samedi 20 janvier 2018

Plic ploc















Cher Météorâleur occidental,



Si  tu savais comme j'aime la pluie, à partir de dorénavant, et jusqu'à désormais ! Je l'aime de plus en plus. Ce n'est pas pour te contrarier, ne crois pas cela, mais chaque goutte que boit ma peau est une promesse de ruisseau, un jet de fontaine. Un verre pour la soif. Une rivière qui emplit son lit pour gorger les blés et les prairies. C'est si important la pluie. C'est si primordial, l'eau. Chaque nuage, chaque merveilleux nuage qui crève son encre grise sur nos têtes, c'est un peu d'herbe en plus au printemps.
- Toi, Célestine, la fille du soleil, tu aimes la pluie ?
- Mais bien sûr ! N'as-tu pas compris mon bonheur de voir tomber l'eau de là-haut ? 
C'est qu'il n'est vraiment plus temps de se lamenter. Notre siècle connaîtra sans doute la guerre de l'eau et ça ne te fait rien ?  Ne vois-tu pas, sur la grande carte de notre si petit monde fragile, cette immense tache d'or qui couronne l'Afrique comme un béret : c'est le Désert. Et vu d'en haut, le Désert avance comme un lion implacable. Moins il y pleut, moins il y pleut. C'est d'une logique effrayante.  Sous cette gangrène de terre craquelée et de sable rouge, des terres sont mortes à jamais, de Dakar jusqu'au Sahel où les hommes ne vivent plus que du lait et du sang de leurs maigres troupeaux. Plus un pré vert, plus un lac. Pas même un ru. L'Espagne jaunit, vu du ciel. L'Italie aussi.  
Et toi, tu râles parce qu'il pleut. Ne dis pas le contraire, je t'ai entendu dans l'étrange lucarne. Tu en avais « marre, marre, marre ! ». Tu l'as dit dit trois fois, mais je ne suis pas sourde, j'ai entendu.
Là-bas, encore plus loin, des hommes s'ornent de leurs plus beaux atours et dansent pour obtenir les faveurs du ciel. Le puits de leur village est à sec, et ils n'ont plus que cette danse un peu ridicule pour émouvoir les dieux de leur maigre espoir.
Les glaciers, eux, fondent et reculent à la même vitesse. L'eau va devenir plus chère que le diamant, (en vérité) je te le dis.
Et toi, tu râles. Tu exiges le soleil avec la morgue d'un consommateur, montre en main. 
« Dites-donc, ça fait huit jours qu'il grisouille, qu'il pleunouille, qu'il crachouille, mais que fait la police ? J'ai payé ma redevance, môssieu, j'ai droit à de bonnes nouvelles au bulletin, non ? »

Moi, en ce moment, vois-tu, je suis tellement heureuse de voir tant de neige en montagne, ces gros paquets de neige qui feront des torrents qui viendront grossir l'Ardèche, la Drôme et la Durance, et de voir aussi tant de pluie un peu partout en plaine, que j'ai envie de faire mon Gene Kelly tout le temps, et flic floc dans les flaques, et paf le chien, et zip le pingouin. 
Parce qu'au mois d'août, chez moi, il faut te dire que ça commence à ressembler de plus en plus à l'Ethiopie. Aux Afars et Issas. A la Somalie. Plus une goutte d'eau dans les rivières, des champs réduits en poussière, presque pas d'olives ni de châtaignes cette année, très peu de miel. L'ombre du Papet et d'Ugolin planent sur les sources taries. Ça ne « giscle » plus. La Provence que tu aimes devient un vieux gâteau tout desséché sous un soleil au dard de chalumeau. Les châteaux pleurent leurs pierres. Manquent plus que des chameaux...
Et cerise sur le plateau, les feux de broussailles, s'enflammant comme de l'étoupe. Et déciment les forêts, ces fabriques à nuages si précieuses.

Allez, viens faire un tour sous la pluie...Et arrête un peu de grogner, tu es riche de ça, et ça ne s'achète pas. Enfin, pas encore.




¸¸.•*¨*• ☆
  


Stacey Kent. La saisons des pluies.

119 commentaires:

  1. Dans « l'étrange lucarne » on entend pas mal de bêtises, notamment quand il est question de météo et qu'un micro est tendu au premier quidam venu... D'ici peu sera diffusée l'incroyable nouvelle que « le printemps est là », pour peu que quelques jours ensoleillés se suivent. Plus tard d'aucuns se plaindront qu'il fait trop chaud.

    Oui, le « météorâleur occidental » est un peu pathétique dans son attente d'une météo idéale. Surtout quand il semble n'avoir pas conscience qu'outre la variabilité naturelle, les excès météorologiques pourraient bien être une des conséquences - mais pas la seule - de son mode de vie gaspilleur et surcarboné.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Comme tu le sais, les dérèglements climatiques sont (et non pourraient être )une conséquence du mode de vie surcarboné (beau néologisme) des occidentaux. Il n'y a que quelques sceptiques avides de défendre ce système anti-écologique pour dire le contraire, ou même émettre des doutes.
      Que les gens se plaignent au café du commerce, pas de problème. On est des êtres humains, souvent insatisfaits et nombrilocentrés. Mais qu'on en fasse un sujet au journal télévisé de 13 heures, c'est cela qui m'a franchement énervée. Le message a quelque chose de malsain.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    2. Il n'y a peut-être que quelques (?) sceptiques mais ils ont su se faire suffisamment entendre pour semer le doute dans beaucoup d'esprits. Il y a surtout énormément d'indifférents (ou d'inconscients) ;)

      Ben quoi, tu t'imagines que les infos du JT devraient informer ? Et puis quoi encore ! Tu rêves, ma pauvre. C'est seulement un divertissement déguisé en informations ;)

      Supprimer
    3. « Tu rêves, ma pauvre » est une phrase qui m'aurait fait sortir de mes gonds il y a quelques années, mais plus maintenant. J'assume mon statut de rêveuse. ;-)
      Je regarde de temps en temps (parce que faut pas exagérer, je ne suis pas maso) le journal, pour la seule raison de pouvoir connaître ce dont je parle quand je critique.
      Les gens ont la fâcheuse manie (et non la mâcheuse Fanny) de parler de choses dont ils n'ont pas lu ou vu le quart du début d'un petit extrait.
      C'est très chiant, si j'ose me permettre cette familiarité...
      Et pour faire prendre conscience à quelqu'un qu'il mange de la merde, encore faut-il y avoir goûté...
      Si je n'avais pas entendu ce micro-trottoir révoltant de stupidité et de démagogie, je n'aurais pas écrit mon billet (bon ça n'aurait pas changé la face du monde tu me diras...quoique...le froissement de l'aile d'un papillon...sait-on jamais...) :-)
      Bisous congruents
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  2. Coucou dame Célestine. Je partage entièrement ton avis. Ces gens qui se plaignent de la météo ne comprennent rien à rien. Car nos contrées ont soif. Lorsque je vois les prévisions de la météo qui relaient le mal-être de ces gens sans lumière, je me dis qu'ils feraient mieux de se taire et d'être reconnaissants de ce qu'ils ont. Pour une fois que l'hiver est un vrai hiver! Pareil pour ceux qui réclament déjà le printemps avec des petites fleurs en plein mois de janvier.

