dimanche 27 novembre 2016

A Vélo vers l'Eternité



Sous-titre : je fais rarement des chroniques littéraires, il y en a tellement qui font ça mieux que moi, mais là, l'auteur est un ami...



Dessin de Sempé






Je reviens d’un voyage étonnant que j’aimerais vous inviter à faire à votre tour. Rassurez-vous, nul besoin de mollets de campeur pour enfourcher ce vélo-là.
Vous n’aurez simplement qu’à vous caler dans un bon fauteuil.
Le prodigieux pouvoir de votre cerveau fera le reste.
Neuf nouvelles. Neuf petites histoires en apparence anodines, mais qui nous font plonger en pensée au-delà de nous-mêmes, au cœur de cette île étrange que nous avons tous à découvrir à l’intérieur de nous. Peut-être pour chasser l’ombre de nos propres démons.

Le temps y suinte, le temps qu’il fait comme celui qui passe et s’accroche à la peau.
Brouillards poisseux, crachins tristes, pluies glaciales.
Comme dans les films noirs : bistrots glauques, banlieues sales, villages fantômes.
Souvent à la mer, en Bretagne, mais jamais celle des cartes postales. Le sable colle à vos basques, le port, la jetée ont quelque chose d’inquiétant dans leur fausse quiétude même. De désagréablement malsain.
Futur ou passé ? Peu importe, on est surpris par le présent diffus de quelque chose de plus fort que nous. La Fatalité, le Mal, la Mort rôdent.

En quelques mots bien choisis, l’auteur allume la lanterne magique du théâtre humain. Sans complaisance, mais avec une sorte de tendresse impuissante, il met en scène ses personnages, tellement vrais, et les catapulte vers la fin de l’histoire, presque malgré lui.
Des personnages banals, ternes même, se retrouvent basculés dans le bizarre sous le doigt griffu du destin. Leur vie se vide en une seconde sous nous yeux ébahis. Ils sont seuls. Ils regardent s’effondrer leur univers avec un bruit mou. Ils sont happés, chosifiés.
Leur rapport au monde, aux objets parfois animés d’intentions maléfiques, se modifie. On pense à Faust, à Dorian Gray. A la Peau de Chagrin de Balzac.

Surfant sur le borderline, la marge mouvante de la folie ordinaire, l’auteur évoque les passions humaines avec une précision de scalpel. On sent qu’il maîtrise le sujet !  Les relations hommes/femmes, les dominations, les frustrations, les fétichismes sexuels, les illusions perdues, les hésitations, les perversions narcissiques, les nœuds gordiens ou de vipères, l’emprise, la violence, les jalousies, les rancoeurs, les revanches prenant racine dans l’enfance humiliée ou castrée par une mère abusive, et là c’est Camus ou Bazin qui s’imposent.
Et le diable a souvent une gueule d’ange. Il fait louper les trains ou les mariages. Il englue les rêves de gosse dans une morne résignation qui finit par faire péter sa gangue de manière tragique. Ou libératoire.
Au final, puisqu’il faut bien un petit bémol pour compléter une critique, les touches d’humour sont délicieuses mais un peu clairsemées pour nous éviter l’apnée, tellement le suspense est haletant.












 TheBookEdition, 2016, 108 pages.10€

66 commentaires:

  1. Wahou ! Je suis totalement scotché de la manière dont tu as perçu mon petit recueil !....
    Je ne sais que dire....
    Tu perçois si bien ces comédies humaines que j'ai tenté de montrer dans quelques fictions, issues sans doute de ma petite expérience de vie, quant à la mise en scène des personnages.
    Mais les autres grands vrais auteurs que tu cites, c'est trop !... Je n'arrive pas à leur cheville...

    Merci pour ce texte qui m'enseigne au delà de moi-même.
    Et pour ce qui est du talent de critique... tu excelles !!

    Et promis, la prochaine fois, je mettrai un peu plus d'humour... !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Alain

