dimanche 29 octobre 2017

Chers voisins











Mes voisins sont des gens discrets. Jamais un mot plus haut que l’autre. Leur silence est à peine troublé par les oiseaux. Car leurs jardins aux allées bien ratissées abritent des corbeaux et des merles, qui, dans leurs chamailleries, font tomber les feuilles jaunies sur un rare gazon.
Je ne connais que leurs prénoms.
C’est vrai qu’ils cultivent le mystère, mes voisins. Ils ne s’animent qu’à la nuit. Qui est vraiment cet Hector qui se met parfois au piano, sous la pleine lune, accompagné de Frédéric et de Michel ?
Que peuvent bien se chuchoter, sur les ailes du vent aigre de novembre, Paul et Guillaume ?
Quelles sont ces ombres drapées dans de longues robes diaphanes, Maria et Sarah, devant lesquelles Oscar et Marcel ôtent leurs melons respectueusement ?
Est-ce qu’ils s’embrassent vraiment, Simone et Yves, ou bien est-ce qu’ils s’engueulent, sur ce banc à l’écart, pendant que les deux Pierre jouent au tric-trac ?
Et pourquoi n’y en a-t-il que pour un certain Jim, un bellâtre qu’Edith aurait peut-être appelé Milord…
Seulement voilà, mes voisins ne répondent jamais à mes questions.
Et pour cause. J’habite au 30 rue des Rondeaux.
Et je jouis, de la fenêtre de ma chambrette sous les toits, d’une vue imprenable sur les tombes du Père-Lachaise.
¸¸.•*¨*• ☆






Alors, les avez-vous reconnus, mes chers voisins, au nombre de quinze ?
Pour les Impromptus Littéraires, sur le thème des voisins mystérieux...
Musique: Autumn Leaves by Yenne Lee

120 commentaires:

  1. M'en manque.Je n'ai trouvé que Morrison et Gassion, Signoret et Livi, Wilde et Proust, Albert Vladimir Alexandre Apollinaire de Kostrowitzky, Berliotz, Chopin et ....Delpech?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est déjà pas mal !
      Ah Delpech est au Père Lachaise ? Je ne savais pas. Je pensais à Michel Petrucciani, un grand pianiste de jazz extraordinaire et atypique, pas de jambes mais des mains en or...
      Quant à Apo et Piaf, je ne me souvenais plus de leur deuxième patronyme à chacun d'eux.
      Well done, cher ami !

      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    2. Delpech c'est de l'humour pour le contraste entre la taille et la dimension du talent. l'un pianiste, l'autre pas.N'empêche: ^par dessus les toits soudain j'ai vu.......

      Supprimer
    3. Après vérification, Delpech est bien là-bas...
      Et je ne crois pas que l'on puisse dire qu'il n'avait pas de talent.
      Si ? ;-)
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  2. c'est un voisinage tout à fait charmant, je n'en changerais pas :-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tout à fait charmant il est vrai...
      Perdu dans les brumes d'un songe qui renaît sur une note de musique, ou en tournant les pages d'un livre...
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    2. 30 rue des Rondeaux... Ce n'est pas là que le bistrot du rez-de-chaussée s'appelle "On est mieux ici qu'en face" ?

      Ah non, c'est à Dieppe !

      Supprimer
    3. Meuh non, c'est dans la vallée de la Vésubie !
      ;-)

      Supprimer
    4. C'est le genre d'enseignes qu'on trouve en face des prisons et des cimetières.
      L'Etat avait intenté (et perdu) un procès au tenancier d'un bar en face de la prison de Fresnes, qui arborait cette enseigne.
      Donc, pour vous mettre d'accord, il y en a partout...

      Supprimer
    5. Quelle déception, moi qui croyais que la mienne était vareuse...
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    6. C'est vrai que certains bistroquets n'ont pas l'humour très inventif.
      On pourrait peut-être leur donner des idées?