    Lire quelques articles sur l'état de la banquise au Pôle Nord, sur la montée inexorable des eaux entourant certaines îles du Pacifique, sur la fonte des glaciers et l'avancée du désert pourrait leur remettre les idées en place. Parfois mes congénères m'agacent...souvent même.
    Allez je vais peller la neige. Bises alpines.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Les gens qui chantant sous la pluie sont souvent moqués. On les traite de rêveurs, de poètes, de fous. Ou alors on pense qu'ils sont amoureux... Peut-être. Sans doute même. L'amour de la vie, de la nature, devraient porter les hommes à la sagesse d'accepter les « caprices du temps » qui n'en sont pas d'ailleurs, mais plutôt le résultat d'un équilibre naturel.
      Mais le fait est que l'eau que l'on doit boire régulièrement pour survivre, (même ceux qui prétendent ne boire jamais d'eau) provient de la pluie, et exclusivement de la pluie. Et qu'il ne suffit pas de tourner un robinet pour pouvoir boire. Ou d'aller acheter des bouteilles d'eau au supermarché.
      Alors faire officiellement un sujet avec micro-trottoir pour flatter le quidam météorâleur, ça agace, oui.
      Bises célestes, c'est donc de toi qu'on parle, quand on dit « la reine déneige » ;-)
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    2. Oui. C'est bien de moi dont il s'agit. 😁

      Supprimer
  3. Bah, je ne suis pas vraiment le râlichon de service, et depuis quelques jours j'en ai plein le dos de cette pluie et de ce ciel bas, je peux le dire l'écrire et le répéter sans culpabiliser le moins du monde.
    Je sais la calotte glacière et les femmes battues, le Sahel et Trumpe, les inondations en amérique latine et les enfants qui déconnent, la forêt d'Amazonie et la misère sexuelle, les ours blancs et le taux de cholestérol, l'autre qu'a dit n'importe quoi et la solitude des vieux...
    Je sais, je sais également que lorsque je fais la queue chez Gérard mon boucher je ne suis pas au diapason des Dames et des Messieurs qui la bouche pleine se plaignent de l'augmentation de la CSG. Chez Mado pour mon deuxième café j'emmerde ceux qui se plaignent qu'il fait trop lourd ce sont exactement les mêmes qui se plaignent de l'augmentation de la CSG que l'hiver est trop rude que la musique est moins bonne que le café est trop chaud qu'il est vachement difficile de se garer que Macron se la tape un peu trop.
    Je sais que ce matin et depuis quelques jours j'en ai plein le dos de la pluie et de ce ciel bas comme je sais que parois mes congénères m'agacent... souvent même.

    Une grosse bise Célestine.

    Bleck


    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bon... je dois reconnaître que je n'ai pas vu depuis des années (et des années) une Dame du même type que le modèle photographié et sa réaction sous les averses que je subis depuis noêl, ce qui peut peut-être incliner mon avis sur la morosité du commentaire que je signe ci-dessus... peut-être !

      Bleck

      Supprimer
    2. @Bleck
      Je suis bien consciente que j'ai l'air de donner des leçons de sagesse, mais ce n'est pas du tout cela. Je sais que la pluie est culturellement ressentie comme chiante dans notre pays. les présentateurs météo prennent leur mine de six pieds de long pour annoncer les perturbations.
      Quand j'ai envie de râler contre le temps, (parce que ça m'arrive encore de temps en temps) j'essaie de trouver les avantages que cela présente, et à qui cela profite. C'est une histoire de longueur de focale. De vue moins courte que le bout de mon nombril.
      Cela dit, comme je l'ai déjà exprimé à Dédé, ce qui est plus grave, c'est d'en parler au JT.
      Tu me diras que je n'ai qu'à pas regarder le JT...Certes. mais de temps en temps, il est bon de vérifier quelles fadaises on fait avaler aux gens, et celle-là en est une grosse. C'est complètement indécent qu'une télévision publique ou privée, se lance dans la conversation de café du commerce.
      Parce que l'avenir des générations futures sera directement lié à leurs capacités à préserver les ressources naturelles.
      On peut vivre sans foot, sans steaks, sans bagnoles, sans tv, et même sans sexe mais on ne peut pas vivre sans eau.
      Une grosse bise pour toi
      ¸¸.•*¨*• ☆


      Supprimer
  4. tu as entièrement raison et je passe déjà toute ma vie à répéter aux râleurs quels sont les bienfaits de la pluie! refaisons la chanson de Pierre Perret: Donnez-nous donnez-nous de la pluie, de la pluie pour y faire des bêtises ;-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pas mal, la réécriture de Pierre Perret. Pas si loin de son message à lui : « donnez-nous des jardins ». On n'a jamais vu des jardins sans eau...Bisous célestes
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  5. "Aimer la pluie, aimer la vie " le titre qui te vas si bien d'un petit livre de Dominique Loreau.
    NOTRE météo élargit à celle du monde, comme tu as raison d'aller à l'essentiel.
    On est quand même de grands privilégiés de pouvoir évaluer le temps à notre petit confort personnel.

    Je me réjouis que la neige abondante d'ici vienne gorger les rivières d'en bas.

    Que pluie ou soleil ta journée soit belle
    Nicmo








    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je ne connais pas ce livre, mais il m'intéresse.
      Merci pour ce clin d'oeil aux amoureux du temps qu'il fait...
      Bisous et beau week end !
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  6. Oui !
    Il faut se mettre à l'écoute de nature et prendre le temps de la regarder ! Les stigmates sont là et ce n'est, en effet, que le début.
    J'ai toujours aimé profondément la pluie mais éprouvé des craintes face à la neige qui tombe parfois en grande quantité par chez moi. Aujourd'hui, c'est stupide à écrire, j'ai décidé de faire corps et de me laisser porter par la météo. Je ne la subis plus en hiver, elle me réjouit au contraire.
    Très joli we ma Célestine :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Quand je dis qu'on aime la pluie, ça ne m'empêche pas, ponctuellement, d'être encore contrariée si j'ai prévu un repas à l'extérieur, mais je trouve que la gueule systématique chaque fois qu'on annonce des averses ou même une pluie tenace, ça a quelque chose d'indécent, au regard de ceux qui luttent pour l'eau quotidiennement.
      D'autant qu'en plus de tout, on ne peut absolument pas s'en prendre à quiconque (et heureusement)...
      Et en tout cas, s'il y a des gens à plaindre, ce serait surtout les ouvriers qui travaillent par tous les temps, mais eux, tout le monde s'en fout, du moment que ça ne dérange pas leur brushing.
      Se laisser porter par la météo me semble une bonne attitude.
      Gardons notre énergie pour nous battre sur des causes qui nous portent
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  7. Il suffit d'un beau parapluie pour voir le ciel autrement,
    Il suffit d'une ombrelle pour s'abriter du temps
    Il suffit d'une chanson pour oser l'aventure
    Il suffit d'un podcast pour parler littérature


    Et nous avons tout cela, nous les raleurs patentés
    Nous qui regrettons l'hiver quand il se fait l'été
    Il est si vrai que jamais contents nous ne sommes
    Et qu'un jour de froid nous fait tomber dans les pommes

    Alors avec toi ce matin comme tant d'autres
    Chère Céleste je ferai le bon apôtre
    Je plussois sur cet éveil à la joie
    Et j'irai danser sous la pluie avec toi

