vendredi 8 juin 2018

Choucroute








En troisième, au lycée, la Petite Fille louchait vers le splendide chignon choucroute de son amie Valérie, qui vouait à BB une admiration sans borne. 
Elle, avec sa chevelure ébouriffée en baguettes de tambour, se trouvait moche. Ou tout au moins insignifiante.
Il lui semblait que les autres avaient toujours quelque chose de mieux qu'elle : les mains de Christine étaient fabuleuses : blanches comme des colombes, douces et potelées. Les siennes étaient longues et maigres.
La Petite Fille était montée en graine et dépassait tout le monde d'une tête et cela la rendait triste. 
Et le soir, dans son miroir, la Petite Fille comptait ses taches de rousseur la mort dans l'âme en pensant au teint ambré parfait de Veronica. 
Avoir quatorze ans, aurait été simple si elle avait connu son ami Alain et son proverbe : « comparaison égale poison »... 
Mais à l'âge ingrat où la chrysalide n'est pas encore papillon, chaque défaut physique prend la tragique importance d'une disgrâce.
Quoi d'étonnant à ce que la Petite Fille eût été si surprise qu'on la trouvât jolie, quelque temps plus tard ?




 ¸¸.•*¨*•

92 commentaires:

  1. Valérie, Christine et Véronica étaient peut-être jalouses que Célestine comprenne toujours tout du premier coup et que, grande comme ça, elle faisait plus que leurs 14 ans... mais ça, elles ne le dirent pas.
    Ti bacio Piccola Ragazza

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah ça pour sûr ! On n'est pas sérieux quand on a quatorze ans...
      Et on se trouve toujours tous les défauts de la création...
      Apprendre à positiver, ca demande des décennies !
      Baci caro mio
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  2. Et la petite fille, grande par la taille, était aussi grande par le cœur. Et cela c'est le plus important. ;-) Bises alpines ma belle frangine.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Dans un monde de l'apparence, il est bon de le rappeler...
      La phrase de Saint-Ex est toujours valable. Et j'en ai croisé, dans ma carrière, de ces vilains petits canards qui n'aimaient pas leur image.
      Et encore, à l'âge adulte, des gens qui ploient sous la dictature du paraître.
      Mais comment changer cela, et ne plus voir des gens se voir refuser un travail à cause d élevé apparence physique ?
      Bises frangine, belle journée ?
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  3. aucune gamine de 14 ans ne se croit belle, sauf si on le lui a dit et répété, mais je préfère qu'on les complimente sur des choses auxquelles elles ont du mérite ;-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai entendu un jour une phrase très juste: " la beauté n'est pas une qualité, c'est juste une chance"
      Et il est vrai que les gens n'ont aucun mérite à être beau. Même si le compliment flatte l'ego et fait plaisir, il n'est absolument pas justifié... Mais à quatorze ans, les ados sont fragiles et préoccupés par leur image. Filles comme garçons d'ailleurs. Il reste à réinventer une société dans laquelle le physique passerait au second plan...il y a du boulot !
      :-)

      Supprimer
  4. Toute différence de langage, d'aspect ou de comprehension peut, et particulièrement à l'adolescence, générer en reaction soit une attraction, soit un rejet.
    La Petite fille est attirée par le chignon ou par la main douce et potelee ; elle craint que ses mains longues minces et cependant belles soient rejetées par ses amies.
    Mais peut etre que Valérie, Christine ou Veronica admiraient les mains longues et minces comme celles d'une pianiste... ou d'une guitariste

    Bises musicales

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il y a aussi le fait que l'on n'est jamais content de ce que l'on a, et cela perdure bien après l'adolescence, phénomène accentué par les travers de la consommation qui fait miroiter toujours de nouveaux besoins imaginaires...
      Heureusement, il est possible de s'extraire de ce cercle infernal des jamais contents.
      J'ai appris à me satisfaire de mon apparence le jour où j'ai compris qu'elle était le reflet de mon interieur, de ma lumière.
      Mais c'est un chemin long et compliqué

