vendredi 24 juin 2016

Le Lac

photo celestine


Ecrin de chlorophylle. Eaux vertes. Cygnes blancs.
C'est mon lac. Ce sont mes potes. 
 Quand je suis passée, tout à l'heure, ils étaient là. Comme à chaque fois que je vais courir. Calmes, majestueux, insouciants. Le genre qui s'en fiche du Brexit et de la chute des cours boursiers comme de l'an quarante...
Si tu avais couru avec moi, tu aurais aimé les voir se rapprocher, silencieusement, comme s'ils voulaient être sûrs d'être bien sur la photo. Cabotins, va ! 
Je suis sûre qu'ils me reconnaissent. A chaque fois, ils me demandent poliment si je suis contente de mon temps de course et de ma moyenne. Mais à leur regard, je crois bien qu'ils ne se font plus guère d'illusions sur la santé mentale des êtres humains,  et qu'ils me désapprouvent de m'agiter comme ça en tenue de flamant rose, alors qu'il fait si chaud et que l'eau est si douce...
Je n'ose leur dire que, quand j'étais petite, j'ai fait rat dans le Lac des Cygnes. Ils seraient capables de se vexer.

¸¸.•*¨*• ☆

116 commentaires:

  1. Moi, courir ? Tu me fais marcher !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Sur les mains, sur la tête...j'adore !
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  2. J'adorais courir, et puis j'ai oublié ce que cela procurait... Je pourrais sans doute m'y remettre, mais pas déguisé en flamand rose (je peux essayer l'hippopotame jaune ?).
    Quand aux cygnes... Gare ! Ces bestioles sont super agressives quand ont les approche (tiens, ça me rappelle quelqu'un...).
    M'ouais, comme à mon accoutumée, j'irais pas serrer la paluche à tes potes (ni aux miens)...
    Bonne nuit sous la voute céleste...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Point besoin de leur serrer la main pour admirer leur calme beauté...
      Les choses ont parfois intérêt à être admirées de loin. Les choses...et les gens.
      Mais courir ça se fait dans la solitude, et à son rythme. Et ça, ça me va bien en ce moment convalescent.
      Bises, mister hippopotame;^^
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  3. Quel endroit paisible pour s’y assoupir ! et puis se laisser aller, tout en écoutant leur chant. Il paraît qu’ils émettent des sifflements accompagnés d’une trompette. Des cygnes qui trompettent ou qui se baignent une trompette.
    La fée de ta bannière a fait comme les cygnes, elle pose!
    Bisous sous le signe du cygne!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Quant à moi, j'aurais bien fait trempette après le footing !
      Mais il paraît qu'à cet endroit, l'eau du lac est dangereuse...
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    2. Bonne idée après le footing de se faire une trempette, si l'eau est tiède!

      Supprimer
    3. Si l'on en croit Blutchy, c'est un bon plan pour se faire dévorer par les tigres... :-(
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  4. L'endroit est bucolique, en effet, mais je suis certain que l'herbe est beaucoup plus accueillante à 50 mètres de là. Parce que les cygnes sont magnifiques, mais de savoir que des tigres se planquent derrière les herbettes, Ca me rend dubitatif (oui, je sais...) sur la qualité de la sieste ou la sérénité d'un moment partagé...
    Ti bacio

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Des tigres ? mais qui a parlé de tigres ?
      Le genre de prédateur que l'on trouve ici, c'est plutôt le genre sur deux pattes, avec un bob et une moustache... « pas trop fatiguant de courir, mademoiselle ? Vous voulez un petit verre de pastis pour vous requinquer ? » Le genre qui ne sait pas que si tu bois un verre d'alcool après avoir couru, tu peux rentrer avec le SAMU...
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    2. Ce sont bien les moustiques tigres qui propagent le chewing-gum-gouina, et ils ont déjà débarqué dans ton Sud....
      Alphonse tout seul d'accord, autrement, je ne suis pas candidat pour expérimenter l'Allais-Targy...
      T'imagines la déconvenue si, dans une sieste canaille, monsieur se fait piquer et qu'il passe en mode amorphe....

