mardi 10 mai 2016

Au bord de l'eau

Dans le jour à peine éclos
Alors qu’il fait déjà chaud
Je suis parti
Au bord de l'eau
Il y a cette fille qui m'appelle
Elle me trouve beau
Au bord de l’eau
Je passe des heures avec elle
Sans dire un mot

Gerald De Palmas








***


Je n'étais plus à la Tête d'Or, j'étais à Giverny au début du siècle dernier. L'air vibrait de ces parfums si entêtants qui n'appartiennent qu'à mai. Je nageais en plein tableau impressionniste. Il me semblait que l'ombre de Renoir me suivait, jusqu'à cette guinguette où mes pas me portèrent. Une joyeuse agitation s'emparait des jeunes gens, et dans les barques une paix exquise en balançait doucement les rames. Il ne manquait que les canotiers...Ça riait fort, ça mangeait des glaces. 
Afficher l'image d'origine
Clic

Je me suis assise, respirant profondément, me laissant envahir par cette saisissante impression de bonheur extrasensoriel. Ou plutôt, intemporel, oui c'est ça...
J'étais bien, là, avec toi. Je me rappelle un vieux film que ma grand-mère aimait beaucoup. J'ai appris à aimer ces vieux films avec elle...le jeudi après-midi elle m'emmenait au cinéma d'art et essais...
« Regarde, comme il lui a soufflé sa chérie, en une danse...» elle disait.
Reggiani dans Casque d'Or...
Et Gabin dans ... j'ai oublié...
Comment ça faisait déjà ? 
 « Quand on s'promène au bord de l'eau... »





- Il a rien inventé, de Palmas, hein Albert ?
- T'as raison, Simone, rien du tout...


77 commentaires:

  1. T'as oublié Maurice !
    https://youtu.be/9IGA5IQAZ8g

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah non, ça ne joue pas, ça se passe au bord du lac Léman, pas sur les bords de la Marne...
      Bon en plus, il faut que je t'avoue: j'ai toujours détesté ce type... et ses chansons.
      Personne n'est parfait.
      Tu me manquais, Boss, cela dit.
      Bises réjouies
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    2. La tête d'Or au bord de la Marne ?
      Z'ont dévié le cours de la Marne vers Lyon ? Mais on me dit rien à moi !!
      :-))
      Sinon De Palmas, j'ai plein de souvenirs avec ce type !

      Supprimer
    3. Pareil de ma part pour de Palmas, un partout !

      Supprimer
    4. @Alain

      Quoi, tu connais pas le don d'ubi cuitée ? Un petit verre de Saint-Joseph et hop...tout est possible !
      ^^

      Supprimer
    5. @Alain et Walrus

      Ben oui mais là vous en dites trop ou pas assez.
      Moi je voudrais bien en savoir plus sur ces souvenirs-là...
      Excellents ? Exécrables ? Indicibles ? Innommables ? Délectables ?
      ¸¸.•*¨*• ☆



      Supprimer
    6. bon allez, c'est bien parce que c'est toi !! :-)
      2011 - terrible chute - fracture du fémur "pas belle du tout" - 6 mois de centre de rééduc, deux opérations - mauvais pronostic médical, et d'ailleurs ce sera le début de l'autre versant question autonomie de marche (ça c'est l'aspect pas top !) - Découverte de De Palmas qui passe en boucle sur la chaine musicale TV de la chambre minable où je suis : L' album "Sur ma route" Et j'adore ces chansons ! Plus tard mon blog "j'en rêve encore" est le titre d'une de ces chansons... Ça c'est le bonne face de l'aventure.... (hormis les rencontres marquantes que je ferai là-bas...)
      voila ! Je gagne quoi ?

      Supprimer
    7. Je te répondrais bien « ma reconnaissance éternelle » mais il faut avoir vu « le Prénom » pour saisir l' humour...
      Sinon, l'album « Sur ma route » est celui qui a la plus forte empreinte émotive pour moi.
      Ah oui, j'adore...
      Kiss céleste
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    8. Ben j'ai vu le film, mais je pige pas pour autant..... :(

      Supprimer
    9. J'ai dû répondre à peu près en même temps qu'Alain et sa réponse est arrivée avant la mienne, donnant l'impression que c'est à lui que je répondais et que j'aurais rencontré de Palmas. En réalité je parlais de ton aversion pour Maurice et de la mienne pour la voix de de Palmas (celle qu'il se fait pour chanter et qui n'est pas sa voix naturelle).

      Supprimer
    10. Ah okkkkkayyy !
      Chevalier versus de Palmas évidemment...
      Mais je ne suis pas objective, j'aime aussi beaucoup la plastique de Gerald alors que je ne supporte pas le côté franchouillard de Maurice...
      Balle au centre ?

