mardi 5 août 2014

En ville



On rencontre, dans la blogosphère comme partout, des gens véritablement amoureux de leur ville.  Je ne peux pas dire que j'éprouve une passion très forte pour la mienne. Sans doute influencée depuis longtemps par la ballade des gens qui sont nés quelque part, de l'ami Georges, je me garde de faire du clochinisme, si j'ose ce barbarisme audacieux...Un peu poète, un peu vagabonde, je suis beaucoup allée en liberté où le vent me poussait, mais il a quand même bien fallu que je fasse mon trou quelque part...tout en gardant à la mémoire le vieux proverbe serbo-croate: " L'important n'est pas où l'on est, mais avec qui."
Mon petit Liré n'est pas le Mont Palatin, donc, et il ne vaut même pas une messe... Cependant,  je m'y sens bien. Forte de cette certitude, et de quelques excès de table itératifs ces derniers temps, qui, si l'on n'y prend pas garde, risquent fort de se retrouver dix ans sur mes hanches, (selon le vieil adage culpabilisant sans vergogne les gourmands (et surtout les gourmandes, d'ailleurs)) je me décidai ce matin à faire une petite randonnée pédestre à travers la ville, donc. Et là, j'ai découvert avec une certaine stupéfaction mâtinée d'ébahissement, que même après de nombreuses années, j'ignorais qu'il restait des coins quasi sauvages à deux pas des artères commerçantes et de l'agitation citadine. Un vrai petit paradis dans un quartier où mes pas ne me mènent jamais.

Je dédie ma balade à Hutte des Bois
la reine du reportage photo...Cela dit, je ne lui arrive pas au quart du dixième de la malléole latérale externe.


Un chemin qui s'enfonce dans une sorte de mini-jungle...



Qui devient inextricable...


Pour découvrir bientôt...


Un immense espace ouvert


 De beaux arbres en liberté


Et au milieu coule une rivière...






De belles maisons émergent derrière des rideaux de fleurs 


Et pour finir,  un petit clin d'oeil à la manière d'Antiblues, à qui je n'arrive
 pas non plus à la cheville pour ce qui est de saisir
 l'insolite et le surprenant 
d'un génial clic-clac

Il doit y avoir à cet endroit des convois d'anges heureux, mais je n'en ai pas vu...





Duet for 2 guitars, No 4 in G, Op 34 "Encouragement" Andantino (Theme & Variations) by Fernando Sor on Grooveshark

94 commentaires:

  1. Ouais PREM' Je peux venir Célestine tu m'invites ? Et puis nous irons le long du chemin creux, celui qui longe la rivière, je sais encore faire des moulins avec des bambous (j'en ai vu )...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ca ne s'oublie pas les moulins avec les bambous, c'est un peu comme le vélo... et puis, si on réfléchit bien,le temps des culottes courtes et des quatre cent coups dans les ruisseaux, ce n'est pas si loin. Je m'en souviens comme si c'était hier...Allez, viens, et après on se bouffera des fraises tagada à se faire exploser le bide.
      Comment ça, je suis pas romantique? :-P

      Supprimer
    2. Cugino, fais gaffe tout de même. Bien sûr que les hydrocarbures ne sont pas loin, mais tu as vu, il y a des coins sans la moindre bagnole à proximité. Tu risques une overdose de chlorophylle...

      Autrement, pour les amateurs d'horizons sauvages (ou presque) c'est une belle balade que tu nous proposes.
      Baci

      Supprimer
    3. Oh mince, j'avais pas du tout pensé à ça! C'est vrai que ça risque de le tuer, ton cugino, tout ce vert d'un coup!
      En voilà un que j'aurais pu citer parmi les amoureux de leur ville...
      Mais il est vrai que Paris vaut bien une messe!
      Toi, en revanche, tu serais comme un poisson (hé hé) dans l'eau dans ce paysage, n'est-il pas?
      Molto baci il mio fratellino

      Supprimer
    4. Tu crois que mio cugino communie avec une rustine en guise d’hostie?
      Andy et Paris, ce n'est plus de l'amour, c'est de la rage...:-D

