vendredi 20 avril 2018

Erreurs judiciaires




« Une injustice commise quelque part est une menace 
pour la justice dans le monde entier » 
Martin Luther King






A quinze ans, j'ai lu La Brute, de Guy des Cars, et vu Douze Hommes en Colère, le chef d'oeuvre de Sidney Lumet. Dans les deux cas, le présumé coupable est innocenté par un homme qui déploie une énergie folle pour aller au fond des choses et ne pas se contenter de ce qu'on lui montre. Mais combien d'innocents ont péri en prison, ou perdu carrément la vie dans les mains d'un bourreau, sans avoir eu la chance d'être défendu ainsi ?
 J'en ai gardé une fascination mêlée de perplexité à propos des erreurs judiciaires. Personne n'est à l'abri de se retrouver un jour dans un imbroglio d'accusations injustes. 
La justice des hommes est faillible parce que les hommes sont faillibles, prompts à juger sur des apparences... Ayant participé à une session d'Assises, j'ai pu constater combien l'intime conviction est quelque chose de fragile et de profondément bouleversant. Surtout quand l'accusé clame son innocence.
 Vous reconnaîtrez, dans ma petite fiction, malgré quelques variantes, une affaire qui a fait couler beaucoup d'encre il y a quelques années, et qui, à ce jour, n'a toujours pas été vraiment élucidée. 


*

On fit entrer le témoin suivant. L’accusé gardait la tête baissée et triturait son grand chapeau de paille entre ses doigts aux ongles noircis par des années de conversation avec la terre. Ses yeux, sous sa broussaille de sourcils gris, ressemblaient à ces petits lacs calmes de montagne, au petit matin, quand le soleil affûte ses premiers rayons.
- Vos nom, prénom, âge et qualité, demanda le président.
- Lefort Auguste, 72 ans. Et pas beaucoup d’ qualités, plutôt d’ gros défauts ! D’mandez à Germaine, ma moitié. Elle vous l’dira.
- Jurez de dire la vérité, toute la vérité, rien que la vérité, levez la main et dites je le jure.
- Je l’jure, m’sieur l’juge.
- On dit monsieur le Président.
- D’accord, m’sieur l’juge. 
Le juge leva les yeux au ciel. Ce procès commençait à lui brouiller l’écoute.
- Quels sont vos liens avec l’accusé ?
- C’est un ami, hein, m’sieur l’juge. C’est un grand ami, hein… J’ l’connais d’y a longtemps…
Quand c’était-y donc ? J’me souviens, hein, c’était juste avant la naissance d’mon Gilou… et pis c’galopiot-là a déjà bien ses quarante ans, ’jourd’hui, hein, m’sieur l’juge ! C’est vous dire si ça passe…

Et c’était comme ça depuis le matin.  Le juge Edouard Gadoulet trouvait cette  audience abracadabrantesque. Les témoins étaient tous des bas-du-front, qui ne comprenaient rien à rien. Ses assesseurs comptaient discrètement les mouches au plafond, en taquinant leur pointe Bic. Les jurés semblaient se demander dans quelle galère ils étaient venus ramer. Des murmures parcouraient l’assemblée, où l’on pouvait, avec une oreille exercée, distinguer selon les moments, de la désapprobation, de l’effroi, de l’indignation, de la surprise et tous ces autres sentiments collectifs exprimés en rumeur un peu floue, qui animent toujours un procès quand l’accusé jure ses grands dieux qu’il est innocent alors que tout l’accable…Les journalistes tournaient comme des charognards à la recherche de leur sempiternelle pitance : le scoop, le coup de théâtre dont sont toujours friands les lecteurs. Hélas. 
Cela faisait des heures que les débats s’éternisaient, et Edouard Gadoulet avait de plus en plus l’intime conviction que ce jardinier n’avait pas assassiné sa patronne, la Comtesse Adélaïde de Bois-Joli. Bien qu’on eût retrouvé celle-ci bizarrement dans sa voiture au milieu du boulevard, une dame d’onze heures piquetée dans ses cheveux auburn,  malgré les prétendues preuves avancées par la partie civile, la disparition mystérieuse du petit linge de la comtesse qui séchait dehors, ainsi que de la corde à linge d’ailleurs (corde ayant certainement servi à provoquer la mort). Jusqu’à cette inscription au rouge à lèvres sur le pare-brise « Albert m’a tuer…» 
Quelque chose ne collait pas. 
Cet homme qui connaissait par cœur toutes les plantes de son jardin par leur nom savant, qui parlait en tremblant de son sorbier, de ses lys oranges et de son réséda odorant, cet homme dont les seules maîtresses n’avaient été sa vie durant que la Grande Bardane, L’Aphyllante, la Véronique et la Némésie, ou encore le désespoir des Peintres, et qui faisait voyager la salle d’audience avec son Andromède du Japon, sa Bourrache du Caucase et son Chèvrefeuille de l’Himalaya, un tel homme ne pouvait pas être un meurtrier.
Pour Edouard Gadoulet, le célèbre juge blond qui fume, amateur de vieux whisky, juge réputé impavide, impassible, incorruptible, c’était un comble de se sentir tout retourné par ce jardinier amoureux de son jardin. Mais il croyait à son innocence. 
Et jamais,  au grand jamais,  il n’aurait voulu conclure sa longue carrière sur une erreur judiciaire…



Il fallait intégrer les éléments suivants à son texte:
un personnage : un jardinier amoureux
un lieu : au milieu du boulevard 
un objet : un rouge à lèvres
un moment : avant la naissance de Gilles
un problème ou une anomalie : le linge qui séchait dehors a disparu





114 commentaires:

  1. Je préfère nettement entendre ce récit que le lire, n'est pas lectrice qui veut, ni entendeur du reste !
    Ce que je trouve bizarre c'est que la justice se "décharge" sur le bon peuple, à lui de décider de l'innocence ou non d'un accusé ! Ainsi quand il y a erreur judiciaire, c'est la loi du "c'est pas moi, c'est lui" qui s'applique ! Etonnant n'est ce pas ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Souhaitons que le bon peuple puisse toujours rendre la justice (même imparfaite)
      C'est quand même une garantie démocratique que le tirage au sort des jurés.
      Tu imagines une justice faite uniquement de professionnels ?
      J'en frémis...
      *`*•.¸¸✿

      Supprimer
    2. Une justice uniquement de professionnels ? Mais voyons, chère Célestine, c'est quasiment déjà fait…
      le projet de réforme de la justice et dans les tuyaux… exit les cours d'assises !
      ( mais tout le monde s'en fout, on ne parle que de la grève SNCF !...)

