lundi 20 mai 2019

Ελλάδα Σ 'αγαπώ*









*Grèce, je t'aime











Il est un pays où, si l'on est un peu attentif, l'on sent battre doucement le coeur du monde. Une contrée pleine de contrastes, de ses plages de lazuli à ses monts poudrés de neige. Avec, entre les deux, des immensités d'oliviers et d'orangers.
Tiens, oui, je ne pensais pas trouver de la neige en me rendant au pays d'Aristote. J'imaginais plutôt des collines pelées écrasées par un astre implacable. 
J'y ai trouvé des fleurs, des profusions de fruits gorgés de douceur, des forêts touffues et des ports offerts aux vents frais d'Egée ou du Golfe Saronique.
En mai, La Grèce porte son plus bel habit de l'année. Et, hormis l'Acropole où une foule impressionnante, cosmopolite et parfois criarde monte à l'assaut des vestiges comme s'il s'agissait d'un parc d'attractions, empêchant de goûter pleinement à la majesté millénaire du lieu, les sites que j'ai visités ont une magie étrange. Envoûtante. Et suffisamment de silence pour pouvoir méditer sur la fuite du temps et autres délices philosophiques. 

Notre guide Costas était exceptionnel. Il n'était pas seulement grec, non, il était la Grèce. A lui seul. Fougueux, passionné, extrêmement cultivé, chaleureux et plein d'humour. 
Chaque légende de la mythologie, du mythe d'Oedipe à la bataille des Thermopyles, en passant par les démêlés sentimentaux d'Hera, Zeus et Aphrodite, et l'amour fou d'Hadrien pour Antinoüs, tout prenait dans sa bouche des allures de série Netflix. Les scénaristes de Games of Thrones n'ont rien inventé. Les hommes et les Dieux se tirent la bourre depuis la nuit des temps, ne pensant qu'à se battre et surtout à Niké. La victoire en tous domaines. Enivrés par la puissance virile d'Athéna du même nom. Poil à Agamemnon.
Le tout, bien entendu, agrémenté de bonnes doses d'hémoglobine et de tortures variées. Les hommes sont fabuleux, décidément... 




J'ai aimé Mycènes et sa Porte des Lionnes, Les Météores et leurs monastères agrippés au vertige, Delphes et sa Pythie. J'y ai vu le Rocher de Sibylle comme un clin d'oeil à ma petite prunelle, et le Nombril du Monde, sorte de gros oeuf de pierre censé représenter le centre exact du monde antique.
L'île de Poros, de turquoise et d'albâtre pour reprendre une formule dont je suis assez fière, le lever triomphal de Phoebus sur la mer, sur mon balcon à l'hôtel de Tolo, le petit train du Pelion qui ondule à travers les oliviers tordus par les ans.
Thessalonique, la grande cité antique, bigarrée et somptueuse, qui étale sa beauté irréelle, ses trésors anciens et ses blessures de crasse et de misère dans un ordre aléatoire. Un palace, des réfugiés, un jardin mirifique, des poubelles éventrées. Et des tags sur l'arc de Galère.
A Arachova, trouver des boutiques de ski, des étalages de gants, bonnets et doudounes en canard. Découvrir Nauplie et ses yachts de luxe, à l'ombre d'une citadelle vénitienne aux murailles menaçantes.
J'ai aimé la rondeur des églises byzantines, toutes en coupoles et en arcs cintrés, malgré le luxe tapageur et trop chargé de leurs décorations intérieures, et le calme serein des Popes sous leur barbe.
Emprunter en bateau le mythique canal de Corinthe et ses eaux vert veronese, plaie géante creusée dans le poudingue et la marne alternés comme les couches de crème et de meringue d'un gâteau de légende. Le vent s'y engouffrait et me secouait l'âme de mille pensées vagabondes.
La plage de galets de Loutraki, sentir les embruns dans mes cheveux, embrasser le platane géant de Tsagarada, rencontrer ce vieux paysan à Milies, souriant gravement de tous ses yeux et de toute sa moustache.
Epidaure, son théâtre majestueux bravant les siècles, où Costas a entonné un chant mélancolique pour en démontrer l'acoustique.
J'ai aimé réapprendre à lire mon αλφάβητο**...quel charme, ces lettres grecques, s'enroulant avec la grâce des feuilles d'acanthe sur une colonne corinthienne...
Et puis, toute la vie rythmée par le balancement de la musique et des plats traditionnels dans les tavernes, délicieuses entorses à la diététique, tant l'huile et le miel enrobent tout. Heureusement compensés par une abondance de légumes et de condiments légers. 
Une force et une douceur incomparables un peu partout, mais vous le savez, c'est à travers mon filtre, je vibre toujours à la douceur des choses plutôt qu'à leur tranchant.

