lundi 11 décembre 2017

François-René

 
Photo  Céleste (floue, mais authentique)

Photo Petrus


Ses belles mains aux doigts agiles et fins courent sur le clavier en virtuose depuis presque soixante ans. C'est un enfant chéri d'Euterpe. Un prodige de la musique.
Ce soir, il jouait dans une splendide abbatiale de province pleine à craquer, entouré d'un choeur d'hommes et d'un récitant qui faisait envoler des mots somptueux,  un texte de soie et d'or, dans ce silence d'écho que seule les églises possèdent, quand les souffles se suspendent au sublime. 
C'était beau, bon et doux. De l'émotion à l'état brut. De la joie en paillettes.
Ça sentait Noël jusque dans le coeur des gens, des mandarines et des bûches pâtissières qui ont suivi le spectacle.
Il est venu rencontrer son public, en toute simplicité.
Un verre de clairette à la main, je suis allée discuter avec lui. Il est humain,  enjoué, passionné. Un peu timide aussi. Un peu mélancolique par moment, j'ai senti, comme si Chopin habitait encore tout un pan de son âme.
Au fil de la conversation, ce qu'il me raconte de son parcours me rappelle de plus en plus quelque chose...
Et puis soudain, bon sang mais c'est bien sûr...Ce pianiste, brillant qui, en pleine gloire internationale, laisse tout tomber, les honneurs, les hôtels de luxe, le fric, les fracs et les queues de pies...pour aller jouer dans les prisons, les hôpitaux, les maisons de retraite, sur les lacs et les plages et même sur un glacier...Ce « pianiste social », ce pianiste du coeur...c'est Albert Dupontel dans « Fauteuil d'Orchestre ». Ah...la scène où il se met en tee-shirt en plein concerto de Schumann...C'est un pur délice. J'ai toujours aimé quand le héros pète un plomb salutaire au cinéma.

François-René confirme: dans le film, ce sont ses mains qui sont filmées. Et c'est bien son histoire. Il a « coaché » l'acteur tout au long du tournage. C'est fascinant, les parcours atypiques. Les gens qui renoncent à la gloire, qui lâchent tout du jour au lendemain. J'aime ça. J'aime l'idée que la sobriété heureuse prime sur le faste et l'argent. J'aime cette humanité-là.
Je vous le laisse découvrir sur son site, ou ci-dessous, pour une valse étourdissante. 
Moi j'ai les yeux encore tout piquetés d'étoiles.


¸¸.•*¨*• ☆







Merci à mon ami Pétrus qui m'a invitée à cette soirée hors-norme.

125 commentaires:

  1. Je viens un tout petit peu de partager un bout de ta soirée...
    Juste un petit clic et la porte d'un monde enchanté s'est ouverte.
    C'est beau un virtuose qui ne se prend pas le chou.
    Tu as encore, j'en suis certain, plein d'étoiles dans les yeux.
    Bella notte ara e molto baci

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, l'effet magique s'est prolongé aujourd'hui.
      Comme un baume généreux qui baigne la moindre de mes cellules de sa douche bienfaisante.
      La nuit fut belle et le jour l'est aussi, malgré la tempête de ce matin.
      Ti bacio caro

      Supprimer
  2. Coucou ma douce Célestine. C'est toujours un grand moment d'émotion que d'écouter Chopin joué par François René. Cela semble si simple et pourtant. Cette partie centrale de la valse est très difficile et les notes s'entrechoquent jusqu'au retour de la danse intimiste du couple qui virevolte.
    Si seulement les écoles de musique et autres conservatoires, souvent élitistes et dans la course à la production de virtuoses pantins, pouvaient enseigner le don de soi...
    Jouer, ce n'est pas seulement ne pas faire de fautes mais c'est aussi transmettre une émotion. Je pourrai te parler pendant des heures de la compétition infâme des profs et des élèves dans nos conservatoires. Mais ce ne serait pas intéressant. Alors laissons Chopin dire la beauté à travers les doigts effilés du virtuose au grand coeur.
    Cette valse, c'est celle des flocons qui dansent dehors. Bises alpines émues.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah...le don de soi... une des plus belles qualités humaines, à mon sens.
      Je ne connais pas assez le monde des conservatoires, mais je te crois quand tu parles d'élitisme.
      Certes, une certaine exigence est indispensable, car la musique ne supporte pas les à-peu près.
      Mais la virtuosité technique ne doit pas occulter le coeur, et la sensibilité artistique. Et l'on oublie souvent l'un au profit de l'autre...
      Merci pour ton intéressante participation, chère belle alpine neigeuse
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  3. Je ne connaissais pas l'histoire du film, grâce à toi je découvre aussi ce magnifique Artiste, c'est tout simplement Beau. Merci Célestine.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je te conseille ce film, si tu ne l'as pas vu. Il est vraiment émouvant et remue en profondeur en quesionnant sur le sens de la vie...
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  4. c'est un nom que j'ai beaucoup entendu, et un artiste que j'ai souvent entendu jouer, à l'époque où j'avais une radio et un lecteur de CD :-)
    j'imagine que la soirée a dû être mémorable

