samedi 13 septembre 2014

Vacances romaines

Pour ce nouveau rendez-vous des plumes d'Asphodèle, on avait double ration de mots. Je ne sais pas choisir, j'ai tout pris...


regrets, engranger, boue, repos, découverte, hélianthe, regain,  bond, imprévus, recherche, espièglerie, confiture, allégresse, jubilation, noctambule, brume, respirer, dépaysement, magnifique,  bleu, marais, maudit, myriade, rien, sourire, montagne, déménagement, soleil, question, sagesse, océan, ivresse, tempête, lune, rêve, emménager, mer.



***


Dans sa psyché elle se mire,  nue, avec la ferme intention d'être sans complaisance pour elle-même. De traquer les signes du temps afin que de n'être pas surprise. Mais dans la brume de ses songes, montant comme d'un marais  sous une lune  affable, une étrange jubilation l'étreint. 
Elle s'aime comme elle est, finalement. 
Elle s'aime du bout des yeux, du bout du cœur. Elle se désire. Et de ses doigts fiévreux, caresse ses creux, ses plaines, ses montagnes, à la découverte d'elle-même.  Son corps respire fort et son cœur fait des bonds dans  sa poitrine , qui devient soudain somptueuse et opulente.
Un rêve. Ça y est, dépaysement total, elle devient actrice italienne, elle est Sylvana Mangano superbe, arrogante et sauvage, devant le Colisée, ennuagée d'une myriade de paparazzi ...
Elle est Claudia Cardinale tourbillonnante, époustouflante dans une robe Versace, sur la Piazza Navona écrasée de soleil. 
Elle est Monica, Vitti ou Belluci, magnifique, dans un écrin d'hélianthes et d'asphodèles, sur une terrasse dominant la cité éternelle, délices des palaces romains pour le repos imprévu des stars. Elle signe des autographes d'une main lasse. A la recherche d'elle-même.
 Elle est Sophia Loren sur sa vespa, étourdie jusqu'à l'ivresse de  Valpolicella, dans l'ombre fraîche des ruelles  du vieux Rome, souriant avec l'espièglerie d'une belle enfant, serrée contre Marcello Mastroianni. Maudit Marcello, si noctambule, si ténébreux. Si volage surtout... Elle aurait aimé être une de ces belles italiennes, oui. Et dans sa hâte, elle en oublie beaucoup, de ces déesses aux formes généreuses...
C'est la tempête dans sa mer intérieure, son océan,  un rien l'emporte et la submerge,  elle n'aime pas avoir de regrets. C'eravamo tanto amati*...murmure-t-elle en s'abandonnant.
 Nulle sagesse ne viendra jamais emménager dans sa cervelle. Au contraire, les bonheurs engrangés, les questions sans réponse, les regains d'espoir, les bleus à l'âme, la boue changée en confiture, et les allégresses en chagrins, c'est une volte,  un tourbillon, un déménagement perpétuel dans sa tête. Mais c'est comme cela qu'elle s'aime. Et les jambes tremblantes, elle regarde son miroir lui sourire.

*Nous nous sommes tant aimés

Empty Store by George Fenton on Grooveshark




119 commentaires:

  1. Etant aimée d'elle-même, elle est prête à aimer les autres, tous les autres. Elle le fera avec autant de ferveur qu'elle en met à s'aimer. Ses amants seront comblés.
    Ti bacio Ragazza

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu te souviens de notre premier débat Blutchiamo...nous n'étions pas d'accord sur les mots passion et ferveur. Je continue à penser que le mot passion est plus sensuel que le mot ferveur, qui a pour moi une connotation religieuse ...
      Mais je suis d'accord, pour aimer les autres il faut commencer par s'aimer soi-même...
      Mille baci

      Supprimer
    2. Bien sûr, et j'avais alors proposé "ardeur", parce que décidément, j'ai de la peine avec un mot dérivé du verbe pâtir.
      Mais dans ce cas précis, j'ai délibérément choisi de parler de ferveur, car "elle" donne une idée presque mystique de cette contemplation d'elle même.
      Et puis finalement, si on déifiait l'amour, ce serait nettement moins grave que le pognon....
      Ti bacio forte

      Supprimer
    3. Je te rejoins sur ce dernier point, caro mio.
      J'y retrouve un idéal de la Belle Verte...