      Au pénal, c’est la cour d’assises qui est dans le collimateur. On veut créer un tribunal criminel qui jugera les crimes sans les jurés. Eh oui, même vous, citoyens appelés à participer à l’œuvre de justice, vous êtes un coût dont on veut se débarrasser. Et comme même quand on vous poursuit, vous dérangez, on vous met dans des cages, des cages partout (même les interprètes seront en cage au nouveau palais à Paris), ça permet d’économiser sur les escortes ; ou mieux encore, des visioconférences depuis les prisons, dans des pièces vides qui résonnent, où vous verrez votre liberté se jouer sur un écran. Hop, un transfèrement d’économisé. En attendant qu’un algorithme règle tout ça, probablement.
      http://www.maitre-eolas.fr/post/2018/04/11/Why-we-fight

      Quant au tribunal d'instance, (la juridiction pour les petits litiges des petites gens), on va en supprimer un bon paquet.
      ah non, je me trompe, la ministre a dit qu'il y aura toujours autant de « lieux de justice »
      le lieu de justice, ce n'est pas un tribunal, ce sera un petit bureau quelque part, avec un tabouret et un ordinateur. Dans le meilleur des cas on parlera à un juge par Skype, (Peut-être située à 500 km), ou un de ses adjoints, voire un quelconque fonctionnaire qui rentrera tout dans l'ordinateur et l'algorithme de l'ordinateur dira rapidement si on a gagné ou perdu…
      Bien sûr, si on a de l'argent, on pourra faire appel, et comparaître devant « un vrai tribunal » ! Bien sûr, bien sûr il suffit simplement d'avoir de l'argent et pouvoir se payer un bon avocat…
      Que les petites gens restent chez elles et ne contestent jamais rien… faut pas encombrer la justice française qui de toute façon n'a pas d'argent, et manque d'un bon millier de magistrats.

      il disait quoi, déjà, l'autre, là ?: Ah oui :
      “Selon que vous serez puissant ou misérable Les jugements de cour vous rendront blanc ou noir.”

      Supprimer
    3. Et avec Louis XIV au pouvoir, on a du souci à se faire...
      Ça fait froid dans le dos, les analyses de Maître Eolas et les tiennes.
      Pfffiou...moi j'avais juste écrit un petit texte sur un jardinier amoureux de ses fleurs... ;-)
      Jusqu'où ça va aller, dis, le démantèlement des institutions de la République...
      Par contre quand tu dis que tout le monde s'en fout, non, je pense que plein de gens ne s'en foutent pas. mais écoute-t-on leur avis ?
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    4. Bien vu AlainX !
      L’oeuvre Commencée par Sarkhollande va connaître son apothéose... :-(

      Supprimer
    5. Complètement d'accord avec AlainX. Sauf qu'en plus, j'imagine parfaitement bien, pour baisser les coûts de ces foutues procédures chronophages(comme on dit dans les chaumières, un traitement par des plate-formes délocalisées dans des pays non francophones pour aller encore plus vite.
      Dis donc, Celle, je t'ai déjà dit que j'aimais comme t'écrivais?
      La bise.

      Supprimer
    6. @Gemini cricket
      Joli mot valise...meme s'il donne à réfléchir .... :-(
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    7. @Bof
      Tu me l'as déjà dit, mais je ne m'en lasse pas...Pour le reste j'espère que l'avenir ne te donnera pas raison...
      Bisous très célestes
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    8. Tout va mal ! la justice, l'éducation, la santé, l'agriculture, etc. et il le faut bien ! maintenant que le 1% s'est accaparé de presque tout, il reste le patrimoine mondial à saisir. Lorsqu'il faudra payer un loyer pour utiliser nos propres écoles et nos propres hopitaux, la boucle sera bouclée. Les mains liées dans le dos on peut plus faire grand chose. kéa

      Supprimer
    9. Non la boucle sera bouclée quand il faudra payer l'air qu'on respire.Et c'est déjà dans les cartons de certaines multinationales...
      Bisous kéa, merci de ton message.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    10. J'aurais pensé dans les cartoon peut-être, mais "dans les cartons" ??? là j'avoue que je ne nous croyais pas aussi avancés dans l'avènement du meilleur des mondes !!! Tu parles de quel chacal au juste ? kéa

      Supprimer
    11. nestlé, un exemple...ici. Nestlé que je boycotte depuis que j'ai entendu son PDG dire que l'accès à l'eau ne faisait pas partie des droits de l'homme et devait être un bien marchand donc privatisé. ;-)

      Supprimer
    12. Merci pour ce lien Célestine... c'est presque pas croyable mais pourtant bien vrai. kéa

