mardi 27 mars 2018

Supplément d'âme







Lea Massari








































Il y a cette scène. Cette scène muette et sublime, dans les Choses de la Vie. 
Je vous remets l'histoire en mémoire ?
 Pierre-Michel Piccoli aime Hélène-Romy Schneider.
Auparavant, il aimait Catherine-Lea Massari.
Une histoire simple, banale: un jour, Pierre et Hélène traversent une crise de grisaille tempétueuse comme en traversent tous les couples happés par le tourbillon de l'usure. L'amour ça va ça vient...
Pierre décide de partir prendre l'air dans sa maison de l'Ile de Ré, avec son fils. Celui qu'il a eu avec Catherine. Vous me suivez ?
Avant de partir, il écrit une lettre à Hélène, qu'il projette d'envoyer de là-bas. Une lettre de rupture, pleine de mots coupants comme du diamant. Il hésite, cependant. Comme n'importe qui hésite toujours un peu avant de tailler dans le vif d'une relation. Et à force de se remémorer les pépites de leur amour, il change d'avis et décide de rester. 
Mais la lettre est toujours dans sa poche...
Il n'arrivera jamais à l'Ile de Ré. Sa voiture et le destin se carambolent et la camarde en décide autrement. 
Alors, il y a cette scène.
A l'hôpital,  c'est Catherine qui arrive la première. Elle trouve la lettre dans les affaires de Pierre, la lit. 
Et la déchire.
Quel beau geste ! Le plus beau du film. Exaltant un sentiment si extraordinaire, si peu commun, en ces temps de bassesse, de turpitudes et de petites trahisons fumeuses...
La scène de la femme délaissée, mais encore amoureuse, qui sait qu'elle aurait gagné, finalement, puisqu'il quittait Hélène, mais qui épargne à sa rivale un chagrin supplémentaire. 
Elle ne brandit pas la lettre, comme un pathétique étendard de revanche. 
Non. Elle est une vraie dame de coeur. Elle déchire la lettre.
Elle fait preuve, drapée dans sa beauté tragique,  d'une certaine grandeur d'âme.
Et moi, j'aime ça, la grandeur d'âme. Cette générosité magnifique qui reste dans l'ombre.






Les Choses de la Vie, film de Claude Sautet, 1970
Musique: la Chanson d' Hélène.

119 commentaires:

  1. Synchronicité ? Et dire que je viens de voir, ce soir, ce film sublime: "Les choses de la vie" projeté sur France 5, avec la majestueuse Romy Schneider et le sublime Michel Picoli, oui, une belle symphonie à la vie.
    On ne s'en lasse pas , de le revoir , même toute la vie !
    Belle nuit Céleste

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est en le revoyant, ce soir, que j'ai été frappée par cette scène, pleine de dignité muette et magnifique.
      Qui donne tout son sens au film, si beau.
      Belle nuit cher Bizak.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  2. Je me demande pourquoi je n'ai pas "mordu" à Sautet. La façon dont tu racontes cette histoire donne vraiment envie de voir le film. Pourtant, j'aime Truffaut (mais c'est sans doute très différent?) et Eric Rohmer (pourtant pas simple du tout). Mais est-ce qu'elle n'aurait pas pu garder la lettre pour elle (en souvenir - sans la montrer?) Je n'ai pas vu le film, ce n'est peut-être pas possible, scénaristiquement parlant...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est une des lectures possibles du film. Elle aurait pu vouloir garder un souvenir.
      Mais pourquoi la déchirer alors ?
      C'est peut-être de colère, contre cet homme qui est incapable de rester avec une femme ?
      Moi je préfère ma version, la grandeur d'âme de ne pas vouloir accabler sa rivale en ne lui disant pas: « ah tu vois, il allait te quitter, nananère, il t'aimait plus, euh ! » ce qui aurait fait basculer Claude Sautet du côté de la soap de téléréalité... ;-)
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  3. Ah, en te relisant "les mots coupants comme du diamant" - une lettre de rupture, oui, évidemment, elle est faite pour être détruite.
    Je me souviens de feu mon beau-frère... Que j'appréciais beaucoup, venant chez nous avec une boîte conservant des souvenirs de mon beau-père que je n'ai jamais connu. Leur mère venait de mourir et on devait décider ce qu'on allait faire de ce qu'il restait. De drôles de choses d'ailleurs, je te dis pas!

