lundi 4 novembre 2019

Maison à vendre






Toile de Matteo Massagrande







Mes murs se lézardent aux cris des hirondelles. Mon parc porte l’écho des rires d’enfants qui se sont tus depuis longtemps. Des grains de soleil passent à travers les branches, et les écureuils s’y faufilent. Tant de pages se sont écrites sur les carreaux de mes vitres diluviennes. Des doigts fins traçaient des cœurs dans la buée, les soirs d’automne et de châtaignes. Le feu crépitait et me ramonait le fourneau. Je vrombissais d'aise comme un gros chat gris assoupi. 
Désormais, il fait froid à verse dans mes corridors. Je suis la proie des fantômes en cavale, qui font grincer les lattes de mes planchers. 
Au printemps les jacinthes essaiment encore des chemins d’azur dans la pelouse. Comme si le ciel s’était émietté dans leurs pétales.
L’été quelques géraniums saignent à mes fenêtres. Et puis l’automne encore, empilant ses cailloux gris et éparpillant les feuilles dans un grand bruit de bottes vertes.
Et l’hiver à nouveau, et le soleil qui s’éteint toujours plus tôt, laissant le gel fendre mes pierres. Cycle éternel, un peu plus vieille chaque année, j’aurais besoin d’une bonne cure, un lifting des persiennes, un botox du crépi.
Mon toit accueille l’air par des trous improbables. Mes tuiles bleues se font la malle...Je prends le vent et l'eau, je pars du fondement. Ô temps pourri ! Ô Maurice ! Je suis foutue, misère !

Eh, mon amour, tu ne veux pas qu'on rachète cette bicoque ? Regarde, rien n'y manque en réalité, ni le chat angora, ni la poudre, ni la foudre... Et les croisées d'hortensias ! Et le sommier ! Et les palmiers ! 
Et tous les rêves du monde... 
Bon, d'accord, il nous faudra procéder à quelques menus travaux, mais vois : j'ai déjà ma salopette et mon foulard noué dans les cheveux. Des mèches folles plein le coeur, et du courage plein les pinceaux. 
Et puis, il y a des tas d'oiseaux, des mésanges à longues queues, des linottes à bec jaune et des sitelles torchepot  ! Une terrasse noyée de vigne, et de l'herbe poivrée. Et au fond du jardin, sous la charmille, on boira du thé d'abeille et du miel vert. Allez, dis oui !
On sera bien, mon amour, dans notre maison, tu verras, tu verras...


Pour le devoir de Lakevio chez Le Goût des Autres.



•.¸¸.•*`*•.¸¸


123 commentaires:

  1. Jolie vision quelque peu optimiste des dures réalités de la maçonnerie mais si joliment décrite...
    C'est sympa Célestine d'avoir vu ça dans cette maison qui semblait n'attendre plus personne.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J’aime bien me dire que derrière chaque ravage du temps, il y a la vie qui a battu comme un coeur chaud, et que rien n’est jamais complètement foutu.
      Quelques menus travaux c’est évidemment une litote !
      J’ai un fils spécialisé dans la rénovation d’ancien, ça a quelque chose d’exaltant, de redonner vie aux vieilles pierres ...
      Bisous
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  2. Un texte poétique comme nous les aimons, où présent et passe se mêlent dans un charmant monologue, et où l’on sent bien que les objets inanimés ont une âme.
    Je me suis régalé à vous lire, chère précieuse.
    ~L~

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. On fait ce que l’on peut pour apporter une touche de magie en ce monde qui en a bien besoin...
      Et la magie de l’amour, n’est-pas celle dont nous avons le plus besoin ?
      Merci mon cher Lorenzaccio, de votre constante gentillesse.
      Je crois que nous sommes faits du même bois tous les deux.
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  3. C'est beau comme du Verlaine. Je savais bien que tu avais le pouvoir de décrire en poésie même la plus délabrée des masures. Contente de te retrouver chère belle ! (Marité)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Hehe ! Ravie de te revoir moi aussi... Tu as changé de pseudo ?
      Merci pour Verlaine. Je déguste à sa valeur le compliment ...
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  4. Chez toi, c'est le bon début du rêve avec toutes les illusions. Effectivement, j'ai lu ton com avant d'avoir le lien pour chez toi, c'est bien l'avant de mon histoire. Si quelqu'un écrit la suite, on fera édité ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Comment finissent les histoires d’amour ? Mal, en général, comme dit catherine Ringer...
      Mais pourquoi pas ? ;-)
      Bisous délia
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  5. Se méfier de l'enthousiasme suscité par " l'appel " d'une maison en vestiges ! Mais si on a les reins solides quel bonheur !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bienvenue sur mon totem Poison!
      Drôle de pseudo... autodérision ? Manque de confiance en toi ?
      Oh... toi, tu as lu «  vous plaisantez monsieur Tanner »
      L’histoire d’un gars qui rénove une vieille baraque et ça tourne au cauchemar... 😊
      Bisous
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
    2. Super pseudo, très original, je trouve :)

