jeudi 8 mars 2018

A vous les hommes






Chers hommes,





Aujourd'hui, on va beaucoup parler des femmes. C'est normal. La journée internationale des droits des femmes est un moment important pour la progression des idées humanistes dans ce bocal d'eau trouble qu'est notre monde en furie. La progression des valeurs universelles de respect, d'égalité et de solidarité ne peut pas, ne doit pas cesser. 

Sur un fond un peu délicat cette année, donc, puisqu'une brèche a été ouverte dans le mur du silence, une petite fente dans laquelle peut-être, je l'espère, s'engouffrera le vent de l'espoir. Celui de lendemains meilleurs dans la paix et l'harmonie. Oui, je sais,  l'utopie est tapie en moi et ne demande qu'à jaillir comme une fontaine. Cela ne fait-il pas du bien d'y croire un peu ?

Pour autant, je vous vois si dépités, depuis quelques temps, si contrits et tourneboulés par les débordements de certains débats, que je voudrais vous rassurer. Non, vous n'êtes pas devenus la race à abattre, l'ennemi public numéro un. Personne ne saurait tirer à boulets rouges sur vous dans votre ensemble sans paraître inconscient ou extrémiste. Ne vous sentez pas visés personnellement par ce qui ne concerne que certains. Certains, oui, ont posé sur moi leurs griffes terreuses et j'en porte encore la trace brûlante.

Mais pourtant, je ne confonds pas tout. Et je n'oublie pas que la cause féministe est aussi, et depuis toujours, défendue par des hommes autant que par des femmes. Il reste du chemin à faire, bien sûr. Mais je n'oublie pas que Simone Veil a porté et fait voter la loi qui porte son nom devant une Assemblée presque exclusivement composée d'hommes. Que ce sont des hommes qui ont décidé du droit de vote des femmes, et de tant d'autres avancées sur la route de l'émancipation et du mieux vivre ensemble.

Je vous crois de ceux-là, vous qui me lisez. Je vous crois profondément gentils, valeureux, honnêtes, courageux, respectueux et attachés aux mêmes valeurs que moi. Vous êtes sûrement de ceux qui disent « les frangines » en parlant des femmes. J'ai toujours apprécié ce petit nom délicieux, parce qu'il révèle de lui-même cette fraternité, cette sororité qui font le ciment d'une société libre. 
Et mon principe, c'est que l'on gagne toujours mieux  « avec » que « contre ».
J'avais envie de vous le dire doucement, vous qui m'émouvez beaucoup, me faites rêver, vibrer et rire souvent. 
La grâce de notre route commune dessine des étoiles dans mon coeur.

Et puis je vais vous confier un secret : aujourd'hui, c'est l'anniversaire de la plus merveilleuse. En toute objectivité, bien sûr. Ma douceur. Ma lumière. Ma prunelle. 
Ma fille, qui a choisi de partager son chemin de vie officiellement avec un jeune homme charmant. Prévenant et doux. Un type bien, qui la rend heureuse.  Un gars comme vous, en somme. 
Tiens, je me sens mieux de vous avoir dit tout ça.
A vous, les Hommes. Et à vous les Femmes bien sûr, mes frangines.
¸¸.•*¨*• ☆
Photo Céleste



Musique : Kevin Kern, Safe in your embrace

155 commentaires:

  1. Candide, qui ne sait guère...07:08

    C'est malin d'écrire des trucs comme ça, y'a de la buée dans mes lunettes, maintenant !
    Tu n'imagines pas combien ça fait du bien de lire ça pour moi que la vie a élevé dans la culpabilité d'un vol non commis alors que je n'avais pas sept ans et qu'on a refusé d'entendre, moi qui ai été accusé d'être brutalement entreprenant par une blogueuse solitaire et bipolaire qui, à mon départ, m'a roulé une pelle d'enfer qui m'a surpris tant elle n'était pas dans l'ambiance de la journée passée ensemble et qui écrivait le lendemain que j'avais tenté d'abuser d'elle, reprise par certains lecteurs au point que j'aie envisagé de recourir à un avocat, moi qui laisse l'initiative à la femme tant je suis respectueux et tant je la trouve bien plus belle quand elle s'offre que quand on la prend (enfin là, j'imagine puisque je n'ai jamais essayé)...
    Mais combien c'est difficile d'accorder les approches et les consentements comme on le voit dans cet article : https://www.nouvelobs.com/rue89/nos-vies-intimes/20171012.OBS5907/j-ai-fini-par-ceder-on-a-tous-une-histoire-de-violence-sexuelle.html
    Comment savoir ce qu'on peut dire à une femme sans savoir quelles sont ses croyances, ses vécus, ses zones de tolérance et d'intolérence ? Comment savoir, quand l'une exprime avec véhémence ce que l'autre dit avec beaucoup de discrétion ? Que faire face à une qui dit (dans l'article ci-dessus) "Je n'ai que des bonnes raisons pour ne pas coucher avec lui mais j'en ai physiquement envie." Comment savoir, quelle est cette ambiguïté et qu'en dira-t-elle le lendemain ? Assumera-t-elle son incohérence ou se déchargera-t-elle avec hypocrisie ?
    Ma femme était-elle une harceleuse ou une violeuse, qui a "abusé" de moi certaines fois de grande fatigue où j'aurais préféré dormir ?
    Comment ne pas être inquiet quand on lit sous la plume d'une leader féministe "qu'un homme sur deux ou trois peut être un violeur", ailleurs que "n'importe quel homme peut être un violeur" ?
    Ce qui est sûr, c'est qu'aujourd'hui solitaire en recherche d'âme sœur, je suis inquiet parce qu'il n'est pas plus écrit sur mon visage et mon pedigree que je suis un harceleur / violeur que le gentil que je crois être Et que je ne sais pas quels cultures, quels vécus et quels déséquilibres je vais rencontrer...
    Et tout ça me laisse un goût bizarre de circonspection.
    Alors merci, notre hôtesse, pour ces mots d'accord et de douceur !
    Et tous mes vœux de bonheur à ta prunelle, mais il semble qu'elle l'ait trouvé ?

    Bacci per tuti (italiano cuisini) !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je crois qu'il y a un temps pour régler ses problèmes personnels (blessures d'enfance, mauvaises expériences, conditionnements éducatifs, etc...), et un temps pour essayer de construire un avenir commun acceptable pour les unes comme pour les autres. Si les relations humaines étaient simples, si les êtres humains étaient en basic 1 ou 0 ce serait facile. On n'aurait qu'à appuyer sur des boutons pour savoir si on peut ou si on peut pas, si on doit ou si on ne doit pas ;-)
      L'article auquel tu fais allusion évoque des choses très complexes, sociologiquement et psychologiquement, surtout quand elles concernent de très jeunes femmes : il faut parfois plusieurs décennies pour s'apercevoir que ce que l'on a subi s'apparente à un viol, ou est véritablement un viol.
      D'autre part, quand un homme ne s'autorise pas à refuser une relation sexuelle alors qu'il est fatigué, n'induit-il pas inconsciemment l'attente d'un même comportement de la part de sa partenaire ? Je crois qu'un homme a le droit de dire non, mais ses conditionnements le poussent à « assurer » quand même...
      Voilà le genre de choses qui empoisonnent les rapports homme-femme depuis des siècles.
      Quant à savoir qui tu vas rencontrer, c'est justement le mystère des relations humaines : on n'est sûr de rien. Et notre société, qui tend à tout calibrer, mesurer, peser, n'a pas prévu l'aléatoire dans les algorithmes savants de ses moteurs de recherche...
      En gros, l'amour, reste et restera à tout jamais une chose inexplicable, volatile et insaisissable. :-)
      Baci per te
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    2. @ Candide
      Tu pourrais me demander mon avis avant de dévoiler ma vie... :-)
      C'est fou ça !
      Accusation de vol et de viol mis à part, j'aurais pu écrire ce commentaire. Je crois, en fait, que les hommes ont de plus en plus de peine à bien négocier le Cap de Bonne-Espérance...
      Savoir ce que la fille a sous le bonnet avant d'explorer ce qu'elle cache sous sa jupe m'a toujours semblé être le bon enchaînement des choses de la vie. Mais cet état d'esprit n'est pas unanime,y compris dans la gente féminine et je ne compte plus les râteaux subits pour avoir trop attendu...
      Toute l'ambiguïté tient dans la chanson de Vassiliu, ce tendre qui cachait sa vulnérabilité dans des déconnades...
      https://www.youtube.com/watch?v=LoDDk9ZQ7Kw

      Et avec tout ça, on fait quoi de la Bienséance...
      Trop de respect peut faire croire à du mépris et trop d'empressement à de la goujaterie.
      Accolade et baci à Céleste

      Supprimer
  2. Dans mon mouvement de pensée nous sommes en effet tous frangines et frangins. Cependant il reste encore des réticences à votre arrivée. Le combat du féminisme doit être mené entre frangines AVEC L'APPUI DES FRANGINS...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu as raison Jeanmi.
      D'ailleurs je ne comprends pas les réticences de ton mouvement à l'arrivée des femmes.
      Sauf à penser que c'est le respect de la tradition, ce qui n'est pas plus malin, à mon sens, que revendiquer le respect de la tradition pour perpétuer la tauromachie, la peine de mort ou l'esclavage.

      Supprimer
    2. @Jean-Mi
      C'est quoi ton mouvement de pensée, Jean-Mi ?
      Quant aux réticences, je suis d'accord avec le-goût, elles proviennent bien souvent de blocages dus à nos formatages. La tradition, que vaut-elle si elle n'est pas dans le respect de la personne humaine ?Les limites de la tolérance, c'est l'intolérable : et pour moi, les mutilations sexuelles sont intolérables.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    3. @Le Goût
      Je ne te redis pas ce que j'ai dit à Jean-Mi, mais le coeur y est.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  3. Joyeux anniversaire à votre fille.
    ;-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci très chère Madame Chapeau.
      Je suis ravie de vous voir passer ici, vous le savez, telle une étoile filante...
      Je lui transmettrai vos bons voeux :-)
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  4. Coucou Célestine. Merci pour ce texte qui remet les choses en place. Oui, tous les hommes ne sont pas des gros porcs. Oui, il y a des types sympas, honnêtes, prévenants, marrants etc. Mais malheureusement il reste des salauds... partout, dans la rue, sur la place de travail, dans les familles, etc. Je me bats (tu le sais) pour je l'espère dégommer un type qui s'est cru tout puissant dans sa boîte et qui voulait faire taire les femmes avec du caractère qui lui disaient ce qu'elles pensaient de ses méthodes de management plus que douteuses. Je ne sais pas si ma collègue et moi gagnerons mais je reste persuadée que le combat que je mène peut aider d'autres femmes à monter au créneau et à faire valoir leurs droits. Cela demande beaucoup d'énergie, de traverser des jours dans le désert, de flancher parfois mais cela donne l'envie aussi de garder la tête haute. Merci frangine.
    Bises alpines.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oh oui, je sais que tu te bats contre un de ces types qui utilisent leur supériorité hiérarchique pour se faire croire qu'ils ont aussi une supériorité sexuelle.
      Faire taire les femmes...depuis toujours, certains hommes cherchent à réduire, rabaisser, et faire taire les femmes...mais au nom de quoi ?
      Je te soutiens dans ton combat, chère Dédé. Je sais combien le harcèlement au travail, même s'il n'est pas sexuel, peut faire mal. Je l'ai subi pour ma part. Pas longtemps mais suffisamment pour me rendre compte que c'est insupportable. En 2018 les choses doivent avancer.
      Merci de ton témoignage, frangine.
      Bises célestes
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    2. Candide22:36

      Garder la tête haute, se respecter en se faisant respecter est essentiel à l'équilibre. Toute prise de pouvoir qui dépasse la stricte nécessité professionnelle est insupportable et inadmissible et tu es totalement légitime dans ta résistance, Dédé.
      Je t'encourage et je suis de tout coeur avec toi !