      Supprimer
    7. Certes, on peut lancer un concours, si tu veux...
      Baci caro mio
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  3. Ils sont nombreux tes voisins et je trouve qu'ils font encore pas mal de bruit. Et tu sais quoi, c'est rudement bien ainsi. Puisque l'on a "balancé"' des noms j' y rajouterai uen cantatrice grecque et une actrice qui a joué...Hamlet, qui aimait bien une île bretonne; etc... Bises du Père Eeguab ma chère enfant et ATTB.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ile grecque + pope musique = Père Eeguab ? hihi!
      Peut-on vraiment appeler bruit les sons divins qui sortaient de la bouche de la Callas ?
      Pour la Bernhardt, je ne sais pas trop, les quelques enregistrements que l'on a d'elle n'étant pas d'une qualité fabuleuse, difficile de se faire une idée...
      Kisses Father Claudio
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  4. Evidemment que je les ai reconnus, tes voisins !
    Dès que j'ai lu "rue des Rondeaux".
    Nous avons habité contre le Père Lachaise, près de l'entrée de "La Réunion" pendant des années...
    Inutile de te dire que HB et moi avons souvent traversé le Père Lachaise pour aller faire les courses vers la place Gambetta, près de la mairie.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'a été le quartier de mon fils aîné durant six ans, il habitait rue de la Cour des Noues et travaillait rue des Bluets.
      Le père Lachaise était sa promenade quotidienne pour se rendre à pied au boulot.
      Et à Paris, se rendre à pied au boulot c'est un luxe incommensurable...
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  5. Sans compter le petit mausolée d'Héloïse et de son camarade Abélard, celui "qui fut châtré et puis moine"...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. On en revient toujours à Brassens quand on fait la ballade des cimetières... ;-)
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    2. Tss tss...
      Brassens citait François Villon, celui qui se demandait "Où est la très sage Héloïse" qui ne l'était pas tant que ça.

      Supprimer
    3. J'ai pas de pot, tu es un censeur redoutable. ;-)

      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    4. C'est juste ^parce que chaque fois qu'on passe sur le quai aux fleurs, on passe devant la maison d'Héloïse et Abélard et chaque fois Heure-Bleue me récite :
      "Où est la très sage Héloïse,
      Pour qui châtré fut et puis moine
      Pierre Abélard à Saint-Denis?
      Pour son amour eut cette supplice.
      Semblablement, où est la reine
      Qui commanda que Buridan
      Fut jeté en un sac dans la Seine?"
      Tu penses bien qu'arrivée dans le quartier en 1971, suivant son Goût chéri, j'ai entendu plus d'une fois "La ballade des dames du temps jadis"...

      Supprimer
    5. Moi aussi je l'ai en tête, mais simplement mise en chanson par mon grand Georges.
      Ce qui lui a donné un autre relief.
      L'important est-il vraiment de surveiller jalousement la propriété intellectuelle, ou plutôt de connaître les textes de notre culture ?
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  6. Il y a tant à dire sur ce lieu mythique, et votre façon d'en parler est tellement...personnelle une fois de plus.
    C'est sans doute ce que Brassens appelait « semer des fleurs dans les trous de son nez » en parlant de la Camarde.
    Votre cimetière est presque joyeux, vivant, et faire renaître l'espace d'un texte quelques unes de ces chères âmes disparues, c'est un petit cadeau.
    Décidément j'aime vos billevesées.
    ~L~

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Quand je disais au Goût que l'on revenait toujours à Brassens, je n'avais pas encore vu votre commentaire, cher Lorenzaccio.
      Le thème est d'actualité, partout ce ne sont que chrysanthèmes et funèbres reportages.
      Mourir pour des idées, d'accord, mais de mort lente, comme disait le poète.
      Le père Lachaise est quand même un lieu exceptionnel, vous avez raison. Et il ne s'en dégage pas vraiment de tristesse. Plutôt une invitation à réfléchir aux vanités de ce monde...
      Une balade philo, en quelque sorte.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  7. Tes voisins paraissent énigmatiques, mais ils sont là, dans une terre somptueuse, où ils prennent leur temps de gésir alors que leur ombre se dépaissit.
    Voici ta liste moins un (Hector): Edith Piaf
    Guillaume apollinaire
    Marcel Proust
    Pierre Desproges
    Simone Signoret
    Ives Montand
    Frédéric Chopin
    Jim Morrison
    Oscar Wilde
    Paul Eluard
    Sarah Bernard
    Michel Petrucciani
    Hecto Berlioz
    Maria Callas

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oups! Moins un pour Milord et non Hector

      Supprimer
    2. Ah cher Bizak, le mystère s'évanouit d'un coup avec ta liste ! ...
      Heureusement tu as laissé un suspense sur le partenaire de tric-trac de l'un des deux Pierre...
      Quant à Milord, ce n'est que le personnage d'une chanson, et je ne sais pas s'il a réellement existé.
      Voilà un deuxième mystère que tes petits camarades auront à élucider... ;-)
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    3. Hors mis Milord l'Arsouille un cabaret du premier arrondissement... Je ne vois pas !

