mercredi 28 janvier 2015

Présent décomposé

Décidément, j'adore mon métier...
Hier, je tentais d'introduire dans les cerveaux pétillants de mes chers élèves quelque notion de conjugaison, en utilisant l'ardoise. En clair,  j'essayais de faire acquérir par  une approche didactique vivante et ludique une notion complexe de morpho-syntaxe.

Bref, je faisais le passé-simple.
(Il faut que je vous précisasse que dans notre sabir du terrain, (qui n'a rien à voir avec les circonvolutions bouleversifiantes du jargon de nos têtes pensantes, et dont vous aviâtes un moultième aperçu dans mon précédent billet) dans notre sabir, donc, "faire" signifie: aborder un point du programme. 
Tu as fait la Révolution ? pas encore, là je suis en train de faire les fleuves.)

Quand soudain, je m'aperceva subitement qu'un élève s'appliquait anormalement (car ce n'étions pas de son fait habituellement) en tirant la langue (après coup, je compris que ce geste n'avait rien à voir avec une quelconque application ou désir de bien faire...mais plutôt avec...euh...mais n'anticipons pas.)
Je m'approchis de lui discrètement et je voyâme qu'il écrivaillait plus que de raison sur sa tablette. Ah...la belle âme ! m'exclamationnai-je en moi-même tout de go. Lui que je crussais imperméable à la rédaction, le voili qui se lance dans l'écriture d'un texte. Avec des mots formationnant, de loin en loin, des phrases...ô joie !

Cependant, en y regardant de plus près, je tombis en arrêt devant une prose si fleurie et si poétique que je frisus l'apoplexie.
Comment était-ce possible que de telles idées, et surtout exprimées de façon si ...imagée, germussent dans la tête d'un enfant de onze ans ? (Enfin, quand je dis la tête...je me comprends)

L'explication de ce prodige me fit déchanter sec, hélas ! j'en resta comme deux ronds de flan et ma déception n'eut d'égale que mon ahurissement: ce que je prenassiez pour de l'invention n'était en fait que pur plagiat d'un grand artiste émergeant et encore injustement méconnu, j'ai nommé Nicolas le Pervers. (Je fus en cela habilement conseillée par une stagiaire, plus au fait que moi des évenements cucul-turels et musicaux qui agitent le PAF, qui me mit au parfum. Comment ai-je pu ignorer un tel talent ? )

Je n'ai pas le coeur de citer son texte, je vous laisse découvrir ce pur chef-d'oeuvre de liberté d'expression.
Sachez, ô vous, chers géniteurs d'apprenants, que lorsque vous croyez votre potache en train de réviser consciencieusement ses verbes sur son Ipad, il est sans doute en train de faire son auto-éducation sexuelle avec Nicolas, et de se forger doucettement une image des rapports hommes-femmes qui fait rêver...
C'est moi qui n'ai plus d'humour, ou une certaine idée de la France est en train de se décomposer ?




Sonata in E Minor, K. 292, L. 24 by Scarlatti on Grooveshark

97 commentaires:

  1. Tu m'as fait peur, en parlant de Nicolas le pervers, j'ai cru qu'il était sarkoziste...
    De quoi se plaint-on j'vous l'demande un peu ma chère. La relève des grands poètes du 20e siècle (Aragon, Paul fort, Brassens et tutti quanti) est assurée, et plutôt deux fois qu'une puisque c'est le temps des pouet-pouet...
    Baci

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. François Villon, Baudelaire, Eluard...où êtes-vous donc ?
      Il paraîtrait que c'est une parodie, en fait, ce chef d'oeuvre...un sommet de second degré. (Je crains d'aller voir l'original, alors...)
      On est loin de Queneau, ou de desproges, ou même des Deschiens.
      Baci
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  2. Hé hé...j'aime beaucoup ton article...drôle et ce courroux te va bien en plus !
    Alors quoi, tes jeunes en ont marre du tableau, des craies et de l'histoire de France??
    Soprano que veux tu avec black M c'est le chouchou des 10 14 ans.
    J'ai horreur de Soprano (tu sais que je suis un adepte de Maître gims?? ) et je trouve la parodie de la chanson sympa...c'est vraiment un truc de bisounours par rapport à d'autres. Ton jeune, il écoute Fun radio le matin, voilà tout...bon après à l'école, faudrait qu'il écoute sa jolie maîtresse...pffff ! Allez courage

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Sopalin !
      Ce soir c'est casquette , Basket , ma plus belle tenue de survet'
      Je sort en boîte pour te faire ta fête que tu sois une femme ou une bête
      Ce soir j'te love , j'te kiss , que tu t'appelle Béatrice
      Annabelle ou Anne Patrice , Je te montre mon Tournevis
      Ce soir chu chaud , bébé , nicolas va te faire grimper
      Nicolas va te faire vibrer tu portr'a pleinte ch'suis habituer !

      Bisounours en effet... Je conçois que ce soit une parodie, et du second degré, mais si ça c'est bisounours pour un gamin de onze ans, alors que doit être un texte trash ? Et puis le second degré n'est pas forcément compris à cet âge là.
      Je suis quand même un peu inquiète...
      Cela dit, j'ai écouté les originaux, et je préfère Maître Gims, s'il faut choisir.
      Bises célestes
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  3. Ce n'est que le Petit Nicolas version vingt et unième siècle :-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je préfère la version du siècle dernier...ça y est, je suis vieille...
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    2. T'inquiète, ça ne se voit même pas !

