samedi 19 novembre 2016

Rue de la Huchette






Parfois, on croit être ami avec quelqu’un. Comme le renard est l’ami du petit prince.
Et puis, au détour de la vie, quand les gouttes de pluie se font plus serrées, plus piquantes et plus obstinées, ou que l'orage tremble, on a le cou trempé, les cheveux dans les yeux et l’ami n’est plus là pour nous tendre un parapluie.
Et puis il y a ceux qui sont toujours là. Ils ne demandent rien. Ils n'attendent rien. Ils n'exigent rien. Mais ils sont là, au besoin. Sans carnet de comptes à la main. Comme si on s'était vu la veille. 
Pourquoi je pensais à ça, tout d'un coup ? Ah oui...
Je méditais en faisant une longue promenade en ville. Sous la pluie. Seule comme Barbara.
Il y avait une phrase...
« Monsieur Gregory Corso, qu'est-ce que la puissance ? 
Rester debout au coin d'une rue et n'attendre personne.  » 
J'ai rêvé New-York.
Tiens, Yves Simon, le chanteur de mes quatorze ans...J'ai repensé à ces mélodies qui me berçaient alors. « Des mots de tendresse et des mots de femme que tu caresses et qu'on condamne...et qu'on condamne, petite Anne » 
Quand je me roulais dans le spleen en triturant mon âme comme un bouton enflammé. On buvait des diabolo-menthe, on fumait des gauloises bleues...
Rue de la Huchette. Fabuleuse chanson. Du concentré de petites étincelles de temps, de pauvres vies juxtaposées et emmêlées, des paumés du petit jour. « Du goudron sur des vieux pavés où traînent des rêves infinis »... 
Tout ce que j'aime quand j'ai le coeur au bord des yeux. 







cliquez sur l'image pour accéder 
(j'espère) à la musique...je n'ai rien
trouvé de mieux en magasin.






126 commentaires:

  1. Je n'ai jamais trop été sensible à l'art de ce yves Simon, je ne serais pas allé jusqu'à lui jeter des légumes, non j'y ai toujours été indifférent mais il est vrai que je n'ai jamais été une fille, il me semble que son auditoire était très fille... me trompe-je ?

    Bleck

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Jeter des légumes à Yves Simon ? C'est vrai que c'aurait été doublement dommage !
      Je ne sais pas si c'était un chanteur pour fille, moi ce que je sais c'est que quand j'allais écouter un concert de chanteur pour filles, c'était souvent accompagnée d'un garçon. Tu veux dire qu'il aurait supporté juste pour mes beaux yeux ? Rhôô ! on est naïf à c't âge !
      Une bise quand même ?
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  2. je ne connais pas du tout ce chanteur! enfin, je ne connais pas ses chansons, je veux dire ;-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Eh bien, je t'invite à le découvrir.
      J'aimais beaucoup son univers, tendre et romantique mais pas que.
      Je l'aime toujours d'ailleurs, pourquoi je parle au passé ? ;-)
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  3. Cel, c'est incroyable comme ce que je lis chez toi m'évoque toujours des choses fortes, souvent enfouies mais si profondes et si vivantes dès que ta belle prose m'y ramène en quelques lignes. Gregory Corso, je ne l'ai pas vraiment lu mais ayant lu Rock'n Folk à compter du numéro 3 j'ai lu des articles sur la Beat Generation et ses chantres. Alors que je suis de l'âge hippie et non beatnick (la confusion est encore très présente, surtout en France) je me revois dans ce quartier de Paris, commençant des études, hantant le Saint André des Arts et autres cinés, pas encore cinéphile pur et dur, je cherchais plutôt les spaghetti-westerns. Alors la chanson d'Yves Simon coule de source.
    "Rester debout au coin d'une rue et n'attendre personne", ça c'est fabuleux et, non fumeur, je partage en deux avec toi ma gauloise bleue. Kisses from Boul'Mich. ATTB.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui ça remonte à l'époque de jack Kerouac et de William Burroughs.
      Un mouvement profondément libérateur. Mais à vrai dire moi non plus je n'ai jamais rien lu de Corso.
      Je ne fume pas non plus, mais les Gauloises Bleues évoque instantanément cette époque interlope et fabuleuse...
      Je souhaite à la génération des jeunes actuels les mêmes souvenirs mouillés de diamant et de brume.
      Kisses from Saint Germain attb
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    2. Kangourou Agile19 novembre, 2016

      Interlope, ça rime avec clope, d'ailleurs.
      Putain de jeunesse qui a passé trop vite
      Putain de temps, on veut pas dire mais force est de constater
      Le vol du vautour est plus long qu'une vie humaine.

      Supprimer
    3. @Eeguab
      J'y repense
      Nous nous sommes tant aimés dans les années soixante-dix...
      Voilà une chanson, j'y repense, qui est une sorte d'hymne au cinéma italien...

      Supprimer
    4. @Kangourou Agile

      Beau commentaire, âpre et super nostalgique
      Eh oui, ça met une claque, hein tout ça...

      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  4. Quelque chose comme une référence...

    Bleck

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, une sacrée référence, et même plusieurs , à bien regarder...
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    2. Ah ouep, comprends mieux...
      mais ma rue de la Huchette, on y danse pas au son du bouzouki en cassant des assiettes...
      C'est juste un fantasme.
      Si fort que les draps s'en souviennent...
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  5. « Monsieur Gregory Corso, qu'est-ce que la puissance ?
    Rester debout au coin d'une rue et n'attendre personne. »

    Ah dis donc, quelle puissance dans cette phrase ! Il aura fallu que je la lise chez toi pour me rendre compte que je ne l'avais jamais remarquée dans la chanson que tu cites…

    Pour répondre à la question de Bleck, plus haut, bien que n'ayant jamais été fille (quoique…), j'ai été sensible à certaines chanson d'Yves Simon. Notamment "Diabolo menthe", tendre, sensuelle, décrivant si bien les fragilités et hésitations adolescentes.

