mardi 11 février 2020

Cette légère vibration de l'air...

Elle a toujours les yeux ouverts
Et ne me laisse pas dormir.
Ses rêves en pleine lumière
Font s'évaporer les soleils
Me font rire, pleurer et rire,
Parler sans avoir rien à dire.
Paul Eluard





Je l'ai trouvé ravissant, ce bouquet de prunus en fleurs, que Lucile m'a délicatement offert aujourd'hui. Suave, élégant. La beauté de la simplicité absolue.
Un petit reste du billet précédent, sans doute, maintenant que le bruit du torrent s'est dissipé dans les brumes de l'hier : ce bouquet m'a évoqué le Japon. A une de ces aquarelles fines que Chinou peindrait sans doute avec grâce.
C'était l'anniversaire de Claude aujourd'hui. Mon gentleman des plaines picardes, tu es loin, mais j'ai pensé à toi. Je pense souvent à toi. A Clarisse, à Léna. A ce banc où je m'assois parfois, comme dans un songe.
Jacques est passé boire le café. Le vent du sud soufflait doux. Un merle, à sept heures du matin, quand la nuit paresse encore un peu du côté de l'ouest, tirait des plans sur sa comète. Deux écureuils se fritaient la queue, on aurait dit deux flammes autour de la mangeoire aux oiseaux. J'ai pensé à Françoise.
J'ai fait des sablés à la vanille, et du thé à la bergamote. 
Au marché,  j'ai croisé Nadine et Jean-Yves, deux autres comètes au pas de gymnastique, trop pressés pour prendre un café. Leur cours de Pilates les attendait...Drôle de nom pour une discipline sportive. Doit-on se laver les mains avant de pratiquer le Pilates ?
Puis je suis allée chez Jean-Marc, enfin dans sa librairie, ma caverne d'Ali Baba, mon triangle des Bermudes, mon losange de Michaelis. Je n'ai plus compté le temps. 
Une heure ? Deux heures ?
En sortant, j'ai vu que les nuages jouaient leur ombre contre un peu de soleil. C'était beau comme un Sisley.
Ma soeur m'a fait rire avec son billet du jour.
J'ai travaillé à un secret, je ne peux encore rien dire, chut ! Je suis écoutée, et lue... Mais cela m'a chauffé l'intérieur mieux que mon café crème au comptoir de chez Nico. Mais oui, vous saurez...
Seul mon ami Petrus est dans la confidence, mais je sais qu'il ne dira rien.
Les amis, ça tient les secrets au creux de leurs mains, serrées comme des bourgeons de marronnier. Les amis, ça ne te trahit jamais. Ça te connaît, et ça t'aime quand même.
Anne-So a passé une biopsie à la clinique, Véro s'est déchiré le tendon. Je pense à Mathilde et à son chagrin. La vie c'est parfois comme une diligence qui perd une roue sur les cahots du chemin. J'ai pensé à tous ceux dont je n'ai plus de nouvelles.
Mes journées ont mille parfums. Mille éclats. Aujourd'hui, comme chaque jour, j'ai senti l'odeur de l'amour, du café, du pain grillé, de l'herbe sèche, des pins et du linge au vent. Le fumier dans le champ. Les ravioles au pesto et le parmesan. 
Et toujours, cette légère vibration de l'air que seuls sentent ceux qui ont des antennes.
Avec en plus, quelques fleurs de prunus
Et mon amour qui me déclame comme de l'Eluard avec ses yeux et j'ai le coeur en confiture...





L'humour de ma soeur, j'adore !


105 commentaires:

  1. Ca sent le printemps chez Céleste...
    J'aime :-)
    Ti bacio Cara

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'hésite entre me réjouir, et me lamenter parce que c'est trop tôt, et pas normal...
      Et puis mince j'ai envie de me réjouir quand même, parce que me lamenter ne fera pas davantage avancer le schmilblick...
      Ça me fait plaisir de te voir commenter en premier, comme au bon vieux temps... :-)

      Baci forte
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
    2. Se réjouir, se réjouir. Toujours se réjouir, Célestine.

