jeudi 30 novembre 2017

S...M...S

Photo B.



Ce matin

Il me dit qu'il est en train de boire son café, devant ce paysage merveilleux.  On papote un moment sur l'évidence de la simplicité. Ou la simplicité de l'évidence, je ne sais plus. J'adore.

Elle nous dédie à toutes deux cette citation : « Heureux soient les fêlés, car ils laissent passer la lumière »  C'est un peu nous, non ?  Nous ? Bien sûr que c'est nous, un peu, beaucoup, passionnément nous, coquilles fragiles et transparentes, mais pleines de soleil... 
J'approuve.

Il m'envoie une video tellement charmante... Il a filmé sur sa commode un petit père noël qui joue de l'accordéon. Adorable et tendre comme son âme d'enfant. Et pourtant il est arrière-grand-père. 
Je fonds.

Elle me dit qu'elle est aux urgences, qu'elle a le coeur en écharpe. Oh my gode ! Tant de malheurs se sont abattus sur elle depuis quelques mois. Je me demande pourquoi le sort s'acharne parfois sur un sourire et une joie de vivre...
Je tremble.


Cet après-midi

Il fête ses cinquante ans. Je lui envoie un « bon anniversaire » enrubanné de smileys gâteau et bougies. Quoi ? Un an déjà ? Comment fait le temps pour accélérer ainsi ? Allez, champagne, répond-il, pour oublier que l'on vieillit à chaque coup de gong... 
Je plussoie.

Elle m'apprend que notre ami Gégé vient de mourir, terrassé par le crabe.  C'était un être formidable, Gégé. Erudit. Charmant. Délicat. Clo va être dévastée...Clo, c'est sa femme. 
Je pleure.

Il chante dans un choeur d'hommes et m'envoie le programme de son concert de Noël. Il va faire un froid de gueux dans la chapelle. C'est un peu loin. Mais ce sera beau. Ce sera sublime. 
J'hésite.

Elle m'invite à boire le café, avec une surprise. Et quelle surprise ! Mais chut ! 
Je biche.

Il m'envoie des mots pour rassurer le silence. Des mots d'espoir. Des mots de paix. Des mots forts. 
Je cherche le sens.

Ce soir

Elle m'envoie un poème qu'elle a écrit, et elle cite Einstein: «  La folie c'est de faire tous les jours la même chose, et de s'attendre à un changement » ... 
Je souris.

Mon frère m'apprend que Papi Paul est mort. Papi Paul, c'est son beau-père. C'est le grand père de ses enfants.  
Je suis bouleversée. 

Elle me parle d'un livre, merveilleux hasard, « Quatre temps du silence » de Marie Rouanet. Un livre qui parle de temps présent, de la récolte des pommes, de la lumière frissonnante dans les peupliers, de la lecture d'un roman, du plaisir d'un bon repas avec presque rien, des petites conversations avec de rares voisins, du tic-tac trop fort d'un réveil qui empêche parfois de dormir... 
Je suis émue.

Enfin, il me dit que cette chanson de Jeanne Moreau, « l'enfant que j'étais » lui fait penser à moi. 
Je suis touchée au coeur. 






Tous ces « ils » et toutes ces « elles » , des amis, des lecteurs, des êtres humains que j'aime ou apprécie,  se sont donné rendez-vous aujourd'hui  dans ma vie, sur le tapis volant des sms... A chaque son de grelot de mon téléphone, j'ai vibré comme lui. 
Tristes ou gais, toujours surprenants, quand on les lit avec le coeur. Une journée  ordinaire, mais tellement extraordinaire. La vie, la vie, la vie...





¸¸.•*¨*• ☆

136 commentaires:

  1. Des tas de petits riens et de gros chagrins qui débarquent sans forcément avoir été conviés à le faire; voilà ce qui rempli la vie d'un coeur magnétique et toujours présent...
    Ti bacio Sorellita

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Quelle belle expression, Blutchy Amo.
      Oui j'ai le coeur magnétique. Un vrai coeur aimant.
      Parfois, la limaille de fer vient s'y coller aussi, et ça fait mal...
      Ti amo
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  2. La vie. Parfois un peu coup de poing quand même. Même un sms, court message, en dit long sur la vie.
    T'embrasse du fond d'une aube naissante.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Treize SMS, treize short messages, c'était dense pour une seule journée.
      Des coups de poing, des caresses...et au final, oui, la Vie dans tout ce qu'elle a de plus palpitant et magnifique.
      Ton aube naissante me va droit au coeur, tu sais combien les mots sont importants pour moi...
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  3. Oh ces mots parfumés de simplicité, de clarté, comme le bilan que l'on se fait la fin d'année venue. Des mots qui tremblent d'émotion.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ou de froid, ou de fièvre, la peur aussi peut faire trembler une saloperie de maladie également... bref, des mots qui tremblent.

      Bleck

      Supprimer
    2. @Lou
      Le bilan que l'on se fait la fin d'année venue...disons que j'ai opté pour la « journalisation » du bilan.
      Et chaque jour, je me dis, tiens, cette journée valais le coup de la vivre...
      Et chaque jour, je note ce petit miracle dans mon carnet intime: rien ne vaut la vie.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    3. @Bleck1
      des mots qui tremblent, c'est beau comme du Goldman.
      merci d'avoir fait partie pour un treizième de ce petit miracle. ;-)
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    4. C'est vrai que quand je tiens, tiens, mais moi quand je tiens, là...
      ...rien ne vaut la vie !...