    Quant à l'amitié… elle pourrait presque se définir ainsi : insensible au temps qui passe.
    Bises sans exigences

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui cette phrase m'a longtemps marque, comme toute la chanson d'ailleurs, dont la modernité éclatait soudain sur les ondes tamisées et ramollies par des chanteurs fast food genre Mike Brant...
      Peut-être que Bleck devrait (ré)écouter « j'ai rêvé New-York » ?
      Quant à ta définition, bien que le mot insensible ne fasse pas vraiment partie de mon vocabulaire, je suis assez scotchée par la luminosité de l'idée. Que dirais-tu d'intemporelle tout simplement ? ;-)
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    2. Intemporelle, ça me va. Je l'adopte !
      ;)

      Supprimer
    3. Oui, en plus, je trouve le mot très beau, d'une sorte d'élégance aérienne...
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  6. "Rue de la Huchette" a été reprise par Vincent Delerm en 2015, "avec des rêves infinis".... merci Célestine de raviver toutes ces choses profondes bien enfouies au fond d'un passé même s'il est imparfait est toujours présent.....
    Je t'embrasse.
    Den

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je ne connais pas la version de Vincent Delerm.
      Nul doute que le passé qui nous a construit(e)s tous et toutes soit toujours présent en nous.
      Vivre l'instant, en le laissant affleurer de temps en temps à la mémoire, sans chercher à s'y accrocher.
      Bisous
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  7. La Huchette ! Luter, Saury, Vian (et pourquoi pas Moustache, tant qu'on y est)...
    Eh bien ma belle, tu ne me rajeunis pas ! Mais c'était marrant le jazz à la sauce française.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, pourquoi pas Moustache ? Bon je préfère Yves Simon, pas besoin de t'expliquer quels sombres méandres m'amènent à cette constatation ...
      C'est drôle comme expression, « tu ne me rajeunis pas » quand on évoque la jeunesse. Au contraire, moi j'ai l'impression d'avoir à nouveau quinze ans quand je les évoque.
      Mais il est vrai que je suis montée à l'envers ;-)

      Bisous Boss
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  8. J'ai toujours pensé que l'amour et l'amitié n'étaient qu'une vue de l'esprit... De plus, quand on créé ces "liens" on supporte mal l'éloignement de ces deux là... (on n'a pas créé un "lien" pour rien)
    Si je suis encore enchevêtré dans quelques liens, je suis dans ma période où il suffit des retenues... Je libère tout cela, me préparant à voguer sur l'océan de la vie en solitaire, sans escale...
    Alors, ne soit pas désolé des liens rapprochés ou distants, soit seulement désolé des "liens" qui entravent...
    Bises

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Et si la vue de l'esprit, c'était que l'on peut vivre complètement sans lien ?
      Tout crée des liens ici bas, la nature n'est qu'une gigantesque chaîne où chaque être vivant dépend d'un autre et n'est-il pas illusoire de nier cette évidence?
      Même les neurones se font des noeuds entre eux, à l'insu de notre plein gré...
      En revanche, ne pas s'accrocher à un lien qui se dénoue, oui, ça je crois que c'est sage.
      Je gage que dans ta traversée en solitaire sans escale, tu emporteras un poste radio...
      Bisous
      ;-)

      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  9. Une rue où j'ai mieux que sur le Sunset Bd mes marques humaines...si tu savais Céleste, des mues après des mues comme j'ai la peau toujours vivante dans tout ce quartier là, au caveau mais avec des cris en thèmes de vie !!!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Rue de la Huchette, ça ne peut que parler à l'Artiste...Quartier latin, Boul'Mich', le bal des quat'z'arts, le Flore et Pouchkine et Saint Germain, et la Fontaine...
      Les cris en thèmes de vie, je m'enjaille !
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  10. Je n'ai pas de chanson pour bercer mon chagrin, j'ai juste des quartiers de Paris.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Et tu les racontes si bien, chère Heure Bleue;
      Je vous suis pas à pas, le Goût et toi.
      J'aime bien vos balades.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  11. Deezer n'est décidément pas ma tasse de thé, j'ai du aller la chercher ailleurs pour pouvoir l'écouter.
    Je n'ai pas du tout croché avec la chanson, je lui préfère nettement cette autre rue de Paris, dans le 11e:
    https://www.youtube.com/watch?v=G_UchdAVfQw

    Par contre, cette terrasse m'en évoque une autre, située dans le 20e, avec en plus quelques moments inoubliables...
    Ben oui, on a les souvenirs qu'on peut :-)
    Molto baci mia Cara

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Elle habitait Rue de la Roquette,
      Tout en haut d'un vieil escalier,
      Chez elle y avait pas de moquette
      Sur le palier,
      Pas de homard en céramique
      Sur un buffet Louis Machin,
      Rien qu'un grand lit plein de musique,
      Et c'était bien.
      Son compagnon, un photographe,
      S'était tiré quelqu's mois plus tôt,
      Et l'avait laissée en carafe
      Comme un salaud.
      Depuis elle attendait sans hâte
      Que reviennent des jours meilleurs,
      Entre des fleurs et une chatte
      Folle d'ailleurs.

      C'est elle qui m'avait accueilli
      Lorsque je traînais dans Paris.

      La journée elle était graphiste,
      Le soir, elle fumait un peu,
      Simplement pour être moins triste,
      Pour être mieux.
      Elle gardait d'un lointain dimanche,
      Plus que les autres gris et laid,
      De fines cicatrices blanches
      A ses poignets.
      Elle avait des amis bizarres,
      Des musiciens trapus, barbus,
      Des ivrognes que par hasard
      J'avais connus.
      Et c'est dans la Rue des Canettes,
      Un soir de bière et de chansons,
      Un soir où je faisais la fête
      Que sans façon,

      Elle m'avait dit. "Viens dans mon lit
      Au lieu de traîner dans Paris".

      Elle avait des caresses lentes,
      Comme quand on a tout son temps,
      Elle avait des gestes d'amante
      Oui, et pourtant
      Y avait pas d'amour entre nous,
      De serments ou de cinéma,
      J'm'en méfiais plutôt, voyez-vous
      En ce temps-là.
      Avant qu'la chanson se termine,
      Il faut encore que vous sachiez
      Qu'elle avait la bouche enfantine,
      De petits pieds.
      Ces choses-là avaient d'l'importance
      Pour moi, comme ses cheveux roux,
      Puis elle est partie en vacances
      Je ne sais où.

      Je ne l'ai pas revue depuis,
      Alors moi, j'ai repris ma vie.

      Celui qu'a fait cette complainte
      Se souvient encore à présent
      De son cou, de ses lèvres peintes
      De ses seins blancs.
      Il envoie un peu de tendresse
      A celle qui l'avait accueilli,
      Alors qu'il traînait sa tristesse
      Dedans Paris.

      Un peu de tendresse comm'ça,
      En souvenir de ce temps-là,
      Un peu de tendresse, et c'est tout,
      Simplement parc'que c'était doux.