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je ne suis pas près d'oublier cette soirée.
      Les rencontres de ce genre me nourrissent pour longtemps, très longtemps.
      Je cultive l'authentique, comme dit Ugolin...
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  5. Comme il fait du bien ton post au milieu du brouhaha du monde.
    Comme ils sont grands ceux qui savent rester simples dans leur notoriété
    Je connaissais le pianiste, tu nous révèles l'homme ,
    Merci de partager tes étoiles de cette soirée.
    Nicmo

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu as tout a fait trouver la définition de cette soirée.
      Une bulle de paix dans le brouhaha du monde.
      A en oublier qu'il faisait un froid de canard dans cette église...
      Heureusement il y avait des plaids sur tous les bancs. Délicate attention des organisateurs.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  6. "la production de virtuoses pantins" ... Comme tu y vas ! et pourtant, tu as entièrement raison : la chaleur, le "vécu" est trop souvent absent.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Une petite anecdote pour illustrer le propos. Un garçon de 14 ans, qui jouait Chopin comme un dieu, évoluait en classe non professionnelle. Il avait envie et surtout le niveau d'aller en classe professionnelle. Il passe donc un entretien devant des beaux messieurs et de belles dames, tous fins connaisseurs de la musique, mais peu enclins à comprendre la nature humaine. Le garçon explique que la musique est importante pour lui, qu'il a plaisir à jouer. Une charmante dame lui demande alors: "oui mais? que voulez-vous faire plus tard?". Et le garçon de répondre: "je veux devenir médecin". Et là, moue dubitative du jury qui prend la décision de ne pas l'inclure dans la classe professionnelle parce qu'il ne voulait pas faire de sa vie une carrière de musicien... alors qu'il avait tout à fait le niveau pour faire sa virtuosité... étonnant non? Mais véridique...

      Supprimer
  7. Chère Céleste,

    Découvrant ce matin ce billet que tu as su composer juste après ton retour , je suis pleinement heureux. Heureux de t'avoir fait partager ce moment d'exception .
    Nous mêmes membres de ce choeur d'hommes sommes fiers d'avoir pu humblement faire partie de cette magnifique soirée .
    Annecien d'origine je connaissais François René Duchable pour l'avoir vu jouer en salle de concert au château.
    Par ailleurs il est proche d'un de mes oncles ......
    Et c'est ainsi la deuxième fois que j'ai le plaisir d'écouter un texte mis en scène et interprété par Alain Carré
    Bref, que du bonheur.....

    Merci à toi Céleste par ce billet de faire ressortir l'émotion, la joie que nous avons toutes et tous ressenties

    Joie d'un ami

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je parlerai sans doute d'Alain Carré dans un autre billet, car son texte était une pure merveille, et je te remercie de me l'avoir envoyé.
      J'avais envie de prendre des notes à chaque phrase !
      Votre choeur a interprété les chants avec beaucoup de professionnalisme.
      Bref un vrai moment de grâce...
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  8. J'ai beaucoup aimé "Fauteuil d'orchestre".
    Je suis heureux pour toi que tu aies rencontré celui dont on raconte l'histoire.
    Il y a vraiment de chouettes moments dans la vie.
    Je t'en souhaite des tas d'autres.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Comme c'est gentil !
      Moi aussi, je t'en souhaite des tas d'autres.
      Ce sont ces moments qui font le sel de la vie, comme on dit quand on a envie d'utiliser une expression passe-partout :-)
      Le sel, le sucre, le miel, le poivre...bref, les petits plus si importants...
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  9. Oui, parce que j'ai oublié de te dire : Les conservatoires fabriquent des techniciens à foison, hélas, ce qui manque souvent ce sont les musiciens.
    Brassens disait "Sans technique un don n'est rien qu'une sale manie".
    La technique sans le don, ça s'appelle un robot...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tonton Georges avait une expression pour chaque chose de la vie...
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    2. Noooonnnn! Ne me dis pas que la musique est voisine du plus vieux métier du monde...
      Baci

      Supprimer
    3. La maxime de Georges était valable dans beaucoup de métiers...
      Pour la musique, ce serait presque le contraire, en fait...Trop de technique tue le don...
      Le mieux est toujours de trouver l'harmonie parfaite entre don et technique...
      Le juste milieu, quoi.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    4. Jdissa23:52