      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  5. Madame Chapeau, de son vrai nom Amélie Van Beneden, est le personnage d'une pièce de théâtre bruxellois. C'est une vielle dame qui explique son surnom ainsi:
    « Ça est les crapuleux de ma strotje qui m’ont appelée comme ça parce que je suis trop distinguée pour sortir en cheveux ! »
    Comme quoi, l'apparence peut poser problème à tout âge.
    ;-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Excellent votre commentaire, madame Chapeau : rassurez-vous, j'avais bien vu que votre avatar était une statue de bronze et je savais que ce n'était pas votre vraie photo.
      mais je vous remercie d'être venue m'éclaire sur ce personnage un peu méconnu, et qui me fait penser à Prudence Petitpas, que vous connaissez peut-être...
      Belle journée, mme Chapeau !
      Revenez quand vous voulez. Votre présence et vos commentaires pertinents me manquent toujours.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    2. Merci pour votre gentille réponse.
      ( la statue se trouve à Bruxelles )
      http://www.ebru.be/monuments/statue-bruxelles-1000-madame-chapeau.html

      Supprimer
    3. Avec plaisir Madame Chapeau.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  6. Mais tout est relatif Albertine ! Tiens je te pose une question : début 20 ème siècle, une belle femme était une femme avait des rondeurs partout ! Durant (ou Dupont) les années folles les femmes sans poitrine étaient très convoitées, le style "androgyne" . Alors faut il suivre les modes ?
    Botello, Rubens, Modigliani, Boticelli, chacun a peint son genre de beauté féminine, que de différences, et pourtant toutes sont belles.
    Mieux vaut être belle et rebelle, plutôt (ou Milou) que moche et remoche. ];-D

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mais absolument, tu as raison. Il n'empêche que pour les ados, c'est plus compliqué de s'accepter, surtout quand il y a la pression du groupe, de la société etc... et c'est juste cela que je voulais mettre en lumière.
      Je connais trop de jeunes filles mal dans leur peau parce qu'elles ne ressemblent pas aux « canons actuels » et c'est sans doute cette dictature-là la plus insidieuse. Le diktat de la minceur, dont je parlais dans mon billet sur Maurane, mais pas seulement. Il y a surtout celui du « sois belle et tais-toi » et celui-là il est insupportable.
      Et quand ça touche le monde du travail, ça devient carrément scandaleux.
      Bisous

      Supprimer
    2. Dans le film "Naïs" avec Fernandel, ce dernier nous gratifie d'un monologue sur les bossus (lui même dans ce film est bossu) il dit parlant de sa grand mère qu'elle lui racontait étant petit que la bosse dans le dos n'était autre que les ailes de l'ange qu'il était, et qu'un jour elles se déploieraient...

      Supprimer
    3. Un merveilleux monologue, oui.
      Merci de me l'avoir remis en mémoire, il est magnifique ... (le monologue commence à 0.42 minutes)
      « Un rêve m'a dit une chose étrange
      Un secret de dieu qu'on a jamais su
      Les petits bossus sont de petits anges
      Qui cachent leurs ailes sous leur pardessus
      Voilà le secret des petits bossus »

      Bisous très émus
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    4. Tu sais jamais on ne m'a dit que j'étais beau ! Ma mère ne nous a jamais dit "je t'aime", ces choses là ne se faisaient pas autrefois, je pense que les gens avaient la pudeur des sentiments. Je ne juge pas, c'était ainsi, mais est il besoin de le dire ? Lorsque tu es aimé(e) cela se voit non ?
      La Baladine dit plus bas que parfois l'amour te cueille, alors qu'à priori rien ne te faisait penser que tu serais amoureux ou amoureuse d'une personne rencontrée, et puis un sourire, des mots, un parfum, une démarche, et...

      Supprimer
    5. @ Andiamo, attention, je parle d'attirance, de désir... l'amour, c'est encore autre chose!:-)

