vendredi 1 août 2014

Etrange syndrome


Dernières plumes de l'été, déjà...Et le thème de l'Eternité, c'est grand, c'est beau, Miss Aspho
Merci pour tout.




Vacances  scolastique – immortalité – seconde – mémoire – longueur – ange – douleur -oubli – repos – cercle – passion – péché – chemin – vampire – jour – cathédrale – lassitude – liane – lucarne.



***




Vous êtes en vacances à Perros-Guirec et vous rêvez à longueur de temps de cimes escarpées...ou bien vous cherchez l'oubli et le repos dans les alpages du Queyras et la mer vous manque soudain impérieusement.

Vous étudiez avec passion la scolastique à la Sorbonne, le mythe des vampires en Transsylvanie, ou la notion d'immortalité dans les mythologies antiques ou précolombiennes, et vous vous prenez à regretter de ne vous être pas lancé dans une recherche effrénée des conjectures non résolues de Gilbreath ou de Bouniakovski. Ou dans l'étude de la composition quantique des pulsars énergétiques dans le nuage de Magellan...

Vous contemplez avec lassitude et amertume la cathédrale de vos rêves se diluer comme un château de cartes sur du sel.

Vous n'êtes jamais vraiment là où vous êtes, votre esprit flottant comme une liane dans les cercles concentriques de votre pensée torturée, tel un ange démoniaque qui vous laisse entrevoir constamment le champ des impossibles.

La vie vous semble une lucarne étroite vous privant à chaque seconde de l'immensité d'un panorama que vous devinez rageusement grandiose et somptueux. Et c'est une douleur pour vous de penser à tout ce que vous manquez, aux chemins que vous n'avez pas pris, aux péchés auxquels vous n'avez pas succombé, douleur qui vous empêche de jouir pleinement de ce qui s'offre à vous au moment présent. Vous n'êtes que mémoire et regret des choses anciennes, projection et attente hypothétique des choses futures. Ne cherchez plus: vous êtes sans doute atteint du syndrome de FOMO, Fear Of Missing Out, la peur constante de louper quelque chose de mieux.

Enfin, quand je dis " vous" c'est une litote. Ça m'arrive aussi de temps en temps. Mais de moins en moins, à mesure que ma vie me le confirme:  rien ne vaut le plaisir profond de l'instant. Et plus que jamais, de prendre le jour comme un cadeau en lui insufflant son rêve.



Ce qui est passé a fui; ce que tu espères est absent; mais le présent est à toi.      Proverbe arabe




Gnossiennes by Erik Satie on Grooveshark

100 commentaires:

  1. Bien dit, Célestine!
    et bien joué :-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu as un art de la concision qui me ravit l'âme, Adrienne !

      Supprimer
  2. J'ai déjà un certain nombre de préoccupations résolues par inintéressement profond comme les conjectures du Bougnia. Pour les cimes escarpées, c'est bien trop fatiguant et puis d'abord ça sert à quoi de leur grimper dessus puisqu'il faut en redescendre, à pied ou en hélico de sauvetage... Par contre, le mythe des vampires ou de l'immortalité, ça peut le faire comme travail de vacances.
    Ben non que je ne suis pas toujours là où je suis, puisque je suis un peu partout à la fois.
    Mais je te prierai de croire que mon esprit est peut être un ange, mais pas démoniaque :-)
    Ton FOMO n'est pas fameux. Woody Allen l'avait imagé dans un petit dessin.
    Il y est pensif et se dit qu'avec la chance qu'il a, il attendra à l'aéroport lorsque son train arrivera.
    Ti bacio (au présent)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Candide, piéton de l'arc jurassiensamedi, 02 août, 2014

      Ben voilà ! On aura au moins appris pourquoi not' Blutch il a quitté la vallée de Joux : la dent de Vaulion ,c'est trop escarpé pour ses p'tites pattes !

      ;oDDD

      Mais, not' Blutch, moi je redescends à pieds, l'hélico c'est de la triche ! Non mais !

      ;o)))

      Supprimer
    2. @Blutchy Amo

      Ha ha! pas fameux mon FOMO? wouaou ! le jeu de mot allitératif! respect.
      Et pis d'abord, ça sert à quoi de grimper pour redescendre? Vaste question, Blutchy...
      "Ça sert à quoi les frites si t'as pas les moules ?" comme disait le grand philosophe du vingtième siècle Alain Bashung.