Athènes, enfin, ville blanche, toute blanche dans son écrin de vert sombre et de craie.  Minérale. Végétale. Animale aussi. Chaque pierre murmurant une histoire incroyable, d'enfants à queue de serpent, de vierges folles se jetant d'une falaise, de dieux mangeant leur progéniture en se léchant les doigts, et autres pauvres diables de mortels se faisant transformer en pierre ou embrocher comme de vulgaires méchouis.
Quant au groupe que formaient mes compagnons de voyage, j'y ai rencontré des personnes adorables, affables, multicolores, et pleines d'humanité, qui se reconnaîtront si elles lisent ces lignes. Je me suis sentie vraiment accueillie. 
Je ne peux tout vous dire de mes enchantements sans dépasser la limite après laquelle on se lasse d'un récit de voyage.
Mais que d'émotion, mes amis, que de frissons du cortex à l'amygdale devant tant de splendeurs... Allez, je vous laisse découvrir, moi j'atterris doucement, l'oeil étoilé.





•.¸¸.•*`*•.¸¸☆



Les scénaristes de Games of Thrones n'ont rien inventé...



Des profusions de fruits gorgés de douceur...




























Une foule impressionnante, cosmopolite et parfois criarde montant à l'assaut des vestiges...



La rondeur des églises byzantines, toutes en coupoles et en arcs cintrés...



Le calme serein des Popes sous leur barbe...



 
Le mythique canal de Corinthe et ses eaux vert véronèse...



L'île de Poros, de turquoise et d'albâtre...



Et des tags sur l'arc de Galère...
Delphes sans la Pythie...


Notre guide Costas était exceptionnel...


 
Le lever triomphal de Phoebus sur la mer, vu du balcon de ma chambre...


De ses plages de lazuli à ses monts poudrés de neige...

Sentir les embruns dans mes cheveux sur la plage de Loutraki...

Epidaure, son théâtre majestueux bravant les siècles...


Rencontrer ce vieux paysan à Milies, souriant gravement de tous ses yeux et de toute sa moustache...


Mycènes et sa Porte des Lionnes...


Les Météores et leurs monastères agrippés au vertige...



Antinoüs, l'amour fou d'Hadrien
Athènes, la ville blanche dans son écrin de vert sombre et de craie...

Et le rocher de Sibylle...










•.¸¸.•*`*•.¸¸☆•.¸¸.•*`*•.¸¸☆•.¸¸.•*`*•.¸¸☆






** alphabet.

Les photos sont de moi, sauf celle de la bande des Dieux, prise sur le net
Et celles des monts enneigés qui sont de Gérard C.








88 commentaires:

  1. toute cette foule en mai! qu'est-ce que ça doit être l'été!
    merveilleux voyage, que je rêve de faire un jour aussi..., merveilleuses photos! merci Célestine :-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je me suis posé la même question.
      L'été, avec en plus une chaleur infernale...
      merci d'avoir apprécié madame Adrienne
      Bisous célestes de retour
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  2. Ils ne t'ont pas engagée à l'office du tourisme ?
    C'est qu'à te lire, pour un peu, j'y courrais !
    (mais je tiens bon...)
    Bon retour parmi nous, les béotiens...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu es toujours aussi drôle, Boss.
      ben non, ils ne m'ont pas gardée. Je leur ai dit que j'avais blog, et que je ne pouvais pas m'absenter plus longtemps...
      Bisous, Béotien !
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  3. Wouah...
    J'en ai mille images dans la tête et les mots se dérobent, mais c'est un rêve vibrant que tu nous transmets là. Bravo et merci ! J'aurais adoré y être, et grâce à ton récit et tes photographies, c'est un petit peu "comme si" !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Retrouver ton enthousiasme me fait grand plaisir, Landrynne.
      Tu aurais adoré, j'en suis sûre, c'est un pays qui se vit avec les cinq sens en éveil total !
      Je t'embrasse en espérant que tu vas bien.
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
    2. Ça va, ça va ☺ Et ton texte est une bouffée d'oxygène supplémentaire ! Merci de nous dire chaque fois combien le monde est beau !
      Porte toi bien jolie Célestine ! Bisous.