      Supprimer
    6. @Andiamo et la Baladine
      Je crois que c'est bien de dire les choses, même si à ton époque ça ne se faisait pas...maintenant ça se fait.
      Un enfant a besoin de l'entendre, car il ne le voit pas forcément.
      Quant à la différence entre le désir et l'amour, c'est un peu le drame de la vie...combien d'hommes disent aimer alors qu'ils n'éprouvent que du désir...
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  7. C'est pour cette raison qu'il faut dire aux enfants qu'on les aime mais qu'ils sont beaux.
    Je détestais mon nez, mon amie d'enfance a fait opérer le sien, je suis contente d'avoir garder le mien, en vieillissant, on apprend à s'aimer.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bien sûr, tu as raison. Un enfant ne sait pas ce qu'est la beauté tant qu'il n'entend pas des horreurs dans la bouche de ses copains.
      Chaque enfant écrit sincèrement à sa maman qu'elle est la plus belle du monde. On n'est beau que dans le regard de l'autre...
      Moi non plus, je n'aimais pas mon nez, jusqu'à ce que l'on me raconte l'histoire de Cléopâtre ;-).
      Mais sans doute ma mère a-t-elle un peu failli à cet égard en ne me disant pas que j'étais belle. Il m'a fallu des années de course effrénée pour m'apercevoir que je ne recherchais à travers les compliments, que l'amour d'une mère qui m'avait manquée. ;-)
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  8. A peu près à l'âge que tu évoques, j'ai lu "La Maison de Claudine". Dans ce recueil, il y a un chapitre intitulé "La petite Bouilloux", beauté incomparable, incontestable, incontestée, qui se mure dans l'orgueil que lui procure ce physique admirable, admiré de tous et toutes. J'en ai tiré la conclusion que la beauté absolue était un don bien peu utile, sinon dans le regard des autres. C'est terrible d'être dépendant du regard des autres.
    Bref, ce qu'il faut se demander, me semble-t-il(même si je pense que tu as la réponse), c'est pourquoi tu pensais à ce point que ton apparence conditionnait ta capacité à être aimée...

    https://youtu.be/VLxD3pZY4eY ;-)


    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. D'autant que, comme on dit, la beauté, ça ne se mange pas en salade!

      Supprimer
    2. « C'est terrible d'être dépendant du regard des autres. » oh comme tu résumes bien la terrible dichotomie de notre société, qui nous vante le développement personnel, l'acceptation de soi, et qui dans le même temps, passe le temps à trier les gens selon leur apparence physique, et à vendre de la beauté en boîtes plastique...
      A refuser des CV parfait juste pour un surpoids ou une paire de lunettes de myope...
      La video est chouette. Le seul défaut, c'est que le texte parle d'une fille qui se trouve moche (en tout cas qui n'aime pas trop son physique) mais la chanteuse est juste très belle...
      Tu me diras, il y a des filles belles qui se trouvent moches, et d'ailleurs malgré le nombre de gens qui me l'ont dit dans ma vie, je n'ai jamais réussi à les croire vraiment..sauf depuis quelques mois, et tu sais pourquoi. ;-)
      La beauté ne se mange pas en salade, sans doute, mais beaucoup en font leur plat de résistance, et c'est sans doute à cela qu'il faut apprendre à résister.
      Bisous ma belle (et c'est sincère)
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    3. Nach (autrement dit Anna Chedid) tu la trouves belle (et moi aussi), mais totalement hors des "canons esthétiques" que tentent d'imposer la société... et c'est, je crois, ce qu'elle cherche à exprimer dans cette chanson.
      Dans ma vie d'éducatrice sportive et de G.O., j'ai passé du temps dans les vestiaires féminins; j'en ai vu, des filles que tout le monde s'accordait à trouver canon, se désoler de leurs "défauts" et s'empêcher de vivre pleinement leur corps, et leur vie! Le problème (et ça n'épargne pas forcément les mecs), c'est que le plus souvent, on focalise sur les détails, alors que, à moins d'être borné ou un brin fétichiste, quand on regarde quelqu'un, c'est tout un ensemble qu'on perçoit, une silhouette une gestuelle un regard un sourire une sensibilité, une force ou une fragilité ou les deux, enfin quelque chose de beaucoup plus global que tel ou tel détail...
      Franchement, ça ne t'est jamais arrivé, à toi, de te surprendre à éprouver une attirance pour quelqu'un dont tu avais commencé par dire à priori "Bouh!Jamais!"?
      J'ai dit ça il y a peu en commentaire à quelqu'un que je lis Il me semble à moi que le désir, l'attirance, c'est d'abord une surprise, un truc qui vous cueille alors même qu'on ne s'y attend pas...

