mardi 21 août 2018

Eclectrique






(Lettre ouverte aux monomanes.)



Chers spécialistes monomaniaques,
Je sais que vous n'avez qu'un seul et unique centre d'intérêt, un hobby chronophage, une passion dévorante qui occulte tout le reste, et vous transforme souvent en bloc légèrement psychorigide. Je sais que vous cherchez sans cesse à vous dépasser dans votre matière, à atteindre le Nirvâna de votre dada, le contre-ut de votre violon d'Ingres.
Je sais combien d'heures vous consacrez à votre passe-temps, combien de plaisirs vous choisissez de ne pas vivre pour vous concentrer sur le seul qui vous agrée.
Je sais surtout que jamais je ne vous arriverai à la cheville question performance, compétence et autres rimes en anse.

C'est que moi, tout m'intéresse, et depuis toujours. Une vraie dilettante. Une amatrice. Une petite joueuse.
Oui tout me va et me fascine. La poudre nacrée des ailes de papillons, les souffleurs de verre, l'odeur du café quand on le torréfie, le moteur à explosion et la tourniquette pour faire la vinaigrette. Les saules pleureurs, les soles meunière, les grandes allées de palmiers et même les petits géraniums, là, au coin d'une fenêtre, pourvu qu'elle soit ouverte sur le monde.
J'aime la fabuleuse diversité que nous offrent à la fois la nature et la culture. Incapable de préférer l'une ou l'autre, de choisir, entre la mer et la montagne, entre un chalet niché dans la verdure au milieu de nulle part, et un marché aux épices, coloré et bruissant de monde.
J'aime tout, tout le temps, et plus encore. Je suis boulimique de cette richesse-là.
Mon hobby, c'est la vie. 
Je suis une fille éclectrique, vous le savez bien...
Et là, mystère et boule de vanille, je ne vous dis que ça, je reviens d'un voyage aux mille saveurs, j'en ai la rétine et les papilles toutes émoustillées, dites donc. Je ne saurais dire ce que j'ai préféré, de la blondeur d'un vin ou de la caresse d'un sable d'or sous les pieds. De la fraîcheur des cimes à la moiteur d'une ville en fête.
Ouvrez votre éventail des possibles, ne laissez nulle place où vos sens ne passent et repassent  : vous sentirez passer le train de la découverte devant vos yeux éblouis, et la douce brise de l'inédit embaumer vos joues. 
Non ? Je m'emballe ?
Vous préférez jouer la même carte, et dans votre même cour, toujours la même partition, certes de haut vol, mais jamais différente ? Jusqu'à devenir pointus et affûtés comme des lames ?
Moi, j'avoue, je ne serai jamais spécialiste de rien. J'ai trop à voir encore de ce vaste monde, et le temps me presse, c'est un vrai bonheur.


¸¸.•*¨*•


122 commentaires:

  1. Oh! Je te reconnais bien là, vanter toutes les belles choses de notre planète, les petites comme les grandes. En effet, pourquoi s'enfermer dans une seule chose et ne pas mettre le nez ailleurs? Je serai curieuse que tu nous dises d'où tu reviens mais je pense que tu vas encore nous écrire de fameux billets pétillants pour nous raconter ton voyage. Je t'embrasse et te souhaite une belle semaine.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Une retraite en moi-même, à un moment clé de ma vie, ça te parle ?
      Pas vraiment de quoi écrire des billets pétillants, c'était plutôt introspectif, presqu'un peu secret.
      Mais mon goût de l'éclectisme a rencontré des échos, et ça m'a fait un bien fou...
      Merci ma belle montagnarde, j'espère que tout va bien pour toi.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    2. alors si c'est une retraite en soi dont tu nous contes les bienfaits, c'est encore plus beau et plus pétillant.
      De mon côté, été un peu délicat mais je tiens le coup, accrochée à la paroi rocheuse que j'escalade. ;-) Bises alpines du matin tout fraîches.

      Supprimer
    3. Je te souhaite le meilleur dans cette ascension, surtout si elle te permet d'aller mieux.
      Je sais que tu as de la ressource.
      Gros bisous encourageants.
      ¸¸.•*¨*• 🦋

      Supprimer
  2. oui, trop à voir, à faire, à goûter et le temps presse, c'est exactement mon opinion :-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Un sentiment d'urgence qui ne me quitte plus depuis un certain temps. la vie est définitivement maintenant.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  3. Et nous chère Célestine dans l’eventail de nos possibles plaisirs il y a les lignes que vous laissez ici. Elles nous raconteront la ville, le marché, la montagne. Elles nous permettront de suivre les pas de la silhouette d’une femme-fée. Elles nous diront à mots couverts ou découverts, cousus ou décousus, mais toujours libres les caresses du vent sur un corps, la chaleur du soleil sur une épaule découverte, la couleur des épices, la fraîcheur de l’eau, le crissement du sable mouillé.
    Et nous lecteurs, on se sentira à la fois pauvres d’avoir manque de tels instants et comblés de leur seule évocation.
    Certains privilégiés doivent bien parfois croiser la route de cette femme, s’asseoir avec elle un instant, la suivre dans ses escapades....qu’ils en profitent bien. Ils ignorent à quel point nombre d’entre nous les envient.
    Mais nous lecteurs éclectiques et nombreux vos mots électriques et bleus suffiront à nos frissons.
    Et comme, pauvre lecteur, je ne le puis qu’en mots....je vous embrasse vous enserrant dans la ribambelle folle de ceux que vous nous avez réservé ce matin.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est très joli ce que vous écrivez, monsieur Monoman
      Toujours très flatteur et valorisant, et c'est un plaisir subtil que de caresser un peu son ego en lisant ce genre de mots...
      Merci à vous, et aux lecteurs auxquels vous associez ce commentaire.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  4. Tu as d'autant plus raison que le spécialiste sait beaucoup de chose sur un domaine réduit.
    Plus il est expert, plus le domaine est réduit.
    A la fin il sait absolument tout.
    Mais sur rien...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. https://www.youtube.com/watch?v=iYbc0Pae4lQ

      Supprimer
    2. Mais qu'est-ce que c'est ce bigntz ? Le lien copié ne marche pas quand on le colle !
      Aux grands maux les grands remèdes: tapez "La gigue des presque rien" d'Hugues Aufray...