      Je crois pouvoir imaginer le niveau d'émerveillement, de palpitation et de vibrations qui furent les tiens au long de cette soirée !
      Et l'on peut regretter qu'on ne développe pas le sens musical et esthétique dans les conservatoires, mais ma soeur, qui y a passé un certain temps, dit qu'on y apprend la "musique savante" pour former des musiciens d'orchestre, des exécutants. S'intéresse-t-on à l'émotion quand certains conservatoires exigent deux ans de solfège avant de toucher un instrument ? L'un des critères de reconnaissance de cette musique savante est la lecture en direct, où lire = jouer. Mais c'est ainsi que je connais des gens qui sont incapables de jouer le moindre morceau sans partition ! A l'opposé, les ménétriers roumains jouent des nuits entières, et il faut voir comme, sans avoir jamais vu une portée, cherchez l'erreur !
      En revanche, peut-être faudrait-il dire autrement "Trop de technique tue le don." La technique en elle-même n'a pas d'âme. Mais c'est bien via la maîtrise de la technique que le don peut peut s'exprimer en toute liberté, et il est certain que pour nous faire vibrer et palpiter, François-René a passé quelques heures à faire des gammes. Et n'oublions pas qu'à un journaliste qui se répandait en admiration devant son génie, Mstislav Rostropovitch, alors au fait de sa gloire, répondit un jour : "Vous savez, le génie c'est surtout six à huit heures de travail par jour."
      ...'fin moi, Jdissa...

      Supprimer
    5. J'étais sans doute douée pour la musique, mais ce don a été nié et je n'ai pas eu accès à la technique...je suis comme tes roumains, je ne joue que d'oreille, sans aucune partition.
      Je ne me sens donc pas vraiment habilitée à donner mon avis sur ce qui se passe dans les conservatoires, d'autant que passer six à huit heures par jour à me tuer les doigts sur un instrument, bof, c'est pas vraiment ma came...
      Alors je me contente, comme tu le sais d'être mélomane, et de me gratter le ventre en chantant les chansons des autres qui me font vibrer, et d'en faire profiter les copains.
      S'ils en veulent je les sors dare-dare, s'ils n'en veulent pas je les remets dans ma guitare, pour paraphraser le grand Georges.
      Alors, oui, hier soir j'aurais aimé que tu vois ça, c'était vraiment beau, et tu aurais apprécié.
      Vala vala...
      je t'embrasse en musique
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    6. Jdissa00:50

      Je sais tout ça, chère amie, et je suis dans la même situation que toi puisque j'ai dû prendre trois cours de gratt'. Sauf qu'aujourd'hui que j'aimerais progresser, je me découvre plein de mauvaises habitudes et parviens à la conclusion qu'on bon prof, si ça fait pas de bien, ça peu pas faire de mal ! Et j'y pense donc fort sérieusement.
      De même, amateur de la même espèce que toi, je suis sollicité pour jouer du flûtiau dans un groupe folk, mais je sais déjà que si je ne donne pas satisfaction ce sera faute de technique !...
      Après, n'ayant pas l'ambition de faire la carrière de Rostropovitch, on a peut-être pas besoin de se tuer les doigts six à huit heures par jour non plus !
      Vala, vala...
      I kiss you in miouzik !
      ;o))

      Supprimer
    7. Je te souhaite de grands moments de bonheur , tu as raison, c'est le moment ou jamais de faire plein de choses que tu as envie de faire.
      En gardant à l'esprit que l'essentiel est de se faire plaisir...
      -Hédoniste va !
      - Oui oui, j'assume !
      ¸¸.•*¨*• 🦋

      Supprimer
    8. @Cher ami Jdissa, le temps est venu de te dire que tu passes et repasses comme l'hirondelle qui construit son printemps. Ravi d'avoir croisé ton regard virtuel pendant si longtemps.

      Supprimer
    9. Jdissa a raison, il faut s'appuyer sur une technique très solide pour pouvoir l'oublier et laisser parler l'émotion. Pareil pour la danse, mais aussi pour le dessin ou la peinture, bref, pour l'ensemble des arts.
      Mais dans chaque art, il y aura une majorité de personnes qui seront d'excellents exécutants, (orchestre, corps de ballet, copiste, restaurateur d'œuvre) et ceux qui ont ce petit plus, cette grâce dont tu parlais récemment qui fera d'eux d'authentiques artistes qui font vibrer leur public...

      Supprimer
    10. Ce tout petit supplément d'âme... ;-)
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    11. Jdissa18:08

      Cel l'a !... ;o)))

      @ Bizak : je suis pas sûr de tout comprendre : tu me parles comme si je devais partir, mais j'ai jamais (J')dit ça !
      A moins que tu ne sois en train de me foutre dehors ? ;o)))))

      Bizouillàtous !
      Tu f'rais pas ça, quand même ?!!!

      Supprimer
    12. C'est trop gentil, vraiment.
      J'apprécie le compliment. :-)
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    13. @ je t'disais comme j'dissa aux gens estimables que tes passages sont comme un éclair de lune quand les nuages s'émoustillent les uns les autres. Sinon je f'rais rien qui puisse te sangler.

      Supprimer
    14. ...cher J'dissa !

      Supprimer
    15. Jdissa21:00

      Oufff, tu me rassures !
      Mais fais gaffe, moi faut ma parler simplement, je comprends pas toujours la poésie...
      Tu sais, c'est pas facile d'être génial tout le temps !... ;o§
      ;o))

      Supprimer
    16. Je sais, c'est pas facile d'être génial tout le temps, ma grand-mère me l'a toujours dit.