      Supprimer
    3. Je reprends pied peu à peu avec un retard de blogs de mails et de commentaires énorme.
      Pas évident de faire un break de deux semaines !
      Mais pas d’inquiétude je vais bientôt retourner chez toi ma belle.
      Bisous
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
    4. Ce doit être difficile de sortir du rêve oui, j'imagine !
      Tu es mignonne. Rien ne t'y oblige, mais j'apprécie chacune de tes visites. Fais comme tu le sens surtout et à ton rythme ♥ Prends bien soin de toi surtout. Bisous Célestine !

      Supprimer
  4. Coucou. Un beau récit pour un très beau pays. On sent le souffle de la mythologie dans ton texte, un passé si glorieux et un présent si contrasté. Je voulais te demander, avant d'avoir fini la lecture, si ton guide avec la beauté des Grecs. Il a l'air tout à fait charmant. Visiter un pays et avoir un guide qui ne récite pas une leçon mais qui raconte avec emphase son coin de terre est quelque chose d'extrêmement gratifiant. J'aime aussi beaucoup le regard du vieux monsieur avec sa moustache. Par contre, la foule ne me plaît guère. Et j'ai bien peur qu'un jour, le gouvernement ne veuille limiter l'accès à certains monuments, comme au Machu Pichu. Heureusement, tu as quand même rencontré le silence dans certains endroits. Coup de coeur pour ta photo avec la petite église byzantine et l'arrière-plan enneigé. Bises alpines ma belle rousse et merci pour ce reportage si pétillant de vie.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Coucou frangine
      Oui, il était charmant ce guide et très au fait de son sujet. C'était agréable !
      Quand tu penses qu'il utilisait même quelquefois le subjonctif imparfait ! Il eût fallu que tu l'entendisses ...
      La foule était pénible, c'est vrai. Des gens bruyants et peu respectueux des lieux.
      Le silence, oui, je l'ai rencontré plus d'une fois. Troublé seulement par le souffle du vent ou le chant d'une fontaine.
      Et dans les bras de mon ange, c'était bien...
      Bisous ma belle
       •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  5. Un merveilleux voyage, mais une telle destination ne pouvait qu'être merveilleuse !
    Merci pour ce beau récit et ces belles photos qui me font rêver et me font miroiter ce que je verrai peut-être l'année prochaine (je croise les doigts (sourire)).
    Gros bisous, Célestine.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je croise les doigts avec toi. C'est un voyage qui vaut vraiment le coup.
      Ravie de t'avoir fait rêvé, belle d'âme
      Gros bisous
       •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  6. Bonsoir Célestine,
    tu as donc profité au maximum de ta visite en Grèce. Tu sembles prête à exploser en écrivant tes souvenirs de voyage!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je suis toujours peu ou prou, prête à exploser... Une vraie bombe !
      C'est mon tempérament.
      Bisous belle jardinière
       •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  7. Bonsoir mes tresses, même que vos cheveux sont soyeux ... on aimerait aussi vous mater côté recto ;)
    Oui, un beau voyage merveilleusement dépeint et photographié ... je n'aurais pas vu/ressenti un tiers.

    "Je vibre toujours à la douceur des choses plutôt qu'à leur tranchant"
    Merci pour cette magnifique phrase miroir dans lequel je m'y reconnais... sans modestie :)

    Pour conclure :) on peut tout reprocher aux Dieux, sauf de Niké ! :D (mdr)
    Bonne semaine Célestine. Bisous reposants.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je te retrouve bien là, ma chère Julie ! Espiègle et spirituelle...
      Merci pour tes compliments, surtout concernant la phrase miroir (c'est beau, ça !)
      Et enfin, pour accéder à ta requête tu peux cliquer ici
      Bisous joyeux
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
    2. Belle et classieuse... de quoi chavirer l'orthodoxie dernière toi ;)

      Supprimer
    3. Merci, je goûte le compliment... ;-)
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  8. Bon retour, Célestine.

