vendredi 3 juin 2016

Le plus grand des trésors

Fantaisie animalière et philosophique.

Taking time to do nothing often brings everything into perspective ~ Doe Zantamata::

- T'as pas vu Célestine, Alphonse ?
- Non. Je me demande où elle est…
- A force de se balader sous la pluie elle a peut-être fondu, comme un vulgaire morceau de sucre…

- Non, je la connais, elle est solide malgré son coeur de miel fondu...
- Quel calme...La mer est belle ce soir. 
Voyez d'abord la mer,
et puis sur sa poitrine sans limite, dilatée, les bateaux...Voyez comme leurs voiles blanches, gonflées dans le vent, émaillent le vert et le bleu.
Voyez les vapeurs qui, jetant leur panache, entrent dans le port ou en sortent.
Voyez ténébreuses et ondoyantes, les longues oriflammes de fumée...
- C'est beau... c'est de toi ?
- C'est de Walt Whitman. Un grand poète.
- Les hommes sont capables de merveilles...quand ils convoquent l'universel au creux de leurs mains.
- Tu parles bien, ce soir, mon gros !
- Paraît qu'ils ont donné la légion d'honneur à des pigeons voyageurs, à Verdun...
- Z'auraient mieux fait de ne pas faire la guerre...
- Tu crois qu'un jour ils arrêteront leurs folies ? Leurs horreurs ?
- Oh oui, Lucien ! Sûrement... Quand les moules auront des gants. 
Mais une grande voix venue d’un mégaphone
Dont le pavillon sortait
De je ne sais quel unanime poste de commandement
La voix du capitaine inconnu 
qui nous sauve toujours cria
Il est grand temps de rallumer les étoiles !
- C'est beau... c'est de Whitman ? Ô capitaine, mon capitaine ?
- Non, c'est d'Apollinaire.
- Dis donc, mon pachyderme adoré, on n'est pas bien, là, tous les deux, et se dire des poèmes en contemplant la mer ?
- Je connais pas plus grand trésor, p'tite tête !

Pour les Impromptus littéraires.

66 commentaires:

  1. Je ne sais pas pourquoi depuis qu'une amie m'a offert un recueil de poésie de Whitman, je n'ai pas cessé de cavaler de poème après poème comme s'ils sortaient de la lampe d'Aladin et tel un génie, Whitman lançait ses mots éclatants et incandescents comme:
    "Nuages je suis monté au milieu de vous pour me rendre aux continents lointains et descendre avec vous, en pluies précises,
    Souffles du vent j'ai soufflé en même temps que vous,
    Et vous, vagues, semblablement j'ai caressé avec vos doigts liquides les rives les plus reculées,
    J'ai parcouru la route que parcourent toutes les rivières, tous les canaux du globe,
    Je me suis tenu debout au promontoire des péninsules et depuis les hautes tables rocheuses j'ai crié :
    Salut au monde !"
    OU:
    "La feuille morte en sa tourbillonnante vrille jusqu'au sol où elle trouve l'apaisement,
    L'indistincte fourmilière m'aiguillonnant de ses spectacles, gens, objets,
    Le pouls qui cogne aux paumes, les doigts tremblants qui s'étreignent, les joues colorées par la honte et la colère du jeune homme ;
    L'aspersion mouillée de la mer mon amante sur mon corps offert et nu...

    Oui j'y pense maintenant, c'était le 31 mai, son anniversaire et c'était le jour du coup de foudre à Paris..
    Bisous whitmaniens!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il est où le bonheur, il est où ? chante le chanteur dans la radio.
      Et moi j'ai envie de dire qu'il est dans ces mots sublimes d'un poète intemporel, et dans la voix qui sait les dire avec des ondulations profondes, et dans la façon dont on les reçoit au fond de l'âme, élargie et enivrée.
      Oui c'est un beau cadeau que t'a fait cette amie.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    2. Assurément, c'est un beau cadeau où je découvre en outre un grand poète. J'ai découvert aussi un de ses poèmes les plus sublimes: "O captain ! my captain qui a été écrit, (je viens de l'apprendre) en réaction à l'assassinat d'Abraham Lincoln après la guerre de Sécession. C'est le poème emblématique du film Le Cercle des poètes disparus dont voici quelques vers( plutôt la 2eme partie du poème):
      "Ô Capitaine ! Mon Capitaine ! Lève-toi pour écouter les cloches.
      Lève-toi: pour toi le drapeau est hissé, pour toi le clairon trille,
      Pour toi les bouquets et guirlandes enrubannées, pour toi les rives noires de monde,
      Elle appelle vers toi, la masse ondulante, leurs visages passionnés se tournent:
      Ici, Capitaine ! Cher père !"
      Merci amie pour ce beau texte.