      Supprimer
    4. Milord ne fait pas partie des quinze personnages de mon texte-devinette.
      C'était juste un indice pour mettre sur la voie de Piaf...
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  8. Tu as de la chance d'avoir de tels voisin si cultivés et qui ne font pas trop de bruit. C'est l'inverse de chez moi. J'ai des voisins plutôt jeunes et qui mettent leur musique à fond le week-end jusqu'à plus d'heure.
    Bon dimanche à toi !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah...les problèmes de voisinage...Ils en font couler de l'encre !
      Il est vrai que l'on ne choisit pas ses voisins, c'est un peu comme dans la chanson de Renaud.
      Et dans son HLM, il y décrit une belle bande de bras cassés...
      Là, le mot « complication des relations humaines » prend tout son sens ... ;-)
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    2. C'est vrai que ceux-là, pour sur, ils sont calmes à souhaits.

      Supprimer
  9. Bonjour
    Ca serait bien des voisins aussi calmes!
    Quoi que je ne me plaint pas des miens qui sont charmants aussi!
    Quand à trouver qui ils sont, j'avoue avec honte que je sèche totalement...
    Bisous

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Même pas Paul et Guillaume ? Si je te dis que ce sont des poètes ?
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    2. ...Peut être Guillaume Apollinaire? Et encore je suis pas sûre...Oscar me fait penser à Oscar Wilde, mais ça pourrait être quelqu"un d'autre..
      Bisous

      Supprimer
    3. Sur Wikipédia, on trouve la liste de toutes les personnes célèbres enterrées au Père Lachaise.
      Pour Apollinaire, c'est exactement ça, il y a huit Guillaume mais aucun n'est aussi célèbre que lui.. Quant à Oscar Wilde, c'était facile: il n'y a qu'un seul Oscar dans tout le cimetière.
      Voilà voilà...
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    4. J'ai été voir sur wikipédia et c'est vraiment intéressant! Merci!
      Bisous

      Supprimer
    5. Tant mieux, je suis contente de t'avoir appris quelque chose, chère Wolfe. ;-)

      Supprimer
  10. La première fois que je suis entrée dans ce cimetière, j'ai été impressionnée par tous ces noms connus. C'était un peu comme de se promener au Musée Grévin, en fait. Je suis restée longtemps devant la tombe de Musset, un autre de ces charmants voisins que tu ne cites pas.Mais on ne peut pas tous les citer, évidemment !
    Mais j'ai fui celle de Jim Morrison, il y avait trop de monde ça m'a énervée.
    Bises
    Angela

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Et tous les chewing-gums collés partout sur sa tombe et alentour...C'était un peu dégoûtant...
      Mais c'est devenu l'attraction numéro un de l'endroit...D'ici qu'ils mettent un guichet à l'entrée...
      Bisettes ma belle
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  11. Tu vois belles châsses, je me souviens surtout de "la mère Lachaise" un bistroquet sis avenue de Ménilmontant, j'y ai vu pour la première une jolie Dame que je n'oublierai jamais. ];-D

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Un bien joli souvenir d'une rencontre qu'elle n'a sûrement pas oublié non plus, sois en persuadé. ;-)
      L'ambiance de ce Paris authentique, différent, de ces troquets animés et chauds où l'on oublie le temps...
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  12. Hélas, fidèle à Georges, je ne connais que celui du Montparnasse...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Où tu as des petites bosses plein les années, bien sûr... :-)
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  13. Un texte qui tombe bien…
    pour une fois que la mort a quatre jours d'avance !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Quatre jours, exact. Trop de gens confondent la Toussaint (fête censée être gaie) et le jour des Morts le lendemain...
      Et puis maintenant, pour faire bonne mesure et embrouiller encore plus le truc, il faut compter aussi avec la fête des morts-vivants, le grand carnaval des zombies... hihi !
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  14. Des voisins tranquilles !!!! on voit que tu ne connais pas le cimetière de Pierre Tombal
    https://www.youtube.com/watch?v=PwKVwiPA0KI
    Ti bacio

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Si si, je le connais farpaitement bien !
      J'ai même joué la Vie, une fois, dans une soirée "jeu de rôles"...
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  15. Un joli morceau d'écriture. Bravo !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci cher Julien.
      C'est concis et précis !
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  16. Chère Céleste,

    Quand "les fenêtres nous guettent"...............dans l'obscurité
    Quand notre coeur s'arrête..........en croisant le regard d'un être en beauté
    Quand les fenêtres rigolent....devant l'enfant qui s'émerveille
    Quand tombent en chevelure les pluies de la froidure
    Quand les fenêtres chantonnent au vent qui se lève à l'automne
    Quand les rues s'ouvrent aux amoureux des bancs publics
    Quand les fenêtres laissent entrer le soleil de l'été....."