      Supprimer
    3. Un peu difficile à porter, mas je suis d'accord avec toi, c'est original...
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  6. Le Petit Taureau toulousain lève son verre à tes amours, chère Miss W. Et moi aussi, c'est décidé, j'arrête au Bellevue, j'y boirai quelque chose de doux. D'ailleurs j'ai laissé une main là-bas. Chez toi les fleurs sont toujours en fleur et le coeur est toujours plein coeur. Kisses Angel Baby + ATTB.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J’y serai avec toi par la pensée
      Un petit bout de mon coeur musicien y est resté... il n’y avait que toi pour relever l’illustration musicale du billet. Un petit taureau mais un immense monsieur
      Atttb dear you
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
    2. D'autre avait relevé l'illustration musicale. Mais pour des raisons intimes, mon ressenti m'en a dissuadé...

      Supprimer
    3. Une chanson à la fois triste et gaie...
      Comme je te le disais, je comprends...
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  7. Yvanne est le premier pseudo choisi quand j'ai commencé à écrire, Célestine. Mais Yvanne ou Marité qu'importe ! C'est toujours moi. ;-)
    Et je préfère réserver "Marité" à nos chers Impromptus qui me manquent tellement !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu as raison, ils nous manquent ...
      Merci d’être revenue préciser les choses.
      Gros bisous et reviens quand tu veux.
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  8. Le chat est il vraiment assoupi, j'ai vraiment souri en te lisant.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mais c’était fait pour, ma chère, je vois que tu es une connaisseuse
      Et ça me fait plaisir
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
    2. C'est un don de mademoiselle Célestine : elle arrive toujours à placer deux ou trois badineries coquines même dans ses textes sérieux.
      Et moi j'aime ça :))

      Supprimer
    3. C'est mon côté Célestoche...
      Je l'assume complètement !
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  9. Bref, ton fourneau semble tirer correctement et ton chat satisfait.
    On peut dire d'Heure-Bleue qu'elle a l'art de la phrase ambiguë, tu ne vaux pas plus cher...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Non je ne vaux pas plus cher mais pas moins.
      Et ces messieurs n’ont pas à s’en plaindre je crois...
      C’est comme ça que vous nous aimez, badines et lutines ...
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  10. Les menus travaux, on sait quand ça commence, mais...!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Toi aussi tu as lu le livre «  vous plaisantez monsieur tanner » ?
      Sinon je te le conseille il est bidonnant...
      Bisous Boss
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
    2. J'ai des principes, je ne lis pas les Goncourt ! ;-)

      Supprimer
    3. Ah c’est dommage tu aurais vraiment aimé ...
      🤪

      Supprimer
    4. Bon, dès que j'aurai digéré la défaite d'Amélie alors ! ;-)

      Supprimer
    5. Je savais qu'il y avait un truc comme ça derrière ce principe...
      Mais oui, elle l'aura un jour, ta protégée.
      En tout cas, elle l'aurait déjà mérité cent fois...
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  11. Non il n’y a pas qu’eeguab qui relève la chanson.
    Moi aussi je l’adore depuis toujours.
    Celle-là, et la maison du bonheur de Francis Lalanne...
    Et tes amoureux m’y font penser
    Bises
    Angela

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'aime aussi beaucoup la chanson de Lalanne...
      Même à fort loyer, chuis preneur...c'est beau!
      Bisous ma belle
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  12. Un botox du crépi !
    J’adore !
    :)))

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Et moi j'aime faire sourire mes lecteurs...
      On est fait pour s'entendre, alors ? ;-)
      Bises mon criquet
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  13. O temps anciens de ma superbe !
    Je suis une maison qui semble éteinte.
    Ou sont les jeunes années habitees des cavalcades d'enfants joyeux et bruyants ?