      Supprimer
    3. Ah... le cercle des poètes disparus...
      Un film merveilleux. Si tu ne l'as pas vu, il faut absolument que tu découvres cette merveille.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    4. Que le prodigieux spectacle continue, et que tu peux y apporter ta rime...

      Supprimer
    5. Putain! mais qui avait dit que la poésie c'était pour les femmes seulement ? Mort aux cons aurait dit Alain X!

      Supprimer
    6. On en a dit des bêtises tout au long de l'histoire...
      Et ce n'est pas fini !
      ^^

      Supprimer
    7. Qu'aurait dit Whiltman avec la triste nouvelle du décès cette nuit de la légende de la boxe: Mohamed Ali.
      Il pleut ce jour des grêles toquées
      Tu seras toujours mon héros
      Lui disait Lionel Richie
      Il pleut sur la ville
      Des larmes vivantes
      D'un champion qui a dit:
      Non
      A la guerre au Vietnam

      Supprimer
    8. Un beau champion, c'est vrai, atteint par une terrible maladie...
      Une icône qui s'en va, prouvant une fois de plus l'impermanence de toute chose humaine...
      Qu'aurait dit Whitman ?
      Ô homme avide de gloire écoute le chant des étoiles te répondre
      Place toi au coeur du monde et entends battre son coeur tuméfié par le vide
      Et aime ce temps qui t'est donné sans comprendre.

      Ou quelque chose comme ça...
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    9. Quelle sera ma rime dis-tu?:
      - Montre-moi le coeur affranchi du fardeau des rêves et je te dirais, voici un homme libre.
      -C'est dans ces rêves que l'homme trouve la liberté, cela fut, est, et restera la vérité.

      Supprimer
    10. Les rêves sont-ils un fardeau ? Ou un moyen de s'arracher aux contraintes de la lourdeur ?
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    11. Dans les dialogues du film: "les cercles des poètes disparus", c'est Mr McAllister qui disait: montre-moi un coeur affranchi des fardeaux des rêves....
      Et le professeur John Keating répondait: "C'est dans ses rêves que l'homme trouve la liberté. Cela fut, est, et restera la vérité".et il rajoutait: " Et nous ne lisions pas de la poésie mais les vers exprimaient leur nectar sur nos langues, nos âmes s'élevaient.
      Et moi je crois aux rêves qui libèrent l'homme des entraves de la vie.

      Supprimer
    12. Tu as vu le film ? Merveilleux n'est-ce pas ?
      Ça ne m'étonne pas que tu penses comme le professeur Keating. ^^
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  2. Tout ça c'est bien, mais on ne sait toujours pas où est Célestine. Perdue dans les caves du Louvre avec d'autres œuvres d'art ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ça vaut mieux que les caves du Vatican...
      Mais je suis sûr qu'elle appréciera le compliment !

      Supprimer
    2. Je dirais même plus: elle l'appréciera !

      Supprimer
    3. Mais non, passant par Notre Dame, Célestine a croisé Esméralda. Se rappelant d'un poème musiqué de Pierrot, elle lui a dit:
      "Viens ma petite soeur
      En s'unissant on a moins peur
      Des loups qui guettent le trappeur..."

      En bonne paire d'amies, elles se sont fait la paire par les catacombes de Paris, et depuis Quasimodo se console avec Djali, la chèvre...
      Baci à la taulière

      Supprimer
    4. Ouep...même que les catacombes, en ce moment c'est pas l'endroit le plus sûr de Paris, question inondations...
      mais...c'est qui, Quasimodo ?

      Supprimer
    5. Mais il ne peut rien arriver à une Fée...

      Ah! mais c'est qu'il faut avoir lu les oeuvres de Totor Hugo ;-)
      https://fr.wikipedia.org/wiki/Quasimodo_%28personnage%29
      Bisous

      Supprimer
    6. Nan mais je sais qui est Quasimodo, quand même !...
      Ce que je voulais dire, c'est « Qui tient le rôle de Quasimodo dans notre histoire...» ?
      c'était un clin d'oeil...
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    7. Ben si tu usurpes l'identité de ta comparse, comment veux-tu que je m'y retrouve...