      Supprimer
    4. J'avais justement une conversation très intéressante au sujet de la mise en équation impossible de l'attirance physique, qui ne résiste à aucune analyse, aucun critère objectif, aucune règle...
      Bien sûr que ça m'est arrivé de me trouver attiré par quelqu'un sans savoir vraiment pourquoi...
      Et les canons de beauté, et les diktats de la mode ne peuvent rien contre cette force -là...

      Supprimer
  9. On devrait faire lire ton texte à toutes les filles - surtout de nos jours avec toute cette pression multipliée exponentiellement par les réseaux sociaux.... Je n'aimerais pas grandir comme ça moi la petite maigre, pâlotte et toute bouclée (j'ai un peu mieux accepté mes cheveux quand j'ai découvert le feuilleton Heidi à la télévision)....

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. La pression existait quand même sans les réseaux sociaux, mais c'est vrai que maintenant ça a pris des proportions effrayantes...
      On a tous, heureusement, des éléments de vie qui nous permettent de progresser (des exemples, des images, des amis bienveillants)
      Trop mignonne, la petite miss Zen bouclée et pâlotte...
      Si ça se trouve, j'aurais envié tes boucles à quatorze ans. On est con à c't'âge... ;-)
      Merci de ton témoignage
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  10. Pas facile quand on n'est ado, de se libérer du regard réducteur qu'une image de soi déficiente nous impose...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Impossible même, sans une aide extérieure, ou alors, bien des années plus tard, quand on comprend enfin ce eurre absolu de l'apparence...
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  11. Comme le dit Miss Zen il faudrait faire lire ce texte à toutes les petites ados... et surtout il faut dire à nos enfants qu'ils sont beaux!!! Moi je le leur répète tout le temps!!!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le difficile est de trouver le juste milieu pour les valoriser et leur donner confiance en eux sans les auto-centrer sur leur nombril, afin qu'ils gardentune démarche d'ouverture aux autres et d'acceptation...
      Mais oui, leur dire qu'ils sont beaux, c'est important.

      Supprimer
  12. Mieux vaut taches de rousseur
    que comédons ravageurs.

    (proverbe d'esthéticienne)
    ;-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, la sagesse de l'esthéticienne est quand même extraordinaire !
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  13. A voir ton titre, sans rire (allez si quand même un peu), je m'attendais à une recette de choucroute bulgare (authentique). Au vu de la photo, j'ai compris qu'il s'agissait d'autre chose. Que dire? Oui, il faut du temps pour s'accepter (et il arrive un moment où l'âge s'en mêle, tout est à refaire), et les parents pourraient grandement aider... Mais ne le font pas toujours. Si pas en vantant la beauté de leurs enfants, en tout cas, en leur donnant confiance en eux. Une chose est sûre, c'est que les miens ne l'ont pas fait. Et en tout cas, pas ma mère (qui soufflait le chaud et le froid) - (sauf quand elle était distraite).

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu me vois donner des recettes de cuisine sur mon blog ? Lol ...
      Tu as raison, le rapport à son image personnelle est lié au rapport aux parents...
      Pas toujours évident pour certains parents...
      La confiance, c'est aussi accepter son physique. Ah toi aussi tu avais une mère « compliquée » ?
      Bisous ma Pivoine
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    2. Oui. Un peu. Très aimante à certains moments, très attentive. Très angoissée aussi. Et parfois intrusive (je ne m'en suis rendu compte qu'après, c'est fou ce que j'ai été naïve pendant tout un temps). Paradoxale... On était parti d'une choucroute... Et me voilà dans la psychologie o;)))

      Supprimer
    3. Les choses sont souvent imbriquées entre elles...et malgré son titre, mon billet parlait de choses psychologiques...
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  14. Je crois connaître la petite fille, mais je te dirai qu'au moins, cette méconnaissance de sa beauté à elle l'a sauvée de la vanité : je me souviens d'une autre petite fille que j'ai rencontrée un jour sur la plage. Elle était "mignonne comme tout", avec une mini choucroute de cheveux bruns et une petite culotte de bain bouffante et rouge. Moi j'étais un laideron, avec mon seau d'eau à la main, que je projetais de lui vider à la figure (pas parce qu'elle était mignonne comme tout, elle était juste la première victime que je rencontrais et j'avais envie de me débarrasser du contenu du seau). Elle a compris mon intention et m'a dit, très posément : non, pas sur moi... je suis trop belle!