      Supprimer
    3. Ça c'est gentil, mon boss ! Je prends, ça fait toujours plaisir !
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  4. DOu'Jez' comme j'aime bien dire (réplique personnalisée de "Doux Jésus ou d'où Jésus ? en version Djeun's!)
    Et bien je me suis - dirons-nous - documentée en trois clic sur l'internet quand à cette oeuvre contemporaine...

    Re Dou'Jez' !!!!!!

    En fait Nicolas le pervers c'est un bonhomme de la radio qui a fait une parodie de la chanson "cosmo" du groupe "SOPRANO" de MAAAaaaarrseillllllleueuuuuu. Je ne connaissait pas (et tant mieux !). C'est absolument édifiant tellement c'est creux et vide. Regarder en bas du haut de la tour Eiffel est presque rassurant en matière d'abîme...

    Et les gamins qui écoute Nico le cono ont l'air nombreux... C'est toutefois du second degré mais à 10 ans, fait-on vraiment la différence ? Et puis si on écoute les paroles en entier on prend un petit choc tant les détails sont explicites et mentalement imageables...

    Un conseil, ne regardez pas le clip, on touche le fond (et pas de son slip)...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'aime ta description de l'abîme...
      Je pense que les détails de la chanson, en plus d'être mentalement "imageables" sont surtout psychologiquement dommageables...
      Quant à l'image de la femme objet sexuel, cela semble tellement dans l'air du temps en ce moment, que je préfère ne rien en dire, je vais m'énerver et ça va me gâter le teint.

      Bisous ma belle, merci pour ton com aussi subtil que pertinent.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  5. Ah ! Et puis allez voir ce mec là : links the sun.
    Il fait des commentaires (plutôt rigolos, parfois exagérés, mais souvent tellement vrais!) sur les chansons du top 50 dans sa chronique "T'as vu c'que tu écoutes ?" sur youtube.

    Spécial Education Nationale : https://www.youtube.com/watch?v=ghSPK1sYydk

    good vibes, à plus !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je prendrai le temps d'aller décortiquer avec ce monsieur les paroles des chansons que nos chères têtes blondes ingurgitent...
      Mais je sens que là encore, ça va me faire monter la pression...
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  6. ah ton billet est hilarant!
    par contre je regrette d'avoir cliqué sur ton pervers ;-) ne serait-ce que parce que ça fait monter son taux d'écoute si tes nombreux lecteurs le font tout comme moi ;-)
    allez, courage, Célestine! tu penses bien que si c'était un vrai problème, notre éduc nat nous aurait déjà demandé d'y faire quelque chose ;-)
    et puis, une chose à la fois: en ce moment notre rôle est de repérer les jeunes qui se radicalisent, donc si un de tes gamins se laisse pousser la barbe, n'hésite pas à le signaler!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. T'inquiète, je leur surveille le système pileux tous les matins !
      J'aime ton humour au troisième degré concernant l'éduc nat...et sa réactivité magnifique.
      Bisous ma chère collègue
      beaucoup de courage pour toi aussi.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  7. Irréversible, vous dis je!
    C'est un avant goût des conséquences du laisser faire de la passivité ambiante et qui trouvent leur source dans Mai 68...
    et comme le disait Cabu
    il leur faudrait une bonne guerre!
    Alors faut pas faire semblant de s'étonner maintenant...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah mais je ne fais pas semblant de m'étonner...je m'étonne vraiment !
      (N'oublie pas que je suis d'une naïveté crasse)
      moi en mai 68 j'étais au CE2 alors...
      Bisous célestissimes
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  8. En 1977 Patrick Juvet chantait déjà "Oú sont les femmes?"... D'accord, niveau linguistique, femme est plus classe que meuf, mais intrinsèquement y a pas des masses de changé... Question originalité, Nicolas Le Pervers repassera...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Déjà Villon au XV° siècle se le demandait, mais en des termes plus châtiés...

      Prince, n'enquerrez de semaine
      Où elles sont, ni de cet an,
      Que ce refrain ne vous remaine :
      Mais où sont les neiges d'antan ?


      Bises célestes
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    2. Pour Juvet, ce n'était pas vraiment une angoisse de perdre les femmes de vue, tant qu'il pouvait garder un oeil sur Dave... :-D

      Doit-on considérer que les plus belles choses sont déjà dites et que les petits nouveaux font ce qu'ils peuvent avec ce qui leur reste de vocabulaire.
      La beauté des mots et l'élégance des sentiments ont déjà été surexploités dans les siècles passés.
      Le Toulousain nous avait abreuvé de son amour pour les mains enfarinées.
      Georges, Léo et Jacques ont épuisé l'impertinence et le langage fleuri.
      Aragon avait du mettre Elsa en pièces détachées pour créer du nouveau.
      C kwa ki leur reste aux keums pour larper des meufs...?