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le bon apôtre...je ne cherche pas à convaincre qui que ce soit, loin de moi cette idée (comme tu le sais) mais je veux bien croire que tu cherchais simplement une rime à « autres »... ;-)
      Tu sais ce que je pointe, en ce moment, ne m'en veux pas !
      Et allons sous la pluie !
      Merci pour ce poème.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  8. Tu as parfaitement raison et j’adore cette expression à la Haddock « météo râleur occidental ». Mais je t’avoue que je suis météo dépendante malgré tout. Plus que la pluie en fait, c’est le ciel gris, bouché, si bas qu’un canal s’est pendu, le manque de lumière en fait qui me mine le moral. Et les gens du Nord ne sont pas gâtés dans ce domaine. Alors j’essaie d’apprendre à aimer la pluie et je relis régulièrement le livre que nicmo te recommande plus haut. Bises mouillées ma sis.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bien sûr, Myo, je suis la première à avoir besoin de lumière, et je connais très bien les baisses de moral saisonnières. Ce n'est pas pour rien quej 'ai choisi de vivre dans un pays de soleil. Néanmoins, tu as raison, il y a des stratégies pour se préserver de la déprime due au gris et au manque de lumière.
      La luminothérapie, je l'ai découverte il y a quelques années, et puis le bonheur, les fruits secs pleins de magnésium, les soirées cocooning, les éclats de rire avec les copines...Et les livres et films « feel good »
      Enfin, se dire que la pluie est bonne pour la nature, ça aide vachement !
      Kisses sister
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  9. Oh Célestine, quelle ode magnifique.
    Elle me fait chaud au coeur si tu savais, moi qui vit dans une région si souvent moquée pour sa pluie. En 2017 nous avons aussi vécu la sécheresse. Et cette semaine à table avec mes collègues nous nous sommes réjouis de la pluie qui tombait.
    J'aime la pluie depuis toujours : le bruit,les odeurs, la nature après. .. tu sais bien... tu m'as déjà écrit que nous étions presque pareilles...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je crois que mon quart de sang d'Erin parle en moi, dans l'expression de cet amour du bruit doux de la pluie, des ciels tourmentés, des orages, du doux chuchotement de l'eau qui chante sur les tuiles, et de tout la poésie de l'eau.
      C'est sans doute en quoi nous sommes semblables sur bien des points, chère Bretonne.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  10. Gene Kelly ? Mais nous sommes complètement en phase !

    Tu as gagné une prestation deux chansons (et plus si curieuse) de l'oncle Joe et de ses potes qui le prouve : https://youtu.be/wMizP1Q7pH8

    C'est à 6' 50'

    Bon dimanche pluvieux, Céleste nièce !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai adoré, mon oncle. Du coup, j'ai regardé toute la video, ça m'a rappelé nos délires avec mes amis zicos.
      Il peut pleuvoir sur les trottoirs des grands boulevards, géniale aussi !
      Bravo m'n oncle !
      Et que tu penses que l'on soit dimanche me ravit d'aise ...
      Tu ne te mines ni du temps qu'il fait ni du temps qui passe.
      Que m'importe la pluie, tu es un rayon de soleil ! (#grosse fayote, #passage de pommade)
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  11. Si les choses étaient bien faites ( sacrilège ? ), il pleuvrait la nuit et ferait beau le jour.
    la dame de la photo si joyeuse de ruisseler, c'est un de ces jolis clichés lyriques romantiques, comme la célébration d'être couché dans le foin, alors que ces situations sont en vrai tellement inconfortables !!!
    Grâces soient rendues à la météo qui facilite tellement les relations, inspire les breves de comptoir et comble les silences gênants. D'ailleurs nos conversations en général sont majoritairement sans intérêt, il faut faire du bruit, occuper le vide, la preuve en est que beaucoup parlent à un rectangle de plastique.

    Quand nous nous lamentions qu'il pleuvait à la St Médard, les collègues africains étaient choqués : "chez nous, disaient ils, c'est la vie qui revient". La pluie est comme l'argent, elle évite ceux qui en manquent, et tombe sur ceux qui en ont trop, voire les submerge et les noie , "pour les punir" d'avoir arraché les haies et bétonné les sols...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui j'aime bien les jolis clichés romantiques. Ça change de toutes les horreurs qu'on nous déverse quotidiennement sur nos écrans. Au moins les gens voient une photo joyeuse en arrivant sur mon blog ;-)
      Pour le foin, il n'y a que les poètes pour trouver ça chouette de se coucher dedans !
      Une phrase m'interpelle dans ce que tu dis :
      D'ailleurs nos conversations en général sont majoritairement sans intérêt
      Ah bon ? Je crois que je ne me reconnais pas dans ce « nous ». J'aime avoir des conversations intéressantes, et je fuis les gens qui ne parlent que de banalités. Pour la simple raison que je trouve que le temps nous file entre les doigts...C'est juste une bonne gestion du temps, en fait, qui me fait trier mes relations.
      J'aime beaucoup ton dernier paragraphe.

      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  12. Connais-tu ce délicieux petit livre de Dominique Loreau, "Eloge de la pluie"? C'est une petite merveille pleine de douces gouttes caressantes... Depuis sa lecture, j'aime aussi la pluie ! Bises et doux week end céleste Célestine. brigitte

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il est très beau ce livre. ..

      Supprimer
    2. Si vous vous y mettez à deux pour me convaincre, je vais me laisser tenter...
      Merci ma Plume pour ce conseil tout en douceur.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  13. Oh ! Tu es amoureuse !

    (Peut être pas mais le premier effet de l'amour est de faire tout aimer).

    Tu as bien raison, Célestine, de ou rappeler le ravissement de la pluie qui tombe de si haut et qui est si belle, si tendre, si extraordinaire !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le premier effet de l'amour est de faire tout aimer...
      Cela mérite réflexion...Tout aimer, je ne crois pas. Mais sans doute trouver du charme à des choses qu'habituellement les gens n'apprécient pas trop.
      Le genre: il peut pleuvoir sur les trottoirs des grands boulevards moi j'm'en fiche j'ai ma mie auprès de moi...
      Alors oui, disons que je suis amoureuse...de la vie !
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  14. Jeannot... mon pote Jeannot, nous avions le même âge ou presque à quelques mois près, quand il pleuvait sur le terrain ou nous volions, il me disait : "regarde l'or tomber" !
    Tu as raison belles châsses, les émirs et leur petra oleum pourront se beurrer la raie avec leur liquide puant, les Kings seront ceux qui auront la flotte (et le pastis) Provence et Île de France : unissons nous ! ];-D

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ton pote Jeannot disait la même chose que le grand-père de Xoulec, un peu plus bas...
      Oui, l'eau, c'est de l'or.
      Les agriculteurs ne s'y sont jamais trompés... :-)
      Se beurrer la raie, j'aime bien l'expression ! Une raie au beurre noir, bien sûr, en l'occurence... ;-)
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  15. Yep! J'avais "chanté" la pluie il y a quelques mois... Fille du sud, te voici presque avec un tempérament de normande ;-) Merci pour Stacey aussi :-)

    Mon credo:
    On voudrait savoir éviter
    La pluie
    Entre les gouttes se glisser
    Deux, trois nuages et l'on
    Court à l'abri
    On n'aime pas trop se mouiller

    On se dit qu'ailleurs
    Sous d'autres latitudes
    Le soleil est brûlant
    Même en plein hiver
    On rêve d'Orient,
    De cap au sud
    De sable et de mer

    Et l'on attend sous des portes
    Cochères
    Ou transi sous un parapluie
    On met des chapeaux, des gants,
    Des impers
    On se cache, on se rétrécit

    Faudrait pas s'éloigner,
    Rester dans son coin
    Une averse et l'on risque
    D'être surpris
    Pas de jolie vie,
    De joli chemin
    Si l'on craint la pluie