      Supprimer
    3. Oui la joie est une force intime, qui m'aide depuis toujours.
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  2. Blutchy me l’a ôté de la bouche et pourtant je pensais bien être le premier !
    Ça sent le printemps, oui, et surtout l’amour.
    Elle en connaît du monde notre belle taulière :)))

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Hier était une journée type de ma vie actuelle. Remplie de surprises, de petits signes et de grandes joies simples.
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
    2. La vie telle qu'on l'aime ma sis adorée...

      Supprimer
    3. Je peux désormais chaque matin dire que j'aime ma vie.
      Big kiss sister
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  3. Je dirai aussi que ça sent gentiment le printemps avec ce merle chanteur, ces écureuils qui se chamaillent. On ne peut pas dire d'eux...qu'ils se prennent le bec. Et puis ces gens que tu nomment traversent ta vie et la remplissent de petites choses toutes douces qui illustrent l'amour et l'amitié. Que serait l'être humain sans cela, sans ceux-là? Quant au cafard...éclat de rire!

    Bises alpines.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Quelle leçon nous donnent les animaux de la forêt...
      J'ai oublié dans ma liste de petits bonheurs une très belle lettre d'amitié que j'ai reçue, d'une belle frangine, et à qui je n'ai pas encore répondu...
      Bises printanières
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  4. Elle est jolie cette note, légère et grave comme la vie. Et oui, le bouquet est ravissant...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Légère et grave...Voilà un de mes thèmes récurrents, chère Sophie.
      La légèreté et la profondeur sont les deux mamelles de Célestine. Ben quoi ? :-)
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  5. Ils sont biens tes amis (on a ceux que l'on mérite) !
    Bises...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu en fais largement partie mon Boss.
      Je ne pouvais pas tous les citer.
      Bises émues
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
    2. On a les amis qu'on mérite, oui. Et c'est parfois réconfortant, parce que les amis, ce sont aussi des miroirs dans lesquels on peu lire sa propre valeur. Et il y a parfois des surprises surprenantes...

      Supprimer
    3. On se voit toujours beau et grand dans les yeux d'un(e) ami(e)
      C'est sans doute cela, la magie du miroir du coeur.
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  6. Gardons nos ami·e·s et gardons-nous des tables à repasser qui foutent le bourdon.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Muahahaha !
      Quelle rigolade cette photo...
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  7. La vie,l'amitié…….La vie peut être une douce symphonie !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Elle devrait l'être tout le temps...Elle pourrait l'être tout le temps...
      Quand on sait prendre la magie dans le moindre grain de soleil...
      •.¸¸.•*`*•.¸¸✿

      Supprimer
  8. Alors la frangine revisite "fenêtre sur cour"? Ah bé ça alors...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ben oui, et certains de ses voisins ont des mines franchement inquiétantes ^^
      Oh, mon Bof, comment que ça me fait plaisir quand tu passes...
      Tu prends un café ?
      •.¸¸.•*`*•.¸¸✿

      Supprimer
  9. Tu n'as pas été prise dans une tempête. Ce sont tes lecteurs, qui, dans les frimas de l'hiver ont sorti leurs lances et, sur ton terrain ont entonné "C’était un soir la bataille de Reichshoffen Il fallait voir les cavaliers charger. Attention cavaliers, chargez !" Ça, ce n'est guère ton "truc". Tu es plutôt du style à te réchauffer d'amitié et de partage. Je suis très réceptive à l’humour de Mam'zelle p'tite soeur. Sois gentille de le lui dire.
    Merci de me compter au nombre de tes amis.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je lui dirai, ne t'inquiète pas !
      Nous avons une très belle relation, ma soeur et moi.
      Je regrette juste qu'elle ait choisi face de book plutôt que son blog pour me faire sourire...
      Oh non, ce n'est pas mon truc, les conflits...Notre ami Blutchiamo t'expliquerait certainement que c'est à cause de la planète mars qui se balade dans le signe du Cancer...
      Bref, je garde au fond de moi le vieux rêve fou de la paix dans le monde...C'est te dire si je suis indécrottable !
      Bien sûr que je te compte au nombre de mes amis.
      Nos fous-rires au téléphone sont une belle thérapie.
      Bises douces
      •.¸¸.•*`*•.¸¸✿
      •.¸¸.•*`*•.¸¸✿

      Supprimer
    2. A quand le prochain ? Pas trop le coeur à rire en ce moment, j'attends que tu dégaines en premier MDR

      Supprimer
    3. Je dégaine dès que je peux ma Chinou. Promis !
      Et haut les cœurs la vie est beautiful ❤️