      Supprimer
    17. Moi je trouve que les gens sont géniaux quand ils n'essaient pas de l'être, et qu'ils restent eux-mêmes...
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    18. Jdissa08:06

      @Cel : ça, c'est un truc qu'y faudra qu'on en reparle !
      ;o))

      Supprimer
    19. Ben si tu veux... :-)
      Je suis ouverte à toute proposition ^^
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  10. Mes yeux pleuvent des larmes d'émotion, que cette démarche est belle et vraie... Merci dame Céleste, bises étoilées. brigitte

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je crois que ce sont aussi des larmes de joie. La joie de constater qu'il existe autre chose que le futile, le vain et le dérisoire plaisir de la gloire...
      Bisous ma Plume, ton émotion t'honore.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  11. Duchable le magnifique et quelle émotion que celle du piano. Quant à Chopin, j'en pleure de beauté et je pense au grand Gilbert et à son Pianiste de Varsovie, une place peuplée de pigeons, un escalier en colimaçon... Qu'il existe de belles choses ici-bas ou ici-haut car je savais qu'il avait joué sur un glacier. Moi le gout de cette musique m'est venu brutalement, d'un seul coup, Georges Cziffra en sa chapelle de Senlis, ma ville natale, où Nerval aimait à se promener. Tiens, mon Valois me manque. Il n'y a pas que lui...Je t'embrasse en mineur et en majeur. ATTB.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pleurer de beauté...c'est un peu du syndrome de Stendhal, ça...
      Mon père avait un disque de Cziffra jouant les danses hongroises, ça aussi ça me faisait pleurer de beauté quand j'étais enfant.
      J'avais raconté ICI mon premier concert classique...la même émotion palpable.
      Kisses
      ATTB
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  12. Parfois des anges peuvent effleurer des êtres à l’âme douce et leur instiller la joie dans leur cœur, car ils sont eux-mêmes comme des anges pour les autres, les plus faibles, les plus oubliés. La vie est pleine d’espoir quand la musique se joue au firmament plein d'étoiles et se répand comme un cadeau du ciel. Merci pour ton partage ainsi que ton élan d’allégresse et ton enthousiasme bienveillant.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Les anges étaient au rendez-vous dans cette église, hier soir.
      Et leur poussière d'étoile s'était répandue sur les gens, comme tes mots ce matin...
      Merci Bizak.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    2. Pas très étonnant, car ils étaient un peu chez-eux, non?

      Supprimer
    3. Ça, c'est ce que tout le monde croit...
      Il ne t'est pas arrivé d'en apercevoir ailleurs, en réfléchissant bien ? ;-)
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    4. Un peu comme dans une petite chapelle pénétrée de part et d'autre d'une lumière si intense que les ailes anges frétillaient de joie. Ah! souvenir! souvenir !

      Supprimer
    5. Blutchy confirmera, c'est un souvenir impérissable... ;-)
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    6. Ô combien :-)
      Ce qui, pour les anges, ne résout pas une éventuelle domiciliation ailleurs que dans des lieux de cultes...
      Mais je confirme que j'ai vu des anges trainer leurs bottes jusque dans des lieux interlopes...
      Accolade et baci

      Supprimer
    7. Au bord de la Loire sauvage ...?
      Ou dans des montagnes gionesques ?...par exemple ...
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    8. Oui, mais n'ayant pas tout exploré, il peut aussi en avoir ailleurs ;-)

      Supprimer
    9. En tête à tête avec un ange, comme dans la chanson ?

      Supprimer
    10. Dans un petit restaurant au fond d'une fabrique de délicieuses confiseries aux amandes et au miel ?
      :-)

      Supprimer
    11. Ou qui sait au coeur d'une oasis entourée de dunes ocres...

      Supprimer
  13. Il y a des jours comme ça on je ne regrette pas mon abonnement à l'informatiquerie, merci pour l'info de l'histoire du film que bien évidemment j'ai beaucoup aimé. Je ne connaissais pas non plus le françois rené.

    Bleck

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'aime bien ta première phrase. Contente de participer à ton bonheur d'internaute.
      Dupontel ne me déçoit jamais. Et son duo avec Cécile de France fonctionne bien, comme dans « en équilibre»
      Bise
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  14. Les grands musiciens sont des sensitifs... Il y a du désir dans la façon dont ils s'unissent à leur instrument, ils y mettent ce qu'ils ont de plus précieux. Une soirée comme un voyage en émotion, des heures sans temps, un espace sans fin, qui nous transporte dans un décor magique comme une forêt de Brocéliande, une bulle de beauté pure...
    Merci pour le partage, pour la délicatesse ♥

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Rien à ajouter à ce très beau commentaire, sous peine de l'édulcorer.
      Juste merci.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  15. Il convient d'avoir « l'âme animée » (si je puis me permettre cette expression) pour être à même de faire un tel choix. Comme ces gens-là ne sont pas dans la lumière des projecteurs, peut-être croit-on qu'ils ne sont pas nombreux. Et cependant… ils sont là, au cœur du monde, lui donnant son avenir et sa profondeur.
    Je connais François René Duchâble par ouï-dire, de par ma belle-famille d'artistes. Cette horde d'humbles troubadours qui donne du bonheur à ceux qui savent la trouver.
    Merci pour ce billet qui nous donne à voir cette espérance que tu portes au cœur.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Humble troubadour est une appellation qui lui va bien.
      Et tu as saisi le sens de mon message: l'espérance.
      Elle est au coeur de moi et je trouve son soleil partout où mes yeux se posent.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  16. Pour rencontrer l'autre, il y a l'amour, bien sûr, si limité, précaire, pollué par le quotidien ; mais pour toucher l'autre universel et éternel, il y a la musique. Que de grands passeurs médiums nous fassent communiquer avec l'âme de Chopin est proprement miraculeux.

