jeudi 17 septembre 2015

C'est un fameux trois-mâts...




Il m’arrive parfois de me retrouver, le temps d’une traversée, sur un navire de forbans appelé le Blogborygmus.  Ces flibustiers de haute mer m’ont ramassée un jour que je traînais ma mélancolie dans quelque port sans attache, la mèche rebelle et le jupon fougueux battant mes bottes de cuir. J’avais envie d’en découdre avec leur style vigoureux et sans langue de bois. Pour tout dire, je bavais de faire partie de leur équipage mythique et néanmoins légendaire…
Ils m’ont reçue comme une princesse, toute nattée de fil de fer que j’étais, Fifi Brindacier des mers, égarée dans les sables émouvants de contrées périlleuses.
Ils ont accepté mes proses enrubannées et mes poses un peu frondeuses de Zazie aquatique. Ça n’est pas rien, d’être adoubée par ces drilles. Il faut montrer patte blanche, mais sans être une oie blanche. Etre plus Célestoche que Célestine. Quoique leurs coeurs de pirates sachent aussi s'émouvoir des faiblesses typiquement féminines...
Car sur ce rafiot, on chante la vie, ça sent le vin et l'amour, on aime la bonne chère, la bectance raffinée, la ripaille gourmande, le libertinage badin et la friponnerie égrillarde. La dive bouteille est toujours à l’honneur sur le pont, et la pudibonderie est priée d’aller se montrer dare-dare (ou plutôt dard-dard) chez les Héllènes, ou de bien vouloir ailleurs mesurer le fond de la mer. Quiconque leur cherche noise se retrouve pendu à une vergue avec les tripes à l'air, selon la tradition séculaire.
Leurs joutes verbales sont un régal, par Odin, et n'ont d'égales que leurs verges brutales.
Le capitaine est un vieux loup de mer tanné par les rugissants et les hurlants. Il s’installe souvent sur la dunette ou le gaillard, avec ses pinceaux et ses crayons, et croque au propre comme au figuré, les mignonnes qui louvoient et ondulent de la poupe sur le quai. 
Son second porte fièrement la barbe des marins au long cours, il a l’œil bleu ravageur, et cache dans sa cabine une bibliothèque d’où il tient son savoir quasi encyclopédique. Question savoir, le Bosco n’a rien à lui envier. C’est un italo-suisse à la verve confondante et dont la prolixité est inversement proportionnelle à la vitesse d’élocution. Mais il sait tout sur le cours du sel, la guerre des Malouines, ou la prise de la Smalah d'Abd-El-Kader par les troupes du duc D'Aumale en mil huit cent quarante-trois. C'est dire !
Quant au fin stratège répondant à un surnom évoquant irrésistiblement le cheval, c’est sans doute grâce à son esprit brillamment scientifique que le vaisseau s’est sorti des situations les plus épineuses. Rajoutons au tableau un oncle d’Amérique, toujours prompt à raconter ses souvenirs d'ancien con battant, et une charmante corsaire à la beauté ravageuse et à la tête aussi bien pleine que bien faite, avec qui je partage une certaine philosophie de l’existence…et je ne parle pas des compagnons d'infortune disparus dans les différents naufrages traversés par cette bougre de galère.


Blogborygmes, ça vous tient chaud les jours de grain, ça vous fait voyager loin, c’est beau comme une chanson de Georges : «  On est n’importe qui, on vient n’importe quand, et comme par miracle, par enchantement, on fait partie de la famille. »

79 commentaires:

  1. Est ce le grand vent qui a ainsi gonflé les poumons de la passagère dont la photo fait la hune?
    Bof, à même d'essayer de joindre le garage automobile le plus proche, sur la terre ferme bien que détrempée.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Comment, mais tu ne m'as pas reconnue sur la photo, mon bon Bof ?
      Ah, ici, dans mes contrées tapageuses, c'est rien de dire que la terre est détrempée...si on avait des canards, ils nageraient dans la pelouse.
      Bises humides
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    2. Ah ben non, désolé, j'avais pas reconnu.
      Bon, j'enfile mes cuissardes et j'emmène quelqu'une à un restau routier pour un petit salé andouille choux patates qui sera bien, j'espère, sinon, au point où on en est, je lui balance dans la vitrine la bagnole de courtoisie qu'on m'a prêtée ce matin.