      Supprimer
    3. Chouette chanson, mais qui est le dénommé « ???? »
      J'aime pas trop les anonymes.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    4. Someone qui connaît un peu Hugues...

      Supprimer
    5. Pensez-vous, l'hôtesse, que le petit âne gris se fût appelé "Onyme" ?

      Supprimer
    6. Et pourquoi il avance en masqué, celui-ci ? Il est comme les babouins, il a la peau lisse aux fesses ? :-)
      ¸¸.•*¨*• 🦋

      Supprimer
    7. ...'fin tu vois bien...jeudi, 23 août, 2018

      Vous ne croyez pas si bien dire chère Madame: comme vous, soit dit sans vouloir vous offenser, je partage au moins 97% de mes gènes avec l'Orang-Outan et le Bonobo !...

      Supprimer
    8. J'avais une idée mais le « chère Madame » ne cadre pas. :-)

      Supprimer
    9. Always the samejeudi, 23 août, 2018

      Quoique...
      Hé,hé...

      :o))

      Supprimer
  5. Les étoiles éclairent ciel et terre, céleste Célestine, c'est ton grand talent et ta force et cela est enchanteur. La vie est si courte en plus, merci pour ta gourmandise. Bises joyeuses. brigitte

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est une gourmandise, en effet.
      Une gourmandise de gourmet. j'aime la vie dans sa fabuleuse diversité.
      Et faire toujours la même chose pour moi, ressemblerait à manger le même plat chaque jour.
      L'indigestion serait vite là.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  6. Éclectique aussi mais moins gourmande que toi, empêchée par ma timidité et la solitude... Et cet été par une entorse qui m'immobilise depuis une semaine et qui peut être m'empêchera de retourner travailler lundi prochain.

    Ce sont de drôles de vacances ... électriques dans ma cheville, éclectiques dans mes lectures... et chaleureuses du soutien qui s'installe autour de moi.
    Bises Madame La Fée

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu n'es pas sans savoir qu'une entorse a une signification psychologique...
      Et je crois que tu as grand besoin de prendre soin de toi, et de réfléchir à ce qui coince dans ta vie...mais je ne t'apprends rien.
      En tout cas, je suis là même si mon soutien te semble virtuel, il l'est peut-être moins qu'en apparence...
      Gros bisous ma Suzame
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  7. Dans la même veine j'avais écouté (un peu) une interview d'un mec qui avait passé 40 ans à étudier les mouches !!! Je me suis toujours demandé si il avait tenté de sodomiser l'un de ces diptères ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Quelle vie !
      Oui j'avoue que c'est assez incompréhensible pour moi... ;-)
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    2. en même temps, est ce le même, ça lui a rapporté le nobel...
      https://france-amerique.com/fr/jules-hoffmann-specialiste-des-mouches-et-prix-nobel-francais-de-medecine/
      Emma

      Supprimer
    3. J'en suis heureuse pour lui...Ça peut être effectivement un but dans la vie...
      Bisous chère emma
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  8. Je suis bien en accord avec toi, ça me semble si triste de n'avoir qu'une passion qui devient obsession, possession (dans les deux sens d'ailleurs, et aucun des délicieux cinq sens en plus!)... Je ne suis pas intéressée par tout, mais partout... et quel bien-être assuré, comme pour toi qui butine, te pose, pars, reviens, regoûte (ou crache un peu?)... Vie immense!

    Baci sorellita...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je ne la conçois qu'ainsi, cette vie si belle et si profondément attirante, malgré ses pièges et ses horreurs sans nom.
      Baci bella ragazza
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  9. A ta suite j'ouvre mon eventail des possibles.....
    Rien que d'explorer l'ame humaine dans sa variété.....
    Un voyage interieur qui se nourrit de toutes ces expériences...
    Éclectique mais pas électrique je me regale a te lire dans tes nouvelles aventures

    Bises joyeuses

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est vrai que sur le plan de l'introspection, il y a de quoi faire...
      Bonnes découvertes à toi, Petrus
      Bises encourageantes
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  10. J'aime beaucoup les com' du Goût des autres et d'Andiamo. Être monomaniaque exige un sérieux et une attention que je n'ai pas. Ton billet me fait penser à un article que j'ai lu il n'y a pas longtemps sur un collectionneur ( je ne me souviens plus de quoi ). Je me souviens en tous cas du temps qu'il passait à ranger sa collection, oh mon Dieu !
    Ma seule collection à moi est une collection de papillonages. :)
    Bises.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ma collection à moi est une collection de collections en fait...
      Des instants, des merveilles, des moments, des chamades, des monuments, des oeuvres d'art, des rncontres...et j'en oublie, bien sûr...
      Bises cher Patrick
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  11. Une défaillance narcissique sans doute... Si tout le monde pouvait aimer la vie comme toi, le monde serait si beau...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est intéressant cette analyse...
      Peut-être bien, finalement, qu'il y a de ça...
      merci pour ton très beau compliment miss
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  12. La monomanie est avant tout l'expression d'un manque d'imagination. Il suffit parfois d'une idée et d'un sens du commerce aiguisé pour remplir une vie et faire fortune. Mais au final, quelle tristesse et quelle platitude.
    D'un autre côté, en s'intéressant à tout, c'est épuisant :-) et où prendra-t-on alors le temps de mourir ? ( réflexion venant du constat que les gens curieux de tout vivent plus longtemps et en meilleure santé mentale).