      Supprimer
    4. C'était bon de t'entendre ce soir...
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  10. Si, les amis peuvent faire mal, involontairement , plus ou moins consciemment . Ils sont parfois comme sur une portée musicale l'un en clé de sol, l'autre en clé de fa. Mais quelle qu'elle soit, il y a des silences, des altérations, des soupirs et au bout du compte, l'harmonie l'emporte. Les amis, les vrais , se pardonnent et le fil de leur affection n'en est que plus renforcé. Dans ce domaine là, il en va de l''amitié comme de l'amour d'un vieux couple. Je te dis merci, et nul besoin de t'expliquer pourquoi. Je t'embrasse

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est vrai. Quand on a compris que nous sommes tous des êtres humains imparfaits, l'essentiel du travail est là : se demander si cela vaut le coup de balayer une amitié d'un revers de main, ou s'il vaut mieux mettre entre parenthèse son ego blessé pour pardonner...
      J'ai choisi de pardonner.
      •.¸¸.•*`*•.¸¸❤️

      Supprimer
  11. Ah je suis contente, j'ai reçu un avis dans ma messagerie annonçant ton billet du jour dont je me suis délectée.
    Tu m'as donné l'envie de me faire un bouquet de prunus pour l'admirer aussi at home !
    Belle journée..........

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ravie que ma newsletter te parvienne !
      Ce bouquet est une merveille. C'est comme un grand air frais et fleuri qui entre dans la maison.
      Et il en dit long sur la personne qui me l'a offert...
      Bisous ma belle eMmA
      •.¸¸.•*`*•.¸¸✿

      Supprimer
  12. Gratitude émerveillée si chère Miss W. Merci pour Clarisse et Lena. Bien peu, si peu m'en ont parlé ainsi.
    Si tous les bancs du monde
    Voulaient se donner la main
    On ferait un chemin de ronde
    Qui nous voudrait du bien.

    PS. Ton gentleman des plaines, ces temps-ci, et entre nous, ne s'est pas forcément conduit avec la plus grande élégance. Dame, il n'est qu'un homme, ma Celeste.

    https://www.youtube.com/watch?v=X6VC9zAd6lM&list=RDX6VC9zAd6lM&start_radio=1

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Elles sont là-haut, dans le carré des anges, avec Romeo, le Petit Prince parti trop tôt, et jamais je ne pourrai les oublier.
      Merci pour la chanson, elle me touche profondément.
      Comme tout ce qui vient du coeur.
      Mais qu'est-ce que c'est que cette auto-dévalorisation ? Il s'est très bien conduit, ce gentleman. Je consulte mon carnet de moleskine : non, que de bonnes notes. Rien à redire.
      Atttb and strong kisses.


      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  13. Comme c'est joliment dit, un souffle de bonheur, il faudrait que je me mette à l'écoute... Une surprise ? Attendons...
    Eluard et sa belle langue qui chante, j'aime tant....
    Ton programme me plait beaucoup Célestine, merci pour ce bon moment...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'aime les mots d'Eluard, si pleins, si beaux.
      Merci de passer respirer mon petit souffle doux.
      Je pense à toi.
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  14. La sagesse du temps dans les caresses de fleurs fragiles, éphémères, comme la vie somme toute.
    Des fleurs dans la vie, dans une chambre d’hôpital, c'est un de tous ces mots que l'on ne sait pas dire. L'air tremble alors plus fort que nos mains, dans une étrange attente où seul le cœur bat encore.
    Ce matin, venir te lire m'apaise. Merci.
    Bises roses, fragiles et silencieuses.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ta maman, sans doute ? J'ai tellement ressenti la même chose, il y a si peu de temps.
      Et ton bel alexandrin « c'est un de tous ces mots que l'on ne sait pas dire »...me rappelle que tu es un vrai poète, quelles que soient les circonstances...
      Bises apaisantes
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
    2. Non, pas ma maman, mais une grande et vraie amie.
      Elle a la valeur de ma maman que je n'ai pas eu le bonheur de connaitre.
      Alors, dès que possible, je m'accroche aux mots.
      Une chose de plus que nous partageons.
      Merci Célestine pour ton passage.
      Bises étoilées.

