mardi 31 mai 2016

Parc Monceau



Rainy night


































Paris avait revêtu son ciel de plomb fondu. Tout luisait de verdure trempée, sous des trombes d’eau.
Sous mon parapluie qui luttait de ses maigres baleines contre un vent méchant, je marchais. La solitude m’emplissait et me faisait presque du bien après ce week-end impétueux et sonore, plein de rires et de joie.

La pluie balançait à l'aveuglette ses gifles froides. Ruisselante, sous les colonnades antiques, les gloriettes végétales, les arbres centenaires. 
J'ai fait plusieurs fois le tour du parc. 
Mais je n'ai vu que des canards.
Serrée dans mon écharpe de laine, je me suis dit que Paris en mai avait des allures de novembre. C'était beau et un peu triste. Comme un rendez-vous manqué. 
D'un côté c'est commode la pluie, ça confond les larmes...On a toujours une ou deux raisons d'être triste, n'est-ce pas, quand il pleut ?
Et puis on se dit que la vie a ses hauts et ses bas. Et qu'il faudrait que les bas nous fassent une belle jambe...




Et puis soudain mon ami Walrus m'a redonné le sourire dans son dernier billet, en établissant à mon propos de bizarres corrélations...contre lesquelles évidemment je m'inscris en faux ! 
:-)

































              









121 commentaires:

  1. Ce n'est pas ton billet qui va me rabibocher avec la capitale !
    Et encore tu n'as pas pris la foudre dans le parc ! :(
    Je vais te dire... Ici, il fait très très beau. 26° à l'ombre. Bon d'accord, y'a du mistral. Mais il fait très très très beau !! :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pourtant il y avait une lumière particulière dans ce parc, et sous mon coin de parapluie ...il y avait une ambiance à la Brassens...
      je suis sûre que tu aurais aimé la pluie :-P
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  2. Cela me rappelle une promenade sous un seul et mēme parapluie dans un autre parc de Paris ..... Ça fait longtemps déjà ��....

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oh oui je me souviens, Myo...le Jardin du Luxembourg... Il faudra remettre ça maintenant que je ne suis plus obligée d'attendre les vacances scolaires ^^
      Kisses my sister

      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  3. Paris est un des rares endroits où je me moque de la pluie.

    Bleck

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est tout à fait ça ! ;-)
      Quelque chose que peu de gens comprennent.
      Et si j'étais triste hier, en fait, ce n'était pas du tout à cause de la pluie.
      Mais plutôt parce que j'ai du mal à me séparer des gens que j'aime.
      Bisous belle journée
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  4. Tes photos sont bien jolies même sous le gris.

    J'ai lu il y a quelques années un joli petit livre de Dominique LOREAU qui ne parle que de pluie. Je me suis délectée. La pluie y était magnifiée.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oh merci beaucoup du tuyau Suzame.
      Je suis allée voir la présentation du livre « Aimer la pluie, aimer la vie »
      J'aime beaucoup ce qui en est dit:
      Grâce à ce livre, vous allez apprendre comment la pluie peut changer votre perception du monde et vous ouvrir à un univers infini de sensations.
      Wouèèè ! ça donne envie d'en savoir plus !
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  5. C'est bien ce que je te disais dans mon dernier commentaire: c'est mieux quand il fait beau! Et tu t'exposes à la foudre, en plus, avec ton parapluie? Tu veux traumatiser tout ton lectorat?
    J'espère que ce n'est pas la première fois que tu voyais le parc Monceau, car par ce temps, pour une première, ce n'est pas de chance, surtout avec ce qu'il est tombé hier.
    Pour ma part, je l'ai vu souvent, et par tous les temps. Avec le soleil, c'est tellement beau.... surtout quand on est accompagnés d'un homme magnifique :-)
    Avec la pluie effectivement cela donne du vague à l'âme...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Eh bien non, je ne regrette pas. Pour une première , c'est une première qui restera dans ma mémoire, justement pour cela. Hier il n'y avait aucun risque de foudre, c'était une pluie sans orage.Sans bruit. Juste un glou-glou continu.
      J'avais donné un rendez-vous au Hasard, mais le Hasard n'a pas pu venir.
      C'était quand même romantique, même seule.
      J'apprends à me satisfaire des petites joies de l'existence, et à mettre en pratique toutes les théories qui disent que le bonheur est en soi et qu'il ne doit pas dépendre des autres.
      Bon cela dit, avec un homme magnifique c'est pas mal non plus !
      Mais voilà, aucun n'était dispo hier... lol !
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    2. Se satisfaire des petites joies ce n'est plus une théorie quand on le vit, comme tu le dis..
      C'est une expérience vécue... Une porte ouverte sur le bonheur.
      Et comme homme magnifique... Je suis lā bien sûr 😇