    Cest un merveilleux pays.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Aldor. Je partage ton avis !
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  9. Ce voyage me fait rêver, par procuration j'y avais envoyé mes parents, mais il y a tant à voir, à admirer, à apprendre de ce beau pays !
    Bises du matin

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est mignon, d'envoyer tes parents en voyage par procuration...
      Ton tour viendra, Marine. le moment où tu pourras toi aussi dire à ta fille (si tu en as une) je pars par procuration...
      Bises du soir
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  10. Ah en effet les Grecs connaissent bien leur histoire et leurs histoires, surtout s'ils les racontent de manière aussi "jouée" que ton Costas ou un bijoutier d'Athènes qui m'a mimé la Pythie de Delphes, bavante et les yeux révulsés en rendant ses oracles, dopée et fumigénée au laurier brûlé !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Une expérience en effet, que tu n'aurais pas pu oublier.
      Costas avait une façon unique de raconter, avec son petit accent délicieux.
      J'étais sous le charme...
      Baci bella
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  11. Il manquait à la Grèce jusqu'à maintenant la rousseur de tes cheveux... c'est chose faite.

    Bleck

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il est vrai que je me suis sentie un peu seule question couleur de cheveux ^^
      Mais pour le groupe, c'était pratique pour ne pas se perdre : ils se ralliaient à mon panache roux... ;-)
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
    2. Pour le groupe ??????? Oh 'tain tu étais en groupe ah la vache... le groupe non merci pas pour moi, ça a un côté petite foule qui ne me correspond pas vraiment. (enfin à ma ligne éditoriale, oh le mec qui se la pète)

      Bleck

      Supprimer

  12. Merci pour ce beau reportage personnalisé.
    On y voit même, mais de dos, une beauté grecque contemporaine…
    ces monastères perchés sont quand même impressionnants.
    Et puis le rocher de Sybille… cela s'imposait…

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu aurais adoré ces monastères et l'ambiance très particulière du site.
      En revanche, l'accès aux handis reste problématique. Je pense souvent à toi dans ce genre de lieu...
      Merci pour la beauté grecque contemporaine.
      Je t'embrasse mon Babar.
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  13. Au lycée j'eus un prof d'histoire haut en couleur : un homme traumatisé par la vie dans les camps de concentration ; un être capable a la fois de nous terroriser avec la perspective éventuelle d'une interrogation surprise, ou de nous balader a la decouverte de l'Acropole par des recits imagés et plein de suspense .

    J'en ai conservé une envie irrésistible de decouvrir ce pays grec . Et ce fut ainsi mon premier voyage d'adulte autonome. Ma première aventure appréciée comme une gourmandise.

    Mais quand je lis ton récit j'ai une véritable envie d'y retourner .... de me plonger dans cette mer .... d'ecouter un Costas m'enchanter d'un récit .... de franchir la porte des Lionnes et d'escalader les Météores.

    Merci de raviver en moi de si beaux souvenirs d'il y a plus de 40 ans.

