mardi 9 février 2016

Tendre corps féminin

Attention, ce billet comporte de nombreuses images de dames sans ornement, dans le simple appareil d'une beauté qu'on vient d'arracher au sommeil. (Racine, Britannicus)



Afficher l'image d'origine






" Avant que de parler, prenez donc ce mouchoir- Comment ?- Couvrez ce sein que je ne saurais voir. Par de pareils objets, les âmes sont blessées. Et cela fait venir de coupables pensées…" 
 Tartuffe, III, 2 (v. 860-862)

***








Il semblerait que les tartuffes du XXI° siècles soient toujours là pour voiler les statues et jeter l'opprobre sur les femmes, source évidemment  de tous les maux de la terre, avec "leurs appâts du haut jusqu'en bas"... La feuille de vigne revient, et sous sa forme la plus radicale.

En attendant qu'Anastasie ne me frappe de sa main vengeresse, ce billet est un acte de résistance. 
Résistance devant Face de Bouc, par exemple,  qui censure le moindre centimètre carré de peau suspecte. 
Résistance devant tous les reculs manifestes de la lumière humaniste.
Une exposition a été interdite en Belgique  « par souci de ne pas choquer ». 
Sur le net, des prédicateurs de plus en plus agités du bocal sont pris de tremblements en fustigeant la nouvelle Eve, coupable, toujours coupable...Ça craint !
Partout, le puritanisme et l'obscurantisme gagnent du terrain. Plus loin, les statues antiques sont déboulonnées de leurs socles. On prend des mines outragées devant un bout de sein, et personne ne s'inquiète de l'obscénité qui consiste à donner des armes à feu à des enfants de cinq ans... 
C'est un peu affligeant tout ça, en deux mille seize...


La nudité (et notamment celle de la femme) ne cessera-t-elle donc jamais d'être un objet de "péché" ?  Une tentation immorale ? Un symbole du "diable" et autres balivernes ? 
Certes,  il est vrai que son utilisation commerciale à tout crin par la société mercantile n'est pas jolie-jolie non plus, en réduisant les femmes à des arguments de vente.

Mais ils ne connaissent pas le juste milieu, ces doryphores à poils durs ? 
Ne serait -il pas possible que le tendre corps féminin, avec qui Brassens a "toujours fait bon ménage" soit simplement une source de beauté, de contemplation, ou d' inspiration poétique ? Sans idées salaces ou puritaines ?
En tous cas, je ne parviens simplement pas à imaginer qu'un jour, on pourrait n'avoir plus le droit d'admirer toutes ces oeuvres d'art si belles et si familières.



Afficher l'image d'origine
Afficher l'image d'origine

La dormeuse, par Auguste Renoir

Afficher l'image d'origine

Afficher l'image d'origine




HorseandRiders-copy
Allan Teger
(Cliquer sur la photo pour découvrir son oeuvre )




Afficher l'image d'origine


Afficher l'image d'origine
Lucien Clergue


Afficher l'image d'origine




Afficher l'image d'origine



Afficher l'image d'origine



peinture huile le havre soluto
Oeuvre de mon ami Soluto, droits réservés


parfum-aubade



A mes chères lectrices, qui, je pense, sont fières d'être des femmes libres.
A mes chers lecteurs qui, je pense, aiment les femmes comme elles sont.


¸¸.•*¨*• ☆

118 commentaires:

  1. Contre les femmes, tout contre, selon le célèbre mot d'esprit ...
    C'est bien aussi, sans jouer les Tartufe, de ne pas tout dévoiler, de laisser une part de secret et de mystère. Mais ce n'est pas incompatible avec le ton de ce billet ! :)
    Un seul regret pourtant, je ne t'ai pas reconnu dans les nombreux portraits que tu publies ;)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bien entendu, ce n'est pas incompatible, tu fais bien de le préciser :-) ...
      D'ailleurs si tu ne m'as pas vue c'est d'abord et avant tout que je ne suis pas une oeuvre d'art, mais aussi que je cultive une part de secret et un certain mystère ;-)
      Je suis une femme, je suis tout contre les hommes et pourtant je suis toujours émue par les corps féminins, c'est pas incompatible, n'est-ce pas ?
      Bisous du matin
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  2. "A mes chers lecteurs qui, je pense, aiment les femmes comme elles sont"

    Je suis de ceux-là et je t'embrasse, Angel Baby.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. L'esthétisme, le respect et la délicatesse sont des vertus qui se perdent.
      Et il y aurait une thèse à écrire, bien sûr, sur ce que signifie respecter une femme...Ce n'est, évidemment, ni l'asservir, ni la réduire, ni la cacher, ni la posséder, ni l'utiliser, ni l'acheter...
      Mais peut-être simplement, bien la connaître ?
      Kiss you and attb
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  3. Quelques anciens se souviendront de Myriam et de la campagne de pub qui a tenu beaucoup d'yeux en éveil. Sur ton post je ne vois hélas que des corps de femme et c'est normal puisqu'ils sont là pour illustrer ton propos du jour. Je retourne donc en atelier où je pourrai travailler le ....modèle vivant; je dessinerai l'HOMME qui s'offre à moi dans son plus simple appareil avec la beauté de ses muscles, son grain de peau, ses courbes, la lumière sur sa nuque mais aussi ses imperfections qui feront le charme de mon croquis.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui mon propos du jour parlait des femmes, je suis juste en avance d'un mois, j'aurais dû publier le 8 mars, mais la journée des femmes c'est vraiment un truc à double tranchant...
      Bref, ne va pas croire que je ne suis pas émue par le corps des hommes, je n'aime simplement pas ton "hélas" qui me fait penser que tu es déçue. J'aurais pu faire le même billet avec des statues d'Apollon et des tableaux de David, mais vois-tu il se trouve que les hommes ne portent pas de burka et c'est surtout à cela que je pensais en écrivant ce billet...
      Voilà voilà. C'était un message quasiment politique.
      Cela dit, tu as parfaitement raison, c'est beau, un homme dans la splendeur de son corps dénudé.
      Bisous bisous
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    2. Entièrement d'accord avec toi mais les hommes portent djelabas et kaftans, ....barbe et moustache. Notre ami commun Brassens (dans une chanson que nous affectionnons autant l'une que l'autre ) te dirait qu'ils cachent aussi quelque chose derrière cette dernière .

