vendredi 18 décembre 2015

J'aime rire !

Afficher l'image d'origine

Espoir, guimauve, comédie, musique, plage, liaison, mièvre, baragouinage, égalité, classique, chanson, inspiration, balai, essuie-glace, navet, louche, roman, abracadabrantesque, amoureuse et batifoler.


Pour les Plumes d'Asphodèle




« Sérieux s’abstenir ». 
Quand j’étais enfant, c’était le titre d’une émission fort drôle. Les sketches étaient parfois tirés par les cheveux, voire abracadabrantesques, mais on passait un bon moment en famille.
Mon père aimait rire. Il trouvait louches les  fâcheux qui rient chaque fois qu’ils perdent un œil, et se trimballent, disait-il, « avec un balai dans le cul ».
Oui, pardonnez-lui tant d’impudence, mon dabe puisait son inspiration picaresque dans la langue de Rabelais à égalité avec celle très fleurie de Frédéric Dard.
C’est en suivant son exemple que j’ai toujours aimé rigoler, et les gens qui savent me faire rire ont à mes yeux une grâce sans pareille.
Oh, certes, il m’est arrivé, par moments, de prendre l’existence comme une tragédie grecque, un drame classique à la musique languissante, telle une Walkyrie chevauchant de mornes plaines. J'ai traversé des plages sans mer qui ressemblaient à des déserts.  
Mais que c’est ennuyeux au bout d'un moment d’errer sans batifoler ! Alors, de plus en plus,  en vieillissant, je trouve plus sage de faire de la vie une comédie, un roman léger mais pas mièvre, et une chanson douce mais tonique sans être un navet à la guimauve.
En somme, je préfère les vaches qui rient aux Walkyries. Muahaha !

Je comprends qu'un Woody Allen ait eu plus d'amoureuses que ne le laissait supposer a priori son apparence physique.  Entre un  sketch de Devos, et le baragouinage verbeux et filandreux  d'un Finkelkraut, j'ai vite choisi.

On commence d’ailleurs à établir une liaison évidente entre le rire et la bonne santé, des études dignes d’intérêt le prouvent, comme en atteste cet article plein d’espoir : rire serait une thérapie imparable et à la portée de toutes les bourses, un prozac naturel et sans danger. On y apprend que les gens rient de moins en moins. On y trouve  la liste de toutes les vertus thérapeutiques dont ils se privent. Vous verrez, c'est étonnant. Alors, pour paraphraser un slogan célèbre :  « Riez ! Riez de ce que vous voudrez, mais riez ! »

En vérité, je vous le dis, à bon escient, le rire est un essuie-glace sur le pare-brise de la morosité.





Rire joyeux ou rire amer...à vous de choisir !

95 commentaires:

  1. Parfois des expressions que j’entends se prêtent vraiment à rire, si ce n’est pas vraiment un rire jaune. Sinon comment comprendre : mourir de rire, pleurer de joie, rire aux larmes. Ma foi quand on y pense bien, on a envie de se fendre la rate (ce qui n’est pas moins dangereux)
    J’aime plutôt ces expressions qui me prêtent vraiment à rire celles-là, comme : me fendre la poire, ou la pêche et surtout m’en payer une belle tranche. Bon pour ce qui est de : me taper le cul par terre, ça peut encore passer, c’est vraiment à se tordre de rire que ces expressions loufoques.

    Par contre ce rire à gorge déployée de ce petit jeune homme est vraiment salutaire et puis il se fend vraiment une belle pêche.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il y a aussi se tenir les côtes, se poiler, se bidonner, se marrer, se taper sur les cuisses, rire comme un bossu, comme une baleine...heureusement les expressions ne manquent pas pour désigner cette activité salutaire pour l'organisme.
      Je souris à te lire.
      Bisous hilares
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  2. ça, c'est une philosophie que je comprends! Merci Célestine!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est la mienne, mais j'aime la partager. Plus on est de fous, plus on rit.
      Ou, comme disait Coluche, en Chine, plus on est de Fu, moins y a de riz. ^^
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  3. Rire oui, évidemment. Mais déjà sourire c'est vraiment pas mal...
    Je veux dire que je ne peux plus rire pour faire plaisir à l'autre, beaucoup trop de rires forcés beaucoup trop de "t'as vu comme je suis là avec toi, t'as vu hein je suis là et on est des bons copains hein, t'as vu" et ces rires forcés ne sont pas que l'apanage de pré-pubères bourgeonnants.
    Je te garantis que je sais exploser de rire (souvent tout seul) très souvent bien accompagné, mais je ris ou je ne ris pas ce n'est pas chez moi l'expression d'un politiquement correct je pleure ou je ris tel un pet de l'esprit, un salaud peut me faire rire, le rire est trop riche pour s'en priver le rire peut être totalement incompris et alors... le rire ne s'impose pas.