      Sinon, c'est pas grave, tu peux me raconter un bon souvenir sur une musique de Chevalier.
      Ou comment tu as emballé une mignonne en lui chantant Prosper youp la boum ...
      :-P

      Supprimer
    11. @Alain

      Dans le film, Charles Berling demande à son pote de l'aider à chercher ses clés.
      Quand celui-ci lui demande ce qu'il aura en échange, il répond "ma reconnaissance éternelle"
      Pour de simples clés, c'est comique...enfin je trouve.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    12. Oui, pour de simples clés, tu penses, la Céleste? Quand tu t'étais enfermée à clef étant petite, ta maman te devait certainement sa reconnaissance,d'avoir pu les retrouver, ces clefs. Hi!hi!

      Supprimer
    13. Ma foi, tu as raison, et je n'y pensais plus !
      Merci de rappeler ce souvenir perdu...
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    14. Oups ! je viens d'écrire mon texte pour les impromptus, et je suis restée coincée en alexandrins...
      Hi hi !
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    15. Ah! Céleste, quand tu as la poésie dans la peau!

      Supprimer
    16. Quand ils l'auront publié, je pense que mon texte te fera sourire, mais il faudra lire celui de Vegas en premier...pour comprendre.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    17. Je n'emballe jamais, je préfère être emballé...

      Supprimer
    18. C'est une bonne méthode, moins fatigante... ^^
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  2. Emballé, plié, souffler c'est pas jouer !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pas tout compris Martine. Tu m'expliques ?

      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    2. Bon sortie des limbes du sommeil, il me semble que je saisis un peu mieux ton propos: tu parles de Reggiani qui emballes Signoret...
      Bisous
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    3. Qui emballe sans S...un reste de miasme nocturne !
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    4. si,si, avec un S il emballe plusieurs fois !

      Supprimer
    5. mdr ! jolie approche de la grammaire !
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  3. Magnifique balade en suivant tes pas, Célestine, où l'on ne vit pas l'instant, mais le temps... bravo pour tes mots si beaux...
    douce journée à toi.
    Den

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. L'intemporalité c,est soudain ce qui nous arrive quand on a l'impression de flotter hors du temps. Ça peut être agréable comme très angoissant.
      Il y a eu les deux dans mon expérience au Parc. mais j'ai choisi (peut-être à tort ?) de privilégier le côté positif.
      Bisous Den

      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  4. L'Homme cet animal égocentrique qui répète le cycle de la vie et en fait un art...
    Adorablement affligeant...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Eh oui, nous sommes ainsi, de drôles d'animaux affligeants...
      «Tous les hommes sont menteurs, inconstants, faux, bavards, hypocrites, orgueilleux et lâches, méprisables et sensuels ; toutes les femmes sont perfides, artificieuses, vaniteuses, curieuses et dépravées ; le monde n’est qu’un égout sans fond où les phoques les plus informes rampent et se tordent sur des montagnes de fange ; mais s’il y a au monde une chose sainte et sublime, c’est l’union de deux de ces êtres si imparfaits et si affreux. »
      Musset

      Je te souhaite de vivre cela. Il n'est rien de plus doux.
      Bises adorablement affligeantes
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  5. Souvent nos moments de rêve passé reviennent comme un éclair nous envelopper de nos meilleures souvenances et que malgré le temps, ils se répandent encore dans nos cœurs éblouis comme la résurgence d’un coquelicot qu’on croyait altéré et qui est là pourtant, toujours sémillant, toujours vivant.
    Bisous la romantique

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Incorrigible romantique serait sans doute plus précis !
      Mais le bonheur n'est-il pas au bord de l'eau, en bonne compagnie, et en se laissant pénétrer par l'ambiance d'un lieu ?
      Paraît que j'ai un p'tit vélo dans la tête... C'est sûrement vrai. Mais souvent il m'emmène faire de belles balades. Ou ballades. C'est selon.
      L'image de ton coquelicot est douce comme un matin d'été
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    2. Je sais bien que tu es une invétérée romantique! je n'arrive pas à attraper ton si bon coeur palpitant qui me glisse de mes mains comme un poisson frétillant.