      Supprimer
  2. Tu as eu la chance de n'avoir pas été "désignée volontaire" à l'époque où "la veuve" était encore en service...
    Quoiqu'envoyer quelqu'un à l'ombre pour des années n'est pas une décision facile, fut ce une décision collégiale.
    Et j'ai l'impression que la justice de ce point de vue a reculé en termes de civilisation.
    Envoyer des fous en prison n'est pas une décision de justice mais une facilité policière.
    Maintenir en prison des gens une fois leur dette payée "parce qu'on ne sait jamais" est carrément un déni de justice.
    Que des jurés te fassent peur parce qu'ils enverraient un mec au massicot pour un vol de poste à transistors est une chose.
    Que la justice te fasse peur car elle devient l'instrument de la vengeance des victimes et oublie son rôle me semble bien pire.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. « Maintenir en prison des gens une fois leur dette payée "parce qu'on ne sait jamais"
      Là, je crois que ce n'est plus du tout vrai. Les prisons débordent, sont carrément surpeuplées au bord de l'implosion, et le suivi judiciaire, les remises de peine etc, tout cela est mis en place pour faciliter la réinsertion la plus rapide possible mais surtout pour dégager de la place...
      C'est comme à l'hôpital : les réductions drastiques de personnel et de budget font que l'on ne garde plus les gens et qu'on cherche à les faire sortir le plus tôt possible.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    2. Ça s'appelle "rétention de sûreté", ce qui est un scandale judiciaire.
      Du point de vue du droit, un détenu qui a purgé sa peine est redevenu innocent.
      Le maintenir en taule est juste une erreur judiciaire volontaire.
      Et ça bat en brèche un des plus importants principes du droit : "mieux vaut un coupable en liberté qu'un innocent en prison".
      Bref, c'est le bouquin de K.Dick qui sort du domaine de la SF...

      Supprimer
    3. Je vois quand même que c'est assorti de tout un arsenal de précautions et de conditions...
      Exytrait:
      Pour être placé en rétention de sûreté, le criminel doit avoir subi une peine d’au moins 15 ans de réclusion criminelle pour assassinat, meurtre, torture et actes de barbarie, viol...avec circonstances aggravantes.
      Tout est expliqué .
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  3. J'ai connu quelques heures d'erreur policière... J'avais 25 ans j'étais au mauvais moment au mauvais endroit et je ressemblais au mauvais mec. Course poursuite, arrêtage par un gendarme avec arme à feu pointée sur moi, menottes dans l'estafette, accroché au radiateur dans un bureau avec fermeture des volets tout un après-midi en plein mois de juillet...
    Sorti dans la soirée avec les excuses du commandant de brigade.
    Quelques heures de garde à vue... gravées dans ma mémoire à jamais et aujourd'hui encore je suis convaincu que ça peu m'arriver à nouveau, chacun est concerné.

    Bleck

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. « Au mauvais moment au mauvais endroit » un chanteur en a fait une chanson tellement cela arrive souvent...
      Je comprends que tu ne puisses jamais oublier ce souvenir affreux.
      Encore heureux qu'ils se soient excusés de la méprise...
      quelle expérience...
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    2. Gemini cricketlundi, 23 avril, 2018

      Je compatis, Bleck !
      Ça m'est arrivé d'être pris pour un autre. Délit de faciès, sans doute, je suis du genre basané, patibulaire mais presque ! :)

      Supprimer
    3. Basané genre tu es d'où ? issu de la diversité ?
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    4. Gemini cricketlundi, 23 avril, 2018

      Voilà, c'est ça...j'ai la gueule de l'épicier arabe de Ménilmontant

      :)

      Supprimer
    5. J'aime bien, moi, les épiciers arabes.
      Et puis j'aime bien Menilmontant aussi...
      Bisous mon cricket basané.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    6. J'aime bien, moi également, les épiciers arabes... c'est à dire que j'aime les épiciers arabes agréables comme j'aime les épiciers basques agréables ou les peintres en bâtiment slovènes agréables ou bien encore les poissonniers languedociens agréables ce qui me gêne vraiment c'est l'épicier arabe désagréable, ça j'aime pas, alors je sais il existe quelques ingénieurs en génie bio-climatique suisses désagréables mais ils me sont moins souvent utiles !

      Bleck

      Supprimer
    7. Si j'aime bien, c'est évidemment ceux qui sont agréables. Et ils le sont souvent (enfin j'en ai pas vraiment connu des acariâtres, c'est tout un art de vendre des trucs de sept heures du matin à dix heures du soir en gardant le sourire.) Mais sûrement qu'il en est des désagréables, et même des franchement cons, n'ayons pas peur des mots, c'est ça le monde, mame Michu, c'est varié, et ça dépend ni du métier ni de la couleur de peau, mais juste de l'éducation et du caractère à la base, bon j'ai pas encore d'ingénieur suisse en bio-climatique sous la main mais j'ai un spécialiste de géo-biologie qui appréciera grandement que je le mette dans les "agréables" ...
      merci pour cette agréable précision, ô grand Bleck, j'aimais bien ton blog, il était agréable et bim, voilà, c'est la vie, on ne peut pas être et avoir tété...
      Une grosse bise
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    8. @ Bleck
      L'ingénieur en bio-climatique est désagréable parce qu'il est suisse OU parce qu'il est con? :-)

      J'ai pour habitude de recommander aux gens d'être faignant.
      Sourire demande de contracter 10 muscles
      Faire la gueule en requiert 65.
      Alors pourquoi se fatiguer pour rien...
      accolade

      Supprimer
  4. Vaste sujet que celui-là... Ton texte est beau, bien sûr... Et finit bien.

    Dans quel film y a-t-il un juré qui a des mouches qui volent autour de lui? Dans le genre, j'ai aimé la scène dans Beignets de tomates vertes (et là, ça ne plaisantait pas...)

    Attends, je me demande s'il n'y a pas un projet de loi chez nous pour supprimer les Cours d'assise(s). La Justice est sous le coup des restrictions et de l'austérité, et je me demande si l'état des prisons n'est pas encore pire que chez vous (ou peut-être pas). Rien n'est fait pour la réinsertion (ce qui serait pourtant utile, pour des jeunes déboussolés...) - pareil pour les maisons de redressement... Heureusement, nous avons renoncé, faute de deniers, à acheter de nouveaux avions qui nous auraient mis sur la paille. On continuera de faire voler nos vieux YF16... Bref.

