lundi 7 septembre 2015

Des mains de masseur...

image du net
























« Je déteste me faire masser ! »
Cette phrase, entendue au cours de l'une de ces soirées légèrement alcoolisées où l’on papote toujours de tout et surtout de rien, m’a bigrement titillé la citrouille. Comment peut-on détester quelque chose d’aussi agréable, à priori, d’aussi voluptueux, me suis-je dit in petto…
Voulant en savoir davantage, j’ai quémandé quelques explications à l'intéressée qui ne l'était pas, donc, d’où il ressortit que la quidame détestait « toute forme de contact physique, surtout par des inconnu(e)s », et surtout « en tenue légère, et allongée sur une table comme un vulgaire morceau de viande ». 
Sans doute son expérience en la matière a-t-elle été très négative. Peut-être n’a-t-elle pas été assez mise en confiance, s’est-elle sentie jaugée, jugée même ? Est-elle devenue une rebelle du contact, ou bien prend-elle cette aversion comme bouclier pour cacher autre chose ? Un rapport un peu crucial aux choses du corps, un refus profond de sa part animale, des blocages socio-culturels, que sais-je ?
Si sa perception m’a semblé étrange, c’est parce qu’elle s’éloigne diamétralement de l’inconscient collectif… où l’on présente toujours les massages comme la forme suprême du « soin de soi ». Une sorte de nirvâna proposé par toutes les croisières, les esthéticiennes, les agences de voyages, et les images d’Epinal de la réussite sociale : le type plein aux as à Las Vegas, qui se fait rouler la couenne par une pépée à demi-nue, paraît que ça fait rêver…Massages thaïlandais, californiens, chinois…On nous fait voir du pays, certes, mais dans quelles conditions ?
Moi je dis qu’il y a massage et massage. Dans cette jungle, beaucoup se lancent, chacun veut proposer ses services, parce que c’est porteur, c’est vendeur, c’est tendance…
Mais tout le monde n’a pas de l’or dans les mains, une sensorialité d’exception, un toucher à la fois doux et ferme, et une approche quasi mystique du corps de l’autre. S’abandonner à des mains inconnues, oui mais…



83 commentaires:

  1. Lorsque le papillon prendra ses RTT, je veux bien prendre la relève....
    Vu ma longue expérience de patient en Kiné, je peux attester que c'est jouissif d'être massé par dds mians compétentes. Mais ça peut aussi être l'horreur lorsque le doigté n'y est pas...
    Baci avant 24 ou 48 heures d'apnée bloguesques.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonne apnée alors, caro mio !
      Ça prend des RTT, les papillons ?
      Baci
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  2. Ca m'a fait penser à la "main de ma sœur" surtout ^^

    Mais voir "titillé la citrouille" et "in petto" à peu d'intervalle, ça m'a épaté :)

    Bravo et besos Célestine ♥

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Hé hé ! captain, ravie de t'avoir épaté...
      (Pour la main de ma soeur, c'était un peu fait exprès...) ^^
      Bises gaillardes
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  3. Je me demande si le papillon posé sur la cambrure du spécimen ne va pas s'éterniser comme sur une île paradisiaque ! Faut pas croire que les papillons sont dénués de tout sens esthétique et de volupté, ils peuvent encore se métamorphoser !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. A t'ecouter, je serais presque contente que mon animal totem soit le papillon... ;-)
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  4. Pas évident de se retrouver à poil devant une nana habillée qui vous tripote. Mais j'aimerai bien pratiquer le massage Nuru, c'est nippon. C'est un massage avec une espèces de gel soapy qui se pratique body/body skin against skin... C'est top !!! :D

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ça doit vite dégénérer, ce genre de massage, non ?
      Enfin moi ce que j'en dis...peut-être que les Japonais ont une grande maîtrise de soi...
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    2. Non non ils bandent aussi sans vergogne ! :D

      Supprimer
    3. Je me demande ce que ça donnerait "avec vergogne"...
      ^^

      Supprimer
    4. Eh ben ils bandent encore ! ^^

      Supprimer
    5. Je ne savais pas que saint Eloi avait des origines japonaises...
      :-)

      Supprimer
    6. Oh tes références me surprennent chère amie : ;-)