    On prie le ciel
    Et les grenouilles
    Et l'hirondelle
    Que le temps tourne
    Comme tourne la chance
    Dieu que tout baigne
    Quand il y a du soleil
    Mais voilà,
    Le mauvais temps ça
    Recommence

    Mais
    Dans les vies sèches
    L'eau se venge aussi:
    Y a des ouragans,
    Des moussons,
    Des déserts.
    Autant apprendre
    A marcher
    Sous la pluie
    Le visage
    Offert...
    https://youtu.be/2-bOoxG2n_o

    Bisou tout mouillé de pluie bienfaisante

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci pour cette merveilleuse chanson d'un que j'aime spécialement !
      💜
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  16. Un jour, chez nous à la télé, on interviewait sur la côte des vacanciers après un mois de juillet bien arrosé (en Belgique le mois de juillet est statistiquement le plus pluvieux de l'année). Ceux qui n'étaient pas fatalistes déclaraient vouloir plier bagage rapidement. Surgit un individu hilare :
    - Vous aussi êtes déçu du temps, Monsieur ?
    - Pas du tout, je viens de Nice chaque année rien que pour ça et là, j'en ai pour mon argent !

    Tu vois qu'il ne faut pas désespérer :o)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est toi qui me dis qu'il ne faut jamais désespérer ? C'est le monde à l'envers ...
      Moi j'avais bien aimé ton pays, et pourtant il avait fait un temps absolument gratiné.
      Mais j'avais bien aimé le musée Folon, et la Grand Place.
      Ce que je sais, c'est que les Niçois sont des gens extraordinaires ^^
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  17. Coucou Célestine, j'aime ton billet sur les personnes mécontentes de la pluie. La pluie et la neige ne me gênent pas par contre je suis désolée lorsque je vois tant d'inondations et ces gens qui perdent tout. Cela est triste.
    Bel après-midi et merci pour Stacey Kent, c'est très beau!
    Bisous ♥

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'st vrai, il y a les inondations, les tempêtes, les dérèglements du climat qui font des morts depuis quelques années.
      Mon rapport à l'eau est ambigu : je l'aime et j'en ai peur...
      Mais ce qui est certain, c'est que l'eau est un peu comme le chat de Schrödinger: elle est à la fois la vie et la mort...
      Bisous douce rêveuse
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  18. Ho ma belle il est joli comme tout ton texte et tu as raison aussi sur la valeur de l'eau, de la pluie mais tu sais je fais partie des râleuses. Non, pas chroniques mais chez nous, la pluie tombe depuis novembre, le jardin devient inabordable et on manque cruellement de vitamine D. Tu sais, celle du sourire et de l'entrain!! tu as raison, il faut de l'eau pour le jardin et pour la vie, tu as mille fois raison mais laisse moi râler quand je ne peux pas me promener, quand j'allume les lampes des 15h, juste un peu râler, un tout petit peu... bisous

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Qui serais-je pour t'empêcher de râler ?
      Bien sur que tu peux le faire.
      Mais râler fait-il tomber oins la pluie ? ce qui m'a gênée, c'est qu'ils fassent un reportage là-dessus...
      Mais c'était peut-être voulu ? Pour que l'on n'enquête pas sur des gens qui râlent sue des choses plus facilement modifiables que le temps qu'il fait...
      Bizou
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    2. Ho mais je râle sur bien d'autres choses que la pluie! Tu as raison il y a bien d'autres sujets de mécontentement, de révoltes et d'indignations...

      Supprimer
    3. Je crois qu'il convient aussi de ne pas confondre « râler » qui est négatif et un peu individualiste pour moi, et puis « s'indigner » qui a un caractère plus altruiste et positif.
      Il me semble que tu ne râles pas tant que ça, que tu sais trouver des petits bonheurs réjouissants, mais que tu sais aussi t'indigner pour les grandes causes humanistes.
      Mais cela n'engage que moi, et n'est pas un jugement. :-)
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  19. la pluie ce n'est pas vraiment ça qui me dérange
    Mais bien le temps gris et sombre, qui s'est installé chez nous depuis trois mois
    on garde la lumière allumée toute la journée...
    Puis-je dire que cela finit pour influer (vachement!) sur mon moral
    Je voudrais de la lumièèèèèèèèèèèèère

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oh comme je te comprends, Coumarine !
      Bien sûr, la lumière est importante, primordiale même, et il est dommage que la pluie obscurcisse le ciel...
      Mais depuis que je fais quelques séances de luminothérapie, et que j'apprends à m'éclairer de l'intérieur par la joie et la gratitude, je souffre moins.
      J'ai moins le blues en me disant que la pluie est un bienfait et que j'ai envie de toujours voir l'eau couler aux fontaines...
      Je te fais un gros câlin (c'est la journée )
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  20. C'est vrai ce que tu dis mais moi je manque de soleil. Je ne le vois plus depuis longtemps et j'ai envie qu'il me réchauffe et puis je suis non loin d'une rivière et l'eau commence à monter !
    Quelle injustice que ce monde. Il y a ceux qui ont trop d'eau et puis ceux qui souffrent de la sécheresse. Mais que fout le bon Dieu !!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est une très bonne question et je te remercie de nous l'avoir posée !
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  21. Il peut bien pleuvoir,
    Je suis à l'abri
    Sous mon parapluie.

    Et sans le vouloir,
    Je te suis,
    A l'abri...

    Les gouttes d'eau,
    Clic, clac,

    Clic ! clac !

    Comme j'aimerai rencontrer, un jour d'orage, une femme comme celle de ta photo.
    Quel tourbillon!
    Moi, j'aime les gens qui sourient sous la pluie. Mais là, c'est une autre histoire.

    Bises en gouttelettes défendues.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Es-tu bien certain que c'est une autre histoire ? Je suis quelqu'un qui sourit sous la pluie, je n'en tire ni honte ni fierté.
      j'essaie juste de me mettre en conformité, en congruence comme on dit maintenant, entre mes convictions et mes actes... Pas toujours facile, mais là, ça ne demande pas un effort surhumain de se réjouir qu'il pleuve, et de penser à ceux qui aimeraient bien que ça leur arrive plus souvent.
      Les réfugiés politiques ne sont rien à côté des millions de réfugiés climatiques qui vont débarquer chez nous dans les décennies prochaines...
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    2. Je ne voyais pas si loin, mais réagissais au premier degré. J'aime la pluie, son mystère sous un parapluie et tout ce qui peu s'offrir si l'on veut une goutte de folie pendant l'averse. Alors l'orage ne me fait pas peur. Quand la pluie ruisselle sur un corps qui offre son visage à l'averse, là je vois une magie délicieuse... l'autre histoire peut commencer.
      J'étais bien loin des réfugiés climatique. Un peu d'égoïsme émerge parfois de moi sans crier gare!
      Bises échappées de mon parapluie...

