vendredi 26 septembre 2014

Concerto en rouge et or majeur

Photo Alter et Ego


Moi qui suis en pleine santé, j'aurais mauvaise grâce à me plaindre. Et d'ailleurs, je ne me plains pas. Je constate simplement  qu'avec les saisons reviennent quelques petits tourments bénins qui me rappellent combien je suis vivante...(n'appelons pas cela des maux, pas de quoi consulter).  

L'hiver, j'ai froid. Tiens, comme c'est original ! me direz vous. C'est que vous ne comprenez pas ce froid-là, un froid tout intérieur, comme de regarder une tombe. Un froid de roman du XIX° siècle. Un froid de gueux. Que je soigne dans l'euphorie à grand coups de pulls en mohair, de mitaines, d'écharpes, de feux de bois, de chocolats fumants et de châtaignes rôties, rien n'est trop chaud pour lutter contre ce froid-là. Les bras morts de l'hiver  me glacent, je n'y peux rien, cette incontournable léthargie de la nature me givre, me gerce, me transperce, me grelotte.  Je crois que j'ai trop mangé de neige, enfant, au pied du Pain de Sucre* et du Chapeau de Gendarme*...Sans parler de mon petit blues saisonnier dû au crucial manque de lumière.

Au printemps et en fin d'été, mes yeux pleurent. Sans permission. Les pollens et l'ambroisie me font ressembler à un lapin myxomatosé. Ah ! elle est chouette, Célestine, à user des montagnes de mouchoirs à essayer d'étancher ces larmes incongrues, ce nez qui ruisselle en cascade, ce rhume de juin qui s'épand et se répand. Et ne parlons pas de la toux sèche qui chatouille et grattouille dès que j'essaie de m'endormir. Mais comme je veux vivre intensément tout ce qui m'arrive, même mes petites contrariétés, je me refuse avec obstination  à ingurgiter des anti-machins qui m'endorment. 
Et je pleure en silence en écoutant Gerschwin.

L'été, mon coeur s'emballe. Il saute désordonnément comme un cabri dans ma poitrine. Ne me demandez pas pourquoi, je ne sais pas, quelque chose dans l'air, une transparence, une promesse de bonheur, la vibration des  insectes, la chaleur écrasante des corps. Ou tout simplement la danse de mes hormones sous l'effet du soleil...Toujours est-il que je me remets à tachycarder. J'explose en étincelles. Je crépite, je vibrionne. C'est chaud, c'est doux, c'est bon. J'exulte...

En automne... En automne, rien. Météo du corps au beau fixe. Je peux me concentrer sur la contemplation muette d'une des plus grandes merveilles de la nature.
Ah, l'automne...La saison  qui allume les arbres, qui repeint le monde de ses tubes de couleurs chaudes. Quelle splendeur !  Même si ça fait poncif ou vieille rengaine à la Joe Dassin..."On ira, où tu voudras quand tu voudras...ba ba ba ba ba ba ba..."
Attention Mesdames et messieurs le grand spectacle va commencer...N'en perdez pas une miette, c'est fondant et confondant. Une saison où la moindre branche, la moindre brindille oscillent au rythme d'un concerto de Bach.
 Un concerto en rouge et or majeur.



Violin Concerto No. 1 in A Minor (I. Allegro) by Bach on Grooveshark

*Le chapeau de Gendarme et le Pain de Sucre, les deux montagnes de ma prime enfance à Barcelonnette...

92 commentaires:

  1. Malgré l'heure tardive, j'écoute de toutes mes oreilles et je regarde de tous mes yeux les friandises de vie que tu nous offres.
    Demain, dehors, je regarderai de tous mes yeux et j'écouterai de toutes mes oreilles l'automne qui s'installe doucement et qui "endore" le monde...
    J'aime les quatre saisons de Vivaldi...J'aime aussi tes quatre saisons, Célestine...
    Bises d'Ep'

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. L'automne qui endore le monde, quelle jolie expression ! De l'Epamine pur jus, et je dois dire que pour se réveiller le matin, avant d'aller au boulot, je ne connais pas plus douce de façon...
      Merci ma belle amie, d'aimer mes friandises de vie. Ça aussi c'est joli.

