vendredi 27 juillet 2012

La lettre Thé



Ah, Asphodèle, c'est l'heure du T...
Le Temps passe Trop vite à l'allure de cet alphabeT!




Temps – taillader – thé – (se) triturer– titiller – tortue – talentueux (se) – toucher – transfigurer – témoin – totem – table – turbulence(s) – transfert–  terre – tomate  –  tonneau – terminer


***



L'une et l'autre

L’une, c’est la lune. Introvertie. Elle passe le plus sombre de son temps à sa table de toilette, à titiller ses boutons, à triturer ses cheveux  gras, à se trouver grosse comme un tonneau et à se demander ce qu’elle est venue faire sur terre. 
 Elle a tailladé ses coussins et ses poupées de chiffons pour en sortir le kapok, dans ses accès de fureur elle réduit en miettes tout ce qu’elle touche. Elle hait l’ordre et le rose. Elle n’aime que le noir et le tumulte. Elle a érigé, dans sa chambre  un totem de bric et de broc, où elle accroche ses trophées, une barrette sale, une vieux nounours, une photo de son ex-copain, un tee-shirt usé avec un transfert des Stones. Elle vit son mal-être, rivée à son écran, avec des lenteurs de tortue anémique.

L’autre, c’est le soleil. Extravertie. Le moment où elle se transfigure, nul n’en est jamais témoin.  Mais soudain le tonneau devient Danaïde. Terminée la réclusion, finis le thé tiède et la médiocrité de l’existence.  Elle veut vivre à cent à l’heure, se maquiller, se parfumer, séduire ! siroter du jus de tomate à la paille, dans des poses lascives. Elle veut danser sous les tubulures des néons stroboscopiques, être talentueuse et adulée, elle veut le feu des projecteurs et de la passion.

Elle est l’une et l’autre à la fois,  chrysalide timide devenant papillon par à-coups, trouble mélange de sensuelle assurance et de  turbulences névrotiques.
Une ado, quoi.

39 commentaires:

  1. Belle observation, le yin et le yang de cet âge-là est parfois déroutant.

    RépondreSupprimer
  2. Docteur "je kill" et Miss "hide", quoi ! :~)

    Défi superbement relevé !

    RépondreSupprimer
  3. Et vous croyez que c'est drôle, chère Célestine, de s'entendre traiter de tomate parce qu'on rougit d'un rien, de tonneau, parce qu'on est un peu rond,  ou encore de tortue parce qu'on est un peu lent. À table, de triturer le thé, comme pour qu'il n'en reste aucune calorie, que seuls les bienfaits demeurent. De cesser de se titiller la cervelle et de sortir de cette zone de turbulences pour rejoindre un jour la terre : qu'arrive enfin le temps ou la chenille en talentueux papillon sera transfigurée : transfert tant désiré.  Et la malédiction d'avoir touché ce  totem interdit sera enfin terminée.
    Car, enfin, on peut n'être plus adolescent....et se souvenir.

    RépondreSupprimer
  4. Un beau portrait, on s'y retrouve dans nos souvenirs, vieilles dames à l'adolescence en lune et soleil !
    Bon séjour à Paris, c'est trop bien, la Capitale !
    Bisous d'O. en attendant ton retour

    RépondreSupprimer
  5. Bravo Célestine, et en + une photo de la petite fiancée des Français ];-D

    RépondreSupprimer
  6. Ah, parce qu'après l'adolescence, ça change ?

    RépondreSupprimer
  7. Juste tableau de l'ado contrasté en proie au tumulte hormonal ...
    Bises et bel été

    RépondreSupprimer
  8. Joli texte sur un monde... pas si lointain :-)

    BIZZZ ✰✯✮ Laure ✮✯✰
    http://suivre-mon-etoile.blogspot.fr/

    RépondreSupprimer
  9. oh oui , le transfert des Stones sur le Tee Shirt , j’avais oublié , merci
    dure période , traversée chaotique , nécessaire , le trait est juste , tranche de vie , portrait réaliste , j'aime te lire Célestine
    bon séjour à Paris , Ciao Bella !

    RépondreSupprimer
  10. J'ai beaucoup aimé ! Je dis comme ça pour changer de "j'ai adoré" mais en fait j'ai adoré.

    RépondreSupprimer
  11. Il est si juste ton texte, ou plutôt ta réflexion. Sauf que pour certaines, ce mal-être schizophrène dure bien après l'adolescence ! Et bon séjour dans la fraîcheur parisienne !