      @Candide
      ça peut être poétique un hélico...

      "C'est drôle mais les hélicoptères
      J'y pense quand je suis sous la douche
      C'est vrai j'aimerais bien faire
      Comme eux
      Décoller la tête à l'envers"

      Supprimer
    3. @ Candide.
      Je ne sais par quel méandres obscures tu es passé de l'origine du vacherin Mont-d'or à vouloir me faire naître ou (pire encore) habiter dans la Vallée de Joux....
      Pour ce qui est d'escalader, je n'ai pratiqué que sur des pylônes métalliques verticaux. Mes petites papattes ont donc toujours bien fonctionné, mais disons qu'avec la chance de faire des exercices physiques dans le cadre de ma profession, je n'ai jamais trouvé le moindre agrément à me faire suer pour rien.

      Il y a pas mal d'escaladeurs de l'improbable qui terminent leur périple dans une civière accrochée à un hélico... La triche consisterait alors à faire payer au contribuable le résultat de leur témérité (et dans le domaine, il y en a qui la joue sévère....)

      @ Célestine:
      Certes, mais qu'importe le flacon... pourvu que le vin soit bon !
      Pour l'hélico, voir ci-dessus.
      Ti Bacio dans un nuage de plumes d'anges agité par le rotor d'un hélico (oui, faut bien lui trouver une utilité à ce machin...).

      Supprimer
    4. @ Blutch : bon, on saura pas d'où tu viens.C'est pas faute d'avoir essayé ! ;oDDD
      En tous cas, c'est mon copain de l'Abbaye qui va être content ! 8o/
      Qu'est-ce qu'elle t'a fait, la vallée de Joux ?

      Supprimer
    5. @ Candide
      Rien, mais je suis claustrophobe :-)

      Supprimer
    6. Bon mes petits amours, vous êtes bien mignons, mais j'y comprends que dalle moi, a vos jokes privés.
      On peut rire ou bien?
      🍒baci

      Supprimer
    7. Je ne sais plus dans quel commentaire, j'ai été amené à dire à Candide que le vacherin Mont-d'Or était originaire de la vallée de Joux, en Suisse. Depuis, et je ne sais pourquoi, il s'est mis en tête que je viens de là. Heureusement que je n'ai pas eu à lui préciser que la bouillabaisse est marseillaise car avec mon accent, je ne ferais pas très crédible au bar de la Marine....
      Molto Baci

      Supprimer
    8. Tu ne vois pas qu'il prêche le faux pour savoir le vrai? Il a juste envie de savoir d'où tu es originaire...c'est humain, je peux le comprendre...👄

      Supprimer
    9. C'est bien pour ça que j'élude, que je feinte, que je botte en touche (ce qui est infiniment moins douloureux que de botter au cul.)
      Baci fata notturna

      Supprimer
  3. Me voilà rassuré : je ne suis pas atteint d'un syndrome dont j'ignorais tout avant de te lire. Rien que ça, c'est bon à prendre à cet instant :)

    Quant au passé, j'aime assez m'y promener, mais pour mieux le (re)vivre au présent. Ou mieux comprendre, avec ma pensée présente, ce qui était inatteignable à ma pensée du passé.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je suis contente de t'avoir appris quelque chose, Pierre.
      Si tu as un rapport constructif au passé, c'est peut être ce qui te permet de mieux apprécier ton présent. Enfin c'est ce que j'ai compris. J'ai bon?

      Supprimer
    2. T'as tout bon ! Comme ça je peux me réjouir à la fois du présent, du passé (en sélectionnant le meilleur), et du chemin parcouru ;)

      Supprimer
    3. C'est ce que je me suis dit chaque fois que je suis arrivée en haut d'un col à vélo... ;-)

      Supprimer
    4. Candide, cycliste d'opérettesamedi, 02 août, 2014

      ;oDDD

      Supprimer
    5. Pour ma part je suis nulle et recalée en "moment présent"
      je n'ai pas dû tout comprendre
      mais ce n'est pas grave, en ce moment (présent) les commentaires m'amusent bien :-)
      Bisous