    Je suis Heureux de lire que ton amour va réveiller les couleurs du temps...
    Je t'imagine perchée sur la grande échelle à gratter ces murs et fleurir ces fenêtres.
    L'amour, formule magique que Mary Poppins t'a transmise, voilà ce qui va ramener la joie à tous mes étages.

    Merci pour cette belle évocation qui me transporte au delà du temps dans la villa disparue de mes grands-parents fromagers.

    Bises joyeuses d'avoir parcouru le monde de Matteo

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le monde de Matteo...tu as eu la curiosité d'aller visiter l'univers de ce peintre, c'est amusant, quand on parcours google images, on a l'impression qu'il n'a peint toute sa vie qu'une seule et même maison...
      Et c'est une maison comme celles-là qui me fait rêver...
      j'appellerais presque cela une demeure.
      Mon côté romantique anglaise, sûrement...
      Merci pour la joie, celle que je te dispense et celle qui rejaillit dans ton commentaire.
      Ça fait un bien fou
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  14. Mais oui, bien sûr, le chat angora et les croisées d'hortensias… une très belle illustration ma belle, qui donnerai presqu'envie de te rejoindre en salopette et en pinceaux.. Les vieilles maison ont un charme fou avec la végétation redevenue folle. Bisous et belle semaine

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Un texte devenu presqu'un classique !
      Je le connais par coeur, et j'y crois encore...
      Allez viens ! Ya du boulot pour toutes les bonnes volontés...
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  15. "Ô temps pourri ! Ô Maurice ! Je suis foutue, misère !"

    La complainte de la bicoque, façon Cicéron (qui d'ailleurs n'avait pas une chouette carrée), j'ai bien apprécié !
    Quant aux menus travaux : deux ou trois plombiers polonais, cinq ou six Roumains, quatre ex-vendeurs de pizzas reconvertis en électriciens… et le tour est joué, en moins de temps qu'il n'en a fallu pour faire péter Tchernobyl !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Toi aussi, tu me fais penser au livre de Jean Paul Dubois, ...monsieur Tanner...
      L'aventure d'artisans peu scrupuleux, ou peu professionnels, version extrêmement comique de l'enfer que peut vivre quelqu'un qui se lance dans une rénovation...
      Mieux vaut, à ce moment-là, rester dans le domaine du rêve... ;-)
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  16. C'est vrai que moi-même j'ai oublié depuis tout ce temps l'état dans lequel était la maison dont je parle lorsque onus l'avons achetée ! Il en a fallu des coups de marteau,des coups de pinceaux, des coups de râteau pour en faire ce qu'elle est devenue soixante ans après (nous y avions emménagé le 16 septembre 1959)
    Mais j'ai bcp aimé ce que raconte la maison...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah oui, quand même...l'aventure d'une vie !
      Merci Gwen d'avoir prêté une oreille bienveillante à mon petit délire du jour
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  17. Lundi c’est poésie et mélodie.
    Merci Célestine, une belle semaine commence,
    Tu verras, tu verras...
    Bacioni.
    Dolce vita

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, je le crois...
      Elle commence déjà par de grands sourires de mes lecteurs, et ça, c'est de la balle !
      baci cara mia
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  18. Mais qu'cé beau tout ça, ça swingue et moi qui habite une vieille bicoque centenaire, j'irais presque sur le champs acheter une salopette... mais mais mais, je vais réfléchir encore un peu, je suis un peu lasse de ces travaux perpétuels, alors j'admire la bassine qui accueille la pluie qui goutte du plafond, je sens le vent sur mon visage, celui qui passe par les fenêtres fermées et qui me met en joie... Il y a toujours mille et deux détails à admirer dans la vie des vieilles maisons, quand on est porté par l'amour...
    Bravo pour ton éclatante bannière, cette commode est superbe, j'aime particulièrement le rouge des poignées et boutons. Bises étoilées céleste Célestine, à bientôt. brigitte

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah merci pour la bannière, je l'ai choisie avec soin, c'est-à-dire par coup de coeur...
      J'ai envie de me poser un peu, moi l'éternelle nomade dans ma tête...
      Bisous entre les courants d'air !
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  19. Bien sûr que ça à un charme fou, naturellement ! Mais qu'est-ce que c'est pénible ça n'en finit jamais, ça pue et c'est lourd les travaux et il y fait froid dans les vieilles bâtisses, c'est souvent sombre et ça coûte une fortune... en fait j'adore les vieilles pierres chez les autres, ou pour un week-end dans le Perche en chambre d'hôte.