    Feu mon beau-père avait gardé toute sa vie (outre ses cartes de casinos, c'était un joueur! Mais aussi un médecin qui soignait parfois les gens gratuitement) toute la correspondance d'une femme qui l'avait passionnément aimé (et qu'apparemment, il n'avait pu oublier). Avec mon côté archiviste, j'ai classé les lettres par ordre chronologique. Puis j'ai dit à mon mari et à son frère que je trouvais qu'il fallait brûler ces lettres... Finalement, je ne sais pas ce qu'ils en ont fait. La signature était illisible, on ne pouvait retrouver qui c'était, mais c'était tellement personnel !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est émouvant ton histoire...
      Je suis sûre que Sautet ou Lelouch auraient adoré t'acheter les droits...
      Un amour secret, une correspondance illicite...c'est romantique à souhait !
      Cela me rappelle un film que j'avais beaucoup aimé, avec Cher, et le sublime Nicolas Cage, un film américain qui s'appelle je crois « Eclair de lune » dans lequel elle apprend que son père a eu une liaison toute sa vie avec une autre femme, mais que sa mère le savait (contrairement à ta belle-mère je suppose...)
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    2. J'aime beaucoup Nicolas Cage aussi (sublime, oui, pas loin !)
      Ma belle-mère connaissait l'existence de cette ancienne correspondance. Elle avait un mari qui la trompait comme pas deux, mais c'était son gagne-pain (il était très riche - je précise que quand je suis arrivée, hum, ce n'était plus vraiment le cas). Un an avant sa mort à peu près, elle lui a fait refaire son testament sous la menace de le quitter. Tristes vies. Quand nous sommes allées aux funérailles de ma belle-mère, nous n'étions que quatre + une de ses anciennes amies. Je suis encore un peu triste quand je pense à elle... Et pourtant, elle était spéciale. "La plus belle femme de Gand" ! Mon beau-frère a eu un coup de cafard, mon ex-mari, non. Curieux... Et pourtant, c'était mon mari qu'elle avait préféré, bref, ceci nous éloigne de Claude Sautet. Ce serait plutôt du Bertrand Blier...

      Supprimer
    3. Tu me fais sourire avec Bertrand Blier...C'est vrai que ce n'est pas tout à fait le même tonneau, Blier et Sautet...
      Nicolas Cage avait, dans ce film, ce côté sauvage et un peu animal d'un Brando, par exemple.
      Et qui s'appelle le sex appeal...rien à voir avec les canons de beauté... Difficile à expliquer...
      Elle était "spéciale" ta belle-mère ? C'est à dire qu'elle non plus ne correspondait pas aux canons, mais de la morale ? ;-)
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  4. Je n'ai pas, non plus, vu le film. Léa Massari a ce visage un peu triste des héroïnes tragiques. Pourquoi deux veuves du même homme devraient-elles se déchirer pour emporter un plus gros morceau du catafalque?
    Ca me rappelle Piaf, allant vers Mme Cerdan et lui dire que maintenant, elles ne sont plus rivales et qu'à pleurer le même homme, ça rapproche...

    Léa Massari peut-elle ne pas être sublime en ayant tourné dans un film intitulé Céleste... J'vous demande un peu...
    Elle a aussi accroché un nombre certain de bons réalisateurs à sa filmographie....
    Tiens, tu me donnes envie de voir et revoir des films de Léa Massari...
    Ti bacio Cara

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pourquoi deux veuves du même homme devraient-elles se déchirer pour emporter un plus gros morceau du catafalque?
      Il faudra en parler aux veuves de Johnny... ;-)
      Sinon, c'est vrai qu'il faudra que tu regardes le film, il y a plein de bons acteurs, et il y a même Boby Lapointe ^^
      Ti bacio

      Supprimer
    2. Ca doit tenir dans la matière utilisée pour le catafalque...
      Le vélin vert des $ étant plus intéressant que le velours noir...
      Ce qui serait drôle après un étripage en règle pour capter l'héritage, c'est que Bercy présente la facture de l'évasion fiscale...

      En attendant de voir ce film, je dois avoir la 7e cible, avec Lino et Léa.
      Bacione

      Supprimer
    3. Voudrais tu parler d'un matelas de billets ?
      Pour le film je ne me souviens plus si je l'ai vu...
      Mais je suis sûre qu'on doit pouvoir remédier à cette lacune... :-)
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    4. Le testament du rassis (pardon, du Jauni) étant californien, il devait être rédigé en billets verts.
      Comme les Amerlocks ne connaissent pas les parts réservataires pour la marmaille, En toute légalité David et Laura se trouvent exclus de la distribution, et ça grince un peu aux entournures....

      Pour ce qui est de la lacune, c'est en effet possible.
      Ti bacio Cara mia

      Supprimer
    5. Tu as l'air bien au courant de l'affaire!
      Moi je n'ai pas tout suivi, tellement ça me débecte de se disputer en public comme ça...
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    6. J'étais juste tombé sur l'avis d'un juriste et c'est ce côté là de l'affaire qui 'a intéressé. Je ne sais même pas s'il y a une bataille au couteau dans le clan Hallyday.
      Mais bon, sachant qu'en droit français ordinaire la veuve officielle ramasse déjà plus de la moitié du pactole en plus de la part des 2 gosses qui vivent avec elle, Elle aurait pu laisser quelques bricoles aux deux premiers enfants...