      Quasimodo: Un rôle comme ça ne se distribue pas, je l'assume.
      Tu me diras qu'après Anthony Quinn, ce n'est pas non plus vraiment une infamie...
      Ti bacio Cara

      Supprimer
    8. Celestine Esméraldasamedi, 04 juin, 2016

      Anthony Quinn... oui, belle référence !
      Le dédoublement de personnalité c'est ma spécialité ^^
      baci caro mio

      Supprimer
  3. Viens, me dit la Muse
    Chante-moi un chant qu'aucun poète ne m'a encore chanté,
    Chante-moi l'universel.
    Au cœur de cette vaste terre
    Au fond même des grossièretés et des scories
    sûrement enseveli dans son cœur,
    germe le grain de la perfection.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. L'universel, oui...Ce qui nous rapproche. Ce qui nous ressemble, rassemble.
      Et la culture fait ça très bien. LA Culture universelle, musique, mathématique, philosophie, art, poésie.
      C'est exactement ce qu'il dit.
      Merci pour cette belle citation
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  4. Superbe et tonique Honey-hearted You. Whit et Apo réunis. Plus que jamais carpediemisons! Kisses from Sleepy Me. ATTB.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je veux que désormais la vie soit un grand chant de joie !
      Je veux danser, battre des mains, exulter et crier, sauter, bondir en l'air,
      me rouler par terre, surtout flotter, flotter !
      Car je serai marin du monde partant pour tous les ports
      Car je serai bateau ( avez-vous vu mes voiles, déployées au soleil et à l'air ?)
      Navire vif cales gonflées d'une précieuse cargaison de paroles et de joie.


      Si j'avais été là, jeudi, j'en aurai fait un jeudi-poésie frémissant des mots de ces grands poètes.
      Honey-hearted me to sleepy you.
      Une précieuse cargaison de paroles et de joie. N'est-ce pas sublime ?
      Kiss. Attb
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  5. Comme quoi faut peu de chose, quand même...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Peu de chose, Whitman ?
      Rhoo...
      Non, tu as raison, juste la mer, le ciel, un banc, seul ou à deux, et la poésie des choses...
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    2. Peu de choses ? Tu les veux mes six tonnes sur les orteils ?
      Mmmuahahahahaha !

      Supprimer
  6. Réponses
    1. You're welcome, les bestioles !
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  7. Une petite souris, et un éléphant se présentent devant le maire de leur commune :
    -Bonjour ! On voudrait se marier
    -Vous n'y pensez pas, un gros néphélant et une ch'ttiote souris !
    - Ben... C'est pas pour nous, c'est pour le bébé à vcenir ];-D

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Elle a la santé ta souris !
      mouah ha !
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  8. Une allégorie du carpe diem en forme de fable moderne...
    Rien ne vaut la poésie, en effet, et peindre le monde aux couleurs de la beauté.
    Envolons-nous, chère précieuse, avant que de retomber en poussière.
    Ce qui dans mon cas se rapproche de façon inéluctable.
    Vivez, la vie est un miracle chaque jour accompli.
    ~L~

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il me reste un peu de temps...mais guère plus que vous à l'échelle cosmique...
      Ma deuxième vie a commencé le jour où je me suis aperçue que je n'en avais qu'une, comme dit Confucius.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  9. Ah ! Whitman ! "Leaves of grass" !
    Merveilleux...

    Je le citais...il y a pile...un an !

    Ici :
    http://fabulo.blogspot.fr/2015/06/poetes-venir.html

    Et ici :
    http://filigrane1234.blogspot.fr/2015/06/quelle-sera-votre-rime.html

    Ses mots sont extrêmement forts...on ne s'en lasse pas ...

    Merci Célestine de nous emmener sur de si belles vagues poétiques...j'aime beaucoup le dialogue du pachyderme et du petit rongeur... :-)

    RépondreSupprimer
  10. Et moi je le citais ICI avec le même bonheur...
    Où l'on voit que le cinéma intelligent peut faire aimer l'art, la littérature, la poésie et toutes ces choses pour lesquelles, en réalité, nous vivons...
    Bisous chère Licorne

    ¸¸.•*¨*• ☆

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Madame la chère Licorne, si je suis un rongeur vous vous êtes la reine d'Angleterre !
      Je suis un chien, je vous ferai dire !
      Une souris de ma taille, vous imaginez... mon copain Lucien serait mort de frousse. Ce gros lard a peur des souris, comme tout bon éléphant.