      Supprimer
    6. Ta ta ta...je te sors quand tu veux dix billets qui parlent de la joie de l'instant sur ton blog...
      Et pis d'abord t'es pas nulle.
      J'avais un prof de math. qui disait que zéro était une note parfaitement moyenne, puis que c'est le juste milieu entre deux infinis...
      Mais je crois qu'il se foutait un peu de notre gueule...
      ;-)

      Supprimer
  4. Vivre l'instant présent, intensément ... Telle est ma devise ...
    Pourtant, j'arrive, parfois à me polluer l'esprit de choses futiles :-(
    Mais à bientôt 44 ans, j'arrive de mieux en mieux à vivre au jour le jour, sans trop me poser de questions ??
    Bises et bon week-end ...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu as une jolie devise, que je partage bien évidemment, comme tu peux imaginer!
      Je me suis laissé aller, récemment, à trop m'en éloigner, et cela ne me convient pas, j'en ai la certitude.
      Bises étoilées

      Supprimer
  5. Parfois aussi le rêve reste sans réponse. Alors qu'on aimerait compter les points de la coccinelle.
    ;-))

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Quelle idée! Compter les points d'une coccinelle, quand j'étais petite, c'était connaître son âge. ^^
      et ça ne se demande pas, l'âge d'une dame.

      Supprimer
    2. Au troisième point j'aurai cessé de compter.
      ^ ^

      Supprimer
    3. trois ans? c'est une jeune coccinelle!

      Supprimer
    4. Ou une coccinelle qui fait craquer

      Supprimer
  6. Ah! comme j'aime cette musique. Une note et le coeur ressent la joie, une autre note là le coeur plonge dans l'infini, et le présent devient si présent.
    "La vie vous semble une lucarne étroite vous privant à chaque seconde de l'immensité..."
    Dès que l'on s'éloigne de soi, oui une lucarne étroite.
    Dès que l'on retourne chez soi l'immensité surgit dans toute sa splendeur.
    Tes mots sont beaux et porteurs d'images.
    Maty

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, ne jamais s'éloigner de soi sous peine de se perdre, c'est sans doute le plus beau conseil que j'aie reçu dans ma vie, et celui que j'ai envie de donner aussi. De transmettre comme un talisman.
      Merci Maty. tes mots sont doux et empreints de sagesse.

      Supprimer
  7. Je pensais que c'était réservé aux peopoleries ce genre de maladie !! ;)
    Je constate que ta p'tite tête de litote s’estompe avec le temps ... Faut-il s'en réjouir?
    Allez, oublie tout et prononce avec moi cette incantation de pêcheurs: "carpes, elles viennent !"

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Une incantation de pécheurs, assurément!

      Supprimer
  8. "et vous vous prenez à regretter de ne vous être pas lancé dans une recherche effrénée des conjectures non résolues de Gilbreath ou de Bouniakovski. Ou dans l'étude de la composition quantique des pulsars énergétiques dans le nuage de Magellan""
    Non je ne regrette pas du tout. Ca je l'ai fait l'année dernière un après-midi de pluie pendant les pubs sur le Tour de France.Alors cette année je profite, notamment de l'humour et de la joie d'écrire celestiniens qui ont pas mal élargi ma lucarne. Le piano gnossien ne gâte rien, minimaliste et essentiel. Bisous picards, quell plaisir de passer ici....

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je te pensais en effet homme à t'adonner aux spéculations mathématiques sur les polynômes pendant que les rois de la pédale en bavent sur l'enfer du nord pavé de bonnes intentions, surtout quand il pleut...
      Humour et joie d'écrire, oui ça me botte ça, comme mise en boîte!
      Kiss célestissimes et à très très bientôt, donc.

      Supprimer
  9. Vivre pleinement le moment présent, n'est-ce pas le commencement de la sagesse ? Alors y'a du boulot ! Bon WE Célestine.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, c'est certain, il y a du taf à plein temps. Se laisser porter par la douceur de vivre, ce n'est pas gagné quand on nous pilonne la tronche à coup de sinistrose aiguë. Le boulot, là, c'est résister en martelant le contraire.
      Cependant, j'ai un grand respect pour tous ceux qui ont perdu leur bien le plus précieux, la santé ou un enfant. Ceux-là ont le droit de trouver que l'instant présent a un goût de fiel. Et en même temps, étrangement, c'est souvent ceux qui ont subi les épreuves les plus terribles qui savent le goût des choses simples et d'un instant de félicité.
      Bisous chère Zoé

      Supprimer
  10. Je fais concis, sinon on est pas couchés :

    Si JE suis là, c'est que J'y suis venu... Et, tout-de-suite-maintenant, c'est ma place...