    Bleck

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je n'impose rien à personne. Je dis juste que j'aime rire, m'entourer des bonnes personnes, celles avec qui je sais que je vais rire, que je vais sourire à la vie, je laisse de côté les grincheux, ceux qui ont toujours un pet de travers, ceux qui ne savent pas se réjouir d'un instant de pur bonheur tout simple, comme marcher sur une plage au soleil levant ou faire des ricochets dans une rivière.
      Et je suis sûre que tu es comme moi sur ce plan-là. Rire sur commande, ce serait comme faire l'amour sur commande, pour faire plaisir à l'autre, impossible, ça ne marche jamais comme ça, c'est le summum de l'ennui.
      Kiss céleste
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    2. Pas une seconde je n'ai pensé ou écrit que tu imposais à quiconque de rire.
      Pour en revenir à ta dernière phrase de ta réponse, il est très fréquent "en société" d'entendre des rires de complaisance, j'ai fait ça comme des tonnes d'autres et je me le refuse simplement je ne peux plus le faire... l'expérience à du bon.

      Bleck

      Supprimer
    3. D'accord avec toi, rien ne vaut la spontanéité dans tous les domaines !
      Mais je suis presque sûre que nous rirons quand nous nous verrons.
      A moins que d'ici là, je sois tombée dans une marmite de morosité ^^
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  4. C'est vrai ! Il faut rire à pleines dents, comme on mord dans la vie.
    Rire à ventre déboutonné, rire au nez de ceux qui ont le cul serré, pleurer des larmes de rire plutôt que de désespoir, rire comme une baleine qui n'aurait pas encore happé un de ces sacs en plastique qui inondent nos mers, rire pour un oui pour un non, mais surtout pour tous les "oui" que l'on nous offre.
    Smack pour une fin d'année que je te souhaite céleste et hilare.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est bien dit, Martine !
      Oui à la vie (ça me rappelle la publicité pour un parfum, que je trouve très réussie)
      Bisous et belles fêtes à toi aussi
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    2. C'est vrai qu'elle est superbe cette publicité ! Merci :D

      Supprimer
    3. :o))
      Hé, hé: du peu que je sache de toi, je ne suis pas surpris qu'elle te plaise, cette pub !

      ...mais Jdirien !

      Supprimer
    4. J'avoue qu'elle me donne des frissons... L'Italie, sans doute...Et quelque chose de magique dans la musique...

      Supprimer
  5. On se marrait bien plus dans les usines d'antan, que dans les bureaux ouverts d'aujourd'hui, la preuve ? Va chanter et siffler dans un espace ouvert (je n'aime pas les anglicismes à la con) ];-D

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il y a un anglicisme que j'aime bien, personnellement. C'est être in love.
      C'est-y pas mignon ?
      Se marrer, à mon avis, n'est pas une question d'époque mais de personne. De tout temps on a eu les culs pincés et les joyeux drilles.
      Baci caro
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    2. Oui les Canadiens francophones disent :"je suis en amour" c'est y pas croquignolet ?

      Supprimer
    3. Ils disent même "tomber en amour" et il est vrai que parfois, en tombant, on se fait mal ! ;-)
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    4. As-tu remarqué que la faculté de rire est un corolaire de la tolérance (et réciproquement). Ce qui ne veut pas dire que c'est tous les jours qu'elles rigolent ;-)

      Il y a fort longtemps que je suis parti du principe que l'humour et le rire étaient les seules choses qui méritaient tout notre sérieux.

      Supprimer
    5. Parole...parole... il y a longtemps que je n'avais plus écoutez cette chanson !
      Merci pour le rappel Brassensien.

      Peut-être que le sens de l'humour a quelque chose à voir avec une certaine ouverture d'esprit...

      Supprimer
  6. Sûr que la vie sans une touche d'humour, et si possible d'esprit, serait insupportable. Je me souviens de Devos fredonnant Y'a d'la joie avec un piano sinistre. Il disait "Y a d'la joie comme ça ça va...mais c'est d'une tristesse" et s'effondrait en larmes. Ce qui ne m'empêche pas d'aimer énormément September et Intérieurs, les deux films les plus sombres de Woody Allen. Mais toi et moi en automne de l'an dernier, ne rîmes-nous pas ensemble? Le passé simple est souvent drôle bien que le passé soit parfois compliqué et douloureux.
    Mon commentaire comme ça ça va? Mais c'est d'une tristesse, snif... :cry: Ca c'est un cryley avorté.
    Bises christmasiennes avec un grand ATTB.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai rajouté une vidéo que j'adore, moins amère que le sketch de Devos, qui est drôle sans l'être.
      Un peu comme ton commentaire doux amer. Mais je comprends, comme je le disais à Bleck, que l'on ne puisse pas rire sur commande. néanmoins, si tu as parcouru l'article que je cite en lien, les Français ne rient plus qu'une minute par jour en moyenne, au lieu de 19 minutes en 1939, et pourtant on ne peut pas dire que la situation internationale fût très folichonne à l'époque...
      Que s'est-il passé pour que les gens perdent ainsi leur humour et leur joie de vivre ?
      Bien sûr que nous rîmes. Et j'espère bien que nous rerirons, petit patapon.
      Bises et attb
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    2. "... que s'est-il passé pour que les gens perdent ainsi leur humour et leur joie de vivre ?"