      Supprimer
  2. A l'automne, tu as les émotions qui crépitent ou qui gèlent (et parfois les deux en même temps). Elles s'enmyxomatosent pour te laver les yeux, elles tachycardent et grelottent. Elles sautent comme une châtaigne rôtie dans sa poêle percée...
    A l'automne oui, mais pas seulement...
    Ti bacio forte Sorellita

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu as le sens de la synthèse, Blutchiamo...ou alors tu me connais bien. Ou les deux finalement, pourquoi choisir ?
      Mais il est vrai que l'automne est une saison calme pour moi sur le plan émotionnel ( et donc physique)
      Je pense à cette merveille végétale qui s'appelle ampelopsis, qui habille les façades d'un manteau changeant avec les saisons, mais qui se rappelle constamment au bon souvenir des occupants de la maison: elle perd des milliers de petites choses vertes qui deviennent marron, puis elle perd ses feuilles, puis elle perd ses fruits qui ressemblent à des raisins qui font des taches bleues quand on les écrase... Bref il n'y a qu'une saison où elle ne fait rien...
      Ah la nature et ses mervelles...
      Molto baci

      Supprimer
  3. L'automne, c'est de l'été en moins exubérant, en plus subtil. L'automne, c'est de l'hiver en moins violent, plus en douceur; L'automne, tout m'étonne !

    (j'ai vraiment raté une carrière de publicitaire, moi ! ;~))

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah mais carrément! Et tu décris si bien les atermoiements de cette saison entre-deux, qui hésite entre été et hiver, qui nous offre des journées de pur soleil et de petits matins grisâtres de pluie continue...oui, j'aime l'automne parce qu'il est comme moi. Un mix de choses contradictoires, une saison vivante qui hésite.
      Et merci de m'avoir fait penser à mettre des pans de texte en italique de temps en temps, j'avais oublié cette possibilité... T'es trop fort!
      Bises étoilées.

      Supprimer
  4. Voila une chronique très Vivaldienne dis-moi. La carence de Soleil doit quand même être limitée là où tu vis...pense à ceux qui sont à Roubaix !! Jolie ode à la nature et à la montagne en particulier. Quand à Joe Dassin, il était fort quand même, pouvoir aimer même quand l'amour est mort...bises ensoleillés d'ici !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Certes, mais ne ressent-on pas plus cruellement le manque lorsque l'on a eu quelque chose en abondance sans même y penser? ;-)
      Nous, on est trop habitués au soleil, quand il part trois jours, c'est un drame en si bémol mineur...
      Bises, et que l'amour demeure, la seule chose sublime ici-bas ne peut pas mourir.

      Supprimer
  5. Après cette brillante description de ton ressenti des quatre saisons, on s'attendait à Vivaldi tant qu'à donner dans le poncif. Mais si tu étais prévisible, tu ne serais pas notre Célestine.
    Et de toute manière, je préfère Bach.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Vivaldi, c'est un peu le Poulidor de la musique baroque...
      Et de toute façon, je préfère Bach aussi.
      Mais celle des tes phrases que je préfère, c'est la deuxième. Merci, Boss.

      Supprimer
    2. Côté Poulidor, je pense que si Bach n'avait pas été là pour lui faire de l'ombre, le plus grand musicien baroque aurait été Jan Dismas Zelenka. Opinion toute personnelle bien sûr.

      Supprimer
    3. Merci pour cette découverte extraordinaire ! Je ne le connaissais pas. Que c'est formidable, la vie...Merci vraiment c'est vrai que c'est d'une belle eau, presque aussi génial que Bach.

      Supprimer
  6. Qu'il est beau ton texte Le froid de roman du XIX° siècle, on imagine Sans famille ou Hugo. Printemps, je voudrais t'aider, être ton antihistaminique puisqu'à l'air gît la larme fatale au tort innommable.Mais si ça gerswingue à tous les étages...Eté, ou avoir été,telle est la question, mais sauter comme un cabri et tachycarder façon puzzle, ça, je n'en doute pas. Quant à l'automne le concerto en rouge et or me rappelle une collection de livres d'enfants des années...,des années...,j'sais plus. Bises un peu nordiques mais ensoleillées cependant. Mais qu'il est beau ton texte.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Que voilà un chouette commentaire où tu fais de l'épanadiplose sans le savoir, mon petit Jourdain picard...
      Où l'art de commencer et de finir un paragraphe par le(s) même(s) mot(s)...
      Et quels mots! j'aime beaucoup ça "gerswingue" à tous les étages. Et la délicate allusion à mon ami Raoul Volfoni...qui est devenu un de mes thèmes récurrents les plus consensuels(En un seul mot )...;-)
      Oui vraiment, que voilà un chouette commentaire.
      Epanadiplosement tienne.