    Tout le reste n'est que lies et ratures...

    Jdirien ;o)

    RépondreSupprimer
  11. Satie, bien sûr . . . . :o)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Satie...tille
      Satie...tube
      Satie...raille
      Satie...rebouchonne
      et au final,

      Satie...sse la soie et l'or.

      Supprimer
  12. Quoique... de temps en temps, t'aurais pas des trucs en mode majeur ?

    ;o)))

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu ne vas pas me faire accroire que toi, tu ne t'es pas aperçu, avec ton acuité et ton analyse littérale de mes écrits, qui confinent à l'exhaustivité, (pas mes écrits, mais ton analyse et ton acuité) tu ne vas pas me faire accroire, donc, que tu ne t'es pas aperçu que si je mets souvent des musiques en mode mineur, c'est juste pour faire bonne mesure avec moi, qui suis constamment en mode Majeur... ;-)
      (oh, l'aut, là, comment elle se frise grave!)

      Supprimer
    2. Candide, en mode dubitatif (et Lycée de Versailles)samedi, 02 août, 2014

      ...mouais... j'irai pas chercher plus loin...

      ;o))

      Supprimer
  13. ...'fin faut bien avouer que, quand même, Satie... hmmm !
    ;o)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah, tu vois que tu y viens, finalement... tsss...tout ça pour ça!
      :-D

      Supprimer
  14. Eric ! Encore LUI ! Bounakovski ... Bounakovski... l'oncle de schtimiligings, le beau frère de Andrianampoirimerina (le dernier roi Malgache) ?

    Vivre l'instant carpe diem comme disaient mes lointains ancêtres, j'ai parfois essayé, mais ça n'est pas fastoche de faire le pont entre deux rives, fussent-elles de la Seine, et le pont celui des Arts ];-D

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. T'as un souci avec les noms de famille compliqués?
      Pour la démonstration du génie d'Erik, se reporter plus haut...
      je rajouterai simplement pour toi


      Satie...railleur sénégalais
      Satie...rade de Brest
      Satie...rant d'eau
      Satie...rlipote le schtimiligings
      et au final,

      Satie...c-tac dans le coeur
      ;-)

      Supprimer
  15. Ha que je te reconnais bien là ma copine de récré, toujours ailleurs dans ses étoiles et les deux pieds bien ancrés dans une réalité réinventée !!! Alors sur le syndrome de FOMO, là y'a gourance ma chère : tu en es atteinte, ça concerne les gens qui ont une prothèse au bout des doigts, type IPod ou smartphone, les yeux rivés dessus de peur que quelque chose ne leur échappe, une information bloguesque capitale par exemple !!! Carpe Diem certes mais jamais sans mon portable hein !!! :D Ce fut un plaisir de lecture, je t'en remercie et te donne rendez-vous à la rentrée de septembre, je suis certaine que tu vas engranger un nombre incroyable de célestineries à raconter !!! Bises et à bientôt...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est drôle que tu m'en parles, parce qu'après avoir vu cette video, j'ai jeté mon portable pendant trois jours, ne lui jetant plus que des regards distraits et bovins...
      Merci pour ton enthousiasme, fais leplein toi aussi et rendez-vous à la rentrée littéraire mais pas que...

      Supprimer
    2. Ah ! Tu vois qu'on peut survivre loin d'un portable !

      ;oD

      Supprimer
    3. ...suffit juste de laisser le temps au temps...

      Quant à la vidéo, elle devrait être déclarée d'utilité publique !

      Pour ma part, j'y vois de très belles choses...