      Supprimer
    7. Apparemment oui, ça se déchire pas mal dans le clan...Entre les deux ex-veuves et la veuve officielle...Un vraie bataille d'araignées.
      Comme si tous ces gens-là manquaient de liquidités...
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  5. Et ce film me rappelle un de mes films préféré:"sur la route de Madison". Là aussi il y a de la grandeur d'âme quand Meryl Streep voit partir son amant en voiture alors qu'elle se trouve elle-même dans la voiture avec son mari. On sent qu'elle hésite, mais finalement elle ne fait que serrer le poing et ne dira rien. Ah...j'en ai les larmes aux yeux...bises ma belle grande âme. 😊

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Quel beau film...tu penses que je l'aime ! j'en suis fan.
      La déchirure entre le coeur et la raison m'a brûlée plus d'une fois...
      Y a-t-il de la grandeur d'âme dans le renoncement ? Sans doute...même si d'autres y verront peut-être des sentiments moins reluisants, comme la peur ou une certaine lâcheté...
      Pour moi, cela reste un film sublime.
      A propos de Meryl Streep, j'ai vu hier un de ses derniers films dans lequel elle est au meilleur de son talent d'actrice. Il s'appelle « un été à Osage County » elle donne la réplique à Julia Roberts, formidable elle aussi.
      Si tu as l'occasion de le voir...
      Bises ma belle alpine
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  6. Supplément d'âme ou Dame en supplément ?

    Cela me fait aussi penser au merveilleux film "Sur la route de Madison" et à la lecture du journal intime par les enfants de Francesca , la sublime Meryl Streep.
    Et là deux solutions , critiquer et juger leur mère ou se dire "c'est merveilleux cette parenthèse enchantée qu'elle a pu vivre".

    Je trouve ta conclusion très belle "cette grandeur d'âme , cette générosité magnifique qui reste dans l'ombre."
    Belle journée Céleste.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Critiquer ou juger...me rappelle mon aphorisme préféré (pour une fois que j'en invente un)
      « Qui sommes-nous pour juger ? Des êtres humains pleins de défauts qui jugent d'autres être humains pleins de défauts »
      Et qui pourrait reprocher à qui que ce soit de vivre une parenthèse enchantée ?
      Merci ma douce Mathilde.
      Ton comm est à ton image :-)
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  7. Les femmes ont souvent plus de classe que les hommes dans les films de Sautet, peut-être pas de classe en fait, mais de maturité. Et contrairement à une idée fréquemment véhiculée depuis des siècles, les femmes font souvent preuve de noblesse entre elles.
    ((La lettre déchirée est un ajout du scenario; dans le livre de Paul Guimard, c'est un infirmier qui trouve la lettre et la donne à Hélène, qui aura donc tout perdu... Le roman est saisissant à lire, et passionnant. Guimard était un auteur passionnant.))

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Peut-être que la maturité donne une certaine classe, dans le sens où elle développe certains sentiments comme la générosité, la compréhension fine...la grandeur d'âme quoi ?;-)
      Par contre je ne savais as que le scénario initial avait été changé.
      En ce cas, je trouve que c'est Claude Sautet qui fait preuve de grandeur d'âme ...
      Et shame on me, je n'ai jamais rien lu de Paul Guimard. La profondeur de mon inculture me navre...
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    2. S'agit-il d'une maturité due à l'âge, ou à ce facteur culturel qui fait des femmes des êtres plus tournés vers les autres (j'ai bien dit culturel, hein!)?
      Eh bien, comme le scenario a été écrit à six mains, Guimard lui-même, Sautet et l'incontournable Dabadie, va savoir... dans le roman, la première femme n'est quasiment pas évoquée (juste comme la mère du fils). C'est Hélène qui prend toute la place...
      Tu as forcément lu des tonnes de bouquins que je ne connais pas, tout comme je découvre grâce à toi de splendides chanteuses que j'ignorais ;-)
      Sinon, tout est bon et profond chez Paul Guimard (y compris son féminisme égalitariste :-))

      Supprimer
    3. Bien sûr, quand je parlais de mon inculture, c'était une boutade auto-dérisoire...
      Il nous faudrait mille vies pour tout lire.
      Il est bon de garder cette humilité-là, car elle nous pousse à toujours découvrir, et c'est merveilleux, n'en déplaisent à quelques idées aquoibonistes qui viennent parfois se nicher dans un moment de blues... ;-)
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  8. Oh la la! Là on est vraiment dans le dur, le dur des choses, des choses de la vie. "Tu pars déjà? "Tu rentres bien tard?" Air connu. Quant aux pépites, espèce en voie de disparition... Je t'embrasse Angel Baby. ATTB.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah, le raccourci de cette « relativité du temps relationnel » l'une qui le trouve trop court, l'autre qui l'a trouvé bien long...Une espèce à protéger les pépites, n'est-ce pas ?
      Kisses from me
      attb
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  9. de mémoire, dans le livre (parce que bien sûr au début il y a un livre - il y a toujours un livre au début) de Paul Guimard. la fin est ouverte : un gendarme trouve la lettre sur le héros accidenté, et on ne sait pas si elle sera versée au dossier, remise à la famille, ou postée à sa destinataire. Ce qui est sûr, c'est qu'il n'y a pas ce beau geste que Claude Sautet offre à Romy Schneider (ou bien est-ce elle qui a réclamé la "scène de la fin") pour ne pas finir le film sur un gendarme sous la pluie !
    :)
    (enfin, dans mon souvenir.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Eh oui, il y a souvent un livre c'est vrai...
      Mais il y a aussi des scénaristes créatifs, et certaines séries actuelles sont le fruit d'un génie scénaristique sans conteste... (Breaking Bad, Homeland)
      Oui, ça me plaît, l'idée que Romy ait demandé une autre fin plus « noble »
      Mais un gendarme sous la puie, ça reste un beau titre de roman, ça... ;-)
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    2. La baladine, qui a une meilleure mémoire que moi, précise dans un commentaire ci-dessus que c'est un infirmier qui trouve la lettre ; exit donc le gendarme sous la pluie. snif !
      Sinon, je suis d'accord, les scénarios peuvent être plus forts que bien des romans ; sans doute parce qu'ils n'hésitent pas y travailler à plusieurs, alors que le roman (en France en tout cas) reste l'apanage de l'auteur solitaire...
      :)