      Supprimer
  7. Mon gendarme à moi, il se taille une pipe du coté de Saint-Claude.
    Jai fait sa connaissance, j'avais 10 ans ("laissez moi rêver que j'ai 10 ans !")
    http://fr.wikipedia.org/wiki/Ruisseau_de_Chapy#mediaviewer/File:Chapeau_de_gendarme.jpg

    J'allais écrire :
    Quand aux 4 saisons du pays de ton corps, c'est vivaldien ta vie !

    Mais je réalise que le poncif s'installe...
    Donc je te proposerai le festival des 4 saisons de Montbéliard, où tu dégusteras les spécialités.

    Et sinon, encore un texte à l'excellente écriture Célestienne, mais faut-il le souligner chaque fois !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je me permets de mettre un lien cliquable vers ta très belle photo.
      ICI
      Pour tout le reste, si tu le dis, j'adore, c'est mieux que si Viva l'dit.

      Supprimer
    2. Fichtre ! AlainX connaît le festival des 4 saisons de Montbéliard ! Aurais-je croisé AlainX dans une rue de ma ville sans le reconnaître ???
      L'automne ici, c'est une merveille. Bien sûr. Je savais Célestine, que tu es une femme du soleil, du chaud, du grand bleu. Pour ma part, j'aime le vent, le vert, le frais. Trois jours sans nuages, et le ciel m'ennuie ...

      Supprimer
    3. Mais non, tu ne l'aurais pas croisé sans le reconnaître ! En tous cas, j'aimerais bien, moi, le croiser dans une rue de ma ville, je le reconnaîtrais entre mille...
      Quant au fait de savoir si je suis une fille du soleil...Si tu me connais un peu tu sais bien qu'une de mes nombreuses contradictions, c'est d'être à la fois un peu italienne et un peu irlandaise. Alors, le vent, le vert, le frais et les nuages...j'adoooore! Même si je n'y vivrais pas toute l'année...
      Bises étoilées, chère Anne. Toujours heureuse de te voir...

      Supprimer
  8. Tu es l'été, je suis l'hiver, un hiver non pas emmitouflé, mais un hiver que j'aime, marcher dans les bois entendre les branches craquer sous le gel..

    Nan mais tu m'vois marcher dans les bois ? Patauger dans la gadoue ? Ah vive le bitume, les pavés, les quais de Seine l'hiver, chauds, les marrons chauds ! La vraie vie quoi !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu vas voir rappliquer tous les amoureux de l'automne en sous-bois, le cerf qui rée, la biche qui brame au claire de lune et pleure à se fondre les yeux...les champignons et la mousse tendre, et les feuillages mordorés, et les pommes tombées des pommiers, j'ai le menton en marmelade le nez fendu et l'oeil poché.
      Mais qu'as-tu donc appris à l'école?
      Ta première phrase me fait penser à une belle chanson...

      Supprimer
    2. Alors là non ! hein !
      Pas le Boulet !
      Seul Reggiani est digne d'interpréter cette chanson....
      JE DIS !
      :-)

      Supprimer
    3. Célestine :
      Tu es l'été je suis l'hiver, un hiver de neige et de glace, si je te rencontre un jour, tu me feras fondre..
      Ne vaut-il pas mieux fondre, plutôt que se morfondre ?

      Supprimer
    4. Fondre sur un poêle, comme le bonhomme de neige de la chanson? Ou fondre comme une glace à la fraise tagada?

      Supprimer
    5. @Alain
      Tu es pas un petit peu dur avec la belle Isabelle ? Moi je l'aime bien sa version...
      Si seul Reggiani a le droit de chanter ses chansons, alors je vais vendre ma guitare...parce que je massacre pas mal de grands chanteurs. ;-))) à commencer par Brassens.
      Enfin, là, je m'étais juste dit que ça rendrait plus crédible mon message à Andiamo...je ne voulais pas déclencher ton ire... :-))

