samedi 31 mars 2018

Etes-vous heureux ?


« Tout bonheur commence par un petit déjeuner tranquille »
Somerset Maugham








« Mais que font donc les gens heureux pour être heureux ? » 


C'était beau comme un titre de roman moderne en tête de gondole, cette question...
Un 
magazine, qui m'a attiré l'oeil au petit déjeuner, y répond avec une certaine pertinence. Des sept choses essentielles que cite l'article, je note tout de suite la première, que j'aime beaucoup :
« Les gens heureux s’entourent de gens heureux. »
Jolie vérité de la Palice, sans doute, mais vérité quand même, simple et évidente, que j'effleure chaque jour du doigt, et que je tente de vivre de tous mes sens. Exit les grincheux jamais contents, les éternelles victimes, les vampires qui me siphonnent mon énergie telles des sangsues assoiffées de moelle. Et je n'ai plus aucune honte à fuir loin d'eux.
« Les gens heureux cultivent la résilience. » Mais bien sûr, quelle merveilleuse faculté que celle qui nous permet de dépasser nos malheurs, de ne pas rester bloqués sur nos vieilles lunes qui ne tournent plus rond. De « voir le bon côté des choses » en relativisant, et « d'agir pour notre bonheur. »
J'agis chaque jour, depuis quelques mois, afin de me sortir de mes conditionnements, de mes peurs et de mes failles d'enfance. Positiver mon négatif, en une alchimie précieuse que certains d'entre vous connaissent un peu.
Et en mettant des mots sur mes maux, le bonheur jaillit comme une cerise sur un chapeau. Comme une campanule au milieu d'un pré. 
« Ils savent débrancher »  : Ah...voilà qui est important,  savoir s'octroyer des pauses au bord du monde, s'extraire du mouvement, de l'agitation pour écouter respirer le pouls intime de sa propre vie, comme celui de l'univers entier.
« Enfin, ils sont dans le don et s'ouvrent à une certaine spiritualité » Mais tout à fait ! Les interactions associatives bénéfiques entre les êtres, le don de soi à une cause, la circulation de l'énergie dans la création artistique ou manuelle, la pleine conscience de vivre ancré dans le présent, tout cela donne un sens à l'absurdité. Et rend heureux.
Un joli programme qui me redonne, chaque matin, l'envie d'avoir envie. Ah que comme Johnny, tu as raison, Andiamo...
Les pensées positives baignent nos neurones dans de la sérotonine. L'hormone du bonheur. Alors que les addictions aux plaisirs immédiats et matériels, à grands coups de dopamine, les endommageraient plutôt, selon la théorie du professeur Lustig
Tiens,  je me reprends une petite tranche d'Auguste Derrière. Parce que sourire fait partie du secret.
Et vous, lecteurs adorés, comment êtes-vous heureux quand vous l'êtes ?

¸¸.•*¨*• ☆










Musique Fernando Sor, Etude n° 5

125 commentaires:

  1. Je partage +++ J'essaie de vivre cela aussi.
    Pour moi, spiritualité laïque.
    Avec en plus : ne pas s'accrocher à ses pensées critiques et négatives, elles ne sont QUE des pensées.
    Belle fête de pâques, chère Celestine, dans la joie du renouveau , la nature en est un si bel exemple.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui les pensées ne sont que des nuages qui passent et qui ne s'accrochent que si on les retient...
      Mais retient-on les nuages ?
      C'est amusant que tu me parles de spiritualité laïque, et que tu me souhaites en même temps une belle fête de pâques.
      J'ai parlé de spiritualité, en effet, et non de religion, et pour moi, pâques ne représente qu'une occasion d'avoir des congés pour se retrouver en famille.
      Bon week-end à toi.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    2. peut-être une vieux reste de culture chrétienne !
      En fait, j'aime ces rendez-vous festifs, familiaux, qui incitent à une nouvelle déco pour la maison et comme ils sont souvent d'origine religieuse... A Pâque, je fête la nature qui se réveille, la sève qui monte et les corps qui le ressentent. Que du bonheur !
      Bises

      Supprimer
    3. Bien sûr, chère Nicmo
      J'espère que tu n'as pas mal pris ma petite remarque.
      Ce n'est pas moi qui vais te reprocher de dire des choses contradictoires, moi qui suis pétrie de contradictions...
      J'essaie de m'unifier, mais ce n'est pas facile !
      Tu as raison, le printemps est un renouveau bien agréable.
      gros bisous
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    4. Oh que non, Célestine, au contraire, tu m'as invitée à réfléchir sur mes croyances ! merci
      Happy day

      Supprimer
    5. Ça c'est un beau compliment et j'en suis heureuse
      ^^
      Beau jour à toi
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  2. A mille pour cent d'accord avec cette belle page !
    Ah que j'adore l'étiquette d'Auguste Derrière, elle m'a immédiatement fait tellement rire que je t'écris depuis sous le bureau, tombée de ma chaise !!
    Il manque tout de même un petit quelque chose dans cette page pour garder la banane jour après jour et être pleinement heureux : un bon petit carré de chocolat noir à au moins 85% !
    Je t'embrasse toi et ton très beau du jour, chère Célestine.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Si tu as regardé la video du professeur Lustig (un nom prédestiné quand même, puisqu'il signifie « joyeux » en allemand ) tu saurais que le chocolat fait partie des plaisirs qui activent la dopamine, et que celle-ci finit par inhiber la sérotonine...
      Mais bon tant que tu en restes au petit carré, il n'y a pas de mal... ;-)
      Bisous chère eMmA
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    2. M'en fiche, je continuerai à en manger. Na !

      Supprimer
    3. Tu sais ce n'est pas parce que je m'intéresse à cette théorie que je vais arrêter tous les petits plaisirs...Et le chocolat en est un fameux...Je ne vais pas faire la rabat-joie dans un billet sur le bonheur.Ni conspuer le chocolat à deux jours de Pâques !
      Mais j'ai vu aussi Sugarland, et l'humanité est quand même en train de se détruire aussi à coup de sucre...C'est édifiant.
      Ce sont les addictions qui sont dangereuses, car au final, elles ne rendent pas heureux...
      Bisous ma belle et bon chocolat !