    Notre gouvernement actuel ne brille pas par son sens démocratique.

    En réalité, à l'heure actuelle, les vrais démocrates, c'est nous. Pas eux...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. En réalité, les vrais démocrates sont toujours dans le peuple, jamais au pouvoir. le pouvoir fait oublier la démocratie aux classes dirigeantes...
      La situation est la même que chez nous, à ceci près qu'on ne peut quand même pas dire que rien ne soit fait pour la réinsertion. Les milliers de bénévoles qui oeuvrent en ce sens seraient sans doute dépités de lire ça...J'en connais personnellement.
      Bisous ma Pivoine, merci pour avoir apprécier mon texte qui est passé au second plan dans le débat...
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    2. Oui, c'est un peu dommage, mais cela fait réfléchir à des questions auxquelles nous sommes probablement tous et toutes très sensibles.

      Dis, comment vas-tu ? J'entends que tu serais très très très occupée pour le moment ?

      J'espère que tu vas bien... Bisous de toute façon !

      Supprimer
    3. Ah ma Pivoine, je m'occupe de ma mère...c'est pire qu'un gosse...
      Merci de te préoccuper de moi, c'est gentil tout plein.
      Je t'embrasse fort
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  5. Coucou Célestine
    Effectivement on est synchrone aujourd'hui avec nos juges ;-)

    Sur l'affaire en question, à cette époque, un de mes collègues avait été interrogé dans le cadre de l'enquête : il était en rage de cette façon d'interroger et de s'immiscer dans la vie des gens (tout cela parce qu'il s'appelait Omar. Comme il disait "s'il y avait eu marqué "Philippe (ou Albert) m'a tuer", il n'y aurait pas eu tout ce ramdam....)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il est vrai que la question est revenue plusieurs fois dans le débat. difficile de ne pas se la poser dans ce genre d'affaire.
      Cela rappelait un certain film qui avait marqué les mémoires, avec Jean Carmet : Dupont Lajoie.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  6. J'ai entendu à la radio , ce midi, que les assises devaient être restreintes à quelques cas et que maintenant certains "crimes" seraient jugés par des professionnels.
    je ne doute qu'être juré soit éprouvant, mais je tiens à une justice populaire.
    J'aime bien les jardiniers et leur jardin.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Moi aussi, ô combien...les jurés populaires sont les derniers bastion d'une démocratie qui est déjà bien malade.
      Comme je le disais à Andiamo un peu plus haut, je frémis à l'idée que le peuple ne rende plus la justice lui-même.
      Bonjour la justice à ce moment-là...
      Moi aussi j'aime les jardiniers.
      Je leur avais d'ailleurs rendu hommage.
      Bisous Berthoise
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    2. Bah, si la Justice légale n'existe plus, il nous restera la justice populaire....
      Ah ça ira, ça ira, ça ira....
      Baci Cara mia

      Supprimer
    3. La justice légale, C'EST la justice du peuple, avec des jurés tirés au sort dans toutes les strates de la société.
      C'est cela qu'il faut défendre...
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  7. Bonjour Célestine.
    Je vois bien à quelle affaire réelle ton texte fait écho. J'ai lu pas mal de choses à ce sujet et vu aussi le film.
    Ma conviction était que le jardinier était innocent.
    Gros bisous,
    Mo

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'était la mienne aussi.
      C'est difficile à expliquer...mais c'est pourtant très fort.
      gros bisous belle jardinière.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  8. Le Goût a été juré il a fait tous les procès de la session il a trouvé ça très dur, il a fait autant d'heures que pendant une charrette.
    J'ai reconnu ton jardinier.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je me souviens tu me l'avais dit en commentaire de mon billet « faites entrer l'accusé »
      Moi aussi j'ai trouvé ça éprouvant, physiquement mais surtout moralement.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  9. En réformant la justice, ils pourraient commencer par supprimer tous les tribunaux d'exception.
    La Cour de justice de la République.
    Une sorte de petite coterie à 577 Où il vaut mieux être dans le camp majoritaire que dans l'opposition.

    Les tribunaux militaires.
    "La justice militaire est à la justice ce que la musique militaire est à la musique" Georges Clémenceau.

    Les divers conseils de l’ordre (qui sont des tribunaux corporatifs)
    Celui des médecins étant de loin le plus scandaleux, puisque noyauté par la pharmacopée chimique, les médecins "hors normes" pouvant être radiés sans recours possible

    J'en oublie certainement...

    Je ne sais pas si la France pourra se relever des ravages du macronisme... Enfin, peu-être avec une révolution...

    Ti bacio Cara mia

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je crois que la révolution viendra toute seule : elle aura pour nom l'effondrement écologique.
      Le capitalisme entraîne l'humanité vers son déclin programmé.
      La justice sera rendue par les typhons, les tsunamis, les séismes, la famine et la disparition des terres habitées par montée du niveau de la mer...Et nous nous serons morts mon frère.
      Ti bacio
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    2. Pas si on applique la règle administrative coluchienne: Expliquez-nous ce dont vous avez besoin et on vous dira comment vous en passer."
      En fait, pour les tsunamis, comme on n'a pas de résidence en bordure de plage, ce risque n'est pas pour nous.
      Les typhons dévastent plus facilement Saint Barth que la Bourgogne...
      Pour la famine et la montée des eaux, ça va, j'ai suivi le viel adage qui dit que lorsqu'on a de la terre, on n'a jamais faim.. Et il faudrait que le niveau de la Loire augmente de 60 mètres pour qu'elle m'inquiète. Heu oui, bien sûr, j'ai de quoi t'héberger en cas de nécessité climatique.
      Alors Félix, Robert et Gilles, j'ai une autre rime pour vous et pour nous:
      "Nous nous serons barrés mon frère..."
      Mais dans tout ça, ce qui me gêne aux entournures, c'est de savoir qu'on fait partie des gens en capacité de se sauver tout seul, ce qui est loin d'être un cas majoritaire...
      Par chez moi, on dit communément: "Content de peu n'a besoin de rien"
      Baci Cara

      Supprimer
    3. Certes. mais je parlais de ce tout petit pays
      perdu dans le cosmos
      qu'on appelle la Terre...
      Macron n'est qu'un avatar d'un monstre gigantesque et multicéphale qui va faire imploser l'humanité toute entière : le Profit.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    4. Les banquiers nous spolie du verbe AVOIR, à nous de reconquérir le verbe ETRE.

