mercredi 20 juillet 2016

Ombre et lumières





Juillet.
Ils sont assis sur le long balcon surplombant la ville,  devant le crépuscule naissant. Les murs semblent d’or.
Elle ferme les yeux à demi devant l’aveuglante clarté du couchant. Lui fixe crânement le soleil qui descend face à eux, dans un plongeon silencieux de lumière poudrée, comme une grosse orange éclatée. Le ciel s’ocre. Puis blanchit.
L’ombre envahit peu à peu les ruelles, pressant le pas des passants.
C’est beau, une ville qui éclaire une à une ses lampes comme autant d’étoiles. Tu sais, chacune semble raconter un morceau d’histoire. Comme celles du ciel.
En bas la rue bourdonne d’une rumeur sourde.
Le vent se lève. Tiède. Presque chaud. Le balcon se moire d’ombres violettes allongeant la silhouette des cyprès en pot de grès.
Le vent glisse sur sa peau, sur ses seins qui frissonnent. Son chemisier de soie blanche claque comme une voile sur la mer. Ses cheveux volent dans ses yeux.
La nuit recouvre chaque façade de son drap de velours sombre.
Ça sent la tubéreuse, et le lys. Ah, et le jasmin aussi, par moment.
La lune semble une rognure d’ongle luisant au-dessus des arbres. Ils rient de cette image. Leurs mains se serrent.
Ils sont bien. Seuls, dans cet instant d’éternité splendide et quotidienne.

¸¸.•*¨*• ☆

Pour les Impromptus littéraires.
Et pour le défi du 20 de Jacou.



81 commentaires:

  1. Dans le silence de la nuit qui enveloppait les deux tourtereaux, leurs mains se faufilaient dans leurs corps qui ne formaient qu'un seul. L'ombre formée des deux corps alors unis est projetée sur le mur telle une silhouette de la déesse Kali avec ses innombrables bras qui dansaient comme des ombres chinoises. Du bas montait une musique très douce avec un synchronisme d'un subtil montage qui accompagnait les soubresauts des tourtereaux montés au ciel.
    Merci pour ce beau texte qui m'a séduit et me permet de plonger dans un bon sommeil.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. L'été a des délicatesses que n'ont pas les autres saisons...la chaleur devient douceur quand le soir descend, et rien n'est plus beau que de partager ces moments-là avec autrui.
      La conjugaison de la lune et de l'air qui vibre ouvre une porte vers le rêve éveillé.
      On se prend à croire que tout est possible.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  2. je suis contente que le billet du 15 soit passé....merci pour cette musique

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. L'été est une musique, c'est vrai.
      Il n'y a que douceur en moi en ce matin crissant de cigales et tremblant de plantes assoiffées, arrosées par les jardiniers du matin.
      On n'oublie rien, mais la vie continue, belle et magique quand on se tourne vers la paix intérieure.
      Bisous chère Sylvie.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  3. C'est joli, doux. On aimerait en être...
    Quoique... Bien qu'il n'y ait aucune ressemblance avec des personnes ayant réellement existé, ça me rappelle des moments passés...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Cela résonne sans doute en chacun de nous, ces moments ineffables où l'or quitte la terre au profit de la nuit, où l'on se sent tout petit mais tellement à sa place, soudain, dans l'univers...
      Où plus rien n'a plus d'importance que cette bulle d'oxygène entre deux vides sidéraux.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  4. C'est beau.
    Je ressens tout en te lisant: la lumière qui s'estompe, la chaleur, le vent, les parfums, le bruit, la quiétude.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu es une grande sensible, Suzame. Ressentir à travers les mots n'est pas donné à tout le monde.
      Alors merci de faire étinceler les miens au soleil du matin.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    2. "Sensitive"... c'est comme celà que je me qualifie (quand on me le demande). Mon ego est discret. Sourires