      Supprimer
  3. Comme je te suis! J'ai bien entendu mes zones d'ombre et de larmes, et je les assume, je vis ces deuils petits et grands en silence et retraite et puis rien à faire, la fanfare reprend dans ma tête tôt ou tard...

    Eloigner les gens nuisibles oui. Les éternels perdants aussi, je me souviens avoir dit à un garçon que je connaissais assez bien mais qui loupait tout dans sa vie parce que lui, il n'allait pas se contenter d'une petite réussité pépère, non, lui il allait crever le plafond... et bien entendu c'était le plancher de la cave qu'il crevait... Et donc je lui ai dit que je ne voulais pas fréquenter des gens qui avaient l'échec en eux. Na! Ce n'était pas une question de statut ou standing, mais je n'avais pas envie d'écoper la barque avec lui tout le temps et de faire semblant de croire qu'il n'avait eu que de la malchance!

    La capacité d'être heureux est une sorte de yoga mental, un calme relatif quand la tempête nous tombe dessus, parce qu'on sait, oui, on sait... que le calme vient après la tempête, c'est automatique!

    Baci sorellita!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'aime ta fanfare qui te fait vivre en joie, cela se voit sur ton visage, chère Edmée.
      Les gens souriants n'ont pas le même visage en prenant de l'âge que les fameux grincheux que tu connais, tout comme je les connais...Ceux qui ont eu tous les malheurs du monde, et qui, a défaut de crever le plafond, nous crèvent le moral...
      Merci pour ce beau mantra matinal qui m'enjaille !
      baci bella ragazza
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  4. Idem... Auguste Derrière est une cerise sur le gâteau de la vie, livres à lire sans modération les jours de small blues... Belle chasse aux œufs céleste Célestine, de la joie et de l'amour autour de toi,bises lunaires. brigitte

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Hé hé ! oui la lecture de ces aphorismes m'a mise en joie, et je me suis dit que jouer avec les mots était décidément très bon pour le moral !
      Expression de laborantine : « suivez-moi, génome ! »
      N'est-ce pas génial ?
      Bisous ma plume
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    2. On pourrait croire que derrière Auguste il y a Saoul-Fifre...
      Ti bacio Sorellita

      Supprimer
    3. C'est vrai, c'est l'humour calembour que j'adore ^^
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  5. Je devrais être pas loin du bonheur alors :-)
    Juste un petit saut pour t'embrasser !!!
    (petit retour timide)

    A bientôt bisous

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ravie de te revoir, Ju' !
      Merci de ton petit saut, même timide, il me fait plaisir.
      Bisous
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  6. Petit dèj'... mais pourquoi, PETIT !

    Bleck

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est ce que je réponds toujours quand on me dit
      « Tu prendras bien un petit café ? »
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  7. D'abord, je suis le conseil de Somerset Maugham, un bon petit déjeuner tranquille :-)
    Ensuite, donner une place quelque part dans un coin à tout ce qui est négatif (le touiller juste un minimum pour qu'il ne moisisse ni ne pourrisse)
    Enfin, être contente de tout ce qui est beau et bien (et essayer de rire de ce qui va mal, vu qu'il y a toujours pire) :-)
    Bises Célestine!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le jour où j'ai compris que j'avais le droit de ne pas toujours être au top, et que je pouvais avoir mes coups de mou comme tout le monde, a été le début d'une période riche en apprentissages sur moi-même.
      Ce qui est négatif existe, et le regarder en face une bonne fois permet de faire émerger le positif.
      Ta philosophie me convient : se placer au juste milieu entre les deux...sans se laisser ni bouffer par l'un, ni veugler par l'autre.
      Bises ma chère Adrienne
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  8. « Tout bonheur commence par un petit déjeuner tranquille et même sous la pluie, alors que le soleil pointe à l’horizon et surtout, surtout à deux, s’il vous plait », bizak !!
    Et puis prendre le chemin cahin caha, sur un tacot, sur une brouette, qu’importe ! voir défiler les vastes champs submergés de soleil, rencontrer des amis, qui sentent aussi le bonheur ; Une journée qui n’en finit plus, par tellement d’inattendus, et de surprenant. Que du bonheur à prendre à donner, à échanger, les sourires dans les yeux, Ce jour qui commence par ce sublime petit déjeuné, me marque de sillons indélébiles sur mon crane, sur ma peau, sur mes rêves à venir.
    Ton texte est beau, Célestine, et je commence bien ma journée
    Merci Céleste pour ce menu festin réjouissant
    Bisous émerveillés céleste papillon

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. L'enthousiasme est sans doute un des moteurs les plus puissants du bonheur !
      S'émerveiller et trépigner de joie, voilà qui doit câliner nos neurones et les bercer davantage que de râler devant les informations.
      Alors je suis contente que ta journée ait bien commencé.
      Bisous, cher poète exalté de ta poésie si magnifique : celle que tu trouves dans les petites choses du quotidien.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  9. Je t'ai envoyé un arc en ciel, et une pleine lune entre deux fils électriques... Le rapport ? Aucun, si ce n'est que les deux se sont retrouvés en face de chez moi à quelques heures d'intervalle. ];-D

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oh si, il y a un rapport entre ces deux photos : le fait que tu les aies remarqués, ces phénomènes naturels auxquels certains ne prêtent plus aucune attention, c'est déjà une grande prédisposition à la contemplation et au bonheur, donc...
      Merci pour ces deux moments cosmiques. Tu sais combien j'y suis sensibles, Andiamounet
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  10. Petit déjeuner tranquille ... oui
    Les enfants sont la pour un petit moment encore.
    J'admirais les gestes quasi professionnels de ma fille avec la pâte qu'elle formait ce matin en future pogne de Pâques.. .
    Un vrai délice, un des petits bonheurs tout simples que tu évoques Céleste dans ce billet plein de joie et de fraîcheur printanière.. ..
    En plus cette musique .....
    Un bonheur tout simple


    Merci pour tout cela et réjouissons nous de ces journées de fête

    Bises

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je suis contente que tu apprécies ces bonheurs simples, cher Petrus.
      Il me semble que par ces temps troublés, apprécier déjà la paix est un bonheur très grand.
      Beau week-end
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  11. quel bel article pour un weekend de Pâques merci! j'aime beaucoup respirer le pouls intime de sa propre vie et s'ajuster à celui de l'univers, bises

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Voilà une des façons que j'ai d'exprimer ma spiritualité.
      Dans cette osmose avec la nature et le cosmos.
      Bisous chère Sylvie
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  12. Heureux ? Bien sûr que je le suis, jour après jour :)
    Y f'rait beau voir à être malheureux dans un pays de cocagne !