      Ben moi j'ai croché avec ta chanson, je dois être bon public...
      Baci caro
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    2. Une autre terrasse dans le 20ème ?
      C'est si loin...
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  12. Ah... Les amis qui ne sont plus là… !
    J'en perds par poignées en ce moment… comme les cheveux sur leur tête au temps de leur cancer qui les mena à la mort…
    et ceux qui me restent ne sont guère en excellente santé…
    et moi-même d'ailleurs…

    Quant à mes 15 ans, et toutes les années qui suivirent… je n'en ai nulle nostalgie. La chanson d'Yves Simon est évocatrice de temps dont je suis heureux qu'ils soient passés et terminés.
    Au final, je suis bien dans mon âge, avec ses joies et ses pleurs.
    Bon, j'arrête de bavasser sur moi-même…
    Je n'ai jamais fumé de gauloises bleues…(ni rien d'autre), je devrais m'y mettre… mais la SEITA est morte !
    et au Quartier latin il n'y a plus de plage sous les pavés…
    Un coup de mou le X ? non non … tout va bien… il y a de bons hôpitaux par ici… ce n'est pas loin pour aller visiter…

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Y a du mou dans la corde à noeuds, comme aurait dit Pierre Dac !
      C'est l'effet novembre (pas Tom)
      Baisse de lumière... Baisse de vitamine D...baisse de moral
      non sans blague ? plus de plage sous les pavés, tu nous la sors bonne !
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  13. J'imagine que tu as lu la correspondance entre Camus et René Char... Un antidote fabuleux, quand on se prend à douter du genre humain!
    "Chance de vous avoir rencontré, il y a déjà des années, et que l'amitié ait pris entre nous cette force qui enjambe l'absence" écrit Camus.
    J'ai toujours pensé que Corso avait raison. Pour tenir debout à deux, il faut d'abord tenir debout tout seul... Enfin je crois...
    Yves Simon... La nostalgie a été inventée pour lui, à moins que ce ne soit le contraire? Plume sensible, sensitive, tant en chanson qu'en littérature.
    A l'écoute d'une chanson qu'on aime comme si on l'avait créée soi-même, au détour d'une rue, d'un jardin, devant une façade retrouvée, soudain reconnaître tous ses rêves, même un peu déformés par les miroirs de la vie...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je n'ai pas lu cette correspondance, mais j'en ai plusieurs fois entendu parler.
      La force qui enjambe l'absence, c'est beau, c'est fort.
      les rêves, les fantasmes sont forcément déformés par les miroirs de la vie (jolie expression !)
      Mais ils ne tiennent que leur place de rêve: légers et intemporels.
      Comme cette chanson dont l'air nous rattrape au galop par les tresses...
      ¸¸.•*¨*• ☆
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  14. Ah ! Rue de la Huchette, j'y ai beaucoup traîné, il y a ... Bref passons, puis dernièrement j'y suis retourné, place Saint André des Arts, en pliant un plan de Paris la Huchette et Saint André se touchent ! Un bel endroit pour une rencontre, de celles qu'on n' oublie pas à l'ombre des dragons de Saint Michel.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. A deux pas de la Fontaine, un pub irlandais où j'ai jadis traîné, les yeux pleins de brume...
      Y a-t-il toujours un cinéma avec de vraie fauteuils en cuir rouge à Saint André des Arts, ou a-t-il été remplacé par un MK2 ?
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    2. Mais c'est bon Dieu bien sûr ! Je le connais ce pub,Le Corcoran's Irish club ! j'y ai même déjeuné, si j'étais seul ? Devine...

      Supprimer
    3. Je parierais que non... je ne te vois pas aller seul au restaurant ^^
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  15. Ce matin, rue de la Huchette, un ciel atone filtre une lumière timide, sans joie et sans éclat. Des guides touristiques font l’inventaire des lieux, drainant dans leur sillage des néo-zélandais encapuchonnés, saisis et comme surpris par la température : il fait un froid glacial. Ce n’est pas aujourd’hui qu’Amarino boostera ses recettes. Encore que, si un industriel vendait ses glaces en les baptisant : « cœur de paris », « la vie en rose » ou « la bohème », il se pourrait qu’on fasse la queue pour les acheter, même à – 15°. Drôle de quartier que mon quartier !
    Rue St Séverin, Fréhel sert de digestif pour faire passer le prix du fricassé de volaille. Mon homme revient avec des bribes de couplet aux expressions qui n’ont plus cours à notre époque et comme il chante faux – enfin non, il ne chante pas faux, il orientalise tout ce qu’il chante, du coup on ne reconnaît plus rien ! Il ferait passer Edith Piaf pour Oum Khalsoum – j’ai bien du mal à les identifier. Il y a peu, il est revenu avec ces mots : « On monte une affaire colossale, avec l’argent du bon populo […]monsieur couch’ra ce soir au dépôt ». J’ai attrapé un fou rire, « colossal », c’est le cas de le dire ! Mais ça plaît aux touristes qu’on gave d’Aznavour, de Montand, de Piaf, de Fréhel, de Patachou et de Colette Renard. On applique savamment la recette montmartroise. C’est vendeur. Rue de la Huchette, en revanche, c’est bien plus d’jeuns : multiplication des bars oblige. Le son « clubbing » a signé l’arrêt de mort du bouzouki et du sirtaki. Ce ne sont plus les assiettes qui volent, mais les soutien-gorges, dont un bar suggère aux jeunes-femmes de les déposer, en partant, sur une espèce de tringle exposée en vitrine. Autre temps, autres mœurs.
    Rue Xavier Privas, qu’on appelait, au siècle dernier, la « placette de l’Afrique du Nord », les arabes défendent leur pré-carré contre l’intrusion des indiens. On s’y bat et on s’y insulte quotidiennement. C’est d’ailleurs le seul divertissement qui s’y donne, excepté quand les Hare-Krishna nous font l’honneur de nous rendre une petite visite. Dès qu’on entend leurs crécelles à lépreux, on se précipite tous à nos fenêtres. Ca nous donne l' occasion de nous saluer entre voisins, de prendre des nouvelles de nos géraniums respectifs ! ;-)
    La nuit, c’est moins drôle. Les jeunes-filles hurlent et pleurent dans la rue. Les jeunes-hommes vomissent et comatent. Certains ont encore la force de coïter, mais dans quel état … et surtout c’est l’heure où les rats sortent : des costauds, des vrais mickey mouse qui font peur aux chats du quartier. C’est dire la taille des nanimos.