    J'aime ces fenêtres qui laissent passer la vie
    Même si , chez moi enfant , elles donnent sur le cimetière
    Sur cette nécropole qui rappelle la vie d'avant ma vie
    Sur ces êtres de chair dont les atomes s'essaimèrent
    Sans cesser de nous aimer à l'infini

    Je lisais, étudiant, "La Mort en occident "
    Cet exposé sur notre distance prise avec la mort , nos morts
    Alors qu'ailleurs vestiges des morts et habitats des vivants se cotoient
    Pourtant en notre droit subsiste cette maxime transgénérationnelle
    "Le mort saisit le vif , ou son hoir le plus proche"

    La mort et la vie sont intimement liées
    Le refuser ne sert qu'à cultiver nos angoisses au détriment de nos corps
    Dans mon village, le cimetière domine un trou béant laissé par des carriers
    Ils creusèrent jusqu'au risque de polluer la nappe phréatique, gage de vie

    Alors, chère Céleste , j'ai bien aimé ton évocation parisienne qui nous
    rappelle justement que demeurent à jamais présents à nos esprits
    celles et ceux que nous avons tant aimés "Simone et Yves,
    Hector, Frédéric et Michel , Paul , Guillaume et les autres.

    Merci pour cette belle promenade sur laquelle tes fenêtres nous ont fait
    entrer

    Bises romantiques

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Cher Petrus
      La très belle illustration de Gibrat a pris le pas sur mes mots...d'où ton thème de la fenêtre, très beau thème s'il en est...Cela me permet de réfléchir à la prédominance des images sur les textes, ce qui est un peu récurrent dans notre monde dédié au visuel...
      Cela dit, je suis d'accord avec toi: la fenêtre est un symbole d'ouverture sur le monde, et ce n'est pas un hasard si certains buildings moderne ont des fenêtres qui ne s'ouvrent pas, les transformant en cages de verre étanches...Symbole d'une communication en pleine mutation...
      Les écrans de verre vont-ils s'interposer continuellement entre les êtres humains, ou bien le contact vrai sera-t-il notre seule chance de survie ?
      En illustration de ce propos, je pense au beau sketch de Mado la Niçoise qui s'appelle justement "la fenêtre"...
      Merci pour cet élargissement du débat.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    2. "...communication en pleine mutILation..." ?
      Le XXIème siècle se débrouille pas mal...
      ...'fin moi, Jdissa...

      Supprimer
    3. Mutation...mutilation...wouaou le jeu de mots...
      J'ai de beaux restes du XX° siècle si ça t'intéresse...
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  17. C'est chaque fois un curieux plaisir, fait d'un grand apaisement, de se promener dans les allées du Père-Lachaise (mais je dois dire que depuis toute petite, j'ai toujours aimé la paix et le silence des cimetières). On s'émeut devant l'humilité de la tombe de Bashung, de Moustaki, on s'ébahit, non sans ironie, devant le flamboyant mausolée d'un inconnu (riche, évidemment). Bref, un lieu qui nous ramène à ce qu'on est, un être de passage...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'aime bien ta dernière phrase, en effet, il est bon de se souvenir de l'inéluctable issue, pour l'accepter avec le plus de sérénité possible, même si les sentiments sont toujours un peu ambigus par rapport à la mort et ses représentations...
      La tombe d'un des deux Pierre, Desproges pour ne pas le citer, m'a émue par son abandon...cela m'a profondément attristée que la tombe de ce génial jongleur de mots ne soit pas mieux respectée.
      Mais sans doute aurait-il dit qu'il n'en avait rien à faire, et que le matériel n'était pas sa première préoccupation...
      Bisous chère blonde personne
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  18. Dans le jardin des Tuileries, on voit une statue, qui représente une jeune femme nue, hiver comme été, aux formes généreuses. Elle est signée Gaston Lachaise, artiste remarquable, né en France, naturalisé américain. Elle évoque les anciennes divinités, puissantes, maternelles, fécondes… On a dit qu'il avait représenté sa propre fille (en fait, il s'agirait de sa femme). Un gardien qui me voyait rôder, admiratif, autour d'elle, me glissa à l'oreille : « On est tout de même mieux chez la fille que chez le père ! ».
    Votre évocation d'un voisinage de morts fameux est très réussi (à ce propos, vous savez sans doute que la tombe de Jim Morrison -la plus belle bouche de la pop- est un lieu de pèlerinage érotique).

