mardi 27 décembre 2016

Résolutions de l'eau nue




J'ai fermé boutique quelques jours. 
J'avoue que cela m'a fait du bien. Fermer les écrans. Me coller à mes petits comme une poule à ses poussins, gonfler mes plumes, fermer les yeux, respirer, ouvrir mes chakras, me laisser porter par la dynamique que j'avais initiée en leur proposant un Noël différent. Un Noël sans diktat. Sans obligation. Sans excès alimentaire. Sans dépenses somptuaires.

On a joué des heures durant à un jeu qui s'appelle « Concept » tout un programme n'est-ce pas...Oui je suis sans doute une indécrottable intello, une penseuse de Rodin, les divertissements primaires et vulgaires à la Hanouna me débectent. 
On a beaucoup parlé. Quel bonheur pour une mère de voir transformés ses bébés roses et dodus en adultes pensants. Acteurs de leur vie.  Je ne cesserai jamais de m'étonner de ce miracle.

J'ai beaucoup réfléchi. Ce blog risque de changer légèrement de forme à l'aube frémissante de cette année en nombres premiers. Ça plaira ou pas, là n'est plus mon problème. 
Le tri se fera tout seul. Je m'apprête, je suis prête à me séparer de certains d'entre vous et même si cela m'attriste d'avance, je m'en réjouirai avec vous, ce sera le signe d'une fabuleuse victoire sur moi : oublier enfin ma principale chimère, celle de plaire à tout le monde. 

J'ai passé un cap.  J'ai envie d'autre chose, d'ailleurs, de vrai, d'assumé. De sortir de mon cadre. D'envoyer bouler tout un tas de scories qui polluent mes éruptions fondamentales et brouillent les ondes de mon cerveau en ébullition. De défricher à la machette ma jungle intérieure. 
J'ai besoin de me retrouver, telle que je suis vraiment, avec mes hauts et mes bas, marre d'être consensuelle sans doute, comme dit un ami à moi. Plus que jamais multiple, multi-facettes, multi-amoureuse, multi-talentueuse, multi-sensible. Avec un thermostat mal réglé...

Dissiper l'impression diffuse de ne plus être tout à fait moi-même, de m'être enfermée toute seule avec mon consentement tacite dans une case (cage?) dorée et rutilante en négligeant ma pluralité. Mes zones d'ombre marécageuses.
Je ne suis même pas sûre de réussir ce pari. Lâcher prise. Me déshabiller de mes pelures d'oignon. Laisser du champ à mes grisailles, à mes noirceurs. Rien que d'écrire ça aujourd'hui, ça me donne le vertige. Comme un saut dans le vide. 

128 commentaires:

  1. tu me rends curieuse!
    curieuse de voir ce changement ;-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Est-ce une changement, ou simplement une des multiples mues qui émaillent notre existence ?
      On verra à l'usage.
      La curiosité est une grande qualité en tous cas.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  2. Je suis comme toi toujours stupéfaite de voir mes "bébés" être des adultes "parfaits" !!!! Je suis partante pour te suivre dans tes nouvelles aventures... Tendres bises
    ps : oui... j'ai pensé à toi en posant mon fil d'étoiles sur ma table de Noël!!!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oh merci manou, ça me touche ce que tu dis.
      Tout ce que tu dis.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  3. Ravi que tu te retrouves avec tes charmants chérubins dans la joie et la gaieté. Finalement, Noël on y croit ou pas, il y'a toujours du bonheur dans le ciel bleu. Faire table rase du passé de ses scories, c'est comme renaître, faire sa mue, entamer une nouvelle ascension, prendre un nouveau chemin, un autre départ grâce à la confiance en soi, en toi.La vie est toujours une mue en soi, une autre journée, un autre lever du soleil, une autre saison. Belle fin d'année et vivement une nouvelle année pleine d'allégresse et de belles choses. Bisous étoilés.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il n'y aura pas que de l'allégresse et de belles choses, mais il y en aura quand même. Comme Noël ne fut pas que gai et joyeux.
      Je ne change pas radicalement, je dis juste que j'essaierai de redonner une place à ma part immergée, à mes angoisses, à mes peurs, à mes problèmes. Et d'écrire de manière plus intime.
      La confiance en soi n'est pas la chose dont je dispose le plus, c'est le moins que l'on puisse dire. Mais je progresse de jour en jour. Et les amis sont très précieux dans cette prise de conscience. Même si cela reste un acte éminemment solitaire et introspectif.
      Bisous reconnaissants
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  4. Voilà une bien belle résolution, être soi, être vraie et tant pis pour ceux qui n'aimeront pas et qui t'abandonneront car tu vas leur donner une vraie leçon de bonheur, celle d'être capable de lâcher prise et de vivre en accord avec ta pensée, au lieu de toujours composer pour faire plaisir en t'oubliant. Certains ne te reconnaîtront plus, d'autres iront vers toi car tu seras peut être un exemple à suivre. Dans tous les cas tu seras gagnante et tu verras qu'à chaque fois que tu enlèvera une pelure d'oignon tu te sentiras plus légère et surtout plus sereine et peu importe le "qu'en dira-t-on ". J'ai commencé il y a plusieurs années à enlever les pelures qui m'encombraient et ce n'est pas fini mais ma qualité de vie s'est nettement améliorée et surtout mon esprit est clair. Je dérange beaucoup par ma façon d'être car celle ci n'est jamais comme le gros de la troupe. L'essentiel est de ne jamais se renier et d'être fidèle à ses pensées. Là ou se rencontrent le cœur et l'esprit s'appelle " bonheur ". Pourquoi vouloir plaire à tout le monde ? sans doute pour se faire aimer par manque de confiance en soi et pourquoi a-t-on un manque de confiance en soi parce qu'on vit en fonction des autres. Les autres ne font pas le bonheur, seul(e)on connaît ses limites et quand on s'analyse bien, on n'a plus peur de rien et surtout pas des autres qui ne sont ni mieux ni plus mal que nous. On a beau chercher à s'entourer en pensant que ça ira mieux, on est seul maître de notre vie et c'est ainsi que j'ai toujours pensé qu'on était seul(e) au milieu des autres. Chaque jour est une nouvelle vie, à soi de s'y adapter avec confiance et sans peur. Belle fin d'année et bon début pour une nouvelle version de ton blog que j'attends avec un plaisir non dissimulé .... Une mue en toute simplicité .... voilà un bon titre pour commencer l'année. Je pense faire en 2017 une mue importante, et oui, je suis loin d'avoir fini, mais quel plaisir de se mettre à nu. Je n'ai pas dit me mettre toute nue, je garde mes beaux habits. Bises éclairantes .....