      Supprimer
    4. Si je n'y voyais pas de belles choses,je ne l'aurais pas mise en lien ici.
      Je m'interroge beaucoup, (contrairement à ce que dit (en plaisantant (quoique)) ma copine Aspho), sur les outrances et les comportements addictifs de notre société. Mais il ne faut pas tomber d'un extrême à l'autre.
      J'y vois aussi un message à double tranchant...pour ceux qui veulent jeter le bébé avec l'eau du bain.
      Et je ne nie pas avoir noué de très belles relations en utilisant cet instrument du diable.

      Supprimer
    5. @ Céleste
      Et après cette vidéo, tu as repris ton portable...?
      La vidéo ne dit pas hélas que le portable est rangé par l'OMS dans la même catégorie que le tabac et l'amiante. Car en plus de désociabiliser, il bousille la santé. C'est maintenant prouvé qu'il est (entre autres joyeusetés) un des vecteurs de la maladie d'Alzheimer. Parce l'avoir à 40 ans (la maladie, pas le portable) n'a rien à voir avec le vieillissement de la société.
      Baci en mode filaire

      Supprimer
    6. Il a été prouvé aussi que la frustration et la privation sont sources de stress intense, et donc de maladie grave...et qu'il est moins mauvais pour la santé de céder a la tentation d'un gâteau plutôt que de se forcer a y résister... Alors je pense que je vais continuer ma voie preferee: celle du milieu entre le trop et le trop peu.
      Baci en mode bouddhiste.
      ❤️

      Supprimer
    7. Je ne vais pas non plus bouder mon plaisir de te lire lorsque tu n'as que ton portable pour répondre... Ce sont essentiellement les abus qui sont néfastes; bien que le portable n'a pas, comme le vin, la caution morale qu'un petit schlouck est bon pour la santé...
      Baci en mode zen zennn zeeeennnn ZEEEEEENNNNNNNnnnnnnn

      Supprimer
    8. Un petit schlouck... C'est mignon comme expression.
      Je note quand même que par plaisir tu es près à faire une petite entorse â tes principes, et ça, c'est cool.

      Supprimer
    9. Perso je t'admire d'avoir pu jeter ton portable plus de trois jours. Autant j'ai arrêté la clope sans trop de difficulté même si j'y pense encore, autant je serais incapable de me passer de mes portables à savoir tablette et PC ;)
      Même quand je réalise mon rêve de grands espaces je suis incapable de ne pas pouvoir partager l'instant présent avec mes amis ;)
      Ca me rappelle une petite histoire :)
      C'est un Américain, un Russe et un Belge qui partent pour une longue mission dans l'espace. On leur propose d'amener ce dont ils sont incapables de se passer au quotidien.
      L'américain demande des hamburgers en quantité, le Russe des femmes et le Belge des cigarettes.
      Chacun reçoit sa réserve de quoi tenir quelques années dans l'espace.
      Après 7 années les voilà de retour, ils sont accueillis en grande pompe. L'Américain sort le premier, il est tellement gros qu'il a du mal à passer la porte, le Russe est accompagné d'une ribambelle de gosses et voilà enfin le Belge qui sort une cigarette à la bouche et le voilà débarquant tout excité dans la foule qui l'accueille.... : "T'as pas du feu?????"
      Bisous Célestine et bonnes vacances, moi suis revenue ;) Au fait t'as pas du feu ? mdr!!!
      Domi.

      Supprimer
    10. Voilàquelqu'un qui assume ses addictions, ça fait plaisir à voir!
      je sais que tu es une riglote bien dans ta peau,et ça c'est un anti-cancéreux génial;
      c'est ce que j'essayais d'expliquer à mon ami Blutchiamo
      Ne pas se stresser nutiement, ça prolonge la vie!
      Merci pour ce long com! j'adore!
      Céleste en mode vacances (encore trois semaines)


      PS ta blague est très rigolote.