      Supprimer
    6. C'est vrai que Reggiani a marqué cette chanson comme Moustaki le Métèque, Bourvil l'eau ferrugineuse ou Dac et Blanche le Sâr Rabin-Dranah Duval.
      Pourrais-tu imaginer quelqu'un reprendre "le Chien" ou "il n'y a plus rien" de Ferré...
      C'est ininterprétable après eux.
      Brassens, c'est différent. Ce sont ses textes et musiques qui vibrent et qui vivent par eux-mêmes. En bon artisan, Brassens se contentait de bien les chanter. J'ai entendu d'autres bons artisans servir ses chansons de bien belle façon, sans regretter que ce ne soit pas Georges.

      https://www.youtube.com/watch?v=ZkWLFXzSLcc
      https://www.youtube.com/watch?v=sKLTt-rBYc8
      Et je ne te parle même pas de Saturne chanté au féminin...
      Ti bacio

      Supprimer
    7. Bon, évidemment ton argumentation tient la route, d'autant que tu me prends par les sentiments sur la fin...
      Mais peut-être qu'à force de déifier certaines chansons et certains artistes, on finit par les momifier...
      Or les chansons éternelles sont faites pour vivre et être chantées encore et encore. Elles peuvent donner lieu à de très belles reprises, qui rendent hommage plutôt que de plagier.
      Le talent des interprètes est justement là.
      On a souvent dit, au cinéma, qu'il était impossible de faire oublier Raimu dans la trilogie.
      J'ai vu récemment Daniel Auteuil reprendre le rôle de façon tout à fait émouvante. Et l'actrice qui jouait Fanny était beaucoup plus crédible que cette pauvre Orane Demazis...

      Mais bon, pour Pierre Dac et Léo ferré, là évidemment...qui s'y essaierait, d'ailleurs?
      Baci il mio amico

      Supprimer
    8. @ Célestine
      Jean-Max Rivière a écrit cette chanson en 1968, spécialement pour Reggiani. Ça ne fait pas sens qu'elle soit chantée (j'ai failli écrire massacrée) par une femme qui chante, sans épaisseur ni flamboyance.
      C'est juste de l'alimentaire ce quelle a fait avec Reggiani. Triste, très triste....

      Supprimer
    9. J'entends ce que tu dis Alain. Et je pense que tu as raison après réflexion.
      Mais vois-tu, malgré mes progrès, j'ai toujours cette naïveté, cette candeur un peu imbéciles qui m'empêchent de voir le mal
      Je n'ai pas pensé une seule seconde à la chanson "alimentaire"...C'est tellement bas que je ne parviens pas à le concevoir.
      Allez, pour me faire pardonner:

      (clic)

      Bises étoilés

      Supprimer
  9. Tu es une fille du Sud, faut l'admettre. Aussi à la place de Gerschwin, je te prescris The girl from Ipanema (ça se prend par les oreilles, des deux cotés en même temps, en stéréo, trois fois par jour...), ça fait tout de suite chaud et doux comme un chaudoudou...
    J'avoue que lorsque l'été se prolonge "un peu trop" par ici, j'aspire à un petit frimas histoire de remettre des manches et mon gros blouson de cuir tout patiné ...et puis fredonner "Octobre" de Cabrel jeune ... Hummm :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je vais suivre ton ordonnance, docteur Antiblues, trois fois par jour...sans problème, si ça fait chaudoudou à l'intérieur, je prends!
      Plus un petit peu de Cabrel au moment des repas, je devrais arriver à passer l'hiver.
      Au pire tu me prêteras ton gros blouson? ;-)

      Supprimer
    2. Oh avec grand plaisir, mais tu risques de nager dedans !! ;)

      Supprimer
    3. Nager dans ton blouson tout patiné...ça doit être quekchose!

      Supprimer
  10. Ah dis donc, quelle surprise que de voir cette photo ici :)
    Le plus fort c'est que je pense souvent à ces extraordinaires paysages, ces jours-ci, parce qu'en ce moment même je pourrais y être…

    Oui, là-bas, au pays des érables, l'automne est déjà là !

    L'automne ! Ah, l'automne ! Incontestablement la plus belle et la plus douce des saisons. Les dernières chaleurs se font caresses, les premiers frimas annoncent la froidure prochaine. Un sursis. Quant aux colorations, souvent fugaces, aléatoires, elles recèlent la potentialité de se métamorphoser en une apothéose flamboyante qui les rend infiniment précieuses. Cette saison a ma préférence et je vais jusqu'à lui vouer mes vacances (c'est pour bientôt).

    Tu as raison : que le spectacle commence !