      L'histoire de notre amitié, virtuelle et pourtant bien plus réelle que certaines fausses relations de la «vraie » vie qui nous font parfois souffrir, a commencé sur les chapeaux de roues, étant sans doute l'un comme l'autre des êtres entiers, hypersensibles et cachant comme tout un chacun des blessures.
      J'ai souvent eu droit, au début, à ton côté narquois, sarcastique, qui me laissait démunie et perplexe. Pourtant je n'ai jamais renoncé à te lire. Sans doute un pressentiment que tu fais partie de ceux qui s'enrobent dans de gros piquants de hérisson, ou dans une carapace rugueuse de pachyderme. Quoi d'étonnant, alors, que tu sois devenu Babar pour une Céleste ? (Oui, c'est le petit surnom que je te donne depuis longtemps, et nos lecteurs seront sûrement content de comprendre pourquoi)
      Peu à peu, nous avons appris à nous connaître, à nous apprécier, à nous accueillir, à nous pardonner même nos réactions un peu vives, grâce à une importante constante dans nos rapports: l'humanité. La compréhension, l'empathie. L'intelligence relationnelle.
      Alors aujourd'hui, toi que je n'hésite pas à comparer à un phare qui a su (et saura encore) me guider dans les tempêtes, je suis heureuse de te rendre mon admiration et mon estime.
      Voilà, quoi, je l'aime, mon Babar, d'un amour universel, filial, amical, unique.
      On s'en fout que tu ne sois pas Camus, ni Hugo, ni Zola.
      Tu es toi, et c'est en te lisant, et en lisant des gens comme toi, que j'apprends peu à peu à être moi. Et y a du boulot ! ;-)

      ¸¸.•*¨*• ☆

      Tu veux un kleenex ? :-DD

      Supprimer
  2. Je n’ai pas beaucoup suivi les billets d’Alainx ces derniers temps, mais je pense avoir lu qu’il devait achever son dernier roman, ou plutôt un recueil de nouvelles. Eh ! bien, je lirais bien « A vélo pour l’éternité ». Je connais un peu le verbe effilé, même mordant d’Alainx sur les blogs mais je ne connais pas celui d’Alain Rohand. Ta chronique Céleste met le vent en poupe et je me promets de le lire. Je viens de lire un court extrait d’une des onze nouvelles(Emprise) sur « The BookEdition.com, je dois dire que ça me donne l’eau à la bouche.. avec l’amoureuse de Zorro. Merci céleste pour cette belle chronique dont je dois dire, qu’elle est assez bien tournée, et assurément méritée. Bisous à La taulière et bravo Alainx.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il y a en chacun de nous des trésors d'inventivité et de talent, je suis persuadée que tu pourrais éditer un recueil de tes plus beaux poèmes, Bizak, et je mettrais le même enthousiasme à en parler. ce que j'aime, c'est l'authentique, les mots qui viennent du coeur, des tripes.
      Quant au verbe effilé et mordant, j'en parle dans ma réponse au--dessus: ce n'est sans doute qu'une armure de protection qui s'est épaissie au fil du temps, à cause des intempéries et des avaries d'une vie difficile.
      mais le coeur de l'homme se bonifie d'année en année, et devient fondant comme une crème.
      Merci pour tes mots, Bizak.
      Ils scellent une amitié à laquelle je tiens et le rêve qu'un jour, peut-être, un jour couleur d'orange, on se retrouve tous sur une terrasse de café. Pour refaire ce putain de monde qui va si mal et qui est pourtant si beau...
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  3. En gros vous nous dites que vous ne savez pas chroniquer une oeuvre...Eh bien, voilà une modestie qui vous honore mais qui n'est absolument pas fondée. Vous avez une manière très personnelle de parler de ce qui vous touche, on sent que vous vivez les choses avec le coeur plus qu'avec la tête. Alors votre critique donne envie, tout simplement.
    Et puis, les passions humaines...ah...que voilà un beau sujet !
    ~L~

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Si je vous dis que ma modestie n'est que le reflet d'un résidu de manque de confiance en moi, me croirez-vous ?
      Mais vous me dites depuis si longtemps ma « déliciosité » que je vais peut-être me laisser aller à l'outrecuidance d'y croire...
      parler aux humains des passions humaines et faire émerger leur universalité ...autre chose mérite-t-il que l'on prenne la plume ?
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  4. Ah! Célestine, ton billet est merveilleux et chacun de tes mots m'ont tenu en haleine, tu écris si bien ce que tu ressens.
    J'aurais bien voulu continuer à te lire mais il faut bien mettre un point final.
    Je note le titre de ce recueil. Un grand merci.
    Bon dimanche Célestine
    Bisous.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pour continuer à me lire, tu peux attendre le prochain billet: ce que tu dis me galvanise tellement !
      Merci pour mon ami Alain, qui sera heureux de ton enthousiasme.
      Belle fin de journée à toi, Denise.
      Continue d'enchanter la nature de ta baguette !
      Bisous
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  5. Magnifique chronique ! Tu as beaucoup de talent, Célestine !
    Du coup, j'irai lire l'auteur que je ne connaissais pas.
    Bises et bon dimanche.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu ne peux savoir combien ces mots, venant de toi, me réjouissent particulièrement.
      Enfin si, je pense que tu peux le savoir.
      J'en suis émue au-delà de l'exprimable.
      Belle journée, chère amie.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  6. Wow ! Alors ça c'est de la chronique !
    Superbement bien décrit...
    D'autant plus que j'ai lu ce recueil. Et que je suis un peu fâchée contre l'auteur qui a fait mourir un personnage auquel je m'étais attachée. Mais voilà, toute puissance de l'écrivain... Ce qui serait amusant, ce serait qu'il reprenne toutes les nouvelles et qu'il les termine autrement. Un contre pied ;)
    J'ai bien trouvé l'humour par contre. Souvent noir, certes, mais il est bien là. Avec plein de petits détails savoureux.
    Je le relirai ce soir, tiens... Car j'ai passé un excellent moment de lecture, et j'ai envie de recommencer. Et puis on ne sait jamais, si jamais les histoires s'étaient modifiées. Ca pourrait faire une histoire de science fiction, tiens, le livre qui se transforme à chaque lecture... Mais de toute façon, un livre change toujours à chaque lecture...