      Supprimer
    7. Les chansons de carabins font partie du patrimoine culturel, cher ami !
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    8. Ravi de te l'entendre dire. lol

      Supprimer
  5. J'aime me faire masser mais évidemment chaque main est différente. Il m'est arrivé de ne pas aimer un massage à deux reprises. La main était trop douce, trop caressante. J'aime toutes sortes de massage pourvu qu'ils soient profonds et que la main soit puissante. Depuis que j'ai découvert le massage à l'huile chaude, j'en raffole!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Au moyen âge, c'était l'huile bouillante mais ça ne leur faisait pas le même effet... ;-)
      Blague à part, tu as raison. Les mains doivent être douces, mais fermes.
      Sans être traumatisantes non plus. Tout un art...
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    2. Il semblerait que le coup de l'huile bouillante soit une joke. Il y a deux raisons qui accréditeraient que ce ne soit pas vrai:
      1° l'huile était une denrée rare et chère ( Les chars à boeufs ne produisaient pas d'huile de vidange dont ils n'auraient su que faire d'autre que de la balancer sur des assaillants.)
      2° l'eau (sale de préférence) ou tout autre liquide peu ragoutant portés à ébullition faisaient exactement le même effet.

      J'ai, en Suisse, une Physio aux doigts d'or qui joue aux osselets avec mes vertèbres, les faisant craquer (comme lorsqu'on étire ses doigts). Un geste doux, ferme et précis; c'est sans violence ni douleur... un régal dans l'instant et dans ses heureuses conséquences...
      Ti bacio Ragazza

      Supprimer
  6. Voilà, le mot est lâché : "....le type plein aux as....." Mais nous aussi , bonnes femmes même pas pleines aux as aimons nous faire "papouiller" et ce, comme tu le dis à juste titre, par des mains expertes . Il y a des êtres plus tactiles que d'autres. Sais tu qu'en Asie, dans de grands hôtels, tu peux choisir la personne que tu souhaites pour un massage (il y a une carte des masseurs/masseuses avec photos au même titre qu'une carte des vins dans un resto) et, tu peux également choisir le style de massage (là cela relève plutôt de l'aventure!)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ca alors, je ne savais pas du tout pour la " carte de masseurs" que l'on choisit comme un bon vin.
      Sinon, oui, j'ai bien parlé d'image d'Epinal pour le type plein aux as...
      Bisous ma belle
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    2. Au one two two les clients pouvaient aussi choisir la personne et la (ou les) spécialités... ;-)
      Ti bacio

      Supprimer
    3. J'ai dû aller voir sur wikipédia ce qu'était le one-two-two, parce que j'avoue que mon inculture est assez...bordélique si j'ose dire.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  7. Hello Cel. Sur ce sujet je ne m'étendrai pas, d'autres s'étant beaucoup et longuement étendu(e)s sous mes mains. J'ai la vanité de croire qu'ils ou qu'elles (plus nombreuses, c'est statistique et pas à cause de mon immense charisme personnel qui n'avait d'égal que ma modestie) ne s'en sont pas portés plus mal. Pour la main de ma soeur je n'ironiserai pas sur l'originalité du propos. Le massage s'applique aussi aux grabataires, aux gens en fin de vie, aux patients neurologiques. Pas très glamour mais si "aidant".
    Je tembrasse Angel Baby. ATTB.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'aime ton commentaire à la fois léger et profond. Je crois que c'est quelque chose qui me touche beaucoup, de parvenir à dire des choses profondes sur un ton léger.
      Tu as arrêté ton activité, mais je suis sûre que tu as toujours cet or dans les doigts dont je parle dans mon billet...
      Kiss et attb

      Supprimer
  8. En a t-on parlé de la main de masseur !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Et surtout de sa position stratégique dans le vêtement inférieur d'un représentant des unités légères d'infanterie appartenant à l'armée d'Afrique...
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    2. Ma chère Célestine Trousse-cotte, tu mérites vraiment ton poste de secrétaire-à-tout-faire du Général de Guerlasse ! d:-D