      Supprimer
    3. De tout coeur avec toi, lamipoète.
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  15. Au printemps bourgeonnent toutes les nouvelles vies qu'on croyait inaccessibles, passées, loin derrière, et en tout cas plus devant. Mais le printemps, ah le printemps, il chante et dit "mais non, que tu es bête... It aint over till it's over!"

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Lenny Kravitz, sors de ce corps ! ;-)
      La renaissance de la nature, en tout cas, frémit doucement entre le 10 et le 20 février, chaque année...
      Et l'on se sent rajeunis...
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  16. https://images.app.goo.gl/wRtraAk257UDwVM8A

    Tu m'as amusé avec ton Pilates....
    Je connaissais bien sûr celui qui ponce avant de se laver les mains...
    Et là, quand je découvre cette belle grosse boule grise je me demande si j'aurais encore la souplesse nécessaire à ces exercices.....
    Hier je me suis cantonné à peindre parmi d'autres galles une plus grosse d'un beau gris que m'évoque justement cette illustration de la discipline sportive.
    Cette galle que j'avais préalablement légèrement poncée . Il est vrai qu'après avoir enduit pas moins de 50 de ces petites boules, il était temps que je me lave les bouts des doigts....

    A ton tour, amie Céleste, toi qui est dans la confidence sur la destinée de ces boules offertes par mère nature, je sais que tu ne trahiras pas mes intentions.....

    Je salue comme toi cette annonce précoce du printemps. Ce printemps qui me verra marcher aupres des arbres, afin de les alléger de leurs boules parasites.

    Que serait la vie sans amitié, sans amour ?
    J'ambitionne comme toi d'être un messager porteur de ces beaux sentiments pour qu'ils agissent de par le monde comme autant de lumières paisibles et fraternelles.

    Bises multicolores

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mon amie Nadine a bien apprécié ces belles images, qui montrent bien ce que c'est que le Pilates...Il paraît que la discipline porte le nom de son inventeur...
      Je sais que tu fais de très jolie choses avec ces petites perles de chênes...Et non, je ne trahirait pas ton secret.
      Belle fin de semaine, mon ami.
      Bises ravies
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  17. Début février.
    Un billet printanier.
    Quelle belle idée.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah oui, belle idée de faire un haïku de printemps, madame Chapeau.
      Il est tout à fait ravissant.
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  18. C'est joli, frémissant. C'est comme tout un tas d'histoires de rencontres, d'amitié, d'amour, "d'amourtié", différentes et équivalentes, qui s'emboîtent les unes dans les autres et forment une ligne de vie qui fleurit la vie, l'embellit, des histoires d'amour gigognes...
    Bises souriantes

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est en tout cas ma façon toute personnelle de voir la vie.
      Un miracle permanent fait d'amour et d'amitié.
      Entrecoupé d'orages, j'en ai eu quelques uns, mais je cultive les arcs-en-ciel depuis.
      Bises irisées ;-)
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  19. tes mots sont légers, aériens, dansants
    C'est vrai le printemps pousse le bout de son nez
    et cela fait du bien!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est certes un marronnier des blogs, chaque année, mais comment ne pas se réjouir de cette renaissance ?
      Alors tant mieux si cela te fait du bien, Coum.
      Je ne demande pas mieux. ;-)
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  20. Bonjour Célestine,
    Tu as beaucoup d'amis, c'est bien... Combien sont de la vraie vie ou virtuels, peu importe... L'important est que tu les aimes et qu'ils t'aiment,
    bises,
    Mo

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. TU as raison, j'ai fait un savant mélange de mes amis de la toile et de ceux de la « Vraie vie »...
      Les deux listes s'imbriquent tellement que je ne sais plus les distinguer...
      Bisous, belle jardinière !
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  21. J'hésite entre deux Haikus et je choisis de ne pas choisir parce que l'un et l'autre me parlent de toi
    "matin de printemps/ mon ombre aussi /déborde de vie" Il est de Issa
    et celui-ci , comme un clin d'oeil à notre conversation d'hier
    " Vol bleu des mésanges/plus un ver à l'horizon/ un verre en terrasse"
    bref ce partage de mots est un plaisir, Célestine qui n'a pas lu tous les livres et pour laquelle,c'est bien sûr ,la chair n'est pas triste (pour paraphraser Mallarmé)!!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu as bien fait de ne pas choisir. Les deux sont très beaux.
      De qui est le second, plus mutin ?
      Merci de me comparer (même si c'est en paraphrase) à Mallarmé.
      C'est vrai, j'ai la chair plutôt joyeuse, je confirme !
      Je t'embrasse, chère Lucile. Ta branche de prunus fait merveille dans le salon.
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  22. Un texte qui a des senteurs printanières et des lumières qu'on respire, entre un bouquet qui te ressemble, et un éclat de rire de la sœurette, qui a le mérite de me faire voir autrement le cafard qui me grattouille.
    Et puis j'ai découvert le Pilates par les images de mon « moteur qui cherche à ma place ». Super ! Que des nanas ! Juste un barbu perdu dans un groupe féminin…
    j'en aurais presque aperçu des losanges de Michaelis !
    C'est dire si la journée finira bien…