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mon commentaire parti trop tôt.
      Ce n'est pas parce que j'ai mille et une choses à faire que je peux tolérer tant de précipitation...

      Ti bacio mia Cara

      Supprimer
    2. Personnellement, pour ce qui est de mourir, je ne suis pas pressée des masses...
      Mais je veux bien croire au manque d'imagination des monomaniaques.
      C'est triste et plat, en effet, une vie consacrée à la même chose, toujours.
      Quant à l'épuisement des gens qui brûlent la (fière) chandelle par les deux bouts, ...no comment !
      Ti bacio, mio caro

      Supprimer
    3. Je n'ai jamais dit que ça pressait, bien au contraire, puisque la curiosité est une source de jouvence.
      Baci Carrissima

      Supprimer
    4. J'aime bien l'idée que la curiosité soit source de bonne santé...
      Baci anche

      Supprimer
  13. Profiter de tous les plaisirs de la vie … cela permet aussi de s'extasier de ces petits tout et n'importe quoi, grand comme petit, de profiter des trésors qu'offrent la nature, même si ce n'est qu'un nuage en forme d'animal.
    Goûter à tout, ne se lasser de rien. Vouloir tout découvrir, tout connaître, mais en gardant la valeur originelle, sans forcément tout disséquer …
    C'est ptet pour ça que j'aime tant mon métier : on est obligé de toucher à tout ;-)
    Et c'est peut-être aussi ce qui me donne une personnalité antagonique, capable d'aimer et de m'intéresser à des choses que tout oppose (mais j'ai une bonne excuse pour ça … :-P)
    Mais j'ai un défaut : j'aimerais pouvoir être experte en tout, mais c'est impossible.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu as raison, je n'aurais pas pu faire un autre métier que celui-là, qui est éclectique par définition...
      Quel bonheur de pouvoir effleurer tous les sujets !
      Merci de ton éclairage, Sabine, je n'y avais pas pensé en écrivant mon billet, mais c'est vrai que je l'ai souvent dit : je n'aurais pas pu enseigner une seule matière... Quel ennui prodigieux !
      bises

      Supprimer
  14. La passion unique, obsessionnelle, est le propre des chercheurs, des créateurs, des artistes. Elle est déraisonnable, inexplicable et quasi-inracontable. "Rien de grand ne s'est fait dans le monde sans passion", qui a dit ça déjà? Je ne sais plus, mais je crois qu'il y a ceux qui ont une passion pour quelque chose et que cela dépasse, et ceux qui se passionnent pour une multitude de choses, d'expériences qui peuvent tout à fait être disparates mais qui n'en rendent pas moins la vie riche et inspirante.
    Passion pour ou par, il n'y a pas d'échelle de valeur qui tienne pour moi. La passion est une richesse, un moteur formidable, le terreau de toutes les émotions, les créations, les relations, elle est le contraire de l'économie. Pour celui-là le présent infiniment, passionnément renouvelé vers un seul idéal, pour toi une succession de présents vécus le plus lucidement, le plus intensément possible.
    Dans tous les cas, c'est être vivant. Passionnément vivant.



    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tes remarques sont très justes, mais ce n'est pas du tout aux chercheurs, artistes ou créateurs que je pensais...bien évidemment certaines passions sont terriblement prenantes et dépassent ceux qui en sont l'objet. Tous les grands peintres ou poètes, les écrivains, ont consacré et sacrifié leur temps à leur passion, certains en sont même devenus fous.
      Je pensais plutôt aux monomaniaques du quotidien, j'allais dire du dimanche, ceux qui ne sortent pas de leur zone de confort, qui consacrent tout leur temps libre à un sport ou à une collection de capsules de bière...

      J'aime beaucoup ton dernier paragraphe, vraiment exaltant.
      Tout moi en quelques lignes bien trempées.
      Merci♥

      Supprimer
    2. Vois-tu, c'est cette condamnation quasi unanime qui me chiffonne un brin... Surtout quand ça vient de personnes qui, il y a peu, condamnaient sans appel les jugements hâtifs.
      Comme s'il n'y avait qu'une seule façon valable d'envisager la vie, et de la vivre. Mais parfois on se dégote le graal qu'on peut, et je ne vois pas ce que ça peut avoir de méprisable. Pour des raisons diverses et qui n'appartiennent qu'à chacun, nous n'empruntons pas tous le même chemin. Pour certains c'est une succession de virages plus ou moins serrés, pour d'autres il est semé d'embardées ou de chemins de traverse, pour d'autres encore c'est une longue route droite, et il y a ceux qui restent sur place, volontaires ou contraints... Et aucun n'est moins humain que l'autre, du moins tant qu'il ne tape sur personne :-)
      Bisous variés

      Supprimer
    3. Condamnation le mot est un peu fort... moi-même je ne condamne pas, ni ne juge ceux qui ne font pas comme moi. J'exprime juste mes ressentis et ma façon de vivre. Mais quand on est confronté à un de ces monomaniaques pendant un certain nombre d'années, on est sans doute un peu moins objectif que ce que tu l'es.
      Après il y a l'effet des blogs, tu t'es aperçue toi-même sur le tien que globalement les gens sont toujours un peu d'accord avec ce que tu écris, c'est normal. J'aime, en revanche que chacun s'exprime même dans la dissidence, c'est ce qui fait la richesse des débats.
      merci pour ton éclairage. Cela ne change pas ma boulimie de vivre, mais je conçois tout à fait que l'on puisse vivre autrement.
      Bisous joyeux
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer

    4. Qu'est-ce que tu as contre les capsules de bière ? Te serais-tu cassé une dent sur l'une d'elles ?
      J'espère au moins que ce n'est pas une dent de sagesse !…
      ;-)

      Supprimer
    5. Rien rien, j'ai rien absolument rien contre les capsules de bière, j'aime les capsules de bière, j'adore les capsules de bière, d'ailleurs je vais illico me commencer une petite collection de capsules de bière ...
      ;-) ;-) ;-)
       •.¸¸.•*`*•.¸¸✿

      Supprimer
  15. Ma passion est unique et savoureuse. Elle fait en sorte de m'ouvrir à tout le reste sauf que sans sa présence tout devient insipide et beige. Il y a ma Passion... et tout le reste ! et quel "reste" my god (chez moi, les montagnes colorées à l'automne et l'incomparable fleuve St-Laurent, le chant mélodique des grands oiseaux derrière chez moi, entre autres...) ! En réalité je dis à peu près la même chose que toi, en d'autres mots. kéa

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui je comprends ce que tu appelles ta passion...Tant qu'il ne t'empêche pas de t'ouvrir à tout le reste, bien sûr, c'est formidable...La magie de l'amour, en quelque sorte.
      Oh comme j'aimerais découvrir ton beau pays, Kéa. je ne savais pas que tu étais québécoise.
      Bisous

      Supprimer
  16. Quels jolis mots poétiques. Ta pensée est complexe. Cela ne me doute. Complexus tissé avec, ensemble. J'allais dire une pensée "syncrétique", mais je ne l'ai pas dit. Mon non. Mais, quand même, car même si ce mot est connoté religions, cela veut pourtant dire ce que cela veut dire. Et mais que ce cela suppose, pour ma décharge, ton électrique éclectique, aussi. Et cela ne m'étonne.

    Air.

    De près de Brest, un âne honni

    Moi. Je suis fan de toi, mais ça…

    Nb : En botanique, les catalpas chaussés de lierre on été oubliés, ci-dessus, perdus sans doute parmi les saules pleureurs, mais bon, seront pas rancuniers…


    biz farfallinetta

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah ça y est, je vois qui tu es, anonyme poète, fan de moi...
      Merci pour tes mots, vastes comme la nuit et comme la clarté.
      j'essaie de me repérer dans tes forêts de symboles et de ne pas rater ma correspondance :-)
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  17. Remarque que dans quelques mètres carrés de sous-bois, tu peux trouver de quoi t'occuper pendant des années... ;-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Durant quelques heures, sans doute, je vais y trouver mon bonheur. Mais des années...non impossible pour moi, je mourrais sur pied, desséchée comme un pauvre champignon.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  18. Et voila, encore… que tu m'inspires, et que j'en respire :

    Penser complexe

    Nécessité…

    Il naîtra bien un jour, ici-bas, une pensée essentielle. Et qui ajustera ensemble, en les entrelaçant, nos pièces d’étoffes déchirées, nos morceaux solitaires écartelés. Ainsi, enfin, seront honorés l’autre et le divers, mais aussi, en même temps et de conserve, seront nourris l’un ou le tout. Finalement, patiemment, cette pensée nouvelle pourra étendre la longue et douloureuse quête de tous nos liens brodés.

    Pensée s’insinuant au travers des racines du tréfonds des mystères.
    Pensée syncrétique aux innombrables dimensions de vastes multitudes.
    Pensée assassine des hasards, au rythme des rondes endiablées des divers cerclant le tout, de l’un tournoyant sans fin autour des autres.
    Pensée éco-logique qui jamais n’enchaîne l’objet dans une cage dorée, écartée, mais délie et dévoile ses fils argentés, tissés, cloués aux paysages des cultures, aux tableaux des économies et aux œuvres de la nature.
    Pensée sage qui sur sa proue ayant fourbi l’action, sait, tel un grand stratège, se fléchir, se réfléchir, s’infléchir. Modifier et transformer sa marche, ou s’arrêter soudain sur un chemin brisé.
    Pensée qui absorbée par son miroir peut y mirer, au meilleur de l’action, sa propre quête toujours inaboutie. Oui, d’action il n’y a, que si hasard est là !

    Ainsi l’homme ne sera pas le breuvage « vouloir Tout, explorer, domestiquer le divers » mais le philtre puissant du duo formidable : « rêver tout, en ciselant divers », « songer aux autres et en œuvrant sur l’un ».

    re biz farfallina bleue

    :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'aime beaucoup cette pensée essentielle à naître, qui réunit les aspirations à la diversité et l'oeuvre unique.
      Qui rassemble les étoffes en un patchwork.
      Tu es très inspiré, pour mon grand plaisir.
      Bises, anonyme cavalier de l'apocalypse selon toi-même ;-)
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  19. Tu es une vraie gourmande de vie, Célestine et là tu viens, si j'en crois ton texte, d'en prendre un énorme plateau garni!
    Bises

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Un énorme plateau, oui, et je rêve déjà de repartir...
      Bisous ma jardinière qui se consacre à la profusion des fleurs, mais qui a sûrement d'autres pôles d'intérêt, non ?
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  20. Comme on se retrouve encore et toujours ��. Mon éclectisme à moi se nourrit de mon incapacité à choisir. Alors dans TOUS les domaines, je pioche à l’aveuglette ce que je vais regarder, écouter, goûter, lire, sentir, cuisiner etc .....