      Supprimer
    3. Ben oui je sais bien...pour moi, c'est une très belle expérience, mais pour certains ça reste une théorie, et chacun voit midi à sa porte...
      Je sais aussi que tu es un homme magnifique, Alain.
      D'ailleurs tu réponds toujours présent quand j'ai besoin d'une oreille attentive, et je t'en remercie.
      Pouvoir compter sur quelques amis est une chose éminemment précieuse, quoi qu'on dise.
      Bises zémues
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    4. Merci pour tes mots....
      Tu as raison, pour certains c'est "théorisé" ce que tu as exprimé, sans aucune expérience personnelle. On peut l'enseigner en effet.... sans y croire.... et même en doutant un maximum.....
      Té réponse me rappelle tous ces bouquins, creux, ces conférences vides, et choses du genre.... On peut juste se consoler en se disant qu'il arrive parfois que malgré tout cela tombe dans de bonnes terres intérieures, prêtes à germer.
      Une bonne manière de faire la nique aux imbéciles…

      Supprimer
    5. Dans le fatras des publications « psy » en effet, il est difficile de séparer le bon grain de l'ivraie...
      Et il y a tant de charlatans.
      Mais après tout, si certains y trouvent de quoi aller mieux...
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    6. Mais souvent le bon grain mène à l'ivresse :-)

      Supprimer
    7. Wouaou, c'est pas tes horaires ça, mon Blutchy !
      Ça se voit qu'il pleut...
      Baci per te
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  6. accompagnée, pardon. Mes propres souvenirs m'en font perdre mon orthographe ;-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. On peut être au masculin aussi, non ?
      Il faut de tout pour faire un monde... ;-)
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  7. "il pleure dans mon coeur
    Comme il pleut sur la ville
    Quelle est cette langueur
    Qui pénètre dans mon coeur ?

    Ô bruit doux de la pluie
    Par terre et sur les toits !
    Pour un coeur qui s'ennuie,
    Ô le chant de la pluie !

    Il pleure sans raison
    Dans ce coeur qui s'écoeure.
    Quoi ! nulle trahison ?...
    Ce deuil est sans raison.

    C'est bien la pire peine
    De ne savoir pourquoi
    Sans amour et sans haine
    Mon coeur a tant de peine".

    Paul Verlaine

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah oui, voilà...j'ai éprouvé le spleen de Paris cher à Baudelaire, et une langueur très verlainienne...
      En moins désespéré quand même.
      Mais il est vrai que cela fait du bien, parfois, de laisser aller ses larmes.
      Ça lave de l'intérieur.
      Merci Den pour ce choix poétique.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  8. Dix ans que je n'ai plus mis les pieds à Paris (les pneus sur le périph, si).
    J'y étais allé en février (anniversaire de mariage oblige), faisait pas beau beau. C'était à l'époque où j'étais encore bourré... de cortisone. Ça ne me manque pas, ni Paris, ni la cortisone :-)
    http://storage.canalblog.com/41/93/1240604/110950166.jpg