      D'un autre côté, il y a 80 ans, les chansons de Tino Rossi ne volaient pas beaucoup plus haut....

      https://www.youtube.com/watch?v=ECror0Ub3wg

      Ti bacio Célestinetta

      Supprimer
    3. Tu m'as fait rire avec Dave...
      Cela dit, je crois que l' amour est capable d'inventer des mots qui n'ont jamais été mis ensemble.
      Des choses si belles qu'on ait l'impression qu'on ne les a jamais entendues.
      c'est un peu comme en musique : il reste des mélodies qui n'ont jamais été comosées, et c'est heureux. le dictionnaire de la Vie n'a pas de fin.

      baci caro
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    4. Bien sûr qu'il y a encore un nombre infini de possibilités de traduire des sentiments avec élégance et finesse d'esprit. Encore faut-il ne pas être dans un processus de déculturation avancé de la société capitalistique tournée vers la seule efficience productiviste à moindre coût (à défaut de "moindre coups").
      400 mots permettent à un Américain "basique" de traverser toute son existence. Le Français doit aussi pouvoir y arriver. C'est dès lors assez aléatoire de les imaginer pondre des alexandrins en rime riche pour parler des lolos de Nénette...
      La chanson de Tino (l'idole de ma petite mère) est juste-là pour illustrer que ce genre de préoccupations n'est pas nouvelle. Je suis sûr qu'il y a des textes en grec ancien et en latin qui sont tout aussi en délicatesse sur ce sujet.

      Supprimer
    5. PS:
      Avec une tonne de baci en prime

      Supprimer
  9. Ton billet est excellent, j'ai bien ri (je ne t'avais jamais vue en maîtresse au bord de l'hystérie)! Tu sais y faire en passé simple toi ! ;)
    Sinon j'ai visionné la vidéo, Oh My God, quel niveau ! C'est consternant...
    11ans, pour ton élève ? Ça me paraît jeune, mais il est encore en primaire à 11 ans ?^-/ Rhoooo, c'est sûr, le rap est passé par là...
    Bises

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Alors, pour ta gouverne, cette année les CM2 sont de la fournée 2004.
      Les ceusses du mois de janvier viennent donc de fêter leurs onze piges. Et le rap n'y est pour rien.
      Cela dit, ce n'est pas pour te contrarier, mais je n'étais pas hystérique du tout, au contraire, j'étais d'un calme olympien, et j'ai eu le réflexe de prendre la photo de ladite ardoise avant qu'il ne l'efface,
      (ne explétif spécial Antiblues)
      De toutes façons, plus rien ne m'étonne dans ce boulot...(contrairement à ce que j'affirme au susdit Antiblues)

      Bisous ma belle copine.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  10. Je te remercite, Célestoche, de m'éruditionné avec de la zik trop bonne que l'oré jamais connusse sans toi ! Dès lors il eusse manquationné moult éléments de connaissance à mon bagage cultureux et j'en étions fort marri.

    Moutchasse grassiâsses

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Zyva, Pierrot, tu te lâches de plus en plus question syntaxe et vocabulaire, il va falloir que je te donnasse des cours d'aide personnalisée pour rattraper ton retard, et que je t'apprenasse à t'exprimationner très plus mieux, parce que là, c'est pas pour dire mais ça va pas du tout. Je dirai même plus: tu yoyottes de la touffe.
      Bigues quisses tou youh
      Sail est-ce Tine
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  11. Trô d'la balle ce queme, ah la vache, j'ai entendu Caruso, Mario Lanza, Ferrat chantant Aragon, lu des poèmes d'Arthur, et de Guillaume (familier je suis, familier je reste).

    Mais là !, J' ai failli trépasser sans connaître cette drouille, ce clampin, ce pousse caillou, ce pupazzo de pacotille Célestine je ne dirai qu'un mot : GRAZIE ];-D

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je sais je sais, ne me remercie pas...j'aime la Kulture, que veux-tu.
      Et mes élèves sont une source inépuisable de surprises, comme tu peux en juger...
      Arthur et Guillaume, ça me rappelle vaguement quelque chose ... ;-)
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    2. Ah bon ? Je les ai à la caille, mais je ne margotterai pas pour autant ];-D

      Supprimer
    3. Tu les as à la caille ? Tu veux dire que tu les détestes ? On ne va plus être amis, là...
      :-P

      Supprimer
  12. Oui je n'ai pas eu envie d'aller voir "l'original", funradio ou skyrock (ça existe encore ?) c'est vraiment la poubelle de la culture, j'ai écouté à une époque pour me tenir au courant de ce qu'écoutaient mes gosses, c'était pitoyable. Ces radios commerciales fonctionnaient sur le principe du nivellement par le bas et les télés privées et internet ont repris le relais. Il faut fouiller pour trouver de bonnes choses d:-(

    Ton billet par exemple est hilarant d:-D

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah que tu me voyâtes ravie de t'avoir hilaré, cher Saoul-Fifre...
      C'est qu'en ces temps de marasme kulturel, que nous reste-t-il hors le rire ?
      Merci de me mettre en joie à mon tour. Ces temps-ci, ça se refuse pas...
      kiss céleste
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  13. Pardon, mais j'ai éclaté de rire ! :D

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ne t'excuse pas, c'était exactement l'effet escompté, chère Pastelle.
      Bises ravies
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    2. Le jour où j'ai commenté, javais cliqué sur ton lien et tenu 5 secondes, hier soir j'avais un peu de temps et en survolant les commentaires j'ai vu les paroles de la chanson. Je ne ris plus du tout...
      J'ai réfléchi pour savoir comment j'aurais réagi.
      Peut être une étude comparée de ce texte, ou au moins une partie, et un autre poème, un vrai, sur le même thème ?