      ;o)))

      Supprimer
  4. Candide/Jdissa, je sais plus...jeudi, 30 novembre, 2017

    @ Blutchy,, Dédé, Lou : Oui, c'est tout l'art improbable de notre amie : savoir vibrer et goûter avec délice et gourmandise tous les petits rien de la vie qui font pourtant... notre vie, et dont on ne sait pourtant pas toujours voir l'humanité, le palpitant, la richesse...
    Ce que j'ai appris, ce que j'apprends ici auprès d'elle, mais aussi de nous tous ses amis si divers, est d'une humanité radieuse et profonde !
    A tous, 'tiBizoux !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Wouaou, une humanité radieuse et profonde, c'est beau ce que tu dis.
      C'est beau de se sentir reconnu dans son être profond.
      Merci pour ces mots qui me touchent
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  5. Saint-Ex l'avait bien dit dans Terre des Hommes : Il n'est qu'un luxe véritable, et c'est celui des relations humaines.
    (Comme je ne suis pas l'Adrienne, je ne donne pas l'édition et la page).
    Je te donne par contre un gros bisou...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Citer Saint Ex, c'est déjà formidable.
      Et un gros bisou de morse, c'est baveux à souhait ! ;-)
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  6. La Vie !
    Je ne t'ai pas envoyé de SMS... Ma vie hier.

    Hier matin je suis allée au marché de très bonne heure avant de filer au travail. J'ai eu le plaisir de courtes conversations agréables avec mes marchands habituels.
    Hier toute la journée j'ai échangé beaucoup avec ma collègue du bureau d'à côté. On peut parler boulot tout en plaisantant. On s'entend bien. A midi mon patron parisien était là. Il n'avait pas de rendez-vous. Il a mangé avec nous dans notre petite pièce de repos. C'était sympa.
    Hier soir dans le silence de ma maison, j'ai épluché des légumes, mangé légèrement, étendu du linge, lu, fait du yoga, lu.

    La Vie !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tout pareil, pour les légumes, je les ai épluchés !

      Bleck

      Supprimer
    2. @Suzame
      merci pour cette belle tranche de vie, ma petite étoile.
      Je te sens apaisée, tu me fais plaisir d'aller au marché avant e boulot, prouvant qu'on peut vivre écologiquement même quand on travaille.
      Et ton patron me semble avoir fait preuve d'une grande humanité.
      Que du bonheur ces petits bonheurs.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    3. @Bleck2
      Rien de tel que d'éplucher des légumes que l'on dégustera avec amour, pour se sentir en phase avec l'univers.
      Mais non, je déconne pas ! ;-)
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  7. Faut pas.
    Et même Einstein s'est trompé (non, pas parce qu'il s'est marié)...
    Parce qu'il a écrit "« La folie c'est de faire tous les jours la même chose, et de s'attendre à un changement »
    La mer fait tous les jours la même chose et la falaise finit par s'effondrer.

    PS: Je ne sais quoi comprendre exactement quand tu écris "Oh my gode".
    Sans "e" je vois bien, mais avec ce "e" je crains bien que... ;-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pour quelqu'un qui n'est jamais entré dans un cinéma pornographique je te trouve bien érudit...

      Bleck

      Supprimer
    2. sourire... ah mais c'est parce que Dieu est une femme !

      Supprimer
    3. @Le Goût
      Oui mais la mer ne s'attend à rien de précis en faisant son boulot de mer.
      Il n'y a aucune intention de détruire la falaise...

      Pour le e, n'y vois pas là une quelconque allusion à certain débat inclusif...
      C'est juste mon côté Célestoche qui s'exprime. On est Charlie ou on l'est pas.
      Il y a en moi un peu de professeur Choron irrémédiablement irrésolu. Même quand je parle de choses sérieuses.
      Ou surtout quand j'en parle. ;-)
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    4. @ Bleck3
      je te laisse l'entière responsabilité de cette assertion...
      Mais à mon avis, cela dépasse le cadre du cinéma porno ^^
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    5. @emma
      ça doit être ça... et en plus, elle est noire.

      Supprimer
    6. Evidemment ! Ça bas de soie.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    7. http://www.deezer.com/fr/track/710487

      J'espère que ce lien fonctionne, je n'y ai pas accès pour une obscure raison de module complémentaire de Flash Player...
      Saint-Geek me pardonne, mais moi je sais travailler sur un toit, changer un joint de culasse ou des coussinets de têtes de bielles, rôder des soupapes et les régler, jouer un peu de guitare ou de flûte, il paraît que j'embrasse très bien et que mes mains sont douces et chaudes... mais le module complémentaire de Flash Player, franchement !...
      Tiens, Cel, un intéressant sujet de billet: l'exclusion par l'informatique !

      Enfin, l'important, c'est la première ligne !...

      Supprimer
    8. Ah, tu embrasses très bien ? intéressant, ça se fait rare, les bons rouleurs de patins...
      Pour le reste, je n'ai pas vraiment d'avis. Si tu es là, c'est quand même que tu sais manier une souris, cliquer sur le bon lien, ouvrir une fenêtre et taper sur un clavier...La base quoi.
      La chanson de Hugues (qui est plutôt un slam, d'ailleurs, puisqu'il parle) est devenue culte. Tant mieux.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    9. Tu as remarqué, je prends de l'assurance, et je m'aime, jeu m'aiiiiiiime !
      ;oDDDDDDD

      Supprimer
    10. On n'est jamais si bien servi que par soi-même ... :-P

      Supprimer
    11. @ Candide
      Flash Player ne doit pas aimer les remplaceurs de joints de culasse car je ne l'ai pas non plus.
      Et en plus pour avoir droit à un extrait de 30 secondes, ça vaut pas le coup de passer une soirée pour tenter de l'installer...