    J'ai souvent pensé à elle, et y pense encore. Elle a dû devenir une emmerdeuse pas possible!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Incroyable ! Tu as toujours des histoires pas possibles dans ta besace...
      J'ai adoré la description de la pimbêche. Elle me fait penser à Eliette Beauchamp, une mijaurée qui me gonflait à l'école primaire...
      Toi un laideron...euh...toi aussi, alors, tu te voyais moche alors que tu ne l'étais pas ...
      Baci sorellita
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  15. Heureusement il existe la beauté intérieure !! Mais quand on est jeune on ne le sait pas !

    RépondreSupprimer
  16. On dit que cet âge est sans pitié, mais c'est surtout avec lui-même qu'il l'est...
    Bises,
    Mo

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ce n'est pas faux...
      L'intransigeance de la jeunesse... ;-)
      Bisous, jardinière
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  17. Il faut du temps pour s'accepter physiquement comme nous sommes.
    Sûrement des décennies, tu as raison.
    Mais, entre nous, heureusement que nous changeons un peu non?
    Et nous changeons… il faut en passer par là, sinon... vilain petit canard ou ange béni d'une grâce délicieuse, peu importe. Le temps abat ses cartes. Nous pousse, nous bouscule. Si la lumière nous éclaire correctement, au bon moment, nous parvenons à faire de nos cartes de défausse des atouts.
    Oui, pour cela il faut du temps.
    Bises de patience.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mes vestiges d'adolescence mal dans sa peau n'ont pas duré très longtemps. Mais ils ont laissé dans mon coeur une incrédulité qui m'ont toujours laissé pantoise chaque fois que, par la suite, on m'a dit que j'étais jolie. J'ai fini par admettre que je plaisais aux gens...
      Là où il m'a fallu du temps, vraiment du temps, c'est pour comprendre que c'est ma lumière que les gens aiment. C'est cela, l'atout principal...
      Bisous poète
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    2. Le passant qui passelundi, 11 juin, 2018

      Et que dire du chemin au bout duquel vous vous autorisez à évoquer simplement votre lumière !

      Supprimer
    3. Un long chemin...il y a beaucoup à dire en effet...dans un autre lieu, plus confidentiel...
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  18. la beauté de Célestine, on n'a aucun doute là dessus ! Bizzz des Caphys

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Zêtes mignons les Caphys !
      Belle journée. Bises célestes
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  19. Ça me fait penser à ma grande sœur en robe "vichy".
    Petits carreaux mauves et blancs.
    Il est malgré tout fort heureux que la majorité des chrysalides se transforment en papillon.
    On ne dira jamais assez le boulot que ça représente d'essayer d'être un papillon quand la métamorphose a marché moyen...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Lol tu me fais rire. 😁
      Parfois la métamorphose marche vraiment moins que moyen, et on se retrouve les six pattes en l'air, en cloporte...
      Alors, estimons-nous heureux d'être des humains, pleins de défauts, certes, mais tellement attachants.
      Il m'arrive même d'être attachiante, parfois, mais ça, c'est une autre histoire... 😉

      Supprimer
  20. L'aura, ce charme indescriptible que l'on ressent chez un être auréolé quoi qu'il fasse ...ne se travaille pas vraiment. Il est. Un joli point c'est tout. Il nous enveloppe de sa bulle pleine d'énergie, nous colorie de ses plus belles teintes, et nous étincelle de toutes ses beautés.
    Peu d'adolescentes ont cette conscience.. avec ou sans choucroute sur la tête..... et pourtant la jeunesse est si belle, grande ou petite, mince ou enrobée !
    Merci chère Célestine.
    Doux week-end.
    Bisous