      La perte de beaucoup de simplicité, la sophistication et la "banalisation" de la culture et l'augmentation du niveau de vie, la société de consommation peuvent être à mon petit avis responsable (en partie) de la perte du rire-réflexe.
      Dans ma famille on riait vraiment beaucoup de tout d'abord mais souvent du comique de situation d'un objet qui tombait et se cassait mon père riait avant de râler... évidemment ! Ensuite il jurait "Que je suis con, que je suis con..." puis il re-riait d'avoir été assez con pour faire tomber l'objet convoité et surtout d'avoir fait mine de se traiter de con lui qui avait une assez haute opinion de lui-même, évidemment... et on riait.

      Bleck

      Supprimer
    3. J'aime ce souvenir d'une époque d'insouciance.
      Mon père ressemble au tien.
      Je pense que d'une manière générale, les gens se prennent trop au sérieux, ça devient un pensum chaque fois qu'on veut lever le petit doigt pour faire quelque chose...
      Bisous
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  7. Avec les mots facultatifs, en plus! Bravo!
    J'aime beaucoup les plages sans mer (et les vaches qui rient :D :D :D)
    C'est vrai que peu de choses prête à rire, en ces temps...
    Ce billet fait du bien! Il revigore et donne envie de s'en payer une bonne tranche!
    Bisous

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'aime bien me mettre le défi d'utiliser tous les mots...ce sont les facultatifs les plus difficiles, c'est un peu comme les mauvais élèves, ceux qui donnent du fil à retordre sont les plus passionnants à intégrer dans la classe...
      tant mieux si je t'ai donné envie de rire malgré l'ambiance morose.
      C'est le but. regarder des films drôles, une thérapie reconnue dans les centres anti-cancéreux.

      Bisous ma luciole
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    2. "peu de choses prête à rire, en ces temps..."
      Je trouve qu'il y en a au moins autant qu'en 1939...
      Je vois deux raisons à cela:
      1° les pisse-vinaigres, les coincés du cul, les handicapés du bulbe, les congelés des neurones, tous ceux qui ne se prennent pas pour la queue de la poire, bref les intégristes de tous poils et de toutes obédiences qui se la coinçait jusque dans les années 80 tiennent maintenant le haut du pavé, forts d'une application conne des lois antiracistes.
      2° L'individualisme galopant fait que les individus se donnent de plus en plus d'importance. De quoi vas-tu pouvoir rire si tu te crois descendu de la cuisse de Jupiter?

      Un Africain qui a de quoi manger aujourd'hui est heureux et il rigole.
      Un Européen qui craint que dans 20 ans sa retraite l'obligera à faire des choix dans sa bouffe en perd toute sa joie de vivre.
      Doit y avoir un bug quelque part...
      Doit-on obliger l'Africain à prendre conscience de quoi demain ne sera pas fait ?
      Toutes les situations ont leur part de comique si on accepte de la voir.
      Et puis, soyons rationnels.
      Lorsqu'il faut affronter une situation difficile, il vaut mieux l'aborder en étant détendu, et pour ça rien de meilleur qu'une partie de rire.
      Bises et Baci

      Supprimer
    3. C'est la sagesse. Je retiens que le monde est -pour l'instant- dominé par les coincés du bulbe, mais il ne faut pas désespérer, cela changera peut-être.
      Pour la partie de rire, c'est quand tu veux, je suis toujours prête !
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  8. Pourquoi rions-nous moins ? That is the bonne question ! Même quand nous sommes rieurs de nature ! Le "politiquement correct" est aussi passé par le rire et a éteint quelques éclats...car contrairement à ce qui se clame et se déclame on ne peut plus rire de tout (ou alors en très petit comité d'intimes) ... Personnellement, je me tiens souvent les côtes quand je ris mais c'est pour une bonne raison...qui ne m'empêche pas de rire !!! Rire de soi est aussi un bon début ! Bises rieuses de la mouette de Vendée !!! :D