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Moi j'aime Paris.
      J'y ai de très beaux souvenirs, et c'est une ville dont je ne veux voir que les bons côtés.
      Comme un tableau.
      En plus, il va falloir que j'y retourne pour que tu puisses vérifier ta théorie corrélative ;-)
      Mais y vivre, ça non, je ne pourrais pas.
      Tu lui as quand même fait un beau cadeau à ta douce, même s'il a l'air d'être un peu obligé pour toi...
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    2. Oh, elle, elle y va chaque année : avec ses copines de l'atelier de peinture sur soie, elles ont trouvé une combine pour obtenir des billets de Thalys (aller-retour première classe, petit-déjeuner et dîner compris) à prix plancher. Alors elle vont soi-disant acheter de la soie chez Ponsard (métro Filles du Calvaire) en juilet. Elles en profitent surtout pour se promener dans Paris. Moi, je garde le chien ;-)

      Supprimer
    3. Hé hé ! Faut-il vraiment prendre un prétexte pour monter à Paris ? (Eh oui, moi je « monte » à Paris en bonne provinciale...)
      Cela dit, Il existe un truc bien pire que de se promener seule, c'est d'y trainer quelqu'un qui n'a pas envie d'y aller...Je parle d'expérience ! ^^
      Et puis c'te pauv' bête te donne l'occasion de bien jolies promenades intérieures :-P
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    4. Question de cartographie, nous on descend sur Paris !

      Supprimer
    5. Eh oui, je sais bien...
      Note que parfois, on dit qu'on « fait une descente »...
      Quel bonheur la langue française ^^
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    6. "... Il existe un truc bien pire que de se promener seule..." A mon avis pour se découvrir une ville (un paysage, ça me semble différent) rien ne vaut la solitude, rien ne vaut une ou deux journées devant soi, une carte bleue au fond de la poche une bouteille de bonnes chaussures peu de programme et puis se perdre seul, au gré de ses envies... j'adore ça !

      Bleck

      Supprimer
    7. Ah vu comme ça, oui, ça fait envie...
      la Liberté avec deux grandes ailes.
      Mais à deux, c'est bien aussi.
      Le mieux, c'est de varier les plaisirs ^^
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  9. Belle évocation de la pluie...
    (Un peu compliqué d'écrire. J'ai perdu mon précédent commentaire.
    Bonne journée

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai cherché dans les spams, cher Jacques, mais je n'ai rien trouvé.
      Dommage, j'aurais bien aimé lire ce commentaire là... :-(
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    2. Désolé.il était question de pluie, de celestine et d'art d'écrire mais les idées du matin sont tellement éphémères qu'à peine posées sur le papier elles disparaissent de la mémoire. Ainsi va le cours de l'écriture....et de la vie peut-être....

      Supprimer
    3. Ah j'ai d'autant plus de regrets...
      Et les copié-collés, monsieur Jacques, avant de cliquer sur « envoyer » ? Ce n'est pas fait pour les coccinelles ...
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  10. Belle prose, pour peu on s'y croirait... Avec en plus comme une tendance à susciter ce que les allemands appellent "fernweh": la nostalgie de l'ailleurs...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est sans doute ce que les amateurs de sigles appellent de nos jours le FOMO...
      Fear Of Missing Out...
      Je crois que tu n'avais pas commenté ce billet...
      Merci pour la « belle prose » c'est une des rares choses que je fasse très bien...
      Pour le reste, je suis trop dispersée apparemment... :-)
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  11. Que veux tu Célestine, les provinciaux, Monceau les minent ];-D

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Muahahahaha ! T'en as pas marre d'être excellent ? Tu veux qu'on t'appelle Dieu, en toute simplicité ?
      En tous cas, t'es un beau lâcheur...tu aurais pu venir un moment sous mon parapluie et quitter Roland Garros, quand même ! Et même tu m'aurais payé un chocolat chaud, j'aurais pas dit non...
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    2. Mais c'est qu'il serait même méprisant le Parigot...
      Ce jour-là, c'était le parc Mon Seau.
      Baci Cara
      Et la Captcha me réclame des lacs...