      Supprimer
    3. Et pourquoi on lui a prêté une voiture, à celui-ci ?
      ^^

      Supprimer
    4. La dernière fois que je vis le Souf, il me dit: " dans un coin comme ça, il te faut, sûr, segur une voiture fiable, qui démarre à la première sollicitation " . Oh, bien sûr, je ne crois pas à la sorcellerie, mais, en entendant ses paroles, au hooligan à katogan, des fourmillements envahirent mes jambes, des frissons me glacèrent le dos, mon crâne se mit à ressembler à un reportage sur un congrès de forgerons en furie. Bref, le lendemain, le neimann de ma bagnole commença à avoir des ratées, puis défunta peu de temps après. C'est pour cette raison qu'on me prêta une voiture de courtoisie ( chose rare, dans le pays ) hier, voiture que je rendis ce matin, la réparation effectuée. Je me rendis compte à ce moment que les pouvoirs du Souf n'avaient pas une influence si forte sur moi.
      Mais attention, Celle! Quand il te dira " je suis chargé d'arranger une lecture du ciel dans le pays où les vents soufflent en travers et on compte sur toi pour ça ", tu te méfieras: fais toi accompagner de quelqu'un de confiance.

      Supprimer
    5. Le "hooligan à katogan"...Ça lui va bien dis donc ! Un peu sorcier alors, le Souf, tu penses ?
      Oui mais moi je suis une fée premier dan, avec une toute petite baguette magique de rien du tout. Alors si l'envie lui prenait de me jeter un sort, je ne sais pas si c'est le neiman de ma voiture qui serait le plus en danger... ^^
      Enfin je peux toujours essayer de le changer en râpe à fromage, mais il faudrait que je m'entraîne avant.
      hi hi
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  2. Quel bel hommage! Il y a de si belles rencontres sur le net!
    Celestoche, Celestine...après tout, les fées sont réputées pour être mutines, non?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. La mutinité, sur un bateau, c'est mieux que la mutinerie, non ?
      Bises mon étoile.
      Refais toi une santé en fréquentant des fées et des corsaires.
      Et laisse tomber ceux qui te traitent comme une mercenaire.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    2. @ Céleste
      Ben si elle fait ça, elle a intérêt à se pacser avec Popaul parce que c'est pas pour dire, mais trouver un employeur pour qui le salariat n'est pas une histoire d'exploitation humaine.....

      Supprimer
    3. Blutchy, Ne la décourage pas, notre Stella est en plein burn-out, tu sais combien ce truc peut entamer les gens...Je l'ai vécu !
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    4. Je n'ai pas les mêmes infos qu'avec toi pour aider notre petite étoile, mais on peut lui dire de ne jamais cesser d'y croire, à son étoile et que ceux qui veulent la lui ternir ne méritent pas qu'elle leur cède sa joie de vivre.
      Baci et bises à Stella

      Supprimer

    5. Merci pour elle, Blutchy. ♥︎
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  3. Mille millions de mille sabords, c'est qu'elle s'y connait notre Célestine en matière de navigation de joutes et de verges, de traversées et de corsaires. Messieurs les marins, vous n'avez plus qu'à bien vous tenir face à une telle voyageuse. Je t'embrasse Céleste, belle navigatrice dans l'océan des mots, du rêve et de la poésie. Chinou

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah oui, je suis friponne et mon jupon juponne...
      Quant à l'océan des mots, je l'avoue, il fait vibrer ma plume et je trouve d'ailleurs que le vocabulaire marin a des consonances assez érotiques, n'en déplaise aux pisse-vinaigre...
      Par la barbe de Rackham le Rouge, tu es la bienvenue sur ce bateau, moussaillonne.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  4. Un vrai texte de moussaillonne, je m'y serais cru !
    Je croque aussi mes passagers quelquefois, et si mon coup de crayon n'est pas habile (sauf dans le civil) j'ai un bon coup de sabre pour les plus difficiles...ou les plus tactiles ^^
    Besos Célestine,♥
    Jack le Pirate