      Supprimer
    3. Tout à fait...encore qu'on n'ait pas de preuve formelle que Zola ou Hugo ne se soient pas fait aider dans leurs entreprises titanesques... ;-)
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    4. @ carnetsparesseux, c'est juste que je l'ai relu il n'y a pas si longtemps ;-)

      Supprimer
    5. Ah je comprends tout !
      Mais quel extraordinaire hasard ...un petit miracle de synchronicité... ;-)
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  10. Guimard était un séducteur, marié avec Benoite Groult elle a du en trouver des lettres de rupture dans ses poches, les hommes sont si distraits.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Telle que je la connais, elle n'a pas dû rester au coin du feu à attendre le retour du héros...
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  11. Lu et vu il y a si longtemps...
    Je ne peux que me rappeler l'histoire, Guimard, Piccoli, Romy Schneider et Lea Massari.
    Bref, c'est un film de Claude Sautet.
    Même si j'aime beaucoup ce qu'il faisait, je préfère Rohmer.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Moi aussi j'aime bien Rohmer.
      Mais je préfère Sautet...Comme quoi, les goûts du Goût et les miens... ;-)
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  12. J'ai adoré le cinéma de Claude Sautet, ses acteurs fétiches forment une vraie famille, c'est une époque un peu révolue malheureusement, de simples tranches de vies racontées, des personnages pleins d'humanité... j'aurais revu avec plaisir ce film si j'avais été à la maison. Merci céleste Célestine, pour les choses de la vie et ce supplément d'âme, on en a tant besoin de ce supplément là. Bises ensoleillées. brigitte

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Une vraie famille oui c'est vrai. Des êtres comme toi et moi, avec leurs failles et leurs faiblesses.
      Mais on retrouve quand même cela, heureusement, chez d'autres cinéastes que j'aime bien, Chatiliez, Klapisch...
      Bisous plein de soleil, ma Plume
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  13. Un très joli film, Une Romy radieuse, et Lea Massari sublime dans "le souffle au cœur" !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Et un Piccoli au mieux de son charme et de sa forme... ;-)
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    2. Piccoli au mieux de sa forme... mais pas vers la fin du film...

      Supprimer
    3. Je parlais de l'acteur bien sûr...Pas du personnage
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    4. Je crois bien en fait que j'avais saisi la nuance :-)
      Mais point de rhétorique sans avis divergeant...

      Supprimer
    5. Une raie torique ? C'est possible ça ?
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    6. Oui, si c'est une raie Mantal

      Supprimer
  14. En effet, une formidable trouvaille que la lettre déchirée ! Un film culte, dont l'image et les couleurs ont beaucoup vieilli ; une si belle histoire, celle de la plupart des gens, tiraillés entre deux amours, si romanesque et déjà un peu démodée (croyait-on) lors de sa sortie en pleine révolution sexuelle.
    J'ai regardé une fois de plus le film, pour Romy, et pour la merveilleuse musique de Philippe Sarde. (ah les rouleaux de velours de sa musique de " la grande bouffe !) Pourtant le choc que j'ai eu hier n'est pas dû au film : Quand il a été fini, j'ai zappé sur ARTE où passait "rien sur Robert", un film intello et sans chair, dans lequel joue également Piccoli, mais 30 ans plus vieux, carrément vieux (déjà) . Le choc du passage du temps !
    Et puis l'envie de relire Guimard, ce grand connaisseur de l'âme, écrivain pas assez considéré, "les premiers venus" est fabuleux, au sens propre, et "l'âge de Pierre", bouleversant, dans lequel, Pierre, chaque fois qu'il est pris en flagrant délit d'indifférence, se pétrifie un petit peu plus.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est très joli « les rouleaux de velours de la musique » quelle belle image !
      Tu me donne envie de lire le roman très symbolique de l'âge de Pierre...
      Merci emma pour ce formidable commentaire, d'une passionnée comme moi.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  15. Ce film, cette chanson, ces voix, cet épisode central du film... bouleversement total des sentiments... La vie, quoi.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. La vie sublimée par les sentiments. OUI.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  16. J'ai revu, hier soir, le film à la télé...(étrange, je ne regarde jamais les films à la télé, j'en vois trois par an, au grand maximum...).
    Mais je suis "tombée dessus" et je me suis laissée happer par la nostalgie, la grâce des sentiments et la parfaite réalisation du film...et j'ai été émue.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Même si je ne cultive pas la nostalgie, j'aime me replonger un peu dans cette ambiance particulière de mon enfance: les années 70...la DS citroën nous a rappelé des souvenirs extraordinaires mes frères et moi...
      On s'est partagé un petit délire sur le rézosocial...
      Pour l'émotion oui, je suis d'accord.
      Romy Schneider état très émouvante.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    2. Ah...le "parfum" des années 70...C'est aussi ce qui me "prend" dans ce genre de film...les mille détails visuels (vêtements, maisons, musique...)...l'ambiance particulière et inimitable d'une époque où nous étions mômes et où Piccoli, pour nous, était un "vieux"...(et dire que l'autre soir, je l'ai trouvé jeune !)
      Le temps est impitoyable...