      Supprimer
    3. Ne va pas pleurer des rivières, hein...
      ;-)

      Supprimer
  12. C'est Assez romantique d'être à Paris sous la pluie…
    Mon beau souvenir du genre, c'était au Trocadéro..
    Elle était belle et ses baisers mouillés… Forcément…
    😉

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Forcément...
      Et pas que...
      Bon oui je sais, ça c'est pas romantique !
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    2. rho ..... !!
      Mais tu as raison… j'ai pu le vérifier un peu plus tard…
      ( ça non plus c'est pas vraiment romantique… :-) )

      Supprimer
    3. Et pourtant ça fait partie du jeu...
      Et c'est pas le côté le plus désagréable ...

      Supprimer
    4. C'est même tout l'inverse !!!

      Supprimer
    5. Ben oui ^^
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    6. Jdissa, en mode Jdissa02 juin, 2016 06:53

      Ben tiens !... :oD

      Supprimer
  13. Au parc Monceau, jolie chanson d'Yves Duteil, chanteur injustement délaissé.
    Ton billet me fait un bel effet, mélancolique, mais j'aime ça. Ca me rappelle aussi une autre vieille chanson de Joe Dassin, Le Luxembourg où "Il y a des étudiants qui rêvent qu'ils ont fini leurs études, et des professeurs qui rêvent qu'ils les commencent".
    Décdémént ton vieux complice plutôt folk-blues-rockeux a l'âme chanson française. Je t'embrasse Angel Baby et ATTB.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il y a des trésors dans la chanson française.
      J'écoute Louis Chedid en boucle, et certaines de ses chansons sont des pépites...
      La phrase de Joe Dassin rejoint un peu le fernweh allemand évoqué par l'Homme un peu plus haut.
      Cette sensation que ce qui est bon pour nous est loin de nous, cette envie de ce que l'on n'a pas...
      Kisses and atttb
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  14. Célestine et Walrus... Les frères Jacques ont chanté leur chanson, à ces deux-là ! ;-)

    https://www.youtube.com/watch?v=1q4diF0S9rk

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah oui, la belle chanson que voilà !
      Mais comme les mariages, les idylles pluvieuses ne sont-elles pas des idylles heureuses?
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    2. Si ce n'est qu'il y a abus de langage. Il faut lire: mariage plus vieux. Donc pas d'autre corrélation avec la flotte que celle qui a passé sous le Pont des Arts avant la cérémonie...

      Autrement, c'est vrai que les Frères Jacques méritent d'être redécouverts.

      Supprimer
    3. Ce n'est pas ce qui est dit ICI ! Alors qui croire ?
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  15. hé oui tu as rencontré l'arbre! mais l'as tu reconnu?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Eh bien, sous la pluie, j'avoue que j'ai eu beau me mettre au même endroit, et cadrer à peur près de la même façon, Grand Mère Feuillage avait un grand trait blanc qui lui barrait le visage...
      Et puis je n'ai pas ton talent, loin s'en faut ... ;-)

      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  16. Oui Celestine, l'arbre de Grand Mère Feuillage. T'as t-il parlé ? Il ne semble pas en avoir trop envie sous la pluie.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Non, il était aussi triste que moi...Peut-être pleurait-il la foudre qui est tombée samedi et qui a blessé des enfants en pleins jeux ?
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  17. mieux vaut cacher son chagrin et rester silencieux...ipse dixit

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Parfois, partager un chagrin fait du bien...
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    2. Certes. Sans doute suis-je prisonnier de ma culture et de mon éducation. Take care of me. Rapha