    Merci infiniment, Célestine pour ce bel article, tu as dû passer une merveilleuse soirée - à cause de toi je viens de passer 2 heures sur internet à le réécouter, négligeant les devoirs domestiques . Ce touché tendre et velouté faisant suite à des galops musclés est bouleversant.

    Même s'il relève d'une philosophie sincère, le côté rebelle anti-conventionnel me séduit moins, rejeter les conventions est aussi convenu, c'est encore une exhibition dans le sens anglais et français du terme.

    Criminels ceux qui mettent en ligne des vidéos d'amateur avec un son calamiteux, ou des moments de pur émerveillement précédés de blablas fastidieux et de zooms sur les visages obligatoirement extasiés des auditeurs VIP.

    Merci à la technique qui permet à n'importe quel blaireau d'emporter les plus belles musiques du monde dans leurs versions les plus parfaites dans la solitude et des lieux choisis par lui

    ton évocation si sensible me fait penser à E.E. Schmitt évoquant Mozart, l'as tu lu ? un extrait est cité ici ( eperluette.over-blog.com/2017/01/mozart.html)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je suis d'accord avec toi sur le langage universel qu'est la musique. Oui, j'ai passé une merveilleuse soirée.
      Mais le beau ne suffit pas, il faut qu'il soit accompagné du bon.
      Et le bon est en chaque homme, dans chaque « blaireau » amateur, béotien, profane...et pas seulement dans les connaisseurs, les experts avertis...
      Pourquoi y a-t-il des gens qui ne sont pas sensibles à la musique, ou qui le sont de manière si imparfaite ?On devrait plutôt se demander : pourquoi l'élitisme ? Pourquoi l'éducation musicale est-elle le parent pauvre de l'éducation ?
      Je crois que c'est en ce posant ces questions que François René a décidé d'offrir son art à ceux qui en ont le plus besoin. Et je suis persuadée qu'il ne l'a pas fait pas rébellion anti-conventionnelle, ou pour bien se faire voir des médias d'une autre façon.
      Mais par sincère démarche quasi spirituelle sur le sens de la vie.
      Et si je puis le défendre avec conviction, c'est que j'ai discuté justement de cela, et que je lui ai posé la question que tu te poses.
      Mais crois-moi, renoncer à une carrière internationale demande du courage et de l'abnégation.
      Je file voir ton article sur EE Schmitt.
      Bisous chère emma
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  17. Lorenzaccio16:17

    Le départ de Jean d'Ormesson m'a tellement bouleversé que je n'ai su que dire d'intelligent pendant une semaine...
    Je reviens vers vous pour reprendre pied avec votre pétillance, votre soleil, votre joie de vivre.
    Et ce billet en est une nouvelle délicieuse preuve.
    Ah...Chopin joué par un musicien du coeur ! Merci, merci.
    ~L~

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ma pétillance comme vous dites...je tente de ne pas me la laisser entamer par les empêcheurs de sourire en rond.
      Et il y en a, si vous saviez...
      Mais vous n'êtes pas de ceux-là, c'est certain.
      Même triste.
      Je vous embrasse
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  18. J'avais beaucoup aimé ce film surtout parce que c'est la dernière fois que j'ai entendu la voix de Suzanne Flon.
    J'aurais aimé assister au concert.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merveilleuse Suzanne Flon, oui, tu as raison...
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  19. Bonsoir Célestine,
    Je n'ai pas participé à cette soirée, malheureusement.
    J'ai seulement vu le film avec Dupontel mais j'ignorais qu'il interprétait un vrai pianiste qui en plus, le coachait.
    Gros bisous,
    Mo

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu as raison de dire bonsoir. A cinq heures de l'après midi, le ciel est d'encre !
      Tu aurais aimé cette soirée.
      Et discuter avec ce personnage charismatique dans sa simplicité même...
      Bisous belle jardinière
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  20. Oui je me souviens de ce pianiste, atypique et gonflé ! Fauteuils d'orchestre passe prochainement ];-D
    En fait quand tu entends jouer ce Monsieur, si tu pianotes un peu : tu passes au skate board immédiatement ! ];-D

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ou au macramé.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  21. Je connaissais ce virtuose, François-René Duchable, musicien hors norme, et j'avais vu et apprécié en son temps, le film le représentant fort bien, dans son rôle extraordinaire...Merci Célestine pour ce rappel partagé délicieusement qui me comble après une semaine lourde en émotion .
    Gros bisous.
    Den

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. François-René Duchâble..... pardon !