      Je maintiens donc qu'il faut un périmètre de sécurité autour de ta gouille d'eau...

      Ti Bacio

      Supprimer
    3. Pffff...béotien, va !
      Toi et la poésie alors...
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    4. La poésie est une chose délicate qui mérite un minimum de précautions...
      Tu te vois en belle compagnie sur une barque, Monsieur te déclamant le Lac de Lamartine, au milieu d'un chantier d'autoroute...
      Oui, je sais.... mais le plus improbable, c'est de trouver le Monsieur récitant du Lamartine...
      Ti bacio

      Supprimer
    5. Oh, il doit bien y avoir quelque poète encore, dans ce monde de brutes...
      mais de toutes façons, je n'aime pas trop les barques...Mon côté Leopoldine, sûrement. ;-)
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    6. Je comprends Blutch, pourquoi tu n'aimes pas t'aventurer à faire de la poésie, si tu considères que c'est une chose délicate qui mérite des précautions. Si les poètes prenait trop de précautions, il n'y aurait plus de poésie et puis c'est grâce parfois à ces manques de précautions, que les idées avancent.

      Supprimer
    7. On peut tout dire en poésie (faire une liste des poètes "non-lamartiniens" serait fastidieuse), mais j'aime voir une certaine cohérence paroles-musique-ambiance.

      Par exemple:
      Ô lac ! l'année à peine a fini sa carrière,
      Et près des flots chéris qu'elle devait revoir,
      Regarde ! je viens seul m'asseoir sur cette pierre
      Où tu la vis s'asseoir !

      Mis en musique par une fanfare militaire, je trouverais bizarre....
      Ou en rap sur une chaîne de montage de Peugeot, ça risque de pas le faire non plus...
      Accolade

      Supprimer
    8. Ah! oui mais tout est là, il ne s'agit de mélanger ce qui ne rentre pas dans ce moment de contemplation et de rêve. Il vrai que cela demande du feeling pour créer cette atmosphère de sublimation.D'accord avec toi, cher Blutch, tu n'écris des poèmes mais tu sais les vivre!
      Accolade et merci pour tes explications.

      Supprimer
    9. Tu n'écris pas des poèmes mais tu sais les vivre...
      Oui c'est tout à fait cela...
      merci Bizak, pour cette belle phrase d'amitié.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    10. Ce qui est beau chez certaines gens et bien sûr, cela concerne aussi Blutch, c'est quand bien même ils n'ont pas le coeur à faire de la poésie, il ne l'ont pas dédaignée pour autant comme une vulgaire marchandise; C'est en cela, qu'on leur reconnait une grande culture. Et ce n'est pas de la démagogie, mais la vérité.

      Supprimer
    11. C'est vrai. La culture au sens le plus noble du terme: ce qui élève l'homme, qu'il aime ou non jouer avec les mots. Quand on s'élève, on tutoie forcément les étoiles, à un moment donné. ;-)
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    12. Merci la taulière pour Ta belle phrase à toi d'amitié.
      Je me suis posé souvent la question pourquoi j’aime ce blog et j’ai trouvé la réponse dans tes magnifiques mots qui s’ouvrent sur moi telle une héliotrope, un matin d’hiver pour arracher des gouttes de soleil qu’elle étend sur ses feuilles.

      Supprimer
    13. ...Un héliotrope, bien sûr ! je l'ai féminisé par inadvertance.

      Supprimer
    14. Normal ! dans ton rêve, c'était une fleur femelle qui t'accueillait dans ses pétales comme dans du coton soyeux...
      Une fille en fleur qui te prenait dans ses bras pour que tu t'endormes du sommeil du juste.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    15. D'ailleurs si c'est une fleur, ce ne peut être que féminin. Mais les arbres, eux, masculins attirent la foudre au lieu du soleil comme les fleurs.

      Supprimer
    16. Et les arbres en fleurs ?
      Il provoquent les orages solaires ... :-)

      Supprimer
    17. Vivement des para-solaires et puis ce doit être bon l’électricité atmosphérique, Blutch doit en savoir quelque chose.