      Supprimer
    3. Ah oui, je n'avais pas vraiment saisi le sens coquin et délicieux de ton message. Sans doute parce que j'étais en plein dedans, et que toi tu disais que c'était une autre histoire.
      En réalité, les réfugiés climatiques ne sont pas très loin de notre propos. Car prendre du bonheur et du plaisir dans la pluie qui tombe, c'est un peu rendre hommage à leurs difficultés.
      Bises humides
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  22. "La pluie fait des claquettes
    Sur le trottoir à minuit
    Parfois, je m’y arrete,
    Je l’admire, j’applaudis
    Je suis son chapeau claque,
    Son queue-de-pie vertical,
    Son sourire de nacre
    Sa pointure de cristal
    Aussi douce que Marlène,
    Aussi vache que Dietrich,
    Elle troue mon bas de laine
    Que je sois riche ou pas riche
    Mais quand j’en ai ma claque
    Elle essuie mes revers
    Et m’embrasse dans la flaque
    D’un soleil à l’envers
    Avec elle je m’embarque
    En rivière de diamants
    J’la suis dans les cloaques
    Ou elle claque son argent
    Je la suis sur la vitre
    D’un poète endormi,
    La tempe…"

    Voi-là les pa-roles d'un Po-ête qui n'ai-mait guère l'eau, mais clau-de Nou-ga-ro ai-mait trop les mots pour lai-sser passer la pluie sans phra-ser joli-ment hein, pe-tite viens dan-ser a-vec le chan-teur sous la pluiiiiiiiiiiiiiiiiiiiie.


    Bleck

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. ..."La tempe... sur le titre
      Du poème ennemi

      À force de rasades,
      De tournées des grands-ducs,
      Je flotte en nos gambades,
      La pluie perd tout son suc
      « Quittons-nous dis-je, c’est l’heure
      Et voici mon îlot
      Salut pourquoi tu pleures ?
      - Parce que je t’aime, salaud. »

      :-)

      Supprimer
  23. Je vis entourée d'insatisfaits egoïstes qui, quel temps qu'il fasse disent " il fait mauvais " ce qui signifie: fait trop chaud, fait trop froid, trop humide, etc....et qui confondent réchauffement climatique et saisons. J'en connais (ma famille à St barth') qui payent cher pour avoir de l'eau au robinet de la cuisine ou de la salle de bain. So, I do like to sing in the rain

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah oui, j'ai déjà entendu ça, « il fait mauvais » quand le temps est lourd...
      Pour moi, l'important c'est la météo du coeur...
      ¸¸.•*¨*• 💜

      Supprimer
  24. je vois je vois....effectivement ma chère Céleste, nous sommes en empathie autour de la pluie, bises affectueuses

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ça m'a saisie dès que j'ai lu ton titre !
      J'aime ces petits hasards pleins du bonheur de penser que ce ne sont peut-être pas des hasards...
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  25. Je ne regarde pas les infos(qui n'en sont pas)dans cette lucarne. Aussi je ne peux me lamenter de ce "que d'eau, que d'eau, que d'eau"! alors, avec toi, je dis "rien que de l'eau, de l'eau de pluie, de l'eau de là haut; elle, rappelle-toi comme elle est belle"!
    J'aime bien regarder tomber la pluie, quand je suis à l’abri derrière ma fenêtre. J'en profite pour me livrer à des activités que je me suis gardé de côté pour ces jours-là.
    Quand il fait beau, je suis toujours occupé dehors à tailler, ranger, cultiver, désherber, couper, bref, entretenir mon chez-moi et un peu ailleurs.
    La pluie que je préfère est cette petite pluie du printemps ou d'été, presque tiède qui a le pouvoir d’exalter le parfum de la terre fraîchement travaillé.Mes parents, cultivateurs de leur état, aimaient à dire:"regarde! Ce sont des pièces d'or qui tombent."
    Je comprends parfaitement que trop d'or puisse plomber le morale. C'est une étrange alchimie quand même...
    Pour avoir grandi dans un village où nous n'avions pas d'eau courante au robinet, je sais le "prix" de ce liquide précieux, par les corvées qui nous incombaient. Aller chercher l'eau potable à la fontaine, ne pas la souiller, la stocker à l'abri de la lumière, de la chaleur et ne pas en prendre plus que nécessaire. Il m'en est resté une impossibilité de la gaspiller, tant soit peu. C'était au siècle dernier, en mille neuf cent soixante-douze, autant dire hier!
    L'eau sera, est un défi majeur. On peut rester assez longtemps sans manger, mais pas sans boire. Malheureusement, les grands groupes de l'agroalimentaire ont bien compris l'enjeu, en y ayant la main mise dessus.
    La pluie est nécessaire à la reconstitution des nappes phréatiques, quelquefois, on souhaite qu'il nous pleuve dessus, comme pour nous "délaver". ;)♫♫♫
    D'autres fois, toute la pluie nous tombe dessus ;) ♫♫♫
    Et il arrive aussi que l'on y chante dessous.
    https://www.youtube.com/watch?v=tKU7oYOECAk

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tiens j'étais en train de répondre à ton mail!
      Dis donc, tes mots coulent sur le sujet de l'eau, comme une fontaine intarissable !
      Tu as raison, c'est un bien précieux à ne pas gaspiller, et c'est souvent que je fermais le robinet quand mes enfants se brossaient les dents, étant petits, afin qu'ils saisissent tout ce que ce précieux liquide signifie.
      J'aime bien ta remarque sur l'or qui plombe le moral !
      Evidemment qu'au bout d'n moment, quand il pleut trop, on a besoin de soleil...mais le contraire est vrai aussi, et je n'ai pas souvent osé avouer que l'été, de temps en temps, ce ciel toujours uniformément bleu au-dessus de ma tête finit par me plomber ...
      Merci pour Gene Kelly, j'ai toujours adoré cette chanson et sa mise scène très kitsch..
      Bises du soir
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    2. Même si la pluie n'en fini pas de faire des claquettes, a toutes celles et ceux qui veulent du soleil, en voilà!
      https://www.youtube.com/watch?v=3uStC_JW4XU

      Supprimer
    3. Que de souvenirs en entendant cette chanson...
      Merci Didier
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    4. Pour moi aussi... Petit retour en arrière, un quart de siècle, quand même !
      C'est frais, enlevé, entrainant, joyeux, un petit rayon d'arc en ciel !

      Supprimer
  26. Une bien jolie note. Ca me rappelle quand je vivais au Maroc, de grosses pluies avaient causé des problèmes d'inondations sur les routes, et un journal avait titré : "Les importants dégâts des pluies bienfaisantes". Ca m'avait fait sourire, et j'ai appris que là bas il fallait toujours se réjouir de la pluie. :)
    Et puis ça fait de jolies photos !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oh comme c'est mignon ! Je croirais entendre mon ami Bizak dans ce titre.
      Oui, les photos de pluie, de nuages, d'orages sont toujours magnifiques. Surtout par quelqu'un de douée comme toi.
      Merci Chère Pastelle
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  27. Moi aussi j'aime la pluie, depuis toujours. Et ses larmes souvent joyeuses dispensatrices de la vie. Parfois elle est colère,je ne lui en veux pas. Pour la pluie...bilan globalement positif. Pour la vie...plus mitigé.
    Kisses my dear Miss W.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Et si tu essayais de regarder la vie comme la pluie, avec un oeil neuf ?
      En regardant les minuscules perles qu'elle accroche aux branches de l'existence, aux bienfaits que nous procurent les amis, aussi précieux qu'une averse d'été ?
      Bilan à revoir, cher Claude !
      Je suis sûre que tu découvriras des trésors cachés sous les feuilles humides.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  28. En Israël, on attendait la pluie, c'était la fête, bon ça finissaient en inondation, comme ici, et là brusquement, c'est moins drôle.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mon amie Esther a longtemps vécu au Liban et en Syrie, et elle me disait la même chose. La pluie était comme un miracle et les gens sortaient dans la rue avec leur shampooing.
      Bon les inondations c'est sûr que ça fait pas rire ceux qui perdent leurs proches ou leur maison.
      Mais de tout temps, les hommes ont dû faire avec les catastrophes naturelles (même si certains dérèglements d'aujourd'hui sont de leur faute) On n'en a pas toujours conscience, mais aller au McDo ou acheter des légumes hors saison contribue au dérèglement climatique, j'en suis certaine.
      Bisous chère Heure Bleue.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  29. Dire qu'on aime la pluie quand le sOleil brille ardemment derrière la vitre, c'est toupet.. "la saison des pluies", un peu, beaucoup, "chaque goutte que boit ma peau est une promesse de ruisseau"........ la bienfaitrice, celle qui nourrit la terre en grand besoin, un bien très précieux, pas la destructrice qui inonde les paysages, les maisons, les visages..mais chez nous en Provence ce diamant venu d'ailleurs manque, agraine, abecque, affriande et devient rare et notre paysage, celui si bien chanté par Giono, d'un peu plus haut, s'étiole, se fane et se fatigue.. j'ai le souvenir de mes oncles, alors que j'avais 5, 6 ans quand sur l'aire dans la campagne aixoise ils lançaient les canons à pluie pour trouer les nuages et sauver leurs terres en mal de rafraîchissement ...cette pluie-là, oui je l'aime car elle sustente, elle soutient..
    Merci pour ce joli texte Célestine, comme tu sais si bien l'écrire habillé par cette jolie naïade..
    Hier une grosse pluie. Aujourd'hui un beau sOleil. Tout est bien.
    Bisou.

