lundi 27 juillet 2009

Une belle rencontre


Pendant les vacances, depuis vingt ans, mes parents tiennent bénévolement ,tous les jeudis, au profit des bonnes oeuvres de la paroisse, une petite boutique , adossée au sanctuaire qui domine leur village, perché à 2000 mètres d'altitude. Point de départ de nombreuses randonnées, c'est aussi un lieu de recueillement et de calme. Les vaches investissent les lieux avec une certaine désinvolture, en liberté surveillée quand même, car leurs clarines ponctuent le silence de leurs tintements graves et doux...Je ne manque jamais le rendez-vous de ce moment hors du temps. Et ce jeudi 16 juillet, ce fut encore plus extraordinaire , car nous avons partagé notre repas avec le père P....... (respectons son anonymat) Imaginez un homme de bientôt 80 ans, droit comme un i, arrivant à moto, et se mettant tout de go à parler grec et latin. Un homme qui pour être prêtre, n'en est pas moins un amoureux de la vie, des bonnes choses: un petit apéritif à l' absinthe , la boisson des peintres maudits, assortie de quelques toasts aux oeufs de lumps, peu commun dans les sacs à dos! une ratatouille arrosée d'un petit verre de rosé bien frais: un pique-nique de grand art! Nos sandwiches faisaient pâle figure mais nous les dégustâmes cependant de bon appétit, tout en devisant de sa jeunesse , de ses études brillantes, de ses voyages innombrables, son humour, son amour des belles lettres classiques.Soudain il se tourna vers mes ados et leur dit:
Tiens, une devinette les enfants:
Dans ces deux vers du Cid de Corneille, comment écrivez vous le dernier verbe?


"Quoi, j'
aurai vu mourir mon père entre mes bras,
Son sang criera vengeance et je ne l'
aurai pas?"


Evidemment , ils dirent tous deux d'une même voix : " C'est le futur du verbe avoir!"
"Eh bien pas du tout, jubila-t-il, c'est le futur du verbe ouïr!" en s'amusant comme un gosse de sa bonne blague.

"Quoi, j'
aurai vu mourir mon père entre mes bras,
Son sang criera vengeance et je ne l'
orrai pas? "

La dictée de Pivot à 2000 mètres d'altitude, ça n'est pas tous les jours...


Son savoir encyclopédique me laissa rêveuse, là, au milieu des sapins, au bord du torrent fougueux de mon enfance. Mes enfants, qu'il trouva fort bien élevés, pour ma plus grande joie, en sont restés comme deux ronds de flans.

2 commentaires:

  1. une histoire vraiment sympa...
    mathéo

    RépondreSupprimer
  2. http://www.rueverte.fr/faq.php?faq=14&section=22

    Chère Delphine, je te rassure, l'absinthe est légale en France (voir lien pour info) ...Mais peut-être est elle interdite en Belgique?
    Notre ami le père P...... ne risque donc pas la prison! Pour répondre à ta question sur les montagnards...je ne sais pas. Tout dépend de ce que tu entends par "rude". J'ai toujours apprécié la compagnie des gens qui aiment la montagne, car ils lui ressemblent: ils ont une majesté, un calme, une constance, et un regard transparent comme un lac d'altitude. Il faut être d'une trempe particulière pour se lever la nuit, marcher des heures dans de grosses godasses, supporter le soleil, le vent, le froid, la chaleur, les mouches, les ampoules, les courbatures, monter monter , toujours plus haut...et redescendre en écrabouillant ses orteils dans le fond de ses chaussures.Et cela ne dépend pas, à mon avis, du côté des Pyrénnées où on se trouve.Mais seulement d'une qualité qui fonde le meilleur de l'humanité: celle de trouver toujours le positif qui transcende la difficulté. Je me sens l'âme d'une montagnarde à chaque instant de ma vie.
    Bises
    Célestine

    RépondreSupprimer

Je lis tous vos petits grains de sel. Je n'ai pas toujours le temps de répondre tout de suite. Mais je finis toujours par le faire. Vous êtes mon eau vive, mon rayon de soleil, ma force tranquille.
Merci par avance pour tout ce que vous écrirez.
Merci de faire vivre mes mots par votre écoute.