      Supprimer
    18. Atmosphère, atmosphère...est-ce que j'ai une gueule d'atmosphère ? ;-)
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    19. Qu'est ce qui te fait dire des choses pareilles ? Peut être une étoile , oui quand même, dans la stratosphère.

      Supprimer
    20. Pendant que les cygnes veillent, c’est un bon signe d’aller fermer les volets de mes yeux ; Bonne nuit sans orage solaire. Bisou la taulière.

      Supprimer
    21. C'était une référence cinématographique restée célèbre dans les annales...
      Arletty, Louis Jouvet...la passerelle du canal Saint martin, Hotel du nord, Marcel Carné...
      Bisous mon cher poète
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    22. Je comprends mieux maintenant ton interjection, avec : « Atmosphère, atmosphère...est-ce que j'ai une gueule d'atmosphère ? ; » Je me disais bien: mais que voulait-elle dire avec cette sortie abracadabrantesque ?
      Merci et bisous la Céleste

      Supprimer
    23. Je pensais que tu connaissais...mais tu es trop jeune hihi !
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  5. Un écho volant avec des ailes et un long cou ... Quand on connait la lourdeur laborieuse de l'envol de ces volatiles, l'écho perd toutefois de sa poésie ! :-)
    Joli coin pour jouer les flamantes. Rime pour farniente, que m'inspire davantage ce lieu.
    Ah courir, c'est ma bonne résolution préférée :-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le plus dur c'est de s'y mettre...parce qu'après, ça libère des endorphines, et on a envie d'y retourner sans se forcer...sacré corps humain et ses mystères insondables...
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  6. Sur ta bannière joliment renouvelée ton ciel est redevenu clair et me plait.... et là, légèrement posée, tournée tu possèdes ce regard intérieur que j'aime... les nénuphars tout autour te gardent, toi qui comme nous tous a/avons tant besoin de prévoyance, de reconnaissance... Quant à ta photo, Célestine elle est splendide, si sereine comme un désir le souhaiterait... mais le peut-t-il, le peut-on ?... tes migrateurs aquatiques immaculent de beauté le lieu comme ton passage en "rat" le long du lac des cygnes....
    Merci pour cet instant joyeux, qui rend infiniment le coeur heureux...
    Doux week-end à toi.
    Bisou amical.
    Den

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. pardon, le peut-il !!!
      Den

      Supprimer
    2. Peut-on atteindre la sérénité ? Tu as sûrement la réponse, toi, Den, moi j'en suis encore au « Ça dépend des fois »...J'aime beaucoup le « regard intérieur » que tu évoques... Il est vrai que j'ai souvent ce regard-là, mes amis l'ont maintes fois décelé, un regard un peu perdu dans mes contemplations intérieures, et comme voilé d'une légère brume...
      Oui j'étais assez contente (en toute prétention) de ce cliché, car il retranscrit bien plus que la simple image du lac avec les cygnes.
      Très bon week-end, chère poétesse
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    3. ....la sérénité.... "ça dépend des fois" aussi.... mais comme toi ma chère Célestine, j' y travaille....
      Pourtant, au coeur de ce temps silencieux, le regard intérieur pénètre l'invisible.... il permet, en pleine conscience du corps et de notre grandeur d'âme, la connexion avec soi, profondément, notre essence...
      Moi aussi je crois avoir ce regard légèrement embrumé... qui sait décrypter... on dit que j'ai des yeux de lynx, en référence à Lyncée, le roi qui conduisit Jason vers la quête de la Toison d'Or.... il possédait un don de voir à travers les murs..... je plaisante pour moi...mais un peu habitée....peut-être.... dans tous les cas protégée....
      Ta photo reflète bien ce que tu as voulu nous montrer...merci pour ce joli billet...
      A mon tour de te souhaiter un heureux week-end, comme tu aimeras.
      Bisou.
      Den

      Supprimer
    4. On reparlera sans doute de notre sixième sens quand nous nous rencontrerons...
      Belle fin de journée, Den
      Bisous
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  7. Il existe donc une Isaure Chassériau au Sud de la Loire ? C'est bon cygne !;-)