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Rire de soi, oui, l'auto-dérision est un excellent début. Ce n'est pas donné à tout le monde, à commencer par les politicards qui ont inventé le "politiquement correct" mais qui n'est ni plus ni moins que "la langue de bois". Par exemple, ce n'est pas parce que l'on parle de "non-voyants" qu'ils en sont moins aveugles. Et d'ailleurs souvent les handicapés ont beaucoup plus d'humour que les valides, je l'ai souvent remarqué.
      Bisous chère mouette ! C'est amusant on s'est commentées mutuellement à la même heure !
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    2. Je ne vois pas en quoi être NON-voyant peut être politiquement correct.
      Comment oser définir une personne par une négation... ça me désétanchéifie le fondement...
      Non-voyants
      Non-entendants
      à quand les
      Non marchants
      non travaillants
      non dépensants
      non mariés (pour les célibataires)
      non libres (pour les mariés)
      non adultes
      non réfléchissants
      non neuronisés (synonyme de députés)...
      etc.
      Hormis pour les députés, depuis quand "sourd" "aveugle" et "muet" sont-ils des injures.
      - Comment ça, même pour eux... C'est vrai, scusi, c'est avant tout un état de fait chez eux.

      N'oublions pas, comme le disait Boris Vian, que l'humour est la politesse du désespoir.
      Bises et baci

      Supprimer
    3. Pourquoi alors ces politiques ont-ils changé "accusé" par "mis en examen", certainement pas pour amuser, mais surement pour faire peser moins de soupçon au quidam en cause. Oui je crois sincèrement que c'est dans le politiquement correct qu'on a inventé le non-voyant pour l'aveugle(sinon pourquoi le changer). L'aveugle dans notre inconscient est un taré, un inférieur, peut être pas en France, j'en sais rien.Les non-contents , ça existe quand même.

      Supprimer
    4. @ Bizak
      Ce n'est pas insultant de dire insatisfaits pour non-contents.
      Mais je crois que la palme de la faux-cuserieé... heu pardon, du politiquement correct est attribuée aux pays ne faisant pas partie du G7.
      Ils sont passés successivement:
      - de Pays sous-développés
      - à Tiers-monde (ce qui a balancé les pauvres dans le Quart-monde)
      - pays en voie de développement
      - pays émergents (de quoi, on se demande...)
      et je suis sûr que j'en oublie....
      Tout ça à une coloration méprisante assez spécifique à l'occidentalisme.

      Supprimer
    5. Je suis pas mécontent pour non-content et pour couronner le tout. Mais concernant les pays hors G7, on parle aussi de pays sous-gérés, de pays du quart-monde(plus pauvres que les pauvres),de pays à risque, de pays non-alignés, ( c'est à dire ni alignés sur l'Est(EX.URSS)ni alignés sur l'occident. Et depuis la disparition de L'URSS, ce sont des pays aux printemps inachevé.

      Supprimer
    6. @ Bizak
      Tout des joyeusetés, sauf pour les "non-alignés" qui fut fondé à la Havane et qui comportait pas mal de "beau-linge"(comme on ne dit plus guère...) parmi les fondateurs.

      Soekarno, Nehru, Zhou Enlai, Nasser, Aït Ahmed, Tito, Nkrumah, Sékou Touré, Nyerere, Ben Barka, Indira Gandhi, Boumédienne, Castro, etc.
      Le terme fut inventé par Nehru, alors 1er Ministre de l'Inde.

      J'aurais aimé y voir la France, mais en 1961 Charlot est encore un bon petit VRP des USA. La sortie de la France de l'ONU en 1966 ne la mettra pas non plus dans les bras des non-alignés... :-(
      Faut savoir où on se situe.

      Dans les pays du Maghreb, les lendemains de printemps ont la gueule de bois.
      Accolade et baci à la taulière.

      Supprimer
    7. Ah mes amis, des obligations familiales ne m'ont pas permis de participer "en direct" à votre débat mais sachez que j'ai beaucoup apprécié !
      Bisous et baci
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  9. Le rire se ferait-il rare ?
    Il me faut le dire dare-dare : je souris souvent mais il est rare que je rie comme une vache. Et ce n'est pas qu'une question de balai inséré dans mon anatomie puisque, paradoxe allemand, il entre plus aisément dans l'anus d'une vache que dans celui d'une souris !

    Je me demande si la finesse (d'esprit ?) n'aurait pas remplacé le volume du rire (gras ?). Devos me fait sourire franchement, et c'est un délice, mais je n'éclate pas de rire. Par contre, quand je vois quelques instants un "talk show" dans lequel des animateurs se bidonnent à chaque seconde, je reste pantois devant le vide sidéral de ce rire surabondant qui me laisse de marbre.

    Bon, mais me voilà parti dans des considérations sérieuses, et il serait fâcheux que je puisse passer pour un pisse-froid !