      Supprimer
    2. :-)))

      Ah, oui...excuse-moi, Alphonse...j'ai la vue quelque peu embrumée...faut dire aussi que je venais de lire l'histoire d'Andiamo...(juste au-dessus) et que ça m'a enduite d'erreur...:-)

      Supprimer
    3. Je vous pardonne madame la Licorne, parce que vous êtes une gentille bête à corne !

      Supprimer
  11. ah tu es revenue avec ta besace pleine de mots-bonheurs!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, elle est pleine à ras-bord ...pour le plus grand plaisir de ceux qui les aiment...
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  12. excellent!
    de toute façon, un éléphant et un cochon ne peuvent dire que des choses très intelligentes et très sensibles :-)
    ils ont toute ma sympathie!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Un cochon mon Alphonse? Un cochon sans queue en tire-bouchon, alors...
      Mais c'est vrai qu'il est un peu grassouillet...l'erreur est donc compréhensible !

      Supprimer
  13. Regarder la mer

    Juste regarder la mer.
    Il en est qui savent la poésie, la musique, l'art.
    Ils connaissent les noms de ceux qui savent enchanter nos sens, leurs vies, leurs parcours, leurs histoires.
    Et puis il y a les gens comme moi, les petits, les sans-grade, qui savent juste écouter, entendre, voir, goûter, toucher...et prendre.
    Et face à la mer....juste regarder la mer.

    Regarder la mer.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Un des plaisirs les plus subtils de l'homme, en effet.
      Homme libre toujours tu chériras la mer...
      En tous cas, pour moi, une nécessité vitale quelle que soit la saison...
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  14. Et en moment précis, j'aimerais être assis et regarder la mer...
    Le signe du printemps ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. hé, Lucien, y a Julien qui veut une place sur notre banc, faut que tu pousses un peu ton popotin pachydermique ! :-)

      Supprimer
    2. Oui. Juste une petite place....

      Supprimer
  15. C'est tout joli. Et même plus. J'adore imaginer les moules avec des gants. :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Voilà une expression que j'aime bien...Un de mes élèves me l'avait sortie une année, il y a longtemps...depuis, il y a deux blogs qui s'appellent comme ça, et un restaurant.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  16. J'adore ce genre de texte....Bien Célestine !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Heureuse de t'avoir fait plaisir, cher Daniel !
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  17. "on n'est pas bien, là, tous les deux ?" et je revois Depardieu et ses compères ! Ne me demande pas qui j'ai imaginé en Depardieu sur ta belle image ! :D
    Belle évocation de la mer et de ses merveilles, dessous, dessus et bien plus haut avec les poètes !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu me fais trop rire, mariejo !
      Non, je devine, et je ne te dirai pas non plus la suite du dialogue...un peu olé olé !
      Oui, tu as raison, la mer dite par les poètes est une merveille.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  18. Kangourou Agilesamedi, 04 juin, 2016

    Tiens, des potes...
    Eléphant Gracieux et Chien Paisible !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ils sont sympas, hein, ces potes-là ...
      j'ai adoré cette photo !
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  19. Et la nuit, qu'est ce qu'on voitquandon regarde la mer ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai moi aussi adoré "quand les moules auront des gants".

      Ils en ont de la chance aux Impromptus de te compter dans leurs rangs !
      J'y retournerais bien mais tu sais qu'on est dans une situation où... on n'a plus le temps !

      Supprimer
    2. Oui...je te comprends cinq sur cinq !
      Et merci pour le compliment, mon oncle, c'est très agréable de bon matin.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  20. à la fois drôle et émouvant ;-)
    Il faut absolument que j'emprunte Whitman à la bibli ceci dit

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Valentyne !
      Son recueil Feuilles d'herbe est une merveille.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  21. Je confirme, il n'y a pas mieux.

    RépondreSupprimer

Je lis tous vos petits grains de sel. Je n'ai pas toujours le temps de répondre tout de suite. Mais je finis toujours par le faire. Vous êtes mon eau vive, mon rayon de soleil, ma force tranquille.
Merci par avance pour tout ce que vous écrirez.
Merci de faire vivre mes mots par votre écoute.