      Supprimer
  5. Il n'y a pas de plus grande richesse que de trouver une âme soeur pour la vie....que l'amour et le bonheur accompagne sa vie. Joyeux anniversaire!
    Passez les moments magiques. ZaZa

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Zaza ! Le moment sera magique, j'en suis sûre.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  6. Dorian G.09:03

    Il est bon de lire quelque chose de sensé, de nuancé, je dirais même de "normal", sur ce sujet où la polarisation fait rage : d'un côté les comportements de primates de certains exemplaires mâles pas du tout exemplaires et de l'autre l'hystérie de féministes plus frustrées par le bonheur des femmes heureuses avec leurs hommes (et vice-versa) que sur les barricades pour la vraie cause féminine...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. La polarisation fait rage quel que soit le sujet. (politique, économique, artistique) Les problèmes hommes-femmes n'échappent pas à ce massacre manichéen. C'est le fonctionnement actuel d'une société fondée sur la toute puissance des médias, le zapping, et l'abêtissement des masses qui ne parviennent évidemment plus à garder un esprit critique et des avis nuancés.
      Je tente de suivre une « voie du milieu » au risque de paraître mièvre aux yeux des extrémistes de tous bords. Mais comme peu me chaut leur opinion, tout va bien. ;-)
      C'est sans doute en pensant aux lecteurs-lectrices de ce blog, ni primates, ni hystériques, que j'ai écrit mon billet.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  7. Oui on les aime les hommes de cet acabit.... Joyeux anniversaire à ta merveille!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai aimé qu'elle naisse ce jour-là. Pour moi, c'était un merveilleux symbole.
      Bisous chère manou
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  8. Tu me remontes le moral.
    Ça fait un moment que je me demandais si, comme tous les hommes qui aiment, respectent et voient les femmes comme leurs égales (sauf pour porter les valises), je n'allais pas me retrouver victime d'une erreur judiciaire arrêté et emprisonné comme brute sexiste, violeur et agresseur.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je crois quand même que les hommes qui « respectent et voient les femmes comme leurs égales » n'ont pas vraiment de souci à se faire dans ce débat. Parce que les femmes sont capables de les repérer...Mon billet allait plus dans le sens d'un apaisement...pour prouver peut-être que toutes les femmes féministes ne sont pas des harpies...

      Supprimer
  9. Angela09:57

    Bien sûr qu’il existe des hommes merveilleux, tendres et prevenants...
    C’est comme dans tout : les exagérations ne sont pas bonnes. Et les hommes les plus merveilleux sont ceux qui acceptent de se regarder le nombril et de se dire que là, où ici, ils n’ont pas été tout à fait merveilleux. Qui acceptent de se remettre en cause.
    Ce sont ceux-la les plus aptes à faire avancer une cause qui ne peut être que commune.
    Il en est de même pour les femmes. C’est toujours bon d’interroger nos pratiques et nos traditions. Rien n’est grave dans le marbre , même si certains comportements sont difficiles à déboulonner de chaque côté. Et d’essayer de construire des relations sans se référer aux systèmes ancestraux.
    Bises à tous et toutes
    Angela

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Les systèmes ancestraux : voilà bien une des clés, Angela. Les remettre en cause me paraît urgent.
      Des choses que l'on nous rabâche depuis des millénaires, et que nous tenons pour vraies, alors que ce ne sont que des croyances...Et élever garçons et filles sur de nouveaux schémas plus égalitaires et complémentaires.
      Voilà le rêve ...
      Bisous ma belle
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  10. Enfin, un billet mesuré, les hommes sont nos amis, enfin le plus grand nombre, y a toujours des brebis galeuses mais on ne tue pas tout le troupeau.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, ne faisons pas comme les fous de la grippe aviaire, qui ont décimé des élevages entiers d'oies et de canards...
      :-)
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  11. Merci pour cet article qui nous rappelle que comme le disait Simone de Beauvoir "N'oubliez jamais qu'il suffira d'une crise politique, économique ou religieuse pour que les droits des femmes soient remis en question. Ces droits ne sont jamais acquis. Vous devrez rester vigilantes votre vie durant."

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Elle n'avait pas tort Simone...
      L'essentiel étant de rester vigilants et vigilantes : le problème concerne tout le monde...
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  12. Fifika6210:33

    Merci "frangine"
    C'était vivifiant.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bienvenue Fifika !
      Et merci pour l'appréciation
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  13. Ma Gigolette ça fait vieux mais c'est chouette.
    Mon amourette, ma Bluette, ma Mignonette...
    Quant à ta fillotte : "bon sang ne saurait mentir" ];-D
    Je n'ai jamais demandé la permission à une femme de l'embrasser, quand je l'ai fait, c'est que je "sentais" qu'elle aussi le désirait, et je n'ai jamais eu de plaintes.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Gigolette c'est le féminin de gigolo ?
      C'est vrai que ça a un petit relent suranné...
      Merci pour ma fillotte, je suis fière de mon réussissement !
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  14. joli billet Celestine. Il y a des gens bien et d'autres non dans chaque sexe, à tout âge, et sous n'importe quelle couleur de peau

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ce sont des paroles de sagesse, emma.
      Merci
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer

  15. Il y a des hommes comme ça c'est vrai mais il y en a encore autrement!
    Tout comme les femmes d'ailleurs!
    Alors frangins, frangine, partons mains dans la main pour affronter la vie...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu rejoins emma dans sa sagesse. Dis comme cela, c'est tellement simple, en apparence...
      Mais les êtres humains n'ont pas beaucoup de sagesse...
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  16. En effet avec cette grande, belle et nécessaire prise de conscience que nombre de femmes subissent des situations plus ou moins graves et qu'elles commencent à oser dénoncer, on peut comprendre que les hommes soient un peu perdus, surtout tous ceux qui n'ont absolument rien à se reprocher. C'est bien sûr regrettable pour ces derniers, mais c'est un mal nécessaire je le crains... en attendant de nous comporter tous en êtres libres et respectueux de la liberté de l'homme ou de la femme que nous croisons sur nos chemins de vie.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui tu as raison : c'est aux hommes dont je parle dans mon billet que je fais confiance pour ne plus se sentir déboussolés ou inquiets. Le chemin ne se fera que dans l'entente mutuelle, et le désir de progresser de chacun.
      J'aime beaucoup ta dernière phrase, qui résume tout.
      Bisous
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  17. J'ai toujours été assez circonspect quant à cette journée, comme à d'autres d'ailleurs. Depuis sa création, rien ne semble bouger de façon très significative. Que ce soit au niveau de certains comportements, que ce soit au sein des entreprises à travers les promotions et les salaires, que ce soit au niveau politique ou artistique! Les tenants et tenantes de la parité devraient exiger que a moitié de l'année soit consacrée aux femmes, à leurs droits et leurs devoirs, mais 365 jours ne se divisent pas encore par 2, ou alors il faut attendre les années bissextiles. Même en cumulant la journée des femmes avec celles des grands-mères, secrétaires ou journée de l'esclavage on est loin du compte! Cela dit et plaisanterie mise à part je pense qu'il y a dans nos sociétés un sérieux problème à ce niveau entre autre! Quand je lis " les hommes sont nos amis" j'hésite entre pleurer ou rire! Mais ton billettes très bien enlevé par ailleurs!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Déjà, il convient de parler de la journée internationale des droits des femmes, et non « la journée de la femme » ce dernier concept étant souvent utilisé à des fins mercantiles, et carrément sexistes parfois (on va lui offrir un bouquet de fleurs et ça ira bien) Ce n'est pas une « saint valentin bis »
      En revanche, c'est un symbole fort. Et dire que « rien ne semble bouger de façon significative » c'est sans doute méconnaître un peu les avancées énormes que nous avons vécues (au moins en France) par rapport à nos mères et nos grand-mères.
      Dans ce site consacré au 8 mars, on voit que cette date a été proposée pour la première fois en 1910.

      L’origine de cette journée s’ancre dans les luttes ouvrières et les nombreuses manifestations de femmes réclamant le droit de vote, de meilleures conditions de travail et l’égalité entre les hommes et les femmes, qui agitèrent l’Europe et le monde occidental, au début du XXe siècle.

      La création d’une « Journée internationale des femmes » est proposée pour la première fois en 1910, lors de la conférence internationale des femmes socialistes, par Clara Zetkin, et s’inscrit alors dans une perspective révolutionnaire.

      La date n’est tout d’abord pas fixée, et ce n’est qu’à partir de 1917, avec la grève des ouvrières de Saint Pétersbourg, que la tradition du 8 mars se met en place. Après 1945, la Journée internationale des femmes devient une tradition dans le monde entier.

      Jusqu’à nos jours…
      La date est réinvestie avec le regain féministe des années 70 et la « Journée internationale des femmes » est reconnue officiellement par les Nations Unies en 1977, puis en France en 1982. C’est une journée de manifestations à travers le monde, l’occasion de faire un bilan.
      Dans l'onglet Chiffres on trouve un bilan de la situation des femmes dans le monde.

      Merci pour ta participation Alezandro
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    2. Il me semble, mais je peux me tromper, qu'au-delà de la "maladresse" lexicale, ce qu'il veut surtout exprimer, c'est qu'une majorité masculine, par ailleurs respectueuse et amicale avec la gent féminine, n'est pas pour autant prête à chambouler le système sur lequel elle est très confortablement assise... laissant les femmes sur le strapontin de la vie ;-)

      Supprimer
    3. Tout à fait. Ce que je vis comme le plus délicat, en ce moment, c'est de parvenir à expliquer à des hommes qui se disent délicats, et respectueux, que certaines choses qu'ils expriment en toute bonne fois prouvent qu'ils ne le sont pas vraiment, leurs mots étant le reflet de leurs conditionnements inconscients. (genre le type qui dit : « je ne suis pas macho, j'ai toujours aidé ma femme à faire le ménage... »
      Oui, c'est beaucoup plus difficile que de dire à un gros lourd que c'est un gros lourd.