    Tout ça pour dire que l'humour c'est comme la gastronomie : pas besoin d'en faire des tonnes pour se délecter ;)

    Bises amusées

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. D'abord ce n'est pas à toi que j'apprendrai que le rire est quelque chose d'éminemment social. On rit rarement tout seul. Les rares fois où je me surprend à rire toute seule devant un film ou un sketch, c'est que c'est vraiment extrêmement drôle. Il faut donc déjà expérimenter le rire entre potes, qui est extraordinaire. Parce qu'il s'auto-alimente. Certaines choses qui déclenchent un fou-rire (le meilleur qui soit !) ne sont pas si drôles en soi, et en y revenant le lendemain on se demande bien ce qui avait pu déclencher cette hilarité. Mais c'est justement ce côté irrationnel qui est délicieux.
      Cet effet de groupe est multiplié dès que l'on a un petit verre dans le nez, sans doute à cause de l'effet désinhibant de l'alcool. Non que je milite pour les beuveries. Je parle juste de quelques gouttes d'un bon vin ou quelques bulles de champagne.
      Bref, rire entre amis qui aiment le même genre d'humour fin, basé sur les jeux de mots et les finesses de langage, voilà un bon remède à la morosité. En tous cas, celui que j'ai trouvé pour rester en bonne santé physique et mentale.
      ¸¸.•*¨*• ☆


      Supprimer
    2. Le rire est social, oui. Il est, par là-même, culturel : on ne rit pas tous pour les mêmes choses.

      Et là tu me fais prendre conscience qu'il n'y a pas tant de personnes que ça, dans mon entourage, avec qui je puisse me fendre la poire. Mes fous-rires sont rares… J'en serais presque attristé, tiens ! Ce qui serait bien le comble pour un billet qui vante les joies du rire ;)

      Supprimer
    3. Hier soir, vois-tu, j'étais invitée à un anniversaire, et nous avons ri comme des baleines à cause d'un camembert dont chacun s'est appliqué à lui trouver des ressemblances olfactives avec certaines choses très fortement odorantes, si tu vois ce que je veux dire.
      A la base, ça ne semble par forcément amusant, ou en tous cas au ras des pâquerettes. Et pourtant, en situation c'était d'un drôle !
      Mais je peux comprendre que le tempérament joue une grande part dans notre rencontre - ou non rencontre- de gens qui aiment rire. Une piste à creuser sans doute ?
      Bises encourageantes
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    4. Oh oui, je connais aussi ces rires partis d'un rien. Ils apparaissent quand le complicité est forte. Il y a quelques années, alors que nous préparions l'anniversaire de ma mère en puisant dans des photos que nous légendions de façon fantaisiste, la fratrie réunie s'esclaffait à s'en péter les abdos alors que les conjoints, un peu éberlués, s'amusaient de nous voir rire autant mais pas de ce pour quoi nous riions.

      En fait, dans ma remarque, je pensais surtout aux personnes que je côtoie le plus au quotidien : mes collègues de travail. Leur humour a généralement peu d'effet sur mes zygomatiques…

      Je vais creuser la piste !

      Supprimer
    5. C'est ce que j'avais réussi à faire: rire sur mon lieu de travail, avec quelques collègues convaincus que c'était la meilleure façon de tenir, et franchement, je crois que c'est ce qui m'a aidée à tenir dans les moments difficiles ...
      Je ne puis que t'encourager à creuser cette piste.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  10. La dernière phrase est juste sublime !!!!!!!!!!!!
    Et si l'essuie glace est usé c'est un pleur de bébé !! J'adore !!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Ghislaine. L'essuie-glace n'était pas forcément très facile à placer, alors si tu trouves ma phrase géniale ...
      Bisous
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  11. J'adore rire, mais pas spécialement en écoutant des humoristes ou en regardant des films drôles, je ris plutôt lors de situations cocasses et complètement inattendues. J'ai piqué maintes fois des fous-rire, à en avoir mal aux mâchoires et aux côtes. Une fois, entre autres, avec mon beau-frère, lors d'une soirée, nous étions obligés de nous éviter, car si nous nous croisions, nos rires repartaient, les gens ont vraiment dû croire que nous avions trop bu, alors que ce n'était même pas le cas. Le fou-rire était parti de rien du tout, et plusieurs jours durant, lorsque nous l'évoquions, nous nous remettions à rire. Un très bon souvenir que ton billet me permet de me remémorer. :-)
    Oui, le rire est bon à la santé. Sourire aussi. Il paraît que si l'on se lève le matin avec le blues, ou de mauvaise humeur, il faut se regarder dans sa glace en se faisant un grand sourire, le cerveau enregistre alors qu'il y a sourire, et l'humeur change. On peut bluffer le cerveau. C'est véridique, hein ! je l'ai lu dans un bouquin très sérieux (dont je ne me rappelle plus le titre, désolée...).
    Bel après-midi, Célestine. Bisous et sourire. :-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je me souviens moi aussi de fous-rires mémorables, en classe de découverte, le soir, dans les couloirs, quand les enfants étaient couchés et que l'on goûtait -enfin !- un peu de repos. Les nerfs lâchaient et on se mettait à délirer pour un oui pour un non ...
      Pour le sourire, je suis d'accord. Se sourire dans le miroir est la meilleure façon de commencer la journée. J'aime bien ton idée de "bluffer le cerveau"
      Belle journée ma belle amie

      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  12. Réponses
    1. Ne va pas dire ça aux végétariens, malheureuse ! Ils ne riraient plus...
      On va dire que le rire vaut un steack, qu'il soit de boeuf ou de soja. ;-)
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    2. Ben tiens !
      Du coup me v'la comme l'âne de Buridan: Tranche de rire ou tranche de steack ? C'est dur, la vie !