      Supprimer
    3. Rapide calcul : né en 1925, il avait donc 45 ans dans les choses de la vie : eh bien c'est bizarre mais même s'il est assez séduisant, je trouve qu'il fait beaucoup plus, avec son crâne dégarni et ses cheveux gris...
      Par comparaison, Thomas Dutronc a 45 ans cette année et il fait beaucoup plus jeune...
      Mais tu as raison, le temps est impitoyable...heureusement pour tout le monde !
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  17. C'est un film merveilleux, magnifique et déchirant comme tant de films avec Romy Schneider à la fois si lumineuse, solaire et tragique.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu la décris bien. Un regard magnifique et une boule d'émotion vibrante. j'ai toujours adoré cette actrice.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  18. J'ai adoré ce film et cette scène a je pense conditionné (quel vilain mot) mes détachements amoureux qui ont suivi : toujours dans la dignité, autant que faire se pouvait et quel que soit l'aiguillon qui taraudait. La chanson d'Hélène me fait monter les larmes aux yeux.... :( Sublime Léa Massari que j'adore aussi et pratiquement tout le cinéma de Sautet dont "Vincent, François, Paul et les autres" avec Marie Dubois, Montand, M. Piccoli... Baisers d'âme-ie ma Céleste♥

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. La dignité et la grandeur d'âme m'ont toujours guidée aussi dans mes ruptures...
      Même si je ne suis plus du tout certaine que cela ait été pris comme cela de l'autre côté...
      On n'est jamais sûr de rien en amour, n'est-ce pas ma brune ...
      Mon préféré de Sautet reste César et Rosalie.
      Bisous ma très belle♥
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  19. C'était hier soir le film à la télévision. J'ai été tentée. Mais la raison l'a emportée et je me suis écroulée sous ma couette à 21 h (heure d'été) pour une nuit de sommeil indispensable. Quant je te dis que cela me détraque le changement d'heure...
    Ce sera pour une prochaine fois le film...

    Merci en tout cas pour le partage de ce geste d'âme.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah ma Suzame...tu t'es donc endormie à 20 h (heure d'hiver)
      C'est dommage, tu as loupé un si beau film..
      Bisous ma belle d'âme

      Supprimer
  20. un film qu'on peut voir et revoir sans se lasser

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est l'apanage des grands films...
      Merci de votre passage les bestioles ;-)
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  21. Il faut que je le revoie... Romy, tellement belle, Léa aussi! Serais-je capable de "grandeur d'âme"? Pas sûre du tout... bises

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. La grandeur d'âme, c'est faire passer autrui avant soi...C'est le contraire de la mesquinerie.
      Et je suis sûre que tu en es capable, ma Brizou.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  22. Chaque vie est un roman (ou un film...) mais nous ne voyons que ce qui est visible chez les autres, que ce qu'ils veulent bien nous laisser voir. Ce qui importe vraiment, les vraies choses du coeur, restent toujours secrètes. Sans doute sont-elles trop précieuses pour être partagées. Ou tout simplement impossibles à partager tellement elles sont inséparables, indissociables de notre âme et unes avec elle...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'aime beaucoup l'idée que les choses du coeur restent secrètes...
      Elle affleurent parfois, mais fugitivement.
      Et se partagent quelquefois, dans le secret d'une osmose, avec celui ou celle que l'on va appeler « âme soeur »
      Mais c'est rare.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  23. Je n'ai pas revu ce film, cette fois, mais je m'en souviens très très bien, ancré dans mon souvenir : dans cet espace silencieux, suspendu, Léa Massari est grande d'Âme si pleine
    d'humanité...bouleversante, vraiment ! deux si belles femmes, Léa Massari et Romy Schneider....
    Merci Célestine.
    douce soirée à toi.
    Bisou.
    Den

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je me faisais la réflexion par rapport à ce fameux « abaissement du niveau de conscience » qui fait de l'abnégation, du courage, de l'altruisme et de la délicatesse des vertus en voie de disparition...
      Dans les séries modernes, les soap operas américains on ne voit plus trop ce genre de geste. mais plutôt de lâches turpitudes et trahisons dictées par la possession et l'instinct de possession (ce qui est à peu près la même chose)
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  24. Beaucoup de mes nouvelles et romans sont animés par ces épouses et maîtresses, et quand je le peux je glisse aussi ces moments de grand amour, de non-haine pour l'autre puisqu'"il" l'aimait aussi. J'ai grandi dans une époque où presque toutes les femmes étaient "trompées", et leurs mères l'avaient été aussi. C'était désagréable mais presque jamais une fin pour autant. Le mariage était un contrat, on y cherchait moins de romance, mais l'amour-respect, le sens d'avoir fondé une famille, et pour autant que je sache, il y avait autant d'infidélités du côté des femmes que du côté des hommes, contrairement à la légende. Ce qui comptait était, autant qu'on le pouvait, rester une famille. Mais on ne se possédait pas, et encore moins les coeurs...