      Le strapontin de la vie, belle image très parlante...💜
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    4. Bravo pour cet historique Célestine ...

      Supprimer
    5. Merci Pivoine. Il est toujours bon de savoir de quoi l'on parle, surtout sur un sujet aussi sensible...
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  18. Joyeux anniversaire à ta princesse <3

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci pour elle, chère luciole !
      Bisous doux
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  19. Bel anniversaire à ta fille et VIVE(NT) les femmes et les hommes ! Bises étoilées céleste Célestine, à tout bientôt. brigitte

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci ma Plume💜
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  20. Tu parles de ta fille, je parle de mes petites filles... je pense à toutes les femmes et comme toi je crois que c'est ensemble que l'on doit lutter contre les violences, les inégalités et autres discriminations. Merci aux hommes de le faire à nos côtés. Joyeux anniversaire à ta fille ma belle

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ta petite fille est presque née le même jour que ma fille...
      Nous savons, en les regardant, que notre combat n'est pas seulement pour nous, mais aussi pour elles, et les filles qu'elles mettront au monde...
      Bisous ma Brizou
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  21. j'aime ton billet
    j'aime surtout le ton de ton billet, pas revanchard pour un sou!
    Bon anniversaire à ta fille, aussi jolie que sa maman

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je crois que tout être humain a dans sa besace des tas de vieilles casseroles, des expériences désagréables ou carrément traumatisantes. C'est mon cas. Mais être revancharde ? Pourquoi aurais-je envie de prendre une revanche sur des gens qui ne m'ont rien fait ?
      Merci pour tes mots, Coumarine.
      Merci pour ma fille et pour le compliment qui me touche beaucoup.
      Tiens, une chose que j'aimerais bien voir plus souvent, c'est un lecteur qui dise à une autre lecteur que son fils est aussi beau que lui...
      Oui, là, il y aurait un progrès significatif...
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    2. Candide22:43

      Encore faut-il que ce soit possible : mes gars sont bien plus beaux que moi !
      ;oDDD

      Supprimer
    3. En toute objectivité, aussi, n'est-ce pas ? ;-)
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  22. Une chose me turlupine... Les hommes pro-féministes, pro-égalitaires se sentiraient "dépités", "contrits, tourneboulés"? Pas ceux que je connais, ils sont même heureux de ce qui se passe, et drôlement intéressés! J'en connais même un très intimement, qui est rudement fier d'avoir dans sa vie deux ardentes féministes, mère et fille!
    Tant il est vrai que voir dans toute féministe une extrêmiste est aussi niaisement réducteur que de voir en tout homme un violeur potentiel...
    Et si on arrêtait de polémiquer sur des détails stupides genre la fin de Carmen ou La Belle au Bois Dormant qui ne servent qu'à faire diversion, on avancerait peut-être un peu mieux. Parce que ce qui
    reste sûr et certain, c'est qu'être femme en 2018, à peu près partout dans le monde, ce n'est pas être l'égale d'un homme.
    Happy birthday à ton chef d'œuvre de fille, l'amour lui va bien!
    Baiser du ♥, Céleste frangine

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu as parfaitement raison, mais je pense que l'inquiétude que certains peuvent éprouver relève d'une salutaire introspection, afin qu'ils analysent leurs façons d'être, et qu'ils se demandent si elles sont compatibles avec leurs idées ou pas. Tant de choses se passent au niveau de l'inconscient...On sait bien, toi comme moi, que c'est un long travail que de désactiver les conditionnements qui remontent à l'enfance...Tous les hommes n'ont pas eu la chance d'avoir été élevés dans un milieu acquis à la cause des femmes...Et c'est surtout à ceux-là, qui sont prêts à se remettre en cause, que je voulais tendre la main. Et en pensant aussi à mon adorable gendre, qui n'a absolument rien ni d'un violeur, ni d'un harceleur...Mon expérience me dit qu'on obtient beaucoup plus dans le dialogue que dans l'affrontement...
      Quant aux détails, comme la fin de Carmen, évidemment qu'ils sont montés en épingle pour ridiculiser les féministes ardents...et les amalgamer aux extrémistes parce qu'il y en a, comme dans tout mouvement humain, ne nous leurrons pas...
      Non, être femme en 2018, ce n'est pas encore être l'égale de l'homme, loin s'en faut. Et si je n'ai envie de rien lâcher, c'est juste parce que je pense à elle, et puis à celles et ceux qui arriveront dans peu de temps pour agrandir la famille...
      De tout mon coeur belle blonde ♥
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    2. Je ne sais pas pour la prééminence du milieu familial... Tu sais, mes parents étaient l'exemple type du modèle patriarcal, l'homme au boulot, la dame à la maison, mon frère ne s'est jamais levé de table pour aider... Quant au Paladin, son père est là: http://www.labaladine.com/2016/08/un-couple-ordinaire.html C'est dire!
      Nous nous sommes sans doute construits contre, d'abord indépendamment, puis ensemble...

      Mais je comprends ta démarche, ne t'inquiète pas. Et je suis la première à saluer tous ceux qui se remettent en question, et s'en posent, des questions. :-)
      Depuis le début. Je suis juste un peu plus véhémente :-))

      Supprimer
    3. Je me souviens de ce billet, il m'avait marquée...
      Ton Paladin s'est certainement construit en opposition à son éducation, et c'est formidable d'avoir transcendé cette attitude patriarcale de son père pour devenir un fervent « fan » du féminisme...
      Même chose pour toi.
      Pour ma part, c'est un peu atypique comme construction, puisqu'il n'y avait pas de cohérence entre la vision paternelle et la vision maternelle... En tout cas en apparence. ;-)
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    4. Bien à propos, et passionnant https://bibliobs.nouvelobs.com/idees/20180308.OBS3276/la-domination-masculine-plus-longue-injustice-de-l-histoire-humaine.html

      Supprimer
    5. Passionnant, et qui mérite plus qu'un entrefilet dans un commentaire.
      je garde le lien précieusement pour un prochain billet.
      Merci beaucoup pour ces précieuses billes.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  23. Bravo Célestine, qui donne aujourd'hui le droit aux femmes de dire qu'elles aiment aussi les hommes. Pas les porcs, les violents, les rustiques épineux et sentant mauvais, mais les hommes de leur choix. Imparfaits comme elles le sont, irritants et délicieux (comme elles), avec leur notion bien à eux du mensonge qui compte et qui compte pas (mais nous aussi...) et sans qui, finalement, les plus beaux moments d'amour n'existeraient pas...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je dis souvent que le monde est rempli de gens pleins de défauts qui se permettent de juger d'autres gens pleins de défauts.
      C'est pourquoi je ne juge pas, j'essaie juste de comprendre. De saisir dans les comportements des uns et des autres ce qui relève de la volonté et ce qui relève du conditionnement. Je sais que je me répète, mais l'éducation des enfants est la base de tout. Et pour déglinguer les clichés, c'est long. Ça demande de la constance, et surtout que le plus de gens possibles soient d'accord. Changer les mentalités, les coutumes, les traditions, c'est très long aussi. Sans doute parce que le changement a toujours fait peur aux gens. Parce qu'on préfère reproduire de vieux schémas qu'en inventer d'autres, c'est moins impliquant. Et on préfère mettre des étiquettes générales sur les autres, alors que chaque être est unique. Les femmes sont comme-ci, les hommes sont comme ça...et vas-y qu'on répète les vieux poncifs éculés jusqu'à la nausée... Et si, tous ensemble, on disait stop à ce vieux monde ?
      baci sorella

      Supprimer
  24. Je repensais à cette chanson du souteneur paternaliste, condescendant chaperon et Ange gardien de la femme libérée, ce bon vieux Christian Dingler qui osa commettre cette chanson qui eut un grand succès :

    Sa première ride lui fait du souci
    Le reflet du miroir pèse sur sa vie
    Elle rentre son ventre à chaque fois qu'elle sort
    Même dans "Elle" ils disent qu'il faut faire un effort

    Ne la laisse pas tomber
    Elle est si fragile
    Être une femme libérée tu sais c'est pas si facile

    (1984)

    La chanson a toujours autant de succès plus de 30 ans après…

    ———————————

    Heureusement il y a des gens gens comme Aragon qui sublime l'écriture en 1926 - encore quelques années cela fera un siècle…

    Femme, tu prends pourtant la place de toute forme. [...] et tout meurt à tes pas. À tes pas sur le ciel une ombre m'enveloppe. À tes pas vers la nuit je perds éperdument le souvenir du jour. Charmante substituée, tu es le résumé d'un monde merveilleux, du monde naturel, et c'est toi qui renais quand je ferme les yeux. Tu es le mur et sa trouée. Tu es l'horizon et la présence. L'échelle et les barreaux de fer. L'éclipse totale. La lumière. Le miracle: et pouvez-vous penser à ce qui n'est pas le miracle, quand le miracle est là dans sa robe nocturne? Ainsi l'univers peu à peu pour moi s'efface, fond, tandis que de ses profondeurs s'élève un fantôme adorable, monte une grande femme enfin profilée, qui apparaît partout sans rien qui m'en sépare dans le plus ferme aspect d'un monde finissant.
    In Le Paysan de Paris.

    Je suis suffisamment prétentieux pour oser penser que j'aimerais écrire de tels textes.

    Et bon anniversaire Madame ta fille.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah non, pas cette chanson ! je n'ai jamais pu la supporter...
      « Au fond de son lit un macho s'endort »...ah non mais c'est pas possible !
      En revanche Aragon, c'est quand tu veux.
      Puis-je t'offrir ce texte magnifique d'Eluard ?