      Supprimer
    3. Etonnant pour un bélier de se retrouver transformée en un poisson frétillant...
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  6. Et les guinguettes au bord de l'eau ! L'autre jour j'étais au bord de la Marne à Joinville le pont. Chez Gégène existe toujours. Atmosphère d'un autre temps. L'accordéoniste est toujours et les couples virevoltent sur la piste de danse. Tango , valse, y a e la rumba dans l'air ! !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Dis donc, incroyable...Mais bon, même si c'est sûrement très sympa, je ne suis pas nostalgique, j'aime mon temps. J'aime la musique de mon temps.
      C'est juste une expérience extrasensible que j'essaie de retranscrire le plus fidèlement possible. Une impression de voyage dans le temps. Et l'image de ma grand-mère est venue en superposition, comme dans un trucage ciné.
      Bisous mon cher Daniel, belle journée.

      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  7. Kangourou Agile10 mai, 2016 10:21

    Eh bien pas facile de commenter ce matin et pourtant ce n'est pas l'envie qui m'en manque. Mais Googleblogger fait des siennes.
    Joli le parallèle entre De Palmas et Gabin...
    Je préfère quand même le premier, musicalement parlant !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. On dirait que le bug est réparé...
      ben oui cher Kangourou, ça a quand même beaucoup vieilli musicalement. Mais les émotions humains restent les mêmes. Intemporelles et universelles. Et la scène de Casque d'Or est d'une intensité remarquable question sentiments.
      Bises
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    2. Kangourou Agile10 mai, 2016 13:48

      C'est ce que j'aime bien ici, ce côté sentimental mais pas bégueule ni guimauve.

      Supprimer
    3. Voilà qui ne saurait me faire plus plaisir...
      Sans doute un effet de la profonde transformation que je suis en train de vivre, et qui me permet de toujours mieux exprimer mon être.
      Bises reconnaissantes
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  8. Tiens, j'ai fait un article sur Renoir il y a quelques jours, avec sa dormeuse notamment, vue chez toi et qui est maintenant un petit bout de décor de mon blog.
    Tu as entendu le nouveau De palmas ?? Très différent sur les paroles...j'aime bien ce titre là ! Bises

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, même les arrangements musicaux sont un peu différents...
      Mais j'aime quand même énormément ce chanteur.
      La dormeuse...tu es sûr qu'elle dort ? ;-)
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    2. Oui elle est crevée après...elle décompense !D

      Supprimer
  9. Le pouvoir évocateur du bord de l'eau m'a toujours fasciné…
    il y a là sans doute quelque chose d'universel.
    Peut-être nos neuf mois avoir passé dans l'eau d'un ventre…
    peut-être aussi que l'eau attire, car sans elle nous ne serions rien.
    j'aime bien ce billet qui dit beaucoup.


    Question évocation (cette suite n'a rien à voir…) c'est aussi le 10 mai 1981. 35 ans déjà !
    Année qui marqua pour moi le début d'une nouvelle aventure politiquement engagée.
    Depuis j'ai bien déchanté ! Mais je ne regrette pas l'expérience de « là-haut » : tartouillage et grenouillage sont dans une barque sur la Marne, les deux tombent à l'eau, qu'est-ce qui reste ? : Hollandage et Sarkophage ...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pour ce qui est du pouvoir de l'eau, je suis d'accord: elle me fascine (même si elle m'effraie aussi, notamment en dessous de la surface. Je ne peux pas regarder le Grand Bleu sans faire un malaise, parce que j'arrête de respirer... c'est grave docteur ?)
      Mais l'Océan, la mer, les lacs, les étendues d'eau m'attirent et m'apaisent.

      Question 10 mai 81 tous ceux qui ont vécu ça ne peuvent oublier la vague d'espoir qui les a soulevés... Depuis, c'est vrai, l'espoir a fondu devant la Phynance toute puissante et autres pilonnages de valeurs...
      La barque n'attend même plus de barreur providentiel.
      Elle clapote.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  10. Il existe tout près de Paris sur la commune de Chatou, une île joliment nommée "l'île des impressionnistes".
    Autrefois y venaient peindre Renoir, Caillebotte, et même Guy de Maupassant,y laissa sur l'un des murs de la maison "Fournaise" (une fort ancienne guinguette devenue plus prosaïquement restaurant) un poème écrit de sa main ! ah ce Guy, fort amateur de jolies Dames !

    Savez vous qu'en fermant les yeux, vous pourrez encore entendre les flons flons d'un accordéon, ou le clapotis des rames maniées par des canoteurs du Dimanche, assis dans de jolis canots d'acajou, frappant l'eau en cadence.