    Bon, évidemment, il peut y avoir des périodes plus difficiles à vivre, pour des tas de raisons, mais, globalement, et en suivant les simples préceptes répertoriés par l'article, ce n'est pas bien compliqué d'être heureux si on en a envie ;)

    Pour ma part les ingrédients sont : liberté, engagement, tranquillité, partage, solitude, solidarité, contemplation, bienveillance... et ce je ne sais quoi de subtil et évanescent propre à susciter émotions et vibrations, pétillements et élévation de l'esprit et du coeur. Et, bien entendu, éviter au maximum tout ce qui pourrait atteindre l'état de bien-être que le ingrédients sus-cités procurent.



    Euh... pour le chocolat, t'es sûre ?

    « The more pleasure you seek, the more unhappy you get » Oui, bon, si le professeur Lustig le dit...
    Mais ça ne fonctionne pas pour le plaisir de te lire, hein ? ;)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pour le Pr Lustig j'ai été interpellée par l'argument « biologique » cette histoire d'hormones du plaisir et du bonheur est intéressante : il y a longtemps que je me dis que les gens se noient dans le plaisir dans nos sociétés occidentales, et que pourtant ils ne sont pas heureux.
      Ça pose question non ?
      j'aime bien ta liste d'ingrédients de bonheur. Leurs apparentes contradictions me conviennent tout à fait !
      Ce qui est intéressant c'est ce que tu dis vers le milieu de ton commentaire : « ce n'est pas bien compliqué d'être heureux si on en a envie » je pense en effet que dans un « pays de cocagne » où la plupart des besoins fondamentaux sont comblés, on peut se demander si être heureux n'est pas tout bonnement une histoire de volonté... ;-)
      Merci pour ta dernière phrase, Pierre.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  13. le bonheur peut se décrire, s'inventer, s'imaginer, mais il ne se décrète pas, ne se décide pas, ne se conquiert pas, c'est une disposition, un don, comme on est blond, grand, ou diabétique...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu veux dire que ce serait une prédisposition innée ?
      Pourquoi pas ...On m'a souvent dit que j'étais douée pour le bonheur (certains grincheux me l'ont même reproché, comme d'avoir toujours le sourire ou de trouver que rien n'est vraiment grave...)
      Mais alors, c'est un peu désespérant pour ceux qui ne sont pas « doués »...
      Il me semble quand même qu'il doit y avoir moyen de se soigner, comme quand on est diabétique... ;-)
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  14. "J'ai décidé d'être heureux parce que c'est bon pour la santé" disait Voltaire. "Je me conserve bien parce que je vis toujours entourée de gens heureux" dit Bouche Dorée (Corto Maltese, Hugo Pratt).
    Voilà beau temps que j'ai tissé dans mon âme ces deux phrases. Exit les grincheux les brise-joies les brise-rires les brise-rêves, tous les brise-quelque chose, les immobiles, les scieurs de moral les doucheurs d'enthousiasme...
    Bisouuus

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je ne connais pas très bien les personnages d'Hugo Pratt, mais j'aime cette phrase de Bouche Dorée (avec un nom pareil, elle ne peut que parler d'or)
      J'ai besoin de rire, de m'émerveiller, de sourire à la vie et de prendre les choses légèrement. Parce que c'est dans ma nature. Les « brise-tout »
      Merci pour ton témoignage.
      Bisouxxx
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    2. @ La Baladine
      Et Beaumarchais de rajouter:
      "je me presse de rire de tout avant d'être obligé d'en pleurer"
      Bises

      Supprimer
    3. @La Baladine
      Ma dernière phrase s'est volatilisé dans la nébuleuse... :

      Les « brise-tout »voilà une expression très appropriée !
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    4. @ Blutch, il y a une chose dont je ne peux pas rire, c'est le malheur des autres. J'aime beaucoup Beaumarchais, mais on peut aussi pleurer de rire!
      Bizôssi

      @Célestine Ah merci! je me demandais... ;-)

      Supprimer
    5. Rire de tout, je pense que Beaumarchais faisait surtout allusion à ses propres malheurs.
      Et il est vrai que l'auto-dérision et le sens de l'humour, même s'ils sont la politesse du désespoir, aident quand même vachement à passer les épreuves.
      Et tout cas, c'est l'enseignement que mon père m'a laissé.
      Et je l'en remercie chaque jour.
      mais rire du malheur des autres, ah ça non...je ne crois pas que ce soit humain.
      Pardon pour la phrase tronquée, je vais tellement plus vite en pensée qu'avec mes doigts que j'ai cru l'avoir terminé d'écrire et j'ai cliqué sur publier
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    6. @ La Baladine
      Je pense aussi que Beaumarchais ne parlait pas des malheurs des autres, mais s'il se moquait des siens, il devait certainement y inclure la bêtise et l'incurie des gouvernants.
      C'est donc un aphorisme totalement contemporains, "Jupiter" étant aussi despote que Monsieur XIV, bien que, globalement, beaucoup plus nul, et comme son modèle, il mettra la France en faillite.
      Bises

      Supprimer
    7. L'entreprise de faillite organisée a commencé il y a bien longtemps, je dirais en 73, au moment où Pompidou vendait la France aux banques privées...Et encore, c'est sans compter les fondations du boulot qui remontent au débuts du capitalisme, cette verrue qui va entraîner non seulement la France, mais l'humanité toute entière dans le chaos.
      ¸¸.•*¨*• ☆
      C'est un ami à moi qui m'avait ouvert les yeux là-dessus

      Supprimer
    8. Ton ami doit être pédagogue, car tu sembles avoir bien retenu ses leçons... :-)

      Pour l'instant et au prix de sacrifices injustes, la France fait encore face à la gloutonnerie des banques en vendant les bijoux de famille.
      Je parle de faillite comme pour la Grèce; et c'est pour bientôt.
      Le Portugal et l'Espagne, le processus est déjà bien engagé. Le prochain sur la liste de Goldman-Sachs, c'est l'Italie (Très intéressante, l'Italie avec sa quantité de palais à vendre...)
      Après, ce sera la France... :-(
      Merckel qui a assassiné la Grèce ne perd d'ailleurs rien pour attendre car le tour de l'Allemagne viendra ensuite.

