dimanche 5 septembre 2010

Ca, c'est fait!

Une rentrée de directrice, ça  ressemblerait assez au passage des quarantièmes rugissants. La manœuvre se négocie avec prudence, savoir-faire et une bonne dose d'inconscience. Oui, surtout ne pas trop penser à tous ces êtres humains que l'on a soudain sous sa responsabilité: une trentaine d'adultes, mais surtout presque trois cents têtes blondes, enfin non, pas toutes blondes bien sûr, mais des frimousses tellement craquantes, les petits cartables neufs qui ballottent sur des dos courbés par le chagrin de quitter maman, ou raidis par la fierté d'être enfin un grand, de rentrer à la "Grande Ecole". Des parents inquiets, émus de voir leur progéniture grandir, ou en colère parce que leur rejeton n'est pas dans la "bonne" classe. Le maire et toute son équipe qui vous accaparent le temps d'une photo pour le journal, avec des sourires d'élus auto-satisfaits,  pendant que cinq cents personnes ont investi la cour de récré si calme il y a un jour à peine...
Et le capitaine de ce bateau, moi,  qui me dois de répondre à chaque question, de connaître la place de chaque chose, de régler un à un les  problèmes qui surgissent comme autant de récifs ou de lames de fond.
Les vieux loups de mer barrent leur classe avec maîtrise, mais le petit mousse frais émoulu tremblote un peu en faisant l'appel, la gorge serrée par le trac.
Des convois d'enfants échelonnés montent les escaliers dans ce silence respectueux et intimidé des premiers jours, quand ils ne se sont pas encore approprié l'espace, quand le sillage des bonnes résolutions de rentrée laisse, comme une frange d'écume sur les flots, un  respect plein de retenue  dans les jeunes consciences. "Tu seras bien sage avec la maîtresse, hein? Cette année, pas de punition! Tu écoutes bien les leçons..."
Les parents s'éloignent, rassurés, soulagés, presque un peu en manque subitement de cris, de chahut, de disputes, d'énervements, passant le relais aux "professionnels" de l'éducation. Les vacances des parents commencent quand celles des professeurs s'arrêtent...
Dans le bureau, les tâches se précipitent: classer, ranger, étiqueter, planifier, téléphoner, envoyer des mails, faxer, scanner. Gérer l'urgence, la pénurie, l'incompétence parfois , de certains interlocuteurs,s'organiser pour ne rien oublier, noter au fur et à mesure, prendre de longues respirations pour s'emplir d'énergie.
Rester ZEN. Voilà le maître mot. Remplir des tableaux, faire des dossiers, un pour chaque problème, collecter, anticiper, préparer, synthétiser, analyser, comprendre, écrire des courriers, faire des demandes, quémander parfois même.Pour l'école. Pas facile par les temps qui courent...
Et rester ZEN.
Bon, la rentrée, ça c'est fait. Le cap Horn est doublé, un océan  s'ouvre devant moi, je l'espère pacifique.

20 commentaires:

  1. bonne rentrée, Célestine!
    pacifique, oui, mais on s'inquiéterait si tout était trop calme aussi, n'est-ce pas ;-)

    RépondreSupprimer
  2. J'imagine en effet le travail que ce doit être!
    Mais tu es le meilleur capitaine du plus beau des océans.
    Bises
    Math

    RépondreSupprimer
  3. Bravo ! Deux fois bravo ! D'abord pour ce cap franchi mais surtout - et tu sais à quel point j'y suis sensible - pour ce billet si bien écrit, capitaine ! Un petit bijou....
    Bons baisers de partout :-)

    RépondreSupprimer
  4. bravo!
    tu as bien gérer ce cap.;il en reste encore...de plus durs,de plus beaux,mais cela viendra en son temps..profite bien de ce 1er passage..;
    bon vent capitaine...et comme dit la chanson "qui les 3 caps a passé,au vent a le droit de pisser" ;-)

    RépondreSupprimer
  5. Et voilà, tu entres dans l'océan de la Solitude du Pouvoir. Il suffit de garder le cap, de serrer les dents, et de sourire tout miel aux ordres d'en Haut, tout en pestant tout bas sur l'éternelle question que l'on va sans cesse te poser: Bon, on fait quoi maintenant?