      Supprimer
  4. Ah chère tête brune il y a belle burette qu'Andiamette et moi même nous nous sommes fait la réflexion ! Plus de femmes nues dans les pubs pour savonnette ou shampouineuses guettant l'orage ! Plus de poitrines dénudées sur nos plages, les soutifs reviennent en force sous les tee-shirts l'été !
    J'ai connu la libération en 1970, les minis jupes, et tout le reste, les marchands de corsets ont encore de beaux jours devant eux.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Les seins nus sur la plage, ce n'est pas par une quelconque pruderie que je ne m'y suis jamais adonnée, mais plutôt par peur du cancer ... A tort ou à raison d'ailleurs.Mais dans le doute, je préfère m'abstenir. Et puis un peu de mystère ne nuit pas, comme dit Antiblues.
      Cependant ce n'est un secret pour personne que la pruderie gagne du terrain...
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  5. C'est un combat d'arrière-garde, que tu mènes là Célestine ! Car ta nudité est un peu prude, sous le couvert artistique et autre pansement de la morale. Les bien-pensants sont les défenseurs de leurs privilèges, des carrés de peau avec l'élégance de leurs codes et préjugés...
    Moi j'aime l'érotisme et le sexe sans tabous, avec de la force et du tempérament de pirate, avec des poils non autorisés, des verges qui se tendent en étendard, des chattes fendues venant juste de finir de faire l'amour, quoi !
    Et le vrai plaisir du défendu vraiment défendu, pas celui des snobs et des petits bourgeois, des français moyens coincés de la vue et de l'épiderme...
    Bref, l'érotisme c'est la pornographie des autres et je vois rarement le mien, et c'est normal je n'attends aucune autorisation légale pour en profiter, même à la sauvette ^^
    Bon, mon sabre a giclé fort, tu as pris quelques gouttes sur le nez mais c'est ça le piment de la vie ;)
    Besos galinette ♥

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah mais pas du tout, cher pirate. Tu te trompes sur toute la ligne.Enfin, disons plutôt que j'ai loupé mon coup si j'en arrive à te faire faire un tel contresens...
      Si tu veux, mon combat serait plutôt d'avant-garde, vois-tu. Car par exemple, tout ce que tu exprimes ici sans tabou, j'espère de tout coeur que tu pourras toujours l'exprimer, mais je n'en suis pas certaine.
      Parce qu'on n'est pas à l'abri, d'un retour de bâton, d'une censure, d'un retour au puritanisme. Il suffit d'écouter parler certains candidats aux élections américaines. Et certains intégristes de tous poils (sauf pubiens, évidemment)
      Comme je le dis plus haut à Chinou, mon billet est essentiellement politique. Il milite, mine de rien, pour le droit des femmes à faire ce qu'elles veulent de leur corps. Avortement, pilule, relations hétéro ou homo, tenues vestimentaires, la liste est longue des choses que certains hommes entendent contrôler, et c'est cette main-mise insupportable que je condamne.
      Et ça, c'est tout le contraire de la pruderie. Je ne suis ni snob, ni petite bourgeoise, ni catho ni oie blanche.
      Mais j'essaie de ne pas tout mélanger. La pornographie, ce n'est pas de l'art, juste du cochon. Dans le secret de mes alcôves, il m'arrive d'aimer ça. Mais il est bon aussi que les jeunes garçons comme les jeunes filles sachent que ce n'est qu'une partie des choses magnifiques que l'on peut faire avec son corps. Quand on y ajoute un ingrédient essentiel qui manque cruellement à ce monde en dérive.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    2. Ha ha hum bon..^^
      Je crois que pour moi tout ça n'est pas un combat masculin ou féminin. Les visuels féminins manquent souvent de peps et seuls quelques machos s'en contentent. Pour le reste, la censure vient des gens eux-même, avec peur peut-être et sans prix à payer d'autre que la banalité de leur vie et leur manque d'imagination...
      Si les femmes ne sont pas libres, les hommes non plus, souvent la pornographie est le signe du sexe apparent de l'homme, labellisé du signe X. Quand à l'art ose et en général, c'est en transgressant des régles souvent qu'il se fait remarquer. Et bien sûr, on le taxera de vulgarité s'il ne conforte pas la majorité.
      Voili pour aujourd'hui ^^

      Supprimer
    3. Les visuels féminins manquent de peps...Ah bon ? Je connais des hommes qu'une simple photo de moi met en transes,et je ne suis pourtant pas Brigitte Bardot...Effectivement si pour toi, le peps c'est la précision chirurgicale et anatomique, au repli et à la boursouflure près, d'une vulve éclatée comme une figue mûre, ou d'un orifice anal présentant une similitude avec l'entrée du tunnel du Frejus, alors je comprends que la Vénus de Milo, ou mes divagations littéraires autour d'une tasse de chocolat, te laissent de marbre.;-)
      L'imagination, pour moi, c'est de ne pas avoir besoin de ce genre d'image pour fantasmer.
      Je te taquine, mais je crois qu'encore une fois, ce n'est pas un combat masculin/féminin.
      C'est réellement un combat politique et philosophique entre deux éthiques.
      Un enjeu crucial, à mon avis, d'autant plus que les gens ne voyant souvent que l'écume des choses, ne voient pas venir le réel danger...
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    4. à Rackham : Dis donc tu te crois où ? sur "salingue.com ?" Je connais Célestine et je ne permets pas que tu lui écrives de pareilles insanités, tu as été élevé à coups de marteaux ou dans un bousbire de Barbès ?

      Supprimer
    5. "Je connais des hommes qu'une simple photo de moi met en transes..."
      Nooon, c'est possible, ça ?
      Des noms, des noms, des noms !!!!
      :oDDD

      Oulââââh, moi Jdirien, lààà !

      Supprimer
    6. Non, je serai muette comme une tombe.
      ^^

      Supprimer
  6. Réponses
    1. Joli montage, elle est bien droite pour un Courbet... ;-)
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    2. C'est une oeuvre de Madame Orlan, célèbre plasticienne française, résidant à NY et qui fut exposée au Musée d'Orsay à coté de Courbet, dénommée "l'origine de la guerre"
      C'est mal de vous moquer de cette grande féministe.

      Supprimer
    3. Tiens Courbet !
      Dans son tableau "l'origine du monde" on ne voyait pas l'appendice aussi développé ou alors il s'est développé au fil des années. :oops:

      Supprimer
    4. Pour ce 69° commentaire, je te répondrai de lire les commentaires du dessus, afin de comprendre cette histoire d'appendice sur-développé...
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    5. J'ai tout lu maitresse !
      Et ça m'amuse que ce soit le 69ème ..