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. tes paroles sont très éclairantes et importantes pour moi.
      Je t'en remercie Lauriza.
      Chacun progresse seul mais par interaction avec certains autres. pas tous les autres, c'est cela le leurre.
      mais juste quelques phares bien placés sur la route de notre esquif, et qui nous aident à éviter les récifs.
      Bisous sereins
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  5. Mais c'est ça Noël, non. Se retrouver tous et savourer le bonheur de se voir, de se regarder, de s'écouter. Bon, je n'ai pas déroger à quelques gourmandises et présents mais je comprend totalement le tien. Et bien sûr ce besoin de se resserrer dans le cocon primaire... bises ma belle et au plaisir de te découvrir à nouveau

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Dis donc, quevas-tu imaginer..il y avait aussi de bonnes choses à manger sur ma table ! ;-)
      je n'ai pas dit que l'on avait fait la diète non plus. (sourire)
      Mais pas d'indigestion ou d'exagération, voilà le sens de mon message. Et mes adorés ont très bien compris, au-delà de mes espérances, même...
      Bizou Brizou
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  6. Bonjour dame Célestine. Je ne peux qu'aller dans ton sens. Cela fait des années que j'essaie d'être moi. Il y a des jours où j'arrive et d'autres jours où je me laisse aller au bien-pensant, pour faire plaisir, pour être comme tout le monde. Mais finalement, je me rends compte que les gens m'apprécient le plus quand j'ai des coups de gueule, quand je suis franche et quand je fais parler mon coeur et mes émotions. Bien sûr, il y a une façon de se livrer, une façon de dire les choses, pour ne pas blesser, pour ne pas entrer en conflit. Mais finalement, si tu te retrouves dans cette démarche, ce n'est que bénéfice. Alors, j'attends ta mue et je te souhaite de passer ces quelques jours qui nous séparent de 2017 dans la sérénité et dans la paix. N'aie pas le vertige, tu n'en seras que plus vraie et plus belle. Merci en tous les cas pour tous les partages et je ne regrette pas d'avoir poussé ta porte. A bientôt. Je t'attends de pied ferme.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Dédé.
      Tu es la sagesse, dans ta façon d'être. Il se peut néanmoins que certaines personnes soient blessées (quand on est vrai, il est parfois chez nos auditeurs des vérités qui font mal à entendre) mais ce sera sans intention. je ne vais pas me transformer en méchante, je vais juste sortir de mon cadre. De fouler l'herbe mouillée et piquante des sentiers irrésolus.
      Tout un programme, mais salutaire et bénéfique comme une ordonnance d'herboriste...
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  7. Bonjour Célestine, je ne peux que t'approuver. Il est bon d'agir avec ce que l'on ressent dans son coeur.
    Je te souhaite tout le meilleur pour toi et une belle "nouvelle" continuation :-)
    En attendant, reçois tous mes bons voeux pour une douce fin d'année.
    Bisous ♥

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai le coeur qui explose de tellement de choses à dire ...Des choses que je me suis trop interdites.
      Ce nouveau départ va me permettre, peut-être, d'évacuer ce trop-plein. Je reste néanmoins prudente, car la vie ne fonctionne jamais comme on voudrait qu'elle fonctionne...
      Merci chère photographe des magies de ce monde.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  8. Ahah ! C'est la mue d'hiver, tu vas rhabiller ta muse !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. D'abord, ma muse, c'est moi.
      Comment ça, je peux aller me rhabiller ?
      Mais alors ça...alors ça ... c'est facile. Au moment où je dis que je vais se mettre à nu...
      Bon c'est bien parce que tu as voulu faire un bon mot ...
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  9. Célestine, c'est comme le nouvel an, le vin nouveau, le nouveau monde, le nouveau né, le nouveau franc des nouveaux riches, bref, Célestine sera le renouveau.......et j'ai hâte de découvrir ce qu'elle va nous offrir . Peut être va t elle nous écrire une nouvelle ? De toute façon, je sais que nous ne serons pas déçus par ce nouveau départ.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ou alors...peut-être que ce que j'écrirai te fera partir en courant à cloche-pied autour du lac...
      Qui sait ?
      Qui peut savoir avec une fille aussi étrange que moi ? ;-)
      Tu l'es aussi ... ? Ah oui, alors il y a une chance que tu me comprennes..
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    2. Tu attises ma curiosité. étrange moi ?? Précise, s'il te plaît, cela me mettra j'espère sur la voie de ton renouveau, sinon je retourne sur les traces de tes pas au bord du lac Bises expectatives

      Supprimer
    3. Bien sûr qu'on est étrange...C'est ce qui fait notre charme. Hors norme, avec un petit grain de poivre dans la tête...
      On change rien ?
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  10. Waouuuw, voila une résolution alléchante ! (et j'adore le jeu de mots du titre ^^)
    Je te vois prête à partir à l'aventure, à explorer un peu plus en avant ta « jungle intérieure », et cela me fait bigrement plaisir. C'est un défi que tu te lances, dans lequel, à mon avis, tu as bien plus à gagner qu'à perdre.

    Multiple, plurielle, au thermostat mal réglé… ça donne vraiment envie de voir ce que pourrait bien bousculer ;)

    Bises fort encourageantes

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. A propos de jeu de mots, voilà une reconquête qui me demande de la volonté: celle de mon humour, un peu en berne ces derniers mois, malgré des velléités...
      Tes encouragements sont également un bon test: ne pas me mettre la pression malgré les attentes suscitées par la curiosité de mes lecteurs. Ne pas me mettre la rate au court-bouillon, rester moi même.
      Quant à l'écriture, le mot "brute" utilisé par un de mes amis est peut-être un peu ambitieux pour moi...mais il y a de ça. Un petit écrémage de filtres.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  11. Y'en a qui changent de lieux pour changer de ligne éditoriale. Toi, tu restes, mais tu changes. Après tout, tu es chez toi.
    C'est vrai qu'on peut facilement se laisser enfermer dans un rôle qui peut ne plus nous correspondre. Secouer un peu ces "chaînes" n'est pas toujours facile.
    Bises de fin d'année.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ta première phrase me fait penser à l'école: tu as ceux qui changent d'école, mais ne remettent pas en question leur pratique, et continuent à enseigner comme ils l'ont toujours fait. Et tu as ceux, comme moi, qui restent dans la même école mais font évoluer leur pratique...
      De là à dire qui a raison, qui a tort, je ne m'y risquerai pas. Les ressentis de ce métier à haut risques ont trop subjectifs. ;-) Comme tu le sais.
      Bisettes
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  12. Hâte de découvrir cette nouvelle facette, comme des lumières se noyant à l’ouest, partant vers un nouveau réveil, disant au-revoir à coups de reflets, habituées qu’elles sont au cycle des pas, dans le battement de l’espoir. A tout bientôt.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Elle commence déjà à briller cette nouvelle facette, en posant les jalons d'un désir de vérité...
      J'aime beaucoup ta manière d'exprimer tes idées par métaphores.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    2. Merci d’apprécier. Quelquefois, cette forme d’expression qui m’est chère, n’est pas du goût de tout le monde.