    Bises au parfum fruité de Grèce

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci pour ce témoignage, Petrus.
      Les professeurs sont souvent des initiateurs de voyages fabuleux.
      Ma prof de français m'a longtemps fait rêver rien qu'avec sa voix, quand elle parlait littérature...Et j'embarquais à la suite des héros de romans, à la découverte de villes étranges et de contrées lointaines...Cipangu, Cathay....
      Alors je comprends que tu aies eu envie de vérifier ses dires par toi-même.
      Bisous ravis
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  14. Merci pour ce beau voyage, tu m'as fait rêver (et j'en avais bien besoin) !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mes petits régals de mai auraient fait l'objet d'un magnifique billet de Miss Zen...toi qui me fais rêver plus souvent qu'à mon tour...
      Haut les coeurs ! Life is marvellous
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  15. Et bien, Célestine, quel beau récit ! Je connais peu de personnes capables de raconter ainsi leur voyage et de le rendre si réel. Je ne connais pas la Grèce, mais j'y étais avec toi. Pas besoin de davantage de mots pour tout dire, c'était parfait. Et MERCI à toi !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Que puis-je rajouter ? Je suis tellement imprégnée de mes expériences que les mots viennent tout seuls à chaque fois, que j'aille en Bourgogne ou en Grèce...
      Je suis une goulue de la vie.
      Merci à toi pour ta fidélité à mes écrits, Anne**
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  16. alpha, bêta, gamma, êtha, epsilon, zèta, thêta ... mu, nu, psy, omicron ... thau ... Et j'ai toujours écrit le lambda dans un mauvais sens o;) J'ai oublié l'ordre exact, mais c'est bien de pouvoir un peu déchiffrer Ce serait encore mieux de connaître le grec moderne et de ne pas avoir à peu près tout oublié du grec ancien. Ce devait être un beau voyage (tu peux toujours fragmenter tes articles, lol, courage que je n'ai jamais !) Rome et la Grèce sont mes plus grands désirs de voyage ............ As-tu eu une pensée pour Sappho, au moins o;) ??? La femme qui rendait grâce aux dieux comme si c'était Dieu.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Sappho, Lesbos, Aphrodite('s childs), Pénélope, Psyché, Sibylle bien sûr...et Nausicaa, Calypso, Ariane, Artémis (ô douceur) Electre, Iphigénie, Antigone, Phèdre, Daphné, Cassiopée, Eurydice, Olympe, Phoebe, Euterpe, Clio, Thalie...Hermione...
      La Grèce est un vivier d'héroÏnes fabuleuses...
      Bisous ma Pivoine
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  17. Tu rends bien l'idée d'un peuple qui avait parfaitement compris que leurs dieux, c'était eux.
    Idée hélas vaincue par un monothéisme dictatorial qui te parle d'amour mais dont le seul dieu est un préfet de police hypocrite.
    Alors ? Heureuse qui comme Ulysse a fait un beau voyage...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est tellement vrai...Et je dirais même plus : les déesses et les dieux étaient à égalité, et ça, c'était un sacré modernisme question féminisme pour l'époque.
      Le monothéisme a réduit les femmes à la portion congrue, et il faut avouer que les histoires de c...d'Héra et de ses copines, ça avait de la gueule... ;-) et c'était beaucoup plus drôle ...
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
    2. D'ailleurs il me semble bien que c'est après une scène de jalousie entre Aphrodite et Mania que l'Amour est depuis guidé par la Folie...
      La Fontaine explique ça mieux que moi...

      Supprimer
  18. Vous voilà, plus belle et plus flamboyante que jamais.
    Cette photo est magnifique, sur le bleu incroyable de la mer...
    Quant à votre billet, j'en suis comme votre ami Walrus : je pense que les agences de voyage devraient vous embaucher pour leurs plaquettes publicitaires Mais "en même temps" comme dirait l'autre, ce serait un peu confiture aux cochons, selon moi.
    La Grèce que vous nous partagez ici à travers votre filtre comme vos dites, c'est un petit morceau de ciel tombé dans la mer.
    Un paradis que j'aurais rêvé de découvrir avec vous.
    Permettez-vous que je vous embrasse, chastement sur le front, belle enfant ?
    Merci pour ces joyaux si bien mis en valeur par votre écrin de fée des mots.
    ~L~

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Un petit morceau de ciel tombé dans la mer...
      Vous savez que vous êtes poète, vous...
      Merci en tout cas pour ces jolis mots offerts comme un bouquet sur une table fraîche.
      Et bien sûr que vous pouvez m'embrasser sur le front...mais sans toucher à ma frange, elle est sacrée ! ;-)
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
    2. Je suis un bien piètre poète ...
      Mais j'apprécie quand même votre compliment, delicieuse.
      ~L~

      Supprimer
  19. Bonjour Célestine, merci de partager avec de bien jolis mots ton voyage de rêve. Comment résister à tant de magnifiques paysages et la vue depuis ton balcon est sublime.
    Bisous ♥

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je n'avais jamais eu une si jolie vue depuis une chambre d'hôtel...
      C'était juste merveilleux, chère Denise
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  20. Voilà qui ravive un de mes plus vieux rêves, né à l'adolescence et jamais encore réalisé, qui ne le sera peut-être jamais. Mais le rêve entretenu par les beaux récits, c'est ... homérique :-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est un beau compliment, André.
      Merci de ton passage ici.
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  21. Heureux qui, comme Ulysse, a fait un beau voyage... Les photos sont superbes !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Miss ! Je n'ai pas trouvé la Toison d'Or, mais qu'en ferais-je, finalement, au vu de ma tignasse ? ;-)
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  22. Bon ben... Mange des gnocchis, (même si) c'est (pas) l'automne [νῶθι σεαυτόν ] XD

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu crois que les gnocchis m'aideront à me connaître moi-même ? ;-)
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  23. J'ai fait ce beau voyage en 1976 :)
    Merci pour ces belles photos!
    gros bisous