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Heureusement, l'aura ne s'en va pas avec la jeunesse, et je connais de charmantes personnes qui la conserve toute leur vie...
      Comprendre cela, c'est aller vers soi dans un grand élan de paix intérieure. Ça fait un bien fou, de se dire que l'on sera toujours aimé(e), à commencer par soi-même...Elle est peut-être là, cette lumière qui irradie...
      Bisous belle d'âme
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  21. Quel est l’enfant qui, à son âge n’a pas eu du chagrin, en ayant une boule dans son cœur à se demander sempiternellement s’il ressemblait aux autres, s’il se fringuait bien, s’il.., s’il...à n’en plus finir. Le monde des enfants est tellement méchant, qu’il est rare de tomber sur celui ou celle qui vous approche douillettement pour vous dire des mots de cœur, des mots d’amitié. Mais tout est dans la confiance en soi, si l’enfant avait été bien préparé à la vie de tous les jours, par les mots de douceur, de mise confiance de soi, surtout de son entourage immédiat, parental.
    Tes mots Céleste sont nourris de ton histoire vécue, mais loin de t’avoir inclinée, tu as su remonter la pente, et te construire malgré tous les aléas, toutes les vicissitudes de la vie, à devenir ce que tu es devenue : Une femme que d’aucuns, d’aucunes rêve d’emporter avec soi au paradis…terrestre !
    Mes bises parfaites

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Quelle joie de te revoir ici cher Bizak.
      Oui tu as raison, tout n'est qu'une question d'éducation et je rêve d'un monde où l'apparence physique n'aura pas d'importance...
      Le monde des enfants n'est méchant que par imitation du monde des adultes.
      Si les enfants voyaient des adultes solidaires et gentils les uns avec les autres, ils donneraient un autre exemple aux enfants.
      Merci pour tes mots flamboyants et bienveillants à la fois
      Je t'embrasse
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    2. Je voguais comme un chevalier sur des terres célestes, je m'y étais égaré, mais je voyais partout tes ailes diaphanes planer au dessus des monts les plus hauts, de ceux où j'aime m'y réfugier et glaner des ombres voltigeuses.Mon absence a duré, le temps d'un vol de papillon sortant de sa chrysalide, mais c'était comme une éternité.
      Merci pour tes mots, Céleste
      Mes plus enfantines bises.

      Supprimer
    3. Chose peut-être bizarre, au plus loin que je me souvienne, j'ai toujours voulu me démarquer des autres, des modes.
      Je suis devenu barbu bien avant la mode de la pilosité gauchiste. A l'époque des cravates, je portais un noeud papillon, puis plus rien. J'ai mis des pat'd'ef. alors qu'elles étaient passées de mode, etc.
      J'ai tellement jamais voulu faire comme les autres, porter les mêmes fringues, obéir à des dictats ou des ordres que je n'ai pu, bien évidemment, accepter de faire le service militaire.
      Sans faire une coquetterie d'aller à l'encontre des modes, je les ai superbement ignorées...
      Ti bacio Cara et accolade au bédouin

      Supprimer
    4. @Bizak

      C'est vrai, tu as été absent longtemps, et tu manques à tes lectrices et lecteurs, cher poète.
      Je suis heureuse que tu ailles mieux, après ces chevauchées fantastiques dans les hauts sommets et les basses vallées de la vie. Celle-ci est ainsi faite : de hauts et de bas, que l'on accepte bon an mal an...
      Bisous mutins
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    5. @Blutchy

      j'ai envie de te dire : « Brassens sors de ce corps ! » Tu nous rejoues dans ce paragraphe à la fois « Les trompettes de la renommée » « le Pluriel » « La Mauvaise herbe » et « la Mauvaise réputation »...
      Tu pousses en liberté dans les jardins mal fréquentés, tu vis à l'écart de la place publique serein contemplatif ténébreux bucolique, tu es celui qui passe à l'écart des fanfares et qui chante en sourdine un petit air frondeur...et tu suis ton chemin de petit bonhomme...
      Baci caro mio

      PS quel bonheur de vous revoir ensemble, le Bédouin et toi...comme au bon vieux temps ;-)
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    6. @Céleste et Blutch : Merci pour vos amabilités, elles me touchent beaucoup mes amis.