      Supprimer
    4. Monsieur Larousse, mettez les d'accord !
      Ardeur passionnée, élan enthousiaste : Écouter avec ferveur un être que l'on aime.
      Zèle ardent animé par un vif sentiment religieux : La ferveur d'un croyant.

      Supprimer
    5. On est quand même d'accord, ne vous inquiétez pas, m'sieur Larousse!
      Nous sommes dans le champ lexical de l'exaltation des sentiments, et toutes les nuances sont permises...

      Supprimer
    6. Même si ce ne sont pas des nuances de gris :-D
      100 baci, comme autant de commentaires

      Supprimer
    7. Je préfère d'ailleurs que cela n'en soit pas...
      Je n'ai pas flashé sur ce bouquin trop racoleur.
      1000 baci

      Supprimer
  2. For-mi-da-ble Célestine (sans virgule ;-))

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il y a des jours ou l'absence de ponctuation me fait rougir jusqu'à la racine des cheveux...
      Merci Adrienne.

      Supprimer
  3. Réponses
    1. Ou comment s'en faire un ami...tel Narcisse dans son reflet...

      Supprimer
  4. Réponses
    1. C'est une bonne question, sans doute la seule vraie question de sa vie...
      Elle est comme un chat qui regarde l'eau. Elle se demande...

      Supprimer
  5. Aimer à perdre la raison... L'amour ne doit surtout pas être raisonnable, où serait le plaisir ?

    Aimez moi les unes les autres...

    Et la sublissima Anita Ekberg dans la fontaine de Trévise, Ô Rome unique objet de mes beaux sentiments ))

    Ti voglio uno momento e ti amo per sempre...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je savais que mon texte parlerait à la fibre ritale de mes lecteurs...
      Je n'ai pas pensé à la suédoise avantageuse surnommée l'iceberg ( par des jaloux, je te le concède) Claudia Cardinale est à Anita Ekberg ce que le Stromboli est à l'Eyjafjallajökull...
      Merci pour ton élan de latin lover. ^^

      Supprimer
  6. Euh... On est jamais si bien servi que par soi-même.. Belle évocation de ces années en noir et blanc, de ses madones italiennes que je regardais fasciné.
    Et bravo pour avoir employé tous les mots.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Elles avaient quelque chose de fascinant, ces madones-là, c'est vrai
      Et le cinéma italien leur doit son succès pour une grande part.

      Supprimer
  7. La Femme une et multiple qui défie les lois de la gravité (et du temps), emportée par l'éternelle passion, d'elle des autres ! Je te reconnais bien là ! Merci pour le clin d'oeil, la pauvre et timide asphodèle à côté de l'hélianthe voluptueux, quel contraste ! Mais c'est ça aussi Célestine, une terre de contrastes, toujours en mouvement, une carte du tendre jamais figée ! Bises ma belle copine ! ;) Une belle rétrospective dans les décors de Cinecitta !!!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai toujours préféré la loi de la légèreté à celle de la gravité...
      Tu m'analyses si bien, avec ta plume fine et sensible. Ne te dévalorise pas: pauvre et timide, ça ne te correspond pas vraiment, tu en conviendras.
      J'ai vu la photo d'une fière et belle dame sur la plage, magnifique et souriante sous son séduisant chapeau...

      Supprimer
  8. P'tain t'écris trop bien ! Tu me tues !

    J'ai beau préférer l'expression intime "vraie", je ne peux rester insensible à ce qui émane de toi dans ces exercices sous contrainte.

    Bises

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Peut être parce que c'est quand même une expression intime vraie...
      Le "elle" n'étant qu'une figure de style, comme le masque des acteurs antiques n'était qu'une convention de jeu.
      Mais j'aurais pu parler à la première personne. Je n'ai aucune espèce de honte à parler de mes joies sensuelles.
      Et j'adore quand tu lâches la bride à ton émotion littéraire en utilisant une expression moins " policée" que d'habitude. Plus vraie?