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu trouverais sûrement du changement au bout de tant d'années ! Mais les pierres, elles, racontent toujours les m^mes belles histoires d'enchantement.
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  24. Merci d'avoir pensé aux visuelles et d'avoir si joliment illustré tes propos.
    A part la photo de la foule que je trouve flippante, j'ai beaucoup aimé toutes les autres... Avec une attirance particulière pour les portraits bien sûr, et un bonus supplémentaire pour la composition de l'image à l'église byzantine, et le charme de la porte bleue...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ton oeil d'artiste est toujours précieux.
      Merci ma douce
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  25. Juste dosage des mots et des photos. Quand à l'émotion ressentie, difficile de la canaliser. Je ne te parlerai de l'acropole que pour exprimer ma déception de voir autant de monde même si chacun d'entre nous a accès à la culture et au-beau-

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je sais que la Grèce représente pour toi bien plus qu'une série de photos ou un texte (même sublime comme le mien, mouarf !)
      Aussi je comprends que tu n'aies pas forcément envie d'en parler ici...
      Bisous chère amie
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  26. Superbe voyage que tu as fais-là et dont tu nous livres un extrait, à la manière d'un reportage. Un billet sur la Grèce en kit, en somme. ;)
    Ce dimanche, sur ARTE, il y avait un très bon documentaire sur la mythologie grecque, mais il ne me semble pas avoir aperçu cette déesse rousse... ;)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah bon ? Quelle regrettable erreur de la part d'une chaîne aussi sérieuse qu’Arte! :-)
      Heureuse que mon petit reportage t’ait plu, même s’il ne t’a pas inspiré un de tes commentaires fleuves dont tu as le secret... :-)
      Il est vrai que la beauté antique laisse souvent muet ...
      Bisous Cher Didier.
      Je file voir ton dernier billet.
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
    2. Ah oui, une regrettable erreur, tu trouves, toi aussi ! :)
      C'est ton départ qui m'a plus inspiré, dans ton précédent billet. J'y avais mis quelques jeux de mots dont je n'étais pas peu fier.
      L'inspiration n'est pas toujours au rendez-vous.
      Bises de l'avant-nuit

      Supprimer
  27. Mais quel beau compte-rendu de voyage !
    J'ai beaucoup aimé vraiment le vieux paysan, les météores, et puis la couleur de l'eau du canal.
    Bravo ma Céleste, c'est très beau tout ça.
    Tu en as de la chance
    Bises
    Angela
    •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui j'ai beaucoup de chance ma belle.
      J'en ai conscience chaque jour, quand je me lève.
      Et le soir aussi. Quand je me couche.
      Et à chaque instant de cette vie.
      Bisous, voleuse d'étoiles ;-)
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  28. J'ai tout aimé de ton voyage, la lumière et les couleurs, les Popes et le vieux paysan, le guide et le vent, les gourmandises et les histoires de Dieux… tout et je suis sûre que j'adorerai… Une amie y étais aussi pour un voyage d'amoureux et comme toi elle a ramené des images lumineuses et poétiques. Je voyage donc à travers vos yeux et vos mots. Merci ma toute belle

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui tu adorerais, justement parce que tu es une gourmande de la vie et des petites choses qui émerveillent.
      Je te souhaite d’y aller un jour avec ton amoureux
      C’est divin.
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  29. Grand plaisir à te lire car nous n'avons pas vu la même Grèce. L'île de Sérifos est beaucoup plus sauvage.
    A voir tes photos, je sais maintenant que je ne verrai jamais le Parthénon et autres ruines célèbres car j'aime en ces lieux, sentir l'énergie qu'ils dégagent et non la sueur d'une foule braillarde. Mais ce n'est pas grave, il y a tant d'autres choses à voir et à s'en imprégner....

    Sais-tu que si tu as pu voir le site de Delphes dans sa beauté antique, tu le dois à Franz Weber, un citoyen suisse furieusement écolo qui remua Ciel et Terre pour contrer des projets industriels.
    C'est lui qui "inventa" la provocation écolo pour marquer les esprits. Méthode que José Bové a su reprendre dans ses combats.
    https://www.ffw.ch/fr/histoire/sauveur-de-delphes/
    Ti bacio forte

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Delphes est sans doute l'endroit le plus magique que j'aie visité. Je frémis à l'idée qu'un projet d'industrialisation eût pu défigurer l'endroit. Il est bien, ce Franz... Ils sont bien ces suisses.
      merci pour le lien vers cet article édifiant.
      Je tenais à montrer la foule braillarde, car c'est une réalité qui n'empêche personne (à part toi) d'aller voir cette merveille qu'est le Parthénon, et aussi le temple d'Erechthéion.
      Même si les Cariatides sont désormais des imitations, elles sont extrêmement bien faites.
      Mais tu aurais aimé ma Grèce, surtout avec moi... Sérifos, c'était juste parce que c'est une île que je n'y suis pas allée...N'y vois rien de personnel.
      Ti bacio fratellino
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
    2. J'avais bien compris la chose... Peut-être aurais-je du te dire que j'avais pris des rustines au cas où le fond de l'île avait une fuite...