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Hé hé! Je savais que le vent du large te pousserait dans mes voiles, capitaine !
      Serais-je adoubée aussi par le grand Jack, dont je découvris le fier tricorne et le sabre ravageur par l'entremise du sieur Bizak ?
      Ce serait un honneur de partager de temps à autre une traversée sur ta goélette
      Bises fougueuses
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    2. Bien sûr que tu es adoubée, je te ferais visiter ma goélette et même je t'ouvrirais les pages de mon blog à l'occasion !
      Besos de pirate ♥ ♥ ♥

      Supprimer
    3. Hé ! Pourquoi pas ?
      merci pour ton accueil, Jack.
      Bisous célestes et mutins
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  5. Bon, ben c'est pas encore ça qui va raccourcir ma liste de lecture...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah oui, c'est certain, Boss. Mais ce que tu peux te dire, c'est qu'en toute modestie de ma part, quand un texte est bien écrit, il se lit deux fois plus vite qu'un infâme brouet, et on y prend deux fois plus de plaisir...il te faut peut être faire un tri dans ta liste?
      Célestine en mode " je me la pète "
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    2. Que veux-tu que je rajoute? Que pour la prise de la Smalah, j'ai un tatouage qui en atteste vigoureusement?
      Autrement, chacun fait ce qu'il pneu (merci Michelin), je suis de nouveau entre deux portes et entre deux connexions; et ça ne va pas s'améliorer ces prochains temps.
      C'est que moi, Madame, j'ai un emploi du temps de retraité qui a eu le temps de s'organiser, qui n'a donc plus aucune case libre pour des futilités felevant de l'emploi salarial
      D'autre part, ce n'est pas qu'on bout de chanson que je t'ai balancé à la va-vite, c'est pensé. C'est tout le non dit qui en dit très long, puisque chaque vers (ou verre, je m'y perds) correspond à une réalité. Excepté pour le pastis, car je préfère nettement que ce soient les poissons qui s'empoisonnent que de le voir déneuroniser les chanteurs à textes...
      Voilà, la quotité est atteinte, je retourne à mes occupations.

      AHHHHHHHHHHHHHHH, une chose encore que je vais Tant-bouriner:
      Le Blogborygmus attend le départ de sa prochaine étape de sa croisière stellaire...
      Avis à qui de droit (ou de courbe)
      Ti bacio

      Supprimer
    3. Merdum, je me suis planté de destination, c'est rapport à un commentaire quelques étages en dessous.

      Supprimer
    4. Oui j'avais bien compris que tu ne t'adressais pas à ce cher Walrus !
      Et je te remercie de traiter de "futilités" ma simple envie de te lire... (hi hi)
      Enfin ce que je retiens c'est ton tatouage qui laissera rêveuse plus d'une lectrice...
      Partant du principe qu'un Rital dit toujours la vérité et ne se vante jamais, bien sûr.
      mille baci
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    5. Je sens comme l'ombre d'une pointe d'un soupçon d'esquisse de doute dans ton propos, pourtant j'ai un rapport officiel, attesté publiquement par le mage Rabindranath Duval. Si ce saint homme disait des conneries, ça se saurait tout de même...
      Baci

      Supprimer
    6. MÔAAA ?!? soupçonneuse ? Mais que vas-tu imaginer... ;-)
      Et puis si tu as l'attestation du Sar...
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  6. Les véritables "BOSS" comme je les appelle ce sont les pères fondateurs : Saoul-Fifre et Tant-Bourrin
    Ils m'ont accepté dans ce temple qu'est Blogborygmes en 2007, puis il y a deux ou trois mois, "ils" m'ont refilé le bébé, avec la baignoire et l'eau du bain !
    Mais bon j'ai un équipage à la hauteur, deux gisquettes gaillardes à souhaits et bien gaulées, un Suisse pas si petit que ça, un Tonton jurassien que je n'ai jamais vu,, mais qui est doué.
    Enfin tout ce beau monde ne craint pas l'empannage et vire bien de bord ! C'est mieux que de virer sa cuti non ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah ben c'est grave carrément mieux, tu veux dire...
      J'imagine pas une seconde ces fiers ruffians virer leur cuti, et se déhancher comme des demoiselles en prenant tout à coup des allures de gazelles.
      Pour ce qui est de barrer le rafiot, il y avait longtemps que tu jouais les capitaines en sous-main, il était temps qu'ils officialisent la fonction.
      Toujours un plaisir de te servir de quartier-maître.
      Bises moussaillonnes
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  7. Je vois que le vent te pousse...tiens bon la barre!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il faut avouer que ce navire-là ne procure pas du tout les mêmes plaisirs que le paquebot poussif dont j'ai lâché la barre en juin. C'est beaucoup plus...léger, tu vois, ça se faufile dans les petites criques aux eaux turquoise, et ça se balance au mouillage sous le doux roulis des alizés. De quoi donner plein d'idées sottes grenues dans le ventre d'une piratesse...
      Bisous douce amie
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  8. Non ce n'était pas le radeau.....
    Baci al vento e grazie per gli elogi