    Baci sorellita

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il est vrai que tu avais écrit un excellent billet sur la mode made in USA du couple fusionnel, qui a changé la donne des rapports humains...
      Le mariage reste cette forteresse où l'on veut entrer quand on n'y est pas, et dont on veut sortir quand on y est...
      Les anciens avaient trouvé la solution du « pas de la porte »... ;-)
      Baci bella ragazza
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  25. Un grand film avec des acteurs magnifiques. Romy Schneider bien sûr mais je suis aussi fan de Michel Piccoli. ( Hier soir j'ai regardé sur Arte un film dans lequel il jouait aussi et était comme toujours excellent ). Les choses de la vie, quel beau titre aussi, qui pourrait servir de titre générique à toute l'oeuvre de Sautet. Je n'ai pas tout vu mais n'ai jamais été déçu. Beaucoup de ses personnages ont, me semble-t-il, souvent cette grandeur d'âme dont tu parles.
    Bises.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai beaucoup aimé Garçon ! avec Yves Montand, et Une Histoire Simple, un des derniers films de Romy.
      Mais mon préféré reste César et Rosalie.
      La vie, l'amour, la mort version Sautet : ça avait de la gueule !
      Bises cher Patrick
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  26. Je ne connais pas ce film, et c'est avec plaisir que je le visionnerai. J'aime ce geste protecteur, afin de lui épargner une plus grande peine, cette sorte de détachement aussi à ce petit moi blessé jadis, à cette solidarité féminine. bises étoilées.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. La solidarité féminine est un des grands thèmes de Sautet.
      Les femmes se retrouvent pour discuter et s'apercevoir de ce qui les lie : le rapport à leur corps, la maternité, et l'amour pour les mêmes hommes. Souvent.
      Un cinéma imprégnée du vent de liberté qui soufflait à l'époque...
      Rien que pour cela, il vaut la peine d'être vu et revu.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  27. Je pense à ma maman qui aurait voulu qu'à l'enterrement de mon papa, on joue le morceau de musique que la femme que mon père avait aimé quelques mois lui avait chanté a cappella. Malgré le chagrin éprouvé, elle a voulu avoir cette grandeur d'âme. Que nous lui avons refusé.....

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui c'est dommage...Je ne sais pas qui vous êtes, cher(e) anonyme, mais l'histoire est belle et émouvante.
      A l'enterrement de mon père, une jolie jeune fille est restée dans un coin, à pleurer en silence. C'était la fille de l'ex-femme d'un de mes frères, qui aimait mes parents comme les siens, et qui pleurait comme si c'était son vrai grand-père.
      Je suis la seule à être allée vers elle.
      Mon frère n'a pas eu cette grandeur d'âme. Ce devait être trop difficile...
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    2. C’est moi Myo, j’ai oublié de signer ��

      Supprimer
  28. Grandeur d' âme , grandeur des sentiments, sens des valeurs, respect.. ....hélas , même si c'est un beau film, ce n'est qu'un film .

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Non, je ne crois pas...Ça arrive aussi dans la vie, de rencontrer des êtres délicats, qui se rendent compte que c'est mieux de ne pas faire du mal que d'en faire.
      Dit comme ça, ça peut avoir l'air bête...mais c'est plus profond qu'il n'y paraît...
      Bisous ma Chinou.
      Ma délicate
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  29. Bonjour, Célestine.

    C'est un très joli geste,oui. Elle sait, elle, mais renonce à peiner l'autre de ce savoir. Mais peut-être aussi devine-t-elle que Michel Piccolo à écrit ça sous l'emprise de la colère et que ça ne vaut pas beaucoup. Et puis il est préférable que, dans sa mort, il soit aime des deux plutôt qu'aimé d'une et haï de l'autre...

    Ça montre aussi que mentir par omission est parfois ce qui est à faire.

    Bise, Céleste.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est ce que l'on appelait à une époque un pieux mensonge...
      Ignorer est parfois mieux que savoir...Et toute vérité est-elle toujours bonne à dire ?
      Tu soulèves là une jolie question existentielle...
      Bise, cher Aldor
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  30. Découvrir une lettre et la déchirer... ... ... un truc des années 20 - 30... ça devait être vachement beau !