    (PS : Extra l'illustration !)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu fais bien de me faire remarquer que j'ai oublié de préciser la source de l'illustration. les connaisseurs auront évidemment reconnu le coup de crayon du grand Sempé.
      J'adore l'idée qu'un livre se modifie, comme certain tableau dont les couleurs changent au fil des heures...
      Les conditions particulières dans lesquelles j'ai lu le livre ( dans cette période délicate où le deuil de mon père grisaille un peu mon paysage) ont fait que je n'ai peut-être pas aussi bien capté l'humour que d'habitude.
      Je suivrai ton conseil et le relirai quand j'irai mieux: je suis sûre que mon regard accrochera davantage le second degré.

      Bisous ma belle
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  7. Je suis impressionnée, comment tu fais pour trouver tout ça à dire autour d'un livre ? Moi je ne sais pas exprimer mon avis, à part, c'est bien, ou c'est ennuyeux...A l'école c'était déjà ma hantise: donner mon avis !
    Tu as un don, tu aurais pu travailler pour un grand journal
    Angela

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est à peu près la chose que je fais le mieux (tu vois j'allais dire le moins mal, mais j'ai eu peur de me faire gronder par Lorenzaccio) C'est sans doute un don, de qui me vient-il ? je ne sais...
      mais il me procure les plus grandes et les plus durables joies de ma vie, après mes enfants bien sûr...
      Bisous ma belle, merci d'être fidèle
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    2. Moi, vous gronder ? Vous n'y pensez pas...
      Mais je confirme ce que dit votre amie Angela. C'est un don que vous avez, délicieuse.
      ~L~

      Supprimer
    3. Merci mon grand ami.
      je suis confuse et ravie.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  8. J'ai le livre en question à la maison ! (sourire)
    Je ne rajouterai rien à ton billet, Célestine, car il correspond tout à fait à ce que j'ai ressenti en lisant ce petit chef-d'oeuvre écrit par notre ami Alain. Je pense d'ailleurs que je lui consacrerai également un billet d'ici quelques jours. :-)
    Belle fin de dimanche, ma belle. Gros bisous.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu as raison, nous sommes son « fan-club ». je me souviens quand tu avais parlé des pensées plongeantes, son précédent livre.
      Et il envoie une dédicace à ceux qui le désirent. C'est-y pas chouette ça ?
      Belle soirée Françoise.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    2. Françoise, c'est bien volontiers que je lirai tes impressions de lecture…

      Supprimer
    3. @Alain, je ne doute pas qu'elles seront positives aussi, mais j'avoue que cela m'intéresse de savoir la façon dont Françoise a perçu ton livre, avec sa sensibilité à elle.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  9. Tu donnerais envie de pédaler à un cul-de-jatte ! Jolie chronique ...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Joli compliment ! Je prends ! ;-)
      Bisous et hop la boum !
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    2. ;-)
      Le cul-de-jatte à vélo… ça me donne une idée pour un autre texte !

      Supprimer
    3. Hihi ! tu seras obligé de verser des droits d'auteur à Hopla.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  10. Et bien, je découvre le monsieur Alain grâce aux mots de dame Célestine. C'est une belle façon de ta part de parler d'un livre qui t'a touchée. Je gonfle les pneus du vélo et je me mets en selle pour l'éternité.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le titre du livre évoque le titre des deux nouvelles qui débutent et qui terminent le recueil.
      La première s'appelle « le vélo » et la dernière « l'Ile de l'éternité »
      J'aime ton commentaire plein d'humour.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    2. Essayer Alainx (Rohand), c'est l'adopter...
      ;-)

      Supprimer
    3. Tu veux une pommade pour les chevilles ?
      hihi !
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  11. Bonjour à vous deux,

    Moi lectrice silencieuse qui ne commente pas souvent en direct sur vos blogs...