    Den

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Toute chose en ce monde a un côté positif et un côté négatif.
      Comme les gens. La pluie est à la fois la source de vie, et apporteuse de mort. C'est cette dualité qui construit notre monde. Le froid et le chaud, l'ombre et la lumière...
      La sagesse est de se réjouir des bienfaits plutôt que de se concentrer sur les méfaits.
      Quand on aime quelqu'un on aime tout, ses qualités, mais aussi ses défauts.
      J'ai grandi dans l'ombre de Giono (ou à sa lumière) et l'eau, je sais ce que c'est dans les garrigues et sur le Garlaban couronné de chèvres. Je vois Jean le Bossu lever le poing au ciel pour implorer la pluie. Je ne peux plus, désormais, consacrer de l'énergie à rouspéter contre quelque chose à laquelle je ne peux rien changer.
      Tout est bien, oui, je préfère me consacrer àà semer de petites graines de colibri dans les consciences, pour que la modification progressive de nos comportements inverse la tendance de gapillage et d'erreurs écologiques qui dérèglent le climat.
      Je sais, c'est utopique. Mais j'assume.
      Bisous et très bonne journée, douce âmie,
      sous le soleil ou sous la pluie.

      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  30. Si tu veux, Célestine, je t'enverrai un peu de pluie de chez nous (j'irai en recueillir dans les seaux de ma chambre humide o;) et je la verserai dans une fiole d'eau de Lourdes (par exemple, à noter que j'en ai eu une qu'une amie m'avait donnée) ou dans un petit flacon pharmaceutique... C'est qu'on ne sait plus que penser entre le réchauffement de la planète (auquel j'aurais tendance à adhérer, vu la pollution) et le discours des climato-sceptiques... Le tout étant de s'y faire. En Afrique centrale, c'était le même phénomène en saison des pluies : pluie intense et brutale... Et puis l'eau qui s'évapore...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je comprends ce que mon billet peut avoir peut-être d'un peu agressif pour les gens qui ont trop de pluie.
      De toutes façons, quoi que l'on dise ou écrive, l'on blessera toujours quelqu'un...
      Peut être ne faut-il voir dans mes mots que le désir de me réjouir, et je dirais la même chose du soleil et de la chaleur, que les gens qui en ont trop y verraient aussi une insulte à leur vécu...
      L'insatisfaction est certes un moteur, quand il s'agit de dénoncer les choses changeables.
      Mais se battre contre la pluie est-il vraiment utile ?
      C'est peut-être ce que tu appelles sagement « s'y faire »
      Après, il y a toujours la possibilité de changer de coin si le climat nous insupporte...
      On n'est pas lié à un endroit par des menottes, et je connais des gens qui ont changé radicalement de lieu de vie car ils ne pouvaient plus supporter le climat de là où ils vivaient...
      Bisous chère Pivoine
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    2. Me voilà prisse de remords, en pensant à ce que ma réponse pouvait avoir d'ironique... J'ai suffisamment été dans des pays chauds pour savoir que parfois, un jour de mistral, et de nuages, on pleurerait (c'est le cas de le dire) pour un peu de pluie... Et quand nous avons des canicules et qu'il fait 40° au soleil à 4 heures sur la chaussée... Et qu'on ferme tout hermétiquement, même chose. Tout est une question de point de vue. Il y a des mois de mars pluvieux inoubliables, sous le parapluie rouge... Il y a aussi, comme le dit Edmée plus bas, des moments où cela devient long. Mais on est en janvier. On a le choix (par chez nous) entre un hiver "tiède" et pluvieux, avec tempêtes et orages... Et des hivers rigoureux jusqu'à Pâques... S'il faut cesser de vivre là où le destin nous a posés à cause du climat, on n'en a pas fini... Je suppose que je ne partirai plus d'ici (sauf en vacances), et en hiver si c'est dans "le Midi"...

      Un jour, un exergue d'un poème, j'avais écrit "Les filles du sud ne sont heureuses que lorsque le soleil resplendit"... Je passais des vacances à la mer, il faisait chaud, et j'avais l'impression d'être en Provence ...............

      Supprimer
    3. Oh non, chère Pivoine, tu t'es exprimée et je me suis exprimée, il n'y avait aucune trace de reproche ou de jugement dans ce que j'ai dit.
      Je suis une fille du soleil, mes ascendance italiennes, provençales et ma longue fréquentation du Midi de la France, ont fait de moi une fille du Sud. Cependant, il y a aussi l'Irlande dans un coin de mon coeur.
      Et en réfléchissant à tout cela, je pense que je suis aussi et de plus en plus une fille de la pluie et des nuages.
      Peut-être parce qu'ils m'inspirent...
      Peut être parce que j'aime l'alternance des saisons, le froid et le chaud, la nuit et le jour.
      J'ai répondu à Aldor que j'étais amoureuse de la Vie. je crois que c'est très vrai.
      La vie est merveilleuse et variée, et chaque page blanche de chaque jour est un mystère que j'accueille avec bonheur.Et je prends tout. La pluie, le soleil, la mer et la montagne, les plaines et les sommets, le sable, l'herbe et le parfum des roses. Et le bitume des villes.
      Je ne sais pas choisir.
      je t'embrasse
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  31. Sorellita, la pluie s'apprécie tout autrement lorsqu'elle est toute puissante, impérative, ou visiteuse fluide et nourrissante :)... crois-en ma vieille expérience de Belge. Elle m'a terriblement manqué lorsque je vivais en Provence, je l'avoue. L'herbe jaune fin mai, le romarin qui devient gris, la terre qui se ride... j'aimais bien sûr mais quelle grâce que de voir tout revivre et refleurir après une belle et généreuse tombée de pluie. Mais ici, si je ne n'accepte pas de conditionner mes occupations habituelles autour de la pluie et n'en pâtis pas trop, parfois c'est sinistre et trop long. Oui oui! Même si les reflets sont beaux, c'est vrai!!! Et les gouttes aussi... oui oui!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Nous vivons dans une région tempérée merveilleuse, la France, la Belgique, ce ne sont ni le Pôle ni l'Equateur avec une alternance de saisons et des amplitudes thermiques... Et c'est très joyeux de pouvoir se dire « après la pluie le beau temps »
      Mais je te sais joyeuse et pas femme à te lamenter, et d'ailleurs, tu es allée vivre sous d'autres climats, et finalement tu es revenue à ta « source »
      Preuve que ton pays a d'autres attraits que son ciel si bas qu'un canal peut s'y pendre...
      Baci sorellita
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  32. Je passais sous les nuages en voletant gentiment et je me suis dit, tiens il pleut :
    "Si un jour tu me quittes, Céleste, dis-le moi sous la pluie, pour ne pas voir couler mes larmes."
    Je ne sais quand j'ai lu cette citation, et je ne sais de qui elle est.
    En attendant bisous sous la pluie.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Elle est très jolie, cette citation je l'ai vue sur Pinterest, , anonyme, bien sûr, pleine de cette tendre poésie adolescente, comme le célèbre: « Ton père est un voleur, il a volé toutes les étoiles du ciel pour les mettre dans tes yeux... »
      Mais pourquoi diantre devrais-je te quitter ? On est pas bien là, tranquilles, au coin du blog ?