      Supprimer
  22. J'ai connu intimement ce genre de petite fille montée en graine avec des jambes en baguettes de tambour, la poitrine trop plate, etc... ce qui n'arrangeait rien c'est que son père lui ressassait sa maigreur, sa blancheur, ses genoux cagneux. Et puis, la petite fille est devenue une "trop" grosse femme. Pas e chance! Mais la "trop" grosse femme aime sa vie, sa gourmandise et son homme.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Elle a tellement raison, cette petite fille, de profiter de la vie et de son bonheur. Au diable les comparaisons avec Pierre Paul Jacques... ou plutôt Pierrette, Paulette et Jacquotte, en l'occurrence.
      Gros bisous ma Brizou.
      Ton homme te trouve belle et il n'y a que cela qui compte.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  23. "Montée en graine" une belle expression que je ne connaissais pas. A cet âge là, bien souvent, on ne s'apprécie pas vraiment. On est de tous les profils mais rarement du sien....

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je pensais que cette expression était connue...mais il est vrai que je déniche souvent des expressions et des mots dans mes lectures, et ensuite j'aime les réutiliser, pour le plaisir...
      En parlant de profils, ceux de facebook sont redoutables pour les ados.
      Il faudrait lancer un cri d'alarme...
      Trop d'ados sont complètement prisonniers de leur image.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  24. Ah, crise à l'hydre (toute autre tête, plutôt que la sienne)!! Ma fille seconde patauge dedans, à 17 ans...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Joli jeu de mots, Tiniak !
      Et patience, ça va lui passer...
      bises
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  25. J'ai déjà entendu ce discours. J'ai adhéré, épousé, conservé.
    A Diù siatz, ma pitat 'quella qu'es tant mignarda!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu es un homme parfait décidément, mon petit Bof que j'aime tant !
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  26. Ah, les complexes que l'on se crée à l'adolescence, fille ou garçon !
    Je n'enviais pas particulièrement les différentes parties d'anatomie de mes copains de classe. Je n'avais aucune envie de ressembler à Franckenstein. La choucroute de BB ne me tentais pas non plus.
    C'était ma taille qui me complexait. Alors que mes copains culminaient à un mètre soixante-dix/soixante-quinze, j'atteignais péniblement le mètre soixante.
    Bon sang, même les filles qui me plaisaient, me dépassaient ! En plus de cela, il arrivait parfois que l'on me confonde avec ... Insulte suprême !
    Alors, c'est fou comme le corps humain est bien fait ! Il s'adapte, il développe l'humour, la dérision, le second degré. Ce qui m'a le plus "servi", c'était (déjà) ma sensibilité, qui, visiblement, me semblait différente des autres mâles en devenir.
    Ainsi complexé, j'ai su séduire mon premier amour, non pas par ma musculature ou ma taille, ni avec ma voix grave (que j’essayais d’aggraver), mais par une petite flamme, à l'intérieur, que cette fille, a priori pas pour moi (elle était grande et ne pouvait s'intéresser qu'aux grands), avait su déceler.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. L'histoire ne dit pas si tu as gagné des centimètres depuis cette époque...mais je présume que oui !
      Séduire une fille par ta petite flamme intérieure, c'est tellement beau, et tellement toi...
      Tu lui as chanté une chanson ? Lu un poème ?
      En tout cas, je crois que j'aurais été séduite moi aussi... ;-)
      Bisous très nocturnes
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    2. Je te rassure, la bonne longueur pour les jambes, c'est quand les pieds touchent bien par terre...
      Une chanson, un poème ? Rien de tout cela. De l'humour, des jeux de mots pas trop foireux, dont un que j'affectionnais avec son nom... Quelques phéromones, à moins que ce soit les siennes !
      Aussi cette façon d'être souvent côte à côte, en cours. Et un tas de choses que je n'explique pas.

      Supprimer
    3. Parce que c'était elle, parce que c'était toi...
      Tout simplement...
      Bises cher Didier
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    4. Je t'embrasse, belle nuit

      Supprimer
    5. Belle nuit à toi.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  27. Mais que vois-je ou plus précisément que ne vois-je plus dans larubrique "Chez-vous"....
    Blogborygmes.
    Pas étonnant que tu ne voies pas les nouveaux billets....
    Ti bacio