    RépondreSupprimer
  12. portrait très finement ciselé d'une ado en recherche d'elle même.
    @ tantôt
    avec le sourire

    RépondreSupprimer
  13. Trop long ! Trois jours !

    RépondreSupprimer
  14. j'aurais presque envie de répondre au commentaire de la première anonyme : il n'y a rien de drôle dans le texte de Célestine, son regard est plein d'acuité, de franchise, de désarroi face à cela, de compassion, mais aussi d'espoir.
    C'est parce que j'ai pu parler avec mon fils maintes fois des injures qui lui étaient affublées telles que " trisomique" qu'il a su les dépasser, parce qu'il en a compris le fondement : la bêtise, le manque de maturité. Un ado, tout ce qu'il a besoin d'avoir, est un regard compatissant mais vrai à travers le miroir.
    J'ai beaucoup aimé, au moins, malgré le jeu de lettres, ce texte suscite bien des réflexions que nous parents, devrions tous avoir. Le chemin vers l'autre, même ado, est tout à fait possible : en se mettant à SA portée, sans se référer à ses propres souffrances, à soi sans arrêt, comme le font beaucoup trop d'adultes face à l'adolescence, car en reproduisant le "moi je", ils ne font qu'aggraver la solitude mentale de l'ado.
    Un enfant et un ado a besoin de se construire sur la confiance pour gagner en autonomie.
    Je sais, je suis inspirée par le sujet :)

    RépondreSupprimer
  15. Andiamo : beh non, c'est pas vanessa ! d'ailleurs, la petite fiancée m'a fait peur sur la dernière couverture de Paris Match !! :O

    RépondreSupprimer
  16. par contre, je n'avais pas remarqué l'exercice de style en T de l'anonyme, chapeau ! :) allez, je m'en vais !:)

    RépondreSupprimer
  17. Une ado très bien dépeinte. :D J'aime beaucoup ce que tu as fait des mots imposés. :D

    RépondreSupprimer
  18. A vouloir repérer les mots en T, j'en ai presque oublié le texte. Exercice réussi avec brio. Amicalement. HenriD

    RépondreSupprimer
  19. Quelle justesse malgré les mots imposés. Une très belle inspiration maîtrisée par une écriture réellement à la hauteur !

    Coincoins justes

    RépondreSupprimer
  20. Maintenant que ma fille n'est plus à la maison, maintenant qu'elle n'est plus une ado, voilà que je comprends mieux ce qu'elle vivait, un peu grâce au temps dont je dispose pour réfléchir, un peu parce que je ne suis plus dans le tourbillon propre au père qui élève ses enfnats et un peu grâce à vous.

    J'aime ce texte.

    Grand-Langue

    RépondreSupprimer
  21. J'adore ces petits textes aux mots imposés et aux idées si bien décrites... merci

    RépondreSupprimer
  22. Joli portrait d'adolescente mais je crois que cette ubiquité continue souvent à l'âge adulte...

    RépondreSupprimer
  23. Ne vas pas croire que je sois rustre au point de ne pas répondre à ton comm. chez moi. Il avait été salement mis au rencard dans les spams par canalbug. J'y ai donc tardivement répondu.
    Bises
    Blutch.

    RépondreSupprimer
  24. Bouh que c' est difficile cette période là (toutes générations confondues!)

    RépondreSupprimer
  25. Envie d'un vol de papillon de nuit.

    RépondreSupprimer
  26. ANONYME oui, à Paris, la vie est résolument noctambule et les lumières très attirantes pour un petit papillon...

    PIERROT BÂTON difficile, et passionnant en même temps. J'ai tellement l'impression de n'avoir jamais vraiment quitté mes émois de l'époque!

    BLUTCH Oh, mais je ne me formalise jamais des réponses ou des non-réponses altérées par les bugs.La technologie a ses limites, et tant mieux, ça lui donne un côté humain.

    RépondreSupprimer
  27. MIND THE GAP oui, elle continue, parce que nous sommes uns et indivisibles, et que tous nos "moi" se superposent comme des couches d'oignons au fur et à mesure de la vie...

    BRIZOU Merci d'apprécier mes exercices de style..

    RépondreSupprimer
  28. GRAND LANGUE Les conflits de l'adolescence sont le plus souvent le résultat de conflits intérieurs. Une fois apaisés, on comprend mieux les raison de cette tempête (si on a réussi à y survivre!)