    Mon quartier ne me fait pas rêver. Il m'intoxique de bruits, de fumées, de violence, de misère, de tristesse, de saleté. Et puis j'en ai ma claque des portiers arabes (pas de la race arabe) et de leurs violences physiques et langagières (ils font fuir leurs propres clientèle),ils hurlent dans une langue âpre, explosive qui n'est pas forcément supportable pour ceux qui ne la partagent pas et qui en subissent les imprécations à longueur de journée. Et quand ils ne se tapent pas dessus, en renversant, au passage, les ardoises des menus (pancartes sur pied) dans la rue, ils passent leur temps à dire du mal de tout le monde et ça parasite la quiétude des autres. Ils vivent comme si ils étaient seuls au monde. C'est d'une violence sans nom !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci pour ce témoignage vécu, description très balzacienne, zolienne plutôt, de ton quartier tel qu'il est, hélas, devenu.
      On voit bien comment le fantasmé, l'imaginaire se heurtent de plein fouet à un principe de réalité implacable, comme le choc de deux mondes étanches. Une lente mutation est en marche, pas forcément très réjouissante c'est vrai.
      Yves Simon doit être effaré, sans doute, si ses pas le ramènent vers cette rue.
      o tempora, o mores.
      Je compatis d'autant plus que les mélanges de bruits de couleurs et d'odeurs doivent être amplifiés par ton hyperesthésie.
      A côté de certains borborygmes gutturaux, même Fréhel oumkhalsoumisée doit te paraître un chant bien doux. ;-)
      Condoléances sincères
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  16. Rue de la Huchette où baguenaudent des rêves infinis ! oui une chanson plein de nostalgie qui nous ramène à notre innocence quand la vie était un champ comblé de rêves qu’il fallait juste cueillir parmi les étoiles. Quand à l’amitié, elle pèse ce que les hommes et les femmes voudraient bien lui faire porter. Elle n’est pas matérielle, elle n’est pas contrainte, elle est juste sensible.
    -Pour Hypolite de Livry : L'amitié peut être un fort beau sentiment, mais c'est encore de une ces beautés idéales dont l'existence est beaucoup moins connue que le nom.
    J’aime bien ta belle bannière, avec la belle rêveuse aux cheveux roux, assise sur le haut d’une colline qui domine la mer. Elle me fait rappeler Janet Combe du roman de Daphné Du Maurier, la chaine d’amour : « Il semblait à Janet que la colline était devenue son univers, un petit monde d’ineffable clarté où tous les troubles du cœur venaient s’estomper et mourir ».
    Un colis de bisous pour la douce fée Céleste

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'aime vraiment beaucoup la citation de Daphné de Maurier.
      Celle de Livry me semble un peu désespérante : je suis sûre, quant à moi, que cette beauté existe, quelque part, au fond de nos coeurs allumés comme des étoiles.
      Merci du fond du mien pour ce beau chapitre de la nôtre.
      Je te renvoie un colis par retour du courrier

      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  17. Que tu es jeune ma Céleste ! ou bien que tu es naïve ? Tu apprends à tes dépends que le spleen, le blues sont des maux que fuient les amis. Les amis sont là lorsque la vie est belle, lorsque tu fredonnes au son de ta guitare pour les divertir et, lorsque tu entonnes l'orage, ils partent en courant de peur d'être éclaboussés. Cependant, dans une crise de "nombrilisme aigüe, ils ont la mémoire courte et sauront faire appel à toi s'ils en ont besoin. La fidélité en amitié est aussi fragile qu'en amour. La mienne t'est acquise, je te l'envoie avec une myriades de bises.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pourtant ce sont ces mêmes amis qui sont capables de me dire que je suis trop dans "le bonheur incantatoire" et la "bisounourserie" Faudrait savoir !
      Moi je crois qu'un vrai ami, c'est celui qui te prend comme tu es tout le temps. Triste ou gaie, avec le blues ou la patate.
      En tous cas c'est comme ça que j'aime mes amis: quand ils sont vrais, qu'ils ne trichent pas. Les toujours tristes et les toujours gais, c'est louche, quelque part...
      Merci pour la myriade de bises grande soeur.
      Je sais que tu ne fuiras pas si j'entonne l'orage... ;-)
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    2. Jdissa, perplexe20 novembre, 2016

      @ Chinou: j'aime beaucoup ta description des amis, et bien qu'il m'arrive à moi aussi de faire parfois défaut à ceux et celles qui me voient comme tel (ça vient de m'arriver et ça me fout le spleen), j'ai le furieux espoir de ne pas ressembler aux tiens. En tous cas, compte tenu de la façon dont tu les voies, je m'appliquerai soigneusement à ne pas faire parti des tiens...
      A moins qu'il ne s'agisse que d'un problème de terminologie ?...

      Supprimer
    3. Je crois que c'est surtout une question de vécu individuel et de bonnes ou moins bonnes expériences...
      Autant de définitions que d'amis, non ?
      De là à tirer des généralisations, ça me semble hasardeux...
      C'est complexe les relations humaines.
      En tous cas Chinou est une amie que j'apprécie beaucoup.

      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    4. Je crois tout simplement que les gens que décrit Chinou ne sont pas des amis.
      Mais comme je viens d'en décevoir une, d'amie, je ne ferai pas le malin plus avant...

      Supprimer
    5. Petite istoire pour illustrer cet échange...
      Un gars préparait son mariage et avait demandé à son père de s'occuper des invitations. Il lui donne la liste d'une centaine d'amis à convier.
      Le jour du mariage, le fils est très étonné de ne voir qu'une petite dizaine d'amis présents.
      Il demande à son père s'il a bien contacté tout le monde. Le père atteste que oui et précise:
      " J'ai dis à tous que tu avais un ennui et que tu avais besoin d'eux aujourd'hui.
      Ceux qui sont venus sont tes amis, les autres ne méritaient pas ton invitation."
      Bises, baci e tutti quanti

      Supprimer
    6. C'est une belle histoire, Blutchiamo.
      Tellement pleine de sagesse.
      L'amitié serait comme une sorte de tamis dont les amis seraient les pépites d'or.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  18. Qui dira aussi bien que Celestine les promenades en ville, le cœur humide, et les cheveux mouillés ? Il y a tant de gravpce dans ces pages un peu tristes.
    Il y a le temps des rencontres, des chemins de traverse. Il y a aussi le temps du silence. L'un n'exclut pas l'autre. Il fait simplement que chacun trouve sa place. Son bon moment. Son instant de grâce.
    Quand le renard vit au pays des renards et que le petit prince vit au pays des petits princes il n'est pas bon que l'un manque à l'autre, ni que l'autre manque à l'un.
    Demain, après-demain, ils se retrouveront chacun a sa place à contempler l'horizon....et le temps aura disparu.
    Bon week-end, belle fee, un peu mélancolique....

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il y a tant de grâce dans ces moments de tristesse où la musique envahit le coeur.
      Je ne fais que retranscrire des ressentis. Aucun mérite donc.
      Vous savez bien que je suis une grosse éponge absorbante d'émotions...
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  19. Rue de la Huchette ! C'est là que la Cantatrice chauve se coiffe, tous les matins, du même côté !

    Puisqu'on est au pays des merveilles de Juliet ou d'Alice devenue rousse, que je répète ce que dit la jeune femme au lapin blanc dans le bandeau du jour de ton blog : " Alors ? Je te l'avais bien dit que la Terre était plate !"