      JE T'AIME


      « Je t’aime pour toutes les femmes que je n’ai pas connues
      Je t’aime pour tous les temps où je n’ai pas vécu
      Pour l’odeur du grand large et l’odeur du pain chaud
      Pour la neige qui fond pour les premières fleurs
      Pour les animaux purs que l’homme n’effraie pas
      Je t’aime pour aimer
      Je t’aime pour toutes les femmes que je n’aime pas

      Qui me reflète sinon toi-même je me vois si peu
      Sans toi je ne vois rien qu’une étendue déserte
      Entre autrefois et aujourd’hui
      Il y a toutes ces morts que j’ai franchies sur la paille
      Je n’ai pas pu percer le mur de mon miroir
      Il m’a fallu apprendre mot par mot la vie
      Comme on oublie

      Je t’aime pour ta sagesse qui n’est pas la mienne
      Pour la santé
      Je t’aime contre tout ce qui n’est qu’illusion
      Pour ce coeur immortel que je ne détiens pas
      Tu crois être le doute et tu n’es que raison
      Tu es le grand soleil qui me monte à la tête
      Quand je suis sûr de moi. »



      Merci pour Madame ma fille... ;-)
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  25. Quel bel hommage vibrant et attendrissant que ce beau texte ! Tout est dit, semant les fleurs du bonheur sur le pavé du ciel au bleu azur :
    Nos âmes voltigent au firmament
    Battant de leurs ailes agiles
    Les mille agréments du tambour
    L’amour fructifie les cœurs
    Il les noue d’un fil invisible et éternel
    Il n’y a ni sexe, ni genre, ni couleur
    Il y’a le ciel, la mer, le soleil.

    Femmes de tous les pays, soyez heureuses
    Bel anniversaire à ta puce adorée, Céleste.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Les fleurs du bonheur ne peuvent pousser et s'épanouir que dans un terreau de liberté.
      C'est pourquoi jusqu'à la fin de mes jours je me battrai pour cette liberté.
      Parce qu'elle est précieuse, difficile à acquérir et surtout à garder.
      Oui ton image du tambour est excellente: il nous faut sans relâche, hommes et femmes libres, battre le tambour de l'éveil des consciences, afin que l'oppression et l'obscurantisme reculent et ne gagnent pas.
      C'est un combat sans relâche, et, comme le mouvement des vagues sur le sable, cela ne s'arrête jamais.
      merci pour ma puce adorée, je suis touchée.
      Bisous célestes

      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  26. Il fallait que ce genre de chose fut dite. Tu l'as fait et surtout lors de la journée de la femme. C'est bien, surtout à un moment où pas mal de femmes passent pour des hystériques mal b...ées.

    ;-)
    Bisous Célestine.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. La journée internationale des droits des femmes, est l'occasion de nouer un dialogue constructif et apaisé avec les hommes...
      C'est important de ne pas tenir des propos extrêmes. D'autant que mon lectorat masculin n'a rien à voir avec les prédateurs dénoncés par les mouvements actuels de libération de la parole...
      Bisous belle jardinière...
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  27. Je ne puis te dire que cela : "Célestine, tu es courageuse".
    Je t'embrasse.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ce qui m'intéresserait, c'est que tu me dises pourquoi, et en quoi tu me trouves courageuse ?
      Oui, ça m'intéresserait bien... ;-)
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    2. Chinou10:17

      Tout simplement pour tout ce que et parce que tu oses dire, tu oses écrire .

      Supprimer
    3. Oser écrire...tu sais bien que c'est ma façon de transcender les choses...
      Merci pour ton écoute, ma Chinou.
      Et ta réponse qui m'environne et m'emballe de joie
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  28. Xoulec23:42

    A moi aussi, la grâce de notre route dessine des étoiles...
    Les atomes crochus que l'on décèle chez toi ne peuvent qu'accrocher des personnes respectueuses des autres.
    Pour le reste, je suis entièrement d'accord avec toi. Il ne faut pas faire de généralité. Heureusement que tous les hommes ne sont pas des goujats. j'en connais de très bien, je connais aussi de vrai c.. . Ceux-là, je doute qu'ils puissent évoluer.
    Pour ta fille, du signe du poisson, on voit bien qu'elle a l'écaille luisante et la branchie avantageuse ;) dixit toi-même dans l'horoscope mystérieux.
    Heureux anniversaire à ta prunelle et félicitation à la maman de cette belle réussite.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'avoue que je suis fière de ma fille, qui, en plus d'avoir une lumière plastique, a aussi une très belle âme, généreuse et un cerveau bien développé...mais comme je le dis, je ne suis pas très objective...
      Faire évoluer ce dont la cause semble un peu désespérée...ça a été mon challenge toute ma carrière. Cela demande de l'énergie. Cela marche quand le potentiel existe, mais qu'il est empêché: en trouvant le frein, on fait repartir le moteur.
      Merci Didier, de faire partie de ces hommes qui se réjouissent que les femmes se battent pour une réelle égalité.
      parce que c'est cela qui est l'avenir de l'humain, et pas de continuer une domination mortifère qui nous entraînera tous dans l'abîme...
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    2. Xoulec19:43

      Du coup, les vrais c.. que je cites, il y en a même un qui a marié ma frangine, depuis c'était mon beau frère
      Alors fallait faire avec
      mais c'était pas une affaire
      vu qu'il était "lourd"...
      https://www.youtube.com/watch?v=yZsjbbKTEIE

      Supprimer
    3. Nan, c'est vrai ?
      ¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    4. Xoulec21:23

      Pas autant, j’exagère ! Heureusement ma frangine a "ouvert" les yeux.

      Supprimer
    5. Tu me rassures ! ;-)

      Supprimer
  29. je ne suis qu'un homme... rien qu'un homme...

    mais, j'aime beaucoup ton article, et je suis bien d'accord
    on est complémentaire et on a beaucoup en commun aussi... heureusement :)

    et je vois que la relève est bien assurée en flambeau joliment passé

    je mets ici un petit poème que j'avais écrit un jour pour les femmes

    Femme, Ô reste femme

    Son rimmel noir de jais en mes grands uniformes
    Aux identités tant impossibles pour elle,
    Ne pouvant être autre, en tout vat brillent ses formes,
    Grandes sources de vie, gammes intemporelles...

    Reste-t-elle Ève de son monde moins logique,
    Insérant fort dans ma roue folle son bâton ?
    Aimant sans mode, si intensément magique,
    'Surfant comme une reine ou un tendre chaton ?

    pour une nommée Sangria's pseudo en acrostiche et un petit message encore en acrostiche "mot" en 6 ième pied à l'hémistiche... houf :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Wouoaou ! bel exploit que cet acrostiche dissimulé dans les replis de tes quatrains...
      Une jolie sirène pour un cavalier, cela emballe l'imagination !
      La sangria tourne la tête, et les vers d'un poète...
      Et la question se pose : qu'est-ce que « rester femme » ? ;-)
      Bisous étoilés
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  30. Anonyme12:33

    Bon. Tout le monde a tellement bien commenté que je n'ai rien à ajouter.

    Pivoine .

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je suis sûre que si... ;-)
      Mais je comprends que le sujet soit difficile à commenter en quelques mots.
      Bisous ma chère Pivoine
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    2. C'est surtout que j'ai commenté à partir de mon smartphone et que c'est une vraie pénitence de taper des mots qui se transforment chaque fois... Mais c'est vrai que tout le monde a bien commenté et dit à peu près ce que j'aurais pu dire...

      Je n'écrirai pas de lettre aux hommes, parce que je crois que je serais moins tendre que toi. Pourtant, je suis la première à dire qu'il ne faut pas généraliser. Ceci dit, comme j'essaie d'être critique, je dois dire que j'ai été élevée par une mère qui ne les aimait pas particulièrement (elle ne s'est mariée que parce qu'elle a cru ne pouvoir faire autrement, ce qui n'est flatteur ni pour mon père (qui était justement un homme bien) ni pour nous)... Puis par des professeurs féministes (dont certaines n'aimaient pas les hommes (et je trouvais parfois qu'il y avait de l'exagération dans le discours d'au moins l'une d'elles). Et puis ceux que j'ai connus ne m'inclinent pas à la tendresse, mais de 1) je peux aussi m'en prendre à mes choix... Et de 2) on ne peut pas généraliser.

      Je ne me sens plus l'âme de militer (où, d'ailleurs?) sur facebook? Il y en a d'autres qui font ça très bien. Mais si j'arrive à pondre un texte sur le tableau de Lakévio, ce sera certainement sur le sujet... Une manière détournée d'y arriver o;)))

      Je l'ai fait, militer, en écrivant un dossier pédagogique, qui était assez réussi, pas parfait, mais quand même, puis qui a bénéficié d'une belle édition mais a été censuré au passage par mes chefs justement (là, j'ai envie de généraliser, rien que pour le plaisir de taper sur les patrons, fussent-ils des patrons d'asbl o;)))

      Voilà, je me suis un peu plus étendue sur le sujet... Le plus important m'a toujours paru être les progrès sociaux dont tous ont à bénéficier, les femmes comme les hommes, à travers leurs enfants, filles et garçons, hommes et femmes de demain... Et puis bien sûr, le respect humain, qui va de soi, du moins, qui devrait aller de soi.

      Voilà... Ceci dit, je reconnais que s'il s'en présentait un gentil, pas ch.i.a.n.t ... Avec un bon caractère, lol, et pas trop exigeant (c'est moi qui le suis du coup), ma foi, je ne le repousserais peut-être pas ..........................

      Mais j'ai des doutes o;)))

      Supprimer
    3. Je te sais gré d'avoir bravé ton smartphone pour écrire un aussi long commentaire !
      j'entends une souffrance derrière tes mots, je la connais, moi-même j'ai eu des relations assez complexes avec certains hommes, et j'avoue que rien n'est vraiment facile.
      Beaucoup de choses sembleraient aller de soi, et pourtant non, elles ne vont pas de soi.
      Je te souhaite simplement d'être heureuse, avec ou sans l'oiseau rare.
      Parce que le bonheur est en nous avant tout...
      Bisous chère Pivoine, et merci encore
      A Combray, à la nuit tombée
      ¸¸.•*¨*• ☆





      Supprimer
  31. Merci pour ces mots qui font du bien.
    Une frangine

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci beaucoup de ton passage ici, Cathy.
      Je t'accueille volontiers sur mon totem.
      Bises d'une frangine céleste
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  32. Lorenzaccio13:36

    J'ai lu attentivement votre billet qui se veut fédérateur, c'est un de vos talents que de n'être jamais dans l'ostracisme ou l'exagération. Et les commentaires très riches et très intéressants (comme toujours) qui mettent en lumière la principale difficulté des rapports homme/femme : la domination masculine par peur des femmes.
    Ne pas oublier que tout cela provient de notre éducation (et à mon âge, le poids des clivages garçons/filles est très fort)
    mais une éducation, et tout son système, peut se remettre en cause quel que soit son âge, son sexe, son origine.
    J'ai la faiblesse de penser que je suis de ces hommes qui se remettent en question, dès l'âge de vingt ans je ne me suis jamais senti supérieur d'une quelconque façon, aux femmes. Même pas physiquement. Cela m'a posé de nombreux problèmes, un homme sensible et peu développé au niveau des muscles est toujours regardé de manière un peu suspicieuse...Mais j'ai cultivé ma richesse intérieure, et jamais je n'ai eu à le regretter.
    Je n'ai vu chez mes soeurs, les femmes, comme chez mes frères, les hommes, que leur propre richesse intérieure, me refusant toute ma vie à juger aucun de mes semblables sur son apparence. Cette façon de concevoir les rapports humains m'a permis de faire certaines rencontres merveilleuses, et de découvrir des trésors insoupçonnés que certains gougnafiers ne connaîtront jamais.
    Prenez soin de vous, âme délicieuse. Vous êtes une de ces rencontres pour moi. En vous lisant, j'ai vingt ans, et j'oublie que je ne suis plus qu'un vieillard.
    ~L~