    RépondreSupprimer
  6. Si tu savais comme j'aime te lire surtout quand tu parles de ton métier ... On y sent tellement d'amour et de passion malgré les tempêtes ! Tu voudrais pas devenir ministre de l'éduc. ????

    RépondreSupprimer
  7. Pacifique? Pas sûr. Mais profond et empli de trésor, certainement.
    Bisous, le pire est derrière le dos, pour le reste tu es assez créative.

    RépondreSupprimer
  8. Ici la rentrée c'est le 13 septembre, alors ce matin à la boulangerie j'écoutais discuter les mamans qui n'en peuvent plus après 3 mois de vacances et pas le sou pour distraire leurs doux agneaux.
    Bon vent pour le reste de l'année Célestine, pas trop de vagues, un souffle continu...

    RépondreSupprimer
  9. Célestine, ce billet est magnifique! Comme il dit bien les mille et une taches auxquelles tu es confrontée, le stress de la rentrée pour la directrice que tu es, pour les profs, les enfants et les parents!
    Et puis comme dit un commentaire, comme au dessus de tout ça, on sent l'amour que tu as pour chaque tête "blonde"...
    Bonne rentrée à toi!!! Bon courage surtout!

    RépondreSupprimer
  10. Ahhh!!Vos commentaires me vont droit au coeur!
    Oui j'aime les enfants, je crois très fort à l'éducation dans le respect, la joie, la compréhension, et j'aime aussi organiser, planifier, faire en sorte que chacun se trouve bien là où il est, que chacun puisse se consacrer à sa tâche sans le souci des contingences matérielles.Je m'en vais te les bichonner,mes collègues, une troupe qui a bon moral est tellement plus efficace.
    Merci vraiment pour vos compliments, ça m'aide à maintenir le cap. Devenir ministre de l'éducation? je suis beaucoup trop bisounours, pas assez tordue pour faire de la politique...Pas de place pour Candy dans le royaume des requins. Pourtant, j'en aurais de bonnes idées à leur soumettre pour améliorer l'Ecole!
    Il paraît, d'après mes amis, que j'ai souvent recours à des métaphores marines ; ce doit être dans mes gènes...Peut-être ai-je été bercée par ce très beau poème de Baudelaire:

    Homme libre, toujours tu chériras la mer!
    La mer est ton miroir; tu contemples ton âme
    Dans le déroulement infini de sa lame,
    Et ton esprit n'est pas un gouffre moins amer.

    gros bisous à tous
    *****Célestine*****

    RépondreSupprimer
  11. Bon courage pour la suite, car ce n'est que le début, hein ?

    RépondreSupprimer
  12. Ce que tu racontes me rappelle comme j'ai aimé les rentrées et leur "bouclage" lorsqu'on a la responsabilté de centaines d'enfants, qu'on représente l'espoire d'un millier de parents( j'avais 540 élèves) et qu'on est le lien entre les élus et tout ce monde plus les collègues. Bravo! c'est pour moi le plus beau métier du monde!

    RépondreSupprimer
  13. ton texte suscite 2 réflexion pas vraiment opposées,distinctes en tout cas.
    - d'un côté cela me rappelle cette sorte de jouissance de l'action un peu tous azimuts que j'ai connu dans un tout autre domaine, certes, mais le fond des choses est identique...

    - d'un autre côté je pensais : ouf ! Tout cela est derrière moi et je suis vraiment passé dans une autre forme de bonheur d'être et aussi d'agir.

    Comme on dit, il y a un temps pour tout... !!

    ------------
    quant à ce que tu as dit : pas de problème ! Tu es taillée pour la course au large !

    AlainX

    RépondreSupprimer
  14. 'Taillée pour la course au large", oui, je suis d'accord avec cette formule, ça te va comme un gant.

    je suis en admiration devant ton enthousiasme, et tu sais que ce trait de caractère est très contagieux !
    alors, sache le, tu contamines tout le monde, et moi y compris; "qu'on se le dise".
    Bon courage pour la suite.