      L'argent n'a aucune utilité lorsqu'il est gelé dans de grandes fortunes, sa seule fonction étant de permettre les échanges de biens et de compétences. Qu'ils monopolisent les monnaies officielles, il nous reste le troc et les monnaies alternatives exemptes d'impôts....

      Je trouve que les artisans de services devraient indexer leurs tarifs horaires sur les revenus des clients...

      Supprimer
    5. Voilà une bonne idée monsieur Blutchy !
      Mais vois comme le système essaie constamment de récupérer les bonnes idées alternatives...airbnb BlaBlaCar et le bon coin sont lorgnés du coin de l’oeil par les boursicoteurs :(

      Supprimer
    6. @Blutchy
      Je suis d'accord avec le cricket, c'est une bonne idée...
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    7. @Gemini cricket
      Je crois que les citoyens continueront de plus en plus à s'organiser hors du système de la finance qui, de toutes façons, les pousse dehors.
      Et que chaque organisation récupérée sera remplacée par une autre...
      Bises
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  10. Ah...Guy des Cars... ce n’etait pas de la grande littérature mais il avait le don d’ecrire des histoires haletantes de bout en bout.
    Cela doit faire soixante ans que je n’en avais plus entendu parler...
    Espérons que votre jardinier aura la chance d’etre bien défendu par un maître Deliot par exemple.
    Merci pour ce beau billet qui pose un problème délicat.
    ~L~

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oh la la ! J'avais oublié le nom de l'avocat dans La Brute...
      Quel souvenir...
      Merci beaucoup pour vos mots, cher ami.
      Ils me touchent comme toujours
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  11. Je pense aussi souvent au risque de l'erreur judiciaire. Elle repose sur des choses si légères parfois, des concours de circonstances, des interprétations, des témoignages à charge ou décharge trop convaincants parce que... pas tout à fait justes. On le dit bien "pour vivre heureux, vivons cachés"...

    Maintenant.. on libère aussi des coupables par erreur judiciaire...

    Baci sorellita!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je pense quand même qu'il vaut mieux un coupable en liberté qu'un innocent en prison...comme le dit un de mes commentateurs plus haut.
      Oui l'intime conviction est la part humaine de ce qui ne serait, sinon, qu'une monstrueuse machine à juger.
      Baci bella ragazza
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  12. Au chapitre des erreurs judiciaires et des assassinats on peut compter l'affaire Ranucci qui arrive peu après celle de Patrick Henri, dont Gilles Perrault, 2 ans après l’exécution a pointé du doigt les erreurs de procédure.
    Une des jurés, la seule femme, raconte sa terrible expérience dans un livre publié chez L'Harmattan http://www.liberation.fr/france/2017/03/05/affaire-ranucci-une-juree-raconte-sa-vie-apres-la-mort_1553460

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oh comme je suis contente de te voir, jean-charles !
      Ça faisait longtemps...
      Oui l'affaire Ranucci est quand même une enorme affaire d'erreur judiciaire...
      Bisous
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  13. Moi aussi je lisais Guy Des Cars lorsque j'étais ado. Qu’il est difficile d’être heureux dans cette vie, soupire Zadig lorsqu’il est confronté injustement à l’emprisonnement. L’épisode se veut être un clin d’œil aux propres déboires de l’auteur qui fut lui-même emprisonné pendant onze mois à la Bastille, par lettre de cachet, pour avoir osé des écrits non conformes à la pensée unique de son époque. Ces erreurs judiciaires, si elles étaient courantes au XVIIIème siècle, n’ont assurément pas disparu de nos sociétés modernes. Pensons à l’affaire d’Outreau, tristement célèbre ! Une raison de plus pour revisiter le sujet à la lumière de la logique voltairienne…

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je fais quand même une toute petite différence entre les erreurs judiciaires et les emprisonnements ordonnés par un pouvoir abusif et dictatorial.
      Voltaire en avait fait les frais, comme tant d'autres, qui ont osé critiquer le pouvoir en place... Ce n'est pas comme s'il avait été accusé de meurtre par un jury...
      Mais je comprends tout à fait ce que tu dis, chere miss
      Merci pour cet éclairage historique intéressant.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    2. Etre enfermé ou exilé semble être le sort des plus grands écrivains français...
      Victor ne put garder sa liberté qu'au prix d'un exil.
      et Emile fut condamné à un an de prison pour son "J'accuse". Ses prises de positions dans l'affaire Dreyfus et sa dénonciation de l'incurie de l'armée et du gouvernement lui valurent par la suite d'être assassiné par le sabotage d'un conduit de cheminée. Celui qui fut payé pour cette besogne se libéra la conscience sur son lit de mort.
      Près de nous, Julien Coupat fit 7 mois de prison en isolement pour qu'une Sinistre conne (par ailleurs soutien indéfectible de Ben Ali) et qu'un gnome caractériel ne perdent pas tout de suite la face. 10 ans d'acharnement judiciaire pour un procès politique qui vient d'échouer sur une relaxe...
      Le fait du Prince est toujours bien vivant.
      Ti bacio et bises à la Miss

      Supprimer
    3. Ah oui je viens de voir que c'est tout récent...quel gâchis !
      Et tu résumes tellement bien la situation...Mais pourquoi feraient-ils autrement, alors que tant de gens leur lèchent les bottes ? Plus c'est gros plus ça passe...
      Comment il disait, déjà Audiard ?
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    4. A défaut de parodier Audiard, on peut imiter les Tunisiens:
      Macron dégage!
      Il faudrait qu'il ne puisse plus aller quelque part sans se trouver en face de ce slogan.
      Ti bacio
      Il semblerait qu'on vient d'hériter du nouveau ex-président mafieux puisque l'Arménie vient de déboulonner son potentat.
      C'est quand que les Français se remuent le fondement?