      A moins que...
      Si la France décide de nationaliser les banques, elle se récupère plus de 50% de sa dette et pourra négocier ses crédits au taux de la banque européenne, soit 0,5 à 1% (3 à 7 fois moins cher).
      Elle peut aussi interdire de commerce les firmes qui ne paient pas leur juste part d'impôts. (Apple, Amazon, Google, Microsoft, etc.)
      Mais si qu'on peut s'en passer, il y a Linux, Qwant, etc. Le Français moyen n'étant pas plus con qu'outre Atlantique, ils sauront bien confier aux Indiens le développement de logiciels de gestion de la téléphonie...
      Personne n'est irremplaçable, pas même les voleurs.
      Tiens, à propos, Apple s'est fait épingler par la CEE: 14 milliards d'amende pour obsolescence programmée de ses ordis (5 ans) et téléphones (2 ans). Au delà, ils tournent au ralenti et ils n'assurent plus le service.

      Molto baci

      Supprimer
    9. Oui mon ami est très pédagogue même s’il dit parfois des choses qui font peur ...
      Se sentir impuissante est difficile ...
      Alors je goûte le bonheur tant que je peux... même en pointillés ...
      Baci
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    10. Je persiste à penser que ce gigantesque hold-up est une chance pour l'humanité.
      Ne pouvant plus conjuguer le verbe "avoir toujours plus", il faudra bien se replier sur le verbe ETRE.

      Nous ne sommes pas impuissants. On peut déjà voter et faire voter pour autre chose que des voleurs patentés à la solde des banques américaines. Il y a la désobéissance civique, l'objection de croissance, le boycott des entreprises fraudeuses, tricheuses et voleuses, ainsi que des Etats assassins.

      "Dire qu'il suffirait que personne n'achète leur merde pour qu'elle ne se vende pas..." (Coluche).

      Le peuple a l'esprit débrouille, si la monnaie officielle se met à lui manquer pour cause d'accaparement par certains prédateurs, il fait comme il peut avec le troc et les monnaies alternatives. En finalité, le grand perdant est l'Etat qui ne peut pas fiscaliser cette économie. Il devra donc réviser ses cadeaux, niches fiscales et rabais d'impôts accordés aux plus riches. Parce que c'est pas pour dire, mais les plus gros consommateurs de État-providence, ce sont les riches.

      Autre aspect marrant:
      Avec un troc généralisé, tu vois Bernard Arnaud devoir laver la bagnole du plombier pour qu'il lui change un robinet qui fuit...

      Ti Bacio

      Supprimer
    11. Oui tu as raison, on va dire que tout n'est pas complètement fichu...
      Il y a longtemps que je suis dans l'être plutôt que l'avoir..
      Je continue mes petits pas de colibri.
      Et toi tu es prêt pour Marinaleda... ;-)
      ¸¸.•*¨*• ☆
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  15. Le bonheur, c'est le rire d'un enfant un bon livre le Goût qui cuisine pour les enfants et la cuisine qui embaume, le bonheur c'est se contenter de plein de petits bonheurs.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'aime te le voir écrire, Heure Bleue, toi qui te donnes souvent des airs de « râleuse » ...je sais que tu es heureuse au fond... ;-)
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    2. A ta façon d'engloutir ma tarte aux pommes caramélisées à la crème chiboust, ou tu es une enfant (ce qui me vaudrait 20 ans de taule vu nos relations) ou je n'ai pas cuisiné que pour les enfants...
      Mais pour les petits bonheurs, je te suis.
      (et c'est heureux...)

      Supprimer
  16. Lire ton billet me met déjà en joie! Ce qui m'apporte le bonheur, c'est d'être entourée de personnes optimistes, je fuis les rabat-joie, les grincheux, ceux qui ne parlent que d'eux-mêmes. Il y a deux, trois jours, j'ai entendu les oiseaux chanter, le réveil du printemps. J'apprécie de faire des projets et ce qui me comble de bonheur, ce sont les imprévus. Le regard d'une fleurette, c'est beau aussi. Bien entendu, je ne mets pas des oeillères sur ce qui se passe autour de nous, oh non! Dans mon coeur, je laisse une petite place pour de doux moments.
    Belle fin de semaine chère Célestine, j'aime ton billet et cette belle musique.
    Bisous ♥

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Dans ta façon de photographier le monde, je sais que tu attaches beaucoup d'importance aux petits bonheurs simples.
      Je crois que tout le monde est d'accord : tant qu'on n'a pas de gros malheurs, la vie devrait être un chant de joie.
      Je ne supporte plus les gens qui sont dans la plainte perpétuelle.
      Belle fête, chère rêveuse
      Bisous ♥

      Supprimer
  17. Parfois pourtant, sans qu'on sache bien pourquoi il est difficile de tracer une nouvelle route. Des parcelles de petits bonheurs passés s'accrochent à vos Basques qui vous empêchent d'avancer.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Les petits bonheurs éprouvés par le passé ne perdent pas leur charge positive. Ils restent toujours des petits bonheurs, des moments éblouissants, sinon c'est qu'ils n'en étaient pas vraiment.
      Ce qui empêche d'avancer, sans doute, c'est de ne pas comprendre pourquoi ils ne sont pas restés présents. Qu'est ce qui a fait qu'à un moment donné, ils ont été éclipsés par autre chose et qu'ils n'ont plus fait le poids dans la balance ?
      Comprendre, c'est sans doute cela le plus difficile, mais c'est cela qui aide vraiment à avancer, et à reprendre sa route... :-)
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    2. Oui, il faut s'en dire des choses, pour avancer...Renoncer, peser le pour et le contre, réfléchir, et laisser résonner au fond le vrai de soi, celui qui nous dit ce qui est bon pour nous... :-)