      Excepté pour ce qui est de jouer de la flute, je peux plus ou moins assurer le reste de ton énumération...
      J'ajoute la fonction excavation, parce que dans le fond.....
      Accolade et Baci à la Taulière

      Supprimer
  8. Jolie photographie, un lac ? le littoral Varois, un coin de Bretagne peut-être ?
    Sinon, as-tu trouvé le temps d'un promenade en vélo...

    Bleck

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui j'ai fait une fantastique balade à vélo, et je suis passée en rentrant chez le marchand de légumes, histoire de mettre un peu de cohérence dans ces commentaires ...
      Comment, tu n'as pas reconnu cet endroit sublime ? ah ben mince alors... mais c'est le Lac Ngorongoro, voyons !
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  9. la première gorgée de bière, le premier bonheur du jour, (https://www.youtube.com/watch?v=xSZgIkDzq5I), le dernier soupir...la récolte des pommes qui fait penser à la merveilleuse "pomme oubliée" de Jean Anglade... éloge de la monotonie, parce qu'elle n'est souvent rompue que par le drame "ces jours, dits heureux, qui coulent ignorés dans l'obscurité des soins domestiques, et qui ne laissent à l'homme ni l'envie de perdre ni de recommencer la vie." (Château briand).

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'aime beaucoup la chanson de Françoise Hardy, je vais la rajouter à mon répertoire, sa tessiture correspond parfaitement à la mienne. Et quelle douceur.

      Merci beaucoup emma, pour ces références littéraires et musicales qui m'enchantent.
      Aujourd'hui a un goût particulier, qui n'est pas tout à fait le même qu'hier, ni tout à fait différent non plus.
      Le mystère de la vie est là, quand on sait le goûter. ;-)
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    2. Je t'y vois bien...
      Foin de modestie: tu nous feras écouter ?

      Supprimer
  10. Un père Noyel accodéoneux ? Quel farceur ce Papi.. Enfin doublement Papi ];-D
    S M S veut dire : sourires musiques soieries.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Un papi farceur enjolive la vie. Et pas que de ses petits enfants ;-)
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  11. Réponses
    1. Merci ma Berthoise, ça me touche.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  12. Ton billet est bouleversant comme la vie - je viens de finir un livre dans lequel il y a la même belle humanité que chez toi "Les chaussures italiennes" d'Henning Mankell. J'ajoute ce livre dont tu parles sur ma liste

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Alors j'ajoute celui là en échange.
      Moi ce sont tes mots qui me bouleversent.
      Je suis toujours émerveillée que l'on parle comme ça de moi. Je sais je me répète.Mais c'est vrai.
      Bisous ma Miss
      ¸¸.•*¨*• ☆
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  13. Mon Brin de Touffe, Île et Ailes c'est beau et bon comme du Coucou d'Noutous...émoi j'fond de l'écaille quand la musique est bonne comme là-bas.
    Je t'aime pas j't'aime +++++++++++++++++++++ ma Céleste.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @ Alain : "ma" Céleste, comme tu y vas toi !
      Pouète et rudit comme tu es, tu sais pas qu'elle est à personne, notre Céleste hôtesse ?
      8oP

      Supprimer
    2. @ Alain : t'énerve pas, Alain, j'te chinais, hein !
      ;o))

      Supprimer
    3. @Alain
      Aimer plus plus plus plus plus c'est beau et bon comme un envol d'abeilles à l'approche de la fleur.
      Ça frétille dans le coeur de la reine, j'te dis pas comme.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    4. @Jdissa
      mééééeuhh... c'est que d'la posésie !
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    5. L'abeille de cas dix ça décuple l'amour en vers et contre tous les maux-maux dits !

      Supprimer
    6. Et comme chantait mon dabe dans sa salle de bains la fenêtre ouverte sur le ciel
      « La bielle de Cadix a l'essieu de velours...» ;-)
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    7. Ton dab y l'avait du la voir dans la baraque foraine de la femme à barbe !

      Supprimer
    8. Sûrement ! Ou alors dans l'Almanach Vermot... ;-)

      Supprimer
  14. J'aime beaucoup ce billet et son humanité.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci heure-Bleue.
      Ça me touche beaucoup.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  15. Toutes ces petites vibrations qui émanent du téléphone et transportent des émotions, des joies malicieuses, des tendresses délicates, des douleurs sans fond, des désarrois, des rébus mystérieux qui veulent nous faire réfléchir et y parviennent, des invitations des questions des partages, des bouts de vie qui la font juste, ronde, et belle, et pointue, pleine de coins pour s'y cogner, et pleine de baisers d'enfants.
    Je t'en fais un, de baiser, gros, tendre, un qui fait MMMFFF, avec le bruit et tout, pour te remercier de ce vibrant morceau de vie.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ton comm est un vrai poème, ma baladine.
      C'est bon comme les croissants chauds et tout dorés, quand je soleil frôle la joue sur le drap et que le café embaume.
      Même bisou en retour <3
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    2. Je suis d'une incapacité crasse en matière de poésie. J'adore en lire. Mais je ne sais pas faire.
      Ton billet est très émouvant. Très. Vrai. Juste et vrai. C'est ce qui nous touche. Tu atteins le plein cœur ♥

      Supprimer
    3. des bouts de vie
      qui la font juste,
      ronde, et belle, et pointue,
      pleine de coins pour s'y cogner,
      et pleine de baisers d'enfants.