      Supprimer
  14. Voyons...
    Ta narration , je vais y passé au moins deux heures pour la déchiffrer (conjugaison oblige), là où celle de Nicolas se prête à mon oreille...
    La construction du texte n'est pas si mauvaise (selon moi). Introduction, sujet principal, sujet secondaire, surprise puis panique, et enfin compensation avec l'aéronautique de guerre...
    Un vrai petit mâle tout en vigueur, dira t'-on.
    Le contraire n'aurait-il pas été inquiétant ?
    Cela me rappelle ma période de moniteur de colonies où ces jeunes (garçons et filles) du même âge mettaient en pratique ces théories de l'ardoise dans la nature, à l'insu de la surveillance des adultes !

    ;-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Allez, je ne résiste pas au bonheur de te faire plaisir, je te colle le texte intégral.
      "En vous appuyant sur le rythme des vers et les artifices d'écritures utilisés par l'auteur, vous dégagerez l'intérêt poétique de ce texte, en vous appuyant sur un commentaire composé du poème."

      Ou sont les filles , les meufs
      Les nanas , les avions de chasse
      Les poulettes , les petites chagasse
      Les gros nichon tétons qui dépasse
      Ou sont les popotins , les boules
      Les pantalons en clair qui moule
      Les talons , les jupes , les nuisettes
      Tout c'qui fais vibrer ma bistouqette
      Ou sont les pompiers
      Ma botte car un feu viens de s'allumer
      Dans ma culotte pour toi bébé qui veut de la merguez grillé ?
      Roulez la bac , les gendarmes
      Les flics ou le FBI
      Faudra vous y mettent a plusieurs pour stopper la rage de mon zizi
      OH PUTAIN !!

      Refrain :
      Montre moi tes nénés
      Ce soir nicolas va les touchés
      Ohoooooooh !
      Montre moi tes nénés
      Ce soir nicolas va te chauffer
      Ohoooooooh !

      Couplet 2 :
      Sopalin !
      Ce soir c'est casquette , Basket , ma plus belle tenue de survet'
      Je sort en boîte pour te faire ta fête que tu sois une femme ou une bête
      Ce soir j'te love , j'te kiss , que tu t'appelle Béatrice
      Annabelle ou Anne Patrice , Je te montre mon Tournevis
      Ce soir chu chaud , bébé , nicolas va te faire grimper
      Nicolas va te faire vibrer tu portr'a pleinte ch'suis habituer !

      (Refrain)

      Couplet 3 :
      Mouchoir ! Hé hé , fas moi rêver
      Hé hé fais moi bave
      Hé hé laisse moi porter ton soutif !
      Hé hé fais moi vibrer
      Hé hé ch'suis exité
      Hé hé j'ai mis du vernis rouge vif !
      Hé hé , j'en ai marre de chanter
      Hé hé trouver moi une meuf
      Hé hé putain j'vais sur internet , allez je cherche
      Hé hé claire Chazal a poil
      Héhé putain les tétés
      Hé hé oh putain la coiffure
      Et y'a Jean Pierre Pernaud , OH PUTAIN !

      Bises étoilées
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  15. S'il vous plaît ? Vous n'auriez pas vu ma planète ? Ce n'est pas celle-ci !

    P.S. Oui, j'ai cliqué et je n'ai pas tenu plus de cinq secondes. Excusez-moi, je retourne à mes haïkus !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ds donc, Tonton, tu n'es pas bien là, sur ma planète étoilée ?
      Fallait juste pas cliquer, c'est tout...
      bises mutines
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    2. Ah bon ? Mais fallait pas mettre de lien alors ! ;-)
      C'est vrai, quoi, est-ce que j'en mets, moi ? ;-)

      http://www.shillelagh.fr/extraits.html

      Supprimer
    3. Le lien, c'était pour les incrédules, ceux qui veulent vérifier mes dires par eux mêmes...
      mais toi, tu me crois n'est-ce pas ?
      Ton lien est surtout pour les curieux ! Et moi je ne résiste pas à la curiosité.
      Je suis tombée sur une danse furieusement irlandaise (en tous cas ça y ressemble) et j'ai adoré.
      Bisous célestes, cher oncle.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    4. C'est peut-être notre rôle, d'aller chercher sur la toile le meilleur plutôt que le pire, et d'ignorer celui-ci ?
      C'est un point de vue tout à fait subjectif, je le concède. En attendant, pendant ce temps, de mon côté, j'ai trouvé cette dame d'Espagne qui ne devrait pas te déplaire non plus :

      https://www.youtube.com/watch?v=aprLtIphQfE

      Supprimer
    5. Quelle voix magnifique qui sert admirablement cette belle chanson.
      Merci pour cette pépite, Oncle Joe.
      Je vais m'endormir la tête pleine d'étoiles...
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  16. iL y a trente ans , un peu moins, on parodiait au clair de la Lune, et quand j'y repense, cela valait le niveau de ton élève .... et on chantait cela à tue-tête , des énormités grossières et grasses. Ton brave ne me choque guère et tu lui as bien fait bosser sa conjug' je trouve , les accords... cA se défend presque ;)
    Et je te préfère dans ce mode que celui d'hier ;) Mais en même temps, tu vas prendre un tournant dans ta vie pro et forcément , après le tournant, on ne sait jamais exactement comment c'est ... Enfin j'me trompe peut être aussi ...mais c'est ainsi que je réagirais ! J'ai bien aimé la famille Bélier, je crois que j'ai surtout regardé le sourire de ma fille pdt ce film , bonheur en plaque pour mère gaga, je sors là de deux jours et une nuit et j'ai trouvé ce film formidable.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je n'ai pas tout compris de ton raisonnement, mais il faut dire que j'ai eu une journée épuisante...
      Enfin j'ai compris ce que tu dis de la famille Bélier, et je partage ton avis.
      mais quand tu parles de mon virage pro, j'ai perdu le fil...
      Quant à ce qui me choque ce ne sont pas les paroles en elle-même de ce bijou culturel, mais l'idéologie que ça trimballe...
      je t'embrasse douce collègue
      ¸¸.•*¨*• ☆