      Supprimer
  9. J'étais assez réticente il y a quelques années à me faire masser ! Et puis j'ai essayé et j'ai aimé :-)! Depuis j'ai renouvelé l'expérience plusieurs fois et chaque fois ce fut un pur moment de bonheur ; sauf une fois en Autriche où j'ai eu mal aux omoplates pendant deux jours! Le massage effectué par un homme qui était moniteur de ski avait été un peu hard:-)!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu me fais rire avec ton moniteur de ski, j'ai pensé à une scène fort drôle où Louis de Funes se fait masser par un gros malabar qui le malmène...
      Mais, oui, tu as raison, si c'est bien fait, c'est un pur bonheur des sens...
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    2. Et Jacqueline Maillan massée par Jacques Villeret, ça vaut son pesant de choucroute...
      Baci

      Supprimer
  10. Tout ça me rappelle, la femme de mon copain Verschtroumpf, cent trente kilos bien tassés (la femme, pas le copain) qui nous racontait qu'en entrant dans la cabine de massage un kiné s'était exclamé "Ouillouillouille !"

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il était plein de délicatesse ce kiné...
      Mais apparemment elle a eu l'air de le prendre à la rigolade.
      Remarque, il vaut mieux pour lui.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  11. Voilà exactement 50 minutes que je viens de quitter le cabinet de massage où Catherine vient de passer une petite heure à me travailler la couenne : Putain, que c'est bon !

    Là-dessus je me prépare mon tout petit frichti je lis ton commentaire correctement, les commentaires et je reviens poser mes observations juste après, dacodac !

    Bleck

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Dac, mon bon Bleck.
      Prends ton temps.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  12. Dans ma famille, je connais un homme et une femme qui ne se sont jamais fait masser, qui ne se sont jamais offert une séance de spa, cet homme et cette femme sont mari et femme lorsqu'on rentre un peu plus dans la conversation et si on pose la question "mais essaye un jour, comme ça pour voir..." la réponse qui est tombée récemment "je n'en ai pas besoin..." - AH !
    Mais on s'en fout à chacun ses convictions n'est-il pas.
    Alors parce que je le vaux bien et peut être parce que j'en ai besoin j'ai essayé pas mal de trucs question tannage de couenne : du massage assis en plein air sur un pont Parisien au message le plus intime et donc le plus sexuel, je ne me souviens pas avoir été déçu.
    Il me semble que comme tout ce qui est contact tactile le succès réside dans l'acceptation du "lâcher prise" et ça... c'est pas tout à fait destiné à tout le monde.
    Regardons simplement les embrassades (pas dit le roulage de pelles) qu'est-ce que c'est bon que de s'étreindre.
    Et puis il y a le plaisir de sentir l'autre se détendre qui dit massé peut dire masseur, pas forcément besoin de diplôme pour se faire du bien. Hier fin d'après-midi ma douce rentre après sa journée entourée de 33 gamins bruyants et pénibles elle s'affale sur un fauteuil "tu veux que je te masse..." trois minutes de massage de la nuque suivi d'une palpation de la voute plantaire un thé brûlant ça te rééquilibre de suite, ça.

    Bleck

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Lâcher prise, confiance...en ce moment il y a une belle pub (sauf que je ne sais plus pour quoi c'est) qui parle des choses que l'on fait les yeux fermés... C'est vrai que je ferme les yeux quand j'éprouve du plaisir, quand j'embrasse, quand je me fais masser (mais aussi de la douleur, comme chez le dentiste par exemple, où je n'ai jamais su garder les yeux ouverts)
      Bref, la confiance, ça compte dans le rapport à l'autre. Et c'est vrai que ça doit drôlement l'aider, ta douce, quand elle rentre de ce boulot de dingue, d'avoir un petit massage de son chou. En ce sens là, la retraite, c'est comme un gigantesque massage permanent, ça te remet les énergies en place, c'est quasi magique, on flotte dans le bien-être zen du matin au soir, plus de tensions, plus de stress...