      Cette phrase là est très belle et très poétique.
      Merci pour tes mots sincères.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  16. Qu'est-ce que j'ai aimé ce billet plein de sensibilité, d'humour parfois et de poésie toujours. J'ai l'impression que Marie Rouannet, célèbre le quotidien comme le fait Philippe Delerme? N'est-ce pas vrai ?
    Bises

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je n'ai pas encore lu le livre, mais au vu du résumé dont j'ai écrit quelques lignes, cela semble s'en rapprocher, en effet.
      Et toi, tu te rapproches de emma qui parle de « la première gorgée de bière »
      Les grand esprits contemplatifs se rencontrent... ;-)
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    2. tiens il y a aussi "Célébration du quotidien" de Colette Nys Mazure, qui a eu de nombreux prix!

      Supprimer
    3. Joli titre en effet !
      Je suis friande de ce genre de lecture, de plus en plus...
      Merci Coum.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  17. Sa Majesté Silence.....

    Au début des cris , et puis le silence
    On serait pas contre que cela recommence

    Et puis la vie, la vie, la vie, la vie
    A l'infini....

    Chère Céleste, cette tranche de vie plurale ainsi partagée est tres touchante comme cette chanson....
    Que l'on s'y reconnaisse ou pas ce sont de beaux témoignages d'amitié et de vie partagé...

    Merci pour tout cela et pour le reste,
    tout ce que la vie nous apportera encore....
    Alors, n'hesitons plus.....vivons

    Bises emues

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Très jolie et très poétique interprétation de l'acronyme SMS...
      Cette chanson me donne des frissons.
      François Morel, découvert il y a quelque temps dans sa dimension de chanteur, n'a pas fini de m'étonner.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  18. Cette totale imprévisibilité de la vie, cette extrême fragilité du quotidien, cette permanente absence d'acquis : une fraction de seconde suffit à faire basculer une existence. La faire chavirer et sombrer ou lui donner une nouvelle naissance. Une fraction de seconde, un SMS, quelques signes sur Twitter...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Impermanence, fragilité, imprévisibilité...
      On est assis sur des sables émouvants...
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  19. Le Père Noël qui joue de l'accordéon…
    c'est un peu Giscard qui nous aurait fait croire que le peuple est souverain…
    la vie rêvée des anges, en quelque sorte.

    Et sinon, c'est une belle manière d'évoquer sa journée.
    peut-être qu'un jour je ne laisserai plus mon smartphone en mode silence 24/24

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'aime bien ton interprétation politique.
      Bon, pas la peine que je t'envoie un SMS alors ? ;-)
      Ou alors tu as un petit signal « spécial Célestine » ? ;-)
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    2. Je les lis les SMS que je reçois.... et même j'y répond le plus souvent....
      Ce qui m'agace c'est le "ting" ou le "zouipp" à chaque fois... :)
      J'aime pas vraiment cette instantanéité où il faudrait répondre.... Mais de temps à autre je regarde l'écran !!

      Supprimer
    3. Ting et zouipp, c'est trop mignon.
      Nan mais je te charriais, hein, je sais bien que tu réponds. Et moi-même, je ne réponds pas dans l'instant...
      On a une vie en dehors quand même ! ;-)
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    4. Il me semble justement que l'avantage du sms, c'est qu'il n'y a pas d'urgence à répondre. On l'envoie et on laisse à celle ou celui qui le reçoit le choix du tempo. Sinon on appelle...

      Supprimer
    5. Mais absolument...
      Bon y en a qui en abusent et qui nous mettent sur des charbons ardents pendant des heures...
      Un juste milieu, c'est pas mal aussi...
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  20. Quand les messages se font passage
    Quand le petit devient grand à ton coeur
    Quand l'empathie fait danser ta vie,
    et la nôtre en écho.
    Merci.
    Nicmo



    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ce fut un plaisir de recevoir ton message, Nicmo.
      Et un petit bonheur de plus dans cette journée si belle.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  21. Bonjour Célestine, comme je suis heureuse de retrouver ton chez toi aux douces couleurs, c'est si beau. C'est toute heureuse que j'ai lu tes mots qui me touchent toujours. Ton chez toi est doux et cocooning de plus avec une superbe chanson et je suis certaine que tu m'offrirais une bonne tasse de thé chaud, car les petits flocons légers comme des plumes sont arrivés dès midi. Ils se poseront peut-être cette nuit.
    Bisous ♥

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oh tu ne peux même pas savoir comme ça m'a contrariée ces couleurs criardes...
      Ce n'est plus qu'un mauvais souvenir, heureusement !
      Et je t'offre bien volontiers une tasse de thé.
      En attendant que tu nous fasses une merveilleuse photo de ces petits flocons de plume...
      Bisous ma rêveuse
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  22. Ohlalalala chère Céleste quelle journée tu as eue ! ! pas une minute à toi......le doigt toujours sur le clavier, l'oreillette bien calée et à l'issue de çà tu nous fais le cadeau de partager avec nous. Tous ces gentils messages écrits, chantés, parlés, dessinés qui nous réjouissent ne seraient pas possible sans ce petit ustensile qui ne nous quitte jamais : l'Iphone. Alors oui, je le revendique, je suis accro à cet outil qui me rapproche des gens que j'aime et qui me permet de m'enrichir sans perdre de temps. A propos, as tu pensé à metre ton telefonino en charge ?
    Bises virtuelles