      Supprimer
  18. "Comme dans ces nouvelles pour dames, de Somerset Maugham...". Maugham était dans la bibli familiale alors j'ai tout lu de lui, même si je n'ai pas grand chose d'une dame.

    https://www.youtube.com/watch?v=0_lC1pzZb9M

    Mais pour sa phrase, et puis la recherche du bonheur comme seule ambition, tout à fait en phase, je valide, comme on dit sur les réseaux soucieux. Tiens : un petit déjeuner parmi d'autres...

    http://blogborygmes.free.fr/blog/index.php/2007/08/25/799-le-lever-de-rrrroulio

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah j'aime « les réseaux soucieux » cher Saoulf !
      Et j'ai bien aimé aussi ce petit déjeuner tout à fait délicieux que tu nous racontes en filigrane...
      Il y a une citation de Somerset M. que j'adore
      “Je n’arrive pas à me rendre compte si c’est votre fils qui fait des progrès en violon ou si c’est nous qui nous habituons.”
      Ça vaut du Auguste Derrière !
      Bises
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  19. Bonsoir Célestine,
    Tu dis :
    « Les gens heureux s’entourent de gens heureux. »

    Hélas, on dirait que les gens malheureux cherchent à se cramponner aux gens heureux pour leur faire partager leurs misères... ;-)
    Il y a du ménage à faire...
    Bisous,
    Mo

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu parles d'or, Mo.
      Les gens malheureux sont de deux sortes: ceux qui veulent s'en sortir et ceux qui se complaisent dans le malheur.
      Et ces derniers se cramponnent aux gens heureux pour les faire basculer...
      Alors, bon ménage, douce jardinière.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  20. Le petit déj le premier moment de bonheur de la journée .
    En ce moment les pieds devant la cheminée, mais avec une revue à proximité …c’est une manie.

    Oui s’entourer de gens heureux fuir les grincheux
    Oui dépasser nos épreuves malgré quelques incertitudes
    Oui aux poses
    Oui pour relativiser

    C’est vraiment simple les secrets pour être bien dans sa peau
    Mais il aura toujours des malheureux,( que je plains), atteints de prurit… d’eczéma …
    mille bisous ma chère amie

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Jak, tu es merveilleuse, et un modèle pour moi.
      Une grande soeur pleine de sagesse, de joie de vivre et d'enthousiasme.
      je suis sûre que ta peau respire la santé!
      gros bisous de Pâques
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  21. Oui, je suis heureuse. Fondamentalement. Pour y arriver, je fais tout pour ne pas avoir la tête dans le guidon. Et je lis beaucoup.
    Bonnes fêtes de Pâques.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Et moi je suis très heureuse de te revoir, je crois que ça fait très longtemps que l'on se connaît...
      Merci de ton témoignage.
      Quand on s'appelle bonheur, c'est normal d'être heureuse ;-)
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  22. A mon âge, le bonheur, c'est quand on se réveille au matin, et que l'on est toujours vivant.
    C'est comme un miracle.
    Et prendre son petit déjeuner en lisant Célestine.
    Bien à vous très chère délicieuse.
    ~L~

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je suis heureuse de faire partie de vos petits bonheurs du jour, cher ami.
      Merci pour ces paroles très émouvantes.
      Il y a longtemps que je le dis, qu'être vivant est un miracle.
      Et je ne veux plus en gaspiller une goutte !
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  23. Sourire, Farfallina blu
    J’ai tout aimé
    bonne question en Titre et
    de très très bonnes recettes…

    Patagonie moi ? sauf que
    quand j’agonis des quidams
    dans la rue
    souvent je dis « écrase ta nouille ! »
    mais bon je dis ça je dis rien…

    Heureux, oui comme Ulysse,
    je fais de beaux voyages,
    sur les quelques blogamis que j’ai ici,
    car je dis vivons heureux, vivons cachés,
    mais point trop n’en faut…

    Et puis comme dit, moi aussi,
    je positive en coué ;
    quoi ? oui je suis heureux !
    que je me le dise ! et me le redise !
    je redonne mes poèmes et mes mots
    à lire et cela me rassied,
    et me re-sied,

    Mais ne me rassasie,
    encore,
    pour que mes vers
    se désolitairisent et
    ne deviennent trop monocles,
    comme dit par Derrière…

    J’ai pas dit à l’auguste trône, car ce n’est la foire ici
    nan mais..

    Bisous cavaliers

    :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu as surgi
      Hors de la nuit
      Avec ton cheval à la crinière noire
      Et tes vers d’aède au vent
      Et j’ai plongé

      Dans tes rivières
      De mots endiamantés
      Se demander s’il l’on est heureux
      N’est-ce pas déjà y répondre ?
      La poésie me rend heureuse
      Tes graffitis picotent les murs gris
      En éclats de lune
      Et te lire c’est du bsa extrapiste
      La note bleue
      Le rayon vert
      Le petit supplément de mots
      qui fait toute la différence

      BluKiss
      ¸¸.•*¨*• 🦋

      Supprimer
    2. c'est trop beau Farfallina blu
      tes mots
      hop dans ma besace...
      car je ne sais que répondre en fait
      que de continuer à poétiser
      ici et là

      merci Célestine

      BizzZdejade

      Supprimer
  24. "Laisser pisser le mérinos"
    Se tenir le plus possible à l'abri du panier de crabes, partir en ouikend au milieu de la semaine, décocher un sourire à la vieille Dame, préférer une soirée jeu de cartes un mardi soir plutôt que d'allumer la télévision, bousculer mes habitudes, ouvrir une bouteille de Pessac Léognan surtout s'il n'y a aucune raison, marcher la tronche rougie par un vent violent, rire surtout rire, passer pour un imbécile aux yeux d'un con, faire l'amour alors qu'on devait aller au cinéma, monter par l'escalier par ce que, aller acheter des huîtres et revenir avec trois tranches de jambon, envoyer une photo naze à Paul, porter dans la voiture les deux packs d'eau du vieux Monsieur tout à l'heure, constater que la végétation en a fait un bout en peu de temps, écrire ces quelques mots et me permettre également de faire absolument tout le contraire, j'en oublie des tonnes... Si je suis heureux ? Je fais gaffe, j'ai conscience qu'un écart peu faire tomber cette fragilité qui relie les émotions, je vis.