    Sinon, nénupharamineuse, la funambulle du jour ! Bravo !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Super mot-valise, j'adore !
      je ne savais pas qu'Isaure taquinait la chaussure de running...
      On en apprend tous les jours.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  8. Nous avons le même genre de potes :) Il me tarde d'aller les nourrir d'ailleurs :)
    Passe un bon week-end Célestine !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui c'est vrai que je devrais emporter quelques trognons de pain pour nourrir ces braves bêtes...En même temps, pendant les moments d'affluence, ils doivent être suralimentés, je ne m'inquiète pas pour eux !
      Bon weekend cher ange
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  9. Sais-tu que s'ils rappliquent comme ça c'est qu'ils espèrent juste quelque chose à becter ? Tu reconnais bien là mon pragmatisme légendaire ! Que veux tu, je suis né vilain petit canard de la poésie et le suis resté...
    N'empêche, ce billet, léger comme la plume au vent, retient toute mon attention: alors, comme ça, tu as un lac, toi ?? J'peux amener mes cannes à pêche ??? ;)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ta ta ta...c'est un genre que tu te donnes.Moi je sais que tout le monde est capable d'être un poète à ses heures... A seize heures, oui, mais à seize heures trente ?
      Mais oui, la municipalité munificente de notre ville nous a dotés d'un merveilleux lac aménagé, et je crois même en effet, y avoir aperçu quelques cannes à pêche... ^^
      Mais as tu un bob, une petite moustache et une bouteille de pastis au frais ? ;-)
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  10. Ah la puissance romanesque des lacs, de tous les lacs mais aussi des étangs de mon cher Valois nervalien. Mais tu ne dis rien des bancs au bord des lacs. Tu connais mon culte pour les lacs, mon préféré étang (???) Lac-aux-Dames de Vicky Baum, jamais lu mais qu'est-ce que j'aime ce titre, et les bancs, et aussi pour le blog de Celestine.
    ATTB Angel baby.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. S'asseoir sur un banc, et contempler la beauté profonde d'un temps qui suspend son vol...oui j'ai déjà connu des supplices plus terribles...
      Il ne m'étonnerait pas que dans les prochains jours, tu fasses un tour à la médiathèque pour emprunter « Lac aux Dames » ...
      kisses and attb
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    2. Un amour de cygnes, Celestine ! Je suis très heureux que tu sois de retour.
      Oui Eeguab, ton culte des lacs évoqué dans ton super poème Lac aux âmes, où il est question d'un cygne seul. Comme sur la pochette de Black Swan de Bert Jansch que tu as chroniqué.

      Supprimer
    3. J'avais oublié ce très beau poème de l'ami Claude.
      merci de me l'avoir remémoré, Patrick.
      Les lacs inspirent évidemment les poètes, et pas seulement Lamartine !
      Belle journée !
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  11. Oui, ne pas savoir lire ou philosopher a bien des avantages: les préoccupations fondamentales sont manger dormir se reproduire et jouer. Se défendre et attaquer quand c'est indispensable. Jouer, roupiller. Le monde tourne de la même façon pour eux, et s'il y a un grand boum ils n'y seront pas de manière pire que nous. Sans doute de manière moindre car n'entendant pas les gargouillis du monde "évolué" ils entendront, eux, que c'est la fin, la terre le leur dira, et ils auront même le temps de l'accepter...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ouh la la ! Un vrai sujet de philo !
      En même temps, on ne peut pas passer le reste de notre vie à regretter de ne pas être des animaux...
      Nous sommes humains et chaque geste quotidien devrait être pensé comme un petit pas de progrès en Humanité, en Humilité...
      Que le peuple ne sache pas lire ou philosopher...c'est le vieux rêve de ceux qui ont le pouvoir.
      A être des animaux, soyons des lions, des canards sauvages, plutôt que des moutons...
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  12. Superbe photo. Et très belle bannière également: le ciel blanc, la fille qui attend, tout légère sur son nénuphar et au loin ce voilier qui approche, plein de promesses insoupçonnées... En dit long tout ça, en dit long...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mes petits croquis en disent toujours plus long que ce que je ne crois moi-même...
      Et chacun y voit ce qu'il désire.
      Quel plaisir alors, de dessiner pour évoquer, déclencher des émotions.