    Je viens de lire, Céleste, ta superbe chronique qui donne envie de déplacer le livre d'Alain de mon bureau à ma table de nuit pour pouvoir en commencer la lecture dès ce soir....tant pis pour le livre que je lis en ce moment ...je vais lui faire quelque infidélités....
    Tu m'as vraiment donné envie ...

    En plus avec la dédicace reçue de ta main Alain, j'ai l'impression d'avoir partager un instant avec un auteur que j'apprécie dans un salon du Livre :-))

    J'avais lu avec émotion "le passage secret" euh se crée ..et les pensées plongeantes , je vais te découvrir dans un autre registre.

    Merci à tous les deux pour les bienfaits que vous faites au travers de vos mots.

    Je vous embrasse.
    Mathilde

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je suis émue que tu aies pris la plume (enfin le clavier) pour nous associer, Alain et moi, dans un commentaire si bienveillant et agréable.
      Alors merci de tout coeur, chère Mathilde. Je suis heureuse que tes mots prennent leur place ici, elle leur revient de droit.
      Je t'embrasse à mon tour.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  12. Je n'ai bien sur pu lire que l'extrait de l'Emprise...
    Mais j'ai eu une curieuse impression ; je me suis demandé si cet auteur était ton double, ta jumelle, ou bien toi-même.....
    La brune aux yeux bleus avec des poussières d'étoiles.....
    C'était quand même trop proche pour être du au seul hasard ....
    Mais ta chronique littéraire est efficace : j'ai envie folle de lire l'entier livre, quel qu'en soit l'auteur....
    Je t'embrasse
    Pierre

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il est vrai que la brune aux yeux bleus et les poussières d'étoiles m'ont interpellée...
      Etait-ce un clin d'oeil inconscient ? ;-)
      En tous cas je suis heureuse de t'avoir donné envie de lire le livre.
      Bisous célestes
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  13. En parlant des chroniques littéraires,Il y en a qui font ça mieux que toi,dis-tu! Je ne vois pas comment on peut faire mieux !!! C'est un vrai compliment. si si c'est vrai!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ben...disons que ce n'est pas ma spécialité...mais si c'est un compliment, je le prends comme tel.
      merci cher Xoulec, mon commentateur de la nuit ^^
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    2. Commentateur de la nuit...J'aime bien!
      La nuit tu m'apparais immense
      je tend les bras pour te saisir
      mais tu prends un malin plaisir
      à te jouer de mes avances S Adamo

      Supprimer
    3. Moi ? me jouer de tes avances ?
      Peuh ! moi qui suis la gentillesse incarnée... ;-)
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    4. Meuh non,moi aussi je rigole!
      Et puis ton rire fend le noir
      Et je ne sais plus où chercher
      Quand tout se tait revient l'espoir
      Et je me reprends à t'aimer ... S Adamo

      Supprimer
  14. Je n'accroche pas avec les nouvelles, de moins en moins, même si les thèmes ici sont tentants...par contre j'ai enfin acheté Dorian Gray et puis Dorian, j'adore cette chanson d' Agnès Obel une merveille.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Agnès Obel excellente chanteuse ! Je plussoie.
      Je ne l'écoute pas en ce moment parce que ça plombe un peu le moral, mais excellente chanteuse.
      Oscar Wilde c'est très spécial mais j'avais bien aimé.
      Bon tu es revenu donc tu n'es pas fâché que j'ai dégommé Maître Gym.
      Bisous Mindounet
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  15. Raconté comme tu le fais ça donne envie. J'en ai vu de ces pédaleurs ramener leurs conquêtes sur le cadre de leur vélo, le soir après le boulot ! C'était un autre temps, une autre époque.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'était un temps déraisonnable
      on faisait des châteaux de sable
      on prenait les loups pour des chiens...