      Supprimer
    3. Nous sommes dans le vif du sujet, lediazec.
      Se concentrer sur l'essentiel de ce que l'on est, de ce que l'on aime, et ne pas se formaliser de ceux qui n'aiment pas ce que l'on fait, ce que l'on est...
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  13. J'ai eu moi aussi la chance d'avoir tout mon petit monde autour de moi pendant les fêtes de Noël, et ce ne fut que du bonheur. Alors je te comprends. :-)
    Je pense que le changement dont tu nous parles, va me plaire, j'en suis même quasiment sûre. Je pars pour une semaine, je viendrai vite te lire à mon retour. :-)
    Gros bisous, belle Célestine. A bientôt.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je ne doute pas que tu passeras de bons jours durant cette escapade, belle amie.
      Alors je te donne rendez-vous l'an prochain...
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  14. Après ce petit plongeon en eaux tendres, décider d'être telle qu'en toi-même, sans te soucier du qu'en dira-t-on... Tu imagines bien que je ne peux qu'applaudir des deux mains, et même des deux pieds (je suis très habile avec les quatre, oui oui!)
    En fait c'est un aspect qui me parait essentiel, une manière de respect réciproque et de respect de soi. Ecrire ce qui passe par le cœur et la tête, des petits plaisirs et de grandes joies, des bonheurs vécus ou inventés, des plénitudes, mais aussi bien de la douleur désordonnée, des émotions brûlantes livrées brut, et tant pis pour ceux qui n'aiment pas ça, qui trouvent ça obscène, ils n'ont qu'à aller lire ailleurs...
    Il me semble qu'on est ici, sur cette grande toile, pour brasser nos vies, nos savoirs, nos idées, en toute honnêteté. Du moins je ne réponds et ne commente que ce qui me semble correspondre à cette démarche. Quand j'ai le sentiment qu'on me dit "je n'ai que moi-même, réponds-moi avec toi-même".
    Quand j'écris un billet, mon principal effort consiste à essayer d'aller directement au fond du cœur, et je lis ce qui va droit au mien. Je prends ce qui me semble juste, et je laisse tomber le reste.
    Quant aux gens qui n'aiment pas, et qui éprouvent le besoin de le dire... Ils cherchent juste à exercer leur pouvoir... Pour ma part, je n'aime pas plus exercer le pouvoir que le subir.
    J'attends tes nouvelles couleurs avec beaucoup de désir, quelles qu'elles soient, je sais qu'elles seront vraies!
    Je t'embrasse.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je te crois sincère et honnête, Baladine, même si j'ai été tellement échaudée par le passé que je mets davantage de temps pour accorder ma confiance. Tu me pardonneras sans doute cet aveu qui est dans la vérité que nous revendiquons ici, mais même si j'ai un coup de coeur pour ce que tu es et qui transparaît au travers de ce que tu écris depuis que je te connais, j'ai de vieilles cicatrices d'anciennes trahisons qui m'ont rendue méfiante.
      Cependant, pour te rassurer, mes défenses tombent peu à peu devant ta sincérité. Ce que tu écris aujourd'hui est très beau et me conforte dans mon ressenti. Il n'en manque plus beaucoup.
      Voilà ce qu'en toute honnêteté j'avais envie de te dire, afin que tu comprennes mieux qui je suis, quelqu'un qui a été malmenée par des personnes manipulatrices et qui a parfois au fond d'elle un mal de louve.
      Bises sincères
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    2. Eh bien tu vois, le tri se fait naturellement.
      Ciao et bonne continuation.

      Supprimer
    3. Je suis heureuse si tu décides de te compter encore parmi mes lecteurs, Aukazou. ;-)
      Et je suis sincère.
      Bises
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    4. Ah mais j't'aime bien, y a rien qui change à c'niveau là et je te lirai de loin avec plaisir. Mais j'veux pas consensualiser avec la Ballotine, ni avec Jack Daniels,le Zola du 80. Celui qui ne parvient même pas à empêcher les poils des mollets de sa grand-mère de pousser à travers ses bas de contention (non mais où on va là ?!), j'remercie l'ciel qu'il ne se soit pas attelé au problème épineux de ses couches Confiance. J'veux même pas savoir ce qui aurait pu en sortir ! Ca va pas la tête ! Non, là, vraiment, j'ai atteint mes limites ! Et quand j'peux pas, j'peux pas ! C'est tout ! Et comme je ne peux pas m'empêcher de dire non plus c'que j'pense, il est bien plus sage que je prenne l'air jusqu'à la rentrée prochaine, celle de septembre. Un jour, des gens défèqueront en live, depuis leur W.C. en nous demandant de "liker". Non mais j'te jure !

      Pour c'qui a trait à ma soi-disant "soif de pouvoir" sur l'autre, comme le dit certaine, faudrait déjà pour ça que l'autre possède quelque chose que je n'ai pas en propre et là on est loin du compte ... Aïe, aïe, aïe ! ;-)

      Bises

      Supprimer
    5. Ps : En fouillant les cartons de ma mère, il y a peu, j'ai retrouvé ce 45 tours que j'ai entendu la première fois quand j'avais 4 ans. Je me suis dit que c'était une belle chanson pour une instit ;-)

      https://youtu.be/04o1XsXAqT4

      L'autre face n'est pas mal non plus :

      https://youtu.be/ynsN2EmR9JQ

      On ne pourra pas dire que je suis partie sans déposer un peu de douceur ! ;-)

      Supprimer
    6. Buh..tu vas me faire pleurer. Quelle belle voix cette Frida Boccara.
      Tu as raison, ce sont des chansons pleines de douceur. J'en frissonne.
      Bon, tu décides de partir, c'est ton choix, mais sache que tu es toujours la bienvenue.
      Et que le but de ce billet n'était pas de te faire prendre des décisions définitives.
      En même temps, changeante comme la pluie d'un petit matin de printemps, je me réserve aussi le droit de ne pas prendre de décision définitive.

      Tu sais où me joindre, si des fois un jour, à Paris...
      Bises et merci.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  15. Ah! Vouloir être consensuel peut aussi s'écrire autrement: con sangsue elle, mais certainement aussi: con sans le suel.
    Le virage que tu dis faire maintenant est déjà amorcé depuis pas mal de temps. Mais une vie, c'est comme un pas que beau, l'effet d'un coup de barre est progressif et avant de voir vraiment le changement de cap il faut du temps.
    Ce temps, tu l'as pris. Aidée aussi et malgré toi par de méchants coup du sort. Je te sais assez forte et bien posée dans tes ballerines pour pouvoir nous dire: voila comme je suis. le faire sans avoir peur de heurter d'autres sensibilités, parce que ce ne serait pas volontaire.

    Ce Sidi, pour se mettre à nu, il ne faut pas être frileux(se), mais comme tu n'as rien de honteux à cacher.....