      Supprimer
    3. Faudrait voir à ne pas mourir de faim ou d'ennui !
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    4. J'ignorais complètement que le rire vaille un steak, de quoi qu'il fût, d'ailleurs.
      En ce qui me concerne, je suis allé acheter de la basse-côte hier matin aux halles, et son prix ne m'a pas fait du tout rire, mais alors pas du tout. Et j'en ai conclu que cette égalité n'avait rien de commutative et que ce n'était donc pas une égalité.
      D'ailleurs, pour me refaire, j'ai décidé d'aller voler un sapin demain chez quelque voisin: mon petit Paulinou qui est si mignonne arrive jeudi...

      Supprimer
  13. Voila ce que j'appellerais de l'écriture 'champagne', tellement c'est pétillant...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Santé mon ami !
      De tout coeur avec toi.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  14. Des fou rires, je n'en ai jamais autant pris que depuis quelques mois, c'est à dire depuis que je prends la vie à contre-courant et que je rajeunis au lieu de suivre le chemin inévitable de l'âge. Autre chose : j'entendais toujours pique-pendre sur les blondes et cela pouvait même me contrarier jusqu'au jour où..........j'ai tué dans l’œuf tous les quolibets en me moquant moi-même du seul neurone qui accompagne dit- on cette couleur de cheveux dont je suis naturellement pourvue

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Et tu as parfaitement raison !
      Les blagues sur les blondes ont dû être inventées par des brunes aigries. Moi, j'aime toutes les couleurs de cheveux, c'est comme les couleurs de peau, la diversité est une richesse.
      Le chemin de l'âge , c'est quoi ça ?
      Bisous célestes
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    2. PS: j'aime bien comme tu écris pique-pendre...
      C'est rigolo !

      Supprimer
    3. Oui, c'est "mon" orthographe pour les gens qui voulaient, par leurs mots, me piquer et par leur douce méchanceté me "pendre" à la corde de ma blondeur. Le chemin de l'âge est celui qui s'ouvre lorsque s'achève une vie professionnelle. Tu le connais Céleste, j'en suis sûre. Il est balisé pour certains par des petits cailloux gris nommés lassitude, ennui, tempérament aigri et acariâtre et pour d'autres il est pavé de mots : bonheur, amour, partage, émotion etc.....Bien à toi. Chinou

      Supprimer
    4. J'ai choisi le deuxième chemin, sans aucune hésitation...
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  15. "le rire est un essuie-glace sur le pare-brise de la morosité"
    Alors, là ! Le publicitaire de Carglass doit s'en mordre les doigts ne n'y avoir pas pensé plus tôt. Encore de bien jolies Plumes... avec le truc en plus qui fait que l'on y accroche de suite. J'ai passé un excellent moment en tout cas, merci Célestine ! Et joyeuses fêtes une fois encore ;)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci beaucoup monsieur l'écrivain.
      Joyeuses fêtes à toi.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  16. mouhahahaha "le rire est un essuie-glace sur le pare-brise de la morosité" voilà une phrase excellente pour ma santé, merci Célestine, tu es un chou :-)
    bises

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Hé hé ! Il plaît décidément mon aphorisme à deux sesterces...
      Je suis contente de prendre soin de ta santé, ma belle et chère collègue.
      Vive les vacances pour toi !
      Et gros bisous
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  17. Hello Célestine
    Bon, je ne vais pas te raconter l'histoire du nombre de muscles actionnés quand on rit bien supérieur à l'autre quand on fait la gueule !
    Je n'aime pas les comiques mais j'ai trouvé un truc pour rire aux éclats : je regarde Natty et ses mimiques, ses poses, ses jeux !
    Et le coup de l'essuie-glace, ben, si ça faire rire les autres, tant mieux, moi les mots m'ont un peu agacée et désespérée...
    Que 2016 nous apporte des temps de Plumes comme avant...
    Bon Noël
    Gros bisous

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah Soène, j'ai suivi attentivement toutes tes interventions le jour de la collecte, et je n'ai pas compris pourquoi finalement tu n'as pas donné de mot...
      Ils n'étaient pas bien méchants, ces mots...A part essuie-glace, baragouinage et abracadabrantesque... un mot de dix-huit lettres (avec un chapeau sur la tête...)
      mais c'est quoi, les Plumes comme avant ? Moi j'ai adoré ton idée des parfums. Vraiment.
      Joyeux Noël et gros bisous ^^
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  18. D'entrée ton texte m'a charmé (avant le premier mot d'ailleurs en voyant la photo de Zazie ;-) , ensuite j'approuve tout de Woody à Devos ! et puis te voir en Walkyrie .....
    http://skadinavia.kazeo.com/mythologie/walkyrie,p34513.html
    Bisessss