      Quant à la contrainte, elle est libératoire, aussi paradoxal que cela puisse paraître..c'est sur ce principe que j'apprends a écrire a mes élèves.
      Bises joyeuses

      Supprimer
    2. Plus vraie ? Oui, si on le prend sous l'angle de la spontanéité. Mais dès qu'il s'agit d'aligner quelques phrases cette spontanéité disparait et c'est le langage policé qui prend le dessus. Pas moins "vrai" sur le fond, il l'est assurément par la forme…

      La contrainte libératoire, il faudrait que j'essaye de nouveau. Jusque-là ça ne m'a jamais vraiment attiré.

      Bises polies, C.

      Supprimer
    3. Oh la la, j'espère que je ne t'ai pas froissé, Pierre. Mon côté Célestoche ou Zazie dans le métro adore dire des gros mots ( pas des énormes, juste deux ou trois judicieusement placés pour appuyer mon propos. Sans doute l'obligation d'avoir un langage correct à longueur de temps à l'école m'oblige-t-elle à un énorme effort de self-control...)
      Mais je sais que parfois je choque des âmes sensibles...
      Alors disons que j'ai adoré ton exclamation spontanée et non calculée, qui sortait des tripes.
      Mais à vrai dire, c'est surtout le "tu me tues" qui m'est allé droit au coeur. J'aime toucher mes lecteurs que veux-tu. Enfin au sens figuré... (lol)
      Bises célestissimes

      Supprimer
    4. Ah mais non, pas du tout froissé :)
      Pfff, c'est dommage que tu ne voies pas ma tête quand j'écris, ça éviterait les quiproquos ;)

      Je vais mettre des smileys à chaque fin de phrase maintenant, hé hé…

      Je peux aussi *dire* des gros mots par jeu, mais moins facilement les écrire en public. Précisément parce qu'il n'y a ni le ton ni le visage qui permettrait de déceler le second degré, bordel de merde ! (oups, n'oublions pas le smiley :))

      Le "tu me tues" était tout à fait spontané et à prendre comme tu l'as fait :)

      Et j'aime bien tes allusions au sens figuré...

      Bises grivoises (les "polies, C." étaient à prononcer plus qu'à lire)

      Supprimer
    5. Pas de quiproquo rassure toi.
      Je teste ton sens de l'humour, simplement...
      Et j'apprécie tes réponses. Je sais bien que l'écrit empêche l'infra verbal de passer,
      Et que le ton sur lequel on écrit quelque chose ne passe pas forcément.
      Heureusement, Dieu a inventé les smileys, quelle belle idée !
      Bises de la nuit. Il est temps que j'aille dormir.

      Supprimer
    6. Ah ben v'la t'y pas que la Célestoche me teste ! On aura tout vu !

      Allez, je te suis pour aller au lit (au sens figuré, bien sûûûr…)
      Bises entendues

      Supprimer
    7. Dis donc ? mais tu as le sens de l'humour on dirait?
      Chouette alors!

      Supprimer
    8. Chuuut, je le garde pour les cercles restreints ;)

      Supprimer
  9. Sur une courbe douce, j'avais posé un rêve,
    Et sur une autre encore j'avais posé mes lèvres.
    Et puis s'est envolé le papillon léger,
    Hiverner quelque part.
    Où ? Comment le savoir ?
    Un jour tu le sauras, un jour où l'absence sera trop lourde, le désir trop fort, et le vent trop léger.
    Et ce jour sera toi.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Les papillons s'envolent au gré du vent, qui peut dire où ils vont, et comment ils passent la morte saison...
      Leurs ailes fragiles et soyeuses se brisent quand on les attrape.
      J'aime depuis toujours leur course vagabonde de fleur en fleur.

      Supprimer
  10. Buon giorno signora Celestina. Che dire? J'ai déjà tant dit sur le short de Mangano et les émotions qu'il m'avait suscitées dans Riz Amer. Mais je me sens si proche parfois de ces messieurs fringants, fragiles, odieux et vulnérables, ceux que le public italien si complice avec eux appelait I Cinque Colonnelli, Alberto, Vittorio, Nino, Ugo é Marcello. Mes chers amis... Arrivederci la settimana prossima.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Moravia, Gassman, Manfredi, Tognazzi e Mastroianni...
      J'ai tout bon?
      Je suis prête pour le quizz, alors ...non je plaisante, j'en suis très loin!
      Baci

      Supprimer
    2. 4/5 Maîtresse. Alberto Sordi, et puis Moravia, c'est pas un marrant. Anche baci...