      Supprimer
  13. en bord de Seine je les croise souvent mais ils me regardent toujours de haut. Je leur préfère les colverts, poules d'eau et autres ragondins

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bon c'est vrai qu'ils ont l'air un peu prétentieux...
      Mais ils ont une grâce légère.
      Mais j'aime aussi beaucoup les autres animaux que tu cites. la Seine redeviendrait-elle un écosystème digne de ce nom ?
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  14. Que de mots d'amour ont traversé les temps grâce à eux, ils en sont le symbole, tout autant qu'ils incarnent la grâce. En effet ou plutôt, sans effets, (arrêtons de faire couler de l'encre avec le rose flamant) tu n'aurais pas dépareillé en te baignant avec eux. A Bruges , t'en souviens-tu, le lac où sont les cygnes, porte le nom de "lac d'amour" et c'est bien là , peut être, que pose ta dernière funambule, amusée des orages qu'elles vient de traverser et dont elle ressort avec encore plus de courage pour les jours à venir. Bises fidèles

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Qu'est-ce que j'aimerais aller voir le Lac d'amour à Bruges !
      Je compte bien avoir cette chance un jour, visiter Bruges avec mon amie Adrienne...et toi, pourquoi pas ?
      Bisous soeurette
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    2. OK prenons rendez-vous. Chiche, pas cap. Mais trouverons nous l'amour au bord du lac ? Peu importe nous partagerons l'amitié et.... Les cygnes. Sais-tu que sur ce lac d'amour, ils sont tatoués ? Bises belges

      Supprimer
    3. Comment ça, chiche pas cap ? Tu me connais mal, alors...
      Je vais toujours au bout des projets qui n'engagent que moi... ;-)
      L'amitié et les cygnes, ça me va bien.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  15. ah ça! je veux bien venir avec toi autour de ce lac, trottiner doucement pour mettre son souffle en accord avec le lieu, c'est ainsi que je cours à présent et non plus comme une dératée (rat rate?)merci pour ta photo douce célestine

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah oui, courir doucement, sans brusquer les articulations, voilà le secret pour trouver du plaisir et non de la douleur...
      Courir en méditant. faire du "yoga-running"en somme...
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  16. Bonjour Célestine,
    La photo est sympa et le sujet aussi. Ce qui m'épate le plus chez les cygnes, c'est leur envol...Mais je ne les effraierai absolument pas pour le provoquer.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Si c'est un connaisseur qui me le dit...
      C'est vrai que c'est beau, un cygne qui s'envole...un peu comme un flamant rose (pardon Chinou)
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  17. Et ça pèse combien ces trucs, plumés, vidés, prêts à cuire, quoi?
    Et qu'est ce qu'il faut privilégier comme légumes, avec?
    Réponds que je compare avec une vielle recette ( ça va de soi ) moyen-âgeuse que j'ai récupérée je sais plus où.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Y a-t-il des petits oignons dans ta recette ? Et des câpres ?
      Sinon c'est pas la peine...
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  18. Superbe endroit...tes cygnes ont bon goût...
    Ces oiseaux purs au port majestueux m'ont toujours fascinée...
    sans doute, parce qu'enfant, j'adorais l'histoire du "vilain petit canard"... ;-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Cette histoire me faisait pleurer quand j'étais petite.
      Sans doute la trouvais-je injuste... ;-)
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    2. Oui...mais elle finit bien ! :-)

      Supprimer
    3. Elle me fait toujours pleurer et j'ai 65 ans.
      Mme Chapeau.