    Ti bacio mia Cara

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ce qui est certain, c'est que tu es l'un de ceux qui me connaissent le mieux. Tu sais comment je suis vraiment, et puis tu as suivi mes cent mots de A jusqu'à Z, et je crois que dans ce format je n'ai jamais été aussi vraie.
      Tu as raison, cette nouvelle mutation a commencé il y a quelque temps déjà.
      Si jamais je te heurtais (ce dont je doute) tu peux être sûr que ce ne serait pas volontaire.
      Grazie mille caro
      tvb
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    2. Tu as raison de prendre garde à ménager ma grande susceptibilité.... :-D
      Lorsqu'on accepte que l'autre/les autres soit/ent différents, on accepte aussi d'être parfois plus et parfois moins en phase avec. Je n'ai pas encore senti de creux dans la vague. Même la Zazie qui veille en toi n'arrive pas à me heurter, c'est dire ;-)
      Molto baci

      Supprimer
    3. Tu as quand même quelque chose de plus, Blutchy...
      Même si je ne parviens pas à le définir.
      Quelque chose de hors-norme, de différent, de ...pas commun, oui tiens c'est ça...pas commun. ;-)
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    4. Je connaissais la formule au féminin... ;-)

      Supprimer
    5. Eh bien, je te l'ai retournée en forme de compliment clin d'oeil...
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    6. C'est bien ce que j'ai cru comprendre...

      Supprimer
    7. Dis donc tu comprends drôlement bien !
      C'est un vrai plaisir ...
      :-)))

      Supprimer
  16. Oui, c'est vertigineux, c'est vrai.
    Mais être soi est un vertige puissant.
    Je pratique les blogs depuis 10 ans; j'ai tellement lu... je ne commente pas quand cela ronronne trop à mon goût et je commente donc peu. Je commente les mots qui me touchent.
    Je ne vois pas trop ce que tu as à perdre, en fait.
    Tu perdras les blessés et les superficiels, mais chacun ne fait jamais que se lire. Tu garderas dans ton coeur les fidèles, tu les interpelleras, tu gagneras ceux qui y trouveront une vibration nouvelle.
    Et puis, plaire et être parfait est le schéma de l'enfant sage, désolé je suis un peu direct. La femme, l'homme, est ce qu'elle est. Et s'ils ne plaisent pas et qu'ils sont seuls, la belle affaire! Les gens finissent toujours par se trouver. C'est aussi une façon de colorer la palette de nos diversités que de dire sa singularité dans les ombres. Sinon, nous sommes tous beaux, libres, et rayonnants. Quelle angoisse!
    Tu prends aussi quelques risques. Moi-même, je suis contraint de modérer parce qu'on y vomit presque chaque jour. Mais c'est égal aujourd'hui. Vraiment. A chacun son espace d'expression : écrire, se taire, ou les toilettes.
    Je suis un peu radical...
    Bonne soirée Célestine.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ronronner, voilà, c'est ça. Quand on a l'impression d'être entré dans une espèce de routine mortelle, d'enfiler des pantoufles de vair et de ne plus surprendre.
      J'ai eu cette sensation soudaine que je ne faisais plus que du Célestine pur jus, et que je me devais de continuer à être l'eau qui file entre les cailloux du torrent, insaisissable, imprévisible.
      Et de ne pas me trouver là où l'on m'attend.
      Je ne vais pas modérer. C'est peut-être un risque. Mais se mettre en danger, c'est aussi accepter le risque.
      Je te remercie d'avoir pris le temps d'apporter quelques traits de fusain à ma palette, nat.

      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  17. Réponses
    1. Je ne fais pas la révolution...
      Juste quelques résolutions de nouvelle année que j'essaierai de tenir.
      Mais je ne sais pas encore tout à fait comment...ni si ce sera possible, au final.
      Qui ne fait prend pas de bonnes résolutions aux alentours de la Saint Sylvestre ?
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  18. Je ne voudrais pas vous contredire, et encore moins vous contrarier, mais il me semble que vous êtes toujours d'une grande sincérité et que vous laissez parler votre éclectisme à la perfection.
    Que voulez-vous de plus ? Je me permets de vous embrasser, délicieuse.
    ~L~

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah mon cher Lorenzaccio.. Je veux juste m'autoriser à être moi-même sans me préoccuper de ce que penseront mes lecteurs... Même vous, mon ami toujours élogieux. Oh, pas tout le temps, mais chaque fois que j'en aurai envie ou besoin. Au rythme qui sera le mien, et dans le format de mon choix.
      Une espèce de crise d'ado bloguesque, en somme...qui durera ce qu'elle durera.
      je vous embrasse moi aussi
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  19. Je suis d'accord: Hanouna, c'est vraiment de la sous-culture.
    La flatterie des plus bas instincts sans chercher à élever l'homme. Et c'est grave.
    Heureusement tu élèves le niveau, chère Célestine. :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'essaie, cher Kangourou, j'essaie...
      Et je te rassure, je ne compte pas verser dans la facilité, ne nous leurrons pas. j'aime trop la belle langue, les mots, la syntaxe et l'écriture.
      Merci de ton passage encourageant.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    2. Je crois que c'est déjà un non-sens d'associer Âne ou na avec le mot culture, à moins de faire allusion à celle du navet, et encore parce que les navets en gratin ça le fait bien...
      C'est juste de la télé-poubelle (et je ne suis pas certain qu'Eugène apprécierait l’amalgame.)

      Supprimer
    3. Oui surtout de bons navets bio cultivés avec amour ...
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  20. Je ne t'ai jamais commentée parce que je trouvais que ça fourmillait déjà pas mal ici. Bizarre mais je ne voulais pas en rajouter ! Sauf que là tu touches exactement à mon vécu. Un fœtus de quatre mois doit se sentir à l'aise dans son environnement je pense, mais il me semble être devenue un fœtus de neuf mois... et on est à l'étroit ici ! comment briser la coquille ??? Peut-être est-elle déjà toute fendillée,... en tout cas je l'espère ! C'est enivrant en même temps qu'angoissant ! Eh oui, sans doute ne te feras-tu pas que des amis mais ça en vaut cent pour cent le coup je trouve ! kéa

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Chère Kea. Un coup d'oeil à mon totem me prouve que tu es déjà venue, certes, mais je suppose que tu ne t'en souviens plus.
      Depuis huit ans bientôt que je blogue, j'en ai eu des mues...ce n'est ni la première ni la dernière.
      Mais le but du jeu n'est pas d'arrêter le "fourmillement"...il me faudrait pour cela censurer mes lecteurs et ce n'est pas trop dans mes habitudes...
      En revanche, la métaphore de la coquille est assez juste. J'ai besoin d'éclore à autre chose. Quoi, je n'en sais trop rien... Je fais confiance à l'avenir. A la vie, en somme.
      merci kea d'avoir passé ma porte. reviens quand tu veux.