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'était un magnifique sex-symbol, en effet, et j'ai assisté à certaines scènes de transes très suggestives de la part de certain(e)s de ses groupies. J'avoue que les chewing-gums collés partout, délicatement imprégnés de bave tiède et toute empreinte des fragrances phéromonales de ses fans ont quelque chose d'assez répugnant...Mais ce n'est qu'un avis d'hyperesthésique trop sensible qui n'enlève rien à la charge érotique du symbole.
      Quant à votre délicieuse anecdote à propos de la statue, un gardien encore plus inspiré aurait pu dire: « On est tout de même mieux dans la fille que dansle père... » :-)
      Bien à vous cher Patrick

      Supprimer
  19. Quelle belle éternelle assemblée devant tes fenêtres ! Que de gens prometteurs, qui ont un bel avenir ... !
    Hachtag : Michel Delpech avait beaucoup de talent.
    Bises.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je le crois aussi...On ne fait pas sans talent une carrière de plus de 50 ans...
      J'espère que mes poètes auront toujours un bel avenir...Eluard, Musset, Apollinaire et tous les autres.
      Et puis toi.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  20. Je ne m'attendais pas à cette fin... Quelle imagination

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Miss.
      l'imagination, c'est un peu mon fond de commerce si j'ose dire...Et les défis d'écriture ont ceci de stimulant qu'ils nous permettent de nous dépasser...
      Rien de tel qu'une contrainte d'écriture pour réveiller les neurones.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  21. En écriture automatique, sans regarder les commentaires précédents ni consulter aucun site sur le net je dirais :

    Hector Berlioz, Frédéric Chopin, Michel Petrucciani,Paul Verlaine, Guillaume Apollinaire, Maria Callas, Sarah Bernhardt, Oscar Wilde, Marcel Proust,Simone Signoret,Yves Montand, Pierre Dac, Pierre Desproges, Jim Morrison, Edith Piaf. Je reviens tout de suite.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. En écriture automatique, tu avais absolument tout juste.
      T'es trop fort, m'n oncle !...
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  22. J'ai reconnu aussi le style de Gibrat pour la magnifique illustration de ce billet-jeu stimulant et très très plaisant ! J'espère que les Impromptus t'auront décerné le prix d'excellence pour cette contribution-là. Si ce n'est pas le cas, j'y vais tout de suite, leur tirer les oreilles !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oh oui oh oui ! va leur tirer les oreilles, Tonton !
      Je n'ai pas eu le prix d'excellence, c'est trop zinzuste !
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    2. J'ai oublié de te dire un gros merci pour ton appréciation. Tu es tellement un maître dans l'art de tortiller les consignes d'écriture que ton compliment me touche au plus haut point.
      Un gros poutou !
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    3. Si tu n'avais pas zappé la tombe d'Allan, tu aurais pu goûter aux mystères de sa tombe...
      http://www.dailymotion.com/video/xey54y

      Ti bacio Cara

      Supprimer
    4. Alors là, je suis censée te demander « qui c'est Allan ? »
      (j'irai voir la video plus tard, là je suis charette.) ;-)
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    5. Allan Kardec, le maître du spiritisme (tables tournantes et autres divinations).
      Né en 1804, ça fait donc un bail qu'il squatte la chaise du Père machin.Et sa tombe est toujours une des plus fleuries.

      Il y a aussi ce poète, mort très jeune dans un duel et dont le gisant de bronze est usé par la gente féminine qui vient s'y frotter.

      Il a des pensionnaires curieux Pépère tabouret...
      Baci mia Cara

      Supprimer
    6. Je ne connaissais pas Allan Kardec.
      En revanche j'avais vu le gisant de Victor Noir, usé à certaines parties bien précises de son anatomie...
      C'est décidément un endroit bien étrange...
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  23. ....Et Théo Sarapo le dernier amour de la môme Piaf est lui aussi au Père Lachaise.... décédé à Limoges à l'âge de 34 ans d'un accident de voiture ...
    merci Célestine.
    Bonne soirée à toi.
    Den

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Elle n'a quand même pas eu de chance, la môme...
      Ou alors elle avait le mauvais oeil ?
      Belle soirée ma douce Den et gros bisous
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    2. Je crois qu'elle a surtout eu une vie bien remplie.... avec ses joies, ses peines, et ses drames bien sûr.. comme tout un chacun, plus ou moins, évidemment.... quant au mauvais oeil, je n'y crois pas trop... dans tous les cas je ne veux pas y croire... elle était une personnalité différente du commun des mortels, une voix saisissante, "née sur les marches", à la vie digne d'un roman-photos !