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu as été payée pour faire de la pub pour la pomme ? ;-)
      En tout cas, oui, j'ai rechargé la bête, et pardon si je n'ai pas rappelé, comme tu vois j'ai été bien occupée, mais pas uniquement virtuellement...
      Comme je l'ai dit à Alain, on a une vie en dehors du virtuel.
      baci molto reali
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  23. Hello Angel Baby. Voilà un billet qui fourmille, qui fourmille de plein de choses, des choses de la vie. Il y a des livres, des chansons, des gâteaux d'anniversaires, des larmes pour les partants, des inquiétudes dans la salle d'attente, du café à partager. La vie, cette vie parfois charogne, mais cette vie que l'on aime tant. Ah j'oubliais, il doit bien y avoir un banc. Bises émues mon amie. ATTB.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, il y a toujours un banc où l'on puisse s'asseoir et se raconter ces petites choses de la vie.
      Au bord d'un lac scintillant.
      Et un chien qui aboie dans le lointain
      Et la lune, la merveilleuse lune...
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  24. La vie nous réserve de jolies surprises et il suffit de savoir écouter son cœur et son instinct , ce que tu sembles fort bien faire , Célestine. Sympa François Morel !!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oh oui, très sympa François Morel.
      As-tu lu mon billet sur la grâce ?
      Et comment vas-tu cher zicos ?
      Bises
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  25. Tranche de vie SMSisée!Ces petits appareils ont révolutionnés la vie sans que l'on s'en rende compte.Quand j'étais enfant,dans les années... Le téléphone ne sonnait pas,il n'y en avait pas.Quand on était appelé à la cabine,la "dame" du téléphone nous prévenait,on se faisait du souci,c'était réservé uniquement aux mauvaises nouvelles.Elles arrivaient toujours par téléphone,parfois par SMS...Heu,je veux dire par télégramme.
    Maintenant,les joies,les peines,l'amour,la haine,la vie quoi!

    Si belle soit la vie c'est une tombola
    mais la vie la vie la vie la vie
    si moche soit la vie c'est un joli combat...M delpech
    https://www.youtube.com/watch?v=wBD6ql18X1c

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. La chanson de Delpech résume, en termes trop musclés pour moi, la diversité de la vie. Tombola, combat, corrida, cinéma...mais c'est tellement autre chose aussi, non ?
      L'ami Delpech a été plus inspiré sur certaines autres chansons... Connais-tu celle-ci ? Je la trouve merveilleuse. Séquence émotion...
      ¸¸.•*¨*• ☆



      Supprimer
    2. Oui bien sûr,la vie ne se résume pas qu'a cela! d'ailleurs,la vie se résume t-elle?
      Merci pour cette découverte!Je ne connaissais pas.j'aimais sa voix suave d'homme mûr(Delpech mûre). Merveilleuse, Sensuel!

      Là, dans ton cœur, dans tes bras
      Là, je n' sais pas dire non
      Non à ce mot-là
      Dans ton cœur, dans tes bras
      Là, je n' sais pas dire non
      Non à ce mot-là

      Supprimer
    3. Je savais que tu aimerais.
      Et Delpêche mûre alors là, chapeau !
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  26. Il m'envoie des mots pour rassurer le silence... intemporellement beau.
    La vie, doucement, laisse des races dans nos mémoires, tout comme le fait une horloge dans nos oreilles avec son tic-tac régulier.
    La vie à une beauté que les yeux ne voient pas forcément, mais que le cœur entend.
    Ton texte est original mais encore empreint d'une si belle sensibilité.
    Ton cœur a une oreille musicale...
    Bises sorties du silence.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. La grande force des poètes, c'est que même lorsqu'ils parlent normalement, leurs commentaires sont encore de la poésie...
      Et tu sais que tu en fais partie.
      Merci pour ce « coeur qui a une oreille musicale » tu ne peux même pas savoir à quel point ça me touche.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  27. Dis donc, ma petite Celle qui es si mignonne, j'ai la flemme de chercher. Cette Marie Rouanet ci, c'est y celle ( sans majuscule, hein ) qui chantait des chansons qu'on trouvait avec celles de Marti et Rouquette enregistrées sur des disques 33 tours édités par Ventadorn? Tu sais, toi?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Chouette une enquête !
      Alors j'ai trouvé ça chez les Editions Ventadorn :
      Les Noëls : les plus célèbres sont chantés par Maria Rouanet : Cantem Nadal. Un événement en 1980 : l’américain Joël Cohen et La Boston Camerata, ensemble spécialiste de la musique ancienne, enregistrent en l’église Saint-Aphrodise de Béziers Nativitat en occitània e endacòm mai, un disque de noëls méditerranéens, dont Yves Rouquette est le récitant.

      Les troubadours, avec Gérard Le Vot qui y consacre un disque entier ; Maria Rouanet et Marti, Patrick les interprètent aussi aux côtés de leurs propres textes.

      J'ai lu Wiki pédiatre, et j'ai vu ses photos. C'est bien elle.
      Un sacré bout de bonne femme !

      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  28. Célestine, bonjour !