    Bleck

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est vrai, vu comme ça, c'est pas très encourageant...
      Mais si je gagne le Goncourt, promis, juré, je me retape une bicoque de style, mais en hyper moderne. Chaud, douillet et confortable.
      Ben quoi, on peut encore rêver non ? ;-)
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
    2. Monsieur est connaisseur : chambre d'hôte dans le Perche, j'approuve !
      :)

      Supprimer
  20. Nous y sommes... Les choses qui pensent, les choses qui passent. Je t'ai exhumé un billet de 2012, un de ceux si nombreux que j'ai retiré de chez moi pour faire un genre de peau neuve, et qui résonne avec le tien, dans le genre plus définitif, hélas...
    http://medcelin.canalblog.com/archives/2012/03/26/23862148.html
    Une maison où on a aimé, rouspété, mangé, cuisiné, cousu (n'est-ce pas, Marcel ?!), joué, ri ou pleuré, cette maison n'est pas qu'une simple carapace, elle devient un sanctuaire où nos souvenirs s'épanouissent. Jusqu'au coup de pelleteuse...
    Je l'aime bien, ta maison aux fenêtres ensanglantées de géraniums. Je suis certaine qu'elle a une acoustique fabuleuse et que tes notes de piano y feraient merveille ! Bises !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah oui, c'est triste, une maison fracassée par les pelleteuses...
      j'ai lu ton billet, c'est la partie noire de 'histoire. j'ai préféré lui donner une chance en partie blanche. ;-)
      Merci Céline pour ton passage remarquable.
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  21. Je n'ai pas lu "Monsieur Tanner", par contre, j'ai une bonne maitrise des galères de rénovation, et plutôt trois fois qu'une...
    Je délègue très peu de travaux et je reste toujours maître de l'ouvrage, ça aide à bien dormir.
    Tu as vu ma maison en Suisse après travaux, je te montrerai une fois les photos avant, juste pour le vertige... :-)
    Elle était moribonde, ce qui m'a épargné l'illusion de régler le problème en deux coups de pinceau.
    Mais quelle jouissance de pouvoir redonner vie à une vieille dame de 330 ans.
    Etre tous les jours confronté au choix de conserver ou éliminer telle poutre, tel élément, et choisir à chaque fois de conserver, même si c'est plus long, plus compliqué. Allier le confort moderne avec les rides de cette vénérable grand-mère en se disant toujours qu'on n'est que le dépositaire temporel et provisoire de ces pierres.
    Respecter la charpente de guingois de son toit d'origine et faire des fenêtres sur-mesure pour respecter les fantaisies architecturales du temps ou des bâtisseurs.
    Bref, une histoire d'amour que la maison a refusé de rompre en se refusant à être vendue.
    Ti abbraccio Cara e TVB

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ce qui me fait le plus plaisir,,dans ton commentaire (bon c'est un plaisir un peu égoïste, évidemment) c'est que j'ai eu la grande chance de connaître cette maison dont tu parles.
      Je verrai les photos "d'avant" avec plaisir, pour le vertige...
      Tu es un bâtisseur, caro mio, il n'y a pas de doute là-dessus, et ce que tu fais de tes mains, c'est toujours une histoire d'amour.
      Celle que tu nous contes aujourd'hui donne des frissons, tellement que c'est beau ô peuchère !
      Ti bacio
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
    2. C'est avec la pierre et les constructions techniques que je fais de la poésie :-)

      Supprimer
    3. Je n'ai jamais doué de tes capacités puissamment poétique, mio caro ;-)
      tv bene
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  22. Les vies qui pétillent là où d'autres ont éteint leurs braises, et une maison dont le coeur caracole à l'idée de contenir de nouveaux bonheurs... Très joli texte :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le tourbillon, celui que l'on connaît si bien.
      Cette fois, la consigne de l'atelier m'a inspirée.
      Le résultat me rend heureuse...
      Baci sorellita
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  23. Bonsoir Célestine,
    Nous n'avons jamais retapé de vieille maison, nous avons fait construire la notre il y a 40 ans et il y a toujours des travaux à faire... Alors retaper une vieille...
    Mais c'est sûr qu'un grand charme se dégage de ton texte et fait rêver!
    Gros bisous,
    Mo