      Et son ami Jean Cocteau décédera 6 h après elle et dira :« Je n'ai jamais connu d'être moins économe de son âme. Elle ne la dépensait pas, elle la prodiguait, elle en jetait l'or par les fenêtres"..

      merci Célestine.
      Douce journée à toi.
      Gros bisous rendus.

      Den

      Supprimer
    3. C'était une façon de pointer la malchance qu'elle a eue de perdre deux fois un amoureux dans des circonstances tragiques...
      Belle journée douce amie.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  24. Dis-donc,tes voisins sont,heu... étaient des gens formidables!Je les ai presque tous trouvé,quelques doutes subsistaient,merci wikipédia.
    Bon aussi,c'était facile,il suffisait de chercher parmi les écrivains,les poètes,les artistes,les humoristes,les musiciens,les comédiens,les comédiennes,les chanteurs,les chanteuses,les...Les...Les... Ah oui,quand même,pas si facile que ça, de trouver parmi les soixante-dix mille tombes que compte le cimetière!De plus,certains prénoms correspondent à plusieurs noms!
    Paul Eluard/Verlaine
    Marcel Proust/ Camus
    Michel Delpech/ le seul qui m'est venu à l'idée
    Les deux Pierre? D'un coup je n'ai pas su!

    Encore une image de toi,avec tes épaules de nageuse!Décidément,le rouge te va bien!

    Les cimetières ne sont pas forcément des lieux tristes, On peut même y parfaire ses connaissances!
    Il y a "chez moi",dans le cimetière prés de l'église la tombe d'un monsieur VOITURE,décédé au début du siècle dernier.Seul,pas de famille,pas de descendants.De plus ce nom n'est pas du tout répandu dans la région.Une sorte de monsieur mystère...

    Petite anecdote concernant Édith Piaf:Mon vieil oncle,cafetier de son état,se plaisait à raconter qu'il livrait le charbon chez la môme Piaf,en personne et de poursuivre qu'elle donnait de généreux pourboires,seule rémunération du travail de "charbougnat".

    Un billet qui m'a poussé à m'instruire un peu,en ce dimanche gris d'automne.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah mais ça me fait vraiment plaisir que tu aies utilisé ce dimanche gris pour t'instruire...
      Et tu m'as appris des choses aussi, ce qui ne gâte rien...sur ce monsieur Voiture, et sur Edith Piaf... De petites anecdotes bien agréables.
      Les deux Pierre devaient bien s'entendre, ayant un peu le même humour: il s'agit de Pierre Dac et de Pierre Desproges...des maîtres en jeux de mots et usage virtuose de la langue française...
      Tu es gentil de me comparer au modèle de Gibrat qui est sublime.

      Tu as raison, les cimetières ne sont pas forcément tristes. A Sète, le cimetière marin est une merveille, sur le bleu de la mer...
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    2. Je l'ai visité virtuellement via youtube,c'est vrai que le cadre est magnifique pour les visiteurs d'un jour!

      Supprimer
    3. Oui c'est un très bel endroit, qui ne m'a jamais semblé triste. Peut-être à cause de la mer et du soleil ?
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  25. J'ai eu la chance de visiter les allées du père Lachaise en novembre. L'atmosphère y était propice au silence et à la méditation avec ses feuilles mortes qui voltigeaient partout. Bises alpines.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est un grand parc tranquille, avec de la verdure, et toutes ces tombes parlent à un coin de notre cerveau. Les livres que l'on a lus, les incipits, les epitaphes que l'on découvre ça et là, nous incitent à considérer cette impermanence qui est l'essence même de la vie (et dont je me demande bien pourquoi mon correcteur d'orthographe s''ingénie à souligner le mot...
      Car tout vraiment, n'est qu'impermanence, et ce n'est pas toi qui diras le contraire n'est-ce pas chère Dédé ?
      Belle journée, un peu ventée par ici.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  26. BonJour Célestine,
    Ma Môman me racontait que notre médecin de famille lui conseillait de me promener dans les allées du cimetière (de Bagneux) pour profiter du calme et de l'air pur. J'étais dans le Landau. Cette anecdote n'est ni drôle ni triste, je me demande parfois si cela n'a pas influer sur mon optimisme naturel. Maintenant je fréquente les cimetières de bateaux où je n'ai pas encore rencontré d'épaves célèbres comme le Nautilus par exemple.
    Bonne continuation dans l'écriture de ces billets que j'apprécie toujours.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est très drôle Pierre*, ta remarque sur les bateaux et le Nautilus...
      Je ne savais pas qu'existaient les cimetières de bateaux...
      Le calme et l'air pur d'un cimetière...votre médecin de famille avait de l'humour.
      J'espère que c'est plutôt cela qui a influé sur ton caractère.
      L'humour sauve de tout, disait mon père.
      Merci pour ton passage et tes appréciations que j'accueille toujours avec joie.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  27. J'en ai reconnu quelques uns, j'ai beaucoup fréquenté le Père Lachaise, j'ai habité à côté.
    Nous sommes allés au cimetière Montmartre, il est beaucoup trop urbain, le Père Lachaise est attirant en toute saison.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je le savais, au moins on est sûr que le-goût ne raconte pas de craques ! ;-)
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  28. Bonjour Célestine,