    Bon week-end, Céleste nièce !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est vrai...trop plate, bien trop plate parfois, le seul avantage est de pouvoir aller s'asseoir sur le rebord du monde quand j'en ai envie.
      le bonjour à la Cantatrice pour moi...
      BWE céleste oncle. :-)
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  20. Merci de sortir Yves Simon du placard , j'ai aimé à l'époque ! Et maintenant je viens d'écouter rue de la Huchette plusieurs fois , et même si ça n'évoque rien pour moi, sa musique et sa voix me foutent le blues ...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Non le blues était en toi, et il sort grâce à la musique !
      C'est la théorie d'une de mes amies, et je pense qu'elle a raison...
      Tout ça pour essayer de me faire pardonner de t'avoir rendu triste. ;-)
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  21. Quand tu viendras nous pourrons nous retrouver rue de la Huchette. Je te raconterai la mienne, celle de la fin des années 60

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Avec plaisir. je gage qu'elle aura peu de points communs avec ce qu'elle est devenue à présent, et qu' Aukazou a décrit avec beaucoup de talent et un réalisme assez effrayant.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  22. Un p'tit coin de parapluie
    Pour un moment de paradis
    Je n'aurais pas perdu ma nuit
    C'est vrai que tu partages mes soucis

    Est-ce que tu as la figure d'un ange
    C'est pas ma faute si j'écris
    Que l'envie de te voir me démange
    c'est bien à cause de tes sourires amis

    Bises

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. On sent un petit hommage appuyé au grand Georges...
      J'aime me promener sous la pluie, elle m'apaise et me permet de méditer.
      Figure d'un ange ?
      Andiamo en rital parle de strega ;-)
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  23. "Un ami devrait supporter les faiblesses de son ami.”
    William Shakespeare
    La bilatéralité de cette citation incline à l'indulgence, il me semble.
    La fuite peut, parfois, être une faiblesse.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'entends bien.
      Shakespeare avait raison sur le fond.
      Tout est question de réciprocité, et de dosage en effet.Quand les efforts sont toujours à sens unique, il arrive un moment où excuser tout le temps les faiblesses de l'autre devient plus qu'une faiblesse: une erreur.
      Pourtant je pense être quelqu'un d'assez indulgent, d'une manière générale... ;-)
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    2. Il ne s'agit pas d'excuser mais d'accepter.
      J'appelle grandeur (d'âme) ce que tu appelles erreur.
      Vision loin d'être universelle mais qui devrait être partagée, logiquement, par ceux qui "ne demandent rien. n'attendent rien, n'exigent rien" :-)

      Supprimer
    3. Je comprends bien ce que tu essaies de me dire. Mais qui te dit que je n'ai pas accepté ? j'accepte ce que je ne peux changer, mais je prends de la distance.
      Il a le droit de penser ce qu'il pense et j'ai le droit de penser ce que je pense.
      Cependant tu reconnaîtras, je pense, que le monde est rempli de "faux amis" qui comptent justement sur la grandeur d'âme de l'autre pour exploiter sa crédulité et son empathie. Qui ne sont là que pour demander sans jamais donner.
      Dans certains livres on les appelle des "personnes toxiques". Elles ressemblent à s'y méprendre à des amis. Mais en réalité ce sont des araignées qui tissent leur toile.
      Amicalement

      Supprimer
  24. J'avais écrit "Il ne s'agit pas d'excuser mais d'accepter." en réponse à ton " il arrive un moment où excuser tout le temps les faiblesses de l'autre devient plus qu'une faiblesse: une erreur"

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah oui, c'est vrai...je dois être fatiguée. Ou alors je ne comprends pas bien pourquoi tu insistes comme ça.
      Rassure moi, j'ai raison de te croire bienveillant, non ? ;-)

      Supprimer
  25. Je possède ce disque, en vinyle, et il y a une piste qui est bien plus usée que les autres, ce n'est pas "Rue de la Huchette", mais "Regarde moi", que j'ai écouté des centaines de fois, alors que ce n'est même pas chanté.

    "Si tu prenais le temps camarade de rencontre
    De me regarder dans la peau,
    Au cœur de ma solitude,
    Là où s'inscrivent les mémoires de l'amour, de la guerre,et du froid.
    Sur mon enveloppe d'homme fragile comme de la soie
    Tu verrais alors les mêmes angoisses que toi, les mêmes délires que toi...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Si tu prenais le temps camarade de rencontre
      De me regarder dans la peau,
      Au cœoeur de ma solitude.
      Là où s'inscrivent
      les mémoires de l'amour, de la guerre et du froid,
      Sur mon enveloppe d'homme fragile comme de la soie
      Tu verrais alorsles mêmes angoisses que toi
      Avec des arcs-en-ciel et des p'tites amours en poubelles
      Tu verrais des ailes de géant brûlées par l'air du temps.

      Regarde-moi.

      Tu verrais le mal et l'égoïsme quand tu aimes une femme Et
      que tu veux la garder pour toi, pour ton sexe et ton
      cerveau, Et puis la guerre que je fais à ma jalousie Ce
      cancer de l'amour qui te bouffe la tendresse, Toute la
      tendresse.

      Regarde-moi dans la peau et fais pas gaffe si je tremble,
      C'est pas l'alcool Ni l'herbe de Colombie C'est juste la
      peur, La peur de tous ces mecs qui t'écoutent Qui te
      fichent Qui te traquent Et t'oses plus dire je t'aime à une
      fille que t'as rencontrée Un soir à Saint-Germain Quand tu
      sais qu'elle aussi, Elle a peut-être des micros au bout des
      seins.

      Regarde-moi.

      Regarde, regarde camarade de rencontre Tu vois, c'est ma
      façon de te dire que je t'aime, Et qu'il faut qu'on se dise
      des mots Des regards et des caresses Pour ne pas repartir
      chacun dans son métro Avec des torrents de paroles qui te
      restent au travers du coeur Et de la gorge. Regarde Je suis
      transparent, Je peux tout voir Tout savoir Je me fous des
      secrets. Regarde-moi.


      Magnifique, Pastelle. Je comprends que tu aies usé le disque.
      Moi j'étais trop jeune encore pour apprécier le message de ce texte.
      Tellement d'actualité...

      Bises et merci
      ¸¸.•*¨*• ☆


      Supprimer
  26. Yves Simon qu'est-ce que je l'aimais !
    Sa voix, son sex appeal...tu me connais j'étais un peu dingue ado
    enfin ça n'a pas changé !!! :)
    Angela

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui je confirme, tu as toujours un petit grain...
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  27. Seule comme Barbara?pétard que les paroles sont tristes!
    comme jour,comme nuit
    comme jour après nuit
    comme pluie,comme cendre
    comme froid,comme rien...(j’arrête là)

    ça me déprime un peu!Je me demande si tu n'aurai pas un petit coup de blues?
    un peu comme un avion sans ailes!