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Faire rêver mes lecteurs est un plaisir que tu n'imagines pas, Mo.
      Je n'ai que mes mots, quand tu as tes fleurs, mais le résultat st le même : on est embarqué, on est chipé !
      Bisous belle jardinière
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  24. J'aime beaucoup cette chanson de Nougaro. Un texte ciselé de toute beauté inspiré par une chanson brésilienne. Quoi de mieux ?
    Ton texte propose une belle relecture poétique. Tes images des quatre saisons sont également de toute beauté.
    J'aime bien aussi le tableau que tu as choisi pour illustration. C'est troublant.
    Je peux à nouveau mettre des commentaires ici et sur mes blogs ( je ne suis plus un étranger dans ma propre maison :)). Pourvu que ça dure !
    Bises.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est génial que tu puisses commenter à nouveau. Tu m'as manqué, le poète !
      Et comme tu es connaisseur, ça me fait d'autant plus plaisir de lire tes mots.
      Quant au tableau, rendons à lCésar ce qui lui appartient. Le tableau a été choisi par l'organisateur (émérite) de l'atelier d'écriture.
      Bisous
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  25. texte très bien écrit avec des trouvailles (un botox du crépi, trop drôle!)
    mais ton amour et toi... faudra pas trop se disputer lors de la restauration de cette vieille maison!

    ;-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Coum.
      Mais...Pourquoi se disputer ? L'harmonie est quelque chose de précieux, que j'espère nous saurons préserver quelque temps...
      Je t'embrasse
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  26. Tu n’as pas dit la suite : Les trous que le mauvais temps avaient fait dans mes murs abritèrent à l’hiver marmottes et chamois. Dans les trous de mon toit le vert des vieilles mousses freina longtemps les pluies qui insistaient pour entrer.

    Et puis tu sais, il ...est venu déjà, il y a quelques temps. Il te précédait là comme s’il avait senti ta venue prochaine. Il s’est installé dans l’endroit avec quelques brebis et son vieux chien « Antoine » qui lui chauffe les pieds la nuit. Il a vite mis de l’ordre, paré au plus pressé. Il a réparé de quelques clous les planches qui s’en allaient de guingois. Un peu comme s’il attendait quelqu’un... certainement toi. Mais il ne le savait pas encore. Il t’attendait sans te connaître, comme s’il t’avait déjà rencontré dans son rêve, où dans une autre vie et dans un autre endroit.

    Pars vite ! Noue ton foulard sur ta tête et ne prends avec toi que des outils sans moteurs. Cherche dans le vieil atelier de ton père. Il en reste encore quelques uns. Un marteau dont le manche branle, la vieille pince qui tremble à l’effort, le tournevis dont le manche en bois ne tient plus que par le fil de fer qui l’enserrent. Il faut en effet que vous ayez le temps de l’amour, du repos, de la blessure, des lèvres sur la coupure, de la main qui s’égare sous le vêtement. Le temps de prendre le temps, le temps juste que la maison se recroqueville autour de vous....comme une coquille.

    Prend aussi la vieille gourde de fer blanc, de militaire, que tu remplissait à la source et remplit la d’un vin ancien, vieilli, bien rond sous la langue. Apporte avec toi, le pain, le couteau et le fromage et quelques légumes de ton jardin. Quand tu arriveras il aura épuisé ses réserves et il aura une raison de plus d’avoir envie de toi.
    Le reste tu le sais mieux que moi, tant les fées aux cheveux rouges savent les secrets de l’amour.
    Tu avais oublié de le dire...Et moi ces mots , je les tiens de Cyrano qui les avait confiés à Christian...mais trop tard !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. De quels mots était capable ce cher Hercule Savinien !
      Et quelle grandeur d'âme. Merci cher voisin, de m'avoir rapporté ses mots.
      Je suis troublée par ce programme, notamment par les mots du troisième paragraphe...
      Un peu de divination, sans doute, préside à ce magnifique récit prédictif.
      Je suis charmée
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  27. Depuis que j'ai lu ton billet en fin d'après-midi au bureau (où je ne peux pas commenter), je passe en revue ces magnifiques tableaux de Massagrande, une découverte ! Si j'avais des lingots cachés, j'achèterais ses tableaux et aussi une ou deux maisons à retaper comme celles-là. Elles me parlent toutes. Si l'Homme m'entendait, il te rendrait grâce, moi qui ai juré que plus jamais il ne m'y reprendrait.... Mais là....