      Bisous ensoleillés
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  33. Plic ploc, exactement le bruit que j'entendais ce matin en me levant.
    Moi aussi j'aime l'eau, en ruisseaux en rivières surtout, l'eau qui coule, s'écoule, l'eau qui lave, qui peut effacer comme une gomme bêtises ou non que l'on écrit sur la plage.
    Mais la pluie ... :) : quand je sors sous la pluie, je pense souvent à cette chanson de Tom Waits : It rains on me
    Everywhere I go it rains on me

    Bises.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Et pourtant, pour avoir les rivières, les ruisseaux, les fontaines...il faut la pluie.
      Et l'aimer me semble tellement plus gratifiant que de rouspéter contre...
      Voilà, c'est mon humble avis.
      Mais je n'oblige personne à le suivre.
      Je crois que l'ombre d' Aminata m'a marquée profondément...
      Je ne me sens plus le droit de râler contre la météo quand je pense au Désert...
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  34. Ben moi j'en ai ras le bol de cette pluie de ce vent de ce gris. Tout comme j'ai ras le bol de l'été quand il c'est soleil et chaleur non stop. J'aime le temps Breton, pluie le matin et beau l'après midi. Ce qui est uniforme me gonfle et là ça fait presque 2 mois que c'est uniforme !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Un temps gris froid et humide en hiver, ce n'est pourtant pas très exceptionnel... ;-)
      Avec un bon roman des soeurs Brontë, non ?
      Et se retrouver au coin du feu, c'est délicieux, en hiver...
      S'emmitoufler, sauter dans les flaques, avec un beau parapluie rouge...
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  35. T'as raison, Célestine, mais...
    Mais voilà, chez moi, à la montagne, à mille mètres d'altitude, la pluie n'est pas la même que dans le Sud...ce n'est pas la douce pluie qu'on accueille avec la mini-robe et le regard vers le ciel...
    C'est une pluie froide, glacée , mêlée de grésil...qui vous fouette le visage et vous laisse rouge et transi, avec une onglée qui ne vous lâche pas avant un bon quart d'heure...quand on a serré son parapluie en oubliant les gants...

    Alors, voilà, y'a pluie et pluie...

    En plus, cela fait deux fois que la rivière, juste à côté de chez moi, déborde et menace de m'inonder... alors, je lis ton article et je me dis :
    Vive l'eau...vive l'eau...douce et tranquille !
    Car , quand elle se fâche, ce n'est plus la même...
    elle se fait furie, elle emporte tout et ne nous désaltère plus...

    Bon, pour me faire pardonner, et pour que tu ne me prenne pas pour une râleuse ou une "pisse-froid" ;-)
    ...laisse -moi deux minutes, je reviens avec une surprise...

    RépondreSupprimer
  36. Un spectacle entièrement dédié à la pluie et à ses bonheurs, une petite merveille :

    https://youtu.be/V0HTkFEbnZY?list=RDV0HTkFEbnZY

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci pour cette belle bande annonce, qui porte le même nom que mon billet (je ne l'ai pas fait exprès !)
      Pour le reste, tu sais, j'ai l'habitude d'écrire des choses qui plaisent à certains et pas à d'autres, que cela énerve ou agace...
      Mais maintenant, j'ai décidé d'être moi même et de ne plus culpabiliser de l'être.
      J'habite près d'un fleuve furieux dont les crues sont dévastatrices, et l'hiver, chez moi, la pluie se double d'un vent tout aussi furieux qui s'appelle le Mistral.
      Et pourtant oui, je le redis, j'aime qu'il pleuve (c'est peut-être plus juste que de dire aimer la pluie) parce que je sais que l'eau est un bien précieux. Trop précieux pour qu'on le boude...
      Un peu de mon âme doit errer en Afrique au coeur du Ngorongoro...
      Bisous et merci pour ta surprise
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    2. J'n'avais pas remarqué tes origines africaines, Célestine, ça ne crève pas les yeux !!! :-))

      Mais le Sud...et le Mistral...je connais un peu...c'est d'ailleurs comme ça que j'ai appelé mon chat ! Alors, tu vois, j'y pense tous les jours...;-)

      Bon, si l'on veut aller au bout des choses, la notion de beau temps et de mauvais temps est, somme toute, très relative...

      Je ne sais plus qui disait :
      "Le mauvais temps, c'est n'importe quel temps...qui dure trop longtemps..."

      Je crois que c'est parfaitement bien vu...trop de pluie, trop longtemps, et arrivent les inondations, trop de soleil trop longtemps, et c'est la sècheresse...trop de neige, et les toits croulent sous le poids...

      Réclamons le "beau temps", c'est-à-dire l'infini renouvellement, le changement perpétuel...du ciel. :-)

      Supprimer
    3. L'Afrique, c'était évidemment dans une autre vie... ;-)
      Pour la relativité du beau temps, c'est vrai: le beau temps des escargots n'est pas celui des cigales...
      Quant à « réclamer le beau temps » oui, mais, à qui ? ;-)
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  37. Oui, oui... Chez moi aussi il fait plic-ploc sans arrêt mais en plus ça fait floc-floc quand je marche dans le jardin. L'eau est mal distribuée. Certes, là où elle manque c'est tragique mais là où il y en a trop, ça peut mal finir aussi, en inondations par exemple...
    Bisous Célestine

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le monde n'est pas parfait...
      J'essaie de l'enjoliver de mes mots...
      Bisous chère Mo
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    2. Tiens bizarre que personne ne se plaigne que les bassins de piscine soient "inondés" ? Pendant toutes les trente glorieuses on a bâti sur les zones de plaines, agricoles, qui servaient justement à éponger les pluies et à réalimenter les nappes. Et aujourd'hui on s'étonne que l'eau ruisselle sur le béton et le goudron et se retrouve en quantités industrielles à des endroits où elle fait des dégâts ? Car il ne pleut pas plus qu'avant. Nos années "pluvieuses" sont des années normales pour "avant". Là, nous revenons de Toscane, région pluvieuse s'il en est, les villages étaient tous perchés. Faut pas se plaindre si on construit au bord du Nîl !!