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Incapacité à choisir ? Mais tu choisis, ma Myo. Tu choisis la Vie, avec un grand V comme vertige...
      Et c'est ce que j'aime, moi aussi.
      Eprouver du vertige devant l'infinie palette des découvertes qui s'offrent à nous...
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  21. Surtout, ne change rien Célestine.
    La variété, c'est le sel, le sucre, l'épice, l'acide, l'amer, le grand, le petit… de la Vie !
    Je te comprends, j'en fait des collages pour tout réunir...
    Bisous,
    eMmA

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'apprécie d'ailleurs beaucoup tes collages : la vie est un patchwork, comme je le dis plus haut à un de mes lecteurs. et tu sais la mettre en lumière et en couleurs
      Bisous chère eMmA
      ¸¸.•*¨*• 🦋

      Supprimer
  22. Ah ! Je n'osais pas te le dire mais c'est vrai que ton côté touche-à-tout, petit génie et Pic de la Mirandole est un peu exaspérant...

    Puisque tu vas à la pêche aux compliments, je peux t'en faire plein, Chère Célestine. Mais je suis surtout content que tu sois heureuse de tes vacances.

    Bises.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah mon cher Aldor, bien sûr que les gens heureux, ouverts à tout et toujours contents de leur mille petites expériences ont quelque chose d' exaspérant, j'en ai conscience. Très souvent on me l'a dit. Mais je suis comme je suis, et faire semblant d'être autrement ne serait pas honnête. (je réponds sérieusement car je ne vois pas de smiley à côté de ta première phrase qui pourrait faire éventuellement penser à du second degré.
      Je ne prétends pas avoir raison, et je ne pêche rien du tout, les gens sont libres de me dire et de m'écrire ce qu'ils veulent (toi y compris)
      Alors tu as bien fait d'oser : il y a quelques années, j'aurais sans doute été déstabilisée par ta remarque, mais tu me permets de vérifier que le travail que j'ai entrepris sur moi-même porte ses fruits.

      Bises

      Supprimer
  23. Que ces choses là sont dites avec verve et humour!! Je me reconnais tout à fait dans ton autoportrait ma belle. Picorer le doux, dévorer le beau, aller deci, delà, ouvrir les yeux, tester, tenter, essayer… bisoussssssss

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. L'humour restera à tout jamais l'héritage de mon paternel, et c'est vrai que ça permet de s'exprimer en toute sincérité tout en désamorçant certaines bombes...
      Bien sûr qu'on se ressemble, ma Brizou. Je le sais depuis le début.

      Supprimer
  24. Pas monomaniaque ?
    Stéréophoniaque alors ?
    Voire quadriphoniricodémoniqaque ?

    Revenue avec la niaque, toujours ! ;-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Toujours, et je dirai même : de plus en plus !
      Une niaque que tu ne peux imaginer ...
      Hihi !
      ¸¸.•*¨*• 🦋

      Supprimer
  25. quadriphoniricodémoniaque, plutôt !

    Ca m'apprendra à vouloir inventer des mots-valises trop lourdes qui empêchent de faire des miracles !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'adore ton mot valise, même si tu t'y es pris à deux fois, mon oncle putatif !
      ¸¸.•*¨*• 🦋

      Supprimer
    2. trop lourdes qui empêchent de faire des miracles : ça alors...

      Supprimer
    3. Il est doué, hein mon Bof, cet oncle putatif ... ;-)
      ¸¸.•*¨*• 🦋

      Supprimer
  26. Bonjour Célestine ! Il y a un bail que je ne suis pas venue te lire... et j'avais oublié le chemin de ton blog. J'ai tjours le même plaisir à te lire. Comme toi, je ne suis spécialiste en rien (peut-être tout de même la généalogie que je pratique depuis 47 ans ?)mais je croque la vie et ouvre les ueux sur le monde avec avidité. Le temps m'est compté et je ne veux pasd le perdre ! ! !
    Je suis si contente de t'avoir retrouvée...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci merci, chère Bourlingueuse, moi aussi je suis ravie de t'avoir retrouvée.
      Bisous célestes
      ¸¸.•*¨*• 🦋

      Supprimer
  27. Trop pressée, les fautes de frappe m'ont échappé ! Pardon !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bouh...on n'est pas à l'école alors je ne fais pas ma maîtresse ^^
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  28. Je sais que ce billet ne me concerne pas ! Je ne suis pas un spécialiste, ou alors en rien, mais en tout petit rien. Rien ne me passionne en général et tout me passionne en particulier, ou alors c'est le contraire. C'est sûrement pour cette raison que je ne suis ni bon à tout, ni trop mauvais à rien ;)
    Je n'ai pas de passions dévorantes au point d'en devenir ch.... pour les autres, qui devraient éviter le sujet avec moi...
    Aucune passion exclusive monopolisant mes ressources, aucune envie de voir s'écrouler un jour cette unique passion comme un château de cartes et risquer de me retrouver triste comme un menhir... D'ailleurs, les menhirs peuvent-ils être tristes ?
    Non ! Il me faudrait une passion de secours comme une auto a une roue du même nom.
    OK, j'ai la passion des choses simples de la vie. Rien de pointu, rien qui ne s'affûte.
    D'ailleurs, à trop vouloir s'affûter comme une vieille lame de scie, on risque de vite devenir rasant, pour ne pas dire rasoir...
    Ce qui n'est évidemment pas le cas de ta passion des mots. Tu les distilles par petites doses, avec beaucoup de délicatesse, beaucoup de talent, par petits billets très doux, pour le plaisir de te lire.
    tu es une fille éclectrique. Moitié électrique comme tout au long de la vie qui pique... Moitié éclectique comme... Mais dit donc, au fait, c'est quoi l'éclectisme ?
    Ah oui, ce mot ne m'est pas inconnu...
    https://www.youtube.com/watch?v=uemAGKeeVOo

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah les inconnus...j'adore !
      C'est vrai, j'ai la passion des mots, mais aussi de la lecture, du théâtre, du cinéma, de la musique, de la nature, et de tellement d'autres choses encore que la liste deviendrait rébarbative.
      J'aime ta façon de t'approprier mon sujet, c'est très bien dit, tout ça, ont le passage sur les vieilles lames...
      Quant aux menhirs, ils m'intéressent aussi beaucoup...peut-être parce que j'ai la passion du mystère ?
      Bisous du soir
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    2. Mince ! Je ne voulais pas m'approprier ton sujet;) Je crois que je ne sais pas commenter, alors, j'écris comme cela vient.