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui les tableaux de Massagrande sont des merveilles de réalisme et de romantisme à la fois. C'est très rare...
      J'aime beaucoup ce genre de maison, et j'en rêve...
      Chut, ne dis rien à l'Homme, alors...
      Kisses Sister
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  28. Quand l'amour nous porte, qu'un brin de folie nous titille, sûr tout est possible!
    C'est mon histoire, non, notre histoire! Tout seul je ne serai jamais venu à bout du vaste chantier qui a duré 19ans!
    Mais quel bonheur aujourd'hui, ce havre de paix se transforme souvent en une vraie ruche!
    Bises maçonnées.
    (J'ai bu à petites lampées ta délicieuse poésie, une fois, puis deux...)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Un de mes lecteurs n'a pas hésité à parler d'« un de mes meilleurs textes » mais je crois que c'est un flatteur.
      Cela dit, ça me fait plaisir que tu te sois délecté.
      C'est un texte pour connaisseurs, comme un vin millésimé en somme...
      Bisous l'ami poète
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
    2. "Dans ma maison d'amour" : waow ! :o0
      @Cel: Sais-tu que si je suis une brêle complète avec une truelle dans les mains, je conserve encore au fond du coeur le secret espoir de construire le petit chalet qui m'abriterait (nous abriterait, avec Elle enfin venue ?) dans les temps à venir ?

      Supprimer
    3. Ne jamais renoncer tout à fait à un rêve...
      C'est peut-être cela, le petit ressort qui nous maintient droits... ;-)
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  29. Équipée de ta salopette, il va te falloir plus qu'un sacré coup de pinceau...
    Déjà, tu as une sacrée plume, pour faire se souvenir de ses jeunes années et du feu qui l'animait, la maison au fourneau ramoné.
    J'ai beaucoup aimé ton texte, un brin coquin.
    Les croisées d'hortensias et les tuiles bleues m'ont interpellés bien avant que je n'en voie l'auteur...
    Tu serras bien, j'en suis sûr, dans ta maison d'amour...
    https://www.youtube.com/watch?v=3YSap-HvyfU

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah j'avais oublié la maison d'amour de ce cher Vassiliu.
      Superbe. Un brin coquin, lui aussi...
      Nougaro c'est un hymne au projet immobilier cette chanson...
      Un hymne à la construction d'une vie à travers le nid...
      Bref, on est en phase, non ?
      Bisous ami du soir
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
    2. En phase, une sorte de ressemblance dans la différence.
      Bise mon amie

      Supprimer
  30. Comme j'aime les vieilles maisons qui respirent encore de leur vieilles pierres ! On s'y croirait �� Ton texte est magnifique et si tu as vraiment envie de rénover une maison comme celle que tu décris, cours, vole petite Cèlestine, c'est une merveilleuse aventure ! Bises affectueuses.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est un vieux rêve enfoui, qui refait surface à un moment de ma vie où ce serait peut-être possible...
      Merci Catherine pour tes mots encourageants... 🖤
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  31. Des trois textes inspirés par cette photo que l'ai lu, le tien est le plus lumineux, le plus léger.
    Et j'aime ton écriture si poétique et si sensorielle : "les soirs d'automne et de châtaignes - un grand bruit de bottes vertes".
    J'y suis ; je vois ; je sens ; j'entends.

    Une belle lecture remplie de délices, de sensations à fleur de peau, de corps, à fleur d'âme.