      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  21. ah! quand quelqu'un parle de suivre sa voie(x), je ne peux que l'encourager et me réjouir d'avance pour cette personne! Vas, Célestine, galope! mais... quelque chose me dit que... effectivement, ce ne sera pas la révolution, puisque ta voix(e) tu la suis déjà depuis pas mal de temps, non ? J'ai l'intuition que tu vas plutôt vers un élagage de printemps (très nécessaire au demeurant pour toute plante ayant besoin de donner de bons fruits). Va, vis et deviens, chère Célestine, encore et toujours.... Belle journée!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Non pas de révolution, juste une mise au point comme dirait l'autre...
      Je suis fiu, comme disent les polynésiens... ;-)
      Un besoin de parler sans détours pour me libérer.
      Belle journée à toi, Dad.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  22. Jdissa, bien Candide28 décembre, 2016 07:02

    Ce billet ne date que d'hier et je ne sais pas pourquoi, je me sens déjà largué.
    Je n'ai ni l'envie ni courage d'épiloguer, ils ont tous déjà fort bien dit et, comme souvent, ma pensée est bien proche de celle du Blutch, qui l'exprime clairement, lui.
    J'ai juste envie de te dire, et tu sais ce que je pense de cette locution:
    "Va vers toi-même !" :o))

    Mais moi... 'fin tu sais bien, quoi...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. L'envie d'éviter ça, justement...l'entassement des commentaires qui fait qu'au bout d'un moment les lecteurs ont l'impression d'être noyés...et la rage de constater cela en me sentant obligée à chaque fois de dire: mais non, voyons, chaque opinion compte et je réponds à chacun... une justification permanente qui m'épuise.
      C'est peut-être cela, pour moi, aller vers moi-même...
      Me libérer des contraintes auto-infligées.
      Bisous
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    2. La rançon du succès : avoir beaucoup de commentaires.
      Le risque qui en découle : "s'obliger" à répondre de façon personnelle (ou personnalisée ?) à chacun. Ce peut-être épuisant, à la longue, en effet...

      Supprimer
    3. Peut-être. Mais puis-je ne répondre qu'à certains et pas à d'autres ?
      Est-ce ainsi que l'on fait le "tri" ?
      Je ne le pense pas... Mais peut-être est-ce que je me trompe ...
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    4. @ Jdissa
      Si je résume bien ton commentaire, toi aussi tu aimes le gratin de navets?

      Supprimer
  23. Célestine, ce billet me ravit et me touche tellement. Je suis également dans cette énergie de plus de vérité, de légèreté, de faiblesse assumée. Je te remercie et je te suivrai...Nous partons en reportage, films et photos en Inde jusqu'à la fin de février. De là-bas, parfois nous pouvons nous connecter et je te ferai des petites visites. Bon début d'année, à bientôt.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Wouou, un trip en Inde...voilà qui me plairait...
      Profite bien !
      Beau début d'année ma belle orchidée
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  24. Lâcher les apparences pour être soi vraiment...
    Ne plus vouloir plaire absolument.

    Vas-y Célestine... Respecte toi et fais ce que ton âme te souffle au creux de l'oreille.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mon âme a juste envie d'être entendue...
      Bises Suzame
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  25. Bravo Celestine, s'autoriser de soi même c'est ce que j'aime. Je ne te connais pas l'ancienne Celestine depuis longtemps puisque je t'ai découverte il y a peu de temps, mais la nouvelle me plait déjà beaucoup

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ni nouvelle, ni ancienne, mais je dirais plutôt « entière »
      Ce que je m'autorise de moins en moins depuis un certain temps, craignant de saouler ou de lasser, ce qui est ridicule...
      Alors disons un recentrage de priorités.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  26. En fin, ouf si seulement
    tu ne te dégonfles pas...
    j'attends que ça
    comme t'aurais dit ton...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Même pas sûr que je me dégonfle pas...vu que ce que j'ai envie d'assumer, c'est ma faiblesse...
      Et surtout mon ras-le-bol des chemins imposés...
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  27. Et bien voilà ! Nous ne sommes pas Louis d'or, on ne saurait plaire à tout le monde ];-D

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Louis d'or, bof, il ne me tente même pas celui-là... hihi !
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  28. Mon blog est un vieux blog, j'étais beaucoup plus sincère au début, depuis je ne raconte plus grand chose, je reste à la surface.
    Bon courage pour ton changement.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Et tu n'as pas envie de descendre un peu en dessous de la surface ?
      Merci Heure Bleue,
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  29. Soit toi, Cel, surtout soit toi...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Promis. Tu fais partie de ceux qui me donnent envie de l'être en tous cas. ;-)
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  30. Il me semblait que tu possédais déjà une grande liberté de parole sur ton blog.
    Comme quoi je peux me tromper aussi sur les personnes auxquelles je tiens ! :)
    Difficile de t'imaginer autrement; mais que ça fait du bien parfois de ne pas être consensuel alors ...
    Wait and see ... Métanoïa quand tu nous tiens ... ;)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Certes. Une liberté de parole que je suis la seule à contrôler. Cependant à trop contrôler, on a tôt fait de se cantonner dans un style, ou de se laisser enfermer dans une image.
      Rien qu'en disant la simple phrase: "Moi, vous me connaissez"...
      Eh bien non, on ne nous connaît que sous une certaine image, et je suis certaine que chacun a bien d'autres choses à donner que ce que les gens savent de lui (ou d'elle) surtout quand on finit par se conformer tout le temps au même personnage. Ce personnage, c'est nous, mais ce n'est pas que nous.
      Métanoïa...attends c'est quoi déjà, vite un dico ... ah oui ! "Renversement de la pensée, changement de vue"
      Moi je dirais plutôt : élargissement du champ de vision et retour aux fondamentaux.
      Contente de te revoir
      Bises
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    2. Certains disent avec une pointe de mépris ce qui au contraire fait preuve de sagesse:
      "Changer de point de vue."
      De l'endroit où l'on est, on ne voit qu'une partie de la vie. Changer de point de vue, c'est déplacer sa pensée pour pouvoir prendre en compte ce qui nous était caché auparavant. C'est le prix d'une synthèse holistique (ouais, disons le plus possible...) d'une situation donnée. (quoi que même si la situation est donnée, elle nous coûte parfois très cher....)
      Baci

      Supprimer
    3. C'est pas faux...
      mais parfois on n'est pas très "holistique", quand on a la tête dans le guidon...et les amis, c'est justement là pour nous aider à ce changement de point de vue.
      Alors re-merci.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  31. Comme j'aime cette idée de l'eau nue comme au premier matin du monde!
    Mais tu me parais déjà tellement vraie, comment ne pas te suivre dans ce nouveau voyage?
    Bises de l'océan
    Balaline

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mais je suis vraie. Dans tout ce que je dis. Mais j'ai trop laissé dans le silence certains pans de ma vie, et du coup, privilégié la joie de vivre, la positivité en toutes circonstances...
      Je veux juste revenir à un équilibre: il y a des moments dans la vie où tout ne baigne pas dans l'eau de rose...

      Supprimer
  32. Vous verrez, c'est une grande liberté que de ne pas plaire à tout le monde.
    Bonnes fêtes !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Certainement. Suis-je capable d'être libre ? Voilà ce que j'aimerais parvenir à me prouver ...
      Belles fêtes à vous

      Supprimer
    2. Chacun est capable d'être libre.