      Supprimer
    6. Bien sûr !
      On reste dans le thème ...
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  7. Dans chacun de nous sommeille une femme, comme dans chaque femme sommeille un homme.
    La femme est notre double, donc je l’aime. Je l’aime parce qu’elle a ses formes à elle, ses aisances, sa manière de marcher, toutes ses manières délicates et sublimes qui nous séduisent et nous enivrent laissant parfois et même souvent notre imaginaire voguer dans le ciel bleu. Si elle me ressemblait, je me m’embêterais ; je l’aime parce qu’elle est autre, elle est un ruissellement de lumière sur les pas de ma vie.
    Au fond nul besoin de dire comment elle est ! je ne suis que parce qu’elle existe.
    Ce n’est pas une question de libido, c’est une question qui embrasse mon entièreté, qui élève mon âme quand elle déprimée. Elle est la poésie. Qui oserait dire le contraire ? Baudelaire, Hugo, Rimbaud, Aragon ? Qui ?

    Je respire où tu palpites,
    Tu sais ; à quoi bon, hélas !
    Rester là si tu me quittes,
    Et vivre si tu t'en vas ?

    Tu m'entoures d'Auréoles ;
    Te voir est mon seul souci.
    Il suffit que tu t'envoles
    Pour que je m'envole aussi.

    Sans toi, toute la nature
    N'est plus qu'un cachot fermé,
    Où je vais à l'aventure,
    Pâle et n'étant plus aimé.

    Sans toi, tout s'effeuille et tombe ;
    L'ombre emplit mon noir sourcil ;
    Une fête est une tombe,
    La patrie est un exil.
    Victor Hugo
    Merci Céleste pour ces symboles, pour ces images, pour ces beautés, pour ton joli texte.
    Bisou énivré

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah...cher poète, toi seul a la façon de donner aux mots une résonance charnelle, reliant par un pont subtil tous les aspects de nos êtres complexes.
      Ils savaient bien, ceux que tu cites,les Baudelaire, les Verlaine, la puissance quasi érotique de la poésie.
      Et mon coeur de Roxane frémit à l'élégance de vers bien troussés.
      Merci pour ton intervention et pour ce bel hommage.
      Bisous troublés
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    2. Ah! si comme Cyrano, je te répondrais:
      Ton nom est dans mon coeur comme dans un grelot,
      Et comme tout le temps, Roxane, je frissonne
      J'ai tellement pris pour clarté ta chevelure.

      Supprimer
  8. Vous avez raison, mais je vous trouve encore très indulgente. La société française, depuis le Moyen Age (d'inspiration volontiers naturaliste, très libre de mœurs, mais soucieuse de produire une « idéologie » amoureuse qui tient compte de la personnalité féminine, de sa singularité), à l'exception de quelques poussées de pruderie (surtout au XIXe, d'ailleurs, quand se mit en place le productivisme industriel, qui devait mobiliser l'énergie humaine), a développé, affiné, cultivé l'art de rapprocher les épidermes. De ce point de vue, les « snobs »…] petits bourgeois […] français moyens coincés de la vue et de l'épiderme », que dénonce, avec la véhémence d'un capitaine Haddock très irrité, l'un de vos intervenants, ne me paraissent nullement représentatifs de la population de ce pays. À ce même marin d'abordage, qui devrait d'ailleurs mieux contrôler les jaillissements de son « sabre », je conseille la lecture des Mémoires du prince de Ligne, maître de tous les plaisirs, qui fréquenta Giacomo « Mille et tre » Casanova, flibustier de l'amour (lui aussi sortait son sabre mais, contrairement à votre érotomane retentissant, préférait batifoler dans la soie et le velours en raffiné qu'il était) et rapporte une ou deux délicieuses soirées dans la compagnie du cardinal de Bernis, très spirituel abbé de cour, alors ambassadeur du royaume de France à Venise, pimentées par la présence de jeunes femmes peu farouches. À Venise, les jolies femmes ne manquaient pas : aristocrates, filles du peuple, ou encore religieuses qui, sous leur cornette, échafaudaient des figures amoureuses compliquées, qu'elles ne demandaient qu'à expérimenter. La France et l'Italie furent sœurs et complices dans la quête à la fois savante et entêtée du plaisir. Charles-Joseph de Ligne mourut, très vieux, à Vienne, pendant le fameux congrès : on dit qu'il se rendait au domicile d'une jeune personne, quand il fut pris d'un malaise… Lisez-donc Ligne, capitaine Haddock : vous y perdrez un peu de vos emportements, votre goupillon y gagnera en précision : car, s'il n'est point interdit d'asperger, encore faut-il viser juste, les dames ont le goût des tireurs d'élite !
    Pour en revenir à votre sujet, Céleste, je vous trouve encore trop indulgente. Nous sommes menacés, en effet, directement et indirectement. Notre société recule chaque jour un peu plus. Son ennemi se nomme terrorisme islamiste, et son cortège d'imams obscurantistes, autoproclamés. J'ai dit islamistes, et non musulmans.
    Chère hôtesse, n'hésitez pas à supprimer ce trop bavard message s'il vous déplaît, je comprendrai fort bien et ne vous en voudrai nullement.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Suppimer votre message ? Mais non, il est très bien, votre texte, cher ami. Historiquement et littérairement très documenté, hédoniste, libertin, vigilant politiquement, et raffiné dans tous les sens du terme. Tout vous, en fait. Que demander de plus ? Je ne vais pas censurer un commentaire sur un billet qui dénonce la censure, je manquerais cruellement de cohérence...Je repensais en vous lisant, évoquant à la chanson de Brassens (encore lui)
      Eh bien, messieurs, qu'on se le dis' /Ces belles dames de jadis/ Sont de satanées polissonnes,/Plus expertes dans le déduit / Que certain's dames d'aujourd'hui,/ Et je ne veux nommer personne !
      Indulgente...je ne sais pas. Circonspecte sans doute envers ces gougnaffiers autoproclamés...Mais mes bouillonnements intérieurs en disent long sur la façon dont je contrôle ma plume pour ne pas voler dans les leurs, au risque d'en laisser quelques unes des miennes... capito ?
      Bien à vous
      tendres pensées
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  9. Bonjour Célestine, et pourtant c'est si noble et si beau une femme ! Tu as O combien raison de préciser dans ton billet (un bon plaidoyer ) qu'hélas, et encore en 2016 partout, le puritanisme et l'obscurantisme gagnent du terrain...Faisons reculer (oups, j'ai pensé autre chose ..) la pensée de ces ignorants repliés dans leurs certitudes de culs bénits en osons nous mettre à poil et à le revendiquer !! çà tombe bien , l'hiver 2016 n'est pas très frais .