      Supprimer
    3. Rho l'erreur...je suis nulle, tu vois bien !

      Supprimer
  11. oui, ton héroïne s'aime beaucoup : son cœur a-t-il suffisamment de place pour aimer quelqu'un d'autre ? Bisous

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. S'aimer soi-même pour mieux aimer l'autre, n'est-ce point la base?
      Et le coeur d'une femme n'est pas différent de celui d'une institutrice, ou d'une mère...
      Bisous à toi

      Supprimer
  12. ... et l'esprit empli de ces images, elle alla se lover dans les bras de son amant en chantonnant : "Donne du Rome à ton homme"... :~)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu n'as rien perdu de ta superbe causticité. Et je peux te dire que tes jeux de mots m'ont grave manqué!
      merci l'ami!

      Supprimer
  13. Effectivement ton personnage montre à merveille l'art et la manière de s'aimer. Dommage qu'il faille attendre de prendre de l'âge pour comprendre

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il n'est jamais trop tard pour bien faire, disait ma grand-mère...
      Personnellement, je n'aurai jamais les seins d'une actrice italienne des années 60, mais ça n'empêche pas de rêver...

      Supprimer
    2. Comment ça, à voir? Je ne vais quand même pas publier une photo...
      Je sais ce que je dis. Je suis loin de Mangano.

      Supprimer
    3. Mais Audrey Hepburn dans Vacances Romaines...serrant dans ses bras Gregory Peck..Mmmh!
      Je prendrais bien des vacances, même pas romaines...
      :-)

      Supprimer
  14. Quelle femme à la fois sensuelle, nature et sans complaisance ! Je l'ai vu rire aussi ...Dans leur écrin, hélianthes et asphodèles lui faisaient une révérence, chapeau bas ...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Très joli commentaire, Valentyne.
      Merci beaucoup.

      Supprimer
  15. Je lis et relis ce texte d'une force sensuelle magnifique.
    C'est si rare tant de grâce mêlée à autant de sensualité.
    Merveilleuse.
    ~L~

    RépondreSupprimer
  16. Très beau texte (pour faire bref : je passe en 39e et je plussoie avec les autres), les mots imposés disparaissent complétement.

    Je trouve très juste, dans les comm', ce que tu dis sur "la contrainte libératoire, aussi paradoxal que cela puisse paraître.." : elle offre de magnifiques espaces de liberté à visiter, ton texte en est la belle preuve.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je vais faire comme une de tes aficionadas , celle qui t'a écrit une lettre d'amour: te demander pourquoi ce pseudo de carnets paresseux. Ça m'interpelle, car tu ne sembles pas paresseux du tout, comme en témoigne la longueur de ton commentaire...
      De surcroît, tu as lu les autres puisque tu me parles de la contrainte libératoire...pour tout cela je te remercie. Et je vais vérifier si je t'ai bien inscrit à mon totem.
      Au plaisir de te revoir. Il faut que tu saches aussi que même si tu étais le quatre vingtième commentateur, je te répondrais avec la même attention.
      Bon dimanche.
      Bises célestes.

      Supprimer
    2. Célestine,
      hé ben, paresseux parce que je ne peux faire d'effort que pour ce qui en vaut la peine (d'accord, du coup ça n'est plus un effort, c'est juste facile et plaisant) ;
      paresseux parce que je peux faire de gros efforts (des vrais) pour éviter d'avoir à en faire un petit ;
      paresseux parce que j'adore dormir et rêver, et rêver éveillé aussi ;
      et paresseux parce que... paresseux, quoi !