    RépondreSupprimer
  29. EL CANARDO Une écriture à la hauteru...de ses lecteurs, qui, si je ne m'abuse, sont également à la hauteur...

    RépondreSupprimer
  30. HENRI oui, difficile de dissocier le fond et la forme quand on lit, et pourtant on le fait tout naturellement...Merci de tes passages que j'apprécie toujours.

    CERIAT Merci à toi.

    JANE Oui, c'est vrai que le sujet t'inspire...pour mon plus grand bonheur, car j'aime te lire, même quand tu fais des commentaires-fleuves...

    RépondreSupprimer
  31. LILOU Avec le sourire, certainement,car il fait partie de moi...

    ASPHODELE Merci , tu sais je ne te le dis pas toujours, mais j'adore ton jeu. Je pense qu'il faudra vraiment continuer même après la lettre z...Tu lanceras un concours d'idées, peut-être?

    ONCLE DAN tu me ravis! Je dis ça pour changer un peu de "merci beaucoup" mais en fait, merci beaucoup, tu es génial. ;)

    RépondreSupprimer
  32. JEANNE Le séjour à Paris fut délicieux, j'en parle bientôt.

    LAURE Pas si lointain de toi, je veux bien le croire, toi qui as l'air d'une jolie adolescente encore...

    ZENONDELLE le tumulte hormonal, c'est très bien dt...Mais pas que! Bel été à toi ma douce.Heureuse de te voir sur la toile!

    RépondreSupprimer
  33. WALRUS On se le demande, en fait...mais je ne relève pas le côté misogyne que de tels propos pourraient laisser accroire...;-)

    ANDIAMO Non je crois que c'est une adolescente lambda, russe de surcroît, si l'on en croit le site où je l'ai trouvée...

    SOENE Des vieilles dames? Où ça, des vieilles dames? Quand tu t'amuses comme une petite folle sur le site d'Aspho, tu me sembles plus proche de l'adolescente en goguette que de l'âge mûr!

    RépondreSupprimer
  34. ANONYME Belle performance! Mais il faut participer aux plumes, encore une fois c'est un peu dommage de déposer ce texte au milieu des commentaires...Enfin, moi je dis ça mais je suis flattée de servir d'écritoire à ce talent!

    TANT BOURRIN yes! je kill tout ce qui bouge!

    RépondreSupprimer
  35. JEAN-CHARLES Un ado est un concentré de toutes les contradictions de l'être. C'est n âge passionné et du coup passionnant ...

    RépondreSupprimer
  36. Juste le bonheur de faire un petit tour, plume dans la plume, chez Celestine et de mettre ses pas dans les siens. Rebondir

    RépondreSupprimer
  37. Ainsi la grande ville n'a pas dévoré Célestine. Tant mieux ! on s'inquiétait. Et si les plaisirs de Paris la ravissaient état l'empêchaient d'ecrire. Trois long jours d'attente , presque quatre, l'inquiétude qui croît. Les commentaires qui s'ajoutent trahissent l'impatience, espèrent une réponse.
    Ce soir, les réponses, les mots repris, les retrouvailles, le bonheur de la plume qui court sur le papier.
    Si vous saviez, chère Célestine, comme on est content de vous retrouver. On n'attend plus qu'une chose : que votre plume, légère comme l'aile d'un papillon, nous raconte les aventures de Célestine au pays de la tour Eiffel.
    Bonne nuit.

    RépondreSupprimer
  38. Et non cher Jacques , Paris ne m'a pas gardée... Pourtant j'aurais aimé rester davantage, mais mon cher et grand fils travaillait, et je devais rentrer où mes autres enfants m'attendaient pour se partager à leur tour leur maman... C'est que le temps des vacances m'est précieux en tant que maman. Il me permet de partager des expériences avec les enfants partis toujours trop tôt.

    RépondreSupprimer
  39. Admiring the dedication you put into your site and detailed information you offer.
    It's great to come across a blog every once in a while that isn't
    the same old rehashed material. Excellent read! I've bookmarked your site and I'm including
    your RSS feeds to my Google account.

    Here is my blog post slc-wireless.com

    RépondreSupprimer

Je lis tous vos petits grains de sel. Je n'ai pas toujours le temps de répondre tout de suite. Mais je finis toujours par le faire. Vous êtes mon eau vive, mon rayon de soleil, ma force tranquille.
Merci par avance pour tout ce que vous écrirez.
Merci de faire vivre mes mots par votre écoute.