    Bleck

    RépondreSupprimer
  31. Vachement beau oui...A n'importe quelle époque. Et même en 2018... ;-)
    ¸¸.•*¨*• ☆

    RépondreSupprimer
  32. oui c'est beau: il lui suffit qu'elle le sache, elle n'a pas besoin de s'en vanter et ça c'est beau

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui c’est vrai c’est très beau, C’est un geste gratuit, elle n’écoute que sa conscience, et c’est sans doute cela qui est très beau et qui nous touche.
      En tout cas, c’est ainsi que je fonctionne.
      Bises madame
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  33. Bonjour Célestine, merci pour tes mots. Ce film est magnifique et prenant avec des acteurs merveilleux. Lorsque j'avais appris le décès de Romy Schneider, mes larmes ont coulé. Superbe actrice tout comme Lea Massari et Michel Piccoli. Lorsque je regarde un film émouvant, la boîte de kleenex n'est pas loin!
    Bisous Célestine ♥

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je suis aussi du genre à utiliser pas mal de mouchoirs quand je regarde un film. Je suis assez sensible et les belles histoires me font toujours pleurer.
      Moi aussi, j’ai adoré Romy Schneider et j’ai été triste quand elle a disparu . C’était une grande actrice.
      Bisous ma belle rêveuse
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  34. Ah, je viens de vérifier, parce que j'ai regardé le film l'autre soir à la télé, aussi : il doit y avoir une erreur sur le journal des programmes de la télévision française de La Montagne.
    Les personnages fument ( en voiture, au restaurant, chez eux ), boivent de l'alcool, conduisent vite des voitures sans air bags et sans ceinture et on a collé 3 étoiles à ce film?
    Mais où va la France, ma bonne dame, je vous le demande?
    La prochaine occase, je regarde à nouveau, mais pour vérifier, hein? Surtout surveiller Léa la Belle.
    La bise, Celle.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. On s’est fait la réflexion également. C’est vrai qu’ils passent leur temps à fumer dans ce film, qu’ils roulent comme des fous et qu’il ne mettent pas leur ceinture. C’était les années 70, toute une époque mon petit bof, comme disait Audiard. Bisous
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  35. Bonsoir Célestine,
    Figure toi que je n'ai jamais vu ce film... 2tonnant, non?
    Mais tu m'en a donné envie. Je vais essayer de le trouver à la médiathèque à laquelle je suis inscrite.
    Gros bisous,
    Mo

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui je pense que tu le trouveras dans une médiathèque car c’est un grand classique du cinéma. C’est étonnant que tu ne l’ai jamais vu mais tu es sans doute beaucoup plus jeune que moi, ceci explique peut-être cela. Bisous ma jardinière.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  36. Je n'ai pas regardé ce film.J'étais ado la dernière et aussi la première fois que je l'ai vu. Ces choses de la vie, à cet âge, je ne pouvais imaginer et probablement tout comprendre. Enfin, c'était mon cas. J'aimais les histoires simples. Je n'ai qu'un très vague souvenir de l'histoire, mais je me souviens des non-dits, des choix impossibles, de la complexité simple, ou bien la simplicité complexe des situations amoureuses... ambiguïté...
    L'avoir à l'époque visionné sur un téléviseur noir et blanc a sûrement contribué à lui donner une intensité particulière, au moins dans mes souvenirs. Pas sûr de vouloir le revoir.
    Quant à la scène finale que tu décris, C'est beau, c'est fort, c'est grand.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu aimais les histoires simples, c’est amusant parce que Claude Sautet a justement écrit un film qui s’appelle « une histoire simple. »
      C’est vrai que les situations amoureuses étaient bien analysées dans ces films même si le scénario n’etait pas compliqué, c’etait La vie banale mais sublimée par des acteurs hors pair...
      Tu serais peut être surpris de le revoir en couleurs... ne serait-ce que pour les yeux splendides de Romy...
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    2. Pourquoi pas un jour, quand je serai dans de bonnes dispositions ! Juste pour ses yeux, et les miens ! ce film "une histoire simple" ne me parait pas être une histoire si simple que cela...

      Supprimer
    3. Ses yeux et les tiens... wouaou !
      J'avoue qu'elle avait un regard fabuleux...
      Tu ne le regretteras pas. Tu peux louer le film ICI.

      Supprimer
    4. Ses yeux et les miens ! J'ai oublié les tiens... Merci pour le lien. Je ne savais même pas que l'on pouvait louer des films sur ce site ! Je suis tenté puisque je vois qu'il y a Eva Darlan dans la distribution...

      Supprimer
    5. Je ne disais pas ça pour ça. je trouvais juste joli votre « couple improbable »...par delà les nuages...
      Eva Darlan, grande actrice, très charmante...
      ¸¸.•*¨*• 🦋

      Supprimer
    6. Je l'ai déjà dit. Ado, cette femme me troublait... Je l'adorais dans cette émission éphémère : "Merci Bernard"
      http://www.ina.fr/video/CPC8305225610
      Je l'adore encore.

      Supprimer
    7. Excellent l'extrait...
      Et une belle rousse aux yeux bleus, ça fait de l'effet c'est certain !
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    8. Belle nuit et beau week-end.

