mercredi 4 mai 2016

Message personnel


Etoile:

Mon amour de jeunesse,




Un quart de siècle bientôt que tu es parti, sous le ciel de Provence, là-bas. Un beau jour d’été rutilant de chaleur sourde. Où es-tu, mon papillon de nuit ? Je me rappelle…La minute de silence, l'air empli d'amertume, attention les copains, serrés les uns contre les autres, devant ta tombe claire, à jamais tristes…Ça ne tient pas debout, que tu sois parti comme ça. Tu ne devais jamais partir…Mais tu m’avais en quelque sorte prévenue de ton départ. Quand je te demandais seras-tu là, toujours, quand j’aurai besoin de toi,  tu me répondais que l’amour est bizarre, et que sans splendide hasard, ce n’est pas la peine de vivre……Le splendide hasard s’est évanoui ce soir d’août, et tu as rejoint ton paradis blanc.
Oh, tu étais ma lumière du jour, tu sais, et maintenant ton piano qui dansait n’est plus qu’un refuge pour les oiseaux. Ecoute la musique ! Elle joue encore dans mon cœur. Souvent je lui demande de me donner du courage. De me dire que l’amour existe encore. Tu me disais  laisse-toi vivre, vis ta vie comme dans un livre …oui mais sans toi, c’est difficile ! Les princes des villes se sont succédés dans ma vie, mais aucun n’a balancé comme toi, à Paris ou ailleurs…Evidemment, toi, ton credo, c’était bats-toi, résiste, alors je résiste, je débranche, j’ose, je laisse passer les rêves, mais qui saura dire les mots qu’il faut pour me comprendre ? Les gens disent de moi oh, celle-là, tout la fait pleurer pour un rien…  Pourtant je suis libre dans ma tête, et je danse sur la glace mais déjà je suis loin et nulle part ailleurs en même temps…Tu vois, si le dégoût de la vie vient en moi, si la paresse de la vie s’installe en moi, je pense à toi et je cours jusqu’à perdre haleine…
Je te revois debout devant ton piano, simplement sur tes deux pieds. Alors je viens te retrouver, car je suis pour toujours la groupie du pianiste le plus merveilleux, celui qui chantait pour ceux qui sont loin de chez eux. 


Mademoiselle C.




¸¸.•*¨*• ☆




Pour l'atelier d'écriture de Filigrane
Clin d'oeil à l'homme.

60 commentaires:

  1. Réponses
    1. Une de mes préférées ! mais il y en a tant d'autres ...
      En as-tu repéré quelques-unes dans mon texte à tiroirs ?
      Bises madame
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    2. Quoi ? Tu incites l'Adrienne à jouer du piano debout ? Tu voudrais pas qu'elle m'appelle Jean-Jacques en plus ?

      Supprimer
    3. Elle ne s'appelle pas Chantal non plus ...(mais elle aime le Cantal)...
      Mais tu as raison, des fois qu'elle se le reprendrait sur l'orteil... ;-)
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    4. Je suis au courant : mon frère a définitivement émigré dans le coin de Salers. C'est un supporter de Mélenchon, mais on va pas en faire un fromage...

      Supprimer
    5. Pas même un maroilles !
      A part ça, l'air est propre à Salers ? ;-)
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  2. Quel texte délicieux, embaumant comme tu sais en écrire. Le coeur palpite tout le long de la lecture, les mots émouvants, réveillent des souvenirs d'une si triste et si belle aventure d'un homme beau et talentueux parti trop vite. En écoutant sa chanson avec cette belle musique, on revit les instants éblouissants, d'un soleil vite disparu.
    Merci pour ce survol d'un moment d'une belle nostalgie.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai toujours été fascinée par sa musique limpide.
      Son piano qui sonne clair et ses rythmes parfaits. Quel grand musicien !
      Et qui a signé des textes si étonnants et si universels...
      Bises nostalgiques
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  3. L'étoile du Berger sous un ciel qui moutonne ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Joliment bien vu...C'était l'étoile ou le bâton...j'ai préféré l'étoile, c'est plus classe.
      Et moins propice aux graveleuses interpénétrations...euh ...interprétations !
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  4. T'es une championne de la synthèse poétique !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je suis une synthèse ? Comme dans le film d'Audiard ? ... ;-)
      Merci Daddy cool !
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  5. Réponses
    1. Oui, j'adore ces petits extraits d'Audiard...
      Tiens un autre pour la route:
      ICI
      hi hi !
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    2. Sublime! subliminal, ce n'était pas une métaphore ni une périphrase!