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai essayé d'écrire un billet mesuré et sensible...
      mais d'autres mots me brûlent les lèvres devant l'intolérance intégriste.
      Et au vu des différents commentaires que suscite mon billet, je balance encore et toujours dans un juste milieu qui a du mal à trouver un écho de nos jours...
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  10. Réponses
    1. Ah Pastelle, ton oeil d'artiste me réjouit.
      Et je te remercie de ton passage. Mon billet ne s'adresse pas qu'aux messieurs, j'aime avoir l'opinion de mes lectrices aussi.
      Gros bisous
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    2. C'est un exercice intéressant que de se demander ce qu'on aurait ajouté ou enlevé à ton choix. J'aime bien l'exercice. Sans doute manque t-il pour moi les Trois grâces, la Grande Odalisque et la Vénus de Milo, mais je le répète, c'est une jolie sélection.

      Supprimer
    3. Merci Pastelle, tu as raison, ce sont des incontournables. Je les rajoute à ma galerie.
      Bisous
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  11. J'ai craint ta timidité et je me doutais de ne pas voir Courbet !
    Il y a une femme qui se met en situation au Musée d'Orsay sous les tableaux de Coubet, art ou exhib ?
    Enfin pour être plus terre à terre ils me font marrer tous ces mecs qui ont une barbe longue et hirsute alors qu'aujourd'hui les plus jeune revendiquent le sexe glabre, d'un autre côté lors d'un bon cuni on ne sait pas qui a les poils !
    Bon je sors.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui j'ai hésité, je sais que tu es un fan de Courbet, mais je n'aime pas ce tableau, non par excès de pudibonderie, mais simplement parce que je le trouve sans émotion. Peut-être que ceux qui ont cherché à lui mettre à tout prix un visage ont cherché cette émotion qui lui manque...
      Je pense que la fille qui se déshabille dans les musée a vraiment une démarche artistique.
      Pour le reste, tu m'as fait rire, c'est l'essentiel, hein, Choupinou.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    2. Le personnage m’intéresse effectivement et je connais ton sentiment vis à vis de ce tableau lorsque j'en ai parlé sur mon blog avec le livre d'Orban notamment et mon avatar bien sûr.
      J'aime la provocation ce qui m'a valu bien des déboires au cours de ma vie. Quant à la fille je lui ai envoyé mon numéro de téléphone au cas où elle récidiverait.
      Maitresse sans ton chapeau es-tu aussi nue que "l'Origine du monde" ?

      Supprimer
    3. Eh oui, je crains d'être comme toutes les femmes...avec peut-être une pilosité disons contrôlée, moins débordante...
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    4. Une belle pelouse nécessite beaucoup d'entretien et quand c'est un travail d'orfèvre on s'en délecte.

      Supprimer
    5. Monsieur est connaisseur en horticulture je vois... ;-)
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    6. Oui et écolo du premier jour, fervent défenseur de l'engrais naturel.

      Supprimer
    7. Ben voyons, je vois qu'on s'amuse bien ici !
      ;oDDD

      Supprimer
    8. Oui avec Fred-Jean Charles, c'est toujours très badin...
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  12. Il faut choisir : si on ne voile pas les statues dénudées du musée, on ne vendra pas d'avions ou d'armes à l'émir.
    Ils ont choisi.

    N'est-ce pas dans une autre chanson de Brassens qu'il y a "Quand on est con, on est con" ?

    Je résiste avec toi sur mon blog, avec mon artiste préférée et ses "Quatre saisons" (mais, bizarrement, je préfère l'hiver qui est la plus habillée !) ;-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Moi c'est l'automne. Je la trouve...flamboyante !
      Merci pour cette belle découverte.
      Bises
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  13. Dans le cas ou un mouvement de masse se manifeste et défile nu serais-tu prête à te joindre à eux afin de défendre ce droit à la nudité ou nudité représentée...

    Bleck

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Eh bien...non. je préfère me battre avec des mots.
      Pas trop déçu ? ;-)
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    2. Non, sincèrement non d'ailleurs je n'ai pas à être déçu, je sortais d'un docu (racoleur) sur le naturisme lorsque j'ai lu ton billet, en fin de docu on nous présentait un militant écolo et naturiste Bruxellois cet homme au demeurant très bien de sa personne milite à titre personnel et associatif pour le nu partout et il joint le geste à la parole... culotté, si je puis dire...

      Bleck

      Supprimer
    3. Les gens qui se battent pour le nu partout n'ont pas compris qu'ils ôtaient toute charge érotique à la chose...Le nu doit rester l'exception pour moi, l'exception dans l'art notamment, je peux comprendre que l'on aime se balader à poil sur une plage, mais aller acheter sa baguette ou ses clopes, je trouve ça limite ridicule...
      Bisous du matin
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    4. Humm... comment dire, il me semble que la "nudité sociale" et la sexualité sont deux choses bien différentes. Au delà du nu sur les plages je n'en ai pas fait l'expérience à titre personnel mais j'habite une région où se situe les plus grands centres naturistes et je constate que les "non textile" sont très agréables, ils ont franchement quelque chose que les autres n'ont pas... je parle là de rencontres sur les marchés et habillés mais "ils" se repèrent très facilement, et bien sûr je généralise. Un jour je crois que je tenterai l'expérience d'un séjour dans ces camps même si le passage à la caisse d'un supermarché nu me semble également "ridicule", j'irai constater.