      Supprimer
    2. Je te parlais de ton message d'hier ni mélancolique ni nostalgique mais avec un nuage dans les yeux, plein de questionnements et je me disais que le fait de vivre sa dernière année d'enseignante implique forcément un tas de questions ... J'ai lu l'intégralité des paroles, oui en effet, je modère mon propos. Notre parodie du clair de la Lune trimballait aussi des idées pas très jolies, sans doute que avec nos oreilles de "sales gosses" nous n'en percevions pas grand choses, juste le plaisir de dire des obscénités et de braver cet interdit là... Espérons qu'il en soit de même. Bon repos si c'est possible....

      Supprimer
    3. Ah oui, je te remercie d'être revenue m'expliquer, évidemment je comprends beaucoup mieux ainsi...
      C'est vrai que mes interrogations ont pour une petite part à voir avec le tournant de ma carrière...mais pas seulement. les derniers événements sont beaucoup plus en cause. Mais je crois que je suis quelqu'un de positif qui est résolument tournée vers l'avant.
      Alors une année, c'est suffisant pour m'habituer à tourner la page, à penser loin à penser autrement...Et plus j'y pense, et plus je me dis que de toutes façons, je n'aurai pas de regrets.

      Merci ma belle d'être revenue
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  17. Je me souviens qu'en moyenne section de maternelle, mes copains de l'époque et moi chantions le succès du moment : "la poupée qui fait non" de Polnareff (ce qui, entre parenthèses, permets de me dater mieux que le carbone 14)... C'était certes moins explicite et bas de plafond que le chef-d’œuvre que je découvre grâce à toi, mais implicitement, c'était tout itoument lourd de sens !

    En tout cas, j'ai bien ri en imaginant la scène ! :~)))

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @ TB
      Les sucettes à l'Anis (ou Annie, c'est selon...) n'étaient pas mal non plus

      Supprimer
    2. Surtout quand le sucre d'orge coule dans la gorge d'Annie…

      Supprimer
    3. Délicieux...mais vous n'allez tout de même pas comparer le grand Gainbourg avec ce décérébré du slip ? Les textes c'était quand même autre chose...la musique aussi d'ailleurs.
      Bisous et baci
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    4. @ Céleste
      Juste un peu plus haut, tu parles de l'idéologie que ça trimballe, Gainsbourg avait certes plus de verbe, mais ça reste assez primaire pour ce qui est du message contenu. Quant à l'élégance de ses propos dans les interviews, une seule remarque: "Pourrait mieux faire, même sans se casser le cul."
      Il y a des choses qui cassent les icônes, hélas.
      Ti Bacio

      Supprimer
    5. Comme dit Tant-Bourrin, il ne faut pas confondre Gainsbourg et Gainsbar, ni le Renaud et le renard (qui carbure au ricard). Il y a vraiment 2 époques mais la première est clairement l'expression d'un génie, musical autant que poétique. Au XXième, je ne vois que lui et léo Ferré pour réussir ce mix d'une extrême rareté (je rappelle que ma définition de la poésie est très exigeante).

      Pour le contenu du message, je suis d'accord : on est bien loin de l'humanisme d'un Brassens, ou d'un Tachan, ou d'un Berranger...

      Supprimer
    6. Pour Renaud comme pour Gainsbourg, l'apparition d'un élément extérieur venu détruire peu à peu leurs cellules hépatiques a quelque peu gâté la sauce de leur talent.
      Mais je suis comme Saoul Fifre: Gainsbourg a eu des traits de génie. L'apogée de son talent s'exprimant pour moi dans cette chanson baudelairienne qui me donne des frissons à chaque écoute.
      Bises et baci

      Supprimer
    7. Après tout ce qui s'est dit, oserais-je dire quelle était la berceuse préférée de ma fille que je lui chantais alors qu'elle avait environ 5 ans.

      https://www.google.fr/search?num=100&rlz=1B7GGHP_frCH468CH468&site=webhp&source=hp&q=henri+tachan+la+pipe+%C3%A0+p%C3%A9p%C3%A9&oq=henri+tachan+la+pipe+%C3%A0+p%C3%A9p%C3%A9&gs_l=hp.12...2310.31712.0.34540.28.24.0.4.4.0.201.1875.22j1j1.24.0.msedr...0...1c.1.61.hp..10.18.1231.0.dVE_MFFuz94

      Baci

      Supprimer
    8. pfff....je suis déçue déçue déçue...
      Et pis d'abord, je te crois même pas. C'est même pas vrai.
      ^^
      ¸¸.•*¨*• ☆