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Eh bien, j'espère que ce commentaire affûté comme une rascasse anorexique n'est qu'une mise en bouche et que tu as de solides raisons de ne pas t'être attardé ce matin, genre démontage d'un moteur à eau ou recardage d'un matelas affaissé, parce que là, tu n'es pas du tout à la hauteur du costard de prolixité que je te taille dans mon billet. En d'autres mots, même si tu cites un bout de grand Georges, ne crois pas t'en tirer à si bon compte. :-)
      Tu bacio e mi aspetto il tuo ritorno
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    2. Tu vois j'ai bien remis les choses en place :

      "Que veux-tu que je rajoute? Que pour la prise de la Smalah, j'ai un tatouage qui en atteste vigoureusement?
      Autrement, chacun fait ce qu'il pneu (merci Michelin), je suis de nouveau entre deux portes et entre deux connexions; et ça ne va pas s'améliorer ces prochains temps.
      C'est que moi, Madame, j'ai un emploi du temps de retraité qui a eu le temps de s'organiser, qui n'a donc plus aucune case libre pour des futilités felevant de l'emploi salarial
      D'autre part, ce n'est pas qu'on bout de chanson que je t'ai balancé à la va-vite, c'est pensé. C'est tout le non dit qui en dit très long, puisque chaque vers (ou verre, je m'y perds) correspond à une réalité. Excepté pour le pastis, car je préfère nettement que ce soient les poissons qui s'empoisonnent que de le voir déneuroniser les chanteurs à textes...
      Voilà, la quotité est atteinte, je retourne à mes occupations.

      AHHHHHHHHHHHHHHH, une chose encore que je vais Tant-bouriner:
      Le Blogborygmus attend le départ de sa prochaine étape de sa croisière stellaire...
      Avis à qui de droit (ou de courbe)
      Ti bacio"

      Ça me fait penser que si tu parviens à décider TB tu es vraiment très fort !
      Il n'a même pas cédé à mon appel de sirène sur ce billet où je me suis pourtant déchirée pour lui rendre un hommage appuyé ... :-( bouhou ! c'est tro tinzuste !
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    3. Faut être réaliste, TB est un cas.
      Je crois avoir tout tenter pour le réveiller, y compris l'énumération des chansons contenant le mot MERDE et bien son esprit scatologique est resté de bronze (ce qui pourtant devrait être de bonne augure au vu de la matière), et bien non, pas l'ombre d'un soubresaut, rien...
      Un concours d'idées est lancé pour réveiller TB.

      Supprimer
    4. "Son esprit scatologique est resté de bronze"
      Tu as des fulgurances dignes d'un Tolstoï ou d'un Proust
      ((j'ai pas dit prout) ;-)
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    5. Une fulgurance, c'est comme un trait.... Reste encore à savoir combien il y a de blanc entre deux traits :-D

      Supprimer
    6. Tant pis si les traits ne sont pas toujours fulgurants, pourvu que les blancs ne soient pas trop longs...parce qu'après, tu me manques, tu sais bien...
      Molto Baci et buona notte
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    7. Et si on prenait Tant-bourriquet en otage ? Ô que je suis fier de mon idée faramineuse d:-D

      Supprimer
    8. C'est une bonne idée, on pourrait y rajouter Margotte...

      Supprimer
    9. Ah bien vu, Blutch, mais alors bien vu de chez bien vu, filh de garça!

      Supprimer
    10. Eh bé, si jamais il débarque en pleine conspiration, le Tant-Bourrin, il ne va pas être déçu du casse-dalle, comme on dit de par chez nous...
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    11. @Saouf

      Tu laisserais enlever Margotte sans coup férir ?