      La palpation de la voûte, dis donc tu t'y connais en techniques de relaxation...
      Quant aux embrassades, c'est tellement bon de s'étreindre que certains le proposent gratuitement dans la rue. Je ne suis pas contre le roulage de pelles non plus. Paraît que ça immunise contre les microbes.
      Les vertus du câlinage, quel qu'il soit, ne sont plus à prouver.
      C'est que du bon, tout ça.
      Faudrait en parler aux illuminés de Daèche...
      Bises zen

      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    2. Je suis issu d'une famille où le toucher et la sensualité étaient sales et obscènes. Quant au sexe je n'en parle même pas, puisque ça n'avait aucune existence reconnue (et on se demande d'ailleurs comment j'ai bien pu arriver là, un miracle sans doute...). Il m'a fallu bien du temps pour accepter "d'être différent" et d'apprécier le toucher. Petit à petit, je me suis intéressé au massage. J'ai eu la chance de rencontrer d'emblée d'excellents bouquins des pionniers du massage de bien-être (et non pas "Apprenez toute la richesse des massages du monde en trois leçons"), où j'ai beaucoup appris sur le fond bien plus que sur la forme, Jean-Louis Abrassart écrivant : "Laisser faire vos mains, elles savent !...".
      J'ai appris toute la richesse de cet échange, car c'est bien d'un échange, d'une relation qu'il s'agit.
      Depuis, j'ai rencontré d'excellents formateurs, car il y a quand même à apprendre.
      De la culture familiale, il me reste ceci, qui se dilue doucement au fil des pratiques : chaque nouveau massage commence par "Putain, mais qu'est-ce que je fous là ?". Mais dès que le contact est pris, j'entre comme en prière et les choses s'harmonisent. Et arrivé au terme, quelle récompense de voir son sujet délié, frais et dispos, surpris de l'effet ressenti.
      Mais il est vrai que, pour de multiples raisons, tout le monde n'a pas la liberté de s'exposer au regard et aux mains de l'autre, de se mettre "entre ses mains", ce qui peut être perçu comme une prise de risque impossible à oser. La bonne vieille culture judéo-chrétienne qui m'avait défini au départ et dont on sait tout le bien que notre hôtesse en pense n'y certes est pas étrangère, et elle fait beaucoup de mal.
      Heureusement pour elle, il semble que not'Célestine, dont on sait tout le goût pour le vibrant de la vie (voir la fin de ce billet : http://celestinetroussecotte.blogspot.fr/2009/09/ah-les-blogs.html) ait rencontré des mains empathiques et chaleureuses...

      Supprimer
    3. Incroyable, j'avais oublié ce billet
      C'était l'début ! c'était l'printemps Y avait eu qu'un commentaire, mais il était de Coumarine, excusez du peu !
      J'aime bien tout ce que tu dis sur le massage.
      Il reste juste un vieux relent de judéo-truc-truc qui me titille la coloquinte, c'est... "j'entre comme en prière"...
      Disons...que les mots ne manquent pas, pourtant.
      J'entre...au choix :
      en osmose,
      en transe,
      en méditation,
      en contemplation
      en symbiose,
      en harmonie,
      en ataraxie,
      en catalepsie,
      en synergie,
      en inter-pénétration,
      en fusion,
      en relation,
      en lien,
      en énergie,
      en syncrétisme,
      en partage,
      en échange,
      en étreinte,
      en union,
      en euphonie,
      en synchronisme,
      en correspondance,
      en empathie,
      en eurythmie,
      en allocentrisme,
      en communication,
      en extase,
      en hypnose,
      et caetera, et caetera...

      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    4. ...fais hiech, tu as raison, "prière", qui n'a rien de particulièrement judéo-comme-tu-dis, s'adresse cependant à un dieu ou à un représentant d'icelui, ce qui me défrise aussi la moumoutte.
      Mais c'est de ta faute aussi, moi j'aime beaucoup "communion" dans son sens "d'être, vivre en commun" (Wiktionary : être en communion d’idées, de sentiments avec quelqu’un.
      Comme ici : "L'arrivée de la fillette, sa respiration, ses jambes, ses cheveux, tout ce qu'elle faisait [...], tout cela [...] évoquait la sensation intolérable d'une communion sanguine, dermique et multivasculaire avec elle." — (Vladimir Nabokov, L'enchanteur, trad. Gilles Barbedette, Ed. Points, p.28)).
      Mais ce mot est aussi annexé par cette putain de religion qui te l'a fait détester !
      J'en sors pas !
      Mais je persiste, j'aime beaucoup "communion", et je sais qu'au fond de toi tu me comprends.
      Pasqu'entre nous, outre qu'il y a dans la liste ci-dessus des mots que je ne savais même pô qu'ils existaient, quand tu écris "inter-pénétration", on s'éloigne quand même un tout p'tit peu du massage...Ou alors y'a quelque chose qui m'échappe !

      m'enfin moi...Jdirien...