      Supprimer
    2. A vrai dire je ne sais pas s'il y a vraiment un accent circonflexe sur son nom...
      Mais les noms propres n'ont pas d'orthographe ...
      J'espère que ta semaine n'a pas été trop lourde en émotions négatives...
      Tu me diras ?
      Bisous chère Den
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    3. oui pour l'accent je crois.... une semaine chargée d'émotions, lourdes à porter, mais légères pourtant .. une semaine de mêle-ancolie et de joie à respirer ensemble pour le même bonheur ! oui positives, qui redonne confiance en l'Homme...
      Bisous Célestine.
      Den

      Supprimer
    4. Merci, Den, tu me rassures un peu.
      La suite en privé si tu veux bien...
      Belle journée de joie malgré tous les malgré....
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  22. Merci pour ce partage. je ne connaissais pas le vrai musicien mais j'avais beaucoup aimé le film. Moi aussi, j'aime les gens "de choix" !...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est amusant, cette expression "de choix"
      Tu veux dire sans doute ceux qui ont fait des choix audacieux dans leur vie ...
      Bisous ma belle, merci de ton passage.

      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  23. Angela19:35

    Qu'est-ce que j'aurais aimé être là, avec toi, et vivre ce moment d'exception.
    Je me souviens quand tu avais rencontré Erik Orsenna.
    C'est toujours magique, ces personnages si exceptionnels et pourtant si simples...
    Bises
    Angela

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah oui, Erik Orsenna, un autre excellent souvenir de mes pérégrinations célestiniennes...
      J'avais oublié cette photo de moi...quand j'étais brune...
      Bisous ma belle
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  24. Rencontrer un tel homme doit être un moment fort.
    J'ai vu le film Fauteuil d'Orchestre. Sûr, je n'en suis pas sorti idem.
    Ton billet est émouvant. Tu as toujours une lucidité généreuse qui nous plonge dans ton partage comme si nous étions au premier rang. Merci.
    Bises du soir.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est drôlement joli ce que tu dis, cher Etienne.
      C'est que j'aime tellement partager les émotions...que j'aime en effet, raconter par le menur ce qui m'arrive.
      Je t'embrasse, spectateur du premier rang.

      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    2. "Sûr, je n'en suis pas sorti idem"... l'essentiel étant de s'en sortir !

      Bleck

      Supprimer
  25. Qui de mieux qu'Albert Dupontel, pour l'incarner

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'aime son jeu, j'aime son authenticité, son émotion palpable dans ses regards et tout son corps. Un grand, très grand acteur.
      Bisous miss
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  26. Moi aussi j'aime ce genre de personnage, vrai, authentique. Et je me souviens de ce film de Dupontel, j'avais beaucoup aimé. J'aurais apprécié d'être à ce concert. Ce sont des instants magiques qui font du bien à l'âme.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Et par ces temps bousculés, tu le sais Daniel, comme on a besoin de s'entourer de choses et de gens qui font du bien à l'âme...
      Merci de tout coeur.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  27. Wouahh!! Tu en parles bien de ce bonheur indicible... quel moment unique tu as vécu. Des moments qui valent tout l'or du monde et même plus. bisous ma belle

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, même plus, car l'or brille mais il est froid, et n'apporte pas forcément le bonheur...
      Alors que l'amour était palpable dans cette abbatiale, quand les notes de Chopin s'envolaient jusqu'aux voûtes...
      Bizou ma Brizou
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  28. Magnifique cette interprétation, quelle virtuosité. J'aime moi aussi, les gens de talent qui savent rester simples, abordables... Son parcours est atypique mais c'est son choix et ça n'enlève rien à son immense talent.
    Merci de me l'avoir fait connaître!
    Bisous mon amie mélomane!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est un bonheur de partager les belles choses, n'est-ce pas ?
      Oui j'ai regardé ses mains pendant que je lui parlais. Des mains extraordinaires.
      Bisous belle enchantersse
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  29. Quel plaisir de lire tes mots Célestine, tout en écoutant les douces notes qui restent accrochées dans mon coeur. C'est si beau.
    Je suis heureuse pour toi, tu te souviendras encore longtemps de cette soirée chaleureuse qui met chacun à l'unisson. J'ai écouté, c'est magnifique.
    Bisous ♥

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est vrai, Chopin reste accroché au coeur longtemps après l'avoir écouté...
      Et joué ainsi, divinement c'est juste magique.
      Bisous belle rêveuse
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  30. Un pianiste que je ne connaissais pas...une histoire singulière...une rencontre magique...
    merci de nous l'avoir partagée !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Eh oui, tu ne le connaissais pas, parce que l'on vit dans un monde de pub et de médias tout-puissants.
      Un pianiste qui décide d'interrompre une carrière n'intéresse plus la presse people. Quel dommage hein...
      Alors ce sont les petites gens, les petites blogueuses, qui font sa pub, de bouche à oreille.
      Merveilleux non, comme concept ?
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  31. Bleck17:54