    Bises colorées

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'espère que la surprise est une bonne surprise. C'est vrai que je ne t'ai pas demandé la permission avant...Mais j'ai tellement aimé tes photos !
      Ah...mon vieux rêve de Gaspésie, je te le raconterai peut-être un jour...
      J'aime beaucoup ton lyrisme automnal. Ça sonne juste.
      Allez, bingo, bonnes vacances alors !

      Supprimer
    2. Bonne surprise, bien sûr :)
      Ton choix photographique m'honore et je t'en remercie.

      Dis-donc, on va en avoir des choses à se raconter, le jour où...

      Supprimer
    3. Je suis bavarde, j'aime raconter, mais je sais aussi écouter...alors oui c'est sûr, il ne faudra pas avoir juste dix minutes devant nous! lol!

      Supprimer
    4. Ah mais oui Célestine, raconte ton rêve de Gaspésie, raconte mon pays des érables si magnifique en ce moment ! je vais voir les photos de Pierre tiens !
      bises

      Supprimer
    5. Oui Manon, je raconterai sans doute un jour comment mon rêve est resté un rêve, par un ce ces tours du destin facétieux qui a mis sur ma route le père de mes enfants...
      Je pense que tu as dû apprécier les photos de Pierre, qui sont splendides.
      Bises célestes.

      Supprimer
  11. j'aime pas l'automne , j'aime pas les fruits secs , j'aime pas l'humidité
    na !
    Ah les changements de saisons, ça fat causer
    imagine Noël sous les tropiques avec la compagnie Créole ?
    Nan !
    Sinon , il faisait chaud aujourd'hui , trop chaud dans ma salle de cours , ça va pas ça ?
    Y'a plus de saisons
    pareil , allergies printanières , je suis résignée , tout le temps que je peux toujours chanter !
    bises et bon we sous le soleil et le bleu azur de ton sud

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu es rigolote ma Jeanne ! Tu n'aimes pas les fruits secs? heureusement que je les aime, car c'est une bonne part de ce que j'ai le droit de manger...Noix, amandes, noisettes, pistaches, que des bonnes choses et du magnésium pour passer l'hiver et tenir le coup!
      Les allergies...j'en ai pris mon parti moi aussi. Mais chanter, je suis d'accord, c'est la meilleure des thérapies.
      Bon week-end à toi aussi.

      Supprimer
  12. Quel enchantement dans tes écrits, Célestine, qui font briller, l'automne ,et même l'hiver de mille feux!
    Un esprit saint, une tête pleine, un cœur d'or, voilà un cocktail magique pour rêver, prendre les devants et se nourrir à satiété de ce que la vie nous offre. La vie est un tout, elle nous dodeline avec ses saisons pour nous empêcher de mourir d'ennui!
    Et puis, tu transformes le monde, toi la femme qui aime!
    Je te kiss même enrhumée!!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Un esprit saint ou sain? Là est la question...je préférerais la deuxième hypothèse, si c'est possible...
      ;-)
      Que c'est joli "la vie nous dodeline"...voilà une expression que je mets dans ma boîte à trésors.
      Euh...là, ça va je ne suis pas enrhumée, tu ne crains rien.
      Bises célestes

      Supprimer
    2. D'accord pour le "t" c'était une erreur de ma part même si je l'avais remarqué après coup et j'ai bien pensé que tu le balayerais d'une chiquenaude!!

      Supprimer
    3. Il faut avouer que je n'ai rien d'une sainte...je ne voudrais pas usurper une qualité qui me fait défaut...

      ;-)))

      Supprimer
    4. Je doute que ce soit une qualité en ces jours tumultueux et pleins de faux dévots!!

      Supprimer
    5. Ah bon? tout partirait donc en quenouille alors au royaume de France et de Navarre?
      Ah que vous me baîllez là bien triste nouvelle mon ami...

      Supprimer
    6. J'en suis désolé, chère Célestine! mais je ne crois plus aux habits du moine ni aux paradis importés!

      Supprimer
    7. Mais je plaisantais, ne sois pas désolé, mon ami ! Je sais bien que la religion est un sujet assez sensible en ce moment...et qu'il faudrait plus que l'espace d'un commentaire pour développer.