      Supprimer
    5. Mais non les gens l'adorent...La preuve : ils l'ont élu ! ;-)
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    6. Ben Ali aussi avait été élu; et avec des scores plus "confortables" que Little Rothschild...
      Idem pour Poutine, el Assad, etc...
      La manipulation électorale est une science que manie très bien les mafieux.

      Supprimer
  14. je te suis à 100% Célestine!
    (j'ai pris du retard dans mes lectures de blogs ;-))

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Moi aussi, alors je te pardonne.
      Merci chere Adrienne
      Big Kiss
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  15. Il semble que mon commentaire ait été avalé... Au cas où j'y disais que ton texte était parfaitement écrit, descriptif, expressif. Mais que les erreurs judiciaires, à lire quantité de jugements lapidaires sur de nombreux blogs ou dans les commentaires, je me demandais qui pouvait se penser à l'abri d'en commettre une, tout comme d'en être victime.
    Enfin quelque chose comme ça :-)
    Et je gratifiais d'un bisou interrogatif (teur?)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je me garde des jugements lapidaires, chere Baladine, comme tu le sais.
      Chacun s'exprime en toute liberté.
      C'est un sujet délicat comme dit Lorenzaccio...
      C'est très difficile d'être juré, j'en ai fait l'expérience l'an dernier.
      Les affaires jugées étaient complexes, et se faire une intime conviction demandait une grande énergie, une grande concentration et beaucoup d'humilité.
      Enfin, c'est ainsi que je l'ai vécu personnellement.
      Je ne me suis jamais sentie a l'abri de commettre une erreur de jugement.
      Dans le doute, j'aurais préféré remettre un coupable en liberté que de condamner un innocent.
      Bisous
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    2. Je me souviens très bien de ce difficile et éprouvant épisode de ta vie, et des ressentis que tu avais exprimé.
      Mon comm était juste une extension au quotidien tout banal .-)

      Supprimer
    3. Je me demandais juste de quels jugements lapidaires tu parlais...♥

      Supprimer
  16. Ton texte est d'une émouvante réalité.En dehors de tout débat, il trace l'injustice dès le départ, l'accusé qui ne s'exprime pas avec "un langage comme il faut" le rend-il coupable?
    je peux être coupable ou mal juger quelqu'un car je n'entre pas dans sa vie intime.Les apparences sont trompeuses.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci marie.
      Oui, les accusés ne sont pas égaux devant la justice.
      Selon que vous serez puissant ou misérable, etc etc...
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  17. Pour ma part, je suis un peu écoeurée par les attitudes de la justice, des juges, des avocats, le Président de cour etc.... Innocent, coupable, bien difficile de démêler un imbrogiolo surtout lorsqu'il y a des gros enjeux et des interêts de toutes sortes.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le vivant de l'intérieur pendant trois semaines, j'ai été amenée à revoir certains de mes fausses idées sur la chose judiciaire.
      Je suis tombée sur un juge très humain, attentif et j'ai été impressionnée par son sens de la justice. Vraiment.
      C'était peut-être une exception ? Comme certains professeurs ne sont pas très représentatifs de l'éducation nationale ? :-)
      Ce qui est écœurant, c'est de voir comment certains se croient au-dessus des lois et de la justice parce qu'ils ont de l'argent.
      Bisous ma Chinou.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    2. Les pires sont ceux qui ont le pouvoir ... et l'argent des autres
      Bises e baci

      Supprimer
    3. J'adore la formule ! Elle est tellement vraie !
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  18. Ce jardinier était un coupable trop bien désigné pour être vrai.
    Il était là, un jour au mauvais endroit...
    https://youtu.be/W0xjW-e4KEg
    Il avait beau clamer son innocence, dire la vérité, personne ne l'écoutait, car:
    https://www.youtube.com/watch?v=jA3hNz5KQ34