      Supprimer
    3. Cela vaut mieux que tous ces gens qui n'ont ni culture ni éducation...
      Take care of you
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  18. Paris a donc eu le coup de foudre pour toi....
    Mais pourrait-il en être autrement :-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. A moins que je ne l'ai eu pour lui...
      Mais le compliment fait mouche, caro mio
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  19. Tu n'as vraiment pas de chance . Tu aurais du m'emboîter le pas : Batignolles, Monceau, Trocadéro, j'ai tout fait sous.....le soleil puis vint Passy...sous la pluie et j'ai fini en apothéose : je suis allée voir Dieu "lui ai parlé d'un certain coup de foudre assassin " qui avait mis 11 enfants en danger ainsi que de celui qu'il faisait germer dans mon coeur . Il m'a alors demandé de rentrer dans les ordres et çà je te le raconterai plus tard.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai pourtant marché dans tes pas, Chinou, j'ai senti ton parfum, mais le soleil que nenni, tu n'en as point laissé...
      J'espère que Dieu a été sympa avec toi, ma chère...
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  20. Paris symbole, Paris mystère.
    L'on peut y rire autant qu'y pleurer,
    Comme son ciel qui ne sait où donner des nuages.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'aime beaucoup y rire, mais je ne déteste pas y pleurer...
      Cela fait partie de Paris, ce ciel qui bave...
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  21. Comme un rendez-vous manqué ? Mais il y en aura d'autres rendez-vous, et cette fois, sous le soleil, j'en suis sûre ! :-)
    Bonne soirée, Célestine. Gros bisous.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je l'espère bien, chère Françoise.
      Les rendez-vous manqués ne sont pas forcément tristes, d'ailleurs.
      Bisous
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  22. L'occasion de tester le fameux chocolat chaud d'Angelina, sous la pluie, il n'en est que meilleur ! (et puis soyons fou, rajoutons un MontBlanc au diable calories et porte monnaie)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. je ne connais pas le chocolat chaud d'Angelina, mais à t'entendre il gagnerait à être connu, c'est bien ça... ?
      Miam, chère bulle, tu es gourmande
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  23. Pour moi, la pluie m'apaise... Elle refroidie les laves de ma fureur...
    De plus, point de pluie dans le Var...
    J'ai passé la journée sous le soleil, à préparer l'emplacement d'une piscine pour un ami. Piscine que je boycotterai...
    La foudre de Walrus m'a fait rire, comme quoi il a disjoncté sous la surcharge...
    Et puis, les hommes sont si facilement impressionnables...
    (Comme d'accoutumé je continue à jouer au chat et à la souris : j'ai encore changé l'adresse de mon blog et recommencé à zéro...)
    A ne pas suivre pour raison de risque de désorientation...
    ;-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Et si j'ai envie de te suivre, toi qui avais encore disparu sans laisser d'adresse, que la pauvre Célestine était toute triste, peuchère...
      Il n'y avait bien que dans le Var qu'il n'y avait pas de pluie aujourd'hui...
      Même chez moi c'était le déluge. ;-)
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  24. Kangourou Agile01 juin, 2016 08:27

    Quand on a connu le désert comme moi, on aime la pluie, on danse la pluie, on ne se plaint jamais de la pluie.

    :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah oui, j'imagine que lorsque l'on a connu le désert, on aime la pluie...
      Tout est relatif, et les gens ne sont jamais contents de leur sort.
      Bises cher kangourou
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  25. Le Parc Monceau...je connais bien, du temps de ma folle jeunesse j'y donnais mes rendez-vous galants...
    Quel joli billet ! je vous imagine sous votre parapluie, délicieuse enfant.
    ~L~

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le Parc est en effet très propice aux rendez-vous galants...
      mais ce jour-là, les amoureux avaient déserté la place et il n'y avait qu'une petite folle comme moi pour arpenter ses jolies allées noyées de pluie...Mais je ne regrette rien, c'était vraiment beau.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  26. Quel dommage....Paris sous la pluie ! Le temps n'a guère été sympa avec toi. J'aime beaucoup le parc Monceau. Il s'en dégage un certain romantisme. A vrai dire j'aime Paris même quand il pleut. Ville grouillante, culturelle, riche d'un patrimoine exceptionnel. S'asseoir à la terrasse d'un café et regarder les passants ( surtout les belles femmes !), flâner sur les quais de Seine, grimper à Montmartre. Ah, là là !!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. En quelques mots, tu as fait un beau résumé des flâneries parisiennes...
      Toutes ces choses du Paris éternel, de Doisneau à Prévert en passant par Brassens.
      Paris est une ville très littéraire, quoi qu'on en dise.
      Belle journée mon cher Daniel
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  27. Quand l’amour, nous prend dans son escarcelle, aucune pluie, aucun tonnerre, ne peuvent entacher ni empêcher la vie de galoper ; Walrus a su trouver les mots pour dire que même la pluie a eu un coup de foudre pour l’étoile passante et le ciel était dans tous ses états.
    Très beau texte inspiré et plein de poésie. Bisous fleuris sous la pluie céleste.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah Bizak, ça faisait longtemps que tu n'étais pas venu poser tes pattes de poète sur ma confiture !
      Tu n'as pas très beau temps pour un mois de juin en France...
      Bisous étoilés et mouillés
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    2. Te voyant mouillée, j'attendais un peu que la confiture prenne un peu de couleur.
      Pour un mois de juin, l'eau s'amène en trombe comme si elle voulait rattraper les mois pluvieux qu'elle n'avait pas honorés à temps.