      Supprimer
    3. Si vous le dites, je vous crois... ;-)
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  33. ah ah je crois quand même que tu auras du monde car tu excites la curiosité de tes lecteurs assidus ;-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mon but n'est pas d'éloigner mes lecteurs. Mais d'écrire sans penser forcément à la façon dont ce que j'écris va être reçu.
      Certains ne trouveront peut-être plus leur compte, mais je crois que cela ne concernera que très peu de gens, au final.

      Supprimer
  34. Je découvre ton billet du jour,et je dois dire qu'il m'inquiète un petit peu,et paradoxalement,attise ma curiosité.Ton blog va changer! au gré de tes changements,de ton besoin d'être toi/vrai.Je suis naïf,tu ne l'étais donc pas?Rien n'est immuable,pas même tes lecteurs et/ou commentateurs.
    Alors que j'avais rédigé un commentaire,et en attendant que cela "murisse",Je continuais la lecture de tes billets que j'ai entrepris depuis le début.
    J'en arrive aux 600ième.celui du premier mai 2014:Que sont mes amis devenus?
    Je me sens(il me semble) comme toi à ce moment-là!
    "et vous,là,qui me lisez à présent...Regardez-moi dans les yeux...Vous ne comptez pas disparaitre,tout de même?"
    Hasard?Ce billet-là,à ce moment-là,ou tu amorces un virage...
    Je te lis depuis presque un an,je commente depuis six mois,je me suis posé comme un "cheveu dans la soupe",et quand j'aurai fini de te lire,je crois que je serai prêt à disparaitre (s'il le faut)...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oh la la que d'interprétation!
      Bien sûr que j'étais vraie. Mais puisque tu lis mes billets depuis le début, tu te rends sans doute compte que j'oscille souvent entre des périodes joyeuses et des périodes plus sombres. Or depuis quelque temps, je me suis sentie presque "obligée "d'écrire positif, d'écrire joyeux, alors que je traverse un moment très difficile de ma vie.
      Je pense que désormais j'ai envie de retrouver ma liberté de ton du début, quand j'avais moins de lecteurs.
      Cela dit, je noue des relations très subtiles avec chacun d'entre vous, et cela me serait triste, par exemple, que tu t'en ailles après avoir fini de lire mon blog, sans raison...Enfin...sauf si tu en as marre évidemment... ;-)
      Cela dit, dans le billet que tu cites, je m'adressais à mes fidèles...l'ensemble de mon lectorat évolue sans cesse, et ceux du début sont très rares à venir encore...
      La vie n'est-elle pas un éternel mouvement ?

      Supprimer
    2. Marre!!! Si j'en avais marre,je n'aurai pas entrepris de lire tous tes billets!
      J'ai peut-être eu un petit coup de blues!(comme tout le monde). Mais,je me sens le moins aguerri à ce genre d'activité" bloguehuesque"(pas sur que ce mot existe?).
      Je n'ai pas envie(mais pas du tout) d’arrêter de "te visiter".
      Je prends beaucoup de plaisir à lire tout ton"historique" bloguehuesque(encore!),Je sens bien que tu es vraie dans tout ce que tu écris!cela me conforte dans l'idée que je me suis faite au début de la découverte de ton blog.
      Je me fie très souvent à mes premières impressions,et je ne suis pas déçu.
      Je me suis souvent posé la question de savoir qu'est-ce que je peux bien t'apporter de plus,ou de différent? si ce n'est juste moi!
      Alors,tant que je ne serai pas lassé,je serai là(j'veux dire sur ton blog)!
      Tient!du coup,j'ai une référence musicale!


      Sur tous les chemins de ta vie
      Dans le désert ou sous la pluie
      Quand tu voudras je serai là

      Que tu viennes d'un château
      De nulle part ou d'un ruisseau
      Quand tu voudras je serai là

      Je serai là si tu veux
      Comme ces rêves qui rendent heureux
      Pour faire d'un jour le plus beau jour de ta vie
      Je serai là si tu veux
      Comme la vie qu'on vit à deux
      Si tu es là je serai là

      Dans le souffle d'un vent géant
      Dans le sourire du printemps
      Quand tu voudras je serai là

      Dans tes moments de solitude


      Dans le confort ou la vie trop dure
      Je serai là

      Je serai là si tu veux
      Comme ces rêves qui rendent heureux
      Pour faire d'un jour le plus beau jour de ta vie
      Je serai là si tu veux
      Comme la vie qu'on vit à deux
      Si tu es là je serai là

      Dans tes yeux ou dans ton sommeil
      Quand tu dors, quand tu te réveilles
      Quand tu voudras je serai là

      Je serai là si tu veux
      Comme ces rêves qui rendent heureux
      Pour faire d'un jour le plus beau jour de ta vie
      Je serai là si tu veux
      Comme la vie qu'on vit à deux
      Si tu es là je serai là

      Rien que pour toi je serai là
      Si tu es là je serai là

      https://www.youtube.com/watch?v=xRxT5QONyGA

      JE SERAI LA

      RODA-GIL - SHEELE - HALLYDAY - CHRISTO - ZEKAVICA

      Supprimer
    3. Merci pour cette très belle chanson de Johnny que je ne connaissais pas.
      Ce que tu m'apportes ? Un éclairage unique.
      J'écrivais cela à un de mes lecteurs :

      Régulièrement on m'oppose cet argument fallacieux, comme quoi l'on doute de soi au point de penser qu'on ne peut rien apporter à une conversation de quelques dizaines de personnes.
      Mais ne caressez-vous pas parfois cette idée remarquable qu'il y a sept milliards d'individu sur terre, et qu'il n'y a qu'un seul "vous" ?
      Vous êtes unique, un assemblage inédit d'atomes et de molécules. Qui n'a jamais existé et qui n'existera jamais plus. Etourdissant, non ?
      Et à ce titre, en vous privant d'écrire vos ressentis, vous nous privez de quelque chose qui ne sera jamais dit par quiconque d'autre.


      Tu comprends pourquoi tes commentaires sont uniques ?
      Bises nocturnes
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    4. Je comprends!bien sur,je ne suis pas "les autres",et les "autres" ne sont pas moi!
      Quand j'ai débuté les commentaires,je savais que j'allais t'apporter quelque chose...
      dont je n'ai pas le nom.Je te vois sensible,fragile,mais aussi et cela va souvent avec,très forte,et pas seulement pour l'écriture.Un peu comme moi,le don pour l'écriture en moins!non je rigole!Mais dieu que c'est dur d'être modeste,quand on a toutes les qualités...Aller,juste pour le plaisir:
      https://www.youtube.com/watch?v=fRi6KN7JOh4

      je t'embrasse

      Supprimer
    5. Tu es drôle !
      Et tu as bien raison d'avoir une haute opinion de toi-même. J'admire cela.
      Quand c'est fait avec humour et intelligence.
      Moi je ne parviens pas souvent à avoir une haute idée de moi-même...malgré les protestations véhémentes de tout un tas de gens...
      Peut-être que le plus difficile est de me plaire à moi-même..
      Bises cher Xoulec
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    6. Ouh là,se plaire à soi même!vaste programme!
      On est toujours trop ceci,pas assez cela! Mais c'est peut-être cela, être soi!
      Pour SE PLAIRE! J'aime cette réplique tirée du film "coup de tête" avec Patrick Dewaere (déjà évoquée) diffusé ces jours derniers:"c'est vrai que j'étais beau!si j'avais été une femme,je serais tombé immédiatement amoureuse de moi"
      la correspondance au féminin valant pour toi!