      Supprimer
    9. D'accord avec toi Célestine mais c'est de la gnognotte à côté de ça (puisque le sujet du billet est un peu le pastiche) :

      http://blogborygmes.free.fr/blog/index.php/2008/05/13/954-initials-tb

      Supprimer
    10. Excellentissime. Il va falloir le travailler au corps, ce petit, pour qu'il revienne...
      Bonne soirée, et merci pour ce partage jouissif.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  18. Moi aussi j'ai éclaté de rire mais souvent, tout ça ne me fait plus rire du tout :-( c'est même assez préoccupant ! je me retrouve aussi tous les jours devant des élèves qui n'ont plus aucune retenue, ni devant l'autorité, encore moins avec leurs camarades.
    Allez j'y vais, je vais faire Kipling à la biblio "Tu seras un homme mon fils"...lol c'est mon jour de grand succès !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Kipling...tu me laisses rêveuse. Dans mes bras, ma soeur ! Ne lâchons pas l'affaire.
      Il paraît que l'école va être enfin remise à la place qu'elle n'aurait jamais dû quitter... (on peut rêver)
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  19. J'avoue être totalement dépassé par ce genre de comportement en classe... écrire autre chose afin de commenter au plus près non, je ne vois pas ce serait selon moi comme écrire un hommage au petit merdeux à la tête blonde "à la tête blonde" étant écrit ici comme pour minorer le terme "merdeux" qui lui sied à merveille.

    Bleck

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le problème, c'est la marge de manoeuvre très réduite que l'on nous laisse depuis des années.
      Il faut jongler en permanence entre la bienveillance et l'exigence, entre la récompense et la punition, la carotte et le bâton...
      Dans ce délétère climat de procédures et de plaintes en tous genres, être enseignant devient un métier de haute voltige et à hauts risques. Sauf que les pilotes de chasse sont quand même beaucoup mieux payés. ;-)
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  20. Bravo tu as l'art de la conjugaison et je n'ai eu aucun mal à te lire. Je progresse ?
    Quand aux paroles de cette chanson quel qu'en soit le degré , c'est un peu nul. Pour sûr qu'on a plagié des textes lorsque nous étions mômes mais de là à faire une telle "merde."
    Tu lui as pas expliqué au petit pornocrate que sa bistouquette est mieux dans son pantalon et que tout l'art ne consiste pas à la montrer mais à savoir la faire désirer. Rassure-moi il écrivait avec sa craie.
    Bon je sors...
    Bises prof.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, tu fais beaucoup de progrès mon choupinou...
      En revanche, je te trouve très en dessous quand tu dis "un peu nul" tu as davantage de punch d'habitude. C'est attristant, consternant, déprimant, désolant, lamentable, navrant, pitoyable, minable, pathétique...bref, carrément nul.
      Bises célestes
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  21. J'ai bien ri d'abord moi aussi à la lecture de ton article, mais ensuite beaucoup moins en regardant la vidéo et en me disant que mon petit-fils de mon 9 ans pourrait tomber dessus lorsqu'il va sur internet !
    En attendant, hier, c'était révision pour évaluation de conjugaison, mais pas encore le passé simple : présent des verbes du 3ème groupe et imparfait du 1er et 2ème ! Je maîtrise encore:-)!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, mammilou, tu as exactement compris ce qui m'inquiète. Les gens sont largués en matière de nouvelles technologie. Ils fourguent des tablettes à des gamins de huit ans, sans se douter que ceux ci savent se connecter en deux coups de cuillère à pot sur la box familiale...
      Et là, comme je dis toujours à mes parents d'élèves, c'est comme si vous mettiez vos enfants en pyjama tous seuls dehors dans la rue à dix heures du soir...
      Le passé simple, c'est plutôt au CM2...
      Gros bisous mammilou et courage pour la suite : sois ferme !
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  22. Déjà qu'on perd son "latin" avec la "britichisation" galopante de la langue de Voltaire, voilà qu'on lui assène des coups de l’intérieur. Vive le Quebec libre! a dit un jour Charles de Gaule.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Voltaire...dans vingt ans, à ce rythme, plus personne ne saura qui c'était...
      Bisous mon prince
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  23. Trop drôle!
    C'est pour cette raison que,à la maison, la tablette, c'est que pour moi, nah!
    Bises
    Emilie

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Et tu as parfaitement raison, Emilie !
      mes enfants ont grandi sans tablette, sans ordinateur, et il n'avaient pas le droit de regarder la tv les soirs d'école...Ils n'avaient pas de console vidéo, ni de téléphone portable.
      Maintenant, ce sont de jeunes adultes bien dans leur peau, et ils adorent les nouvelles technologies qu'ils peuvent s'offrir maintenant qu'ils gagnent leur vie. Et j'en suis très fière.
      Bises solidaires
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  24. même si ce texte n'est pas de lui il a le courage de chercher, de lire et de le recopier

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Non je crois qu'il a plutôt fait un travail de mémoire un rien approximative...
      sourire céleste
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  25. A mon avis c'est écrit par le dernier petit ami de Patrick Juvet ...

    "Elles portent un blouson noir
    Elles fument le cigare
    Font parfois un enfant
    Par hasard!
    Et dès que vient le soir
    Elles courent dans le néant
    Vers des plaisirs provisoires

    Où sont les femmes?
    Avec leurs gestes pleins de charme
    Dites-moi où sont les femmes?
    Femmes, femmes, femmes, femmes
    Où sont les femmes?
    Qui ont des rires pleins de larmes
    Auraient-elles perdu leur flamme
    Flamme, flamme, flamme, flamme
    Où sont les femmes?

    Elles ne parlent plus d´amour
    Elles portent les cheveux courts
    Et préfèrent les motos aux oiseaux
    Elles ont dans le regard
    Quelque chose d´un robot
    Qui étonne même les miroirs

    Où sont les femmes?
    Qu´on embrasse et puis qui se pâment
    Dites-moi, où sont les femmes?