      Supprimer
    3. Je suis tellement d'accord avec toi...
      Le bétonnage...il paraît que le sable commence à manquer, c'est dire !
      Pour un aéroport auquel on a échappé, combien de parkings, de entre commerciaux, de zones artisanales, de goudronnage de chemins va-t-on encore prendre sur la terre meuble ?
      Quant à l'urbanisation dans le lit majeur des fleuves, il y a trop de fric en jeu pour les promoteurs...
      Alors il vaut mieux se plaindre de la pluie, ça fait la une des JT qui ne parlent plus des magouilles...
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    4. Qu'est-ce que j'ai pu gonfler les lecteurs de Blogborygmes avec mon obsession de la sécheresse. J'ai bien dû faire au moins 4 billets sur le sujet, en choisissant malignement des périodes où les nordistes se mettaient, à force, à fondre comme des sucres sous les douches naturelles. J'entendais les grincements exaspérés de leurs dents jusque dans les commentaires. Ça me consolait un peu ;-) Là je suis aux anges, il pleut depuis hier sans discontinuer, je jure que ça fait 15 ans que je n'ai pas vu de telles quantités. Les réserves se refont, ma petite mare va se remplir, hips hips hips au ras...

      Supprimer
    5. Je partage plein de points de vue avec toi, Saoulf
      Et les derniers développements de l'actualité, (comme on dit dans les milieux autorisés) me l'ont encore prouvé (s'il en était besoin) La mare ? Super pour tes canards (dont je garde un souvenir enamouré)
      Bisettes
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  38. J'adore ta bannière, j'adre la photo d'illustration du billet, et puis j'adore ce que tu dis de la pluie.
    C'est amusant parce que les gens qui râlent continueront toujours de râler (contre qui on se le demande) alors que ça ne sert à rien du tout...
    Bises
    Angela

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Joie et bonne humeur au programme chez Angela !
      merci ma belle
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  39. Un cadeau à t'offrir ou te faire offrir : le Dictionnaire de la pluie, de Patrick Boman (Seuil, 2007) d'où j'extrais ce proverbe pour demain : « Sil pleut à la Saint-Vincent, la grappe monte aux sarments.»

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci du tuyau, cher Yves.
      En échange, je t'offre « Aimer la pluie, aimer la vie » conseillé par mes lectrices.
      Avec ça, on est parés pour l'orage !
      Biz
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    2. "Merci pour du tuyau" terme assez bien trouvé pour le titre d'un dico sur un phénomène météorologique lié intimement à une chute d'eau, braveau !

      Bleck

      Supprimer
    3. J'ai le droit de dire « hi hi hi ! » ?
      Ou ça te « bassine »?
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    4. Au "hi hi hi" je préfère toujours "mouhaha" que je considère moins convenu et plus riche en émotion, comme je préfère être "bassiné à être "laminé" ou "éreinté"

      Bleck

      Supprimer
    5. Quoiqu’ereinté...ça peut être sympa selon ce que ça sous-entend...
      Mouarf !
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  40. ne légende voudrait que « Mariage pluvieux soit mariage heureux ». De son côté, Bouddha disait que « les nuages ne disparaissent pas, ils se transforment en pluie ». Pour Jules Renard, « l’espérance c’est sortir par un beau soleil et rentrer sous la pluie »…

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci pour ces jolies citations, Miss.
      Je connais celle là, que j'aime beaucoup:
      « La vie, ce n'est pas attendre que l'orage passe, c'est apprendre à danser sous la pluie »
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  41. Cet après-midi, randonnée sous la pluie!
    L'eau c'est la vie et cueillons ces gouttes qui nous arrivent du ciel!
    Vivons le moment présent avec ses pluies et ses soleils comme autrefois enregardant le ciel et non la météo de nos "lucarnes"

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu es la sagesse, marie...
      Merci pour tes mots joyeux et lumineux (même sous la pluie)
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  42. Parfaitement d'accord : j'aime la pluie ! A Paris et dans le Midi ! Ça ne fait pas fondre ! Mais, évidemment, les inondations et ruine des routes, maisons ou cultures, ce n'est pas drôle pour ceux qui les subissent.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. On pourrait dire la même chose du soleil qui fait des dégâts terribles dans certains pays...
      L’essentiel est de se dire que l’on ne peut rien faire contre les éléments naturels...
      Enfin à notre petit niveau...
      Merci de ton passage chère Lakévio
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  43. PS : J'adore cette bannière ! ♥

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci douce amie. Moi aussi, je l'aime ;-)
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  44. Dans toute chose, il y a du beau. La pluie est belle, les perles de pluie merveilleuses ! :-)
    J'aime bien ta nouvelle bannière.
    Gros bisous, Célestine.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'aurais presque pu prendre tes perles de pluie en illustration de mon billet.
      Tellement je les ai trouvées merveilleuses
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  45. Le monde de l'eau:mon arrière grand-mère qui vivait dans les causses Lotois ne gaspillait pas la moindre goutte; 2 seaux pour la journée entière, puisés à la fontaine communale. Cette image m'est restée et m'a donné le respect de ces pluies bienfaisantes même si elles nous " grisouillent" le ciel et le moral.
    J'aime beaucoup ta bannière limpide et sereine, paisible...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah les Causses...c'est un magnifique pays que je connais un peu.
      J'avais des amis qui habitaient Cornus, au pied de je ne sais plus quel Causse. Et l'eau était vraiment un problème, surtout l'été...
      Merci pour la bannière
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  46. J'ai été grippée, clouée au lit et tu ne peux pas savoir comme j'avais envie de nature, de foret, d'air vivifiant , d'être tout simplement dehors - ce que je fais par procuration en te lisant.....

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'espère que tu vas mieux.
      Et je pense fort à toi
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  47. Quelle belle ode à la pluie ! Je levais la tête vers le ciel pour en recevoir encore les gouttes. mais heureusement, j'ai un toit sur la tête et les pieds au sec maintenant. La pluie joue des claquettes...pas sur le trottoir cher à notre ami Claude mais sur les ardoises de la maison. Mon fauteuil, près de la cheminée, est juste sous les combles. La rampe de la mezzanine n'est éclairée que faiblement, les braises dans la cheminée se font discrètes, une explosion de temps en temps, un jet d'étincelles et le plic ploc au-dessus de ma tête.
    Oui, la terre va devenir un désert, j'en ai bien peur mais comment en parler à tous ces pauvres gens qui ont et sont encore envahis par l'eau des rivières qu'ils adoraient ? Ils doivent les maudire en ce moment. À moins qu'ils ne maudissent ceux qui ont donné les permis de construire dans des zones à risques.
    Et cette neige sur laquelle j'aime glisser, qui te fait rêver, elle a fait de nombreuses victimes dans nos Pyrénées, ces derniers jours. Mais là aussi...la nature n'y est pour rien ! Ce sont des casse-cou, des imprudents, des jeunots qui croient être plus fort que nos montagnes. Tout pourrait être si beau, alors pourquoi tant de misères partout ?
    Ah zut, je n'aurais pas dû penser à ça, juste avant d'aller au lit, zut zut et flute !
    Bon, tu n'es pas responsable non plus de la mauvaise qualité de mon sommeil. (rire) Ton billet était trop beau, je n'en garderai que l'essentiel, les mots qui font rêver. Bisous

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci, mariejo, d'avoir veillé si tard pour venir écrire sur mon ode à la pluie...
      C'est adorable.
      Belle nuit au sec !
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer



Je lis tous vos petits grains de sel. Je n'ai pas toujours le temps de répondre tout de suite. Mais je finis toujours par le faire. Vous êtes mon eau vive, mon rayon de soleil, ma force tranquille.
Merci par avance pour tout ce que vous écrirez.
Merci de faire vivre mes mots par votre écoute.