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Hé hé ! tu es un connaisseur, mon Babar. le losange de Michaelis est quand même, il faut le reconnaître, une des plus belles figures géométriques qui soient. Pilates ou pas.
      Je te serre dans mes bras (ça c'est pour effacer le cafard qui te grignote)
      Bisous rassérénants.
      •.¸¸.•*`*•.¸¸❤️

      Supprimer
    2. Tu sais que tu sais t'y prendre, toi, pour me faire du bien ?

      Supprimer
    3. C'est une de mes qualités, c'est vrai... (tu as vu comme j'ai fait des progrès en estime de moi ?) ;-)
      J'aime faire du bien...
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  23. Un billet léger et doux comme le printemps, irisé comme ces fleurs d'arbuste.
    À l'heure où j'ai griffonné un vague brouillon, j'étais justement à proximité d'un prunier en fleur ; petite note de fragilité sur fond de ciel bleu.
    C'est probablement cette même vibration de l'air qui a amené ce cafard à s'approcher de la fenêtre, ses antennes ayant capté le frissonnement. Il ne savait pas qu'il allait se faire capturer par l'œil aiguisé de ta sœur.
    Je vois que je ne suis pas le seul à travailler à un secret... ! ;)
    Allez zou, Célestine, y a le printemps qui te réveille,tu as son bonjour ♫♫♫

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ciel, qu'ils étaient mal habillés, dans ce Big Bazar ! Pour ne pas dire franchement ridicules. Et pourtant, comme j'aimais leurs chansons...
      Tu me diras ton secret ? A l'oreille ? Allez, hein, dis oui... ;-)
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
    2. J'aimais faire cette blague à mes petites nièces, lorsqu'elles étaient Petites. "Viens,je vais te dire un secret à l'oreille", et c'est exactement ces mots-la que j'utilisais, à voix chuchotée, "un secret à l'oreille".
      Certaines goutaient mon sens de l'humour, tandis que d'autres me regardaient avc des yeux tout ronds😊

      Supprimer
    3. Ça ne répond pas à ma question, tonton !

      Supprimer
    4. Les secrets sont, par définition, secrets. C'est ce qui les caractérisent !
      Mais dire mon secret de fabrication à l'oreille, ça va pas être facile ...!

      Supprimer
    5. Bon ben tant pis, j'aurai essayé... 😢

      Supprimer
  24. Comme j'aime ton billet, il est comme des brassées d'amour distribuées sans parcimonie. Et ça j'aime infiniment, quand l'amour se déploie, ne reste pas capturé, qu'il vole au gré des alizés. Merci d'être heureuse et de l'écrire, ça mets du baume sur mon petit coeur encore fragile ... Je t'envoie un nuage de tendresse petite sœur.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je le sens qui se raffermit, ce petit coeur. Tu vois bien que c'est possible, ma chère douce...
      Merci pour ton nuage de tendresse.
      Je t'embrasse du fond du coeur.
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  25. Oh, comme ce projet semble beau... et bon .... et réjouissant ! J'attends d'en savoir plus !
    Bonne journée.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, tout à fait...J'en parlerai bientôt... :-)
      Belle fin de semaine, cher bonheur du jour.
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  26. On t'imagine bien le nez en l'air, le sourire aux lèvres profiter de cette belle journée, de ce printemps précoce mais attendu...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est vrai, c'est sans doute que je suis un peu ...prévisible ! Mais j'aime tellement ça, profiter un maximum, et là, je vis une superbe embellie.
      Bisous Manou
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  27. Je lisais justement ce matin un article sur nos liens aux autres, si essentiels, et pourtant si galvaudés par notre époque de vitesse. Ton billet sent bon l'amitié et le cahin-caha de la vie, un peu comme dans un film de Claude Sautet : "Célestine, Lucile, Claude et les autres". C'est doux, on a envie de rester un peu.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'avoue que tu me touches au coeur avec ta référence cinématographique.
      J'ai toujours adoré les films qui privilégient l'étude des relations humaines. Et Sautet était un maître en la matière.
      Reste tant que tu voudras...
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  28. Quelques jonquilles, des soucis tout l'hiver. Pas beaucoup de fleurs encore, mais les jours rallongent et ça c'est bon.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Des soucis tout l'hiver ?! Oh my god...
      Meuh non, je plaisante
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  29. Du prunus en fleur, quel bonheur!!! Tu en as de la chance d'avoir de si jolies rencontres tout au long du jour… ne m'écoutes pas, je suis grognon aujourd'hui, le vent de nouveau souffle et ébouriffe et me tient prisonnière… bises ma belle