      Carnets :)

      Supprimer
    3. Alexandre le Bienheureux, quoi...
      J'adore rêver éveillée moi. Et trouver des stratégies pour fournir le max de résultat en un minimum d'efforts.
      Je suis une paresseuse qui s'ignore, sans doute...
      LOL

      Supprimer
  17. alors, déjà, tu prends tous les mots, mais aussi toutes les belles dames italiennes......gourmande va!!!!..... :-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Gourmande est un mot qui me correspond énormément, je le prends donc comme un compliment, celui de quelqu'un qui a bien compris ma philosophie hédoniste.
      Cela dit, je pense que j'en ai laissé quelques unes sur la touche de ces belles actrices italiennes.
      Je comptais sur les lecteurs pour réparer mes oublis. Hi hi!
      Bises non moins célestes.

      Supprimer
    2. bien sûr que c'était dit comme un compliment !!!!!! croque, croque et raconte encore :-)

      Supprimer
    3. Pour croquer, ça je croque la vie avant de me faire croquer par elle... ;-)
      Rendez vous dans les prochains billets, tu es le bienvenu Momo.
      Bises étoilées

      Supprimer
  18. Que dire? Tout a été dit... elles étaient belles, somptueuses et capiteuses à souhait. Que sont-elles devenues ces actrices généreuses de leurs formes? Tu as su les faire revivre dans nos esprits tentantes et ennivrantes.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oh non, tout n'a pas été dit...la preuve, tu apportes là une remarque intéressante, car elle me fait penser que la plupart des femmes sont capables de reconnaître la beauté de leurs semblables, et il me semble que les hommes ont plus de mal avec ça. Enfin, pas tous, je m'empresser de le souligner avant que l'on me dise que je fais des généralisations hâtives... ;-) mais il est vrai que j'ai souvent entendu des hommes dire " je ne suis pas à même de juger si untel est beau ou non" comme si l'admettre pouvait faire planer un doute sur leur sexualité.
      Pour ma part, ça ne me pose aucun problème d'admirer ces belles femmes pour leur plastique avantageuse...
      Tu vois, Brizou, tout n'a pas encore été dit sur ce billet, loin s'en faut.
      Merci de ta participation.
      Bises

      Supprimer
    2. Hé hé, bravo pour l'évitement de la généralisation ;)
      Mais je te l'accorde : il semble qu'une majorité d'hommes réagissent comme tu le dis.

      Figure-toi que pendant très longtemps je me croyais incapable de juger de la beauté d'un homme. Et puis peu à peu, cette "sensibilité" à la beauté masculine m'est venue. Je peux aujourd'hui dire que je peux être admiratif devant un bel homme, une belle gueule, une belle prestance. Mais n'est-ce pas venu avec une esthétisation de l'image de l'homme dans la publicité, par exemple ?

      Supprimer
    3. Cela te rend d'autant plus intéressant, Pierre. Car tu fais la preuve que tu es capable d'évoluer, de changer d'avis...Tu peux attribuer cela à la publicité, mais je ne suis pas sûre que cela explique tout. Car on a toujours vu de beaux hommes, au cinéma notamment, et ce dès les années quarante. Et la peur de passer pour un homo ( disons les choses comme elles sont) a certainement freiné des générations de types qui se sont empêchés de porter un jugement esthétique sur leurs pairs. S'il faut voir une évolution c'est plutôt la piste de l'acceptation de la différence qui commence à faire doucettement son chemin (quoique ce ne soit pas gagné, à en juger par les récents événements autour du mariage pour tous)
      Bref, moi je te dis bravo d'oser dire que tu es capable de trouver un homme beau.
      Ainsi, tu comprends "de l'intérieur" l'émoi qui me prend quand je vois Sylvana Mangano, moi qui ne suis pas lesbienne (ou alors qui s'ignore! ;-))

      Supprimer
    4. D'accord avec la peur latente de l'homosexualité qui peut rendre "aveugles" les hommes entre eux, chez qui ce tabou semble bien plus fort (en généralisant…). Je crois qu'il est important d'oser questionner l'éventualité de notre propre homosexualité si on ne veut pas en avoir peur, plutôt que de rejeter au plus loin de soi cette question comme si elle constituait je ne sais quelle menace.

      (Pssst, tu sais quoi ? Je ne connaissais même pas Sylvana Mangano !)