    Bleck

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est classe.
      Ya rien à dire, c'est classe, un type qui vit.
      ¸¸.•*¨*• ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    2. Franchement, c'est bien, ce que tu dis là, Bleck.
      (bon, je dis ça aussi parce que ça correspond tout à fait à ce que j'aime et à mon idée du bonheur)

      Supprimer
  25. Il n'y a que la simplicité qui me rende heureux...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je vais faire simple alors : reviens quand tu veux. ;-)
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  26. Pour Gébé – regretté Gébé – il suffisait à l'homme de s'écarter d'un mètre du tronc d'arbre contre lequel il s'apprêtait à pisser pour voir le monde tout autrement. "Et c'était pas triste !"
    Je vais ouvrir un Auguste Derrière pour finir la journée.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu finiras la journée comme je l'ai commencée, par un éclat de rire...
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  27. Tu as absolument raison, Célestine. Je me dis la même chose et je sais que je n'y arrive pas toujours. C'est que nous sommes un peu vicieux, aussi, et que les choses simples finissent par nous lasser. Mais ça n'est pas grave : de chute en rechute, on arrive progressivement sur l'asymptote de la ligne idéale...

    Bisous.

    J'ai re-autorisé les commentaires. C'est mieux.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. L'asymptote...je crois que je n'avais plus entendu ce mot depuis la troisième...
      Merci pour ce rafraîchissement de mémoire, Aldor.
      Sympa d'avoir rouvert tes commentaires.
      Pour moi, écrire sur un blog c'est accepter l'échange...Sinon autant écrire dans un cahier.
      Bisous pascaux
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  28. Etre heureux, vaste programme... Ca demande de débarrasser pas mal de scories oubliées sur le chemin et de digérer autant de vacheries de la vie...
    Mais ça demande aussi une mémoire à éclipse...
    Etre heureux, ça me semble trop ambitieux alors je collectionne les petits et grands bonheurs en m'efforçant de réduire au maximum les interludes.
    Ti bacio forte Cara

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ambitieux ? Je ne crois pas. C'est même à la portée de chacun. Le tout étant, évidemment, de se mettre d'accord avec soi-même sur sa définition du bonheur, et de ne pas céder à celles que les autres voudraient nous imposer (et notamment ces chers merdias)
      La tienne me semble tout à fait recevable, votre honneur.
      Et j'avoue qu'en termes de scories, j'ai fait un sacré ménage ces temps-ci.
      baci di Pasqua
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    2. Je crois que le bonheur en continu n'existe pour personne. C'est toujours du pointillé... Par contre, il ne me parait pas nécessaire d'oublier; on est heureux aussi, malgré, parce que. Parce que la vie reste passionnante et souvent (parfois) belle, avec toutes les horreurs qu'elle comporte... Non?

      Supprimer
    3. Gloups! Je répondais à Blutch... :-)

      Supprimer
    4. Voui voui, j'avais bien compris.
      De toutes façons, le bonheur est une sensation, et c'est tellement personnel, intime et fluctuant...
      J'aime les pointillés. C'est joli comme les giboulées de mars. Après la pluie le beau temps...
      Bisettes ♥︎

      Supprimer
    5. @ La Baladine
      Je voyais "être heureux" comme un état permanent (peut-être une déformation biblique :-) ).
      C'est dans ce sens-là que je ne me vois pas heureux, car j'ai trop la conscience de la condition humaine pour pouvoir nager dans la béatitude.
      C'est pourquoi je mets Bonheurs au pluriel, en espérant toujours voir les intervalles le plus court possible.
      Bien sûr que la vie est faite d'une succession de belles choses. Je ne serais, toutes fois, pas fâché qu'elle soit moins rude dans les entractes...
      Bises e baci a Céleste

      Supprimer
    6. Une déformation biblique, toi ?
      Ben ça alors...
      Etre heureux n'est pas permanent, tu sais bien que c'est du chagrin qui se repose... ;-)
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    7. En vivant dans une société judéo-crétine, il est difficile d'échapper à certaines images, sans être obligé pour autant d'y adhérer...
      Le chagrin qui se repose..... Ferré n'était pas spécialement un joyeux drille, surtout vers la fin...

      Supprimer
    8. C'est pas faux, comme dit l'autre...

      Supprimer
  29. quand je vois mes enfants sourire, je suis heureuse.
    là, ici, sur cet espace dès que je te lis, je suis heureuse.
    quand je reçois de mes lectures, une phrase puissante de vérité, de poésie, de mélodie, je suis en joie.
    quand je crée par moi-même, ne serait-ce qu'un gâteau qui réjouira mon monde, je suis heureuse.
    quand je triture la terre pour embellir mon jardin, je ressens bonheur et joie...
    quand je contemple l'univers célèste, dans tous les sens du terme je suis au comble.
    Finalement, je n'ai pas à chercher loin pour trouver le bonheur...

    bises joyeuses ce matin.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu as compris que le bonheur est dans le vol d'un oiseau, le sourire d'un enfant et l'odeur de la terre.
      Tu as tout compris.
      Bises heureuses malgré l'adversité
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  30. Il y a des personnes qui ont plus d'aptitude au bonheur que d'autres; il y en a qui se retroussent les manches pour cultiver le, leur bonheur. Certes , parfois quelques larmes viennent l'arroser mais c'est pour mieux l'apprécier. Tout comme toi, je mets tout en oeuvre pour que la joie de vivre, le bonheur , le rayonnement ne me quittent jamais même lorsqu'il y a de gros nuages à l'horizon. Je pense ma chère petite soeur, que toi et moi faisons tout pour garder notre âme immarcescible.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est vrai, le bonheur est une aptitude.
      Il est fait de positivité, d'espoir, de joies profondes et intérieures.
      C'est une oeuvre de jardinier: toujours à refaire, biner, sarcler, arroser, semer, arracher les mauvaises herbes...qui repoussent toujours.
      Cela demande de la patience, de la persévérance et ce contentement des choses belles et simples comme le coeur d'une fleur au printemps.
      Immarcescible, c'est drôlement beau. Tu es au taquet, grande soeur ! ;-)
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  31. Quel plaisir de te lire voilà un petit bonheur !