      Supprimer
    5. Mais pas du tout, je suis en plein dans le sujet, au contraire : interpénétration, ça veut dire échange de molécules, de fluides énergétiques... c'est bô !
      Bon ok, tu cites Nabokov, le maudit, l'excommunié. Mais c'est pas pour ça que je vais me renier et accepter ces mots dans mon environnement. Pour moi, ils sont à jamais entachés de quelque chose de traumatisant pour moi.
      C'est drôle, ça me fait pas le même effet avec communiste.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  13. Cette réflexion ne me choque pas du tout, parce que j'ai parmi mes proches des femmes qui sont ainsi. Cela tient à un manque de confiance en l'autre, un manque de lâcher-prise. Le même, sans doute, que celui qui m'a empêchée quasiment toute ma vie de "faire la planche" sur l'eau, tellement j'appréhendais de me laisser aller. C'est une peur, donc, et du reste, quand je suis en crise d'angoisse, je ne supporte pas qu'on me touche (alors qu'en temps habituel j'adore ça :D)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Et pourtant, qui chantera le hâvre de paix que représente un câlin : se laisser aller, se lover dans les bras de l'autre, sentir les respirations qui se répondent et s'harmonisent, dans l'empathie et la protection de l'autre, entrer en communion avec le plus profond de soi... Se ressourcer...
      Malgré ce que j'écris plus haut, je n'ai pas encore une très grande expérience du toucher empathique, massage ou câlin, mais l'approche des personnes qui le craignent est une direction vers laquelle j'ai envie d'aller...

      Supprimer
    2. Ah ben ça alors quel hasard...
      Je vous arrange un rencard ?
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    3. Little Sugar, toi, la reine de la natation, tu sais pas faire la planche ?
      Rhôô !
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    4. "Je vous arrange un rencard ?"
      Pourquoi pas, si Elle / Little Sugar peut faire un détour par Port-aux-Français ?

      ...'fin moi... Jdirien...

      Supprimer
    5. Je ne fais la planche que depuis 6 ans...
      Port-aux-Français? Mais c'est au bout du monde!

      Supprimer
    6. Eh oui, c'est mon lecteur le plus lointain...Les Kerguelen, le bout du monde, j'irai jusqu'à dire le trou-du-c... du monde !
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  14. j'appréhendais, moi aussi, jusqu'à ce que ce soit présenté comme une évidence par ma kiné et chaque massage qu'elle m'a fait a été comme une récompense pour mon dos (fatigué et en mauvais état)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Souvent d'ailleurs, les femmes préfèrent se faire masser par une femme, pour éviter toute ambiguïté avec une personne de sexe opposé.
      Alors que les hommes préfèrent aussi se faire masser par des femmes en règle générale...
      Pour le dos, c'est royal, je le reconnais.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  15. Tu écris vraiment juste. Cette façon de mettre en perspective l'inconscient collectif et la part de soi ou la part du ça ; ).
    "S’abandonner à des mains inconnues, oui mais…" mais justement!!!

    RépondreSupprimer
  16. Et puis aussi puisqu'il est question de bousculer la culture collective, je vais faire comme la dame quidam qu'a dit, ça n'intéresse personne mais ça va me faire du bien:
    J'exècre "Le petit prince", des décennies que je vois sa tronche blondinette, que j'entends ses histoires de fleur, de renard, de mouton et de réverbère! Il m'a poursuivi à l'école, il me poursuit encore dans mon métier, il est même encore à l'affiche à un âge plus qu'avancé. Ras le bol!
    - Bleurp! Pardon, je crois que tu l'aimes bien dit-elle après l'éructation.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mais non, mais non, ne t'excuse pas.
      Antiblues me manque, normalement c'est sa spécialité d'iconoclaster ce gamin geignard et capricieux. Alors j'ai l'habitude, je m'en remettrai... :-)
      Et puis, tu me fais un beau compliment en première partie de com...Ne boudons pas notre plaisir !
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  17. Je suis certain que vous avez de l'or dans les mains...
    ~L~