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je vous remercie du fond du coeur pour ce long commentaire, où vous vous dévoilez un peu, et j'en suis très émue.
      Vos mots tout en mesure et en délicatesse prouvent, s'il en était encore besoin, qu'un monde différent pourrait exister, où cette domination masculine s'arrêterait, et où chacun trouverait le bonheur d'exister en harmonie.
      D'âme à âme, comme nous le faisons ici.
      Bien à vous, cher ami
      Prenez soin de vous
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  33. Quelle jolie date pour une naissance ! Heureux anniversaire à ta fille. Ravissante, et j'adore le mélange robe chic de femme et tresse de petite fille...
    Belle idée aussi ce contre pied et ce message adressé aux hommes en ce jour où on parle surtout des femmes. Pour moi je crois que l'essentiel est dans l'éducation. L'éducation ancienne à gommer, où ils avaient tous les droits - et je comprends qu'il soit difficile de se défaire de cela pour certains - et la nouvelle qui vise à obtenir enfin l'égalité et la fraternité dont tu parles. Mais nous sommes sur le bon chemin, même s'il y a encore de grosses ornières sur celui ci.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ce n'est pas une « jardinière d'âmes enfantines » qui te dira le contraire !
      l'éducation est la bade de tout !
      Comme la terre est à la base du monde vivant. C'est dans le substrat d'une éducation émancipatrice que garçons et filles feront les hommes et les femmes de demain.
      Espérons que nous soyons vraiment sur ce chemin là. Car les vieux schémas ont la peau dure...
      Je garde espoir.
      Merci pour ma princesse. Elle est ravissante, ça c'est vrai. En toute objectivité maternelle...Comme la tienne, d'ailleurs ma photo était un clin d'oeil pour toi. ;-)
      Bisous doux
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  34. Quel réconfort ton texte. Je viens d'aller faire un tour sur les blogs souvent animés par des femmes et j'ai lu beaucoup de textes à la gloire des femmes, à leur lutte pour conquérir leur place dans la société. Je me disais "Pauvre homme. Il n'y en a que pour les femmes aujourd'hui !". Et toi tu arrives avec ton texte...ça m'a fait du bien car il y a quand même des hommes qui aiment les femmes( j'en fait parti !!). Complémentarité , oui......Opposition, non !
    Bonne chance à ta fille qui va avoir l'occasion de pratiquer cette belle complémentarité. La vie à deux: une très belle école de la tolérance.
    Puis je diffuser sur mon blog le merveilleux texte que tu m'as adressé ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je ne dirais quand même pas « pauvres hommes » il ne faut pas exagérer... Une seule journée pour parler des femmes, et de leurs difficultés de par le monde, c'est bien peu... Dès le lendemain, à nouveau 364 jours où l'on reprend le cours des choses et où l'on parle de Trump, Kim Jong Un et tous ces grands de ce monde qui sont bien petits dans leur poix chiche cérébral...
      Ce que je voulais dire, c'est que c'est aux hommes « charmants gentils et respectueux » de venir donner un gros coup de main pour que les femmes s'émancipent vraiment de cette insupportable domination masculine, la plus grande injustice que la terre ait jamais connue...
      C'est aux hommes charmants, gentils et respectueux d'envoyer cul par dessus tête les vieux schémas, ceux dans lesquels on a presque tous été élevés.
      je ne doute pas que tu aimes les femmes, cher Daniel.
      Aimer les femmes, voilà une expression à double sens. Les prédateurs sexuels aiment les femmes aussi. mais comme on aime les bagnoles ou les ortolans : pour les consommer.
      Je préfère parler de respect, en effet. Et il n'y a évidemment aucune pudibonderie sous ce mot respect.
      Quant à la tolérance, bien sûr qu'elle est la base des rapports humains respectueux. Sa seule limite est bien sûr l'intolérable: l'excision, la lapidation...au nom de quoi tolérer de tels actes ?

      Je bouscule un peu ton discours, pardonne moi, c'est juste pour pouvoir exprimer combien les mots peuvent être sujets à caution. mais je n'ai aucun doute sur le fait que tu ne sois pas un macho et que tu sois un homme hyper respectueux.
      Je t'embrasse fort.
      Et bien sûr tu peux publier mon texte. ;-)
      ¸¸.•*¨*• ☆



      Supprimer
    2. Je vois que le sujet est sensible.......

      Supprimer
  35. Bonjour Célestine,

    On était sur la même longueur d'onde hier...j'ai moi aussi pensé très fort aux hommes et au fait que ce que nous voudrions, au fond, ce n'est pas tant une "revanche de la femme" (qui serait compréhensible, vu tout ce qu'elle a subi au cours des âges) qu'un "nouvel équilibre" entre le masculin et le féminin...
    http://grandsreves1234.blogspot.fr/2018/03/feminin-sacre-et-masculin-sacre.html

    Je ne sais plus qui disait qu''il n'y a que deux races sur cette terre :
    les hommes...et les femmes.

    Alors, si on arrêtait d'être "racistes" ?
    Les femmes sont blessées et meurtries, c'est sûr...elles ont souvent été victimes...et elles ont des droits à revendiquer...
    Mais si les hommes sont parfois maladroits, condescendants, machos ou même pire, c'est qu'ils ont, eux aussi, une blessure à l'intérieur...

    Seule la coopération (et l'amour, bien sûr) entre les deux "genres" de l'humanité serait capable de nous rendre heureux et de mettre du baume sur les cœurs...
    Si on commençait tout de suite ?

    Pour ma part, dans ma vie, je suis "tombée", la plupart du temps, sur des hommes charmants et respectueux...(j'en ai bien sûr croisé d'autres, mais pas très longtemps...:-), serais-je une exception ?
    Je ne crois pas...
    Je vois que ta fille est heureuse, et ça doit faire plaisir à ton cœur de maman...:-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'entends bien ce que tu veux dire. Mais si je peux concevoir que certains hommes aient des blessures, je pense que l'on ne peut pas généraliser.
      Il y a réellement une domination masculine instaurée depuis des millénaires (qui s'explique très bien d'ailleurs) et c'est cela qu'il faut changer.
      Je t'engage à lire cet article que j'ai découvert ce matin et qui est lumineux, car il pose la question fondamentale en termes très clairs..

      Bien sûr que l'on « tombe » souvent sur des hommes charmants et respectueux. Encore que je mettrais un bémol : un homme peut être très charmant et se révéler le dernier des salauds.
      Alors que respectueux, on est sur du plus solide, déjà...

      Enfin, je ne sais pas qui a parlé des deux « races » mais je n'aime pas trop cette citation, qui accentue encore le clivage. Je préfère dire qu'il n'y a qu'une seule espèce : les êtres humains.

      Ma fille est heureuse, mais elle sait déjà que le bonheur ne dépend pas exclusivement de l'autre, mais qu'il est au fond de soi (influence maternelle, sans doute...)

      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    2. Merci pour ton article, très intéressant...

      Tu sais, c'est un sujet à la fois essentiel et très vaste, on pourrait écrire des pages et des pages sur le sujet (ce que j'ai d'ailleurs fait à de nombreuses reprises sur d'autres sites - de psychologie - mais ce n'est pas trop le lieu ici ...:-)

      La clé, je crois (et là, c'est ma culture "jungienne" qui parle), c'est de différencier homme et masculin, femme et féminin...nous avons tous du masculin ET du féminin en nous. Et c'est cela qui est "blessé"...(plus que des femmes particulières ou des hommes particuliers).

      Le passage de l'article que j'ai préféré, c'est :
      "Tout se passe comme si dès l’origine de l’humanité, les hommes avaient eu peur de se mesurer aux femmes. Aristote fait de la femme un négatif de l’homme. Dans le même sens, pour Freud, parce qu’elle est dépourvue de phallus, la femme éprouverait un complexe de castration.
      Je m’oppose totalement à cette thèse: je soutiens à l’inverse que c’est l’homme qui éprouve un complexe de castration, non la femme. Ce complexe lui vient du sentiment d’impuissance face à la puissance incommensurable qu’il attribue au corps de la femme."

      Je crois qu'il y a effectivement chez l'homme une "peur" de la femme, une peur de la "puissance féminine" et que son attitude abusive vient, au fond, de cela, de cette peur (qu'il s'avoue difficilement).

      Et cette peur vient de très loin , de bien plus loin que la peur du "système reproductif de la femme" , comme il est dit dans l'article (même si on ne peut évacuer l'idée d'une certaine "jalousie" de ce côté-là).
      C'est une peur inconsciente et "viscérale".

      Le patriarcat dure depuis des millénaires...(au moins 6000 ans). C'est énorme et c'est peu à la fois...comparé à la durée de la vie humaine sur cette planète...
      Qu'y avait-il "avant" le patriarcat ? Là est la question.

      Beaucoup d'études sérieuses disent : un "matriarcat"...un matriarcat qui aurait duré des millénaires lui aussi, et même beaucoup beaucoup plus longtemps que le patriarcat.
      Et vois-tu, certains auteurs affirment que ce matriarcat aurait eu son "âge d'or" mais que, sur la fin , il aurait tourné à la domination des femmes et que celles-ci se seraient montrées très "cruelles" envers les hommes...tout aussi cruelles et injustes que leurs successeurs "mâles" pendant le patriarcat ...
      D'où une "blessure" profonde du masculin...qui, ensuite, se serait "vengé"...en retournant la situation.

      Je sais que cette thèse n'est pas très connue...et qu'on me dira que je délire...mais j'ai des raisons personnelles pour croire qu'elle est plausible.
      Et là, brusquement, cela donne une tout autre perspective sur la situation actuelle... :-)

      Quant au terme de "races", c'était un peu un clin d'œil (mais j'ai oublié le smiley), qui voulait souligner que la plus grande différence entre les êtres ne réside pas dans la nationalité ou la couleur de peau, mais dans la différence homme/femme, qui est quand même celle qui nous intéresse le plus, et qui nous pose le plus de soucis (et peut-être aussi le plus de bonheur) au quotidien...;-)

      Bises...et bon anniversaire à ta fifille !