      Supprimer
    5. Voilà une lacune que tu sembles content d'avoir comblée, je me trompe ?
      ;-)

      Supprimer
    6. Chaque lacune comblée fait mon contentement, Célestine :)
      Cela dit, j'avoue n'être que modérément charmé par ladite Sylvana et ceci explique peut-être ma lacune...

      Supprimer
    7. Modérément charmé ! Alors là, je reste coite.

      Supprimer
    8. Ah ben oui, chacun ses goûts, tu sais bien, et les miens sont plus… euh moins… enfin différents, quoi.
      Quoi ? Coite, toi ? Quoique… pourquoi pas ?

      Supprimer
    9. Oui, chacun ses goûts, c'est vrai.
      Alors, par curiosité, quelle actrice te charmerait plus que modérément?

      Supprimer
    10. Euh… ben tu vois, bizarrement, je trouve que c'est beaucoup trop intime pour le dire en public !

      Supprimer
    11. Je t'y ai presque invitée ;)

      Supprimer
  19. Un texte sensuel très bien mené, tout en douceur, sentiment et émotions diverses.
    Bonne journée

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Violette, c'est très gentil d'être passée.J'irai lire ton histoire à épisodes quand tu y mettras le mot fin.
      Sinon, ma mémoire flache d'une quinzaine sur l'autre...
      Bises célestes

      Supprimer
    2. Oups...ma mémoire flanche c'est mieux !

      Supprimer
  20. Ah ces Italiennes ! Toutes plus sensuelles les unes que les autres de la Bellucci à la Mangano je les prends toutes....

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Eh bien je te vois aussi gourmand que moi !
      Il est vrai qu'il est difficile de faire un choix, dans certaines situations...
      Bonne fin de dimanche cher poète.

      Supprimer
  21. Eh bien elle aime le moment, son image, et toutes celles qu'elle aurait pu contenir, toutes ces vies de caresses et de passions ivres qu'elle aurait pu vivre... Elle s'aime en tablier rayé, le décolleté audacieux où ruisselle un filet de sueur, le cheveu collé comme une algue sur le front. Elle s'aime vêtue de soie or jusqu'au pieds délicieusement posés dans des escarpins de fée... Elle s'aime aimée...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. "le cheveu collé comme une algue sur le front"
      Quelle jolie évocation, que c'est bien dit !
      Et tellement juste.
      merci, Edmée, pour ton écriture frémissante.
      Bises célestes

      Supprimer
  22. Un bel hommage à un certain cinéma. J'aime beaucoup le dernier paragraphe et le début du texte aussi. Le narcissisme a du bon. Un beau texte Célestine...bises !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Un petit hommage discret à l'amour solitaire...et bien sûr un grand hommage au cinéma italien que j'adore...
      Merci Mindounet
      Bises étoilées

      Supprimer
  23. Tu as eu parfaitement raison de ne pas choisir, voici un beau bouquet que tu nous offres là ! Chaque mot est tellement bien à sa place qu'un non averti n'eût pu un instant se douter qu'il s'agissait d'une composition littéraire à partir de mots donnés.
    Elle s'aime, si superbement, si sensuellement, et toi tu sèmes des images si joliment ! Bon, tu as oublié Gina, Virna, Laura... Mais toutes les citer n'aurait pas été possible. Tout un cinéma, toute une époque, dont l'empreinte nous est parvenu et continuera de briller dans les mémoires.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Gina Lollobrigida mais oui...Oh la la! je me souviens d'un film qui m'avait marquée dans mon jeune temps: Pinochhio de Luigi Comencini avec Nino Manfredi et Gina dans le rôle de la fée bleue. J'ai encore la musique dans la tête quarante années plus tard...

      ICI

      Et la blonde Virna Lisi et les deux Laura, Antonelli i Morante...Wouaou!
      Merci Nhand !