    Tu es passée par toutes les émotions en écrivant ce divin texte. Bravo ! Quel régal à chaque fois ! Merci ! Merci ! Toi aussi tu es notre eau vive. Bonne journée à toi et grandes bises !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci ma copine!
      On sent que tu as la patate rien qu'à tes points d'exclamation !
      Belle journée à toi
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  29. De petits messages qui virevoltent dans nos cœurs telles des plumes ou des flocons... SMS ou petits mails, j'aime ces envois légers, discrets, même si le sujet est triste, c'est plein de délicatesse... Doux week end Célestine, des bisous. brigitte

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Les plumes tombent du ciel ce matin, cependant que je t'écris, je vois par ma fenêtre une parfaite adéquation entre les mots et les faits.
      C'est un plaisir très subtil...
      Bisous ma Plume
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  30. Mon astrologue m'a dit : "Tu n'es pas un solitaire"

    Toi, non plus, on dirait ! :-)

    Hé, @Oncle Walrus ! T'as vu tout ce que tu rates, à ne pas avoir de portable !
    Faut la moderniser, ton entreprise de taxi ! ;-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Quoi ? Tu voudrais que Walrus s'uberisât ?
      Non je ne suis pas seule, j'ai plein de petits contacts tout doux avec mes lecteurs...
      Et tous les matins, c'est la surprise dans la boîte mail, un vrai calendrier de l'avant et de l'après...
      Kiss you, my uncle
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  31. Ce billet et ces messages sont bien beaux, certes...
    Mais j'ai a commenter sur un autre sujet : l'illustration de la vignette!
    Depuis longtemps, je m'étais retenu de le faire, espérant que l'erreur serait réparée, mais non...
    Il s'agit de l'ombre de la mouette qui est "casse-gueule" : zéro au cours de dessin!
    Mais non,non, je ne suis pas prof de dessin, mais oui, oui, je suis un vieux grincheux d'esthète...
    ou simplement un amoureux des beaux oiseaux, des belles femmes et des beaux bateaux, donc de leurs images jusqu'au détail de leurs ombres portées !
    Alors merci Célestine de repositionner (avec l'ombre de ses pattes!) l'ombre de l'oiseau "sur" l'ombre de la proue, c'est-à-dire en-dessous (hors-cadre)!!
    Mais bise à la belle dame, sans l'ombre d'un doute !
    Rémi

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. On avait un débat passionné avec une de mes amies (une autre belle femme qui aime les bateaux et les oiseaux) sur ce qu'elle entendait par « être couillu » outre que je pense que cette expression peut s'appliquer à une femme, tu me donnes là un très bel exemple de ce courage spécial que j'appellerai l'honnêteté intellectuelle, qui est de dire ce que l'on pense et de penser ce que l'on dit. J'apprécie que tu aies mis le doigt sur une erreur flagrante que j'ai oublié de corriger. Bon se prendre un zéro dans les dents de bon matin ne fait jamais trop plaisir et c'est pourtant une méthode efficace même si, de nos jours, il ne faut plus en parler, parce que ça traumatise ces pauv'petits choux. J'ai toujours cru à la vertu pédagogique de la note, et il m'a fallu être « couillue » plus d'une fois pour défendre mon point de vue. Que j'expliquerai peut-être un jour...
      Merci donc, pour cette franchise dont je te sais gré comme tu ne peux l'imaginer.
      Bises célestement contentes
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    2. Ah ben oui mais... si on voulait corriger la justesse des ombres portées, c'est toute la spontanéité poétiques des dessins célestiniens qui pourrait en pâtir !

      Question philosophico-pédagogique : peut-on noter un dessin ?

      Supprimer
    3. Bon faut avouer que ça tirait l'oeil cette ombre improbable. Ça ne me dérange pas de me remettre en question quand c'est justifié.
      Noter un dessin, bien sûr...demande à Drouot ... Tout se note, tout s'évalue...
      Après la note reste subjective.
      Par exemple je te mets vingt sur vingt en questions philosophico-pédagogiques...mais ça ne vaut que ce que ça vaut.
      J'ai souvent utilisé la note pour aider mes élèves.
      J'ai même écrit toute une thèse là-dessus, à l'époque où les notes sont vues comme des choses diaboliques et paralysantes, moi j'en faisais des moteurs de prise de confiance en soi. Avec tout plein d'arguments de fée...
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    4. Tout peut se noter... à condition d'avoir établi les critères de notation. Pour un dessin il en faudrait plusieurs. Dont celui, éventuellement, de la fidélité des ombres portées ;)


      [pssst... tant qu'on est dans ce qui tire l'oeil, il n'y a pas d'ombre portée dans une ombre portée. Donc pas d'ombre de rame dans l'ombre du bateau. J'dissa j'dirien]

      Supprimer
    5. Tu veux aussi un vingt en coupage de cheveux en quatre ?
      Bon je ne touche plus à rien de mon dessin, c'est bon, j'ai compris ce que tu veux me dire... ;-)
      La mer la nuit n'est pas turquoise, et un phare c'est pas penché, etc etc...
      Mais si tu utilises le copyright "j'dissa d'irien" tu vas te faire remonter les bretelles par l'intéressé...