      Bleck

      Supprimer
    5. Je n'ai rien contre le naturisme, il m'arrive de le pratiquer, chez moi, dans mon jardin, les nuits d'été ou même le maillot de bain devient collant et chaud.je ne doute pas que les gens qui font ce choix éthique doivent être agréables, puisqu'ils sont forcément dans le "non-jugement".
      C'est tellement agréable de ne pas se sentir jugé (voire jaugé) par le regard d'autrui.
      Alors peut-être, oui, qu'un jour j'irai voir. Mais je me contenterai de la plage, sans aller jusqu'au supermarché. Parce que je persiste à trouver ça ridicule, mais aussi parce que je suis frileuse et que dans les supermarchés, il fait un froid de gueux. ;-)
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    6. Le naturisme est beaucoup plus une philosophie qu'un simple décarpillage de fringues.
      Il s'agit d'un retour au naturel à options multiples: l'écolo, non fumeur, souvent végétariens. Les naturistes sont proches de la nature et humanistes. C'est très loin des clichés de débridage sexuel que certains lieux de la Côte peuvent véhiculer. C'est sans voyeurisme, lorsque deux naturistes discutent, ils se regardent vraiment dans les yeux. C'est aussi un monde de bienveillance et de tolérance.
      N'étant pas exhibitionniste, je vaque, à journée faite, à mes occupations jardinières (et autres) dans le plus simple appareil, à l'abri, si non des regards ostensiblement indiscrets, tout au moins derrière le voile des haies autour de chez-moi. Toute fois, je ne me verrais pas faire mes courses ou déambuler sur la place publique en étant à poil.
      Ceci dit, je n'aime pas beaucoup l'idée de camps spécifiques aux non-textiles. Ce sont encore des lieux de parcage ou d'exclusion.

      Concernant ta remarque sur le regard d'autrui:
      Une fois que j'étais au Salin de Giraud, je discutais avec une vacancière qui me disait ne venir à la mer qu'en ce lieu car elle ne supportait pas l'idée d'être boudinée dans un maillot qui ne faisait qu'aggraver son problème de sur-poids et qu'elle ne s'y sentait pas jugée sur son apparence.

      Concernant le soleil:
      Aucune partie du corps n'est spécifiquement vulnérable au soleil.
      Fesses, seins, sexe n'ont pas un épiderme différent que le visage ou les mains, ces parties du corps ont juste moins (ou pas) l'habitude d'être exposées au soleil. En conséquence, il faut les habituer progressivement et tout se passe aussi simplement que pour le visage...

      Ti bacio Ragazza

      Supprimer
    7. J'adore t'imaginer arroser tes hortensias dans le plus simple appareil...
      C'est bucolique !
      Cela dit, je me doute que les naturistes sont en grande partie des gens respectueux et bienveillants. Et d'ailleurs je n'ai pas dit le contraire. Mais il y a quand même une petite partie d'entre eux qui ne viennent là que pour "mater" et ça, c'est pas terrible.Je constate que tu es d'accord avec moi sur le côté légèrement ridicule de se balader nu en ville ou dans les magasins.
      Pour le soleil, je connais ta théorie. mais j'ai une collègue qui est morte d'un mélanome, et disons que ça m'a traumatisée. Elle était adepte de se faire cramer les seins, elle voulait être "croustillante"...
      Enfin, si c'est pour être croustillante pour les vers, je préfère éviter...
      Ti bacio e sono felice

      Supprimer
    8. Est-ce la faute à la bagnole si un type se viande à 200 km/h dans un virage?
      Ou, expliqué autrement, peut-on expliquer les mathématiques quantiques à un gosse qui ne connait pas ses livrets...

      Je ne suis pas adepte de se faire rôtir au soleil. Même chez-soi il y a des moments où le soleil est trop fort.
      Canaille ou non, les siestes sont faites pour éviter ces moments-là.
      En respectant une progressivité, la peau des fesses accepte la même charge solaire que le visage.
      Ti abbracio

      Supprimer
    9. Je m'incline devant la force de tes arguments massus...
      ^^

      Supprimer
  14. Ton billet fait écho à une autre sorte d'oppression envers les femmes, décrite par Edmée dans son billet intitulé « Protégez-nous des rustres » ( https://edmeedexhavee.wordpress.com/2016/02/05/protegez-nous-des-rustres/ )

    Dans les deux variantes des hommes entendent exercer un contrôle sur la liberté (ou le corps ?) des femmes, pour ne pas avoir à contrôler eux-mêmes leurs « coupables pensées ». Comme s'il était impossible a ces mâles de réfréner leurs pulsions, faute de savoir les sublimer ! Cacher l'objet du désir ou... "se servir".

    Pitoyable...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est tout à fait exact ce que tu dis Pierre.
      Le billet d'Edmée m'a interpelée au plus haut point et comme toi, j'ai tourné autour, sauf que moi, je n'ai pas su comment le commenter. Sans doute ce sujet est-il trop brûlant pour moi...
      Les rustres, les indélicats, me hérissent...
      Bises tardives
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  15. Que l'on sorte goudron, plumes et ...cirage pour les fâcheux!
    Ca suffat comme-ci!
    Merci pour ce beau billet

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Si seulement les choses pouvaient se régler avec autant d'humour !
      Bisous MissA
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  16. Comme je regrette de ne pas avoir le temps de commenter un si beau sujet, occupé que je suis par un déménagement quasi solitaire !...
    J'aime bien quelques réactions au com' de Rackham, qui peut-être n'aura pas tout compris... :oD

    ...'fin moi... Jdirien...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui c'est dommage, j'aurais bien aimé connaître ton avis sur tout ça...
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  17. Les hommes qui ont peur de la nudité des femmes ont surtout peur d'eux-mêmes. Peur de ne pas être à la hauteur (ou à la longueur :-)), peur de ne pas les satisfaire, peur d'être décevants. Ils prennent l'amour pour de la performance, sans comprendre que l'amour est un partage, et s'inventent de toute pièce une soi-disant supériorité uniquement pour ne pas devoir assumer les faiblesses de leur propre authenticité.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est très beau cette analyse, et tout à ton honneur de le reconnaître, en tant qu'homme.
      Les comportements humains sont souvent très irrationnels, et inféoder toute sa vie à des dogmes, des traditions qui empêchent de penser par soi-même, voilà qui est pour moi le comble de l'irrationnel... Non que je prône un monde entièrement gouverné par la raison.
      Mais que l'on place plutôt l'irrationnel dans l'art, la poésie, l'imagination, au lieu de se fourvoyer dans des croyances fumeuses.
      Cela dit, que les hommes aient peur des femmes, certains expliquent cela par la capacité de plaisir quasi infini de ces dernières. D'où l'acte de barbarie ultime appelé excision...
      Bises
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  18. Je viens de lire tous les billets aussi intéressants les que les autres. Je n'ai pas grand chose à rajouter sinon que cette omerta tant à effacer la femme, à la cacher derrière des voiles. Dommage la femme peut être si belle. Je soupçonne certaines jeunes filles portant le voile d'en faire une mode et pour d'autres un acte de revendication !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bien entendu, il y a une part de revendication d'identité. Il est notable que plus on a stigmatisé les différences et encouragé le communautarisme, plus on a assisté à une augmentation de ce phénomène. Il y a trente ans, on ne voyait quasiment pas de voiles en France.
      Il est également étrange que dans certains pays musulmans les femmes ne le portent pas...
      cela dit, la tradition culturelle gréco latine a toujours sublimé les corps nus dans l'art, et jeter le voile sur des oeuvres d'art, dans un but commercial ou politico-économique, c'est proprement insupportable.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    2. Souvent même il est combattu, dénoncé dans ces même pays musulmans qui je dois le dire, c'est un non sens de dire pays musulmans(un pays ne peut pas être lui-même musulman, c'est un acte de foi personnel): il n'y a de musulmans qu'en fonction du nombre de croyants dans l'Islam. Un pays comme l’Algérie, il y'a plus de bars ouverts que de mosquées, comme il y'a autant d'athées, de non croyants, de musulmans et même de chrétiens algeriens( dont on ne parle pas souvent de ces derniers).Tout le reste n'est que caprice du Roi.