    RépondreSupprimer
  15. bonjour Célestine!
    merci pour ton passage sur mes "petites histoires" ! j'admire mes amies qui comme toi ont en mains la barre du navire-école! je fus instit en maternelle dans une autre vie , et , bien que passée du côté intervenante extérieure , je suis toujours restée au contact !
    bravo pour ton engagement , ta passion! à bientôt peut-être , alors! je ne suis pas sure d'être là toutes les vacances , mais contacte -moi par mail ( indiqué sur ma page profil) Bon dimanche!

    RépondreSupprimer
  16. Ah j'aime bien l'humour du Chat de notre Philippe Geluck national. Je te souhaite un bon dimanche, Célestine.

    Sur mon blog des écrivains belges, il y a trois articles sur la rentrée littéraire, avec notamment des auteurs édités chez Chloé des Lys. Tu en sauras un peu plus sur le fonctionnement de cette maison d'édition. Va voir aussi le blog de Bob Boutique qui consacre beaucoup de temps à la promotion des écrivains belges et étrangers édités chez Chloé des Lys.

    RépondreSupprimer
  17. Une passion ?
    Un sacerdoce oui...
    C'est beau quelqu'un comme toi.
    Mais pourquoi y'en a pas partout ???

    RépondreSupprimer
  18. Comme c'est joliemment raconté ! Vu de l'autre côté. Mais tu ne serais pas la directrice de l'école de mon petit ? ha non, nous c'est un directeur... mais c'est tellement bien raconté, que je me serais cru y être !
    Bonne année scoalire alors, Madame la Directrice !

    RépondreSupprimer
  19. Kabotine, merci. Est-ce la première fois que tu viens chez moi? Hou là! je perds la mémoire.Tu es la bienvenue en tous cas.
    Cannelle Toi il me semble bien que je ne t'ai jamais vue...Quoi que...
    merci pour ton commentaire élogieux.
    Petit Belge, je n'ai pas de nouvelles de mon manuscrit chez CDL, je crains qu'il ne se soit perdu...
    Croukougnouche, sois sûre que je te contacterai!
    Françoise: tu as toi aussi une bonne dose d'optimisme après tous tes malheurs!

    Alain: somptueux compliment venant de ta part: je ne sais pas pourquoi tu m'impressionnes à ce point...
    Marie Madeleine: wouaou, 540 élèves! je suis larguée avec mes 286.mais tu as raison, c'est le plus beau métier du monde!
    Berthoise.Oui c'est le début d'une grande aventure...


    Bises à tous
    *****Célestine*****

    RépondreSupprimer
  20. Kabotine, merci. Est-ce la première fois que tu viens chez moi? Hou là! je perds la mémoire.Tu es la bienvenue en tous cas.
    Cannelle Toi il me semble bien que je ne t'ai jamais vue...Quoi que...
    merci pour ton commentaire élogieux.
    Petit Belge, je n'ai pas de nouvelles de mon manuscrit chez CDL, je crains qu'il ne se soit perdu...
    Croukougnouche, sois sûre que je te contacterai!
    Françoise: tu as toi aussi une bonne dose d'optimisme après tous tes malheurs!

    Alain: somptueux compliment venant de ta part: je ne sais pas pourquoi tu m'impressionnes à ce point...
    Marie Madeleine: wouaou, 540 élèves! je suis larguée avec mes 286.mais tu as raison, c'est le plus beau métier du monde!
    Berthoise.Oui c'est le début d'une grande aventure...


    Bises à tous
    *****Célestine*****

    RépondreSupprimer

Je lis tous vos petits grains de sel. Je n'ai pas toujours le temps de répondre tout de suite. Mais je finis toujours par le faire. Vous êtes mon eau vive, mon rayon de soleil, ma force tranquille.
Merci par avance pour tout ce que vous écrirez.
Merci de faire vivre mes mots par votre écoute.