    Merci Madame la Fée

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ta jolie analyse me ravit, ma Suzame.
      Le cinq sens sont toujours très importants chez moi, et les frissons, et les ressentis.
      Alors merci de tout coeur d'aimer ma prose.
      Je t'embrasse
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆•.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
    2. bis repetita avec Suzanne elle a trouvé les mots j'aurais voulu écrite

      Supprimer
  32. Tes mots poétiques ont réveillé cette vieille maison et tous ses souvenirs...Et les oiseaux vont chanter à nouveau quand la vieille maison reprendra vie...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je trouve que les vieilles maisons ont une âme, et qu'elles méritent une seconde chance...
      A une époque où l'on recycle et réutilise, je trouve que c'est joindre l'utile à l'agréable que de leur redonner vie...
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  33. j'aime ton optimisme, c'est beau de redonner vie à une vieille maison :-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je ne serais pas moi, sans ça... ;-)
      Merci Adrienne
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  34. J'aime ces vieilles maisons qui ont eu un passé, parfois je me prends à imaginer les vies qui ont pu s'y dérouler, mais je n'ai pas ton talent avec les mots. Elles ont une âme ces maisons, et même plusieurs... et beaucoup de charme, des vieilles dames qui se rident, se lézardent, plient sous le poids des ans mais reste debout malgré le temps qui passe... et quand une nouvelle vie leur est offerte, le chemin peut recommencer.
    Nougaro... quel poète!
    bisous madame de la plume!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est très joliment dit, maryline.
      Et ton talent de conteuse saurait raconter, avec du papier, la vie d'une vieille maison, j'en suis certaine...
      Oui, la chanson de Nougaro me trotte dans la tête depuis deux jours...
      Bisous
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  35. Ayant quelques problèmes de toiture, ton billet me fait voir tout ça d'un autre œil, plus romantique, presque poétique ! C'est vrai que les vieilles baraques ont tellement plus de charme et ces histoires qu'elles nous chuchotent…
    Très joli texte

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. La maison du bonheur prend parfois l'eau...mais elle reste la maison du bonheur.
      Mon côté romantique me fait aimer les vieilles maisons, mais en revanche, j'adore les meubles neufs...et je déteste les brocantes...
      Mon rêve: une maison ancienne meublée ultra moderne...
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  36. Les vieilles maisons sont comme les vieux messieurs, ils partent en sucette... Mais tant que reste le bâton... Hein ?
    Ton billet me fait penser à ceci.

    https://youtu.be/E8kYTPcagLU

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Numérobis ! Comment ça me fait plaisir de vous voir ! (phrase culte)
      Ah oui, la chanson de Benabar...Bon la différence c'est que là, je n'ai plus trop l'intention de faire trois gosses...
      A part ça, je te retrouve tel qu'en toi même ... le regard fier et flamberge au vent !
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  37. Bonjour Célestine, alors moi je joue au loto, je gagne une très grosse somme, j'achète la maison, j'embauche un spécialiste de la rénovation de maisons qui devra se charger de gérer tous les travaux. Il devra gérer le plombier, le carreleur, l’électricien, le jardinier, l'élagueur, les maçons, le charpentier couvreur, le chauffagiste et tous les autres ! Bien entendu tout ce petit monde aura une garantie décennale. Je n'aurai rien à vérifier et je ferai totalement confiance à mon spécialiste en rénovation de maisons anciennes. Evidemment tous les travaux auront été effectués en moins de 6 mois ! :-)
    On peut toujours rêver non ? ! ;-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour Biche*
      J'adore ton rêve, même s'il est lié à la Française des Jeux !
      Et bien sûr je fais comme toi dans ce cas-là. La salopette et le fichu, ça va cinq minutes...
      Je t'embrasse
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  38. J❤ tes géraniums qui saignent

    et que j'aimerais retaper cette bucolique-bicoque

    mille bisous
    Jak

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Héhé ! Bucolique bicoque, belle allitération !
      Mille bisous ma Jak
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  39. J'ai appelé Stéphane Plaza et son équipe.... ils sont d'accord pour la rénovation des murs de ta future tanière.
    Tes mots sont parfaits, comme d'hab. Rien à changer. Merci à toi pour ce beau cadeau.
    Bisou...
    Den

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah ! En plus ça se fera dans la joie et la bonne humeur !
      Merci à toi d'avoir apprécié, Den.
      A tout bientôt ma belle d'âme
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  40. Que de poésie une fois encore ! J'adore !
    Cela m'arrive aussi parfois, d'imaginer ce que pourrait bien raconter ces vieilles bâtisses en pierres.. elles ont un charme fou je trouve, même si je doute que j'aurais le courage d'en retaper une !
    Merci de m'avoir une fois de plus offert un sourire ☺