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je ne sais pas...peut-être. Mais c'est drôle, je ne me vois pas masser les gens, alors que j'adore me faire masser.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  18. Alors sur ce coup, l'homme va être très clair: pas touche. Nulle part. Et par personne. Sauf évidemment situation d'attraction, de séduction ou d'affection, mais ça c'est une autre histoire :-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je ne suis pas sûre que ce soit une autre histoire...Si que l'on considère le massage comme un acte professionnel qui rapporte de la thune, c'est sûr que c'est mal barré.
      D'où la notion de confiance, de laisser-aller, qui ne peut s'instaurer que s'il y a une certaine attraction ou affection. Un feeling, quoi.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  19. Les pouces s'écartent légèrement des autres doigts. Ils s'appuient ensemble au bas du dos et remontent en tournant le long de la colonne. Le corps se fait plus doux, plus tendre comme pour recevoir la douceur du massage.
    La tête s'emplit de rêves, d'Italie, de bateaux, de montagnes, de voyages secrets et mystérieux.
    Les pouces s'écartent encore de la colonne. Pouces et doigts se forment en un doux étau pour doucement passe la peau, appuyer chair contre chair. La caresse se fait plus forte, plus insistante.
    Le corps s'emplit d'une douce langueur. Tout devient confort, douceur, volupté, délicatesse.
    L'esprit s'envole. Les mains ne sont plus mains mais porteuses d'un étrange message de langueur.
    Et c'est la nuit.

    RépondreSupprimer
  20. Pour doucement masser la peau....

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Joli voyage des mains sur le corps, aux endroits où ça fait très mal, parfois.
      Les difficultés de la vie viennent souvent se nicher au creux des reins, et les massages alors sont un véritable envol de tous les soucis. Merci, les pouces !
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  21. Quand on parle de la main du masseur, la culotte du zouave n'est jamais loin (elle est venue très vite dans les comm's), celui du pont de l'Alma ramène vite sa chéchia et maintenant le tunnel est de la partie aussi avec ce conseil d'ami qui date de 1997 :

    "Fais passer un alcootest
    Au chauffeur de ta Mercédès
    Et fais un sourire ami
    Aux petits paparazzis"

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Elle est venue très vite, mais de manière subtile, tu en conviendras...
      Tout comme ton rappel délicat de la mort de lady Di.
      Un souvenir de rentrée des classes entaché par l'accident princier.
      Mais aussi, quelle idée alle avait de faire le zouave dans cette mercédès...
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  22. Voila un thème où je pourrais écrire 500 lignes de commentaires...
    Suis un pro du massé ! Pratiquant depuis plus de 50 ans....
    Alors des mains, des pouces et des corps sur mon corps, j'en ai connu de tous acabits...
    On ne peut se faire masser par n'importe qui et encore moins n'importe comment, surtout quand on a un corps bizarre comme le mien....
    Ma préférence va aux hommes compétents, et je n'en ai pas rencontré beaucoup.
    Frotter un corps n'est pas masser....
    le caresser n'est pas masser....
    et la compétence est rare....
    Cela dit les masso-amateurs peuvent faire du bien immédiat ... ils soulagent... surtout le compte bancaire...
    Mais entrer dans le premier salon de massage qui se présente et mettre mon corps précieux entre le mains d'une nana qui vendait encore des pizzas la semaine dernière, il ne saurait en être question.

    en ce domaine, c'est comme en gastronomie, tant qu'on a pas gouté les mets d'un chef étoilé, on trouve que les burgers c'est génial !
    Et il y a peu de chefs étoilés....

    Reste le domaine de l'intime en amour ou la réciprocité s'impose et se mêle.
    Là évidemment l'apprentissage du tout du corps de l'autre au fil des années qui passent crée une sorte de prolongement de soi-même, et je ne connais plus grande félicité....

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il y a peu de chefs étoilés...tu as raison. C'est en cela que je parlais de ceux qui ont de l'or dans les mains, et qui sont rares...
      Il est vrai que le massage thérapeutique, c'est encore une autre dimension, différente du simple massage "bien-être". Le niveau de compétence requis n'est sans doute pas le même.
      Il y a aussi les massages choisis (ou offerts) et ceux que l'on t'impose parce que tu es malade.