    Femmes, femmes, femmes, femmes
    Où sont les femmes?
    Qui ont ces drôles de vague à l´âme
    Qu´on caresse et puis qui planent
    Planent, planent, planent, planent
    Où sont les femmes?

    Où sont les femmes?
    Qui vivent au bout des télégrammes
    Dites-moi, où sont les femmes?
    Femmes, femmes, femmes, femmes
    Où sont les femmes?
    A la fois si belles et si pâles
    Aux yeux qui traînent et qui flânent
    Flânent, flânent, flânent, flânent
    Où sont les femmes?

    Avec leurs gestes pleins de charme
    Dites-moi où sont les femmes?
    Femmes, femmes, femmes, femmes
    Où sont les femmes?
    Qui ont des rires pleins de larmes
    Auraient-elles perdu leur flamme
    Flamme, flamme, flamme, flamme
    Où sont les femmes?
    Où sont les femmes?
    Où sont les femmes?
    Où sont les femmes?......

    --------------

    Et sinon... Comme chantait Manau
    "l'avenir est un long passé...simple"

    Au final, c'est surtout une hymne à la branlette... (les râles, le mime et le sopalin).
    C'est maman qui va encore râler qu'il en reste dans le slip !
    Même pas fichu de s'essuyer la nouille correctement...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je sui émerveillée par la diversité des sources citées dans cet espace de commentaires...
      mais de Villon à Juvet, en passant par Rimbaud et Gainsbourg, rien à faire:
      Nicolas le pervers est et restera de l'excrément en récipient (Euh...de la merde en boîte^^)
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  26. Je n'ai pas encore écouté le thème, mais je lis la version et cela m'a l'air bien triste de voir nos enfants si livrés à tant de violente prose. J'aime ton ton truculent, oh oui. Je t'embrasse fort. Oui

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Dis moi que l'on peut élever des enfants en les préservant de cette violence verbale et psychologique, toi qui en as tant et qui sait si bien les faire ?...
      Bisous ma belle Julia
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  27. Lorenzaccio29 janvier, 2015

    Vous excellez dans tant de registres ! Et l'humour vous va bien au teint.
    J'aime particulièrement votre interprétation des conjugaisons...
    ~L~

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je ne crois pas que j'excelle non...Comme tous les dilettantes touche-à-tout, je suis juste moyenne en tout.
      Mais le plaisir compense le manque d'expertise...
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  28. je ne connaissais pas non plus ce troubadour youtuber , le grâce absolue !
    bon sang c'est autre chose que Gérard Lenormand
    la musique qui accompagne ce billet croustillant est ... lègère
    ah lala , faut quand même avouer que certains gamins sont pas finauds hein ?
    pauvres de vous !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai essayé de compenser par ma légèreté et celle de Scarlatti la lourdeur du troubadour...
      C'est vrai qu'il est plutôt béta cet élève-là...parce que mes petits camarades de blog ont beau dire que c'est vieux comme le monde ce genre de truc, et qu'ils le faisaient aussi quand ils étaient petits, avant, on n'avait pas idée d'écrire ça sur une ardoise en pleine leçon de grammaire...plus aucune notion de ce qui se fait ou non, c'est triste...
      Bisous ma Jeanne.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      PS: tu n'as pas reçu mon texto ?

      Supprimer
  29. Fou-rire du matin...
    Et cela fait un bien fou...
    Je ne connaissais pas Nicolas...j'suis fan....
    C'est ce morceau qu'il aurait fallu pour illustrer ce billet...rires...
    Et pour le p'tit élève...ce p'tit garçon...ben j'me vois bien faire la même "bêtise" à son âge si j'avais eu un I-pad dans les mains...et une aussi jolie maîtresse SOUS les yeux...
    C'est normal ça dans la tête d'un p'tit garçon...
    Les filles comprendront jamais ça...
    Le "turc qui frétille"...est plus fort que TOUT...
    Ben quoi....????

    Très belle journée et merci pour ce moment...bises

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. En tant qu'adulte, tu as le droit d'être fan.
      Cependant je ne sais pas si tu as des enfants, mais aurais-tu aimé qu'ils écoutent ce genre de musique quand ils avaient onze ans ? Personnellement, c'est l'image de la femme-objet sexuel qui me choque dans cette prose vulgaire.
      Je sais que les hommes doivent exprimer leur truc qui frétille, que c'est plus fort que tout, mais il y a tant de façons élégantes, raffinées et poétiques de le faire...

      Elle était donc couchée et se laissait aimer,
      Et du haut du divan elle souriait d’aise
      À mon amour profond et doux comme la mer,
      Qui vers elle montait comme vers sa falaise.

      Les yeux fixés sur moi comme un tigre dompté,
      D’un air vague et rêveur elle essayait des poses,
      Et la candeur unie à la lubricité
      Donnait un charme neuf à ses métamorphoses ;

      Et son bras et sa jambe, et sa cuisse et ses reins,
      Polis comme de l’huile, onduleux comme un cygne,
      Passaient devant mes yeux clairvoyants et sereins ;
      Et son ventre et ses seins, ces grappes de ma vigne,

      S’avançaient, plus câlins que les Anges du mal,
      Pour troubler le repos où mon âme était mise,
      Et pour la déranger du rocher de cristal
      Où, calme et solitaire, elle s’était assise.


      Baudelaire

      Ca a quand même plus de gueule, non?
      Bises très celestes
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    2. PS: je suis heuresue de t'avoir fait rire de bon matin, Jacques.