      Supprimer
    3. Mais ce n'était pas un reproche, c'était de l'admiration.
      S'approprier le sujet, cela veut dire le faire sien, et faire émerger ce qu'il fait résonner en soi. C'est très difficile. C'est comme s'approprier une chanson, ou un poème.
      C'est interpréter avec sa propre sensibilité.
      Toi, tu ne sais pas commenter ? Souffre que je m'esbaudisse ! ;-)
      •.¸¸.•*`*•.¸¸✿

      Supprimer
    4. Bon, j'ai un peu exagéré, un petit moment de flottement... Je n'ai pas pris ta réponse comme un reproche, rassure toi :)
      Pour ton intérêt pour les menhirs, je pense à un titre de bandes dessinés à l'égale d'Asterix chez les gaulois : Célestix et la passion du mystère...

      Supprimer
    5. Célestix : celle-là, on ne me l'avait jamais faite ! ;-)
      •.¸¸.•*`*•.¸¸✿

      Supprimer
  29. Moi je suis monomaniaque du pluralisme, de l'exhaustivité, de l'encyclopédisme, du mélange de genres, du paradoxe, du foisonnement, de la profusion, j'aime quand ça pullule, quand ça repeuple, j'aime les feux d'artifices en ribambelle, les catalogues, les sextuplés, les quarterons, faut que ce soit abondant, redondant, débordant, luxuriant, touffu, que ça fourmille, que ça grouille, j'aime avoir une belle palette arc-en-ciel de choix divers, quoi ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'adore ! C'est tout à fait ça. Tu es flamboyant, le Patrick Grainville du commentaire.
      Revient plus souvent, Saouf, puisque je te dis que j'adore !
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  30. Tout m'intéresse, enfin presque. J'avoue un certain rejet des histoires de c.. de Trump, des avions de chasse et du foot. Encore que...pour le foot je peux prêter une oreille aux résultats.
    Éclectique, c'est toi qui le dis, toucheàtout,volage.
    On est comme ça. 😊

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bon c'est vrai que tes exemples sont tout à fait pertinents : quand je dis que tout m'intéresse, effectivement, c'est peut-être un peu trop général... J'essaie de considérer les choses sans a-priori, mais c'est vrai que trump...bon, évidemment...
      Voilà j'aime butiner. 😊
      Bises
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  31. Ah oui, t'étais où ?
    Parce que toi aussi tu m'intéresses. 😉

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est gentil. Mais pour l'instant, je peux juste dire que ce séjour loin des écrans m'a fait un bien fou. Une sorte de retraite en moi-même, à un moment-clé de ma vie...
      Un peu de montagne, un peu de mer...
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  32. Je fais comme je peux, il suffit de me voir en ce moment, grand' mère fatiguée avec un clavier incertain.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je ne suis pas certaine que l'éclectisme ait grand chose à voir avec l'âge...
      Même clouée sur un lit, je crois que je m'intéresserai encore à mille choses. Ne serait-ce qu'à travers les bouquins, ou internet...
      Bon courage chère Heure Bleue.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  33. Quel joli texte pétillant comme toi. Il y a tellement de belles choses à découvrir de par le monde, et je comprends ta boulimie de découverte... Mais on n'a pas toujours la possibilité ou les moyens de l'explorer... Il suffit alors d'ouvrir ses yeux, car mille merveilles nous entourent, là tout près... et le monde et la nature sont toujours en changement... Le ciel d'un jour n'est pas celui du lendemain, une fleur en bouton demain sera éclose...
    Merci ma belle pour ce joli texte!
    bisous

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oh mais je n'ai pas forcément envie d'aller au bout du monde...
      Et dans un jardin déjà, il y a mille choses à découvrir, tu as raison.
      C'est ma façon d'aimer la vie et de lui rendre grâce pour tout ce qu'elle m'offre journellement.
      Merci d'avoir apprécié, belle conteuse
      Bisous
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  34. Je suis moi-même un dilettante, et si j'ai eu une spécialité, dans ma vie, l'enseignement des lettres, elle me permettait quand même d'accéder à une richesse et une variété infinies de textes et d'univers ... De quoi satisfaire cette boulimie que vous décrivez si bien.
    L'on peut entendre que certains ne possèdent pas ce désir d'ouverture au monde, et se replient sur un lieu, un métier, une passion.
    C'est respectable. Ils illustrent eux-mêmes cette variété dont nous parlons.
    Bien à vous, chère précieuse. Vous m'avez manqué.
    ~L~

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tout à fait. Chacun fait ce qu'il veut (ou peut)
      Peut-être aurais-je dû donner une autre forme que celle d'une lettre, mais j'aime bien écrire des lettres, c'est mon côté épistolaire...je crains qu'on y voie une polémique là où il n'y a que l'expression de mes goûts personnels...
      Merci en tout cas cher Lorenzaccio, pour votre éclairage.
       •.¸¸.•*`*•.¸¸✿
       •.¸¸.•*`*•.¸¸✿

      Supprimer

  35. L'incapacité à choisir n'est-elle pas une entrave dans l'existence ?
    J'ai de la difficulté à envisager que l'on puisse s'intéresser à tout et à tous de manière égale. En tout cas cela ne me correspond pas.
    Cerner des centres d'intérêt et se passionner pour ceux –là occupe largement des journées entières…