      Supprimer
    3. Le printemps tient ses promesses en engrangeant dans les citernes l'eau qui nous manquera quand l'été s'enflammera.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  28. Trop étriqué, travaillé, bétonné, c'est loin d'être mon parc parisien préféré mais j'y vais parfois car un de mes amis habite juste à côté.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Moi je l'ai trouvé très romantique et très vert.
      Mais je l'ai vu avec mes lunettes roses ! :-)

      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    2. Toi aussi tu as trouvé des lunettes roses !? Elles valent tout l'or du monde et j'essaie de ne jamais m'en séparer. Le bonheur est partout puisqu'il est en nous. Il faut savoir ouvrir la porte pour qu'il exulte et ce n'est pas parce qu'il pleut qu'on ne peut pas aller humer la fraîcheur d'un parc "mon sot". Je m'adresse à Célestin bien sûr !!!!!!!

      Supprimer
    3. Lunettes roses...ou voile rose, comme en a si bien parlé une amie à moi dans ce billet...
      Oui, le bonheur est en nous...C'est bon de se le répéter encore et encore...
      Bisous Lauriza
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  29. Il a plu à Sceaux également ;-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. MDR !
      J'apprends qu'il a également plu à Vers et à Torrent.Je déduis de ton message que l'abonnement à ma newsletter a bien marché ;-)

      Bises, prends soin de toi.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  30. “Le chemin est sans fin. Dans la forêt de la vie, c’est comme
    un entrelacs qui perpétuellement se lie et se délie. Les vides se
    remplissent, les noeuds s’aplanissent, les pleins se dévident.
    Morts et défunts communient, communiquent. La forêt se nourrit et
    s’accroît de l’humus, les feuilles, toutes différentes dans
    l’arbre qui les a vues naître, se réunissent sur la terre et
    nourrissent. Point ne pourrissent, mais se font nourricières.
    L’humanité vit grâce à cette harmonie…Il en va dans la mort
    comme dans la vie, des âmes méchantes et des âmes bonnes. La
    mort, tu dois l’apprendre, n’est que le milieu d’une longue
    vie. Et, tant que le monde dure, il y a des instants particuliers
    durant lesquels tous nous sommes réunis. D’ailleurs on ne dit pas
    “les morts“, mais “l‘anaon“, ce sont les âmes, les âmes
    vivantes dans une autre vie qui reviennent. Il y a des temps
    proprices à ces retours, les mêmes temps qui rythment la vie des
    hommes, les saisons.

    Huelgoat- le chaos

    Au moment de l’été, nous faisons de grands feux, les
    “tantad“. Puis les gens font cercle autour du “tantad“, on
    dit une prière et après une ronde, au troisième tour de la ronde,
    chacun se baisse et ramasse un caillou qu’il jette dans le feu.
    Dès lors, la pierre s’appelle “an anaon“. Quand le feu a fini
    de flamber, les âmes viennent se chauffer autour des braises et, au
    rythme de la musique, âmes et humains dansent ensemble. C’est
    comme la ronde des étoiles dans le ciel. Au soir du premier jour du
    “miz” (le mois “noir”, novembre), on faisait aussi une
    tourte de pain qu’on appelle “bara an anaon“, “le pain des
    âmes“. Au milieu de la tourte, on plantait un petit arbre et on
    mettait à l’extrémité de chacun de ses rameaux une pomme rouge.
    Une pomme…pour rappeler la navigation vers l’Autre Monde de
    “Mael-Den“. Pour nous, l’année commence au premier jour du
    “miz du“, ce n’est pas un hasard, c’est le moment de la
    grande fête, quand s’ouvrent les portes de l’Autre Monde où
    les âmes s’en vont vivre éternellement jeunes. En ces instants,
    tous, vraiment tous, nous communions. Et tout est vivant. Tout
    participe au même élan. L’eau, les arbres, les pierres nous
    parlent de ceux que nous ne voyons plus. Et il n’y a pas de
    tristesse. Grâce à ces contacts, le monde se perpétue, se
    rajeunit, ne se fige pas, il reste en mouvement comme dans nos
    chants et nos danses”.