      Supprimer
    12. @Bof

      Aurais-tu un compte à régler avec ton chou ? là, ce serait plutôt ton chou farci...
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    13. @Bof

      Aurais-tu un compte à régler avec ton chou ? là, ce serait plutôt ton chou farci...
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    14. Deux fois choux donnent: chou-chou !Lol

      Supprimer
    15. C'est pas faux ! je crois qu'ils s'aiment bien tous les deux...
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    16. Ho si la rançon c'est d'écrire un billet, je paye, je paye de suite et sans prévenir la police... Mais sinon, moi plutôt papa cool non-violent, je me suis vu, à mon grand et propre étonnement, prêt à en découdre avec un concurrent aspirant au cœur de Margotte !

      Supprimer
    17. Ah ben si on peut répondre, maintenant? Trop tard, ou que j'aie fait une mauvaise manœuvre?

      Supprimer
    18. @SaoulF
      En découdre avec un rival ? Tu pourrais nous raconter ça dans un billet, par exemple...non?

      Supprimer
    19. @Bof

      Tu viens quand tu veux, tu dis tout ce que tu veux.
      Le bateau est ouvert 24/24...
      :-)

      Supprimer
    20. Oui ce serait possible mais c'est un épisode dont je ne suis pas particulièrement fier. Bon je n'ai jamais non plus considéré Blogborygmes comme un monument devant être au service de mon unique gloire ;-)

      Supprimer
    21. Qui a dit ça ?
      Non, je trouvais que cela pouvait être intéressant comme exercice de style : dire du mal d'un rival de manière élégante... ;-)
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    22. Par contre, Margotte pourra en ressentir une certaine fierté :-)
      Et comme je pense que vous n'en fûtes pas allé jusqu'au duel à mort, tu garderas pour toi la mansuétude d'avoir épargné ton concurrent :-)

      Selon certaines indiscrétions dans l'organisation du rapt de Margotte et avec 2 ritals dans le coup, ça pourrait ressembler à l'enlèvement des Sabines, tel qu'il fut vécu en 753 av. JC....

      Bon, ben maintenant, faut s'organiser pour Tanbourriquet.....

      Supprimer
    23. L'enlèvement des Sabines...T'es trop fort !
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  9. Je n'ai pas tout suivi mais ton bestiaire marin est agréable à lire...oh mon bateau oh oh oh :D :D
    Bises marines !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. De drôles de bestioles dans ce bestiaire...mais on s'amuse bien!
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  10. Par tous les pères de ma tribu de la Smalah d’Abdelkader je me rappelle avoir croisé ce trois mats qui avait échoué à l’île du Danger point où j’ai tenté de sauver ses naufragés, à travers les déferlantes de la mort certaine, un vieux pirate dont je reconnais son tricorne qui se baladait sur la tête d’un gros marbré rouge sans dents acérées. L’eau était si pleine de remous que le gros lézard des mers n’a vu que du feu. Ce qui a permis au capitaine de sauver sa carcasse tannée et marbrée par sa moussaillonne préférée, en tapant sur l’eau écumante pour tenter d’effrayer la bête qui a failli lui engloutir sa jambe comme une cuisse de poulet. Heureusement pour sa veine heureuse, ma barque était toute prête pour l’accueillir sain et sauf, en souvenir du pain partagé quand il avait visité ma citadelle sur l’île boisée et sans nom et de l’amitié profonde qui me liait à la moussaillonne dompteuse des mots des mers, la Célestoche ( Pour rappeler à notre bonne mémoire, d’il était une fois l’île sans nom :
    http://bi-zakarium.blogspot.com/2013/01/cest-ma-citadelle.html

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je n'étais pas devant mon ordi hier ni aujourd'hui.
      Mais j'ai lu ton épopée fabuleuse avec grand plaisir, cher Prince des sables
      Tu excelles aussi dans le récit de flibuste...
      je vais aller lire ta citadelle.
      Bises pirates
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  11. Waw tu as eu droit direct à la "chevaliérisation" ?!?! Moi je ne suis, encore et toujours, qu'un minable écuyer emmouché d:-(
    http://blogborygmes.free.fr/blog/index.php/2012/10/31/1553-la-tres-aventureuse-vie-du-chevalier-de-tant-bourrin-et-de-son-ecuyer-saoul-fifre-chapitre-xix

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le chapitre que tu me donnes à lire là me rappelle moultement le sieur Godefroy Amaury de Malefète, comte de Montmirail, d'Apremont et de Papincourt et son âme damnée Jacquouille la fripouille. Mais tu te dévalorises ! Tu es un écuyer hors pair.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  12. Des promesses, toujours des promesses ! J'y suis allé faire un tour ce midi et en guise de pirates je n'y ai vu que des gens très convenables : la preuve, on les retrouve très régulièrement à fréquenter cette zone de commentaires hyper-sélect !