      Supprimer
    4. Clarissa Pinkola Estes dit de très belles choses sur ce conte :

      http://monblog.ch/edu-psy/?p=200811212231444

      Supprimer
    5. Oui, merci, j'ai lu l'article. Ça me rappelle Psychanalyse des Contes de fées, de Bettelheim.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    6. Rien à voir... si ce n'est le sujet...
      "Femmes qui courent avec les loups" est beaucoup, beaucoup plus subtil...
      Je suis d'ailleurs sûre que ce livre te plairait... :-)

      Supprimer
    7. Peut-être. Les goûts et les couleurs, tu sais...
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    8. Dommage.
      C'est un livre que j'ai souvent offert...parce qu'au-delà de la dimension psychanalytique ou psychologique, c'est un livre qui est parcouru par un incroyable souffle de vie et de créativité, un livre très profond, très positif, un livre qui "fait du bien"...
      Un livre qui livre les clés du mystère féminin, aussi...


      Il est effectivement possible que tu n'aies pas besoin de le lire, Célestine...car tu vis déjà l'essentiel de ce qui y est dit...

      Mais pour celles (et ceux) qui passeraient ici et qui seraient curieuses...voici la quatrième de couverture :

      Chaque femme porte en elle une force naturelle riche de dons créateurs, de bons instincts et d'un savoir immémorial.
      Chaque femme a en elle la Femme Sauvage.
      Mais la Femme Sauvage, comme la nature sauvage, comme l'animal sauvage, est victime de la civilisation. La société, la culture la traquent, la capturent, la musellent, afin qu'elle entre dans le moule réducteur des rôles qui lui sont assignés et ne puisse entendre la voix généreuse issue de son âme profonde.

      Pourtant, si éloignées que nous soyons de la Femme Sauvage, notre nature instinctuelle, nous sentons sa présence. Nous la rencontrons dans nos rêves, dans notre psyché. Nous entendons son appel. C'est à nous d'y répondre, de retourner vers elle dont nous avons, au fond de nous-mêmes, tant envie et tant besoin.

      De par sa double tradition de psychanalyste et de conteuse, Clarissa Pinkola Estés nous aide à entreprendre la démarche grâce à cet ouvrage unique, parcouru par le souffle d'une immense générosité.

      Supprimer
    9. La subtilité est une notion éminemment subjective.
      Je pense qu'il y a certainement beaucoup de subtilité dans ce livre là, bien que je me méfie un peu des gros succès et des best-sellers. On me l'a offert mais je n'ai pas encore eu le temps de lire. Mais il y en beaucoup de subtilité aussi dans le livre de Bettelheim qui a peut-être fait moins de bruit, mais qui m'a beaucoup aidée dans ma carrière d'enseignante.
      Mais c'est vrai il faudrait que je lise l'autre livre pour être objective.

      Supprimer
  19. il suffira d'un ,heu! (plusieurs signes)un matin,un matin trop tranquille ... Belle photographie,on dirait une carte postale.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Eh bien non, ce n'est pas une carte postale, de temps en temps j'arrive à faire une photo qui me plaît bien.
      merci de ton passage, xoulec, je te rajoute à mon totem.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  20. Un beau moment de partage avec la nature. Ici les cygnes sont habitués à être approchés et se laissent parfois toucher mais il faut rester méfiant.
    J'ai eu la chance d'assister lors de la saison des amours à un spectacle magique qui a très peu duré mais j'ai immortalisé l'instant.
    Tu es la Hello Kitty du lac !
    https://hisvelles.files.wordpress.com/2016/04/un-bisou.jpg?w=670&h=447

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Très joli ton bisou de paons...
      Hello Kitty...oui sans doute un peu, tout au fond de moi.
      Kisses
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  21. Très belle photo accompagnée d'une belle histoire. Bravo! Bon dimanche. Nassy

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci et bienvenue sur mon totem.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  22. Bel endroit où la sérénité semble reine. Sympas tes potes blancs. Bisous

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai aussi des potes noirs mais ils n'étaient pas sur la photo ce jour-là... hihi !
      Bisous
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    2. C'est pas un aigle j'espère.

      Supprimer
    3. On ne dit pas un aigle. On dit un oiseau de couleur !
      mouarf!
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  23. mouarf, mouarf ! :D il faut que Barbara réécrive sa chanson !