      Supprimer
  13. Enfin quelqu'un qui aime l'automne ... Moi il n'y a que le mois de septembre que je n'aime pas de trop ... Et encore j'ai tellement "avancé" que cela va de mieux en mieux ... À bientôt 44ans il était tant ( et oui demain un an de plus :-))
    Magnifique photo avec des couleurs chaudes ... Merci sincèrement :-)
    Bisou, bisou

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. La photo est splendide c'est vrai. Alors je te souhaite un très bon anniversaire Petite Marie, puisque nous sommes "demain" à l'heure où j'écris ces lignes...
      Milles bisous étoilés et sincères.

      Supprimer
    2. Candide, jouailleu fait tard (enfin pas trop quand même, hein, ch'uis un bébé moi !) Hips !samedi, 27 septembre, 2014

      Jouailleu z'anniversaire,
      Jouailleu z'anniversaire,
      Jouailleu z'anniversaire, 'tite Mariiiiiie !
      Jouailleu z'anniversaireuuuuuu !
      Hips ! (Aaaaaaaaaah, le vin jaune, le vin de paille !...)

      Supprimer
    3. Elle va être contente Petite Marie...
      Hi hi !

      Supprimer
    4. Merci à vous deux, cela me touche vraiment :-)
      Et ben Candide connaît les vins de ma région natale ... Et bien sûr les plus subtils ...
      Bisous à vous deux

      Supprimer
    5. @ 'tite Marie : j'ai deux moufflets autour de Pontus...

      Supprimer
    6. Moi jurassienne de naissance :-)
      A votre santé ... Hips !

      Supprimer
  14. Candide, un peu upside, un peu down, qui va peut-être pas regretter de pas aller en montagne cette anné. Encore que c'est pas décidé, hein, y'a aps l'feuolac !samedi, 27 septembre, 2014

    Binvoilà : encore une fois j'arrive comme les carabiniers d'Offenbach !
    Et lézôt' yz'ont tout bien dit tant de jolies choses que ma plume reste coite...
    A moins d'être génial, que dire de plus ? C'est pourtant pas faute de faire des efforts, mais bon...
    A si, quand même, deux choses :
    - que la vie avec toi doit pas être triste,on doit pas s'ennuyer ! ;o))
    - que j'aimerais bien avoir le coup d'oeil de Pierre pour faire d'aussi belles photos ! A ce propos, Pierre, je pourrai pas cette année t'informer de l'avancée des ors des mélèzes en vallée de la Clarée car je n'y serai pas (et puis remonter des Kerguelen rien que pour ça... le taxi coûte bonbon ! ;oD )
    En revanche, tu peux surveiller au moyen des webcams installées dans la vallée. J'ai même eu la surprise d'y découvrir la 'tite maison d'où je vous écrivais l'an dernier !
    Bon ,cépatoussa, mais j'ai des harengs su'l'feu, moi ! J'attends un coup de fil de la Dame de mes pensées, alors tu vois bien!...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Eh bien comme disait un de mes amis très chers, "C'est pas parce qu'on n'a rien à dire qu'il faut fermer sa gueule"
      Les carabiniers d'Offenbach arrivent à la fin, et je ne crois pas que ce soit la fin. On va dire que tu es dans le milieu, le haut de la courbe de Gauss...
      Il faudrait demander aux gens de mon entourage si la vie est triste ou pas avec moi. j'aurais tendance à dire que non. Je sais que je me supporte assez bien quand je suis seule avec moi-même (quoique, ça dépend des fois) ce qui est déjà plutôt pas mal.

      Je laisse à Pierre le plaisir de répondre à la deuxième partie de ton commentaire.
      Bises célestissimes

      Supprimer
    2. Il se pourrait bien, en effet, mon cher Candide, que j'endosse l'habit du chercheur d'or dans le mélézin de la vallée de la Clarée. Merci pour l'info webcam : voila un précieux allié pour suivre l'avancée de la coloration.

      Supprimer
    3. @ Pierre : Heureux de pouvoir t'être utile ! Je te souhaite beau temps et belles images !
      ;o))

      Supprimer
    4. ...d'autant que l'on profitera tôt ou tard de ces belles images sur ton blog, Pierre !

      Supprimer
    5. Candide, montagnophile avérédimanche, 28 septembre, 2014

      C'est malin de parler de ça ! Pour une fois que je pars pas en montagne, ça va me le faire regretter !
      Quoique, shhht : je vais p'têt' aller voir deux ou trois refuges avec ma fille le vikind prochain, hé, hé...

      Supprimer
  15. Tout pareil !! Ma saison préférée c'est le printemps, l'été, l'automne et l'hiver tout pareil.