    Je n'ai pas reconnu tout le monde et j'ai la flemme de chercher... Ouh la vilaine paresseuse que je suis! ;-)
    Mais j'aime beaucoup ton billet.
    Bises,
    Mo

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Aucune obligation...juste une petite promenade de santé parmi les fleurons de la littérature et de la musique.
      Va voir les coms de Bizak et de Joe Krapov , ils ont tout trouvé !
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    2. Oui on a tout trouvé, il y'a du beau monde, là-bas. C'est le grand dramaturge français Anatole Charles Le Querrec, dit Yves Mirande,qui avait dit avant de mourir: “Je préfère être enterré au Père-La Chaise, j'y connais plus de monde.”

      Supprimer
    3. Je ne connaissais pas ce grand dramaturge.
      On apprend chaque jour...Merci !
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  29. J'espère qu'il y a un ascenseur dans l'immeuble... ahahah... Belle illustration aussi, ce dessin d'une femme pensive et rêveuse à sa fenêtre... Aussi belle que les photos de toi que tu partages parfois, toutes imprégnées d'une troublante charge émotive...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Faudra m'expliquer pour l'ascenseur...y a un truc qui m'échappe.
      Merci en tout cas pour ta dernière phrase
      :-)

      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    2. J'ai vu sur Google Streetview que l'immeuble à l'adresse que tu mentionnes compte 5 étages, de là l'ascenseur... :-)

      Supprimer
    3. Ah d'accord, je vois que tu es allé donner de la véracité à mon propos ^^
      En réalité j'ai une tante qui a habité dans cet immeuble ...Mais te dire s'il y a un ascenseur, je n'en sais fichtre rien...
      Bises matinales
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  30. Le Lachaize, j'ai la chance de le connaître assez bien, pas trop de mérite lorsque nous sommes de passage à Paris nous résidons à mois de trois cent mètres de son entrée principale... je le parcours souvent seul, nous avons loué les services d'un guide voici quelques années je n'avais jamais autant ri au cours de la visite d'un musée parce qu'il ne s'agit pas que d'un monument, d'un cimetière ou d'un jardin c'est pour moi un musée à ciel ouvert... un grand souvenir je l'ai parcouru par une fin de journée très sombre et très venteuse fin novembre j'avais l'impression d'être seul... grand souvenir !

    Bleck

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu devais être drôle à voir, pété de rire au milieu d'un cimetière...
      La dernière fois que j'ai éprouvé cette impression d'être seule , c'est Parc Monceau un jour de pluie, pour un rendez-vous manqué. ;-)
      C'était en mai, mais on aurait dit novembre...
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  31. Bon, j'ai rien compris ! :o0
    Sauf que c'est tout près d'où je suis né, rue des amandiers, et que ça, ça me parle. Mais cherche pas, au 62 y'a plus mon immeuble su cour avec en face "l'usine" avec l'arbre de transmission qui courrait tout au long de l'atelier et les longues, si longues courroies de cuir un peu lâches. Les bétonneurs ont fabriqué un quartier bien prop' sur lui (quoique...) qui ne ressemble à rien et n'a plus aucune âme...
    La rue des Rondeaux, c'était pas dans mon rayon d'action d'enfant, mais qu'est-ce que ce nom fait remonter comme souvenirs !...
    Décidément, t'es redoutable !
    Je suis hors-sujet, je sais... Faut arrêter de vouloir s'accrocher quand les échanges nous échappent !
    ...'fin moi, tu vois bien...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu n'as rien compris ? Tu veux dire à mon texte ? Une petite fantaisie pour répondre à une consigne sur de « mystérieux voisins »...Donc pas grand chose de difficile...Mes voisins sont les poètes et les musiciens enfuis du Père Lachaise...
      Le reste, c'est l'imagination des lecteurs qui le fait...
      Ton évocation d'enfance me tire des larmes. C'est vrai que c'est dur de ne pas retrouver ce que l'on a connu...
      C'est très émouvant de te lire.
      Alors le plus redoutable c'est qui ?
      Fin, tu vois quoi...
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    2. Et la musique...oh la la ! super bien choisie :)

      Supprimer
    3. Oui c'est vrai, j'aime beaucoup cette version cher cricket !
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  32. Ceux que tu cites, Céleste, sont célèbres.