      Supprimer
  6. Un artiste de conviction, un vrai.
    D'ailleurs, il eût été beau de voir que Berger mente.
    J'ai honte, Celle, mais honte...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ben quoi, c'est bon, le Berger-Menthe... avec des olives...
      Un peu de honte se boit bien, bien fraîche...
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  7. Quel bel hommage tu rends à Michel que j'aimais également.
    J'ai beaucoup pensé à lui l'an dernier en allant voir et écouter V. Sansom à Chambéry et en début d'année à Lyon la comédie musicale "Résiste".
    Comme tous nos aimés disparus, il vivra longtemps en nous.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Un aimé disparu bien trop jeune...en pleine gloire .
      Merci beaucoup, Praline pour cet avis émouvant.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  8. Kangourou Agilejeudi, 05 mai, 2016

    Michel Berger c'était pas ma came. Mais musicalement c'était un grand.
    Bel hommage

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est déjà super de le reconnaître. Tout le monde n'a pas la même largesse d'esprit.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  9. Pour moi, Berger c'est Diego, avant tout le reste.
    Gr4âce à toi, je viens de me faire un petit festival d'Audiard avant d'aller me poser; merci Céleste;-)
    Ti bacio Carrissima

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Diego est vraiment une des plus belles chansons de Michel Berger. Elle me fait un peu penser à "Utile" la belle chanson de Julien Clerc.
      Héhé , chouette, Audiard pour s'endormir !
      Mille baci
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  10. Tu as glissé au moins douze chansons dans ton texte, mais je ne suis pas spécialiste de Berger et je suppose qu'il y en a beaucoup plus…
    (sans compter une intruse, de Luc Plamondon et interprétée par Céline Dion…)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Cher Pierre, ce n'était pas une intruse, l’Amour existe encore est une chanson de Michel Berger ...mais pas la même !
      Il y a trente-cinq textes de Michel Berger qui sont évoqués ici... j'ai mis le paquet...
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  11. Pas fana de Michel Berger, surtout avant. Maintenant, j'apprécie plus.

    Alors je suis incapable de reconnaître les chansons.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Peut -être que tu reconnais la plus célèbre: la groupie du pianiste, non ?
      Bisous Berthoise. Bon grand week)end !
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  12. Heureuse de t'avoir inspiré ces mots-là...:-)

    Merci Mademoiselle K....Mademoiselle Chang...euh, mademoiselle Célestine ! ;-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. hé hé ! Merci à toi ^^
      La photo était inspirante... et pas gore du tout ! ;-)
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  13. "Une déclaration" totale d'amour de C.à M.B... Des étoiles lumineuses vers toi et des bises. brigitte

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah oui c'est vrai, la déclaration...excellent, Brigitte !
      bisous chère Plume !
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  14. J'en ai le souffle coupé. Comme tu dis bien les choses avec une sensibilité émouvante et forte.
    Très bel hommage, il le mérite.
    Bises.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai toujours été une grouoie de ce pianiste, même si je dors pas dans des draps roses....
      L'amour coupe toujours le souffle, non ?
      Bises l'Etienne ;-)
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  15. Bien la funambule... Un fil sous la patte maillot écazrlate, elle est funambukle de son état... (une chanson aancienbne mais de qui ? (On ne regarde pas dans wikipedia)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je donne ma langue au chat ...c'est de qui ?
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  16. Les chansons de Berger sont comme un collier de perles nacrées sur la peau bronzée d'une fille du sud...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Une très jolie métaphore , merci l'Homme !
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  17. Superbe billet chère Célestine.. merci....
    Un doux week-end à venir .
    Den

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai passé deux jours merveilleux sous un soleil d'été...
      Je suis sûre que chez toi ce devait être sublime...
      je t'embrasse
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    2. Ah oui, Celle, au fait, tu fais quoi ce week-end?
      Tu dis?
      Ou bien tu diras après?