      Supprimer
    3. C'est normal. Les ultrasensibles ont l'ego tout raplapla...
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  5. Rhoooo, c'est beau. J'aime beaucoup la phrase sur la lune et ce texte tout en ombres et lumières...
    Bises.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'était le thème des impromptus, et je trouvais qu'il correspondait aussi très bien au défi du 20...
      L'été, c'est la magie de l'ombre fraîche que l'on recherche et de la lumière qui donne aux choses leur beauté superbe.
      Bises Mind, merci de ton commentaire de fin gourmet littéraire.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  6. C'est joli, c'est léger, ça se laisse déguster avec plaisir

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je suis contente: chacun ressent différemment mon tableau, avec les yeux, avec le coeur, l'ouïe, l'odorat, le toucher...Toi, la gourmande tu le dégustes comme un sorbet. Merci Brizou !
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  7. Une fois ton texte lu, je ferme les yeux et suis transportée là-bas, dans la sensualité des parfums que nous n'avons pas chez nous, l'exotisme des couleurs chaudes, les ruelles et non les boulevards de ta photo, je remplace tes cyprès par les palmiers et.....j'y suis. Ton texte me touche et ouvre en moi une part de rêve; j'espère ces instants et j'y crois. Dis moi Céleste, toi qui connais les astres, c'est lourd un croissant de lune ? car peut-être il tombera dans mes mains après demain.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Une ville du bord sud de la Méditerranée, par exemple, chatoyante et empli d'odeurs épicées ?
      Là où vit Bizak, mon cher Prince du désert ? Pourquoi pas, en effet ? ;-)
      La lune ? Elle n'a que le poids de nos rêves, plumes de cygne, coton léger, dentelle de soie...
      En parlant de croissant, je file prendre mon petit déjeuner!
      Bisous ma Chinou
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    2. Oui, tu as tout compris, je pensais en effet à ce Prince, ton Prince. Quant à la lune, je me demande si je ne dois pas compter que sur moi-même pour la décrocher dans la quiétude et l'émotion de cette soirée à venir que j'attends de tout mon être et qui ne sera pas, je le crains, à la hauteur de mes espérances . Affaire à suivre.

      Supprimer
    3. Ma Chinou, mon prince, c'est affectueux, l'adjectif possessif est une manie du midi, mais n'implique en rien une quelconque possessivité... ;-)
      j'espère, quant à moi, de tout coeur, que tu pourras venir sur ma colline au mois d'août, pour que je te montre mes étoiles :-)))
      Crois-y, crois à cette soirée que tu espères. Et elle viendra.
      Gros bisous tout doux
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    4. Oui vous avez raison mes chères amies de faire l'éloge de ces lieux magiques surtout à la tombée du jour sur le désert du Sahara. Quelques mots de l'aventurière et poétesse Isabelle Eberhardt née à Genève et qui a été fascinée par le Sahara:
      "La nuit, après la torride journée ! Jamais aucun jardin d’ailleurs n’égalera en grâce et en splendeur les « rhitan » profonds du Souf où s’assemblent les palmiers choisis, de grandeurs diverses, depuis les palmiers nains, depuis les jeunes sujets aux immenses feuilles arquées, jusqu’aux géants vénérables, souvent inclinés au-dessus de la verte famille environnante…
      … Rien ne saurait égaler en splendeur et en mystère les nuits de lune dans le désert de sable."

      Supprimer
    5. Merci pour ce très bel extrait de notre chère Isabelle Eberhardt !
      Un jour, j'irai...
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  8. Tout du vécu, en rêve, en imagination ou en vrai. Vécu et savouré. L'amour, la solitude au-dessus de la foule, celle qui marche et celle qui fait sa cuisine ou regarde la télé aux étages inférieurs, et la mansuétude du soleil couchant, de l'ombre qui monte et offre l'intimité...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Des moments de bien-être indicible, seuls ou accompagnés...mais toujours dans la gratitude !
      très bien dit, la mansuétude du soleil couchant.
      Rassurés, on peut jouir de la nuit sans crainte: le soleil se lèvera demain.
      De vieux souvenirs d'une vie où nous étions sans doute des princesses égyptiennes, cara mia ;-)
      Baci