    Mais ces grands monuments, ces immenses catafalques qu'on croise au Père La chaise, bâtis à la gloire de personnes tombées dans l'oubli le plus total, je trouve cela triste. Ou très drôle les jours ou, le soleil brillant dans un grand ciel bleu, je suis de très joyeuse humeur.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui en fait tu soulèves là quelque chose d'important : une chose n'est jamais triste ou joyeuse en soi.
      Le ressenti que l'on en a dépend de notre humeur personnelle...
      C'est tout à fait intéressant !
      Joyeuse journée, Aldor
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  33. J'ai fait l'erreur de dérouler l'article avant de commencer à lire. Et j'ai vu la fin. Dommage ! Je n'ai pas eu la surprise de la chute.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bienvenue, Dalva, sur mon totem ! Entre Daisy et Damien...
      Oui, c'est une erreur que l'on fait parfois, c'est comme lire la fin d'un livre qu'on est en train de lire par hasard sur internet...Dommage.
      Au plaisir de te revoir.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  34. C'est très amusant ce billet : je n'ai pas trouvé toutes les réponses !
    Une première liste de personnalités inspirantes ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Hé hé...peut-être bien...et même tout à fait, à la réflexion...
      Même si ton exercice, à la réflexion, est beaucoup plus difficile que le mien.
      Parce qu'il y en a tellement que je n'arrive pas à choisir...
      Pour les réponses, rendez-vous demain...
      Bisous ma miss
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  35. Bonjour
    Je te souhaite une bonne journée!
    Bisous

    RépondreSupprimer
  36. Je souris à lire ce post car je nourris depuis toujours un intérêt certain pour ces lieux de repos.
    Je suis souvent allée visiter Jim et Oscar.
    A Montmartre, il y a aussi de belles gens, auxquels je rends visite certains dimanches...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je ne raffole pas vraiment des cimetières, mais celui là a quelque chose de particulier qui attire.
      Une sorte de profondeur un peu narquoise sur le temps qui passe...
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  37. Je pensais à une histoire de fantômes... J'ai reconnu quelques personnages mais pas tous,Montand et Signoret, Piaf, Apollinaire, Eluard, Oscar Wilde et Chopin, Maria Callas..
    Une belle idée...
    bisous

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui c'est un peu ça...des fantômes que nous avons tous connus, et pour la plupart, tous aimés...
      Bisous jolie créatrice
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  38. Belle poésie pour un cheminement à la chute improbable.
    J'aime tes mots qui se calent entre rêve et réalité.
    Les cimetières ont une magie fantastique... Tu nous racontes là une belle histoire de voisinage.
    Bises de repos nourries de chrysanthèmes tout en couleur, tout en lumière.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mes mots qui se calent entre rêve et réalité...
      Tu as tout à fait raison, je pense que c'est une bonne définition de ce que j'écris en règle générale...
      Belle journée, cher poète
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  39. heu non, je n'en ai reconnu que peu mais joli chute ! C'est beau le Père Lachaise...et c'est vrai que ces voisins là c'est le rêve, au sens propre comme au figuré...
    Bisous.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui Mindounet, c'est beau, même si je n'y passerais quand même pas mes vacances...Que de fleurons compte notre patrimoine littéraire et musical...
      Bisous
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  40. Des voisins d'éternit, des voisins au repos à jamais ou incapables de sortir de leur scenario de vie ici-bas? Texte bien savoureux et qui jette un voile de gaité sur ces pierres sagement sculptées de regrets incomparables...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. oh Edmée, j'ai loupé ce commentaire...
      Pardonne moi. Et merci pour ces jolis mots
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  41. Des voisins musiciens et noctambules qui m'ont l'air bien sympathiques et , s'ils sont polis en plus de çà : le rêve !!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le rêve, oui...Tout à fait, cher Jerry.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer



Je lis tous vos petits grains de sel. Je n'ai pas toujours le temps de répondre tout de suite. Mais je finis toujours par le faire. Vous êtes mon eau vive, mon rayon de soleil, ma force tranquille.
Merci par avance pour tout ce que vous écrirez.
Merci de faire vivre mes mots par votre écoute.