      Supprimer
    2. Guilietta Masina ne compte pas non plus pour du beurre. Moi, c'est la musique de la Strada qui me colle aux neurones.
      https://www.youtube.com/watch?v=KjyAFubBkbM

      Et (à mon sens) une des plus belles actrices d'Italie et d'ailleurs: Léa Massari.
      https://www.youtube.com/watch?v=Yno08XRKZcE
      Ti bacio

      Supprimer
    3. Ma che bella musica!
      Et Lea Massari c'est vrai je l'ai oubliée, elle était moins... Pulpeuse mais tout aussi charmante.

      Supprimer
    4. Oui, Léa MASSARI, y avait une meuf. Mais, j'en ai déjà parlé me rappelle plus quand ni où, la Gigliola CINQUETTI m'aurait proposé de m'adopter, je me serais mis à l'italien d'abord. Oui, commencer par m'adopter, genre LAGARDERE et la fille de NEVERS, tu vois?
      Bon, allez, ti bacio, molto baci, ragazza, et patato et patati.
      Je me casse, j'ai un truc important à faire...

      Supprimer
    5. Désolée Bof, mais j'étais interloquée par ton style...
      C'est quoi ce " je me casse" ?
      Bon je peux comprendre que ce que tu avais à faire était plus important que de venir mettre un com ici, cela dit...

      Supprimer
    6. @ Bof
      Gigliola CINQUETTI ! Comme tu y allais mon Bon tu étais mûr pour passer chez le curieux, avec les poussettes en prime....
      Tu me diras que depuis 1964, elle a pris de la bouteille, mais puisque tu parles de sa courte célébrité, elle t'avait averti que "Non ho l'età per uscire sola con te" (non je n'ai pas l'âge pour sortir seule avec toi.)
      Mais, heureusement pour toi, depuis la situation a évolué:
      http://www.wat.tv/video/gigliola-cinquetti-non-ho-jpxc_2g7bz_.html

      Supprimer
    7. Quand j'étais petite, je me demandais qui était cette Nonoletta...

      Supprimer
    8. C'est vrai que par transmission orale, ce n'est pas évident de l'orthographier correctement, même si, fait devenu exceptionnel, elle avait une diction claire et nette.
      L'italien de Bof me fait penser à celui de Bourvil lorsqu'il conduisait une Cadillac décapotable blanche.... :-)
      Molto bacioli

      Supprimer
    9. L'autre jour, j'étais pressé car je devais mettre quelques mots à une dame à propos de miroirs, justement. Voyez ce qu'est le hasard: on peut lutter, mais en gardant présent à l'esprit qu'il faut savoir perdre. D'autre part, je ne parle pas italien, mais alors pas du tout, mais je précise à Blutch que je porte le nom d'une ville italienne ( depuis pas bien longtemps, italienne, la ville, car je crois bien qu'il y a un siéclounet, elle était un petit peu autrichienne, mais rien, quoi ). Je précise également au sus dit que Gigliola est largement mon aînée et qu'elle aurait donc pu m'adopter: je ne risquais donc pas grand chose des poucettes.
      Peinard, je recopie donc : molto bacioli.
      Et toc.

      Supprimer
  24. * ...l'empreinte nous est parvenuE (of course)

    RépondreSupprimer
  25. Très beau texte, qui dégage autant de force sensuelle que ton héroïne et ce avec la légèreté d'une caresse. Chapeau!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Chapeau? Oui mais alors comme ceux a larges bords que seule Audrey Hepburn savait porter sans être ridicule.
      ICI
      Merci les sorcières!

      Supprimer
  26. Woody Allen a dit ceci : « Hé ! Ne te moque pas de la masturbation ! C’est faire l’amour avec quelqu’un qu’on aime... »
    Et moi je dis il n'y a pas de mal à s'aimer ;)
    Bravo Célestine :)
    Bisous et bonne nuit ;)
    Domi.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ce que j'aime avec toi, Dom, c'est que tu parles sans détours et tu as bien raison.
      Woody, ce cher little new-yorker Jewish, avait entièrement raison.
      Belle nuit a toi.
      Pleine d'étoiles.

      Supprimer
  27. C'est clair qu'en lisant tes commentaires, j'y vois beaucoup de sous-entendus sans que jamais personne n'ose évoquer la chose telle qu'elle se présente ;) Pudeur peut-être ???
    Bonne journée Célestine, je vais essayer de terminer ma tournée des Plumes ;)
    Domi.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il est clair que plus qu'au mot, il faut s'attacher a la chose...
      Comme disait l'abbé de l'Atteignant dans son célèbre poème...