    Bleck

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tout pareil. malgré les petites contrariétés, une vraie boulimique de la vie...

      Bises étoilées z'et célestes

      Supprimer
  16. Vivaldi peut aller se rhabiller ! ;-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Si c'est par rapport à Bach, je suis d'accord. Ce dernier est hors d'atteinte au firmament du baroque.
      Si vous voulez dire par rapport à mes quatre saisons, je garde une certaine modestie quand même. Disons une lucidité.

      Supprimer
    2. C'est ce que l'on appelle un compliment. Là où je vous rejoins, c'est que tout compliment étant formel il n'engage que celui qui l'écoute.

      Bonne journée

      Supprimer
    3. Si vous le dites...Il me semble que certains compliments sont mieux que simplement formels. Mais ça n'engage que moi... ;-)

      Supprimer
    4. Vous n'êtes ni sympa ni bienveillante, je supprimerai tout commentaire de votre part qui ne respectera pas la simple politesse. Vous n'êtes plus la bienvenue chez moi.
      Allez porter votre fiel ailleurs. Créez vous un blog. Et épanchez vous toute a votre aise.

      Supprimer
    5. Pauvre cinglée...!

      Supprimer
    6. Candide, on se r'fait pas...dimanche, 28 septembre, 2014

      Didon, not' fée, elle est sympa ta copine : elle a de la conversation, du vocabulaire... Elle donne vraiment envie d'échanger, on a envie d'apprendre à la connaître, ses sujets de prédilection, ses sensibilités, toussa-toussa...
      Bon, elle a encore des choses à apprendre, hein, comme nous tous, d'ailleurs: la politesse, par exemple.
      Et puis le courage aussi. C'est pas trop difficile d'insulter les gens en se cachant derrière l'anonymat. Aurait-elle les mêmes mots si elle devait les prononcer les yeux dans les yeux ?
      Mézaufait, y'a pas un mot pour ça ? Attend que je retrouve... Ah oui : lâche, c'est ça, lâche !
      Tu crois qu'on pourrait la rencontrer pour essayer de comprendre ce qui la rend comme ça ?

      Supprimer
    7. C'est gentil mais je crois que je ne vais pas continuer plus avant.
      En langage de la blogosphère, ce genre de commentateurs agressifs s'appelle des "trolls" et je trouve que ce mot est bien choisi. Mieux que "copine" en tous cas.
      Et encore, tu n'as pas vu le délicieux commentaire plein d'insultes que j'ai supprimé.
      Allez Candide, passons notre chemin.
      Qui qu'elle soit, je la plains d'avoir une telle haine dans le coeur.
      Point final.

      Supprimer
    8. T'a bin raison !

      :o)

      Supprimer
  17. Le grand spectacle à commencé. Une symphonie, un éclatement de couleurs, des vignes qui se parent de rouges, d'ors, de bruns, de dorés. La paix qui s'installe dans les corps pour les préparer a l'hiver. La douceur du temps ajoute à cet équilibre. Dans les écoles, le rythme est pris, on se prépare à la première pause. Profitez ,belle dame, de cette paix qui vient. Laissez-la d'installer en vous. Laissez le silence et la paix vous envahir.
    Vous verrez, vous serez bien. L'été provencal vaut bien l'été indien ! Même si c'est le nord de la Provence.
    Bon week end !
    J'oubliai : " je vous embrasse." Dit le petit nouveau.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Personnellement, cher petit nouveau, je m'applique chaque jour à la mise en place, dans ma classe, des rythmes solaires...la tête dans les étoiles, je contemple le regard émerveillé de mes petits nouveaux, et je suis bien. Simplement bien.
      Les vignes à l'automne ont une splendeur sans nom, je te l'accorde.
      Il doit faire bon s'y promener.
      Je t'embrasse, moi aussi.

      Supprimer
  18. Les couleurs de l'automne qui peut en détacher le regard. Cette lumière colorée qui nous ébahit parfois. Si le printemps est plus souhaitable parce qu'il est censé annoncer une saison chaude, quelle est la plus saison saison ?
    Et pour moi qui suis à l'automne de ma vie... :D

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu me rappelles la chanson de Jean Gabin...si émouvante.
      C'est vrai que je suis souvent ébahie par les couleurs des feuilles à cette époque de l'année.
      Le chant du cygne des feuilles.
      Kiss

      Supprimer
  19. Moi, c'est le printemps que j'aime. Vraiment beaucoup. La lumière qui revient, les petites fleurs, tout ça.
    Mais cette année avec le grand beau temps, je me laisse aller à aimer la saison.
    Bises

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'aime toutes les saisons, avec un faible pour le printemps...
      Et aussi beaucoup l'été (parce qu'il y a les vacances) et l'automne (pour les couleurs). Tu auras compris que ce qui me plaît le moins, c'est l'hiver.
      A cause du froid, du gris et des "fêtes" qui me pèsent de plus en plus..
      Bises ma belle.