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Zazie...j'ai une grande tendresse pour elle. Même si j'avais des raisons moins "violentes" de vouloir devenir institutrice... lol
      En Walkyrie, je pense que j'aurais du mal, je n'ai pas ton aisance avec la gent équine...
      Bisous ma belle
      Bon noël
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  19. rire ou mourir, il faut choisir.On a choisi !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pour notre plus grand plaisir, les bestioles !
      Restez vivants le plus longtemps possible.
      Gros bisous de Noël
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  20. Eh ben, vingt mots à placer ! Et moi qui en propose seulement cinq...manquerais-je d'ambition ?
    En tout cas, bravo !

    C'est rigolo, mais juste avant de venir ici, j'ai lu cette citation : "le rire, c'est comme les essuie-glaces, ça permet d'avancer, même si ça n'arrête pas la pluie."

    Et je retrouve le rire "essuie-glace" chez toi...!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai vu que c'était Gerard Jugnot qui avait dit ça...
      Je ne connaissais pas du tout cette citation avant d'écrire mon texte. Les grands esprits se rencontrent d'est-ce pas...
      Oh non, tu ne manques pas d'ambition, ma chère Licorne. Et ton défi d'écriture gagne à être connu.Peut-être la grande prêtresse Asphodèle viendrait voir ce que tu fais, si on lui demandait gentiment ...
      Bisous souriants
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  21. je crois qu'il y a plus de "mal" voyants, mal entendants,... Que de "non" voyants...
    Le négatif est dévalorisant. Dire a mes amis aveugles qu'ils font partie des "non" serait une insulte. Ils se revendiquent "mal".
    Tout est perception de soi.
    Rire est salutaire et je dois être un de mes plus grands motifs de rire.
    Les salles de gardes disparaissent, il est interdit de rire, d'évacuer le stress de la maladie et de la mort.
    J'ai encore en tête les fous rire que nous avons eu à trois, l'une de nous étant en soins intensifs en neurologie. Rire de tout, de rien, à couper sa respiration,... Elle s'endormait détendue et a pu entrer en convalescence plus tôt que prévu.
    Le rire épuisé et vide le cerveau, il met tout un chacun au même niveau. Peut-être est-ce cette libre uniformité qui fait peur, il est si sécurisant de se croire au-dessus de panier.
    Il y a quelques mois un collègue s'est dévoué pour me dire de faire attention, les syndicats se plaignaient de mes partages de rire avec certains. Grande colère avant nouveaux fous rires. Nouvelles plaintes et convocation chez le directeur adjoint. L'administration est bien triste, mais je ne peux passer ma vie le nez dans des expertises médicales de lourdes pathologies sans rire. Et je continuerai !
    Le cocasse me fait rire, seule ou pas. Il s'agit souvent, comme le faisait Devos, de changer son regard. Mon adorable scottish-terrier est comme tous ceux de sa race, petit. Autrement dit il a des pattes courtes. Changement de vision, si je dis que mon petit trapu est un nain, ce sera vite le fou rire, entretenu par des échanges les plus crus sur ses "grandes" origines...
    ce n'est pas tout, j'entends le nabot faire des bêtises

    MAG


    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mag, je ne sais pas si tu es déjà venu commenter, en tous cas tu n'étais pas sur mon totem, je te rajoute !
      Merci pour ce témoignage tu fais un métier super difficile, et je comprends combien le rire doit être salvateur pour toi.
      Comment s'appelle ton scottish ? j'adore ces chiens !
      Je te fais une grosse bise étoilée.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  22. ah le rire ! Ce n'est pas moi qui vais te contredire ! Passer une journée sans rire... je ne pense pas que ce me soit arrivé ! Même dans des circonstances les plus dramatiques, je dois l'avouer. Je me souviens d'un fou rire qui nous a tétanisés dans la cuisine, nous les nombreux enfants de notre défunt père ! Notre père si rigolo. Il a suffi que l'un d'entre nous nous rappelle une de ses plaisanteries pour que nous nous retrouvions "pliés en quatre" et n'osant plus sortir, puisque parenté et voisins étaient dans la cour, avec la mine de circonstance. Papa devait se bidonner ! J'en suis sûre ! Et quand on en parle (cela fait maintenant 32 ans !) on rigole encore ! Bises