    RépondreSupprimer
  24. Heureusement que la Fontaine n'a pas indiqué de couleur pour son corbeau ;-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le politiquement correct n'avait pas encore lieu au XVII° siècle... ^^

      Supprimer
  25. J'aime bien aussi les lacs - comme quelqu'un le dit si justement un peu plus haut... Le lac d'Annecy, le lac de Genève... Et plus modestement, le lac de Genval (2 km à tout casser), dans la banlieue bruxelloise, mais avec un jet d'eau.

    Je t'admire de courir car j'en suis bien incapable, sauf courir après un tram, j'ai toujours été très mauvaise coureuse (mon sommet fut un cross de 2 km en moins de 10 minutes - 9 minutes et quelque et je n'étais pas la dernière, heureusement, mais presque).

    Heureusement, le vilain petit canard finissait bien. D'ailleurs, les jeunes cygnes ne sont pas si laids que cela. Enfin, je trouve, mais la joie, hum, chez Andersen...

    Bruges... Et Gand o;))) Moins touristique, mais avec un tel charme o:))) Enfin, c'est beaucoup plus vaste aussi et moins près de la mer....

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. 2 km en 9 mn, je peux te dire que c'était pas mal du tout ! Je suis loin du compte actuellement...puisque mon objectif est de les faire en 14 minutes...
      Tu me ferais visiter ton lac, le jet d'eau, et Gand, si je venais en Belgique prochainement ? Ce serait chouette !
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    2. @ Pivoine
      Hormis les 200 m qui sépare le Pont du Mont-Blanc de l'embouchure du Lac Léman, il n'y a pas de lac de Genève...
      Allez, je le fais à la louche:
      35% du lac Léman est français
      60% du même lac est vaudois
      les 5% restants sont à partager entre le canton du Valais et celui de Genève.
      D'où vient donc cette idée saugrenue que la lac Léman puisse s'appeler le lac de Genève ?
      Les Vaudois, et j'en suis un de sorte, n'ont jamais compris ça :-)
      (C'est encore un coup des Pique-meurons" **)
      Comme il n'y a pas non plus de lac de Constance à l'autre bout de la Suisse, mais le Bodansee (ou lac du Bodan en français).
      Enlevons donc des paluches de Calvin ce qui ne lui appartient pas et les lacs seront bien gardés...
      Bises et baci à la patronne
      ** Ou voleurs de mûres, surnom donnés aux Genevois (par les Vaudois, bien sûr :-D )

      Supprimer
    3. Ah...la ballade des gens qui sont nés quelque part...
      Sous ta plume, c'est aussi chouette que sous celle du grand Georges ! Et je pèse mes mots, Blutchy Amo. j'adore quand ton sang vaudois ne fait qu'un tour... hihi !
      Ti bacio forte
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    4. La seule parenté de ma plume avec celle du grand Georges, c'est un deuxième degré goguenard, parce que la rivalité Vaud-Genève, c'est un peu le marché de Brives la Gaillarde...

      Supprimer
    5. Mais oui, je te taquinais...
      C'est pour te dire que tu me manques...
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    6. Mon très cher Blutch, notre Brive, comme je viens de l'écrire ne prend pas de ' s ' à la fin. Le bled qui en prend un, c'est celui qui se trouve chez les sauvages, en Auvergne...

      Supprimer
    7. Ah, j'oubliais de te remercier, ma petite Celle qui es si mignonne: tu m'as fait penser à aller écouter Stivell et son magnifique ' an Alarc'h '. Je me dirige maintenant vers la soupe. Ah oui, hein, c'est pas les horaires classiques...

      Supprimer
    8. J'en suis bien contente, mon petit Bof. Et moi, j'aime les horaires décalés...
      An'Alarch...magnifique...le cygne de Montfort...
      Connais-tu la version de Didier Squiban ?
      gros bisous et bonne soupe !