      Supprimer
    3. Je rentre de deux jours de balade à Lyon.
      Les deux autres jours, je vais rester chez moi, tranquille.
      J'ai les pieds en compote !^^ trop marché !
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    4. Ah, oui, Lyon! J'ai entendu parler: c'est à l'est, non?

      Supprimer
    5. Ben non, Blutch dirait que c'est à l'Ouest mais c'est normal, il est suisse !
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    6. C'est plus compliqué que ça...
      Depuis ma Bourgogne d'adoption, Lyon est bel est bien à l'Est, au Sud-Est pour être précis. Depuis la Suisse, c'est au Sud-Ouest et depuis mon Italie ancestrale, c'est au Nord-Ouest. Mais si je me positionne depuis mes quartiers d'hiver, Lyon est au Nord-Est...
      Bons baisers de partout

      Supprimer
    7. A te lire, on se demande comment tu fais pour ne pas être un peu à l'ouest et pour ne jamais perdre le nord, hihi !
      Baci per te
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  18. Ton texte est bien émouvant. Michel Berger était un artiste complet, auteur, compositeur. je trouve que son œuvre vieillit très bien.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est ça qui est intéressant avec ce genre d'artistes, c'est que leur musique ne vieillit pas...
      Bien vu, Daniel !
      Bises
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  19. Tu t'appelles Céleste et non France; tu chantes aussi bien qu'elle et écris aussi bien que lui. Mais où est donc passé mon amour de jeunesse, celui que tu as connu sous son chapeau de paille, les cheveux en bataille. Céleste, oui, le bonheur existe, ta bannière le prouve, c'est une épreuve d'artiste.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Où passent les amours de jeunesse ? Là est la question...
      Merci pour ton oeil d'artiste toujours bienveillant ^^
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    2. Dans ce cas de figure , c'est encore et toujours Michel Berger que je cite. Il me semblait que Cézanne n'était pas évoqué dans tes lignes. Je t'embrasse

      Supprimer
    3. Oui c'est vrai, je n'avais pas reconnu la chanson « Cezanne peint », mais quoi de plus logique, en effet, que tu cites cette chanson, toi qui éclaires le monde pour nos yeux qui ne voient rien ? ;-)
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  20. J'aime beaucoup cet artiste (je parle au présent car l'art ne meurt pas)
    Beau texte, merci Célestine !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu as raison, Eva, l'art n'a pas d'âge et ne meurt pas.
      C'est sans doute pourquoi on a l'impression quand on crée quelque chose, que notre vie se prolongera au-delà de la mort.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  21. quel bel hommage! tout en nuances! j'aime

    RépondreSupprimer
  22. je découvre ce billet tardivement. J'ai lu, comme ça, sans regarder la consigne et j'ai beaucoup beaucoup aimé ce que tu as écrit, avec les clins d'oeil.
    Puis j'ai écouté...j'aime énormément Michel Berger (j'avais vu plusieurs fois Starmania il y a bien longtemps)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oh merci, c'est rare quand tu aimes mes ateliers d'écriture...Ça me touche d'autant plus.
      Moi aussi j'aime énormément MB...
      Bisous
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer

Je lis tous vos petits grains de sel. Je n'ai pas toujours le temps de répondre tout de suite. Mais je finis toujours par le faire. Vous êtes mon eau vive, mon rayon de soleil, ma force tranquille.
Merci par avance pour tout ce que vous écrirez.
Merci de faire vivre mes mots par votre écoute.