      Reste que ton dernier paragraphe est un hymne à la fusion des corps et des âmes, qui elle aussi est encore plus rare qu'un chef étoilé.
      Bises étoilées ;-)
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    2. complètement d'accord, c'est tellement jouissif ! Et il n'y a pas que le palper-rouler. Perso et tu l'as bien compris, on adore ça, autant dans le "recevoir que le donner"

      Supprimer
    3. Ah je n'en doute pas...vos commentaires sont toujours empreint d'un certain hédonisme !
      Bises mes bestioles adorées
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    4. -empreintS...pffiouuu maîtresse, y'a du laisser aller...
      -je dirais plutôt du laisser râler...
      ^^

      Supprimer
  23. quant au titre du billet, évidemment j'adore !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Au risque de me répéter, être la fille spirituelle de Pierre Dac, ça donne des droits, mais aussi et surtout des devoirs: celui de ne pas passer à côté d'un jeu de mots foireux, bien évidemment !
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  24. me faire masser par un professionnel oui mais par des amis non

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je préfère quand même un ami en qui j'aie confiance plutôt qu'un professionnel incompétent...
      Bises
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  25. Il y a des péériodes où je vais régulièrement me faire masser. Je n'y suis pas allée depuis plus d'un an.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je te souhaite d'y retourner, ça fait tellement du bien !
      Bisous ma Berthoise
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  26. J'ai lu beaucoup de choses ici sur lesquelles je ne reviendrai pas. J'espère seulement avoir fait partie des pros compétents. Et surtout je rappelle que le massage s'adresse à tous, et bien souvent des gens en grande souffrance.Pas toujours, pas souvent une créature de rêve massée par un éphèbe ou vive-versa.
    Bises Angel Baby poétesse qui me rend ma jeune aise. ATTB.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je sais bien, je suis en plein dedans moi qui navigue d'hôpital géronto-psy en maison de convalescence pour personnes âgées, je vois bien que les kinés ne massent pas souvent des coprs de rêve. Et d'ailleurs, je disais bien dans mon billet "il y a massage et massage".
      Je ne doute pas que tu fusses un professionnel compétent.
      En tous cas profondément humain.
      Bises je t'écris. attb
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  27. Eh bien moi je ne peux pas dire que je n'aime pas, mais je ne m'abandonne pas, aussi je n'en retire que ce qu'il est impossible de ne pas en retirer. Mais j'ai longtemps eu, moi aussi, un problème de toucher. Nous ne nous embrassions que le matin et le soir avec mes parents, et rares étaient les étreintes spontanées. Pas qu'ils étaient froids mais ilsavaient eu une éducation "à l'anglaise" (pour former d'excellents plum-puddings). Peu à peu j'ai aimé les accolades, les bisous, et suis assez spontanée, je prends des mains, touche des épaules etc.

    En privé, ah ah... là c'est différent naturellement. Mais c'est moi qui masse, j'aime ça, détendre, faire du bien, apporter ma force...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il est difficile d'être tactile quand on a eu une éducation qui ne l'est pas...
      Mais ton tempérament rebelle a fait des miracles en ce domaine !
      Et ton massage doit être très agréable.
      Baci sorellita
      ¸¸.•*¨*• ☆
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  28. Aie je fais partie de ceux qui n'aiment pas les massages non plus... Non pas que le geste me dérange mais simplement,je ne sais pas me relaxer... Je reste en hyper vigilance, tous les sens en alerte...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. L'hyper vigilance est le contraire du lâcher-prise.
      Ça viendra...Un jour, tu déposeras les armes, crois en mon expérience !
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  29. C'est vrai que c'est un peu/beaucoup l'auberge espagnole......
    Mais en général, j'adoooooore. La ça fait longtemps et ça me ferait tant de bien avec ce rhume infernal que je me traine ...... Un peu de douceur de chaleur : oh ouiiiiiiiiiiii

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ce qui est étonnant, avec les massages, c'est que cela ne fait pas du bien seulement au corps, mais aussi, bien sûr, à l'âme.
      Tu me diras que c'est valable pour beaucoup d'activités physiques...
      Prends soin de toi, petite miss !
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer

Je lis tous vos petits grains de sel. Je n'ai pas toujours le temps de répondre tout de suite. Mais je finis toujours par le faire. Vous êtes mon eau vive, mon rayon de soleil, ma force tranquille.
Merci par avance pour tout ce que vous écrirez.
Merci de faire vivre mes mots par votre écoute.