      Supprimer
  9. Je ne peux que regretter que la douceur crépusculaire ne l'ait pas incitée à rester dans ce si joli maillot de bain deux pièces.....
    Il est vrai aussi que je ne suis pas à vélo... :-D
    Ti bacio Cara

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Parfois j'ai du mal à accéder aux couches supérieures de ton cortex, mio amico.
      mais je suis sûre que tu vas me dire de quoi tu veux parler... ;-)
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    2. N'aurais-tu pas été, dans ton jeune âge, responsable d'une perte de contrôle vélocipédique à cause d'un bain de soleil en petite tenue sur un balcon visible depuis la rue.... ;-)
      Baci

      Supprimer
    3. Si fait ! mais ce n'était pas un vélo, je crois bien que c'était une mobylette...d'où ma perplexité qui n'avait d'égale que la fosse des Mariannes...
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    4. Si je te résume, tu as creusé une fosse de 10'916 mètres de profondeur avec un moteur de 49 cm3... Belle performance :-D

      Supprimer
    5. Vu comme ça, oui, ça se pose là ! j'aime bien ... hihi !
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  10. Zut ! Ici, il n'y a que le parfum écœurant des troènes...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, mais avec six troènes, tu peux voyager loin ! hihi !( jusqu'en Chine...rappelle toi la croisière jaune)
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    2. La croisière jaune, je connais, j'ai même pris une photo :
      http://storage.canalblog.com/21/55/1240604/111734572.jpg

      Supprimer
    3. Génial ! mais c'était où ?
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    4. Au musée de l'automobile à Leuze-en-Hainaut
      http://web.mahymobiles.be/Mahymobiles/Home_FR.html

      Supprimer
    5. Ah oui, chouette. J'avais adoré le feuilleton sur la croisière jaune...
      Merci pour l'info, Boss !
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  11. Un joli moment de grâce, un baume apaisant... Tant que ça ne sent pas le vetiver, je prends !! :)
    Seule la rognure d'ongle prosaïquement jette une ombre sur le tableau et nous ramène brutalement à la réalité ;)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Eh bien, moi qui croyais avoir fait de l'humour... :-)))
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    2. Si fait, gente dame, si fait... :)

      Supprimer
    3. Vous m'en voyez ravie, cher ami ^^
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  12. Réponses
    1. J'espère bien, parce que c'est le but ultime de l'écriture de plonger les lecteurs dans un monde qui les fait se pincer pour savoir s'ils rêvent ou non...
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  13. Magnifique et touchant...un moment de grâce.
    Il ne faut jamais arrêter de s'émerveiller...jamais.

    http://fabulo.blogspot.fr/2011/01/semerveiller-pour-resister.html

    Désolée, Célestine : je ne mets pas mes adresses ainsi pour t'embêter, mais parce que je ne sais pas comment, dans les commentaires, ajouter un lien "direct"...
    Tu me diras comment on fait... :-)

    RépondreSupprimer
  14. Bel instant dérobé qui résonnera longtemps dans les cœurs et les mémoires...Belle fin de journée.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Florence, et bienvenue sur mon totem.
      Heureuse de faire vibrer ta mémoire comme un petit grelot.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  15. L'émotion du crépuscule, tellement bien rendue, ma chère Celestine. Et ces mains qui se serrent, simple comme bonjour, simple mais trop rare. J'aime tant ce que tu écris...Kisses et ATTB.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Effleurer l'âme de ma plume, voilà qui me comble chaque fois que j'y parviens...
      Kiss you, and attb from your little angel baby
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  16. Ah ce délicieux billet tout en nuances ! En ce 20 juillet, il me touche d'autant plus... Merci Célestine pour ces émotions partagées.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bon anniversaire one more time, MJ !
      Gros bisous
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  17. J'aime beaucoup ta conclusion: Ils sont bien. Seuls, dans cet instant d’éternité splendide et quotidienne.
    On oublie souvent ce quotidien gracieux et élégant qui nous fait du bien... Si nous prenons le temps de le voir.
    Bises.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ce soir le ciel était noir d'orage au-dessus de l'horizon vert.
      C'était d'une beauté !
      j'ai failli verser une larme...
      Bises étoilées
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  18. On dirait le Sud. C'était tellement bien que oui on s'y croirait. Cela me rappelle à moi aussi des choses. Des vacances en Espagne. Je me rappelle du balcon, du ciel et de cette chaleur particulière.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Une chaleur aussi moite dehors que dedans...
      Un balcon sur la mer ou sur la rue qui grouille.
      Peu importe. La magie, c'est de vivre un moment unique.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  19. Très beau, on sent le jasmin par bouffées jusqu'ici.... Mais la lune rognure d'ongle, non, vraiment... A la limite French manucure, d'accord. Ma si jolie lune.....