      Supprimer
  20. J'aurais pu écrire ce texte. Pas aussi bien, ça c'est sûr, mais tout pareil.
    Et tu sais quoi? j'ai aussi toujours aimé l'automne parce que c'était la rentrée des classes .... :-)
    Beau dimanche à toi Célestine, bisous!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah...la rentrée des classes, et son cortège de parfums inimitables, de cahiers et de livres neufs.
      En revanche, je ne suis pas d'accord avec toi: tu aurais écrit tout aussi bien, je connais ton talent d'écriture, ma belle.

      Supprimer
  21. Tu devrais peut être essayer le Qi Gong qui fait circuler les énergies et réchauffe le corps autant que l'esprit! Certes, ça n'enlèvera pas l'hiver mais te permettrait de mieux le supporter.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu sais j'y ai pensé car il y a un cours qui commence cette année le samedi dans le gymnase de mon école. Mais c'est vraiment trop tôt. Déjà qu'il faut se lever tot tous les jours du lundi au vendredi ...
      La pause du mercredi me manque terriblement.
      Mais c'est très gentil a toi Marie-Madeleine. L'année prochaine je pourrai.

      Supprimer
  22. Quant à moi j'aime l'hiver et ses lumières... Je sens vibrer le printemps dès le début de février, intensément dans ma tête et dans mon corps. Normal, je suis née en janvier! Ma fille va très bien depuis que, chaque année, elle part 3 semaines ou 1 mois au soleil. Son été devrait être en décembre puisque son rythme personnel des saisons commence fin juin. Tu es sans doute née en été

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est intéressant cette théorie. Cependant je suis née en avril, donc mon été devrait être en octobre. Ce qui explique peut être que je n'ai pas de petits bobos à ce moment là?
      Bisous bisous.
      PS: moi j'aime l'hiver parce que j'ai une copine qui m'a tricoté un bonnet et des mitaines bien chauds et tout doux...

      Supprimer
  23. Automne : prendre le temps d'une sieste. Refaire ses forces. Oublier ses soucis. Dormir.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Confortablement allongée sur un canapé baigné d'ombre et de soleil, un léger vent du midi caresse ma peau...
      Et le sommeil m'a cueillie comme on cueille une fleur, pour m'emporter vers un monde peuplé de rêves doux et reconstituants.
      Bref, en un mot, j'ai suivi ce divin conseil.

      Supprimer
  24. Vous avez bien de la chance. En ce moment les soucis l'emportent sur le sommeil. :-(
    J'aurais aime être present.....spectateur.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Comme on se sent impuissant(e) dans ces cas-là...
      Courage, le soleil rebrillera.
      :-)

      Supprimer
  25. Ah, l'automne, ma saison préférée, pour de multiples raisons (trop long à expliquer ici lol), et le concerto en rouge et or majeur est forcément l'une d'elles...
    Quant au froid intérieur, je pense que ça n'a rien à voir avec l'hiver, c'est un froid qui peut être ressenti même en pleine canicule... Mais c'est sûr que les givres hiémaux sont susceptibles d'être un facteur aggravant...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Les givres hiémaux? Bigre, tu es haut dans "l'escalier du langage" comme je dis à mes mômes en classe!
      Un froid intérieur qui ne revient que l'hiver, je gage quand même que cela ait un rapport avec la saison! et avec une circulation sanguine un peu paresseuse peut être...
      J'aurais bien aimé savoir, quand même, tes multiples raisons d'aimer l'automne...
      Bises très chaudes

      Supprimer

Je lis tous vos petits grains de sel. Je n'ai pas toujours le temps de répondre tout de suite. Mais je finis toujours par le faire. Vous êtes mon eau vive, mon rayon de soleil, ma force tranquille.
Merci par avance pour tout ce que vous écrirez.
Merci de faire vivre mes mots par votre écoute.