      Supprimer
    7. Eh bien, le jour où je tomberai amoureuse de moi... les moules auront des gants...
      Mais je vois très bien Dewaere dire ça...
      lol !
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    8. Ne dit-on pas que l'amour rend aveugle! Tu as donc toutes tes chances!j'rigole ,ne le prends pas mal!Je me demande bien ce que des moules feraient d'une paire de gants?
      ou de plusieurs?

      Supprimer
  35. Ce billet n'a que 48 heures et, plus encore qu'hier, je me sens largué ! Peut-être mon temps n'est-il pas celui du XXIème siècle, je ne sais ?...

    Je voulais dire, mais je crains désormais de prêcher dans le désert:
    "Eh, les mecs et les nanas, vous semblez vous réjouir, mais gaffe quand même, un jour la Miss elle a écrit:
    "Depuis toujours je suis une passionnée, et mes colères, mes révoltes, mes chagrins prennent des dimensions démesurées. Excessive, comme mon signe astrologique, le bélier.

    Entière.

    Je suis une casseuse d'assiettes, de verres, de tout ce qui passe à ma portée en fait quand je ne me contrôle plus, une claqueuse de portes, une démarreuse de voiture en trombe, une hurleuse. Une jeteuse contre les murs. Une furie. Un volcan en éruption. Une tragédie grecque.
    La tornade blanche, on m'appelle. Une vraie tigresse.
    C'est la force destructrice de la soif d'absolu qui m'a gouvernée pendant des années..."

    Ca fait réfléchir, hein ! Ca va pulser ! Va y'avoir des copeaux !

    Allez, afin de vous éviter de chercher (mais Xoulec se souvient l'avoir lu récemment, n'est-ce pas Xoulec ?), ça vient de ce billet : http://celestinetroussecotte.blogspot.fr/2011/05/je-suis-un-volcan-endormi-mais-pas.html

    ...'fin moi, Jdissa...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mais non, tu ne prêches pas dans le désert...
      Tu sais bien qu'ici, c'est snack à tout heure et toujours ouvert...Avec mon temps du 22° siècle, ou d'une autre galaxie, je prends toujours la peine de répondre et c'est bien cela qui me pose question : est-ce que les gens prennent le temps de venir relire mes réponses ? Pour certains, c'est évident, un vrai dialogue s'installe.
      mais pour beaucoup d'autres, je crains que mes réponses personnalisées tombent dans un trou avec un son caverneux...
      Merci de ressortir ce vieux billet, dans lequel, c'est vrai je dévoilais une partie de moi.
      C'est ce ton-là qu'il me semble avoir un peu perdu ces derniers temps.
      Et que je retrouve avec urgence parce que je ne veux renier aucun côté de moi.
      Bisous célestes
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    2. @jdissa Absolument! je mentirai si je disais que je me souviens de tout,mais celui-ci,je m'en souviens plutôt bien vu que j'habite une région qui accumule pas moins de quatre vingt volcans alignés sur un axe nord/sud, tous endormis!
      et de temps en temps,il m'arrive de faire une belle photo!

      Supprimer
    3. Quatre vingts volcans !!! pfiouuuu !

      Supprimer
    4. ça donne une idée de l’ébullition en dessous!

      Supprimer
  36. C'est pas parce qu'on a rien à dire...
    Je me glisse à tes côtés pour partager quelques pas sur ce chemin chaotique.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu as beaucoup à dire, MissA, et tes interventions ont souvent été très pertinentes sur mon blog par le passé.
      En ce sens qu'elles ont mis l'accent sur des points auxquels je n'auraient pas pensé...
      Merci d'être là, silencieuse ou pas.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  37. Je ne sais pas quoi penser de ce que tu dis sinon t'encourager à poursuivre de la façon qui te paraît la plus proche de tes aspirations ! Je n'ai jamais eu l'impression que tu ne parlais QUE des bons côtés de ta vie (ou de ce que tu ressentais), même si tu écris davantage sur l'émerveillement et le bonheur du carpe diem que sur le malheur... Mais surtout, retrouve-toi, tu sais après la perte d'un parent, on reste bancal quelque temps... Ne t'auto-censure pas pour "plaire à tout le monde" , je sais ça va être difficile pour toi mais je te fais confiance, tu y arriveras ! Et apprendre à dire non aussi...est jouissif ! Gros bisous ma Céleste♥

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bancal, oui c'est un mot important...D'où l'image de la pile d'assiettes utilisée par l'ostéopathe, et qui m'a particulièrement parlé.
      Tes conseils sont précieux, ma miss, et je puise en chaque commentaire un peu plus de force à chaque fois.
      Pas de poésie aujourd'hui, mais le coeur y est et j'irai voir les autres participants.
      Gros bisous ma belle copine au sourire radieux
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    2. Ton ostéopathe a compris bien des choses...
      Je ne sais pas si mes conseils sont "précieux", puisque je conseille pas vraiment, je parle de moi en fait (ha notre égoïsme essentiel), où je suis, par où je suis passée et de ce qu'il est resté, ce que j'en ai appris... Nous sommes tous différents (tu l'as si bien écrit d'ailleurs) mais nous avons je crois toutes deux, des points communs de "sensibilité" !!! :) Ne t'inquiète pas pour la poésie, on fait selon ses envies chez moi, tu le sais, pas de contraintes qui soûlent ! ;)
      Gros bisous et à plus longuement l'an prochain (plus régulièrement j'espère)...♥

      Supprimer
  38. P.S. : Tu disais à quelqu'un que tu ne savais pas si tes réponses personnalisées arrivaient à chaque destinataire ou si ces derniers repassaient lire leur réponse... Alors sache que ta plate forme est handicapante pour cela car en s'abonnant à "m'informer", c'est aussi prendre le risque de recevoir 200 mails de tous tes commentaires (BS ne sélectionne pas QUE la réponse à NOTRE commentaire mais TOUS les commentaires qui tombent après le nôtre). Repasser reste encore la meilleure façon de ne pas avoir une boîte mail inondée mais ce n'est pas toujours possible... Sur WP, on peut lire les réponses instantanément sans s'abonner, sans pollution des boîtes mail et en restant sur NOTRE blog ! :D J'dis ça, j'dis rien , arf ! ^-^ ♥

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, pour venir chez moi, c'est un parcours du combattant...je sais...
      Ils sont méritants, mes lecteurs...
      Mais je n'ai pas le courage de changer.
      La guerre entre blogger et wordpress n'a pas fini de faire couler de l'encre. ;-)
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  39. Cela me plaît bien la perspective d'évolution de ton blog.
    Vouloir plaire à tout le monde est absolument mission impossible !
    C'est comme cela qu'on finit par ne plus plaire à personne…
    Écrire pour plaire est une tentation. Je pense que personne n'y échappe vraiment. Mais comme disait Monsieur le curé ! : on n'est pas obligé de céder à toutes les tentations !