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ils rient de cette image...mais oui, la lune parfois est toute fine comme un bout d'ongle.
      C'était un petit trait d'humour...La dérision, le petit grain de folie, et à deux c'est encore plus drôle.
      Non ?
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  20. sanguine et lente
    l'orange doucement
    amorce le descente
    soleil couchant
    le ciel s’effondre
    et quand vient la pénombre
    on voit danser des ombres
    au beau milieu des champs
    chaque soir,c'est la fin du monde
    à l'heure ou le jour tombe
    à l'horizon... chanson crépuscule:Véronique rivière
    Des amoureux,seuls s’imprègnent du crépuscule,promesse de la nuit!
    Beau billet,à déguster comme...une gourmandise,du miel!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. La belle Véronique Rivière, merveilleuse voix et très belle chanson.
      Merci Xoulec pour ce souvenir, j'ai réécouté "Capitaine" wouaou ! que de souvenirs...
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  21. LE MONDE SEMBLE SOMBRE QUAND ON A LES YEUX FERMÉS.
    Proverbe indien.
    Mais toi tu as les yeux grand ouverts sur le monde.
    Et j'aime !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Très joli proverbe, Kangourou !
      J'aime la sagesse indienne.
      Bisous
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  22. Regarder l'obscurité fait que la moindre étincelle devient un soleil... Ça c'est de moi (lol)...
    Que ne donnerai-je pour parfois vivre ces instants de "bien-être"... Dans l'attente, j'apprécie de les voir, de les ressentir chez les autres.
    Bises

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'aime bien ton aphorisme, Gilles.
      je suis contente d'être une petite étincelle pour toi.
      Ces instants reviendront j'en suis persuadée.
      A chaque nouveau mot que tu écris, je sens un peu plus la lumière gagner du terrain, et cela emplit mon coeur d'une grande joie, sincèrement.
      Bisous scintillants
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  23. Une façon très célestinienne d'aborder un Défi du 20, c'est ton choix, tu as le droit.
    Il faut de l'ombre dans la vie, pour nous abriter de la lumière, mais certaines ombres sont dangereuses, hélas.
    Gros bisous

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. De quelles ombres parles-tu chère Soène ?
      Mon billet était un hymne à la vie.
      Celle que nous défendons chacun à notre manière
      Bisous célestes
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  24. L'ombre n'est-elle pas celle de la lumière ?...
    Une très belle évocation et une merveilleuse écriture, une fois encore, céleste Célestine. Merci, mille bises étoilées. brigitte

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pas de yin sans yang, pas d'ombre sans lumière évidemment..
      C'est un plaisir d'écrire pour des lecteurs tels que toi, chère Plume...
      Bisous célestes
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  25. Réponses
    1. Un pléonasme, non ? ;-)
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  26. Délicieusement Célestine, tout simplement.
    ~L~

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Là, en revanche, ce serait plutôt une hyperbole, si vous préférez...
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer