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le juge de Grenoble qui présidait a la session d'assises à laquelle j'ai assisté, était aussi celui qui avait jugé l'affaire de la tuerie d'echirolles...il connaissait donc bien la chanson de Calogero qui s'en est inspirée.
      Quant à la chanson de guy beart, elle est éternelle...hélas.
      Merci didier
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  19. Je connaissais le bouillon d'onze heures, mais pas dame du même nom ; en mon âme-et-conscience, je pense que c'est la Grande Bardane qui a fait le coup, pendant que la Véronique et la Némésis (rien que ce nom est un aveu !) faisaient le pet. Mais faudrait que la justice (sans vouloir commander, respect) aille un peu voir du côté de cet Andromède (qui revient du Japon, en rab ?).... qui c'est ce gugusse ?
    Bref, Grand ou Petit, l'Albert s'est fait balader : au désespoir des Peintres, madame du Bois-Joli dédaignait le bambou et en pinçait notoirement pour sa Bourrache du Caucase, une jolie eurasienne souple comme liane.
    Bref, drame de la jalousie au jardin, c'est l'bouquet, quoi !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Rha ! j'adore positivement ta version florale de l'affaire.
      Quel talent cher dodo.
      Voilà une enquête qui a pu donner du fil à retordre à un policier allegique !
      Une mention spéciale à la Bourrache du Caucase, que j'imagine bien sous les traits de Bambou, la veuve de Gainsbarre.
      Bises réjouies
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  20. Plusieurs fois désigné juré. Je ne regrette rien même si parfois ce fut délicat. C’est une vraie expérience qui nous place devant des réalités dont on ne peut échapper. C’est bien moins simple que de juger devant sa télé, avec une bière dans la main. Là, il faut jauger, peser et soupeser, comprendre, analyser. Bref : réfléchir. Oui, c’est moins simple que de condamner avec l’approbation du commun des mortels soumis à des généralités très vagues sur la raison des choses de la vie.
    C’est être citoyen.
    Le drame, aujourd’hui, c’est que tous les gouvernements veulent que la justice devienne la vocation de professionnels, pour être plus efficace, plus rapide. Mais voilà, je pense qu’il vaudrait mieux qu’elle soit juste tout simplement. Et pour ça, elle a besoin de moyens en femmes et en hommes, matériel. Mais ça, ce n’est plus dans l’ordre des choses.
    Bises justes.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Une expérience que je n'oublierai jamais, moi non plus, ça va faire un an et c'est toujours présent en moi.
      Etre citoyen : une chose importante qu'il faut chérir ce ces temps troublés où la citoyenneté semble bien bafouée de tous les côtés...
      Non au secours, pas une justice de professionnels...on a vu où ça a mené en politique...
      Bisous solidaires
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  21. Je vois que nous avons connu les mêmes lecture et film en notre belle jeunesse... être juré doit être stressant, car comme tu le dis, ce n'est pas évident de démêler le vrai du faux. La peine de mort comportait un supplément d'horreur en pensant à la possibilité d'une erreur judiciaire.... J'aime beaucoup ton texte et tes références à toutes ces belles plantes que j'aime tant... Connais-tu la chanson de Thomas Fersen: Monsieur? J'adore ses textes et la musique aussi d'ailleurs!
    Beau dimanche!
    Bisous

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. j'adore Thomas fersen mais je ne connaissais pas cette chanson là. Elle est vraiment géniale et bien choisie pour commenter mon texte.
      merci beaucoup Maryline d'avoir agrandi ma culture !
      ¸¸.•*¨*• 🦋

      Supprimer
  22. Peu de temps après que tu ais raconté ton expérience aux assises, je suis allé à la mairie pour voter et j'ai appris que j'étais désigné pour être juré au cas où il y aurait des assises dans mon département.
    Franchement, j'espère que je passerais entre ces gouttes-là. En lisant tes textes et les commentaires aujourdhui et alors, je prends conscience que c'est quelque chose de trop fort pour moi, mais bon ... si je ne peux pas faire autrement ...
    Bises.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Et moi j'espère que tu seras choisi, car c'est une expérience à ne pas refuser.
      D'abord sur le plan politique et citoyen, car la justice concerne chacun.
      Et puis sur le plan personnel, cela t'apportera des choses inestimables : un autre regard, une réflexion, et un approfondissement de ton humanité.
      Et puis je serai là pour te donner des tuyaux...
      Bises cher Patrick.
      ¸¸.•*¨*• 🦋

      Supprimer
  23. Pour avoir travaillé dans le milieu pénal, je peux dire que les meurtriers peuvent aimer les fleurs. Mais pas les hommes. Bises alpines.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Certes, chère Dédé, on trouve de tout pour faire un monde...
      Et pour atteindre le point Godwin, je dirais que les nazis aussi aimaient les fleurs et la musique classique...
      Mais mon jardinier amoureux des fleurs était une bulle d'espoir dans ce monde de brutes...
      Bisous rêveurs
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  24. Tu partais sur un texte léger, répondant aux consignes d'écriture données et voilà que tes lectrices-lecteurs axent leurs commentaires sur leur légitime inquiétude devant les menaces qui pèsent sur la justice, oubliant les petites bulles d'humour (contrepèterie, pangramme...) de ton compte rendu fictif d'assise.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah je désespérais un peu que quelqu'un eût remarqué que mon texte était poétique et léger.
      Ma contrepèterie était une des préférées de mon père, quant au célèbre pangramme, le juge blond qui fume attend toujours qu'on lui porte son vieux whisky... ;-)
      Merci Yves.
      Bisous
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    2. PS: cela dit, c'est certainement mon paragraphe d'introduction qui était bien trop sérieux...
      Sans doute a-je été influencée moi aussi inconsciemment par les dernières annonces dans l'actualité, pour écrire mon texte...
      Peu importe en fait. Tous les commentaires sont très intéressants, comme toujours ici.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    3. Gemini cricketlundi, 23 avril, 2018

      C'est pour ça qu'on t'aime, en fait !
      Tu as des petites attentions bien charmantes pour tout le monde, c'est ta force. :)

      Supprimer
    4. Comme je le disais à un ami, c'est une façon sans doute de transcender de vieilles blessures.
      Le tout est de prendre garde à ne pas prendre d'autres coups, à être gentille avec tout le monde. C'est à cela que je travaille...
      Bises mon cricket
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  25. Il a l'air tout gentil ce jardinier...et ton texte est drôle et tendre.
    Pour ce qui est de erreurs judiciaires, oui ça fait peur.
    Moi je me dis que je n'aurais jamais voté pour la culpabilité j'aurais eu trop peur de me tromper.
    Mais c'est sans doute plus compliqué que ça quand on y est
    Bises
    Angela

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci pour ton compliment.
      C'est vrai c'est compliqué, tout dépend de l'affaire que l'on juge.
      Plus facile si l'accusé plaide coupable que s'il clame son innocence...
      Bises ma belle
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  26. Tu devrais regarder "L'hermine" avec Lucchini, très beau film qui montre l'envers du décor d'un procès d'assise et aussi un bon portrait d'homme....