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Sache pour ta gouverne que le lien vers blogbo se trouve directement dans mes favoris d'ordinateur. A portée de clic.
      Et depuis quand je ne vois pas les nouveaux billets, alors que je commente assidûment et systématiquement tous ceux qui passent ?
      A moins que tu ne fasses référence à ceux que j'ai loupés durant mon voyage en Bulgarie...?
      Je me suis un peu éloignée des blogs, c'est vrai, à ce moment-là, mais de tous les blogs, pas juste de celui-là. Me chercherais tu des poux dans la tonsure ?
      Baci anch'io
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  28. C'est vrai que l'adolescence est un âge ingrat où l'on est souvent complexée, où l'on ne voit que ce qui ne va pas chez soi, et envie ce que l'on trouve bien chez les autres... On est parfois surprise en rencontrant celles qu'on enviait tant, des années après... ;-)
    A l'époque des chignons, maman m'en faisait souvent un et un camarade de classe m'a dit qu'il n'aimait pas, car comme il était petit, j'étais trop grande pour lui! hi hi!
    Beau dimanche!
    bisous

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu as raison, chacun a une anecdote adolescente à verser au dossier de la difficulté de vivre à cet âge-là...
      Quand on est hypersensible, c'est encore plus difficile...
      Les filles dépassent fréquemment les garçons en taille à cet âge. Cela marche souvent avec la maturité affective...
      Bisous chère conteuse, je file te voir
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  29. Je n'ai pas tout saisi mais bon, les blondes et les brunes, c'est toujours pareil alors que les brunes sont flamboyantes !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il y a des jours, Mindounet, je me demande si j'écris de manière lisible et compréhensible...
      Il y a qui de difficile à comprendre dans mon billet ?
      En plus moi, j'ai du mal à comprendre ta phrase...A moins que tu veuilles parler des rousses ? :-)
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    2. En effet c'est pas clair...je déplorais que les brunes soient souvent tentées de devenir blondes et dans la foulée je m'insurge contre cette mode actuelle de couper les beaux cheveux longs pour une coupe à la garçonne...

      Supprimer
    3. Ah bon, c'est la mode des cheveux courts ? Je ne savais pas. ;-)
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  30. A tout âge, on ne sait pas ce qui vous attend !

    Par exemple que chanter dans la rue le 21 juin ? Clarika, les Wriggles et Oldelaf plutôt que Ray Ventura et Georges Brassens ?

    https://www.deezer.com/fr/track/12816850

    J'aime bien celle-ci qui est en lien direct avec le début de ton billet !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mais quel répertoire sympa !
      Clarika j'adore, les wriggles : ma préférée c'est Thierry le Chasseur...mais elle n'est peut-être pas entendable par toutes les oreilles...
      Merci mon oncle pour Oldelaf : je ne connaissais pas celle-là.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  31. Bonsoir Célestine, ah !! l’enfance et ses blessures intimes alors que l'on est en pleine construction.Oui, la petite fille en devant femme a enfin vu qu'elle était aussi jolie que son amie Valérie et sa choucroute façon BB. Un joli texte touchant et délicat comme d'habitude.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci l'artiste. Je suis très touchée par ta gentillesse, comme d'habitude.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  32. J'avais plein de complexes à l'adolescence et ma vie était ...complexe.
    On survit et puis on vit et puis on oublie ou on écrit de jolis textes surce qui nous a fait souffrir.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est tout à fait bien dit...
      Il n'y a plus d'adolescentes dans ces pages. Rien que des femmes épanouies entre deux rives...
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  33. Oui mais la choucroute aujourd'hui c'est démodé. Et les taches de rousseur sont toujours jolies. Quand j'étais petite moi je m'en dessinais au crayon tellement ça me plaisait. Et pour s'habiller il vaut mieux être grande que petite, je t'assure ! Bref tout cela passe, change, et n'a guère d'importance. Mais je suis d'accord, ça en a eu, beaucoup, et beaucoup trop.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Les choses et les modes passent...et on en revient aux traces. Quelques éphélides qui ne me gênent plus. j'ai découvert qu'elles avaient un charme fou.
      ♥︎
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer



Je lis tous vos petits grains de sel. Je n'ai pas toujours le temps de répondre tout de suite. Mais je finis toujours par le faire. Vous êtes mon eau vive, mon rayon de soleil, ma force tranquille.
Merci par avance pour tout ce que vous écrirez.
Merci de faire vivre mes mots par votre écoute.