      Supprimer
  16. Ce que tu fustiges ainsi ici, ce sont les tenants du proverbe "L'herbe est toujours plus verte chez le voisin" et c'est vrai qu'il n'y a rien de plus bonheurophage que cette opinion. Et pourtant, pourtant... comme chantait Aznavour, au mépris de toute logique et sans craindre le ridicule du contradictoire, nous nous apprêtons à fuir notre pré carré grillé par le soleil pour nous rendre dans une contrée verdoyante, le Limousin pour ne pas le nommer, où il est fort probable, si nous faisons la tournée des bars, que nous tombions sur ce bon bof en train de bredouiller des phonèmes approximatifs pour tenter d'exprimer des idées qui ne le sont pas moins. Donc adichatz à tous ! Je l'écris comme ça juste pour le plaisir de le faire bondir d:^)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Fustiger me semble un bien grand mot, mon bon Saouf. Et puis changer leur herbage réjouit les veaux, ne dit-on pas cela? Moi je dis qu'un homme qui te donne du "mon chou" mérite quand même un détour dans les verts pâturage du Limousin.:-DDD
      Bonnes vacances, tu me manques déjà, comme on dit. ^^

      Supprimer
    2. Pour rebondir sur le premier propos de SF

      https://www.youtube.com/watch?v=farZqRPko-Y

      Baci et velcro

      Supprimer
    3. Je ne connaissais pas cette chanson. Personnellement, et sauf ton respect, je la trouve moyenne moyenne... Hihi
      Baci

      Supprimer
    4. Putain, j'y crois pas, tu viens nous voir, mon chou. Faut que je passe par là pour l'apprendre...Il est loin le temps de tes lettres enflammées, Tant pis, je ferai désormais sans, et fais attention de ne pas de perdre sur la route, hein!
      Et salut, Celle, hein!

      Supprimer
    5. Oh mais c'est trop émouvant vos échanges à tous les deux...quand je pense que j'assiste peut être à un moment clé de votre saga familiale, j'en suis toute estransinée...
      Moi je dis: encore! Encore! Je me sens comme un pigeon voyageur entre vous.
      ^^

      Supprimer
    6. oui mais un pigeon qui aurait le bec vide! (heu, non, la patte vide ...)
      ;-)

      Supprimer
  17. Encore un de tes billets que je vais conserver précieusement ....tu es définitivement une sorte de fée qui éclaire mon chemin et me ramène sur la route de la quiétude

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est vraiment très gentil ce que tu dis, Miss. Je te retourne le compliment. Tes tâtonnements et ton chemin de vie sont pleins d'enseignements pour moi, et j'adore te voir progresser sur la voie du Carpe Diem...

      Supprimer
  18. Ton texte est vraiment très juste.
    Je ne dis pas que cela ne m'arrive pas non plus de temps en temps, cependant je sais aussi pleinement profiter du moment présent, comme maintenant.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Si mon texte est un joli "instant présent " pour toi, tu m'en vois doublement ravie.

      Supprimer
  19. C'est dans ces cas-là que je me dis : être un chat, c'est pratique. Les croquettes sont meilleures ailleurs ? Je teste une autre gamelle, je les ai toutes vidées, ou presque ! En revanche, je reste sur ma place favorite : le haut de l'escabeau.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Jouisseurs et un rien opportunistes ? C'est comme ça qu'on les aime, ces matous !

      Supprimer
  20. Ah j'adore ton texte (j'ai tant de retard de lecture de blogs après quelques jours de vacances...)
    Je n'avais jamais entendu parler de ce syndrome
    Moi j'adore Satie (et tes jeux de mots)
    Bon mois d'août

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Eh oui, c'est mon amie Jeanne qui avait fait un billet sur le syndrome de FOMO et je trouve assez juste le ressenti qu'il évoque. Je sais ce que c'est d'avoir l'impression d'être en " retard" de lecture de blogs, mais ce qui est bien, c'est que sur la blogo, il n'y a jamais aucune obligation. Les gens sont toujours contents de te voir, même quand tu n'es pas venue depuis longtemps.
      Je suis touchée aussi quand mes lecteurs font une remarque qui prouve qu'ils ont lu non seulement le billet, mais aussi les commentaires, et chez moi, c'est un tour de force, vu le nombre!
      Gros bisous Eva, et bon dimanche plein de bonheur ensoleillé ( enfin j'espère)

      Supprimer
  21. Je crois que c'est le propre de l'homme de ne jamais se satisfaire de ce qu'il a et d'aller chercher toujours plus loin. ;-) :D Il faut pourtant savoir s'arrêter de temps en temps, tu as raison. :D