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui j'avais adoré ce film, d'ailleurs j'avais mis la photo de Lucchini en illustration de ce billet...
      Bisous petite miss
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  27. L'injustice, c'est terrible, ça m'ébranle au plus profond de moi, j'espère ne jamais être appelée dans une Cour d'Assises, il me semble que je le vivrais très mal. Ton histoire tragique nous permet tout de même de rêver à de bien jolies fleurs, des rêves de belle jardinière... Bises céleste Célestine. brigitte

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je pense que tu le vivrais bien, car tu as toutes les qualités pour.
      De l'ouverture d'esprit, de la finesse, et un amour d'autrui qui se sent dans tes billets.
      Merci d'avoir lu avec le sourire mon petit texte.
      Bisous ma Plume
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  28. Le pire dans cette affaire que tu évoques, est que l'assassin n'a jamais été vraiment recherché puisqu'on avait sous la main le bouc émissaire rêvé !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui Gwen, c'est terrible de se dire qu'il court toujours...
      Merci d'être passée, ça faisait longtemps. Toujours ravie de te voir.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  29. J'avoue espérer ne jamais être juré, et je crois que si c'était le cas, j'essaierais de trouver une excuse pour ne pas l'être. Cela ne m'attire vraiment pas, mais je peux me tromper. Bonne semaine Célestine.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je pense que l'on ne mesure pas comme c'est grave de dire cela, car certains voudraient instaurer une justice de professionnels, ce qui serait clairement la fin des haricots...
      Soyons heureux et fiers d'être tirés au sort. Moi qui milite pour une assemblée constituante tirée au sort, je pourrais t'écrire une thèse sur les bienfaits du tirage au sort en matière de démocratie...
      Je suis heureuse de te revoir...ce n'est pas souvent.
      Bisous cher Petit Belge.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  30. Quelle responsabilité de juger. Et surtout quelle responsabilité de condamner !! Tout cela me brouille l'écoute !!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Daniel pour ce clin d'oeil
      Bisous
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  31. Si Albert est jardinier, effectivement, ça ne colle pas !
    S'il était contractuel, par contre... ces gens là ont tellement l'habitude de laisser des choses sur le pare-brise ! ;-)

    Germaine... Germaine...A-ton interrogé le dénommé Vegas-sur-Sarthe ? C'est que le slogan du Conseil général, à l'époque de François Fillon était "la Sarthe, un jardin extraordinaire" !;-)

    Je plaide coupable de krapoveries ce matin !

    (Ce qui est bien sur Internet c'est qu'au lieu de vous enfermer on vous demande de OKsortir !)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J’aime définitivement tes Krapoveries alors ne m’en prive pas !
      Bisous très célestes, mon oncle 😜
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  32. Magnifique ma belle!!! J'adore et j'ai bien envie de tester... belles journées à toi et bisous

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Envie de tester ? Tester quoi ?
      D'être jurée ? D'écrire pour les Impromptus ? De lire Guy des Cars ? De planter des dames d'onze heures ?
      Je suis impatiente de le savoir !
      Bizou ma Brizou.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    2. Planter des dames d'onze heures? Pourquoi pas. Lire Guy des Cars? Je l'ai fait en cachette de Maman. Etre jurée? Honnêtement, je ne sais pas... Non, plutôt tester cet Impromptu! Bonne soirée ma belle

      Supprimer
    3. Ah mais oui, avec plaisir !
      Tu as de la chance le sujet est prolongé d'une semaine...
      Bienvenue ma Brizou, dis leur que tu viens de ma part
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  33. J'ai relu "La Brute", il y a 2 mois environ; je relie d'ailleurs Guy des Cars régulièrement car je trouve qu'il est, contrairement à ce qu'écrivaient dédaigneusement dans les années 70 et à son sujet critiques et gens de lettres, bien loin d'être un "auteur de gare ". Je suis persuadé que bien des injustices ont été commises au nom de la justice Patrick Dils en est la preuve vivante. Je précise vivante car s'!l est une affaire qui m'a marqué et dont je me souviens encore avec grande perplexité le déroulement c'est bien l'affaire du "pull-over rouge" et de Christian Ranucci.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ou cette affaire m'a énormément traumatisée à l'époque d'autant que la peine de mort était une horreur sans nom pour moi.
      Je ne comprenais pas que l'on puisse punir quelqu'un d'avoir tué, en lui faisant la même chose...Une logique enfantine sans doute...
      Quant à Patrick Dils, une vie gâchée...
      Pour Guy des Cars, je suis d'accord avec toi. il a injustement été traité d'auteur de gare.
      Merci Alezandro.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  34. Cette histoire me touche profondément car je me souvient très bien de la fameuse phrase "Omar m'a tuer" comment une femme mourante , enfermée dans le noir à t'elle pu écrire une telle phrase et en plus en faisant une énorme faute d'orthographe , ça n'a pas de sens , mon mari et moi n'avons jamais cru en la culpabilité d'Omar , mais cela ne concerne que nous , l'enquête à été bâclée par une police pressée par la famille de trouver le coupable tout désigné et n'a pas interrogé les bonnes personnes qui ont vu Omar ce jour là , ils ont par contre été voir ceux chez qui Omar n'était pas passé ce jour là non plus , si ça ce n'est pas une preuve même petite qui devrait bénéficier à ce pauvre homme alors c'est vrai il n'y a pas de justice .

    Merci de rappeler que la justice n'est pas forcément juste et que l'ultime conviction n'est pas une preuve mais seulement un sentiment ...

    Bonne journée , bon W.E. et gros bisous marseillais .
    Renée (mamiekéké).

    RépondreSupprimer
  35. Je reviens vite pour te dire que Guy Des Cars est en bonne position dans ma bibliothèque et que je trouve que tout ce qu'il écrit est sensé et très recherché question de vérité , il mérite du respect .... Mais que veux tu les auteurs à succès sont souvent enviés et jalousés .

    RépondreSupprimer



Je lis tous vos petits grains de sel. Je n'ai pas toujours le temps de répondre tout de suite. Mais je finis toujours par le faire. Vous êtes mon eau vive, mon rayon de soleil, ma force tranquille.
Merci par avance pour tout ce que vous écrirez.
Merci de faire vivre mes mots par votre écoute.