    Oh libellule,
    toi, t'as les ailes fragiles,
    moi, moi j'ai les ailes fragiles,
    moi, moi j'ai la carlingue froissée
    mais j'ai chanté toute la nuit. Charlélie couture

    J'ai rêvé new-york! d’Yves Simon! Re-pétard,je n'étais qu'un gamin,et je n'aimais pas!
    Dès l'aérogare
    J'ai senti le choc
    Un souffle barbare
    Un remous hard-rock
    Dès l'aérogare
    J'ai changé d'époque
    Come on! Ça démarre
    Sur les starting-blocks...C nougaro

    Quand la vie impitoyable
    Vous tombe dessus
    On n'est plus qu'un pauvre diable
    Broyé et déçu
    Alors sans la tendresse
    D'un cœur qui nous soutient
    Non, non, non, non
    On n'irait pas plus loin...Bourvil
    https://www.youtube.com/watch?v=zfQfnjbUy8A

    Tout ce que tu aime quand tu as le cœur au bord des yeux?
    tes yeux bleus pleurant sous la pluie...(ce n'est pas de moi)

    Pour toi, c'est une histoire ancienne,
    Pour moi, ça n'a jamais fini.
    Et trop souvent me reviennent,
    Tes yeux bleus pleurant sous la pluie.
    Que j'ai laissé une reine,
    Les yeux bleus pleurant sous la pluie.
    Et même si mes vies me conviennent,
    Et même si tout m'a réussi,
    Rien n'effacera la scène
    Des yeux bleus pleurant sous la pluie.
    Et je prends les jours comme ils viennent,
    Pour me faire croire que j'oublie,
    Les yeux d'où coulait à peine,
    Cette eau bleue où filait ma vie.
    Et loin dans mes nuits bohémiennes,
    Toujours une voix me dit,
    Que J'ai laisser une reine,
    les yeux bleus pleurant sous la pluie .F Cabrel
    http://www.dailymotion.com/video/x7w505_francis-cabrel-les-yeux-bleus-pleur_music

    douce nuit à toi Célestine,je te fait un gros poutou.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah quel magnifique florilège.
      Oui pour ne rien te cacher, j'avais grave le blues quand j'ai écrit ce billet.
      mais pas au point de cette chanson de Barbara la chanteuse.
      Je pensais à la Barbara de Prévert qui marche dans la ville, sous la pluie, épanouie ravie ruisselante, sauf que je n'étais pas trop ravie ni épanouie mais ruisselante ça oui.
      Merci pour Nougayork, merci pour la tendresse,et surtout merci pour cette chanson de Cabrel que je ne connaissais pas aussi étrange que cela me paraisse...
      Elle est très belle.
      Belle nuit à toi cher ami.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    2. J'chui bête,Barbara!c'est vrai qu'on a pas tout à fait les mêmes références.
      Rappelle toi Barbara
      il pleuvait sans cesse sur Brest ce jour là
      et tu marchais souriante
      épanouie ravie ruisselante
      sous la pluie...
      je te remercie de m'avoir fait découvrir.ce n'est pas très gai quand même!

      un poème de Prévert dont je me souviens encore un peu:
      a l'enterrement d'une feuille morte
      deux escargots s'en vont
      ils ont la coquille noire
      du crêpe autour des cornes...

      je tricherais si je continuais...je ne sais plus la suite sans aide
      Pour la chanson de Cabrel,C'est lui qui a fait l'adaptation française d'une chanson "country" de Fred Rose:blue eyes crying in the rain.mais hier,heu,ce matin,comme j'ai trouvé quelle lui allait comme un gant,je n'ai pas cherché plus loin.il n’empêche qu'elle lui va bien,je l'ai écouté au moins cinquante fois depuis ce matin!Il l'a ré-écrite pour Dick rivers,les paroles ne sont pas la traduction exacte.
      je ne peut pas résister à celle-là:

      Tu marche seule
      dans les rues qui se donnent
      et la nuit te pardonne
      tu marche seule...JJG

      Supprimer
    3. Encore de belles références !
      C'est drôle que tu ne connaisses pas le poème de Prévert, il me semblait archi connu.
      la chanson de Cabrel, c'est justement son petit côté country qui me plaît énormément.
      Et si la nuit me pardonne alors, je suis heureuse !
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    4. Je ne crois pas l'avoir jamais appris à l'école.en le lisant,je confirme,Je ne l'ai jamais appris.Mais grâce à toi,je découvre...

      Supprimer
    5. Je sais que ce poème n'était pas très prisé à l'école à cause du "gros mot"
      Pourtant, ce mot est le seul pour qualifier la guerre.
      La guerre est la connerie numéro un des êtres humains.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    6. tu as raison!pour reprendre un de tes pères putatifs:
      il vaut mieux glisser sa peau sous les draps,que la risquer sous les drapeaux!

      Supprimer
    7. Ah tu me fais sourire, Xoulec...C'est bon !
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    8. J'en suis ravi.et je vais aller glisser ma peau sous les draps, doublement ravi par l'annonce de l'élimination du "petit nerveux"(politocard). pour demain,j'ai une "surprise".
      douce nuit à toi célestine,je t'embrasse.

      Supprimer
    9. Une surprise pour moi ?
      Moi aussi, je suis ravie de cette élimination...
      On a le plaisir qu'on peut.
      Bises belle nuit
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  28. Merci pour cette superbe chanson. Meme si je l'ai finalement peu écouté, Yves Simon est un chanteur qui m'a pas mal marqué. Les noms propres qu'il utilise pour en faire ressortir toute une mélancolie nouvelle. Et puis on croise une fille qui porte une cape de zibeline, qui écoute Kashmir de Led Zeppelin. Ça rime, ça rime, Celestine.
    Bises

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'aime beaucoup ta lecture de cette chanson, Patrick.
      Oui il y a des choses qui riment joliment dans la vie, ça fait la balance avec toutes les choses qui ne riment à rien.
      Bises en zibeline
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  29. Souvenirs, souvenirs.....Le quartier latin, la fac, le boulevard St Michel et les rendez vous amoureux aux pieds de la fontaine.....Yves Simon "Aux pays des Juliettes !'

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Toute une époque...comme disait Bernard Blier dialogué par Audiard avec une lueur de nostalgie dans l'oeil...
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  30. J'ai toujours aimé Yves Simon...En ce qui concerne l'amitié, je passe mon tour, dernière expérience trop douloureuse qui me cantonne à la définition que j'en ai.
    Debout au coin d'une rue et n'attendre personne me plaît bien au final...
    Bon dimanche Célestine :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Une expérience douloureuse on en fait tous...heureusement l'espoir est là que tu retrouves les chemins de l'amitié.
      Très beau dimanche à toi, cher Ange.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  31. Sais-tu que je me suis arrêtée , peu après toi, au coin de cette rue.
    Tu n'y étais plus, je ne t'ai pas vu, mais j'ai senti ton parfum de spleen. Quelques gouttes mélangées à celle de ta pluie intérieure m'ont parlé de ton chagrin. Qu'il est bon dans ces moments là de se laisser bercer. Les mots ont ce pouvoir...
    J'aime beaucoup ton billet Célestine... si tu savais comme il m'emmène loin dans le temps et l'espace. La photo qui l'illustre est comme une madeleine de Proust. Paris et son ciel si bien chanté par Edith Piaf...
    J'ai pensé cette semaine à toi. Une émission radiophonique sur France Culture dans " La compagnie des auteurs" est consacrée à Baudelaire. Je suis sûre que tu aimeras.
    Bises sous un parapluie ruisselant.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui les mots ont ce pouvoir...tu as raison, les mots me permettent d'extérioriser mon chagrin, ce spleen que tu as très bien senti, certainement d'après ce que tu dis as-tu ressenti ce spleen qui m'a envahi.
      La chanson, l'image et les mots, autant de façon de tendre un pont entre mon âme et d'autres âmes, pretes à accueillir ces ressentis et à m'aider à les vivre.
      merci de tout coeur
      Je vais aller me renseigner sur les horaires de passage de l'émission sur Baudelaire.
      Bises d'éclaircie
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    2. L'émission, en 4 volets a déjà eu lieu, mais on peut la réécouter en podcast...