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu as raison, cériat, dans le sens où l'homme doit voir grand, haut et loin pour avancer. Et ne pas se contenter de petit ou de médiocre. mais dans son quotidien, on passe souvent à côté du bonheur simple en cherchant ailleurs ce que l'on a en soi. Les deux choses ne sont pas incompatibles. On peut être un grand savant en quête d'une inaccessible étoile, et aimer cultiver son jardin.
      bises

      Supprimer
  22. Je ne connaissais pas non plus le terme de FOMO mais le feeling ne m'est pas inconnu. Cependant, sans aucun effort ou presque, je m'en suis assez bien débarrassée. Peut-être en voyant mon père se tracasser pour tous les livres qu'il aurait voulu lire, avait acheté et ne trouvait plus le temps de simplement ouvrir. Comme s'il avait une mission sacrée, ou une faim de savoir impossible à satisfaire. Ca me faisait de la peine pour lui. Bien qu'il en avait sans doute moins que moi :)

    Je me contente de sentir ce que je n'aime pas ou plus pour ne plus y perdre de temps, par exemple. Je ne crains pas trop le futur, sachant que lorsqu'il sera le présent j'aurai les forces pour apprécier, contourner, combattre.

    Je ne suis pas "sage" car je ne suis pas arrivée là au bout de longues semaines mystiques, ni d'aucun jeûne et abstinence qui soit. C'est venu "tout seul". Très confortable... (J'avoue, parfois j'aimerais quand même savoir comment évolueront certaines choses, oui!)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ta sagesse réside dans ta spontanéité, et ta façon d'envisager leschoses sereinement. c'est ce qui me manque un peu, encore. Mais je sens que ça vient, doucement...
      Pour la lecture, c'est vrai ce que tu dis. L'impression de ne jamais pouvoir lire tout ce que l'on aimerait, est parfois paralysante...Mais si l'on réfléchit bien, c'est pour tout que l'on peut se poser ce genre de dilemme. Alors autant profiter de ce qui se présente à nous.
      La confiance en nos forces futures est quelque chose que je connais bien. le sentiment irrationnel qu'on y arrivera toujours.
      je t'embrasse mon Edmée

      Supprimer
  23. Carpe Diem, il n'y a que ça de vrai

    RépondreSupprimer
  24. Bonjour ! J'ai cette chance d'avoir appris à ne jamais penser qu'ailleurs, ce serait mieux. Différent, oui, mais mieux, non.
    Bonne journée et à bientôt.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est toujours un plaisir de te revoir par ici, bonheur du jour!
      Oui tu as raison, c'est une chance. Malgré tout, il y a des moments où l'on n'est pas bien dans sa vie, où l'on ne parvient plus à goûter l'instant, et alors, c'est une chance de savoir prendre une décision pour changer quelque chose à sa vie.
      A bientôt, chère amie.
      :-)

      Supprimer
  25. bon, en 74e position, pas grand espoir de dire grand chose de neuf ;
    - en effet, il y a trop de trucs possiblement intéressants pour nos petites vies de bipèdes.
    - mais s'intéresser à n'importe quoi en rêvassant à autre chose peut pimenter agréablement le carpe diem.
    - et, le plus important : joli texte !


    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Comment ça? Il n'y aurait sur terre que 73 façons de penser différentes? Sache mon cher ami que tous mes commentateurs sont accueillis avec la même joie, le même intérêt curieux et le même respect. Et que ce que tu dis est forcément différent de ce qu'ont dit les précédents. D'ailleurs personne ne m'a dit : "joli texte" ... Tu vois ? A l'instant T, mon bonheur c'est de lire le commentaire de "Carnets Paresseux" et rien d'autre.
      :-)

      Supprimer
  26. Coucou Célestine. Me voilà de retour. Touchée que tu aies regretté mon absence et mes com. sous tes billets. Ceci est d'autant plus à noter vu le nombre impressionnant de commentaires que tes lecteurs déposent. Je dois te dire que je suis touchée à mon tour par ton application à répondre à chacun. Bravo pour cette attention. Et là on peut vraiment dire que tu es là, bien présente à chacun de nous.
    En te lisant aujourd'hui, je prends conscience combien désormais je suis présente à ma vie moi qui fut longtemps une grande rêveuse à me projeter dans des situations de vie imaginaires. Je suis tellement mieux ainsi à vivre intensément chaque moment, à le savourer ou à le détester, c'est selon. J'aime aussi ressentir la légèreté ou la spiritualité de l'instant. Une sage en marche, ça se fête non ? lol!!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bienvenue au club des sages en marche alors, chère Malou. Car depuis que tu es partie, en février, j'ai moi aussi beaucoup progressé sur mon chemin personnel.
      Et surtout sur celui de ma liberté individuelle, que j'inféodais beaucoup trop aux autres, et à leur opinion.
      Maintenant j'ose dire les choses, y compris aux gens que j'aime. Et tout regarder bien en face.
      Et je m'aperçois que c'est tellement mieux!
      Champagne, alors? Je suis heureuse de te lire dans ces pages à nouveau, belle bretonne.;-)