    ;-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Comment, toi, mon oncle, tu te fies aux apparences ?
      Mais ne sont-elles pas trompeuses par définition?
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  13. D'un oiseau de passage, qui n'est pas de mauvaise augure, et se pose parfois sur une vergue, au milieu des voiles auriques.
    Ciao begli occhi !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'aime les oiseaux de passage.
      Ceux de Richepin.
      Et les autres.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  14. Jolie invite. Je lis parfois quelques beaux trucs sur le Blog au beau rythme nous avons échangé avec certains quelques commentaires, tous beaux. Eh puis voilà, en ce qui me concerne je dois avoir un "trip de personnalisation" avec l'auteur de Blog sinon je n'accroche pas. Je te souhaite de belles nouvelles envolées marines...

    Bleck

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Dois-je en déduire que tu as un trio de personnalisation avec moi ?
      Je prends ça comme un compliment.
      Bises célestes
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  15. .... "c'est un fameux trois mâts"... ça me rappelle la chanson du grand Hugues Aufray ...j'ai pas tout compris dans les commentaires.... mais j'aime bien.... bonne soirée ma chère Célestine... tu es infatigable ...bisous... Den

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui je reconnais que les commentaires recèlent quelques "private jokes" difficilement compréhensibles et je reconnais que c'est parfois ennuyeux pour les autres lecteurs.
      Mais toi, Den, tu es mon petit soleil pointillé, toujours bienveillante et généreuse.
      Merci d'aimer mes délires oniriques, ils font partie de moi.
      Et au fait: non je ne suis pas infatigable, il m'arrive d'être légèrement fatiguée... :-)
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    2. P.S : D'ailleurs, là, au vu des répétitions que je sème dans mes commentaires, je peux dire que je suis fatiguée...
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  16. Vous êtes affriolante en flibustière !
    ~L~

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. La photo est non-contractuelle, comme il est écrit sur les paquets de corn-flakes... ;-)
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    2. Vous êtes trop modeste, j'en suis certain !
      ~L~

      Supprimer
  17. Sur ton trois-mâts, en trois mots: à l'abordage, Célestoche! Le verbe en verve, le style genre stylet et la touche qui fait mouche!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Woué , joli, l' Homme ! la verve est partagée, à ce que je vois !
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  18. Ah on plus répondre, maintenant?
    Donc, je réponds ici à " chou farci ". Moi, je l'écrirais " chou farsi " car un des jeunes Souf aurait une aventure avec une demoiselle iranienne. Ah tu savais pas? C'est donc bien de l'instinct féminin qui t'a fait faire cette remarque? J'en suis bradassé d'une force...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Eh oui, tu as raison, je ne savais pas cela.
      Mais le farsi, n'est-ce point la langue parlée en Afghanistan ?
      Si je comprends bien, je n'ai pas fini de te bradasser ...tu sais que je suis un peu sorcière ...mais chut. Officiellement, je suis une fée...
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  19. La photo m'a fait hisser la grande....vergue et le texte à tiroir n'a pas arrangé les choses.... de la vie.
    à propos de vie: ça bouge encore par ici! et de belle façon. Cliquant sur le lien j'ai constaté la féconde production de ta plume ovarienne constamment en gésine pour notre plus grand plaisir.

    Cela m'a donné envie de participer à l'écriture et du coup j'ai pondu: http://dusportmaispasque.blogspot.fr/2015/09/a-la-poursuite-de-stevenson.html
    Merci de ton passage....régénérant.

    RépondreSupprimer

Je lis tous vos petits grains de sel. Je n'ai pas toujours le temps de répondre tout de suite. Mais je finis toujours par le faire. Vous êtes mon eau vive, mon rayon de soleil, ma force tranquille.
Merci par avance pour tout ce que vous écrirez.
Merci de faire vivre mes mots par votre écoute.