    Pour vous jolie Demoiselle, je ferai venir u "sapin" qui vous reconduira en votre domicile de la place du Tertre, chère Mimi Pinson...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Très joli commentaire, M'sieur Andiamo.
      Je savais que Maupassant avait laissé un poème quelque part sur un mur de la fameuse maison ...n'était-ce pas la maison Tellier ?
      L'évocation de barbizon, Nogent...toute cette époque d'insouciance on la retrouve dans certaines de ses nouvelles, et notamment "Une partie de campagne" dont la récente version avec Cristiana Realli est une superbe réussite.
      Un sapin, qu'est-ce donc ?
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  11. Ah ah ! Un sapin ma tendre gigolette (qui n'est pas qu'un plat cuisiné) est un fiacre, généralement fabriqué en bois, sans doute du pin, d'où leur appellation.

    Un fiacre allait trottinant,
    Cahin caha hue dia hop là !

    https://youtu.be/T8b3u3KRTxI

    Chanson interprétée par Yvette Guilbert, qu'on avait surnommé "La Sylve" en raison d'une taille douloureuse de minceur !!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Douloureuse ! je veux bien le croire: le corset serré au max, j'aurais pas aimé être son système digestif !
      La chanson du fiacre, ma chère grand-mère me la chantait. Elle chantait aussi la belle caissière du grand café...

      ♫♬ Elle est belle elle est mignonne
      C'est une bien gentille personne...♫
      Baci caro
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    2. PS . Tendre gigolette, c'est trop mignon... ^^

      Supprimer
    3. ben j'aime mieux la version de Barbara que j'ai sur un vieux 45 T .....

      Supprimer
    4. Je ne la connais pas...
      Oh la la les 45 tours ! p'tin j'avais oublié jusqu'à leur existence !
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  12. Oh! mais je les reconnais Simone et Albert....et le lac aussi d'ailleurs :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Eh oui...pas eu le temps de t'appeler, cette fois, un programme trop chargé de plaisirs dans un laps de temps trop court.
      Mais ce n'est, comme de juste, que partie remise.
      La prochaine fois, donne-leur le bonjour de la part de Célestine...
      Bisous
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    2. Comme tu dis ce n'est que partie remise :-) De toute façon je n'étais pas là pendant le week-end de l'ascension !Pas de problème je les saluerai de ta part:-)

      Supprimer
    3. Merci Mammilou ^^
      Au plaisir de notre rencontre
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  13. Tes billets musicaux et urbano-bucoliques m'emmènent balader... dans ma photo-discothèque ! J'y retrouve des enregistrements oubliés :

    http://samedidefi.canalblog.com/archives/2013/06/01/27300615.html#comments

    Une question est restée en suspens : "Quand on s'promène au bord de l'eau" est chantée
    par Jean Gabin dans le film "La Belle équipe" de Julien Duvivier.

    (Mais pourquoi je sais ça, moi ? Je vais finir par croire que je suis hypermnésique !)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui je me souvenais de cette version très krapovienne...
      Et je n'ai pas oublié la Belle Equipe, je faisais juste semblant pour le côté nostalgique...
      En gros c'était un effet de style.
      Bisous hyper oncle !
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  14. Le parc de la Tête d'Or à Lyon ? Tu sais que je m'y suis baladée très souvent lorsque j'étais gamine, avec mes parents, ma soeur, mon frère. C'était une sortie du dimanche. J'aimais bien. Maintenant, par contre, car j'y suis retournée quelques fois ces dernières années, de voir tous ces animaux en captivité, j'aime pas trop. Mais il y a la Roseraie, qui doit être magnifique en ce moment, et qui vaut le détour.
    Bonne soirée, Célestine. Bisous.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui je ne crois pas qu'il y ait un autre Parc de la Tête d'Or en France...
      La roseraie est magnifique en effet, un champ de princesses en robes de velours.
      j'ai adoré tout ce que j'y ai vu.
      Bisous Françoise
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  15. Je délaisse (momentanément) capucines, nymphéas, tonnelles et déjeuners sur l'herbe, impressionnistes, Eure et Normandie pour rejoindre l'Homme, celui au chapeau de paille qui fait vibrer mon cœur et me pousse vers un courant annonciateur du cubisme. Je l'ai rencontré il y a quelques temps dans les jardins du Rayol Canadel, il y tournait un film; il m'a promis de me conduire jusqu'au lac de Peiroo pou peindre un lever de soleil , il préfère çà aux salles obscures et à toutes les parties de carte . Du coup , j'en oublie la musique de guinguette, et les acteurs de cinéma de Papa /Maman.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oh que ça va être bien, ma Chinou, cette rencontre...Suis ta voie qui te mène naturellement vers les choses et les gens que tu aimes, ne te préoccupe pas d'autre chose.
      J'ai hâte que tu me racontes !
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    2. Ne te méprends pas sœurette, j'ai juste rendez vous avec Paul, celui que tu avais oublié dans ton précédent billet sur des paroles de M.Berger. Pour le reste , ce serait plutôt du M.P. ;-) . Je t'embrasse

      Supprimer
    3. Oh...oui, bien sûr. Paul...l'homme au chapeau et à la Victoire...
      Quand tu veux en mp.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  16. Puisque vous évoquez les vieilles chansons, celle qui me vient, c'est celle-ci : je la fredonnais parfois, il y a bien longtemps...
    http://gauterdo.com/ref/gg/gros.bill.html

    "Tout le long de l'île au long de l'eau..."