      Supprimer
    3. Ah oui je l'ai trouvée merci beaucoup, ma belle ^^
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  32. Quand il pleut à torrents et qu'on est chaussée légèrement, qu'on n'a pas de parapluie, on a tendance à foncer tête baissée. Et bien évidemment, on ne peut pas voir tous ces parapluies multicolores qui se sont ouverts tout autour. Et les amis venus pour protéger des vents mouillés celle qui leur est si chère, repartiront dépités de n'avoir pas su, pas pu aider.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ton parapluie multicolore est une merveille, Anne.
      Merci de me l'avoir tendu avec cette grâce.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  33. moi aussi j'ai été bercé par Yves Simon. Et tiens, l'autre jour j'ai récupéré dans un dépôt de livres un bouquin écrit par lui : le voyageur magnifique. Pas encore lu donc je ne peux en parler. Logique non ? Bizzz et bon dimanche Célestine

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le titre fait envie !
      Tu nous diras ?
      Bisous les bestioles
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    2. Si tu veux que ça marche, mets plutôt celui là :
      https://www.youtube.com/watch?v=VbafEixCBek&list=PLwCtFpSFlk6jVD82wAMIJWSf8c8kzYVqy

      A part ça, j'aime cette chanson, elle me rappelle que "Diabolo menthe", c'était vraiment mon adolescence, mon lycée tout proche du lycée Jules Ferry, bref Diane Kurys, à un mois près ma jumelle le dit si bien.

      Supprimer
    3. Merci cher Goût.
      En fait je voulais "rue de la huchette" mais elle n'existe pas en youtube dommage...
      Diabolo menthe, j'adore...
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  34. Que j'aimais Yves Simon quand j'avais 20 ans.
    Ici, il souffle un grand vent, je te l'envoie pour qu'il balaie les idées noires et te donne un ciel clair et lumineux.
    Je t'embrasse.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci ma Berthoise.
      Le grand vent m'a fait craindre la tempête, mais tout va bien pour mes amis du nord alors je te remercie
      Prends bien soin de toi
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  35. Je ne connais pas ce monsieur mais je vais m'empresser d'aller écouter quelque chanson. Quant à l'amitié... C'est quelque chose qu'on vit tous. On croit que l'amitié est indéfectible et pourtant, parfois elle se délite et on ne comprend rien. On se questionne, on questionne l'autre et on n'a pas de réponse. Et l'ami disparaît dans le passé, ne restent alors que les souvenirs des bons moments et les fous rires. C'est ainsi, c'est à la fois triste et apaisé. C'est la vie...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est quand même étrange que tu ne connaisses pas Yves Simon. (Sauf si tu n'es pas française, comme Adrienne) Sa renommée n'a peut-être pas dépassé l'hexagone ?
      Ce que tu dis de l'amitié dénote une grande sagesse.
      Gros bisous Dédé
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    2. L'amitié est comme l'amour elle laisse des blessures toutes aussi difficiles à surmonter.
      En tout cas j'ai dérivé sur Youmachin pour écouter Yves Simon puis Georges Chelon ensuite Creedence Clearwater Revival et atterrir sur Johnny Winter, le bluesman albinos qui me fait flipper parfois(be careful with the fool, Mississipi blues) mais que je trouve excellent.
      Je me suis arrêté avant "Rain and tears" qui m'aurait rappelé les râteaux que j'ai pris...
      Ah je dérive ! :D

      Supprimer
    3. J'aime bien quand tu dérives !
      Johnny Winter et Creedence... Wouaou ! c'est du bon ça, rock blues et tout et tout.
      Oui. Sympa, quand tu dérives, oui vraiment...
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  36. J'aime bien Zelda... Mais rue de la Huchette, cela sonne agréablement aux oreilles.
    On est - tout d'un coup - en week-end à Paris...
    (J'ai effectivement cherché rue de la Huchette et retrouvé Zelda)
    Et puis, il y avait Diabolo Menthe et Diane Kurys aussi... J'aimais bien la scène quand les élèves sont en excursion à Port Royal...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je n'ai pas très bien compris le rapporte avec Zelda. Tu m'expliqueras ?
      Il doit y avoir un truc qui m'échappe.
      Diabolo menthe, oui, je plussoie ! un très beau film.J'étais Anne...comme toutes les collégiennes de l'époque.
      Gros bisous chère Pivoine
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  37. Jdissa, bluesman à la p'tite semaine20 novembre, 2016

    Il est des fois où j'aimerais être assez solide, ou crédible dans ce rôle...

    https://www.youtube.com/watch?v=3WJ1cf3nrLE

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est malin, voilà qu'il recommence à pleuvoir sur mes carreaux...
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  38. Comme tu écris bien Célestine. Tes textes sont un pur bcp neuf, un petit moment suspendu...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Un pur bonheur en mode "portable qui écrit n'importe quoi" ...je sais j'ai le même à la maison...
      Merci ma petite miss si adorable
      Gros bisous et belle soirée
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  39. Je n'ai pas pu écouter sur Deezer, alors j'ai écouté la reprise de Vincent Delerm, et j'ai trouvé cette chanson très belle, un peu triste pour un soir, mais très belle. Enfin, chantée par Vincent Delerm car je ne la connais pas chantée par Yves Simon. :-)
    Douce nuit à toi, la belle. Bisous.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je n'aime pas trop la version de Delerm, mais on entend quand m^me bien les accords de la chanson.
      Chantée par Yves Simon, elle est incomparable de doux blues du soir...
      belle nuit à toi douce amie
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  40. Tes mots sur l'amitié ont une bien triste résonnance sur moi... Ah Diabolo menthe...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oh je suis désolée, Manou. Je sais que nous avons des vécus très proches.
      Une blessure d'amitié met beaucoup plus de temps à cicatriser qu'une blessure d'amour. Sans doute parce que la rupture ne fait pas partie de la règle du jeu, en amitié...
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  41. Compte moi parmi ceux qui seront toujours là, sans carnet de comptes à la main...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci, l'homme, tes mots me touchent beaucoup.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  42. Nan mais j'ai eu 'ach'ment peur que ta plume fourche et que t'écrives "en me triturant le bouton comme une âme enflammée...