    Extrait du livre d’Alan Stivell – “Sur la route des plus
    belles légendes celtes”.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'aime beaucoup les légendes celtes. Et il est vrai qu'au Parc, j'ai retrouvé certaines ambiances de forêts antiques, je m'attendais presque à voir surgir des fées...
      Merci pour ce beau partage, Petrus.

      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    2. En tous cas, d'autres passants auraient pu en croiser une ;-)

      Supprimer
    3. Sei uno amore !
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  31. J'ai entendu la petite musique de "Midnight in Paris", un de mes films fétiches... Tu ne t'es pas retrouvée en 1920, dans une voiture, avec Hemingway et Scott Fitzgerald ??? Ici aussi il pleut et ce n'est pas glamour du tout, surtout un 1er juin !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah ce film ! Quelle merveille ...j'aurais bien aimé vivre cette aventure uchronique...
      Dis, ma Pivoine, tu me donne les réponses de tes énigmes ?
      Personne n'a trouvé...
      Bisous du soir
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  32. Il n'y a guère que la pluie pour offrir le privilège de la solitude au coeur de l'urbanité. Pour apprécier ce contraste, il suffit d'aller là où personne, ou presque, n'aurait l'idée d'aller un jour pareil. Ce que tu as fait :)

    Merci pour la restitution de cette plaisante atmosphère.


    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mes expériences de solitude sont de plus en plus intéressantes...
      Même la tristesse n'était pas desagréable, comme une sorte de nostalgie douce-amère.
      Qui aurait dit que j'apprécierais cela il y a seulement quatre ou cinq ans ?
      Peut-être la fréquentation de ton blog y est-elle pour quelque chose ? ;-)
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  33. J'ai passé tellement d'heures ds ce parc. J'aurais aimé t'y croiser, y faire ta connaissance .

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Un jour, si tu le veux...
      Ça me touche, ce cri du coeur, miss...
      Bisous
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  34. J'apprécie beaucoup la pluie, surtout lorsqu'elle tombe raide. La pluie c'est la vie, tout autant que la lumière.

    Grand-Langue

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Vous êtes la sagesse cher ami. Même si parfois la pluie en arrive à être meurtrière...mais est-ce bien la faute de la pluie, ou plutôt de la folie des hommes, qui détraquent le climat, qui bétonnent et construisent dans le lit des rivières ?
      Bien à vous
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  35. et pendant ce temps, je surveille la Seine qui monte, qui monte ...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ou en est le Zouave ce matin ?
      Il est vrai que lorsque j'ai écrit ce billet, on ne parlait pas encore d'inondations.
      ^^
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  36. Eh oui une vraie galère toute cette flotte qui est tombée. Quel triste temps à Paris depuis plusieurs semaines. Heureusement il parait que le soleil va faire son apparition pour le weekend.
    Tu n'es sans doute pas venue au meilleur moment.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'aime Paris au mois de mai...c'était la chanson que j'avais dans la tête en partant...
      mais même chez moi, dans le midi, il fait un temps gris et froid comme on n'a pas eu depuis longtemps. le meilleur moment, ça l'était quand même, puisque j'étais avec mes enfants...
      ¸¸.•*¨*• ☆¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  37. En ce moment avec la pluie nous sommes gâtés !!!!
    Bises, Laure