    Et puis le tableau m'évoque..."l'homme de verre" dans Amélie Poulain...celui qui passe son temps à peindre Renoir !

    Bises du soir...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. le long de l'île au long de l'eau...
      Quelle belle et subtile allitération...je ne connaissais pas cette chanson. Elle est du nord ?
      Amélie, oui...mon film culte...
      Bises ma Licorne
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  17. Didon, ça a l'air heureux d'insouciance et de hors-temps, c't'affaire, ça devait être bien !
    Médidon, m'est avis que le Saint-Joseph était bon et que tu pourrais bien en avoir un tout p'tit peu abusé, non ?
    Parce que l'eau elle est pas horizontale sur tes photos, elle penche!!!!

    ...'fin moi... Jdirien !... 8o0

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'était un moment de ma vie comme je les aime.
      Une correspondance harmonieuse entre les parfums les couleurs et les sons...
      mais tiens c'est vrai, je n'avais pas remarqué que mon horizon n'est pas très horizontal...
      Je pense que c'est un signe ! mais de quoi ?
      En même temps, toi tu as oublié ton « i » dans « Jdissa » alors pouët, pouët !
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    2. Jdissa, en mode Jdissa11 mai, 2016 06:24

      Ouais, bon, ça va, j't'ai pas déjà dit que, malgré tous mes efforts, j'avais beaucoup de mal à être génial tout le temps ? :o)

      Supprimer
    3. Jdissa, encore plus Jdissa11 mai, 2016 06:27

      Et pis toi t'as pas mis de majuscule à "Mais tiens c'est vrai...", alors !... 8oP

      Supprimer
    4. Beuh ! alors ça c'est petit.. :-)))

      Supprimer
  18. Hey j'étais là, caché derrière un saule, un peu voyeur sous les ombrelles. La belle équipe, Front Populaire et montée de l'inquiétude obligent, est un film à deux fins, l'une opti l'autre pessi mistes. Optons pour la première et dansons la java si tu veux. Les trémolos, le renouveau,la la la... Je t'embrasse Angel Baby, T'as d'beaux yeux, tu sais. Je déraille? avec Carné les lendemains déchantent et le Quai des Brumes n'est pas la Marne à Joinville le Pont (pon pon).
    ATTB.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je ne me souviens plus du tout de la fin du film... comme Casque d'or d'ailleurs, je n'ai retenu que cette scène de danse tournoyante, avec Reggiani et son bras qui pend dans le vide. Et le regard énamouré de Signoret...
      Dans cet univers empli de références cinématographiques, je savais que tu n'étais pas très loin...Tu aurais pu te joindre à nous pour boire un rosé sous les trembles.
      Kiss you and attb
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  19. Gabin, Reggiani, toute ma jeunesse...
    Merci mon enfant de remuer tous ces souvenirs très émouvants...
    ~L~

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci, je suppose que vous, ce sont vos parents qui vous les avaient fait connaître (un rapide calcul par rapport à votre date de naissance...)
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  20. Les petits bals du dimanche... Tu racontes là toute la jeunesse de ma mère. C'était sans la Marne, mais pas loin du Léman; le café des Lauriers tenait bien la cote avec ses concours de guinche... Un quart d'heure de valse à gauche sur une table ronde de bistrot, avec un tour complet à chaque mesure, il fallait avoir le sens de l'équilibre... :-)
    C'était après l'euphorie du front popu de la France, C'était une autre façon de s'étourdir pour ne pas voir la guerre aux portes de la Suisse.
    Ti bacio

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Prendre le bon côté des choses, danser, boire, rigoler, se retrouver entre amis, n'est-ce pas TOUJOURS une façon de s'étourdir pour oublier les horreurs de ce monde ?
      Ti bacio anche
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer

Je lis tous vos petits grains de sel. Je n'ai pas toujours le temps de répondre tout de suite. Mais je finis toujours par le faire. Vous êtes mon eau vive, mon rayon de soleil, ma force tranquille.
Merci par avance pour tout ce que vous écrirez.
Merci de faire vivre mes mots par votre écoute.