    Lorsque j'ai commencé à bloguer - c'étais avant le réchauffement de la planète - j'ai beaucoup cherché à plaire, afin de rameuter du peuple chez moi… jusqu'au jour où j'ai eu une sorte de dégoût de moi-même de m'éloigner de plus en plus de ma propre vérité.
    Ce « faux personnage » a disparu. Je lai trucidé ! il a succombé dans l'incendie du blog de ce temps-là…

    Cela dit, tu as écrit des textes très authentiques jusqu'à présent. Pas tous. Mais c'était à mes yeux les plus prometteurs et les plus intéressants…
    donc je suis content…
    :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je ne renie pas ce que j'ai écrit jusqu'à présent.
      Je dis juste que j'ai envie de me prouver que je peux encore dire ce que je veux sur ce blog...
      Tant mieux si tu es content. mais (et là je crois que tu vas être encore plus content) si tu m'avais dit que tu n'étais pas content, ça n'aurait rien changé... ;-)
      Tu saisis mon évolution ?
      Finie celle qui a peur de ne plus être aimée si elle dit quelque chose qui déplait.
      J'ai enfin compris d'appliquer à moi-même le crédit que j'ai toujours donné aux autres: les aimer même s'ils disent des choses qui ne me plaisent pas. ;-)
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  40. Ma curiosité est bien éveillée! J'ai hâte de voir les changements.
    Une petite pose nous fera un bien fou à toutes les deux!
    Bisous de fin d'année magique!

    RépondreSupprimer
  41. J'ai fait comme toi, je me suis déconnectée pendant une semaine, et restée collée à mes enfants. Je souris car j'ai offert "Concept" à ma fille il y a deux ans.

    Et comme les autres je suis curieuse de voir les changements sur ton blog.
    Je n'ai pas la sensation que tu sois consensuelle, mais plutôt "sympa avec tout le monde". Et je me demande si on peut forcer sa nature pour ne plus l'être ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Sensuelle sûrement, con je ne crois pas... Mais sympa avec tout le monde oui, est-ce un formatage ou une déformation professionnelle...ou un des effets de la communication non-violente ?
      Alors je ne vais pas forcer ma nature pour devenir méchante, je n'y arriverais pas et puis quel serait l'intérêt ? J'ai voulu simplement retrouver ma vérité et pouvoir dire que je ne vais pas bien quand j'en ai envie.
      M'ouvrir de mes fragilités et de mes zones d'ombre, sans être toujours la fée optimiste qui console et illumine la vie des autres.
      Bisous Pastelle
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    2. Ca aussi je crois que c'est plus fort que toi, tu illumines la vie des autres, c'est comme ça. ;)
      Je plaisante cependant je comprends ce que tu veux dire. Et je pense que contrairement à ce que tu penses, tu vas gagner des lecteurs et non en perdre. :)

      Supprimer
    3. Tu es un gros amour, Sophie.
      Et je t'embrasse du fond du coeur.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  42. La critique méchamment gratuite et malveillante me laisse invariablement entre sidération, malaise et tristesse. Résultat, blog en panne et confiance pulvérisée. Objectif atteint. Chapeau.
    La Ballotine

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai été longtemps comme toi, chère Baladine, et j'ai pris en un temps passé, en pleine poire certaines critiques très acerbes, dont certaines de la même personne d'ailleurs que celle qui t'a blessée ici.
      Ce que je t'ai exprimé n'était pas une critique, et tu me vois vraiment très affligée si tu as pu penser que c'était mon objectif de te déstabiliser ou de pulvériser ta confiance. Pas du tout, et tu le sais bien, puisque tu utilises un sobriquet que je ne t'ai pas donné. Tu t'adresses donc indirectement à Aukazou en passant par moi.
      Non, ne mets pas ton blog en panne pour cela, tu es une belle personne, sensible et écorchée vive comme moi.
      Et certainement aussi, quelque part, comme les personnes qui te critiquent. Les failles humaines sont difficiles à comprendre et à analyser, parfois. On se fait des ennemis de gens qui nous ressemblent, peut-être parce qu'ils voient en nous leurs propres blessures et que cela leur est insupportable?
      Ne le prends pas mal, je t'en prie, et ne mélange pas tout.
      Veux-tu bien, cette fois, m'envoyer un petit mot en mp afin que l'on dissipe un malentendu ? je ne suis ni malveillante, ni méchante, beaucoup ici peuvent en témoigner. Et je ressens très fort ce malaise et cette tristesse.
      A tout bientôt je l'espère. ;-)
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    2. Pour tout dire, je me fiche qu'on m'aime ou qu'on ne m'aime pas. On ne peut être aimé par tout le monde, et j'en ai suffisamment autour de moi pour ne pas être en demande constante. C'est surtout la lâcheté du procédé qui m'a ébranlée. On commente à distance, ailleurs, en tout anonymat, me privant du plus élémentaire droit de réponse. J'ai beaucoup de mal avec ce genre de procédés. Et je découvre du même coup que je suis plus apte à protéger les autres qu'à me protéger moi-même.
      Je sais que je vais rebondir, ce sera sûrement avec une bonne dose de colère, c'est un sentiment qui me répugne. Tant pis.

      Supprimer
  43. Chère Célestine, je te souhaite d'être ce que tu es. Que ta vie guide, encore et toujours, ta belle plume fragile.Toi seule sais ce qui est bon pour toi et tant pis si les autres ne te comprennent pas. Ta vérité t'appartient.
    A la joie de te lire renouvelée. Je t'embrasse et te souhaite des mots vrais pleins la nouvelle année. Aimjee.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci de tout coeur, Aimejee.
      Je suis touchée d'apprendre que tu me lis toujours depuis tout ce temps.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  44. Il me semble que ce programme (d'écriture en tout cas) est plutôt positif... pourquoi vouloir être consensuelle en effet? Ceci dit, je constate que tes lecteurs t'aiment tellement et sont tellement fidèles qu'ils vont dire amen comme un seul homme o:))))))))))))))

    Mais surtout, je suis désolée si tu passes par des mauvais moments, des moments de ras-le-bol mais c'est inévitable, je connais bien ces montées et ces descentes vertigineuses et les remontées (et parfois le calme trop plat)... En tout cas, moi, je t'apprécie de plus en plus.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Pivoine, l'avenir dira si les choses se mettent en place de façon différente ou non.
      Merci pour ton estime.
      Je t'embrasse.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer

Je lis tous vos petits grains de sel. Je n'ai pas toujours le temps de répondre tout de suite. Mais je finis toujours par le faire. Vous êtes mon eau vive, mon rayon de soleil, ma force tranquille.
Merci par avance pour tout ce que vous écrirez.
Merci de faire vivre mes mots par votre écoute.