    Ne pas confondre l'ardeur du vivre et la boulimie
    (je ne dis pas que tu confonds… je tente d'exprimer mon point de vue)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu es quand même bien placé pour savoir que j'ai une grande capacité à faire des choix, et même de très impliquants, voire courageux ...Je ne dis pas que je m'intéresse à tout de manière égale. je dis juste que je varie les plaisirs et les découvertes que je choisis...
      J'ai parlé de boulimie, mais ce mot est empreint de telle négativité que j'aurais effectivement plutôt dû parler d'ardeur de vivre ou de curiosité intellectuelle...
      mais je n'ai rien contre les monomanes, je tentais moi aussi d'exprimer mon point de vue d'être humain qui a eu à rencontrer parfois des gens complètement absorbés par un sujet, au point d'en devenir chiantissimes...
      J'ai la passion des étoiles, mais si je ne parlais que de ça, je pense que les gens déserteraient mon blog depuis longtemps. Même chose pour l'écriture, les jardins, les musées, la poésie, la musique...
      Touche-à-tout, c'est exagéré, je dirais « touche à plein de choses »: mais si je touche quelque chose qui ne me plaît pas, je pars en courant quand même !
      Bisous mon Babar, merci de ta participation, comme ils disent à la TV ;-)
       •.¸¸.•*`*•.¸¸✿

      Supprimer
  36. Une lecture qui fait du bien et rappelle cet essentiel que je partage en Y mettant des mots que je sens m'appartenir un peu en les lisant. Moi non plus je ne serai jamais spécialiste de rien, allons voir et sentir le monde, en ouvrant sa Fenetre le matin ou en traversant les océans.
    Merci pour ce texte,
    Kiss love

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Voir et sentir le monde, oui, cela correspond assez à ce que je voulais dire.
      merci marie.
      As-tu un blog ?
       •.¸¸.•*`*•.¸¸✿

      Supprimer
  37. Mais que vois-je? Ma Céleste est de retour avec un billet comme je les aime.
    Ton amour de la vie ne se dément pas, d’annee en année tu restes la même...
    Bises
    Angela

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui je reste la même, tu as raison... Je vais peut-être devenir une monomaniaque de l'éclectisme ? ;-)
       •.¸¸.•*`*•.¸¸✿

      Supprimer
  38. Éclectrique est une jolie création de mot. Certains se passionnent pour la réhabilitation du subjonctif imparfait dans la langue française... pas exclusivement note. Je te suis plutôt bien .
    Les artistes sont aussi parfois très curieux et très paresseux. Ou alors quand ce sont des génies. Ce qu'ils font en 2 heures, nous on le fait en deux ans.
    Je m'en vais goûter un peu de glace vanille là-dessus.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est vrai, il y a tout cela dans l'éclectrisme : beaucoup de passion et d'étincelles pour des tas de choses disparates.
      J'aime.
      Merci Pivoine
       •.¸¸.•*`*•.¸¸✿

      Supprimer
  39. Vive l'électrisme chère Célestine !
    Doux week end :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. De même, ma Cloudy ♥
       •.¸¸.•*`*•.¸¸✿

      Supprimer
    2. C'est pas "l'éclectrisme" c'est "l'eclectricité" !
      Pfff...

      Supprimer
    3. Précision très judicieuse, cher Goût. Enfin, tout dépend de quel point de vue on se place... :-)
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  40. Chère Célestine, cela ne devrait pas t'étonner si je te dis que je ne partage pas entièrement le point de vue que tu adoptes dans certaines réponses. Je ressemble davantage à la Baladine et lorsque je lis : "C'est triste et plat, en effet, une vie consacrée à la même chose, toujours." j'ai envie de demander comment le sais-tu sans l'avoir expérimenté ? Je comprends que cela ne te convienne pas, que cela ne convienne pas à la plupart des personnes, cependant je repense au reportage sur le petit moine tibétain que tu nous avais proposé, les appelles-tu monomaniaques, juges-tu que leur vie est triste et plate ? Dans un autre registre pour avoir un beau jardin, il faut l'arroser et pour cela il faut creuser un puits et cela suppose de ne pas trop s'écarter. En creusant, il est possible de regarder autour, de s'émerveiller mais il y a une tâche à ne pas perdre de vue et à accomplir.
    Bon week-end

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'entends ce que tu veux dire, Nicole, mais je crois que je me suis mal exprimée : je suis pleine d'admiration pour mon petit moine tibétain, qui a une vie extrêmement riche spirituellement et intellectuellement, et se consacre chaque jour à de multiples tâches. Et au grand jamais je n'aurais pensé à le stigmatiser comme monomane.
      Encore une fois, j'essaie juste ici de parler des gens qui ont un hobby envahissant, qui passe avant tout le reste, c'est à dire leur famille, leurs amis, et qui pense de surcroit que leur hobby est supérieur à ceux des autres. Et quand tu dis que je ne l'ai pas expérimenté, eh bien, si, je l'ai expérimenté et je peux te dire que partager la vie de quelqu'un qui ne pense et ne s'intéresse qu'à une seule chose, ( un sport, par exemple) c'est assez démoralisant...et au final, destructeur de la relation.
      Mais je ne fais qu'exprimer mes ressentis, et tant qu'ils n'empiètent pas sur mon espace vital, je respecte totalement les gens qui ne pensent pas comme moi.
      Je t'embrasse, merci de ton point de vue qui me permet de préciser le mien.
      •.¸¸.•*`*•.¸¸✿

      Supprimer
    2. Célestine, à moi de préciser mes phrases, je vais poursuivre la métaphore, lorsque je parlais de l'expérience de "creuser le puits" je voulais dire l'expérience personnelle, tu as choisi plutôt de bêcher le jardin, ce qui est différent et fécond d'une autre manière. Quant aux monomaniaques dont la manie est "MOI", pour avoir été sous l'emprise d'un de ceux-là, je te rejoins pleinement.