    Sinon : oui rue de la hûchette, grand souvenir et gros remords, je n'ai jamais eu le courage d'essayer le Yves Simon écrivain qui est si bon, parait-il ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. je ne sais pas, mais j'ai soudain furieusement envie d'aller le lire.
      Zut, il pleut j'irai demain à la médiathèque.
      Pour la première phrase, ça m'arrive aussi, mais triturer est peut-être mal choisi pour cet endroit délicat prompt à s'enflammer ^^
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  43. Je veux aussi rajouter que si Grégory Corso a raison, je suis un vrai djedaï ! Que de temps j'ai passé assis dans les rues commerçantes, fasciné par le spectacle de mes contemporains, pièce de théâtre à l'entrée gratuite, leurs visages malaxés, maquillés, leur hâte incompréhensible, leur consumérisme pathologique, faisant leurs "courses", mot révélateur ? Je n'attendais personne, effectivement, j'essayais de comprendre, j'essaye toujours, d'ailleurs mais j'arrive avec l'âge à ce moment de discernement divin où l'hypothèse qu'il n'y ait rien à comprendre s'impose de plus en plus à moi.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je ne suis pas loin du discernement suprême (ça m'arrache un peu le foie d'écrire divin)
      Non il n'y a rien à comprendre, c'est sans doute pourquoi je n'ai jamais douté que tu sois un Jedi. ou Djedaï. Ou jet d'ail, comme tu veux.
      je plussoie tellement, si tu savais...
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  44. Yves Simon... ma jeunesse s'enfuit!
    Gros coup de nostalgie.
    Je vais me mettre un bon vinyle de lui sur la platine... son concert à Tokyo? Oui, ça va me booster un max!
    merci pour l’idée d’ambiance musicale de ce soir.
    Bises simonesques.

    RépondreSupprimer
  45. Excellent article Célestine!
    Merci pour ces magnifiques pensées!

    RépondreSupprimer
  46. ça me parle beaucoup évidemment
    J'avais évoqué cette chanson avec un ami , de trois ans mon cadet , il ne la connaissait pas ! je n'en revenais pas
    alors je raconte ça à un autre ami , qui lui était sensible à cette chanson d'Yves Simon, on se comprenait sans se parler
    les carnets griffonnés , la tendresse des sentiments et un mélodie qui donne les larmes

    oui , certains seront toujours là pour tenir la main , le parapluie et nous éloigner des flaques d'eau
    superbe ta nouvelle bannière Célestine

    bisous

    RépondreSupprimer
  47. Ah, "J'ai rêvé New-York"...écoutée...chantée et rechantée...puis oubliée...
    Tu mets le doigt sur les bons souvenirs...Célestine !

    RépondreSupprimer
  48. Merci Célestine d'avoir attiré mon attention sur cette page.
    J'espère que depuis, ton spleen est effacé. L'amitié a l'heur d'ouvrir nos coeurs à la joie, mais elle peut aussi nous tourner le dos. Tu l'exprimes avec délicatesse en invitant cette belle image de la pluie dans le cou.
    Quant à Yves Simon, je suis du genre archi fidèle, je l'aime depuis son tout premier vinyle. J'ai encore tous les 33 tours et les CD, mais aussi tous les livres de ce charmant auteur.
    Quand j'avais 18 ans, j'appréciais son oeil aiguisé et nouveau sur Paris, la ville rêvée et la ville qui claque une certaine modernité. J'aimais infiniment ses références à Rimbaud, à la Beat Generation, Jack London, au cinéma italien, mais aussi aux graffitti, aux néons...
    Et puis, dès lors que j'apprécie un auteur, j'ai toujours eu pour habitude de lui écrire via sa maison d'édition. La plupart répondent. Yves Simon fait partie de ceux qui le faisaient. S'en est suivie une petite correspondance de loin en loin, quelques rencontres autour d'une dédicace, d'un expresso. Quelle n'avait pas été ma surprise et ma joie d'apprendre (trop tard pour l'entendre et l'enregistrer) qu'il avait lu à la radio suisse l'une de mes poésie...
    A présent que le temps a filé, je n'ai rien oublié, mais il manque dans la chanson, dans la littérature. Je l'écoute toujours. Cela n'évoque que de très bons souvenirs. Comme bien d'autres, il fait partie de la bande son de ma vie.
    Je t'embrasse Célestine.

    RépondreSupprimer
  49. Merci pour avoir pris le temps de me raconter ces anecdotes exceptionnelles: boire un café avec Yves Simon, j'en ai rêvé, tu l'as fait.
    Et il est vrai que ce chanteur a bercé ma jeunesse et que je l'aime toujours de la même façon.
    Je devrais peut-être avoir l'audace de le lui dire ?
    La bande son de ta vie, jolie expression.
    Merci du fond du coeur;
    ¸¸.•*¨*• ☆

    RépondreSupprimer
  50. Bien sûr que tu devrais. En plus, avec ta plume, il va être archi-charmé.
    Je me souviens être demeurée quasi muette lorsque je l'avais eu au téléphone la première fois...
    J'ignore pourquoi il a disparu des écrans radars. Lui qui a été l'un des tout premiers artistes (peut-être avec Polnareff) à avoir créé son site Internet, il n'y écrit malheureusement plus guère. Lui qui répondait aux mails, n'y répond plus et même son ancienne adresse est à présent inopérante.
    Lui qui adorait communiquer, échanger, dialoguer("Raconte-toi")en étant limite cabotin en bon Germanopratin, voilà qu'il semble s'être retiré du monde.
    Je ne veux pas te faire croire que nous avions une correspondance nourrie, mais il me faisait régulièrement l'amitié d'envoyer un petit mot pour me répondre. Il avait une mémoire des visages infaillible, et se souvenait bien de son public.
    Peut-être que depuis qu'il vit avec Patrice, il a trouvé une certaine sérénité et qu'il veut exclusivement se consacrer aux siens. J'espère surtout qu'il n'est pas souffrant...
    On verra bien lorsque son livre et son disque sortiront car j'imagine qu'il fera de la promo.
    C'est moi qui te remercie du fond du coeur pour l'évocation de ces jolis souvenirs très présents.
    As-tu lu Un homme ordianaire ? http://www.emmacollages.com/article-livre-a-peine-referme-un-homme-ordinaire-yves-simon-109495151.html
    Je t'embrasse,
    eMmA

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. eMmA je te remercie pour toutes ces informations. Je ne connais pas Yves Simon écrivain mais tu me donnes envie.
      Je t'embrasse du fond du coeur.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer

Je lis tous vos petits grains de sel. Je n'ai pas toujours le temps de répondre tout de suite. Mais je finis toujours par le faire. Vous êtes mon eau vive, mon rayon de soleil, ma force tranquille.
Merci par avance pour tout ce que vous écrirez.
Merci de faire vivre mes mots par votre écoute.