      Supprimer
    3. Pardonne moi cet abus de langage. Tu as raison, il est toujours très dangereux d'associer politique et religion, et la séparation de l'église et de l'état est la meilleure chose qui puisse arriver à un pays. Ce qui se passe en ce moment dans le monde occidental, comme ailleurs, c'est que des dirigeants (et notamment américains) se permettent d'invoquer un dieu à la fin de leurs discours. Ça ne va pas tarder à échapper de la bouche d'une de nos politocards, et là, ça va signer la fin des haricots.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    4. Mais voyons ma Chère, C'est déjà chose faite depuis Naboléon 1er...
      "Dans la transmission des valeurs et dans l’apprentissage de la différence entre le bien et le mal, l’instituteur ne pourra jamais remplacer le curé ou le pasteur, même s’il est important qu’il s’en approche, parce qu’il lui manquera toujours la radicalité du sacrifice de sa vie et le charisme d’un engagement porté par l’espérance."

      Donc les haricots sont déjà en état de putréfaction...
      Baci

      Supprimer
    5. Certes. Mais pour l'instant, on n'en a pas encore entendu un finir un discours par "Dieu protège la France"...
      Ce jour-là, je n'ai pas hâte qu'il arrive.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    6. Avant ça, ils feront graver "Goth mit uns" (de sinistre mémoire) sur les ceinturons des bidasses...

      Supprimer
  19. Tout a fait d'accord avec toi. Je suis même pour aller plus loin dans la nudité mais après on te taxe de vicieux ou d'obsédé. On peut aussi mettre des corps d'hommes nus non ?? La vulgarité n'est pas là où les bien pensants la voient. J'aime beaucoup Magritte et aussi le troisième tableau en partant du haut dans la dernière série. Il est de qui ?
    Bisous.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bien sûr que l'on peut mettre des corps d'hommes nus. Il faudrait se demander d'ailleurs pourquoi il y a davantage de nus féminins célèbres que masculins... Peut-être parce qu'il y a davantage eu de peintres que de peintresses... ;-)
      Dans ce billet là, c'était un choix de parler de l'image de la femme, rapport à tout ce qui se passe en ce moment au niveau des intégrismes.
      Pour le tableau que tu aimes, je n'arrive pas à saisir ce que tu veux dire par "la dernière série"
      Vu que pour moi il n'y a qu'une série...Peux-tu préciser ?
      Bisous interrogatifs
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    2. Je commente ton post depuis la salle d'attente chez l'ophtalmo, il n'aura pas besoin de me dilater les pupilles...Je me suis rincer l'oeil, bravo pour ton choix tu as bon goût ! Il y a quelques jours j'avais ri devant la connerie des autorités italiennes quand elles avaient fait masquer les statues lors de la visite du chef d'état iranien...

      Supprimer
    3. tu seras indulgente pour l'infinitif à la place du participe passé LOL

      Supprimer
    4. Le corps de la femme est inégalable en terme de beauté dans notre imaginaire par rapport à celui de l'homme du point de vue des femmes que de celui des hommes. Ce qui n'est pas le cas pour le corps de l'homme, loin de là. Certes la femme peut trouver du superbe dans le corps de l'homme mais ce n'est pas le cas du regard de l'homme sur son corps (sauf bien évidemment concernant sa constitution physique, comme bel athlète, ou autre mensuration). Le corps de la femme est sublimé et par l'homme et par la femme et ce n'est pas avec la même intensité qu'on regarde le corps de l'homme, du côté des deux sexes. Bien sûr il y'a des corps d'homme qui sortent de l'ordinaire. Moi je dis que la beauté est chez la femme, ce que la virilité est chez l'homme, et encore!!Les peintres et autres artistes femmes et hommes n'ont pas peints à ce jour le corps des femmes, si ce n'était le sublime que dégagent leur corps. Je ne vois rien de sublime dans le corps de l'homme même si un corps bien constitué, musclé, attire la femme, mais cela est une autre question que ne se posent pas les poètes.

      Supprimer
    5. Mais oui t'inquiète pas.
      Je note que tu utilises de façon très judicieuse tes passages en salle d'attente ...
      Bisous
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    6. Et ben dis-donc quel carambolage!

      Supprimer
    7. @Bizak
      Ah oui c'est sûr que si tu réponds à Daddy en même temps que moi, ça va être difficile de s'entendre ! Cela dit j'ai bien compris, même si je ne suis pas tout à fait d'accord. Je trouve que c'est beau, un homme...
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    8. J'ai pas dit le contraire, bien sûr c'est beau un homme, mais pour la femme et parfois pour l'homme. Hi!hi! Mais je préfère les femmes, voilà tout est dit, je ne change pas.