    Quand j'étais petite je croyais que les gens heureux étaient heureux 24h/24, un peu comme dans La Mélodie du Bonheur. Quelle déception quand tu grandis ! Et puis peu à peu on apprend à être heureux, on l'apprivoise ... on s'apprivoise... Alors vient le moment où l'on retient les instant de bonheur au quotidien. Et comme Somerset mon bonheur commence au petit matin par un tête à tête avec mon café, un instant délicieux que j'apprécie. Puis un sourire, le soleil qui réchauffe ma peau, au réveil quand j'entends les oiseaux, un moment de lecture, de partage, de musique. Mes vide-greniers du dimanche. Le bien être de mes filles, un grand bonheur.

    J'ai appris avec le temps à faire attention à tous ces jolis signes de la vie, que l'on oublie trop souvent.

    Merci de nous le rappeler Ma Chère Blue-Célestine !
    Bisous et bon WE de Pâques !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci pour ce témoignage chère Cristina.
      C’est vrai on a toujours une vision un peu idyllique et continue du bonheur quand on est enfant
      Et puis on réalise ...et le bonheur devient cette chose rare et précieuse à laquelle nous aspirons.
      Le week end est moins bon que prévu mais c’est la vie n’est-ce pas ?
      Bisous blue

      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  32. Tiens, je me souviens de ça...
    Quand l'ami Julos reprend du Félix Leclerc, en 1976 - album Les communiqués colombophiles - cela donne :
    https://www.youtube.com/watch?v=E85HFV4gy8E

    Le texte :
    "Lorsque nous étions réunis à table
    Et que la soupière fumait
    Maman disait parfois:
    "Cessez un instant de boire et de parler."
    Nous obéissions
    "Regardez-vous", disait-elle doucement
    Nous nous regardions sans comprendre amusés
    "C'est pour vous faire penser au Bonheur" ajoutait-elle.
    Nous n'avions plus envie de rire.
    "Une maison chaude, du pain sur la nappe
    Des coudes qui se touchent
    Voilà le bonheur" répétait-elle à table.
    Puis le repas reprenait tranquillement,
    Nous pensions au bonheur qui sortait
    Des plats fumants et qui nous attendait
    Dehors au soleil et nous étions heureux.
    Papa tournait la tête comme nous,
    Pour voir le bonheur jusque dans le fond
    Du corridor en riant parce qu'il
    Se sentait visé il disait à ma mère:
    "Pourquoi est-ce que tu nous y fais penser
    A c'bonheur", elle répondait
    "Pour qu'il reste avec nous le Plus longtemps possible".
    * * *
    Je suis bien convaincu que ces deux-là ne pouvaient que se rencontrer (ils le firent d'ailleurs) !
    Et n'oublions pas que ce cher Félix, question petit bonheur savait poser des jalons !
    Bonne fin de journée !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci beaucoup cher K
      Ce texte est splendide (comme souvent les textes de Julos Beaucarne...
      Simple et émouvant comme le bonheur quotidien, celui qui ne cherche pas midi à quatorze heures.
      Bisous
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  33. Etre heureux, le bonheur, j'ai toujours pensé que c'est quelque chose qui se conjugue toujours à l'imparfait car c'est quand c'est fini que l'on s'aperçoit que c'était le bonheur.
    Mais c'est vrai qu'il faut tout faire pour se mettre dans les bonnes conditions pour le bonheur vienne vers nous. Et cette phrase de Somerset Maugham et cette photo me plaisent bien ...
    Bises.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oh non, cela se conjugue au présent, cher Patrick.
      Et plus que jamais ce soir je te le dis : profite de ton bonheur quand tu le tiens dans tes mains...
      Merci d'aimer mes petites compositions d'images et de citations.
      Bises du soir
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  34. chère Célestine, tu as été élément de bonheur pour moi, quand l'année dernière tu m'as fidèlement accompagné sur mon blog des cents mots, ouvert grâce à toi, grâce à tes encouragements. Sache que je t'en suis reconnaissante: c'est grâce à toi que j'ai repris contact avec l'écriture, alors que je l'avais complètement perdue
    Merci de tout coeur

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'agis toujours selon mon coeur et souvent spontanément. Ça ne m'a pas toujours apporté du bonheur, pourtant je continue de suivre mon instinct...
      Contente d'avoir été, l'an passé, un élément de bonheur pour toi, Coumarine.
      ¸¸.•*¨*• 🦋

      Supprimer
  35. Oui, il y a malgré tout des trucs qui me gênent dans ce programme. Et même qui m'agacent. Grincheuse, peut-être.
    Bises quand même. ;)
    Berthoise

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ce qui aurait été bien, c'est de me dire lesquelles...
      Mais ce n'est pas obligé.
      Bises
      ¸¸.•*¨*• 🦋

      Supprimer
  36. J'adhère totalement à ce que tu écris. Finalement le bonheur c'est assez simple, je crois. Il suffit de savoir se contenter de ce que l'on a . Ce n'est pas du tout un manque d'ambition, mais de la sagesse. Je crois aussi qu'il faut simplifier sa vie, lui donner de l'espace. Le bonheur a besoin de respirer.....Et puis il est là, à portée de la main. Il suffit de le cueillir comme une fleur. Mais cela demande une grande disponibilité !!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci daniel
      ta sagesse de yogi transparaît dans tes paroles
      ¸¸.•*¨*• 🦋

      Supprimer
  37. Je commence par arrêter de rire après la lecture de cette jolie phrase géographiquement humoristique...Je suis heureuse quand ceux que j'aime sont là,c'est un évidence. Sinon, je suis heureuse quand le soleil brille, quand la pluie ruisselle sur les carreaux et que je suis bien au chaud, quand il neige et que j'ai pris de belles photos. Quand les arbres du printemps fleurissent, quand les roses embaument ou que les feuilles se teintent, quand un oiseau chante, quand un enfant rit... Quand j'ai lu un bon livre, vu un beau film, découvert une belle chanson.Et bien sûr quand je suis dans mon atelier, ou mon jardin ... J'essaie de profiter au mieux des petits bonheurs de la vie et je ne m’apitoie pas sur mon sort... chaque soir je pense à la chose qui m'a fait le plus plaisir dans la journée et il y en a toujours une même dans le jours gris...
    Bonne soirée!
    Bisous