      Supprimer
    2. super génial, on est sur le même chemin alors ? fais-moi la grâce de croire que je suis devant toi, moi qui est des années de plus que toi (éclat de rire) mais rien n'est moins sûr !! peu importe d'ailleurs! Heureuse que tu savoures ta liberté intérieure trouvée. Moi aussi j'ai été prisonnière trop longtemps du regard de l'autre, une psychothérapie m'a bien aidée à m'en délivrer tant était ancré en moi cet espèce de réflexe de Pavlov, héritage maternel. Quelle liberté quand j'ai pu identifier ces chaînes et m'en libérer. !
      Sais-tu que ton cheminement, je l'avais perçu sans pouvoir vraiment l'identifier en parcourant quelques billets ? une sorte d'assurance légère qui fait plaisir à ressentir. Champagne alors ! et que la fête commence !

      Supprimer
    3. ouh là là, pardonne les fôtes!!! madame l'instit. Tant pis, c'est fait ! bises

      Supprimer
    4. Tu sais l'instit, elle prend quand même un peu des vacances de temps en temps...
      A bientôt alors, malou.
      Et n'abuse pas des bulles!

      Supprimer
  27. J'aime beaucoup le proverbe arabe!
    Moi aussi j'essaie autant que faire se peut de vivre à fond le moment présent et tout simplement de profiter du bonheur qui m'a été donné de vivre.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je l'ai trouvé très sage, ce proverbe.
      On se prend souvent la tête pour des choses contre lesquelles on ne peut rien.
      Bisou mammilou

      Supprimer
  28. C'est compliqué tout ça pour un moi (d'août) mais je suis d'accord sur le principe de l'instant présent. Bisous et belle semaine !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonnes vacances à ton toi d'août, donc!
      Gros bisous

      Supprimer
  29. Je viens de terminer " écrire est une enfance" et j'ai pensé à vous madame l'écrivaine. J'ai trouvé entre l'auteur et vous mille ressemblances et je suis sur que vous aimerez.
    Un admirateur de vos mots.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je vais me précipiter chez mon libraire pour voir ce qu'il en est.
      Mais je sais déjà que ce que vous dites de moi est exagéré.

      Supprimer
  30. L'instant présent, celui où j'ouvre votre blog et où je plonge avec délectation dans la profondeur de vos yeux...
    ~L~

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Et moi celui où je lis votre commentaire donc...

      Supprimer
  31. Il est vrai qu'à trop avoir peur de louper quelque chose, on loupe la vie de l'instant. Apprécions sans avant sans après...
    Toujours un délice de te lire chère Célestine...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Aimedjee, merci beaucoup, je t'ai placée dans mes liens pour ne plus t'oublier, cette fois.
      Bonne journée à toi.

      Supprimer
    2. Très touchée par ton choix de ne plus m'oublier. Voilà un choix que je respecte complètement ! ;-D
      Bonne soirée Célestine aux beaux yeux...

      Supprimer
    3. Tout le plaisir est pour moi. >^ . ^<

      Supprimer
  32. Ouf, je ne souffre pas de ce terrifiant syndrome!
    Comme tout le monde, j'ai des rêves mais aucun regret. La vie est belle, même avec ses fêlures!

    RépondreSupprimer

Je lis tous vos petits grains de sel. Je n'ai pas toujours le temps de répondre tout de suite. Mais je finis toujours par le faire. Vous êtes mon eau vive, mon rayon de soleil, ma force tranquille.
Merci par avance pour tout ce que vous écrirez.
Merci de faire vivre mes mots par votre écoute.