      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    6. C'est bien si t'as compris ce que je voulais te dire, parce que moi je ne suis pas sûr de le savoir ;)

      20/20 en coupage de cheveux en quatre, c'est bien possible. Mais je rechigne à mettre en pratique ce talent hors-pair, qui pourrait rapidement se révéler diablement agaçant et me faire passer pour un chieur de première classe. Je ne m'y adonne donc que sur demande expresse, dument motivée et contre décharge de toute responsabilité quant aux éventuelles conséquences ;)

      Supprimer
    7. Je suis confus d'avoir joué au vieux prof grincheux... alors que
      1- il y a une flopée de beaux commentaires sur un très beau billet...
      2- je fus un amateur d'écoles buissonnières toute ma vie (même d'adulte), pour fuir les notations abscontes...
      Mais, bravo, Célestine, tu l'as bien pris - en "couillue", soit! - et tu as même corrigé le dessin...
      Alors promis, la prochaine fois, je commente "pour de vrai", promis !

      Supprimer
    8. Mais non, Rem, ne sois pas confus. Je trouvais ça très bien que tu me le dises. D'autant que tu avais raison.
      Je suis, pour ma part, une amatrice de liberté et je n'aime pas que les gens se censurent.
      Et puis franchement c'était trois fois rien à faire, et j'ai réalisé tout à coup combien cette ombre flottante était improbable...
      Bisous et reviens quand tu veux.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    9. @Pierre
      J'adore ton dernier commentaire ...
      mais tu as de l'humour en fait... ;-)
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  32. Réponses
    1. Merci Manou et merci aussi pour ton mail de ce matin, qui m'a permis d'essayer de comprendre ce qui coince au niveau des commentaires...
      Je pense que si tu passes par ton mobile, il te faut aller tout en bas de la page et « afficher la version web » et ainsi tu peux poser des commentaires comme sur un ordi.
      Bisous ma belle
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  33. Ce qui m'épate c'est que tu puisse recevoir des SMS de 13 personnes différentes dans la même journée. Extraordinaire conjonction ou fréquence "ordinaire", comme tu sembles le laisser penser ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Depuis que j'ai ouvert ce blog, j'ai tissé des liens avec un grand nombre de lecteurs et lectrices, et je dis souvent que l'activité blog est comme un arbre : autant de racines enfouies que de feuillage apparent. Autrement dit, quand j'ai fini de répondre aux commentaires visibles, je me consacre à répondre à ceux faits en privé.ET il y en a chaque jour presque autant...
      Mais je ne me plains pas, c'est une activité que j'apprécie beaucoup, j'aime ça, le contact d'âme à âme. Et les moyens de communication modernes le permettent. (Pour l'instant).
      13 SMS ce n'est pas rare chez moi, mais ce qui m'a surprise, c'est qu'ils soient d'une telle qualité et de 13 personnes différentes, c'est vrai. Comme tu le sais il m'arrive d'en échanger des dizaines avec la même personne, pour peu que le sujet soit passionnant ;-)
      Bon je ne parle pas de ceux qui m'ont annoncé de mauvaises nouvelles, mais plutôt de ces petits cadeaux, de ces petites attentions, une image, une citation, un livre lu, une pensée, qui font que soudain, on se sent quelqu'un d'important à qui l'on pense. Il y a eu une conjonction intéressante qui n'arrive pas tous les jours, c'est vrai. Et suffisamment rare pour que j'aie eu envie d'en faire un billet.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  34. C'est là que je me rends compte que je n'ai pas la "culture SMS" : quand je pense à quelqu'un je ne pense même pas à lui signifier ! Il est bien rare que j'envoie un sms autre qu'utilitaire !

    Mais à bien y réfléchir ça va plus loin que ça : il est presque aussi rare que j'envoie spontanément un mail ou prenne le téléphone. Je suis davantage un "receveur" (et "répondeur") qu'un "émetteur". Diverses craintes mal identifiées en sont sans doute la cause (crainte de déranger, d'être intrusif, d'être mal reçu... que sais-je...). Or je "sais", intellectuellement, que ce ne serait pas le cas pour la plupart des gens que je connais.

    Pourtant, dans l'autre sens, j'apprécie les (rares, elles aussi) attentions à mon égard :)
    Cherchez l'erreur...

    Merci pour ce billet, qui me fait utilement cogiter.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je comprends certaines choses, en te lisant... ;-)
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  35. Dans tout il y a de l'or, et certains ou certaines le détectent tout de suite. Des messages nous touchent, se relient, se complètent... des affections "virtuelles" prennent de la vérité et de virtù passent à verità... et on les reconnait à l'or qui scintille comme une brume ensoleillée...

    Baci sorellita

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Qu'est ce que tu veux que je rajoute à ça ?
      Tu es une grande, n'en doute pas.
      Je sais reconnaître l'or, c'est vrai, je suis une orpailleuse de la relation humaine, là où il se trouve je le déniche en pépites parfois grosses comme des oeufs .
      Et il est dans ta plume, ça ne fait aucun doute.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  36. Le grelottement de mon appareil, il y’a des nuits et des jours de cela, accompagné d’un léger gazouillement de ma musique élue de ma messagerie, faisait bondir mon cœur d’un saut périlleux. Je me ravissais dans mon assaut vers l’appareil à prendre les mots reçus comme des rayons d’un soleil qui tardait à darder. Depuis, le silence fut, mon cœur virevolte au moindre chuintement qui me rappelait le son de sa voix, celle élue dont les notes habillent ma mémoire. Pour l’anecdote : j’ai mis mon appareil fétiche, dans un écrin fleuri attendant qui sait, un jour, un écho d’un éventuel chant printanier.
    Bises fredonnées et portées par un pigeon voyageur.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Comme ces petits appareils sont devenus importants depuis qu'ils transportent les gazouillements des coeurs et des âmes. mais on en a oublié que les nuages, et la lune, sont les plus beaux des messagers. Ils envoient, par delà les mers les chuchotements et les pensées, et les assurances que l'indéfectible se passe de paroles. C'est juste un fil d'or tressé par dessus les nuées.
      Bises posées sur un flocon de neige

      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  37. Bonsoir Célestine,
    C'est beaucoup de ta vie tu partages avec nous. C'est très émouvant,
    Bisous,
    Mo

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'aime partager ma vie, ma chère jardinière. Comme tu nous offres ton jardin, tes corolles magnifiques, tes étangs et tes pelouses, moi je n'ai que des mots.
      Bisous
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  38. Ce commentaire a été supprimé par un administrateur du blog.