    Ce qui n'est pas mal c'est de nous balancer un billet François-René Duchâble juste après un billet Johnny Hallyday, ce n'est pas mal ça démystifie, ça pose, ça ouvre et ça rassure... de plus à titre personnel je vois un rapport immédiat entre les deux messieurs, je préférais le Johnny lorsqu'il posait ses sept kilos de chaines en argent, son blouson de cuir et ses tiags ça en rajoutait à son talent.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est sans doute parce qu'à mon sens, la musique est vraiment le langage universel numéro un.
      Et que les fioritures sont en trop, pas nécessaires, le smoking pour l'un et les santiags pour l'autre.
      La musique, c'est juste une émotion qui passe. Pure comme un cristal.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  32. Xoulec21:09

    Tes yeux qui pétillent comme les bulles de clairette Dioise.
    Des bulles qui éclatent comme autant de notes de musique qui éclaboussent l'âme et l'enivrent.
    Des notes d'harmonie qui font scintiller la vie.
    encore une belle rencontre que tu livres,que tu partages.
    Et en plus,j'ai encore appris quelque chose.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Xoulec22:35

      Après quelques recherches. Merci Célestine
      https://www.youtube.com/watch?v=3Ty0rdFMwjs

      Supprimer
    2. J'aime vraiment beaucoup comment ta façon de commenter évolue.
      De plus en plus sobre, claire et poétique.
      Magnifique. Il ne manque plus qu'à rajouter un espace après tes virgules et ce sera le nirvana du commentaire. ;-)

      Ah, et merci pour ce très beau reportage sur FRD.
      Comment ne pas l'aimer ? ;-)
      Bisous étoilés
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    3. Xoulec21:47

      Les virgules? C'est quoi? Non, j'rigole! Merci Célestine. Au départ, c'était pour améliorer "mon français". Je ne me doutais pas que je me laisserais prendre au jeu.
      Quant à atteindre le nirvana? Tu ex... Ah oui, c'est vrai! tu n'exagère jamais.
      Bises du soir

      Supprimer
    4. Heureusement que l'on ne se doute pas toujours de ce que la vie nous réserve de bonnes surprises...
      (et de moins bonnes)
      Ce serait triste de tout savoir à l'avance...
      Moi exagérer ? Peut-être un peu, tu sais, dans le midi...
      En tout cas, je vois que tes virgules sont super bien placées, chouette alors !
      Bises nocturnes
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  33. Je viens de comprendre (vieux motard que j'aimais) pourquoi la plupart du temps la musique classique me rase comme ce n'est pas possible...
    L'interprétation est faite sans y mettre une âme vibrante. Les interprètes sont raides comme la Justice de Berne.
    Un orchestre symphonique, c'est un peu un automate de Sainte-Croix ou de l'Auberson...
    Avec FRD, j'ai vu de l'émotion dans ses doigts, son visage, tout son être, et la musique devient ensoleillée, vivante.
    Encore une journée que je finirai moins bête qu'en la commençant.
    Tanto baci Cara

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je suis heureuse de t'avoir appris quelque chose, c'est tellement rare, d'habitude c'est plutôt toi qui m'apprend plein de choses... Tu en sais tellement.
      Oui, l'émotion, le langage du coeur...Il a raison, Bleck, il y a un rapport entre ce billet et le précédent...
      Tanto baci
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    2. Tu m'as appris beaucoup plus de choses que tu l'imagines...
      Par exemple à exprimer mes ressentis et croire en la pertinence de mes analyses lorsqu'elles vont à contre-courant de la bienpensance...
      Ti bacio forte petite soeur karmique

      Supprimer
    3. Tu m'en vois ravie et émue.
      C'est vrai que pour ce qui est d'exprimer mes ressentis, je suis championne toutes catégories.
      Quant à la pertinence de tes analyses, je n'en rajouterai rien, au risque que tu n'entres plus dans tes bottes...
      Baci molto emotivi
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    4. Trop tard, je vais devoir passer l'hiver en espadrilles :-P

      Supprimer
  34. Bonjour Célestine, En bavardant avec lui, tu dois savoir ce qu'il compte faire dans les années qui viennent. Tu ne le dis pas par discrétion et par modestie, j'en suis ému et je te le dis...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il m'a raconté beaucoup de choses de ses projets, c'est vrai...et je suis discrète.
      Heureuse de te revoir par ici, An, ça faisait longtemps !
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  35. Les disques, You tube, tout ça, c'est bien, mais rien ne vaut un concert et l'motion qu'il dégage.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. L'émotion, encore et oujours ! On en revient toujours là.
      Et en « direct live » c'est encore mieux, j'avoue.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  36. La prochaine fois, c'est à dire la prochaine fois, je me fais appeler françois-rené Duchâble... "tain cette classe de nom : FRANÇOIS-RENÉ DUCHÂBLE... classe.