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je n'ai rien vu, rien entendu !
      D'ailleurs je suis sûre que tu vas déjà mieux, ma Brizou...
      Gros Bizou de soleil
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  30. Je vais aller un peu à contre-courant, mais l'hiver me plaît (sauf la neige et le verglas pour les difficultés sur les routes). Qu'il fasse noir plus tôt ne me dérange pas. J'aime le côté feutré, cocooning de l'hiver, bien au chaud à l'intérieur chez soi. Les saisons ne jouent pas sur mon moral.

    Bonne fin de semaine Célestine. C'est rare mais j'ai mis une poésie sur mon blog...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu sais, depuis que ma vie a été touchée par l'amour, je ne crains plus aucune saison...
      Et ce n'est pas aller à contre courant de dire que j'aime l'hiver, les gros pulls de laine, les feux de cheminée et le thé bien chaud...
      Tu es un heureux caractère et un philosophe, petit Belge. Tu as compris qu'il ne sert à rien de râler contre le temps qu'il fait (ni même celui qui passe, d'ailleurs...)
      Mais ce n'est pas parce que l'on se réjouit des premiers rayons de printemps que l'on n'aime pas l'hiver ...
      Je vais aller voir ton poème
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  31. Je t'imagine, valsant d'une personne à l'autre dans ton kaléidoscope lumineux. C'est tout simplement beau.J'ai hâte de connaître ce mystérieux secret à peine ébauché...
    Je suis pliée par le cafard géant de ta soeur ! Il faut apprendre à se laisser saisir par l'étrangeté des choses ordinaires. Merci !!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah que j'adore ta dernière phrase !
      Elle est d'une finesse extrême : ne serait-ce point là la définition de la poésie. Ma petite soeur en est abondamment pourvue...
      Bisous !!
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  32. Voilà ! C'est à ça que ça sert, un blog ! A transformer le cafard en planche à repasser.

    (Je n'ose pas ajouter comme Françoise Hardy et Jane Birkin mais mon envie de me faire lyncher y est !)

    Il est où, le blog de ta soeur, Céleste nièce, que je fasse la connaissance de toute la famille ?

    ;-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Hélas, ma petite soeur a arrêté il y a longtemps son blog et maintenant elle publie ses petits délires sur Face de Bouc... J'avoue que j'en ai été contrariée un temps, mais si elle préfère, c'est son choix et je le respecte.
      Je te mets quand même le lien... Tu vas voir c'est toutmignon et très poétique.
      Bises ensoleillées
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  33. Splendide cette branche d’arbre printanière : aérienne, délicate, et parfumée : trois adjectifs qui vous vont sans doute très bien, précieuse amie.
    La vie avec vous doit ressembler à un poème de Desbordes-Valmore.
    Quelle chance de faire partie de vos amis.
    Pour vous j’aurais plutôt les mots d’Aragon :

    Tes yeux sont si profonds qu'en me penchant pour boire
    J'ai vu tous les soleils y venir se mirer
    S'y jeter à mourir tous les désespérés
    Tes yeux sont si profonds que j'y perds la mémoire ...

