne te respecterai pas si tu ne me respectes pas, jeune con!" tu vois ce genre de phrase, j'ai toujours été incapable de la dire (si ce n'est entre mes dents, tellement le dressage dont j'ai été l'objet (puisque pour mes parents, les enfants, ça se dressait, comme les chiens !) fait partie intégrante de moi. Tu vois , j'en ai conscience et pourtant ça ne suffit pas à m'en guérir, malgré ce que prônent les psys

      Célestine : tu parles de difficulté de communication et tu as raison. Toutes les portes sont dégondées chez nous, et ce n'est pas que l'oeuvre de mes enfants ;-) No comment !!!!!! ;-)

      Merci à tous les deux

      PS au sujet de la communication. C'est comme dans le poème : "Rien n'est jamais acquis, à l'homme ni sa force ...."

      Supprimer
    9. @ Ambre
      Je crois qu'il est difficile de faire plus plaisir à Célestine que de citer Aragon, surtout lorsqu'il est chanté par le grand Georges :-)
      Oui bon, je prêche aussi pour ma paroisse comme on dit dans mon coin de pays...
      http://www.youtube.com/watch?v=VtMBlr_DRjQ
      Bisous

      Supprimer
    10. Ah ben oui, Aragon...quel poète! Magnifique.
      Je prône la connaissance de ses textes aux générations futures, pour ne pas oublier, justement,
      que rien n'est jamais acquis...

      Supprimer
  20. Je dois revenir car... de retour de vacances je cours de blog en blog, hop hop hop....

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Quand tu veux ma douce Edmee, quand tu veux. Chez moi, jamais de retards...

      Supprimer
  21. Super, la chute ! Si quelques transgressions mettent du piment dans la vie, bah... pourquoi pas ? Pour ceux qui sont pour les effets d'après...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci beaucoup de ton passage , Merquin! Ce défi d'écriture est a lui seul une transgression...

      Supprimer
  22. Ahhh, Célestine, tu l'as dit le gros mot d'la fin !
    MDR ! Tu sais aussi qu'il est interdit d'interdire...
    Rien ne m'énerve plus que les gens qui ne respectent pas la Loi... Là, sur ce sujet, je pourrais m'énerver pendant des heures !
    Gros bisous de ma tour

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mais je suis comme toi. Je respecte la loi. Je garde juste un regard circonspect sur les choses...ceux sont des hommes qui font les lois, et en cela elles ne sont pas parfaites. Obéir à n'importe quel ordre...on voit où ça a mené quelquefois... Restons vigilants.
      En revanche, une loi juste et acceptable doit l'être par et pour tous. Pas de passe-droits, de dérogations, d'immunité diplomatique et autres iniquités...
      Bisous bisous!
      ( pour ce qui est de mon gros mot, d'un, il ne fait que trois lettres, de deux, c'est une référence littéraire...et de trois, c'est une partie de l'individu qui plait beaucoup aux messieurs! Tu vois qu'avec la plus parfaite mauvaise foi, on peut trouver au moins trois bonnes raisons de dire des gros mots! Bouh la vilaine!)

      Supprimer
  23. Toujours pas compris comment tu arrives à réaliser ces performances littéraires ! chapeau bas dame Célestine !
    Bonne vacances à toi et plein de bises

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Quel plaisir de te voir, dame Zénondelle...merci pour ton comm admiratif. Je ne sais pas comment je fais. Je suis tombée dedans quand j'étais petite...

      Supprimer
  24. L'interdit

    Il était là, juste à portée de main. Il suffisait de passer cette barrière. On oubliait l'inscription « privé ». On poussait la porte du hangar. Et c'était l'aventure.
    C'était tabou. C'était hallucinant. Il demeurait là, rouge, pantois, un peu de honte au front. On touchait au tabou, au sacré...presque à l'inceste.
    Les uns parlaient de liberté, de découverte. Et si le régime des sens, l'aventure et peut-être la déraison l'emportaient sur l'obligation ?

    Et c'est ainsi que jeudi après midi, un jeune garçon un peu timide osa venir porter à sa blonde voisine de collège une brassée de roses qu'il n'osa même pas choisir complètement rouges.

    Et vous vous attendiez à quoi ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Joli! Je m'attendais seulement à ce qu'elle fût brune...

      Supprimer
  25. Une brune ? Pourquoi pas aux yeux bleus ? Chacun sait que ça n'existe que dans les contes.....

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Que serait la vie sans quelque conte de fées...^ ^

      Supprimer
  26. Hello merci de ta visite.
    A vrai dire tu sais , moi aussi j'adore les textes courts et j'en fais souvent car cela prend
    un temps de lire tout le monde quand il y a des textes long ..........
    Bises

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, c'est même carrément rédhibitoire chez moi. Quand ça dépasse une certaine longueur, je ne lis plus qu'en diagonale...

      Supprimer
  27. Jouer à la marelle ? C' est interdit ??? J' aurais fait ça, moi ???? Heulôôô .......

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Non, ce n'est pas jouer à la marelle qui est interdit. Mais à partir d'un certain âge, disons après le milieu de vie, on se l'interdit généralement...
      Et moi, je continuerai à y jouer tant que j'aurai des jambes et un coeur de gamine!
      gros bisous

      Supprimer

Je lis tous vos petits grains de sel. Je n'ai pas toujours le temps de répondre tout de suite. Mais je finis toujours par le faire. Vous êtes mon eau vive, mon rayon de soleil, ma force tranquille.
Merci par avance pour tout ce que vous écrirez.
Merci de faire vivre mes mots par votre écoute.