    Bleck

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Anonyme18:28

      MAG

      Je n'ai eu aucune éducation musicale. Je suis venue soulever le rideau de la musique classique par curiosité.
      Puis vint une époque où mes allers retours hebdomadaires Paris-province me firent voyager avec des élèves du CNM. J'ai fait "mes classes" à leur contact bavard. Un jour, ils avaient entendu Francois-René Duchable en concert. Ils étaient écroulés de rire, "non mais, t'as vu toutes les notes qu'il sautaient" ? Ma curiosité est devenue frénétique, mon besoin de comprendre également.
      Peu de temps après, j'ai eu l'occasion d'entendre son humour. 27 ans, et déjà la gloire. Il expliquait que son prénom composé le propulsait dans de hautes sphères, les vieilles dames éprises de musique comme au XIX se sentaient obligées de parler de lui comme "ce petit Duchaaable" pour cacher leur ignorance.
      C'était tout lui. Le sens de l'interprétation qui doit rendre l'esprit et non la forme, la liberté. L'humour un peu grandiose lorsqu'il noyât son Stenley dans le lac Leyman...
      Grâce à lui, j'ai entrevu les œuvres à travers les interprètes. Entre un excellent élevé asiatique qui préférerait voir un de ses doigts coupés s'il sautait une note et un interprète qui sait prendre une liberté pour mieux jouer une œuvre quasi injouable, mon choix est vite fait.
      Merci à lui de m'avoir ouvert les yeux et les oreilles, merci à toi Célestine pour m'avoir rappelé ces souvenirs.

      Supprimer
    2. @Bleck
      J'adore ton humour !
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    3. Je n'ai pas de réelle éducation musicale, mais j'ai beaucoup d'oreille, et je peux te dire qu'il n'en saute pas tant que cela, des notes, le petit Duchâââble...
      Mais en revanche c'est vrai qu'il a beaucoup d'humour et une sacrée personnalité qui me plaît beaucoup...
      Pianiste social, l'expression m'a tellement subjuguée...
      Merci beaucoup pour ton long témoignage, Mag. Et tes souvenirs fort drôles de ta période CNM.
      Bises célestes
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    4. Ah, je pensais que c'était mon physique qui te faisait craquer on se fait de ces idées parfois...

      Bleck

      Supprimer
    5. Encore eût-il fallu que je le connusse... :-)
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  37. Oh, je suis le centième commentaire ! Bonsoir Célestine !

    Il a été touché par la grâce ce monsieur, c'est génial alors qu'on est en pleine gloire terrestre, parce qu'au final, c'est l'âme qui doit briller de sa plus grande lumière. Tu écris divinement, c'est pour cela que vous vous comprenez. Grandes bises à toi ma chère et bonne soirée !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu as gagné trois caramels mous pour être la centième !
      Tu es adorable de me dire de si gentilles choses.
      Touché par la grâce, oui, je te crois, et cette grâce rejaillit en pluie sur tous ceux qui l'approchent...
      Bises étoilées
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  38. J'ai ouvert la vidéo et fermé les yeux. Je n'étais plus qu'un tissu volage, qu'une robe de soie. Légère, évanescente, fantasque, heureuse...jusqu'à la dernière note qui m'a rappelée à la réalité.
    Alors, j'ai écouté encore et encore !
    Quelle belle rencontre ! Quelle belle âme, ce François-René !
    Ces étoiles dans tes yeux...pas étonnant. Bisous Célestine.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Quelle poésie dans tes mots, mariejo !
      Merveilleuse musique qui rend les gens légers et joyeux.
      Quel bien cela fait. Merci de tout coeur.

      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  39. "J'ai toujours aimé quand le héros pète un plomb salutaire au cinéma"
    Pourquoi pas "J'ai toujours aimé quand le héros pète un (Du)c(h)âble salutaire au cinéma" ?

    Avec de drôles d'oiseaux comme ça l'industrie de la queue-de-pie a du souci à se faire ! ;-)

    Très heureux de tes rencontres musicales et émotionnantes. Dimanche ce sera à mon tour d'être aux anges ! Je raconterai ça de mon côté !

    RépondreSupprimer
  40. J'avais vu le film et j'avais adoré le personnage de Dupontel (j'aime toujours beaucoup les interprétations de Dupontel) mais j'ignorais que tout cela était inspiré d'un "vrai" personnage....
    Même si toute création trouve sa source dans une certaine forme du réel.
    Belle rencontre !

    RépondreSupprimer
  41. Merci pour le partage de ta soirée!
    Je te sens encore sous le charme...
    Bisous

    RépondreSupprimer

Il y a un bug en ce moment sur Blogspot. Les commentaires mettent quelques longues secondes avant d'être validés quand vous cliquez sur « publier »… Soyez patients !…

Je lis tous vos petits grains de sel. Je n'ai pas toujours le temps de répondre tout de suite. Mais je finis toujours par le faire. Vous êtes mon eau vive, mon rayon de soleil, ma force tranquille.
Merci par avance pour tout ce que vous écrirez.
Merci de faire vivre mes mots par votre écoute.