      Supprimer
  28. Devant la beauté qui est la tienne... toutes ces italiennes font bien pale figure....
    Quant à la Silvana, que je ne connaissais pas avant que Wiki ne me dise que les mortes sont toutes belles et merveilleuses.... ben franchement... heureusement que les seins en obus ont fait l'objet d'une démilitarisation massive...
    :-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ouh le flatteur! Bon enfin, je ne pense pas que je sois si belle et si merveilleuse, mais en tous ça je ne suis pas morte. Je suis même plutôt bien vivante, et plus que jamais.
      Les seins en obus...euh...je crois que ça venait surtout du soutien gorge, non, tu ne crois pas?

      Supprimer
    2. C'est sûr !
      Avant les coeurs croisés de Playtex, ll y eut les coeurs pointus de Spontex !
      Mais désormais on prends son pied avec le Gore-Tex !
      ;)

      Supprimer
    3. Les coeurs pointus de Spontex...tu n'aurais pas abusé de la paille sniffante quand tu étais petit?

      ;-DDD

      Supprimer
  29. Tiens. Une étoile passe dans un ciel gris.
    ^^

    RépondreSupprimer
  30. Merci de parler de toutes ses actrices italiennes - Sylvana Mangano, de Riz amer à Mort à Venise.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mort à Venise, quel beau livre, quelle belle histoire...
      Merci Sharon pour ce rappel.
      Bisous

      Supprimer
  31. Je m'aime beaucoup également ! Par contre, pour me voir dans un miroir, c'est très compliqué....

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Miaou, pourquoi? Mon chat à moi est tout le temps en train de se regarder dans la glace de l'entrée. Il n'a toujours pas compris que ce n'était pas un autre chat...

      Supprimer
    2. Je suis aveugle (oeil gauche à quatre semaine, oeil droit à six mois), comme le montre mes photos.

      Supprimer
    3. Oh ma pauvre Nunzi, je suis désolée, j'avoue que je ne savais pas
      Tu me pardonnes mon indélicatesse ?

      Supprimer
    4. Ne t'inquiète pas Célestine, tu es toute pardonnée !
      Ce que mes yeux ne peuvent voir, mes autres sens et mes vibrisses y suppléent.

      Supprimer
    5. C'est gentil, nunzi, d'être revenue me rendre une petite visite.
      Passe une bonne journée.
      Bisous ronronnants

      Supprimer
  32. J'aime beaucoup nombre de ces actrices, peu de nos jours ont cette force et cette sensualité. Merci pour ce beau texte (moi perso j'ai horreur de me regarder...)
    Bonne fin de semaine !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Cela m'interpelle énormément , Eva, ce que tu dis. Je sais cela, je sais que l'on a l'enveloppe que l'on a , et que certaines personnes ne s'aiment pas physiquement. Mais le mot horreur est un peu trop fort, non? On est souvent très dur avec soi-même, bien plus dur qu'avec les autres, alors que l'on devrait se regarder avec indulgence et se cajoler comme on cajole un petit enfant. Celui qui est en nous, en fait, et qui ne demande qu'un peu de tendresse.
      En tous cas, moi je ne m'arrête jamais au physique des gens, et je suis sûre que tu es une belle personne.

      Supprimer
  33. En noir et blanc j'aimais aussi Gina LOLLOBRIGIDA, Giuleta MASINA et Ornella MUTTI
    mais comme celle de ton texte, je m'aime comme je suis... finalement

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Et tu as bien raison, Patchcath, s'aimer soi même est la condition numéro un pour pouvoir aimer les autres, j'en suis persuadée.

      Supprimer

Je lis tous vos petits grains de sel. Je n'ai pas toujours le temps de répondre tout de suite. Mais je finis toujours par le faire. Vous êtes mon eau vive, mon rayon de soleil, ma force tranquille.
Merci par avance pour tout ce que vous écrirez.
Merci de faire vivre mes mots par votre écoute.