      Supprimer
    9. Tu es tout à fait en droit de préférer les femmes....
      Loin de moi l'idée de t'en empêcher cher Bizak.
      Bises très nocturnes
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    10. La 5 ième image en partant du haut...c'est plus clair comme ça ! :D

      Supprimer
  20. Je suis sidéré par l'engouement que chacun de vos billets suscite.
    Vous réussissez le tour de force d'écrire un billet politique enrobé dans l'art. Bravo, c'est très fort. Et je partage votre opinion, les richesses du patrimoine pictural ne doivent pas être recouvertes d'un drap.
    ~L~

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je vous rassure: j'en suis moi-même toujours étonnée...et ce n'est pas de la fausse modestie.
      Quand j'écris un billet, je me dis toujours : "celui-là ne va pas intéresser les gens"...
      C'est bizarre, non ? Un vieux fond de manque de confiance en moi...mais je me soigne.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  21. Ciao Ragazza,
    je suis à peine de retour d'un voyage chez les Ch'tis et même au delà. Retour aujourd'hui . 600 km une vitesse maxi de 50 km/h avec plus de 2 tonnes de fers sur la remorque. Bref, je suis out et je commenterais demain, enfin aujourd'hui, heu oui, tout à l'heure, après une nuit de sommeil que je me souhaite bonne.
    Ti bacio

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est gentil d'avoir fait un détour par chez moi après un aussi long voyage !
      baci a domani
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    2. ah ben au moins on sent que t'en avais gros sur la patate! quelle belle recherche! la nudité n'est qu'un prétexte, je pense qu'ils ont un prb avec la femme nue ou pas et on est reparti dans des trucs sordides de domination, perso ça m'inquiète bcp, bises

      Supprimer
    3. Je mesure chaque jour la chance que j'ai de pouvoir aller et venir à ma guise, mais je sais que les femmes dans mon cas sont assez rares, même dans nos pays occidentaux, combien en voit-on qui se confinent dans des situations invivables auprès d'un gros macho ? (je pense à certaines séquences de la série "confessions intimes" ) Les trucs sordides de domination sont légion dans le monde. Même chez le voisin du dessous, hélas...
      Bisous espérants
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  22. Je m'associe volontiers à ton acte de résistance. Le chemin de la liberté des femmes - celui qui exclut commerce, voyeurisme, folie et pornographie - n'a à être dicté par quiconque. Je pensais que les femmes étaient sorties de beaucoup d'ornières et de prisons, et bien non,la lutte doit continuer, alors luttons... Belle journée Célestine. brigitte

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oh non, la lutte est loin d'être finie... Et si la femme est l'avenir de l'homme, rien n'est jamais acquis...
      Bisous solidaires chère Brigitte
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  23. Oh, je suis extrêmement flatté d'être en si bonnes compagnies, de peintres et de femmes...J'aime toutes les reproductions choisies. Toutes... Je suis impressionné aussi par la liste des commentaires. Vous suscitez le débat Célestine... Encore qu'on ne puisse qu'être d'accord avec vous.
    Nous rions des tartuffes, nous reconnaissons à certains le plaisir d'être choqué et nous leur accordons même le droit de se complaire dans leur pudibonderie (mais nous n'en sommes pas dupes. Être troublé par une paire de miches c'est en jouir, mais mal). Nous n’acceptons pas qu’ils érigent leurs faiblesses en morale et leur morale en lois.
    Quant à la pornographie, qui coupe l'herbe sous le pied du désir en donnant trop à voir, nous n'en pensons plus rien. Enfin si. Nous redoutons qu'elle fabrique, maintenant qu'elle ne se mérite plus, qu'elle surgit en trois clics, parfois moins, des armées d'impuissants, de frigides dans nos jeunes générations. Vous me trouverez sans doute vieille école mais je crois que l’amour charnel fait son miel de l’attente, du fantasme, du différé et de la contrariété momentanée. Toutes ces agaceries contribuent à gonfler le désir. La déflagration, son écho en cascade, n’en sont que meilleurs quand se décharge la pulsion. La vérité crue est plate et débandante. L’imaginaire pare le pire des laiderons de talents qui subjuguent. Il parait qu’on aime les femmes pour ce qu’elles ne sont pas et qu’on les quitte pour ce qu’elles sont. Le secret, sans doute, c’est de partir avant la fin des rêves. Fuir le bonheur de peur qu’il ne se sauve.
    Bien à vous, Célestine aux yeux bleus, qui faite se pâmer les hommes par la moindre photo (à adresser en MP, merci d’avance)…
    (Je vous recommande un sketch du sniper Eboué, sur la question plus générale de la fin du désir. Il vous épargnera la fastidieuse lecture de "L'homme sans gravité" du pompeux Melman. Comme tous les hommes de talent il en dit plus qu’il ne croit…) Ci-dessous le lien :
    https://www.youtube.com/watch?v=jE_DQpqzIKo

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est un honneur pour moi, cher ami, que vous ayez passé un peu de temps à rédiger cette réponse, qui dépasse mes espérances. Je suis moi même comme j'aime à le dire, une "vénus de la vieille école" selon l'expression de Georges Brassens, et j'accorde une grande importance à la culture du mystère, de l'attente et du fantasme, tels que vous les décrivez si bien. Funambule et papillon, je n'aime que la légèreté, le trouble évanescent, et les frémissements qui précèdent les éruptions stromboliennes de la passion.
      Si j'avoue avoir beaucoup ri aux saillies de cet humoriste, il y a quand même un inquiétant fond de vérité dans ce qu'il dit. Il est peut-être encore temps de transmettre aux jeunes qui nous entourent le goût des délices telles que nous les apprécions, même si la tâche est rude, je l'admets. Mais pour les autres, ceux que la grâce d'une certaine culture n'aura pas su toucher, je crains que ce ne soit trop tard.
      Bien à vous
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  24. ho que je suis d'accord avec toi! sans parler des statues recouvertes au vatican pour la visite de l'iranien ,gros contrats oblige... et dire que lorsque j'étais jeune femme, on était toutes en monokini, grosses, maigres avec des petits ou de gros seins, des mous, des fermes et cela ne nous choquaient pas! aujourd'hui si une belle pépette ( et je ne te raconte pas si c'est une grosse) a le malheur de se dénuder ne serait-ce que le temps de se changer sur la plage ou au bord d'un lac c'est forcément une allumeuse! mais où va-t-on??? jusqu'à quand la liberté de la femme va-t-elle reculer??

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il est vrai que je ne ressens ce retour en arrière que depuis quelques années, mais il a dû commencer subrepticement bien avant que l'on s'en aperçoive...
      Seia, je crois que sauf erreur de ma part, tu n'avais jamais commenté chez moi. Et tu es officiellement ma quatre centième commentatrice ! Ça s'arrose !!!

      Champagne !
      ¸¸.•*¨*• ☆¸¸.•*¨*• ☆¸¸.•*¨*• ☆¸¸.•*¨*• ☆¸¸.•*¨*• ☆¸¸.•*¨*• ☆¸¸.•*¨*• ☆¸¸.•*¨*• ☆¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    2. une coupette ne se refuse pas! ( sauf peut être au lever!)
      je fais partie de tes lectrices silencieuses, c'est comme quand tu arrives dans une réunion d'amis où tu as été invitée par l'ami de l'ami... tu ne te sens pas de suite à ta place, il faut du temps, regarder, écouter, entendre, sentir avant....