      Supprimer
    3. Cette thèse est en effet intéressante, et pas si délirante que ça...bien que je pense qu'elle dessert à la fois les hommes (si c'est eux qui la proposent comme pour se dédouaner) et les femmes (si c'est elles qui la proposent pour expliquer la situation actuelle...
      Mais en même temps elle est un peu désespérante...Car alors cela voudrait dire que la domination d'un sexe sur l'autre est inéluctable...
      A moins que l'on décide tout bonnement: bon Un partout, balle au centre . Et si on essayait un autre système jamais utilisé jusqu'à présent ? ;-)

      Merci pour ton éclairage. Qui a toute sa place ici, même si je ne tiens pas un site de psychologie, je pense que mes lecteurs peuvent apprécier. :-)
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    4. T'as tout compris, Célestine...c'est un mouvement de "balancier" le vrai mot , celui de Jung,c'est "énantiodromie"), qui fait qu'une fois, c'est l'un qui domine et la fois suivante, c'est l'autre...et que ça n'aura de fin que si l'on décide, une bonne fois pour toute "Un partout, balle au centre" comme tu dis ...:-)

      Et ce n'est pas désespérant, car il y a plein d'indices qui montrent, que, cette fois, si on y met un peu "du nôtre", on pourrait arriver à rééquilibrer tout ça...

      On pourrait être à la veille (ou l'avant-veille) d'une "union" du masculin et du féminin (d'abord en chacun(e) d'entre nous, puis dans un deuxième temps, dans la société)...:-)
      Excellente nouvelle, non ? :-)

      Supprimer
    5. Ça parait être un mythe qui subsiste, le matriarcat du paléolithique, figure inversée du patriarcat oppresseur... Tentative de justification? Ce qui ressort des études notamment de Levi-Strauss, c'est l'incompréhension de la maternité, objet de terreur et d'émerveillement (d'où les figurines, déesses mères et tutti quanti)... A force d'observation, notamment animale, les hommes ont quand même fini par se dire qu'ils y étaient pour quelque chose (Malraux disait que c'était un miracle ;-) qu'ils s'en soient rendu compte, vu que chaque coup de quéquette n'est pas forcément suivi de conséquences, Malraux!!!). A partir de là, le destin féminin est scellé: fécondité est la raison de son existence, fini le caractère sacré, la femme se marchande comme le bétail...
      Bien sûr, on a le mythe des Amazones, qui peut être interprété comme une résistance à l'oppression. On a aussi les dieux de l'Olympe. Bref... j'ai beaucoup lu Lévi-Strauss et Héritier, mais je n'ai jamais lu d'anthropologue sérieux qui ait crédibilisé le mythe matriarcal...
      :-)

      Supprimer
    6. Le balancier c'est aussi de passer du désespoir à l'optimisme de cet excellente nouvelle...
      Je veux y croire, mais je suis quand même inquiète de ce qui se passe hors nos frontières... m'est avis que les femmes du Yemen ou d'Arabie saoudite aimeraient bien te lire. :-)
      Mais merci pour finir par cette note d'espoir.
      Bisous chère Licorne
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    7. J'avoue mon ignorance en la matière, je n'avais jamais entendu parler de cette thèse de « matriarcat paléolithique », comme par hasard proposée par un homme et non une femme, apparemment...
      J'aurais tendance a davantage faire confiance à Françoise Héritier et à Levi-Strauss, qu'à Jung. Mais cela dit sans aucune animosité.
      De la discussion jaillit la lumière.♥︎
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    8. Candide, qui ne sait guère...22:15

      Je n'ai pas les références "béton" de La Licorne et de La Baladine, mais Gérard Leleu reprend cette notion de la mâle peur face à la puissance féminine dans son livre "De la peur à l'amour" et propose une exploration de l'évolution des rapports entre hommes et femmes dans le temps et les civilisations, terminant, comme ici sur des mots d'espoir...

      Supprimer
    9. Aucune animosité de mon côté non plus, juste de la vigilance... On est toujours un peu prompt à tout mettre sur le dos des femmes, mine de rien. Bisous frangin... aux? eux? iens? bref, de frangine ♥

      Supprimer
    10. Candide, qui ne sait rien...22:25

      J'aime beaucoup "... COMME PAR HASARD proposée par un homme et non une femme..."

      Supprimer

    11. Mon seul espoir (qui est plutôt une utopie) c'est qu'un jour les êtres humains arrivent à l'âge adulte et arrêtent de se dominer ou d'avoir peur les uns les autres...
      Mais ce n'est pas demain la veille... ♥
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    12. @ Candide
      Je ne sais pas si mes références sont béton, mais quand je lis "les femmes ont souvent été victimes" alors même qu'elles tombent tous les jours, qu'elles sont mutilées, humiliées etc, je respire et j'essaie de remettre les choses à leur juste place, aujourd'hui, en pensant à demain. Aujourd'hui, les femmes vivent moins libres, moins respectées, moins valorisées, plus corvéables, plus vulnérables que leurs homologues masculins, et la plupart des hommes "charmants et respectueux" se contentent de l'être sans tenter de faire bouger une seule ligne.Et ça n'enlève rien au charme de ces messieurs...
      ;-))

      Supprimer
    13. @ Célestine : Excuse-moi, je n'ai pas été très claire sur mes sources...
      Jung, c'est ma référence sur le Masculin et le Féminin "intérieurs"...mais sur le thème du matriarcat "préhistorique", ce sont de tout autres références (multiples), dont plusieurs sont féminines... :-)

      @Candide : Oui, sur ce thème de la "peur" des hommes, il y a le livre de Gérard Leleu et puis aussi, dans un domaine moins psychologique et plus littéraire, cette citation de Christian Bobin, dans "Le Très-bas", un livre que j'aime beaucoup : "Les hommes ont peur des femmes. C'est une peur qui leur vient d'aussi loin que leur vie. C'est une peur du premier jour qui n'est pas seulement peur du corps, du visage et du cœur de la femme, qui est aussi bien peur de la vie et peur de Dieu. Car ces trois-là se tiennent de près -la femme, la vie et Dieu.
      Qu'est-ce qu'une femme ? Personne ne sait répondre à cette question, pas même Dieu..." :-)

      Supprimer
    14. C'est qui, Dieu ? ;-)
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    15. J'sais pas...on l'appelle le "Sans-nom"...;-)
      Remplace par "le sacré", si tu préfères...ou la vie avec un grand "V"...ça reviendra au même...

      Pour en revenir au matriarcat et à ce que je disais plus haut, y'a pas grand-chose de valable sur internet, mais si vous vous demandez si c'est "possible" ou "crédible"...je peux vous proposer ça :
      http://la-cause-des-hommes.com/spip.php?article25

      Supprimer
    16. Ou ça :
      https://www.easyvoyage.com/actualite/en-inde-ce-sont-les-femmes-qui-font-la-loi-80103

      Supprimer
    17. Chère Licorne, je respecte tes opinions, tu les as exprimées, mais je ne les partage pas en fait. Ce que je sais, c'est que je ne souhaite pas que les femmes se mettent à dominer les hommes et à les traiter comme des êtres inférieurs (ce qui semble être le cas dans les exemples que tu cites)
      J'ai écrit un billet d'ouverture et d'apaisement, afin que les hommes épris d'humanisme et d'égalité rejoignent les femmes dans leur combat contre l'obscurantisme de schémas et de traditions qui remontent à bien trop longtemps. Tout le reste n'a pas d'intérêt pour moi, et ma tolérance s'arrête à l'intolérable. Et pour moi, l'excision, la lapidation ou le lynchage sont intolérables, aucune théorie fumeuse ne me fera admettre que ces barbaries pourraient être justifiées.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    18. Oh, là,là, Célestine, je crois qu'on ne s'est pas bien comprises...
      D'où tiens-tu que je soutenais ce genre de choses ???? Que je justifiais ces barbaries ?
      Je suis assez triste que tu puisses penser ça !

      Je ne souhaite pas du tout non plus que les femmes "dominent" les hommes...
      Si tu relis un peu ce que j'ai écrit plus haut, tu verras que je disais que nous devions tous "mettre du nôtre" pour aller dans le sens de l'égalité et de l'amour...

      Les liens ci-dessus ne visaient qu'une chose : ouvrir une porte par rapport à cette "idée reçue" que la femme a "depuis toujours" été une victime de l'oppression masculine. Il se pourrait que non.

      L'exemple des Khasis, en Inde, montre que tout ça n'est qu'une question d'opportunité, et que si on "donne le pouvoir aux femmes", eh bien, ce "pouvoir" peut tourner mal aussi...et verser dans l'excès...

      Je ne dis que ça...je ne vais pas plus loin...et je ne défends aucune théorie "fumeuse", aucune "religion", ni aucune "secte machin-chose"...
      Quand je dis "Dieu" ou "Sacré", c'est un dieu et un sacré très "laïc"...en fait, je veux dire "ce qu'il y a de plus élevé dans l'être humain"... rien de plus.

      De plus , j'aime les hommes (surtout le mien, avec lequel je vis depuis 20 ans, ce qui est presque un exploit, de nos jours...). J'ai aussi de nombreux amis masculins...que je fréquente depuis 30 ans. Je ne suis vraiment pas "aigrie" par rapport à la gent masculine, au contraire...et puis j'aime tout autant les femmes, la cause féminine me touche...profondément.

      Simplement, je constate que le sujet est trop brûlant, sans doute, pour qu'on puisse aller au-delà des poncifs rabâchés...mon but, en tout cas, n'était pas de relancer la "guerre des sexes" (ni même la guerre des idées).

      Comme toi, je suis pour l'apaisement, et je suis désolée j'ai pu laisser croire le contraire...

      Supprimer
    19. ...je suis désolée "si" j'ai pu laisser croire le contraire...

      Supprimer
    20. Admettons. Je veux bien croire que je me suis trompée sur tes intentions. Simplement quand tu écris « cette "idée reçue" que la femme a "depuis toujours" été une victime de l'oppression masculine. Il se pourrait que non. » Tu as conscience que ça peut choquer ? Parce que, même si ça n'a pas toujours été, ça fait quand même six mille ans qu'elle en bave, la femme...à tes propres dires.
      Alors on va rester sur les vieux poncifs, parce que cette théorie, je ne trouve pas que ce soit une façon très heureuse de sortir des poncifs et d'élargir le débat.
      On ne peut pas dire à une femme battue que c'est bien fait pour elle, que les hommes ne font que se venger parce qu'il y a six mille ans, les femmes dominaient les hommes. Or c'est cela que la plupart des femmes vont entendre dans cette théorie.
      «Si on "donne le pouvoir aux femmes", eh bien, ce "pouvoir" peut tourner mal aussi » Ou pas. Moi je n'en suis pas sûre. Mais la vraie question est : Pourquoi faudrait-il toujours qu'un sexe ait le pouvoir sur l'autre ?
      Mais je ne fais aucune guerre, ce sont juste des idées exprimées de part et d'autre dans le respect.