    ~L~

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Comment vouez-vous que je résiste à Eluard, à Aragon, à tous ces grands poètes qui surent si bien chanter l'amour et parler à la femme de leur vie ?
      Merci pour les Yeux d'Elsa, ça me touche, cher et délicat lecteur.
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  34. Il m'a semblé voir vibrer les antennes du cafard. Il doit se tordre de rire ce qui prouve bien que ce qu'a vu ta soeur n'est pas une planche à repasser ! CQFD
    Bisous et merci pour ce joli bouquet de fleurs

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Muahaha ! ùaos tout à fait. L'invasion des cafards géants est annoncée prochainement, d'ailleurs ...
      Bisous mariejo
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  35. J'aime beaucoup ton bouquet de prunus et la liste de tes amis, tu les mérites, tu es une tendre.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je le crois. Et je suis heureuse que tu t'en aperçoives... ;-)
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  36. Joli bouquet japonisant en effet, ici les pétales des pruniers pointent le bout du nez... Amusante la photo de ta sœur... elle a de belles antennes! ;-) Les amis, c'est précieux et échanger avec eux est un plaisir, car on s'est choisi!
    Belle journée et profite des petits bonheurs que la vie nous offre.
    Ma journée sera celle du pétale de prunier....;-)
    bisous

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu as raison : il y a toujours, même si c'est inconscient et obéissant à des règles un peu mystérieuses qui nous échappent, on se choisit mutuellement en amitié. C'est cela qui est beau.
      Mais n'est-ce pas la même chose en amour ?
      Bisous belle conteuse
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  37. Ah... Ce post semble moins apocalyptique que le précédent... Faisons donc comme les japonais, passons la journée sous les branches en fleur dans le silence le plus absolu, vibrant de nos sens avec la nature... Hanami !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'apprécie énormément cette contemplation des fleurs. J'ai vu le dernier film d'Alain Chabat, qui raconte l'histoire d'un occidental qui part voir les cerisiers au bout du monde pour l'amour d'une belle.
      Merci de m'apprendre le mot hanami
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  38. Merci pour ton petit clin d'oeil, Célestine, j'ai adoré me promener au milieu de tes mots. :-)
    Une jolie ode à l'amitié, à l'amour dont nous avons tellement besoin.
    Je t'embrasse fort, ma belle.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je n'ai pas pu citer tout le monde, mais tu avais toute ta place, toi qui adore photographier nos amis à plumes, dans ce post contemplatif de la nature au premier bruissement du printemps...
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  39. j'adore la délicatesse de ce bouquet et de l'atmosphère qui se dégage de la photo bien ajustée à ton texte, bisous

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ton oeil d'artiste fait merveille ici, ma Sylvie.
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  40. les fleurs fruitières sont inspirantes, le Japon aussi... On ne peut répondre aux choses douces qui touchent notre cœur que par d'autres choses douces qui touchent d'autres cœurs... Ainsi va la belle vie. Bises étoilées céleste Célestine, douce journée sous les précieuses effluves. brigitte

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. On ne peut répondre aux choses douces qui touchent notre cœur que par d'autres choses douces qui touchent d'autres cœurs
      Que j'aime cette phrase. Belle et vraie.
      Merci ma plume
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  41. Très joli billet, tout doux. Je pourrais presque sentir un parfum de fleurs et la caresse timide du soleil en le lisant...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ferme les yeux. Tu sentiras l'odeur de miel montant des fleurs, et la chaleur diaphane des rayons du matin dans la cuisine, à travers les vitres, quand le matin explose déjà en promesse de beau temps à travers les brumes.
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  42. Il faut tresser nos bonheurs avec mille senteurs, mille saveurs, mille rencontres , ta page est emplie de brindilles d'émotions qui s'enroulent comme de jolies rubans autour de tes mots...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Toujours poète Marie...
      Merci pour ces mots délicats ;-)
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  43. Bonjour Célestine, des mots qui dessinent les contours du renouveau printanier qui s'annonce et ce préambule de Paul Eluard , un délice !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Heureuse que tu apprécies toujours les mêmes choses que moi, cher musicos !
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer



Je lis tous vos petits grains de sel. Je n'ai pas toujours le temps de répondre tout de suite. Mais je finis toujours par le faire. Vous êtes mon eau vive, mon rayon de soleil, ma force tranquille.
Merci par avance pour tout ce que vous écrirez.
Merci de faire vivre mes mots par votre écoute.