      Supprimer
    3. Seia !!!!Je me demandais si tu reviendrais boire ta petite coupe...j'en suis fort heureuse.
      Tu es ici chez toi, tu reviens quand tu veux. Prends ton temps, regarde, écoute, sens, touche, goûte...
      Bises
      ¸¸.•*¨*• ☆
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  25. Résiste! Quel beau billet! Ton texte est d'une foudroyante justesse.
    La femme est LA source de tous nos rêves, l'ART personnifié et une source d'inspiration jamais tarie... Sans les femmes, point de poète, point de peintre, point d'écrivain...
    C'est l'obscurantisme qui devrait être bâillonné, et sans ménagement.
    J'ai l'impression de me sentir moins seul ce soir.
    Bises solidaires.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Quel bel hommage !
      merci beaucoup Etienne
      grâce à toi j'ai l'impression qu'Aragon n'est pas tout à fait mort.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  26. Je retire de tout ça que la société régresse à une allure phénoménale depuis 1980-81.
    1980 Jimmy Carter choisi de mettre un fou de dieu sur le trône d'Iran, croyant (le con) qu'il lui serait plus facile de le manipuler que le Shah qui s'était pris de velléités de devenir l'homme fort du Moyen Orient.
    Carter a ainsi sorti l'intégrisme islamiste de la boîte de Pandore.
    1981:
    Un attentat pseudo-bulgare, mais terriblement opus-déïen, veut tuer Jeanpaulski (qui était alors un pape moderne et ouvert). Le Panzer-Kardinal Ratzinger et L'Opus Deï prennent alors le pouvoir des mains d'un pape terriblement affaibli et radicalisent la doctrine catho.
    Depuis la liberté d'expression et de vivre sans emmerder ses voisins ne cesse de reculer.
    Côté islamiste, pas besoin de développer, l'actualité s'en charge...
    Coté juifs, sans pour autant faire du suif, des intégristes arrivent à justifier l'assassinat de goys si cela sert la religion juive. Heu oui!, ben non, personne pour faire interdire un livre qui soutient cette thèse qui relève du crime contre l'humanité...
    Donc, côté religion, ce n'est pas la joie et depuis Sarko, l'intégrisme catho a inverti l'Elysée avec Emanuelle Mignon, puis Claude Guéant pour les plus visibles...
    Sur le plan des droits civiques, Hollande aura fait plus fort que tous, hormis de Gaulle avec ses lois antiterroristes, qui sont avant tout des lois anticontestation.
    Nous sommes donc de plus en plus dans une société pétainiste:
    "Eglises, travail, famille, patrie" et ferme ta gueule ou gare aux tribunaux d'exception qui ont la faculté de s'asseoir sur la légalité au nom de l'"Ordre".

    On a encore la faculté de désobéir, de continuer à revendiquer nos libertés du moment que ça n'emmerde personne et d'user de ces libertés-là.
    Plus nous serons à le faire, et plus nous limiterons la faculté de nuisance des politocards qui nous gouvernent et des intégrismes religieux qui les utilisent.
    Démocratie, Liberté sont des mots proscrits lorsqu'ils n'ont pas été vidés de leur sens par des escrocs de la politique.

    Donc pour en revenir au sujet de départ, continuons de chérir et d'admirer les femmes, autant dans leur corps que pour leur esprit et continuons de stigmatiser les larbins des marchands d'armes prêts à toutes les vilénies pour un contrat juteux.

    Voltaire! Rousseau! Jaurès! Zola! Cessez de roupiller le boulot n'est pas fini.
    Ti bacio Sorellita

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. La démonstration fait un peu froid dans le dos, mais elle est implacable.
      Toi, tu ne t'es pas trompé sur le sens philosophico-politique de mon billet...
      Tu crois qu'ils t'ont entendu, la bande des quatre ?
      Baci caro.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  27. Froid dans le dos, oui !...
    Alors oui, Voltaire! Rousseau! Jaurès! Zola! et à nous de défendre l'ouverture d'esprit, l'accueil, l'empathie... l'Amour !...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il y a du boulot, mais ça vaut le coup !
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    2. En même temps, c'est plus facile d'avoir froid dans le dos quand on est toute nue ^^
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  28. https://www.youtube.com/watch?v=64PgIVc2gjs

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Jolie reprise. Une chanson où un homme avoue une faiblesse, c'est émouvant.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  29. Je ne peux que t'inviter a rejoindre comme moi "l'index levé je suis une femme libre"

    RépondreSupprimer
  30. Bravo pour cet article. Tout y est dit.
    Pour moi, la nudité n'a jamais été un problème; j'adore nager nue, me balader nue; et à ceux qui ne comprennent pas que ce n'est pas honteux, je réponds que, nous tous, venons nus au monde. Alors, quoi de plus naturel!

    RépondreSupprimer
  31. Ah les cons !
    Ils devraient lire en rêvassant "Musées secrets" de Théophile Gautier".
    Et tant d'autres, de "Nevermore" de Verlaine à "Je n'ai pas pour maîtresse une lionne illustre" de Baudelaire en passant par ce délicieux poème de Rimbaud "Rêvé pour l'hiver".
    vraiment ils ne connaissent rien du beau.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci pour ce florilège poétique, le Goût.
      Hymnes à la Femme, à son corps, à son âme. Et à sa pilosité merveilleuse...
      Vivent les poètes et à bas les cons.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    2. "à bas les cons" ... vaste programme aurait dit le grand con de 196 cm.

      Supprimer
    3. Tu as toujours eu le sens de la formule.
      Lui aussi. Vous avez donc au moins un point commun :-)
      Bisous taquins
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    4. Ben ça me fait bien plaisir d'avoir un point commun avec lui.. ;-)
      Oui, disons celui-là, parce que s'il fallait en avoir d'autres (le respect des autres, le courage physique, la pertinence d'analyse, la fidélité et quelques autres fichiers qui lui manquaient), je me sentirais moins fier.

      Disons aussi qu'à tout prendre, je préfère mes Points Communes à des points communs avec certaines personnes...
      Ti bacio

      Supprimer
    5. Alors ça, c'est trop mignon.
      ♥︎

      Supprimer

Je lis tous vos petits grains de sel. Je n'ai pas toujours le temps de répondre tout de suite. Mais je finis toujours par le faire. Vous êtes mon eau vive, mon rayon de soleil, ma force tranquille.
Merci par avance pour tout ce que vous écrirez.
Merci de faire vivre mes mots par votre écoute.