  27. C'est doux, chaud, enveloppant comme ce vent caressant, qui descend sur ces deux êtres que j'imagine enlacés. Je t'embrasse.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est le bonheur de l'harmonie entre la nature et les êtres.
      Moi aussi je t'embrasse
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  28. Ce que j'aime dans cette ode au crépuscule estival, c'est que l'ambiance de l'instant est délicieusement magnifiée par ce parfum unique qui unit deux êtres qui s'attirent…

    C'est du moins ainsi que je le ressens.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est tout à fait comme cela que je le ressens aussi, cher Pierre.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  29. Tu, Âmie Céleste le feu sur la page
    Dans ce cil-anse inspiré
    Respiré, retenu entre ciel et terre
    Et j'emporte le bleu des nuages
    Entre les lignes
    Mes rêves entre mêlés

    Et je me suis affalée sur le fauteuil
    Dans ce songe éveillé, le secret des caresses
    Ai tenté de lire sur les lèvres enrosées de la lune
    Contemplant son coucher pour y puiser l'étreinte
    Fièvre-heureuse-aimant
    Le jus du plaisir errant coule et se perd entre mes veines
    Et frisonne dans l'amour in-fini

    Passeur du temps
    Du tant attentif au cil-anse oublié
    Je déroule en courant entre ombre brune et lumière blonde
    Mes rubans-beaux, mes ribambelles fleuries...

    Et j'imagine...

    Merci pour cette délicate rêverie...Emue

    Den

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Quel splendide poème t'a inspirée mon texte...
      Merci Den, je suis très touchée
      C'est plein de délicates trouvailles et de mots qui sonnent comme du cristal
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  30. Que dire après des mots si doux! Je ferme les yeux et je rêve!Quelle belle soirée!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oh merci Passiflore, merci d'être passée, je te rajoute à mon totem.
      Gros bisous tu es la bienvenue
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  31. Voilà que les fenêtres se ferment
    Au vent mauvais qui pourrait naître
    Aux rafales de grêle détruisant les récoltes
    Ce soir je vous dis il va pleuvoir des hallebardes
    Bonnes gens fermez vos portes
    Je suis un soir d'été

    Les miennes resteront ouvertes ne vous en déplaise
    Je crois en la survenance d'une belle nuit d'été
    Lorsqu'à ma fenêtre je la devine passer
    L'ombre qui me fera renaître des ruines de mon passé
    Elle est lumière incandescente sur les maux de la terre
    Je suis un soir d'été

    Son nom partout je crie , je l'appelle liberté
    Non pas celle que l'on vend d'ordinaire sur le marché,
    Celle que l'on marchande à coup de plus grands esclavages,
    Non, celle que chacun reconnaîtra à sa douce harmonie
    Permettant la pleine union des cheveux blonds , des cheveux gris
    Je suis un soir d'été


    Bises d'improvisation

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je suis impressionnée par le pouvoir évocateur de mes quelques mots, qui inspirent de si belles choses à mes lecteurs. Den, toi, Bizak..; et j'en oublie.
      merci beaucoup pour ce beau texte, Pierre.
      Tu as des improvisations fulgurantes.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  32. Les beaux immeubles de type haussmannien à toit d'obus, qui illustrent votre délicat article, m'évoquent un lieu parisien qui m'est particulièrement cher. Il me manque tout de même quelques détails d'architecture ainsi qu'un peu de perspective pour en être assuré.
    Voulez-vous me dire si ces immeubles se situent à Paris, dans le XVIe arrondissement, après le pont Bir-Hakeim ?
    Bel été, Begli Ochi !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je vous ai répondu cher patrick.
      Sur l'autre billet.
      Vous avez bien fait d'insister, ce commentaire avait échappé à ma sagacité, émoussée sans doute par la torpeur estivale...
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer

Je lis tous vos petits grains de sel. Je n'ai pas toujours le temps de répondre tout de suite. Mais je finis toujours par le faire. Vous êtes mon eau vive, mon rayon de soleil, ma force tranquille.
Merci par avance pour tout ce que vous écrirez.
Merci de faire vivre mes mots par votre écoute.