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je suis heureuse de te revoir, Laure.
      Je t'ai laissé un message chez toi.
      Gros bisous humides ^^
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  38. J'ai habité Paris pendant 4 ans et je crois bien n'être jamais allée au Parc Monceau !
    Mon Parc à moi aujourd'hui c'est celui de la Tête d'Or, mais je n'y suis jamais allée sous la pluie : il faut que j'essaie:-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Paris recèle des trésors qu'il faut plusieurs décennies pour découvrir !
      Sous la pluie, les choses prennent un autre relief.
      C'est comme la mer quand il n'y a personne...
      Bisous
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  39. J'y suis allé une fois mais je n'en ai pas gardé de souvenirs de ce parc. A refaire à l'occasion, faudrait que je retourne à Paris mais j'aime tellement Londres que du coup je n'y vais plus...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il y a une jolie chanson de Maurane qui en parle...
      Mais je sais qu'elle ne fait pas partie de tes écoutes lol !
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  40. Quand la vie sourit, c'est qu'on lui sourit! Elle sourit aux anges, aux fées, aux poètes, aux rêveuses(eurs), aux idéalistes. On ne peut aimer le soleil, sans aimer la pluie, le brouillard, le tonnerre, l’éclaircie, le vent .....ainsi est la vie, et c'est ainsi que je l'aime. On ne pourrait jamais connaître le bonheur si on n'a jamais coudoyer les déceptions.Saint Exupéry disait: Qu'est-ce le bonheur, si ce n'est la récompense après une peine ou une langueur.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'aime la vie de la même façon !
      J'aime ses hauts et es bas, ses petits ruisseaux doux qui chantent comme du blé sauvage et ses grands ravins tumultueux.
      Bisous ravis
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  41. S'il n'y avait pas eu la pluie cette promenade solitaire aurait perdu de son goût. Car il est bon le goût de l'eau qui ruisselle le long du parapluie, et ces gouttes qui finissent quand même par trouver un chemin et qui donnent cette douce caresse coulant le lond du bras. Et il y a aussi cette fraîcheur soudaine de l'eau. Et c'est si bon parfois la solitude dans le parc déserté où l'on entends lointains et assourdis les bruits de la ville. Le temps tout à coup n'a plus le même poids, le même sens. Il semble s'arrêter. Tout ce qui était hier important n'a tout un coup plus de sens. Seul compte le bruit de l'eau...et le silence.
    L'esprit se vide, s'installe en soi une curieuse langueur. Quelques larmes ? Quelques souvenirs qui remontent en surface ? Non, c'est juste la pluie. Et le temps est passé.le moment de revenir à ses attaches, à son soleil, à la vie des pays où il ne pleut pas.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est du vécu, monsieur Jacques ?
      En tous cas c'est beau, et finement analysé...
      merci pour ce beau texte

      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  42. Je le connais bien ce parc! Nous habitions pas loin avant, dans une chambre sous les toits (avant que les Mambos arrivent, bien sûr!).J'ai l'impression que c'est si vieux...
    Bisous

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je vous imagine, les tourtereaux dans leur chambre de bonne...C'est mignon !
      Et puis les Mambos sont arrivés ... l'histoire si belle !
      Bisous ma luciole
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  43. Comme c'est beau , si bien écrit ...
    Paris au mois d'Aout , balayé par septembre , ou Paris au mois de mai ...Mais "n'oublie pas que ce sont les gouttes d'eau qui alimentent le creux des ruisseaux ...."
    bisous

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je n'oublie pas...
      Et mon hymne à la pluie est juste mal tombé en cette période où des gens souffrent des inondations.
      Mais j'aime de plus en plus la pluie.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  44. T'as senti la délicieuse odeur de la terre mouillée ?
    Bonne semaine à toi avec ...un peu de soleil ! ;-)

    RépondreSupprimer

Je lis tous vos petits grains de sel. Je n'ai pas toujours le temps de répondre tout de suite. Mais je finis toujours par le faire. Vous êtes mon eau vive, mon rayon de soleil, ma force tranquille.
Merci par avance pour tout ce que vous écrirez.
Merci de faire vivre mes mots par votre écoute.