      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  26. Quel joli paysage, très chère amie !
    Bucolique et romantique à la fois...Je me souviens, au bord de la Marne...les cygnes...il y a longtemps...
    ~L~

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il est vrai que les cygnes sont depuis très longtemps les compagnons des promenades calmes...
      Bien à vous, cher Lorenzaccio
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  27. Jolie photo. Tu leur as fait une offrande pour les remercier ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. je leur ai dit que j'allais parler d'eux sur mon blog.
      Ils ont été fort aise de l'apprendre !
      ¸¸.•*¨*• ☆ !

      Supprimer
  28. Ah! Le ciel est redevenu clair (sur ta bannière) et la princesse ne cache plus son visage ^^
    Bisous :-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, ça va beaucoup mieux...
      L'orage s'éloigne.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  29. Un cygne ? ça n'est jamais qu'un canard qui se monte le cou ];-D

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il se hausse du col, veux-tu dire ! hé hé !
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    2. Je voulais même écrire le cygne ? Un canard qui tire son cou !
      Mais tu me connais je suis très pudique ];-D

      Supprimer
  30. Ils sont bien beaux tes potes ! je t'admire dans ce que tu entreprends. Courir ... j'y pense et puis j'oublie ! je cours juste après la sérénité....
    Marcher dans les bois, c'est déjà pas mal. Continue à faire le flamand rose. Cà doit t'aller super bien ...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui le rose est bien visible dans les bois...Ça évite de se faire tirer comme un lapin par les chasseurs...
      la sérénité, tu la rattraperas, tu es en bonne voie ^^

      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  31. Petit poème :

    Cygnes
    Blancs sur l'eau calme
    Majesté du silence
    Savourant la lumière
    Splendeur des cous ployés
    A la courbe parfaite

    Signes
    Noirs sur nos âmes
    Mages nés d'une errance
    Saveur lente des mots-lierre
    Candeur d'un coup broyée
    Dans la nuit d'une défaite

    C'est le flot qui vous porte
    Vers des contrées perdues
    Passant par les eaux mortes
    Pour gagner l'inconnu...

    La Licorne

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci pour ce poème, la Licorne.
      Mystérieux. Un peu triste.

      Supprimer
  32. Courir, non ... Je trouve que l'on court déjà trop après le temps, non ?
    Alors je marche, et je regarde le ciel où là aussi je vois des signes dans les nuages, dans les reflets de soleil sur l'eau ... On interprète ce que l'on veut avec ce qu'on veut, mais le principal c'est de sentir en phase avec soi-même ;)
    Gros bisous et bonne nuit ;)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je pratique aussi la méditation en marchant, courir c'est juste pour bouger un peu mes fesses et ne pas me laisser envahir par la mollitude...
      Beijinhos, petite Marie
      ♥︎

      Supprimer
  33. Tu cours ? Moi, je marche. :-)
    Je suis sûre que les cygnes te reconnaissent.
    Hier, lors d'une randonnée avec ma soeur, nous avons longé une propriété (fermée heureusement) où se trouvaient des oies, qui criaient bien évidemment, et un magnifique dindon. Cela faisait très longtemps que je n'avais pas vu un dindon, des dindes oui, mais un dindon ! Il était très beau, mais très impressionnant aussi. Il longeait la barrière et ne nous quittait pas des yeux. Nous ne nous sommes pas attardées, la barrière n'était pas très haute... (sourire)
    Une douce nuit à toi, la belle, et de gros bisous.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui ces bestioles sont impressionnantes, parce que nous n'avons plus trop l'habitude d'en voir...Quand j'étais petite, j'en avais peur, il y avait chez les voisines ( deux vieilles filles que nous appelions les "tatas des poules ") toute une basse-cour. Poules, canards et dindon.Et les oies sifflaient et voulaient nous attraper les mollets pour les pincer, comme dans les contes du Chat Perché de Marcel Aymé...
      Bisous belle nuit à toi aussi, Françoise
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer

Je lis tous vos petits grains de sel. Je n'ai pas toujours le temps de répondre tout de suite. Mais je finis toujours par le faire. Vous êtes mon eau vive, mon rayon de soleil, ma force tranquille.
Merci par avance pour tout ce que vous écrirez.
Merci de faire vivre mes mots par votre écoute.