    RépondreSupprimer
  39. Ben, dis donc, ça chauffe , le téléphone portable...ça doit clignoter autant que les guirlandes de Noël...
    Pour moi qui n'en ai acheté un que depuis quelques mois, et encore, par nécessité...13 SMS par jour, c'est énooorme...
    Mais bon, c'est un nombre qui porte chance...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui ce fut une journée faste... ;-)
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  40. Parfois les sms peuvent être poétiques, souvent accidentellement, parfois ont des sens cachés, parfois disent le contraire de leur intention, mais quoi qu'il en soit ce sont des styles différents et c'est de la vie, de la vie, tu as raison. Ton text é treize original :)
    Bises.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pour le contraire des intentions, oh oui, combien de fois ai-je mal interprété un sms...
      Treize original, ça l'est !
      Bisous Patrick
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  41. Joli article. Je me demande finalement s'il ne valait mieux pas que ton téléphone bugue ce jour-là...je retiens les négatifs.
    La vie, la vérité...
    La vérité est comme le soleij, elle fait tout voir et ne se laisse pas regarder. C'est de Hugo, chiant comme la mort à lire mais il avait le sens de la formule non ?
    Bisous.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu retiens les négatifs...alors qu'il n'y en a que deux sur treize...
      Chiant comme la mort Hugo ? je n'aurais pas dit ça. Dense, et certainement plus du tout adapté à notre époque de zapping. A ne pas lire in-extenso, non, sauf pour quelques exégètes.
      Mais le lire par petits bouts (façon puzzle) oui je l'ai toujours fait.
      Et ses formules sont fabuleuses.

      «Un nœud de fleurs se mêle aux fers qui nous enlacent.»
      n'est-ce pas une belle formule d'optimisme et de juste milieu ?

      Bisous beau dimanche, Mindounet

      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  42. ...Pas trop SMS - ces petits messages courts le plus souvent, sont surtout des utilitaires pour moi... mais j'aime le rapport que tu établis avec chacun, chacune d'entre nous,... ils sont des instants de vie qui parlent de bonheur, ou de douleur ressentis à la lecture de ton joli billet frémissant qui permet cette lisibilité !
    je te souhaite un beau dimanche Célestine... ici la neige a fondu sous le soleil et le ciel bleu. C'est presque dommage.
    Bisou.
    Den

    RépondreSupprimer
  43. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

    RépondreSupprimer
  44. J'adore !
    La vie... terrible et merveilleuse.
    Des pensées :)

    RépondreSupprimer
  45. J'ai justement entendu que le premier sms (peut-être de voeux de noël) a été envoyé il y a quinze ans (? non, ça me paraît tard ça) d'un ordinateur sur un téléphone portable et que cela a révolultionné notre mode de communoication. Alors peut-être dix-huit ans, en tout cas, les premiers, j'ai dû les envoyer en 2000. Pourtant, pendant longtemps, je n'ai pas voulu de portable. On connaît la suite ! Bonne semaine Célestine, en commentaire et sans sms !

    RépondreSupprimer
  46. Merci mes douces amies, Den, missfujii, Cloudy, Pivoine, c'est adorable.
    Je ne me sens pas très bien ce soir, mais je vous remercie pour vos mots gentils.
    je vous embrasse de tout coeur
    ¸¸.•*¨*• ☆

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Toujours en pensées avec toi Cara, si je peux être utile....
      Molto baci

      Supprimer
    2. Ohhhh je n'avais pas mesuré que tu n'allais pas bien...
      J'espère que ces journées sont plus douces.
      Je te serre :)

      Supprimer
  47. Toujours autant de poésie chez toi Célestine, tu fais de sms un véritable conte du quotidien. C'est beau et triste, c'est la vie ...
    Je te souhaite une belle semaine.

    RépondreSupprimer
  48. A la fois toute simple et très émouvante ta note, de la vie comme elle va, un peu désordonnée, un peu toute mélangée de joies et de peines.
    J'aime bien aussi ce mode de communication, on peut lire et répondre quand on veut, une ligne ou dix, alors que le téléphone est plus intrusif. Je ne les garde pas tous sur mon téléphone, seulement les plus importants, et quand je les relis ça fait un peu comme ta note, des tranches de vie, des moments qui ont compté...

    RépondreSupprimer
  49. Pardon mes amies, je n'allais pas très bien, Nora-laure, Pastelle, mes chères artistes, et toi Cloudy.
    Mais l'orage s'éloigne, ça va mieux.
    ¸¸.•*¨*• ☆

    RépondreSupprimer



Je lis tous vos petits grains de sel. Je n'ai pas toujours le temps de répondre tout de suite. Mais je finis toujours par le faire. Vous êtes mon eau vive, mon rayon de soleil, ma force tranquille.
Merci par avance pour tout ce que vous écrirez.
Merci de faire vivre mes mots par votre écoute.