      Supprimer
    3. Chère Nicole,
      Ta métaphore est très juste, je me permettrai juste de te préciser que si, ici sur ce blog généraliste, je cultive mon jardin, je peux t'assurer que sur un autre blog beaucoup plus intime, je creuse le puits depuis un certain nombre de mois...Ce qui prouve que les deux démarches ne sont nullement incompatibles. Et que mon amour de la profusion passe aussi par une alternance de plaisirs hédonistes et de travail sur moi très ardu.
      En tout cas, c'est ce qui m'a été nécessaire pour me dégager d'une de ces emprise dont tu parles.

      Gros bisous
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  41. Éclectique...un mot que j'aime, qui claque comme un élastique. Tu vois ce que je veux dire ? Tu tires à hue et à dia sur ce fil apparemment docile et paf, tu te le prends sur le nez ou ailleurs ! Tends l'oreille et écoute chanter Dominique : éclectique nique nique s'en allait sur le chemin ohé ohé ohé ...
    Oui, faire ce que l'on veut quand on le peut, quitte à rentrer dans le rang comme une gentille fille sage. Marcher au pas, dans les traces d'un autre, repose quelquefois. Se laisser porter aussi de temps en temps jusqu'à reprendre son indépendance physique, intellectuelle. Rien ne me déprime plus que le gnan-gnan d'une journée où chaque heure ressemble à la précédente, mais rien ne me repose plus, aussi ! Bref..."Faisez" ce que vous voulez et puis c'est tout ! (Rire)
    Gros bisous, je file au lit, un pavé m'attend sur la table de nuit ! Plus de 1000 pages à lire, je n'en suis qu'au début ! Jean, lui, est DANS le lit ! Je suis gentille quand même ! Hein ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu es adorable, tu veux dire...
      J'ai bien suivi ton cheminement intellectuel, qui oscille du "j'aime bien sortir des sentiers battus" au "ça me repose de faire comme tout le monde"
      mais je te sais éclectique dans tes goûts, tu n'as pas qu'un seul sujet de conversation, et tu t'intéresses à beaucoup de choses.
      Alors élastique, peut-être, mais tu y trouves ton compte, non ?
      Bisous bisous
      •.¸¸.•*`*•.¸¸✿

      Supprimer
    2. oui oui ! J'y trouve mon compte ! Clément est venu nous faire une petite visite, il reviendra demain manger sa cuisse de poulet ! :D Nous allons nous inscrire tous les deux, dans un tournoi des familles, "le trophée BNP Paribas de la famille". J'ai déjà mal au ventre. Pourvu qu'il ne soit pas déçu par les prestations de sa mamie. On devrait s'amuser mais... il va falloir que je m'applique. 61 ans nous séparent, il ne faudrait pas que ça se voit trop ! Je ne le dépasse que d'une tête, je vais mettre un masque sur mon visage pour qu'on ne voit pas mes rides ! :D Bisous

      Supprimer
    3. Moi ce que j'aime en toi, c'est ton énergie. Et je crois qu'elle empêche largement de voir tes rides !
      Bon courage pour ce match du siècle.
      Et que le meilleur gagne !
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  42. "Spécialiste de rien"..., j'ajoutais "curieux de tout" dans mes pensées pour en faire une devise... une épitaphe pré-mortem !
    Bon dimanche Célestine

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Curieux de tout...oui ça résume très bien mon propos.
      Belle journée Francis
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  43. Comme moi, spécialiste de rien. Je butine, je vais, je viens. j'essaie d'être libre( pas toujours facile!). Je suis un amateur, un touche à tout, un bricoleur…..Ah que j'aime ça !!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. pas toujours facile, non !
      mais tu ne te débrouilles pas trop mal ...
      Kiss
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  44. Je tente de rattraper mes retards et j'ai lu tout ce que tu avais écrit pendant mon absence. Pas assez de temps pour tout commenter, et tout ne me parle pas. Mais j'aime bien cette note là. Souvent je me suis posé la question de savoir si c'était une qualité ou un défaut que d'être éclectique, et souvent je me le reproche, en me disant que je ne serai jamais par exemple une grande photographe, parce qu'il y a trop de choses que j'aime à côté de ça, et qui prennent du temps sur ce qui pourrait être consacré à la photo. Comme, entre autres, le jardin, la lecture, la cuisine, les gens en général, famille ou amis ou inconnus, et le domaine créatif aussi. Et tout le reste qui m'intéresse ponctuellement au détour d'une découverte, d'une lecture, d'une émission... Mais pour la même raison je ne serai jamais une grande jardinière, ni ne lirai tout ce qu'il y a à lire, ni ne consacrerai assez de temps à ceux que j'aime, etc... Car il y a toujours quelque chose d'autre à faire. Et même sur un seul domaine, la photo par exemple, je suis incapable de choisir entre la nature et le portrait, j'aime les deux, en passant par d'autres domaines aussi...
    Eclectique, c'est un joli mot, éclectrique aussi, mais je me sens surtout brouillonne moi !
    Je me demande comment font ceux qui arrivent à tout faire, à tout concilier, qui sont bons partout, et qui en plus ont une maison bien rangée ! :)

    RépondreSupprimer



Je lis tous vos petits grains de sel. Je n'ai pas toujours le temps de répondre tout de suite. Mais je finis toujours par le faire. Vous êtes mon eau vive, mon rayon de soleil, ma force tranquille.
Merci par avance pour tout ce que vous écrirez.
Merci de faire vivre mes mots par votre écoute.