      Sans rire, les nouvelles te plairaient, plutôt trash et très bien écrites.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  16. "Les relations hommes/femmes, les dominations, les frustrations, les fétichismes sexuels, les illusions perdues, les hésitations, les perversions narcissiques, les nœuds gordiens ou de vipères, l’emprise, la violence, les jalousies, les rancoeurs, les revanches prenant racine dans l’enfance humiliée ou castrée par une mère abusive"

    Catalogue impressionnant et pourtant proche. Brrr... ATTB mais Brrr quand meme.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui impressionnant. La Comédie Humaine, quoi.
      C'est vrai que ce n'est pas le genre de livre vers lequel je vais spontanément.
      mais le monde s'enrichit des différences, n'est-ce pas.
      Moi j'ai envie de dire plutôt Brrr mais ATTB quand même.
      On ne se refait pas...
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  17. Oooohhh... Tu donnes envie, Célestine, tu donnes envie! Et comme ce n'est pas bon de rester sur une envie inassouvie, je vais lire!
    Quel bonheur d'aller ainsi de pépite en merveille au gré des multiples découvertes!
    Merci ému, et pressé de lire...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci pour lui, Baladine.
      Il est vrai que chroniquer le livre d'un ami est toujours délicat mais là je n'ai pas eu de mal à trouver les mots.
      Ton enthousiasme me fait plaisir.
      Bisous étoilés
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  18. Alors comme ça on lève le voile sur le X, ici ? C'est osé ! ;-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mais que tu es spirituel, mon oncle !
      C'est un vrai plaisir d'être ta céleste nièce...
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  19. TU sais y faire. Je le lirais, si je lisais.
    C'est comme le reste, l'envie de lire reviendra un jour.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je sais bien...Je recommence à peine à lire, depuis deux mois je n'avais pas ouvert un bouquin...
      Mais notre ami appréciera ton intention.
      Bisous ma belle
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  20. Aaaaah mais si c'est notre alainX... j'imagine qu'il en "connaît un bout" sur les dérives des relations et les mécanismes faussés... Tu en donnes une note de lecture très alléchante, même si on n'ignore plus que c'est du noir teinté de sombre :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Les noirceurs de l'âme humaine n'ont plus de secret pour toi non plus, ma chère Edmée.
      Tu as une façon très personnelle de les traquer et de les fustiger, tout en gardant ton caractère enjoué et positif...
      Et les connaître ne veut pas forcément dire s'assombrir soi-même...
      baci sorella
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  21. Je pense que maintenant on a plus qu' à acheter le livre waouuuuuu comme tu sais bien mettre en valeur tes amis ?
    Bravo bravissimo .
    Bonne soirée , gros bisous marseillais .
    Renée (mamiekéké)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci chère Renée.
      Tu sais il n'y a qu'une façon de mettre en valeur ses amis.
      S'asseoir et écouter son coeur.
      On ne l'écoute plus assez.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  22. Le dessin de Sempé me laisse rêveur :)
    Quand tu auras fini de lire, tu ne veux pas venir faire un tour ma petite reine ?
    On irait dans les ronciers, comme Michel Fugain. Enfin, pas dedans, hein, juste chercher des mûres et s'en tartiner le museau.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je voulais dire "sur" ma petite reine.
      Lapsus que je ne renie pas !

      Supprimer
    2. Ah oui la chanson de Michel Fugain , avec cet air langoureux à l'harmonica...
      J'en rêve.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  23. Tu nous mets l'eau à la bouche... je vais le noter sur mes tablettes mais pour l'instant je n'en finit pas de lire Ken Folett. Quoi que une coupure serait sans doute bienvenue pour m'éloigner de la peste et des cathédrales!!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il est venu le temps des cathédrales...
      Excellent choix !
      Bizou Brizou
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  24. Merci ! Je note.
    Et hop, je m'en vais sauter sur mon vélo...

    Bises

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oh mon eva !
      Depuis la fin des cent mots je t'ai négligée
      J'espère que tu vas bien
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  25. Bravo à ton ami Alain pour son livre que tu as si bien présenté! ☺☺☺☺

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci pour lui Cathy
      Belle journée ma douce
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  26. Je note. La critique donne envie de lire ce coup de pédale vers l'éternité. Pourquoi ? Parce qu'elle dure longtemps !


    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bienvenue chez moi, Lediazec, je te rajoute à mon totem
      Et merci pour Alain, il sera content, je pense, de cet engouement.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  27. Je ne sais pas si d'autres ont plus de talent que toi, pour écrire les chroniques littéraires, mais en tout cas tu m'as donné envie de lire ce livre

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Eh bien, j'en suis ravie, chère Missfujii.
      Gros bisous
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer

Je lis tous vos petits grains de sel. Je n'ai pas toujours le temps de répondre tout de suite. Mais je finis toujours par le faire. Vous êtes mon eau vive, mon rayon de soleil, ma force tranquille.
Merci par avance pour tout ce que vous écrirez.
Merci de faire vivre mes mots par votre écoute.