    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. La nature a beaucoup de place dans ta conception du bonheur et je pense que tu as raison.
      Mais les belles choses humaines, l'art, les livres...oui, aussi
      Bisous
      ¸¸.•*¨*• 🦋

      Supprimer
  38. C'est une bonne question ça !
    Dans la simplicité sans aucun doute et de mille façons.
    Très jolie soirée
    Douces pensées :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Cloudy.
      La simplicité, cela me va !
      tendres bises
      ¸¸.•*¨*• 🦋

      Supprimer
  39. sur ce, maxime a dit :

    le blogger est dans le pré
    au petit bonheur la chance
    tout le bonheur du monde est dans l'inattendu
    la mélancolie, c'est le bonheur d'être triste (heu...)
    l'argent...
    l'or ?????
    celui des uns et des autres disaient les alains...
    un bonheur imparfait vaut mieux qu'un amour impossible (j'aime pas trop çui-ci, je sais pas pourquoi...)

    et celui qui a dit que l'argent ne fait pas le bonheur ne savait pas où faire les boutiques

    bon, j'arrête là, en fait j'efface tout, je préfère tes définitions
    elles me sied beaucoup mieux, comme déjà dit

    et puis tu vas crier mais je testais juste
    mon compte blogger...

    :) pardon

    bisous cavaliers

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je ne crie jamais après un poète...

      ¸¸.•*¨*• 🦋

      Supprimer
  40. Merci ma chère Célestine de dire les choses simplement, et exprimer ainsi le bonheur !
    Bisou.
    Den

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Simplement n'est peut-être pas tout à fait le mot.
      Mais sincèrement, ça, c'est certain !
      Bisous ma Den
      ¸¸.•*¨*• 🦋

      Supprimer
  41. Le bonheur...?? Je suis heureuse ma belle mais je ne l'ai pas toujours été et je ne sais vraiment pas si c'est parce que j'ai trouvé LE truc pour l'être. Je suis heureuse parce que je sais voir le beau; le gai mais aussi parce que ma vie est confortable. J'ai un toit sur la tête, ma santé est plutôt bonne, mes enfants vont bien. C'est plus facile. Mais aussi, cela se cultive, c'est vrai, en chantant, en partageant, en fuyant le stress et la vitesse. Enfin, je crois. Bisous

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu as tout dit : le bonheur se cultive, il est fait de contentement, de menus plaisirs, de sagesse et de gratitude.
      Tu es parfaitement heureuse à ce sens là !
      Bizou ma Brizou
      ¸¸.•*¨*• 🦋

      Supprimer
  42. Je suppose que le « enfin » dernier cité confirme l'adage : garder le meilleur pour la fin ?
    quoique j'écrirai plutôt « une spiritualité certaine » , qu'une certaine spiritualité…
    Disons que ma modeste expérience me fait constater que mes plus grands bonheurs, c'est-à-dire de plénitude complète, ont été et sont toujours spirituels.
    (Merci de ne pas comprendre qu'il s agirait des moments où je me marre le plus… ;-)) )

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui j'ai gardé le meilleur pour la fin, et avec une pensée pour toi, cher Alain.
      C'est amusant que spirituel ait deux sens si éloignés l'un de m'autre ...
      mais au fond sont-ils si éloignés ?
      Bises douces
      ¸¸.•*¨*• 🦋

      Supprimer
  43. Je me sens heureuse quand je n'ai aucune pensée parasite, que je vis le moment présent. Il en faut peu pour être heureux !!!!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mais c'est merveilleux ! Tu devrais l'écrire plus souvent sur ton blog;..
      Bisous ma belle
      ¸¸.•*¨*• 🦋

      Supprimer
  44. Ce matin, alors que mon royal séant prenait ses aises sur la lunette du lieu d'aisance, accablée d'un programme journalier prévisible, le plomb de mes épaules s'allégea à l'écoute des trilles d'un oiseau. :)
    Mais sinon, la vie n'étant pas toujours un long fleuve tranquille, il vaut mieux sourire en entendant la voix coquine de l'autrice de mes jours, disant : j'ai fais de petits pas, exprès, pour ne pas aller trop vite au lit (j'imagine la tête de l'infirmière en charge de cette fonction). :))))

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu as beaucoup d'humour, Lou, et c'est sans doute une des choses qui font ton bonheur.
      Tu m'as fait rire, et c'est inestimable.
      Gros bisous
      ¸¸.•*¨*• 🦋

      Supprimer
  45. J'avais écrit un long commentaire. Je vais faire plus court.
    Quand je suis malheureux, je suis triste comme un menhir...
    Quand je m'offre le luxe de ne rien faire, de me reposer, je suis très heureux ainsi...
    Je suis heureux quand je déjeune en paix, sans journal du matin, car les nouvelles sont mauvaises d'où qu'elles viennent...
    Je suis heureux quand je vais dans mon Cantal natal, comme ce week-end.
    Et pour finir, On r’connait le bonheur, paraît-il
    Au bruit qu’il fait quand il s’en va...
    Il m'arrive de le reconnaître au doux son qu'il fait, quand il s'en vient.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'aime quand tu cites Stéphane Eicher
      Sans doute parce que j'adore cette chanson.
      Je trouve dommage que tu aies censuré une part de ton commentaire...
      je suis heureuse de te lire, quelle que soit la longueur de tes phrases.
      Bisous heureux
      ¸¸.•*¨*• 🦋

      Supprimer
    2. Moi aussi, je suis heureux quand je te lis ! J'ai censuré un peu, mais il me semblait mal-venu de faire" l'éloge du bonheur"... Je me rattraperai une autre fois.
      Bises heureuses, itou

      Supprimer



Je lis tous vos petits grains de sel. Je n'ai pas toujours le temps de répondre tout de suite. Mais je finis toujours par le faire. Vous êtes mon eau vive, mon rayon de soleil, ma force tranquille.
Merci par avance pour tout ce que vous écrirez.
Merci de faire vivre mes mots par votre écoute.