      Supprimer
  30. C'est extrêmement drôle ..... J'aime beaucoup cette découverte de la conjugaison.
    Ceci dit, je plains vraiment les profs .... Mon koala est inscrit dans une école qui s'inspire de la pédagogie de Decroly..... L'ecole est vraiment extra, dans un chouette quartier, les profs très motivés et à l'ecoute des enfants. Mais ils demandent un peu d'implication des parents, apporter des choses pour nourrir le thème du mois, etc et bien très peu de parent participe, beaucoup ne lise même pas les mots de la maîtresse ..... L'education ne leur semble pas prioritaire ou importante, je ne sais pas..... Alors après les gosses s'interessent à ce qu'ils peuvent

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. "L'école est une priorité " me disait hier une mère d'élève qui m'appelait pour me demander les devoirs pour sa fille. Quand je lui demandai les raisons de son absence, elle me dit que sa fille était partie à Euro Disney pour trois jours...
      Qu'est-ce que tu veux répondre à ça ? je suis dépitée et démunie.
      Et je tente de rester zen...
      Bisous solidaires
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  31. Je me rappelle en CM2 avoir été emmerdée par un certain Daniel qui l'avait sans doute frétillante et qui assis, à côté de moi, me chatouillait le dos. Je n'osais rien dire devant mon Maître. Bref, les histoires de Q ont toujours titillé les pré-pubères, c'est juste la forme qui change.
    J'ai parcouru un peu tes coms, t'en as tellement..
    Pourquoi un enfant est comme çà, fais çà et ci.. C'est trop complexe non ? C'est un mélange d'éducation et forcément de souffrances.. Sous son air fanfaron, ne tente-t-il pas d'exister dans l'identification à défaut d'équilibre ? De ses ainés par exemple?
    Je ne pense pas que nos enfants soient mieux dans leur peau que ce gamin parce qu'ils ont eu des interdits, des lignes directrices etc.. Ce qui a fait la différence est qu'ils ont été aimés et leur estime de soi peu bafoué ou restauré rapidement. Je pense que cela n'a rien à voir avec ce qu'on fait de l'ordi, tél, ou TV. On voit des jeunes mal dans leur peau dans tout milieu. C'est juste une question d'estime de soi. Et je pense que ce gamin reproduit une image de la liberté pour expier sans doute une forme de solitude même entouré. Cela ne m'étonnerait pas qu'il ait des ainés et qu'il serve de "petit" qu'on câline mais qui fait chier quand même, le genre de petit qui au lieu d'exister est toujours comparé aux autres dans son entourage,genre "fais pas comme ton frère" etc.. Donc, le gamin, paumé fait le Kador ! :) pour la musique, je ne connais pas et c'est un faux débat je trouve :) voilà mon avis, mais je me trompe peut être avec ma psy à deux balles :) bisous

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, éduquer est terriblement compliqué, on ne le fait qu'avec ses propres failles, et ce n'est pas facile de mener un enfant vers la vie adulte sans se projeter.
      En même temps, je n'ai pas dit que cet enfant était mal dans sa peau. Il est juste mal aiguillé dans ses choix musicaux. Mais je ne porte pas de jugement.
      Ses parents font sans doute ce qu'ils peuvent...
      Bisous et merci pour tes intéressantes remarques.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  32. Et bien au moins, j'aurai appris quelque chose ce soir :-). Mes enfants sont trop grands, j'ai perdu le fil.....

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ils auront grandi sans connaître ce joyau...
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    2. Tu peux, Marie Madeleine, tu peux halluciner...
      C'est ce que l'on appelle de nos jours un " enfant en difficulté" je me marre. Enfin, pas tous les jours quand même...
      J'en ferai sûrement un billet un jour.
      Bisous
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  33. J'ai a-do-ré ton 3ème paragraphe (et lu l'ensemble avec une délectation qui n'a eu d'égale que ma sidération ;) ) !

    RépondreSupprimer
  34. J'avoue que je me suis amusée moi aussi à relater cette histoire: mieux vaut en rire, n'est-ce pas ?
    ¸¸.•*¨*• ☆

    RépondreSupprimer
  35. Mais quand je pense à ces armées de lutins qui se sont sacrifiées pour que seulement quelques uns d' entre eux, sans doute encore une fois quelques officiers supérieurs arrogants aient pu avoir la chance de se pencher sur ton berceau...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je vais te dire: c'est un des plus beaux compliments qu'on m'ait jamais faits...
      Bises émues
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  36. Oulalah :D Ça fait peur ... on se demande si les parents les surveillent vraiment à la maison quand on sait qu'ils écoutent de telles choses ... Quel vocabulaire très fleuri !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. N'est-ce pas ! ce sont les mêmes que tes CP, mais cinq ans après...
      Surtout, ne pas se décourager, comme notre amie Plume qui est en train de craquer, déjà...
      Se constituer un réseau d'amis qui sont dans le même cas, et réfléchir à ce qu'on peut faire (hors les recommandations des conseillers péda qui sont déconnectés du terrain.
      Bisous ma belle, profite du week end pour décompresser !
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer

Je lis tous vos petits grains de sel. Je n'ai pas toujours le temps de répondre tout de suite. Mais je finis toujours par le faire. Vous êtes mon eau vive, mon rayon de soleil, ma force tranquille.
Merci par avance pour tout ce que vous écrirez.
Merci de faire vivre mes mots par votre écoute.