      J'adore les vieilles pierres mais j'ai besoin de calme et d'espace pour pouvoir les admirer et les ressentir.
      J'ai pu visiter et m'imprégner de la cathédrale de Chartres, mais ND de Paris, c'est strictement impossible. A 32'000 visiteurs/jours, tu as juste de quoi voir ce qu'il y a devant tes pieds et ce qui est à plus de 4 mètres de hauteur. Si ce n'est que pour la beauté du lieu, il est préférable de l'admirer sur papier glacé. Mais dans ces lieux sacrés, ce qui m'intéresse, c'est l'énergie qu'ils dégagent, et les foules braillardes dénaturent cette énergie.

      Par exemple, si tu veux aller à Venise, c'est en janvier que tu pourras en profiter le mieux. J'ai ainsi pu voir la Place Saint-Marc avec moins de 10 personnes dessus, Etre seul dans les gigantesques salles du Palais de Doges... Chose impossible dès mars-avril. Venise ne janvier et calme et les Vénitiens charmants car ils ne se sentent ps agressés par les quelques touristes égarés.

      Donc si on peut m'indiquer une période de l'année o?u ces merveilles grecques sont désertées, je suis preneur.

      Supprimer
    3. Molto baci en convoi annexe

      Supprimer
    4. Merci pour le tuyau sur Venise, mio caro
      D'autant que j'ai effectivement eu un voyage à Venise en cadeau d'anniversaire...C'est donc au programme.
      Je suppose que l'Acropole doit être à peu près calme à la même époque que Venise, c'est à dire en janvier...
      Ti bacio forte
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  30. Heureuse qui, comme Célestysse, a fait un beau voyage.

    Agapó : J'aime
    Même dans la graphie du mot αγαπώ, on retrouve le symbole callipyge de la beauté "à la grecque",
    avec une larme de bonheur sur la fesse gauche.

    L'Amour : Agapes de la Vie.


    Ο Πλάτανος της Τσαγκαράδας / Plane tree of Tsagarada :

    https://www.youtube.com/watch?v=kg8NcTJYSGc



    La Foi est Pope et la Fougue : Épopée ��

    RépondreSupprimer
  31. Réponses
    1. Etonnant, n'est-ce pas, ce barrage millénaire...
      J'adore la lettre callipyge avec une larme sur la fesse gauche ;-)
      Bisous well
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  32. Réponses
    1. J'en suis très contente, mon oncle !
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  33. Quel voyage !! A l'origine de notre civilisation !!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tout à fait Daniel. J'y ai pensé tout le long !
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  34. Quel magnifique partage. merci beaucoup ! je rêve d’aller en Grêce et ce soir j’y étais un peu.
    De très belles photos ...Bisous Blue ! :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci ma belle
      je te souhaite de réaliser ton rêve...
      Blue bisous
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  35. Quel beau voyage tu as fait et que tu ramènes. Je voyage en te lisant et en regardant tes photos alors pour moi, ton billet aurait pu être plus long. �� Quelques photos mais quel beau pays. A défaut de pouvoir y aller, ça me donne envie de lire et voir plus à son sujet.
    Bises.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mon but est atteint, si j'ai réussi à partager cet émerveillement, et à te donner envie d'en savoir plus...
      Bisous cher Patrick

      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  36. j'ai vraiment adoré ton billet et je le prouve dans ma prochaine revue

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci pour ton enthousiasme, chère bestiole
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer



Je lis tous vos petits grains de sel. Je n'ai pas toujours le temps de répondre tout de suite. Mais je finis toujours par le faire. Vous êtes mon eau vive, mon rayon de soleil, ma force tranquille.
Merci par avance pour tout ce que vous écrirez.
Merci de faire vivre mes mots par votre écoute.