      Supprimer
  37. Un film que je me souviens vaguement avoir vu, ou plutôt que mes parents regardaient assis sur le canapé du salon pendant que je jouais à je ne sais quoi... Je devais avoir sept ans... Par là... Forcément, à cet âge, même les beautés (différentes mais tout de même beautés) de Lea Massari et Romy Schneider ne parvinrent pas à capter mon regard suffisamment. Et puis, je n'y aurais rien compris. Du coup, avec ton billet, je me dis : tiens, j'aurais bien envie de REGARDER ce film, maintenant que je n'ai plus sept ans... (depuis longtemps). Mais si tu as raconté la plus belle scène du film, je me dis qu'un bout du mystère est envolé (hahaha).
    La grandeur d'âme, ce petit quelque chose qu'ont certain(e), ça semble rare, et, pourtant, elle existe bien plus souvent qu'on ne l'imagine, çà, j'en suis absolument certain. La plupart des générosités restent dans l'ombre, ne se racontent pas aux quatre vents...
    Bises d'ici (où le soleil est généreux, mais le montre !!!)
    Fabrice

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah mince, je t'ai spoilé comme on dit maintenant...
      Oui c'est vrai, je suis désolée, je croyais qu'à peu près tout le monde connaissait ce film...
      Tu as raison pour la grandeur d'âme : c'est savoir faire preuve d'humilité aussi...
      Bisous sous la pluie
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  38. Je l'ai vu , il y a longtemps. Quand j'étais cinéphile, j'aimais beaucoup les films de Sautet.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah bon, tu n'es plus cinéphile ? Je croyais qu'on l'était pour la vie, comme bibliophile ou mélomane... ;-)
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  39. j'aime bien comme tu contes et racontes
    je ne savais plus l'histoire
    et cette léa me semble si jolie
    oui je viens de regarder sur images
    en temps réel
    et elle est romaine et à tomber

    comme tu dis dans tes réponses ici
    chacun réagit à sa façon
    et celle de Catherine est magnifique

    Pierre et Hélène je vais du coup les remettre chez moi, alors
    sourire un peu cavalier

    bisous sous la pluie zossi

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai vu Pierre et Hélène dans ton poème corse.
      c'était chouette.
      Oui elle est à tomber Léa Massari.
      Une très belle femme.
      Bisous au soleil de minuit
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  40. Léa Massari est très jolie, la scène très belle de générosité en effet, et je suis contente que tu aies trouvé un nénuphar pour t'asseoir.
    J'ai survolé les commentaires, et j'espère t'apprendre un nouveau mot pour remplacer spolier. Divulgâcher, c'est bien, non ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Divulgâcher ? Sympa le mot valise québécois...
      Merci pour la bannière, je sais que tu les apprécies toujours mes funambules...
      Bisous doux
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  41. Encore un qui manque à ma culture cinématographique ! Sautet commence par un S. J'ai dû rester bloqué sur l'intégrale de Resnais, Rivette, Rohmer !

    Je me souviens aussi que Gotlib avait parodié/analysé ce film dans une Rubrique-à-Brac.

    http://upopi.ciclic.fr/analyser/le-cinema-la-loupe/gotlib-cinephile

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tes cinéastes en R se dégustent même les mois en R !
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  42. Lorsque mon coeur était trop gros de mes chagrins et secs mes yeux (malgré tout), j'écoutais alors Romy chanter. Les mots correspondaient si bien à ma peine et mes yeux déversaient, ainsi, le trop plein retenu.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il est vrai que cette chanson est d'une tristesse ineffable...
      L'air comme les paroles ...
      Bisous chère Lou
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  43. Les films de Claude Sautet sont de petits trésors, et il y avait un panel d'acteurs et actrices que j'aimais beaucoup.Yves Montant, Michel Piccoli et la belle Romy bien-sur... Tu as raison, piétiner un cœur déjà brisé ne sert à rien, mais tout le monde n'a pas cette grandeur d'âme...
    bisous

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est bien résumé chère Maryline.
      Non, piétiner un coeur déjà brisé ne sert à rien...
      Le mal ne sert à rien, en fait.
      Bisous ma conteuse
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  44. J’ai regardé l’autre soir ce film pour la énième fois..
    Admirable Romy et troublante Léa Massari
    Un Piccoli incontournable : pour lui seul le rôle.
    Et une histoire à la Sautet si humaine, le moment adéquat n’est jamais celui qui semblerait
    justement adéquat : où trop tôt ou trop tard.
    B♥

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est drôle, je me suis dit ça aussi : c'est la troisième ou quatrième fois que je le vois, et je le regarde toujours avec plaisir...
      En plus de l'histoire, il y a le côté « toute une époque »...
      Et puis il y a Sautet...et sa façon de raconter les histoires. Unique.
      Bisous ma jak
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  45. La triste chanson d'Hélène...
    Tiens, tu demandais plus haut quelles recettes avons-nous pour nous sentir heureux; eh bien, par exemple, j'avoue cultiver ma mélancolie avec des chansons tristes, parfois jusqu'à laisser filer quelques larmes et pfuit ! le ressort de l'enthousiasme me propulse à nouveau dans le mouvement du monde.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est vrai je fais souvent ça moi aussi..
      Une sorte de traitement homéopathique de la tristesse...
      Pfuit !
      merci Tiniak
      ¸¸.•*¨*• 🦋

      Supprimer



Je lis tous vos petits grains de sel. Je n'ai pas toujours le temps de répondre tout de suite. Mais je finis toujours par le faire. Vous êtes mon eau vive, mon rayon de soleil, ma force tranquille.
Merci par avance pour tout ce que vous écrirez.
Merci de faire vivre mes mots par votre écoute.