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'était le but, chère Landrynne, faire sourire et poétiser en même temps...
      Merci d'être si réceptive.
      bisous
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  41. La maison ne me tente pas mais ta description oui ! J'ai tout de suite pensé à Nougaro en lisant les volées d'hortensias...
    Beau texte, belles histoires dans l'histoire de cette maison !
    Tu as repeint la façade ici ou bien ??
    Bises.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, j'ai changé un peu la déco, Kestenpense ?
      Les croisées d'hortensias, bien sûr, ta fourche a langué !
      Bisous Mindounet
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
    2. Ha oui, les croisées et pas les volées ? Tu me dira en Bretagne où les hortensias sont rois (ou reines je ne sais plus) c'est plutôt les volets qui sont bleus et pas les volées....:D
      Oui j'aime ton nouveau décor !
      Bises.

      Supprimer
  42. Bonjour Célestine, la maison du bonheur à bâtir tel un doux nid d'amour ou le feu crépite et ramone le fourneau.Un bonheur de tous les instants ! Merci Célestine !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Toujours aussi connaisseur, cher zicos !
      Comment vas-tu bien ? Joie de te revoir !
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  43. Bonjour Célestine, ton texte est magnifique une fois de plus. Dans nos campagnes, il existe encore de vieilles maisons mais attachantes car je les imagine avec la vie d'autrefois. Elles devaient être aussi belles à l'extérieur qu'à l'intérieur avec des rires d'enfants. Merci pour Nougaro.
    Bisous ♥

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Les rires d'enfants sont des graines d'âme pour les maisons...
      On n'imagine pas une maison sans eux.
      Bisous chère rêveuse
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  44. J'espère que la deuxième partie n'est pas juste un flashback !

    Tu sais bien faire parler les maisons et les amoureuses, Céleste nièce !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'aimerais plutôt que ce fût un rêve prémonitoire ...
      Qui sait ? Qui peut le dire ?
      Je crois que j'ai toujours su parler d'amour...
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  45. Je suis sûre que cette vieille bicoque serait enchantée d'être rénovée par tes soins, ma chère Célestine. Tu en parles si merveilleusement bien, elle se transformerait en un palais d'Amour. :-)
    Gros bisous, ma belle.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci belle dame.
      Puisses-tu dire vrai...un jour peut-être
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  46. Coucou! C'est beau de construire un nid d'amour dans une maison qui a déjà tant d'histoires à raconter. On ne s'y ennuiera sans doute jamais car les murs chanteront plein de mélodies du temps passé et du temps joyeux à venir. J'aime tes mots comme des bonbons acidulés. Bises alpines et belle semaine qui s'annonce déjà.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. La semaine fut mouvementée comme tu le sais...
      Mais mes mots restent vrais et acidulés comme des bonbons...
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  47. Bonsoir Maitresse,
    Quel merveilleux texte...
    A fin de matérialiser vôtre dernier paragraphe, on vous accorderai volontiers la cagnotte de S. Bern !
    :)

    Bonne soirée, Célestine. Bisous.

    RépondreSupprimer
  48. Réponses
    1. Merci Julie !
      Tu t'y es reprise à trois fois, mais le coeur y était, et j'en suis touchée :-)
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  49. l'Amie en questionmardi, 12 novembre, 2019

    J'ai l'impression de vivre le rêve de mon père qui a acheté un vieux moulin, en a fait, au fil des ans,une family home, sweet home, très attachante et qui désormais n'a que les rides des beaux et bons moments de partage.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'aimerais bien visiter ce moulin-là !
      A défaut, j'ai vu celui de Daudet hier (après les carrières de Lumière)
      Je ne l'avais jamais vu...
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  50. Coucou Maitresse, où estes-vous... ou avez-vous déjà attaqué les travaux ?
    Doux sourire et bonne journée, en espérant que tout va bien.
    Bisous Célestine.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai été un peu perturbée par les derniers événements qui ont touché la Drôme (là où j'habite)
      (je pense que tu as écouté les infos)
      Mais me voilà ma belle !
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  51. Miam, miam ! Comme ça vibre, ce texte. Me*ki, na fi' ♥

    RépondreSupprimer



Je lis tous vos petits grains de sel. Je n'ai pas toujours le temps de répondre tout de suite. Mais je finis toujours par le faire. Vous êtes mon eau vive, mon rayon de soleil, ma force tranquille.
Merci par avance pour tout ce que vous écrirez.
Merci de faire vivre mes mots par votre écoute.