      Supprimer
    21. C'est là qu'on ne se comprend pas, Célestine : à aucun moment, je n'ai dit que "c'était bien fait pour elle" !!!!!!!!!!
      ...c'est une interprétation (faussée) de ce que j'ai dit...je suis vraiment très très loin de penser cela...

      En fait, je me pose exactement la même question que toi :
      "Pourquoi faudrait-il toujours qu'un sexe ait le pouvoir sur l'autre ?".
      Là-dessus, on est entièrement d'accord.
      Ce que je me dis, c'est qu'il doit être possible de "regarder l'histoire humaine" et de faire en sorte qu'elle ne se répète pas.
      Pour cela, il faut être lucide. Et être lucide, c'est examiner les faits présents et passés et essayer de comprendre pourquoi il y a si souvent un oppressé et un oppresseur ...non pas pour accuser l'un ou l'autre...ni pour justifier la situation actuelle...mais pour dépasser cette situation "qui se répète" ou qui "s'inverse" régulièrement...et enfin parvenir à un équilibre entre hommes et femmes, à un vrai partenariat, à une situation plus égalitaire.

      C'est un peu comme dans les "révolutions" : il y a un oppresseur, des opprimés...ces derniers, excédés, finissent par se révolter...ils renversent le tyran en place...prennent le pouvoir...et puis, on se rend compte, ensuite, au bout de quelques années, qu'on n'a fait qu'inverser la situation : on a juste "une nouvelle tête au pouvoir" mais l'oppression continue ! On n'a rien réglé ! C'est ce qu'il faudrait éviter, à long terme, dans les relations homme-femme.

      Mais je suis bien d'accord sur le fait que, pour l'instant, c'est la femme qui est opprimée et qui essaie, avec raison, de se "libérer"...

      Que tu ne me suives pas, Célestine, sur ce que je dis de l'époque "du matriarcat", je le comprends très bien (c'est peu connu, voire confidentiel, et je le disais en imaginant bien que peu de gens me suivraient)...mais que tu me prêtes des intentions aussi négatives par rapport aux femmes et à leur condition, ça, tu vois, j'ai du mal à le comprendre...et à l'accepter : ça me blesse !

      Supprimer
    22. Je suis désolée de t'avoir blessée. Ce n'était pas intentionnel. Mais bon, tu dis "pour l'instant" c'est la femme qui est opprimée : un instant qui dure quand même depuis six mille ans...
      Une oppression qui s'inverse « régulièrement » pour moi ce serait tous les cinquante ans.
      pas six mille ans...C'est là que le bât blesse...
      Tu l'as dit, et tu as raison, dans les révolutions, on se rend compte "au bout de quelques années" qu'on ainversé la situation......mais là, ça fait six mille ans, quoi...
      Je ne te prête aucune intention négative. J'essaie juste de comprendre comment tu trouves ton compte dans cette théorie qui pour le coup, maintenant que je l'ai bien analysée, me paraît en effet délirante.
      Sur ce je vais me coucher ma chère Licorne.
      Merci de ta participation au débat.
      Et encore désolée de t'avoir involontairement blessée.
      Bises
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    23. J'ai relu tout l'échange, et il y a quand même quelque chose avec quoi je suis d'accord, c'est l'union du masculin et du féminin en chaque être humain. Ça j'en suis persuadé, c'est le commencement de tout.
      Et je crois comprendre aussi que notre échange aurait pu s'arrêter à « un partout balle au centre » ...je rêve vraiment qu'un jour, cela s'arrête, cette domination... vraiment.
      Allez belle nuit
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    24. Tu as le droit de trouver ça délirant...pas de problème.
      je ne cherche pas à convaincre là-dessus.

      Je te partage juste encore ce lien :
      https://grandsreves1234.blogspot.fr/2015/01/le-futur-de-cette-planete-depend-des.html
      C'est une vidéo sur le rôle des femmes ...que j'avais publiée en 2012, et que j'aime beaucoup.
      (discours d'Amma qui s'intitule: "Le futur de cette planète dépend des femmes")

      Bonne nuit à toi aussi !

      Supprimer
    25. Candide07:13

      @ Célestine : Ce que je voulais dire en citant Gérard Leleu, et ce que, me semble-t-il, voulait exprimer La Baladine, c'est que s'il est advenu par le passé que les femmes aient la position dominante selon ce que tu qualifies de "théorie fumeuse", un autre équilibre est possible.

      Qu'autre chose est possible.
      Et qu'avec de la bonne volonté, on a peut-être aujourd'hui la possibilité de construire un équilibre plus équilibré.

      Encore faut-il garder la tête froide et se garder de procès d'intentions : à aucun moment La Baladine et moi-même n'avons émis l'idée que les femmes d'aujourd'hui devaient se contenter de comprendre que les hommes d'aujourd'hui se vengeaient d'un matriarcat d'antan, et que tu qualifies de "fumeuse" et "délirante" la théorie d'un antique matriarcat me semble regrettable.
      Et m'attriste...

      Supprimer
    26. Candide07:20

      Erratum : veuillez m'excuser d'avoir cité La Baladine et non La Licorne dans mon dernier paragraphe. Je corrige donc : "... à aucun moment La Licorne et moi-même n'avons émis l'idée...

      Supprimer
    27. @ Célestine, la part du féminin et du masculin en chacun, c'est tellement évident qu'il ne m'est même pas venu à l'idée de plussoyer. D'ailleurs, j'ai toujours porté mes valises moi-même :-p
      @La Licorne, un (ou des) scientifiques qui garderai(en)t confidentielle une découverte majeure sur l'évolution de l'humanité???
      @ Candide, ce qui est certain, c'est que les hommes, dès la préhistoire (et donc bien avant l'antiquité) ont cherché à s'approprier ce qui était le propre des femmes, la fécondité; rien de mieux, pour ça, que de s'approprier la femme et de la réduire à son rôle de mère... Des dessins primitifs montrent des femmes "en coupe", avec des bébés dans le ventre rangés sur une sorte d'étagère...
      Quant à la justification de plus de 6000 ans de domination masculine par un matriarcat antérieur (et confidentiel, sic), ça me rappelle un peu la bible, tu vois... Partout, la femme est la première fautive...
      Qu'on le veuille ou non, tout ceci contribue à renvoyer les sexes dos à dos, si je puis dire;-) Et c'est bien dommage, parce que c'est beaucoup plus difficile d'avancer...
      Bises aux frangins et frangines :-))

      Supprimer
    28. Baladine, il ne s'agit pas de justifier quoi que ce soit, ni d'en "remettre une couche" sur le péché d'Eve, il s'agit de trouver un chemin de "réconciliation" entre l'homme et la femme, et entre le masculin et le féminin , tous deux "blessés" à l'intérieur de nous...

      Le chemin de pacification passe par la compréhension et la guérison de ces blessures, de ces blessures profondes qui s'inscrivent dans l'histoire ancienne, très ancienne et donc dans notre inconscient collectif.

      Petit résumé très succinct par Gérard Leleu et Paule Salomon :
      http://www.cheminalliancefh.org/?p=202

      Supprimer
    29. Candide14:00

      @ La Baladine : La Licorne m'a devancé dans la réponse que j'allais te faire : où as-tu vu de ma part qu'évoquer une antique civilisation matriarcale avait pour but de justifier la condition féminine d'aujourd'hui ?
      En quoi des dessins primitifs qui montrent "...des femmes "en coupe", avec des bébés dans le ventre rangés sur une sorte d'étagère" prouve-t-il que les hommes voulaient s'approprier la fécondité ? Tout au plus, ça témoigne de leur compréhension de la maternité.
      Enfin tu me ferais grand plaisir en considérant que l'athée (comme les cuillères) que je suis n'a pas besoin de la bible pour penser.

      Supprimer
    30. @ La Licorne: 1/ "si les hommes sont parfois maladroits, condescendants, machos ou même pire, c'est qu'ils ont, eux aussi, une blessure à l'intérieur". Si ce n'est pas une explication au système de domination masculine, je veux bien être changée en chèvre ;-)
      2/ le féminin et le masculin en moi n'ont rien de blessé, et je n'ai pas le sentiment d'être une exception. Ils cohabitent en toute harmonie, tout comme chez le monsieur avec qui je vis (ou qui vit avec moi, c'est du pareil au même pour nous).
      Je suis en paix avec moi-même, avec les hommes. Je ne m'élève que contre un système, et je m'étonne que ce soit si difficile à comprendre.
      3/ Sexologue et gourou donneuse de leçons de bien vivre? Je sais que c'est à la mode. Heureusement, la mode, ça se démode, c'est ce qui est bien! (ceci n'engageant que moi, évidemment).
      4/ Pas de réponse à ma question, c'est dommage...
      Sans rancune aucune en ce qui me concerne :-)


      Supprimer
    31. @ Candide: je ne comprends pas ta question, je n'ai pas dit ça. J'ai dit, et je recommence, que les hommes ont cherché à maîtriser ce qui leur échappait, la maternité (qui passe par la fécondité, qu'ils se sont appropriés, en se disant que c'était leur petite graine qui faisait tout). Il s'en est fallu de quelques millénaires avant qu'ils découvrent que la femme n'était pas qu'un réceptacle... Ça, c'est la science anthropologue qui le dit, pas moi.
      Tu interprètes les dessins comme les hommes de ce temps là, à l'envers, et ça m'étonne, car pour le coup, c'est une vision bizarre de la maternité. Autant ça s'explique à la préhistoire, autant aujourd'hui... Je doute que tu penses que les femmes sont des coffres remplis d'enfants qui attendent que le mâle fasse ce qu'il faut pour les faire sortir...
      Enfin, je n'ai pas dit que tu pensais à travers la bible, j'ai souligné le fait que le mythe du paléolithique matriarcal présente, sur le plan symbolique, une coïncidence avec le mythe biblique, style "c'est Eve qui a commencé"...
      Et je me contente de constater que ce n'est pas en ratiocinant sur des mythes et des théories qu'on a la moindre chance de faire avancer le schmilblick...
      Et n'y vois aucune hostilité :-)

      Supprimer
    32. Baladine, tu as raison de t'élever contre le "système", le système de domination...et je le fais aussi...

      Mais y'a trois niveaux : le système patriarcal, l'homme "particulier" (la personne) et le "Masculin" en chacun.

      Le système n'est pas "excusable"...les actes de barbarie envers les femmes, non plus...mais là, je parlais de la personne, qui souvent a une blessure qui demande à être soignée et je parlais aussi du Masculin qui existe chez chaque homme et chez chaque femme.
      On est toutes d'accord, ici, pour dire que le système d'oppression patriarcal doit être changé.

      Ma conviction, à moi, c'est que ça passe d'abord par le changement personnel et la guérison du masculin (et du féminin) en chacun(e)...et que s'attaquer "directement" au système ne réglera rien, mais ne fera qu'inverser les choses...