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Quelle délicieuse anecdote !
      Notre rapport à la mort est bien trop dramatisé alors que la mort fait partie de la vie, nous ne devrions pas l'oublier si souvent.
      En tous cas, ce que je vois de toi sur ton blog depuis que je te fréquente assidûment, c'est que tu es une heureuse nature !
      Et ta bonne humeur est communicative.
      Bisous célestes
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  23. Je ris très rarement. mais je n'ai pas la joie de vous cotoyer au quotidien, peut-être me feriez-vous changer d'avis.
    Je ris très rarement, mais je souris beaucoup en vous lisant.
    ~L~

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est possible...Mais je ne saurais vous l'assurer. Changer d'avis, cela veut-il dire que votre absence de rire est une question de principe ?
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    2. C'est plutôt, helas, une question d'opportunité...~L~

      Supprimer
  24. Le rire n'est pas donné à tout le monde ... Et pourtant c'est si bon ... moi j'ai un rire qui ne passe pas inaperçu du coup dans la rue les gens se retournent et sourient ... Mon cœur jubile ...
    L'autre jour une de mes collègues m'envoit un sms : "ta présence pétillante a manqué à ce repas de fin d'année" ... Que c'est gentil !!
    Bisous et bon dimanche ensoleillé <3

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mais si, Marie, le rire est le propre de l'homme, le rire est donné à tout le monde comme un cadeau à la naissance, et d'ailleurs les bébés rient aux éclats très tôt. Et pour trois fois rien souvent.
      Après il y a des gens qui entretiennent ce don, et d'autres qui le laissent tomber en devenant de "sérieux adultes".
      Je suis sûre que ta présence pétillante ferait très bon ménage avec la mienne, ma belle !
      Beijinhos
      ♥︎♥︎♥︎

      Supprimer
  25. Ah si je pouvais mourir de rire ! Ne pas se prendre au sérieux, quel bonheur !Les rire sont comme des bulles de champagne qui viennent éclater sur le mur de la vie.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il est joli ton aphorisme, Daniel. J'aime beaucoup les bulles de Champagne.
      Bisous étoilés
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  26. "Je ne savais pas encore que le chant était pareil au rire, et qu'on pouvait tout y mettre, même la mélancolie" Hélène Grémillon (le confident)
    ***
    Merci Célestine de permettre aussi le sourire... et LE RIRE étincelant comme tes mots, comme le pétillant rosé 1er cru, -celui que je préfère- ! bonne soirée ..... Den

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. la phrase d'Hélène Grémillon est très belle. Tu as toujours des citations formidables, tu dois lire beaucoup, Den. J'admire !
      Mhhh le rosé pétillant, si tu veux voir briller mes yeux...
      Belle soirée à toi !
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  27. Le rire est le propre de l'homme et de la femme aussi ! Merci pour ces deux vidéos qui viennent clore un week-end où nous aurons beaucoup ri ! Et bravo pour l'exercice : j'ai déjà oublié les mots imposés tant ils se sont glissés naturellement dans le propos. Bonne semaine à toi !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'adore faire ça: faire oublier les mots imposés...Et pourtant ils n'étaient pas piqués des hannetons.
      Je suis contente que mes petites vidéos t'aient plu.
      Bises célestes mon cher oncle !
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  28. Coucou Célestine
    Je suis bien en retard (Sharon a eu quelques impondérables cette semaine, et sans elle, point d'ordinateur).
    Oui, rire fait du bien, trop de personnes se retiennent de rire même si c'est franchement drôle - parce que rire ne se fait pas. Et la vie est trop courte pour s'embarrasser de convenance.
    Sur ce, je te souhaite de bonnes fêtes de fin d'année.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Miaou chère Nunzi. TU sais bien qu'il n'y a jamais de retard chez moi !
      Tous mes lecteurs sont les bienvenus à l'instant T.
      Grosse caresse et belles fêtes à toit aussi
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  29. Vous m'en mettrez une bonne tranche pour demain, s'il vous plait, ma p'tite dame.
    Thème libre. Je vous fais confiance pour faire passer vos lecteurs du sourire à l'éclat. On compte sur vous!

    RépondreSupprimer
  30. Viiiiii!! Bien envie de m'esclaffer et ce n'est pas en suivant l'actu que ça va arriver, quoique... Alors, je m'en remets à une pro de la vie qui gigote et qui scintille. Epaulée qu'elle est par lutins et farfadets elle saura forcément trouver des mots magiques pour chasser les démons tragiques.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est difficile ce que tu me demandes, mais je vais essayer.
      Qu'est-ce que je ne ferais pas pour toi !
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    2. L'exercice est difficile, j'en suis bien consciente mais le public est acquis!
      Merciii!

      Supprimer

Je lis tous vos petits grains de sel. Je n'ai pas toujours le temps de répondre tout de suite. Mais je finis toujours par le faire. Vous êtes mon eau vive, mon rayon de soleil, ma force tranquille.
Merci par avance pour tout ce que vous écrirez.
Merci de faire vivre mes mots par votre écoute.