      Quand on dit "je n'ai pas de blessure", c'est juste le "système" qui ne va pas, c'est qu'on met le problème "à l'extérieur"...
      On le fait tou(te)s à un moment ou à un autre, mais, un jour, après bien des déboires, on comprend que le problème n'est pas à l'extérieur mais à l'intérieur, et que ce qu'on peut faire de plus "efficace", c'est de s'occuper de soi et de ses propres blessures intérieures.

      Chaque fois qu'on se guérit un peu soi-même, c'est un pas vers un "mieux" général...
      Si tu es déjà totalement "en paix", tant mieux...moi, plus je vieillis, plus je me dis que j'ai encore quelques petites "bricoles" à régler... ;-)

      Supprimer
  36. En lisant les derniers commentaires, qui parlent de l'éducation, je prends conscience que ce qui m'a été transmis m'a préservé d'un conditionnement trop marqué (il faudra que j'en remercie mes parents). D'aussi loin que je me souvienne je n'ai jamais considéré qu'il y avait une inégalité intrinsèque au féminin. Il m'a d'ailleurs fallu du temps, jeune adulte, pour entendre que la condition des femmes était "dominée" par le masculin, alors même que je jouissais des avantages d'être né homme... avec la complicité des femmes que je côtoyais. Des deux côtés il y avait inconscience/acceptation du poids des habitudes et des usages.

    En cheminant j'ai pris conscience de ce qu'il est convenu d'appeler "la domination masculine", phénomène beaucoup plus subtil et pernicieux que ce que ses aspects les plus caricaturaux laissent voir. Aujourd'hui, loin de me sentir « contrit et tourneboulé par les débordements de certains débats », je me réjouis de voir ce mouvement de libération de la parole par mes soeurs en humanité.

    Voilà pourquoi, de prime abord, je n'ai pas eu de commentaire à faire sur ce billet :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est intéressant, que tu viennes dire dans un long commentaire que tu n'as pas éprouvé le besoin de faire un commentaire ;-)
      Tu as bien saisi l'enjeu du débat actuel : c'est l'éducation, et tout en reconnaissant que tu as eu de la chance de ne pas avoir été élevé dans un schéma traditionnel, tu admets « avoir profité des avantages d'être né homme ».
      Mais es-tu bien certain de n'avoir pas subi, toi aussi, inconsciemment, cette différenciation subtile entre les garçons et les filles ?
      Si tu as une soeur, il serait intéressant de te demander si elle a le même ressenti que toi vis à vis de tes parents, et vis-à-vis des conditionnements qu'elle a eus...
      Car cette « domination masculine » a ceci de pernicieux que les hommes ne s'en aperçoivent pas forcément. Tu l'as d'ailleurs très bien exprimé dans un de tes billets sur le sujet, où tu écrivais:

      Je crois qu'il est difficile pour un homme de se rendre compte de ce que cela signifie, viscéralement, d'être femme. Tout comme il est difficile au groupe dominant des blancs de se rendre compte de ce que peut ressentir une personne de couleur. Et difficile au puissant de mesurer ce que ressent l'opprimé. Je crois que seuls ceux qui subissent une domination disposent de la légitimité pour en décrire les effets.

      Mon billet s'adressait aux hommes comme toi. Ceux qui réfléchissent, qui pensent, qui sont capable d'une remise en cause profonde de leurs habitudes et de leurs schémas.
      C'est pourquoi je me réjouis que tu sois quand même venu poser ton petit grain de sel au débat. Surtout pour ce que tu dis en fin de commentaires, sur tes soeurs en humanité. :-)

      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    2. Ah mais non, je ne donne l'explication à mon absence de commentaire, jusque-là, que parce qu'il a été plus précisément question d'éducation. Sans cela... je ne me serais pas manifesté puisque pas vraiment concerné ;)

      Par contre il est évident que je n'ai pas pu échapper totalement à une différenciation genrée, mais au moins il était clair qu'il y avait égalité apparente dans la fratrie (si ce n'est du côté parental...). Et l'incongruité des remarques de ma grand-mère voulant "donner des forces" d'abord aux garçons, quand il s'agissait de se resservir en nourriture, n'avait pas échappé à ma mère... et m'avait marqué.

      Bises, chère soeur ;)

      Supprimer
    3. Je comprends tout à fait, cher Pierre. En même temps, ne pas te sentir concerné par un billet qui est une lettre aux hommes « gentils, valeureux, honnêtes, courageux, respectueux et attachés aux mêmes valeurs que moi » cela me semble quand même un peu étrange.
      mais bon le débat est clos puisque tu es venu finalement, apporter ta contribution positive à l'édifice.
      Bises, cher frère en humanité.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  37. Le bonsoir Dame Céleste. Juste ça, pour dire ce que l'on doit, sans plus. Juste pour le plaisir d'être :
    Une onde qui tremble à l'horizon
    Donnant le la au jour qui naît
    S'envolant déjà
    Vers des mystères empressés
    La bise, M'Dame !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Très joli, un peu mystérieux et éthéré comme un souffle ...
      Donner le la au jour qui naît...c'est très joli !
      Merci Rod.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    2. La poésie n'est que ce mystère sur lequel la vie contemple tout ce qu'elle ignore, sans le savoir. Moi non plus !

      Supprimer
    3. J'adore !
      ¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  38. Anonyme19:04

    ps. Tous mes voeux pour ta fille également, c'était une petite distraction de ma part dans mes précédents commentaires.

    (Pivoine)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci pour elle, Pivoine.
      C'est adorable.
      ¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  39. Alors bon anniversaire à ta fille !

    J'ai lu Le deuxième sexe de Simone de Beauvoir récemment (chronique ici https://tomtomlatomate.wordpress.com/) et elle rappelle exactement la même chose que toi ici, à savoir que les conquêtes pour le droit des femmes n'ont été acquises que parce que certains hommes de pouvoir ont bien voulu progresser. Alors merci à eux, merci à tous les féministes hommes qui compensent la bêtise des nombreuses misogynes femmes :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci pour ton témoignage, Tomtom.
      J'ai écrit ce billet avec beaucoup d'espoir et une volonté d'apaisement
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  40. Ambre10:29

    Bonjour Célestine,
    ça fait vraiment du bien de lire un texte comme ça. De savoir qu'heureusement, il n'y a pas que des femmes qui souffrent ou qui ont des contentieux avec les hommes.
    Ça me fait drôle aussi de savoir que tu as comme moi une fille née le 8 mars. C'est doux de lire que la tienne est heureuse.
    Merci pour tes mots Célestine.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour Ambre
      Je ne savais pas que ta fille était née le 8 mars !
      Jolie point commun que nous avons (parmi d'autres) ;-)
      Merci pour tes mots à toi, Ambre.
      Gros bisous
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  41. "Frangines", je n'y ai même jamais pensé mais c'est une bonne idée. Quoique... 'les filles", ca ne te paraît pas bien ?

    Ton papier fait plaisir mais je devais bien que fine mouche comme tu es, et connaissant les secrets des coeurs, tu n'étais pas tombée dans tous les pièges dressés par les méchants et les bêtes.

    Bises, Célestine.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Les filles, oui c'est bien aussi...
      Mais je trouve un côté rassurant et respectueux à frangines.
      Bisous Aldor
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  42. Etant donné que ton public est surtout masculin (enfin je crois) , tu ne prends pas de risques là ! Mais en effet, je crois vraiment que les vraies féministes, donc pas les extrémistes, sont d'accord pour dire qu'il faut faire évoluer les choses avec les hommes et pas sans ou contre les hommes.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mindounet...sauf ton respect, tu crois mal.
      Par curiosité, j'ai épluché tous les commentaires de ce billet:
      Bilan : 25 femmes et 16 garçons.
      C'est avec des affirmations basées sur rien que fonctionnent certains hommes politiques (dont tu n'es pas, je te rassure)
      Alors qu'il suffit de compter.
      En revanche chez toi, je ne ferais pas le même pari... ;-)

      D'autre part, même s'il n'y avait que des filles dans mon lectorat, en quoi aurais-je pris des risques à écrire cette lettre aux hommes ?
      Tu m'interpelles... ;-)
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    2. Si tu avais des féministes un peu extrémistes dans tes fans, peut-être que...par les temps qui courent, c'est compliqué sur ce sujet !
      Franchement je pensais que ton lectorat était bien plus masculin que féminin mais je dois t'avoir dit que je ne lis aucun commentaire chez toi, sauf tes réponses aux miens. Je n'ai pas le temps ni même l'envie pour être honnête, c'est beaucoup trop de volume...
      Chez moi sur le blog, parmi les personnes qui commentent régulièrement, il n'y a que des femmes, sauf Antiblues...que veux tu, c'est le succès absolu (ça compense avec la vie réelle... :D )

      Supprimer
  43. Un très bel hommage pour nous les femmes... merci Célestine.
    Un heureux anniversaire à ta fille, jolie comme un coeur...
    Je vais revenir lire les nombreux commentaires.
    bisou ....
    Den

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bisous ma belle
      Bon courage il y a de la lecture !
      Bisous
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  44. Une très belle lettre pleine d'espoir et d promesse et une photo magnifique.
    Merci Blue-Célestine
    <3

    RépondreSupprimer
  45. Merci pour ce billet Célestine.Oui, je fais parti de ces hommes là qui aiment les femmes et les respecte infiniment .

    RépondreSupprimer
  46. Tu me rassures: nous avons encore le droit de vous aimer.
    Je vais dormir en paix, serein.
    Vous respecter n'est donc pas suspect, pris pour un harcèlement, une drague lourde?
    Je suis libéré alors.
    Ton texte est fort, il est plein d'une belle justesse.
    C'est tout toi.
    Bises pleines de respect, comme toujours.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est pour des hommes comme toi, sensibles et respectueux, que j'ai écrit ce billet.
      Merci de l'avoir apprécié comme tel, Etienne.
      Bises nocturnes
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  47. Tu es merveilleuse Célestine, tout simplement merveilleuse. J'aimerais beaucoup que tu sois ma frangine. Allez je t'embrasse encore une fois aujourd'hui, et très fort.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Dans mes bras, sister !
      Tu vas me faire rougir ...
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer

Il y a un bug en ce moment sur Blogspot. Les commentaires mettent quelques longues secondes avant d'être validés quand vous cliquez sur « publier »… Soyez patients !…

Je lis tous vos petits grains de sel. Je n'ai pas toujours le temps de répondre tout de suite. Mais je finis toujours par le faire. Vous êtes mon eau vive, mon rayon de soleil, ma force tranquille.
Merci par avance pour tout ce que vous écrirez.
Merci de faire vivre mes mots par votre écoute.