      C'est un peu ce que j'ai sous les yeux, quoique la maison que je vois de mon jardin n'est pas aussi rutilante que celles de ton parcours, mais en revanche, nettement moins habitée... :-) Et j'aurais aimé avoir une jolie petite rivière au bout du jardin.
      Ti bacio forte Sorellita

      Supprimer
    5. Oui, je suis allée visiter la future maison d'une de mes amies, et elle aura une rivière qui va traverser son jardin, j'avoue que ça m'a scotchée.
      Pour Andy, il faut le comprendre : c'est la plus belle ville du monde quand même. ^^

      Supprimer
    6. J'ai oublié de préciser que le jardin doit descendre en pente douce, mais suffisante vers le cours d'eau.
      J'ai la Loire à quelques centaines de mètres, dans sa partie incertaine qui lui fait régulièrement transformer les prairies en mare aux canards sur des dizaines de km2. Alors j'apprécie que ma maison snobe un peu la flotte en ayant pris une quarantaine de mètres de hauteur...

      La plus belle ville du monde est toujours celle de nos premiers émois :-)
      Molto baci Ragazza

      Supprimer
    7. J'ai en mémoire des fraises tagada, que nous dégustions à deux, avec une Demoiselle de qualité, je lui avais offert un PARIS un peu fou ce jour là, c'est loin et je m'en souviens comme si c'était hier ];-D

      Supprimer
    8. @ Céleste
      Tu vois! Andiamo aime Paris parce que c'est lié à un impérissable souvenir de fraises tagada.
      Ti bacio

      Supprimer
    9. @blutchiamo. Ravie d'apprendre que tu as la Loire au fond du jardin: ce n'est pas donné à tout le monde! Quelle chance tu as...
      La ville de nos premiers émois, dis tu...la mienne était un village de cinq cents habitants ! Mais comme tu l'imagines, je ne fais pas de hiérarchie entre mes premiers émois et les suivants, ce serait contredire ma philosophie du carpe diem. Pour moi, les plus beaux émois sont ceux que je vis à l'instant où je les vis...
      Sinon, pour ton cugino, tu le connais mieux que moi, apparemment...;-)
      Molto baci

      Supprimer
    10. @Andiamo
      Tu avais fait un Paris mutuel urbain en quelque sorte?
      Et quel hasard! Moi aussi, j'adore ces friandises pleines de colorants bien chimiques...mais je n'en abuse pas !

      Supprimer
    11. La Loire au fond du jardin, faut le dire vite et FORT, car il y a tout de même, à vol d'oiseau, quelques centaines de mètres et entre-deux, le village, un rideau d'arbre, deux routes et le chemin de fer. Donc pas de quoi sortir de chez soi en tenue de bain...
      Autrement la nature y est sauvage et il n'y pousse que des vaches.
      Baci

      Supprimer
    12. Blutchy, comme tu en parles, on a envie d'aller y faire un tour...
      Peut-être pas pour y vivre, la ville me manquerait, moins qu'à Andiamo, mais un peu quand même...
      mais quelques jours, j'irais bien regarder pousser les vaches...

      Supprimer
    13. Tu y es attendue ;-)
      Ti bacio

      Supprimer
    14. Hey ça me fait plaisir de te revoir par ici, Blutchy.Amo.
      Je viendrai...dans un futur incertain mais je viendrai.

      Supprimer
  2. Depuis le début de l'été presque chaque soir, je fais une promenade dans la campagne, la ville est trop loin, l'occasion de découvrir des beaux oiseaux, un petit coin sympa au bord de la rivière, un âne au fond d'un pré. Il faut en profiter avant l'automne et la nuit à 19 h !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah le fameux "tour du soir"! Dans ma famille on est des adeptes absolus de cette pratique digestive...
      j'ai encore dans le nez l'odeur du seringat et du chèvrefeuille...Divin!
      Et avec l'âne, tu vas te faire une copine de Hutte des Bois!

      Supprimer
  3. Ben j'aime bien, moi ton reportage photos (et si tu veux un singe pour t'aider, tu peux compter sur moi :-) )

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. euh on veut me faire de la concurrence en singerie ? va falloir en mettre un coup cher Walrus !

      Supprimer
    2. Un coup de peinture verte ?

      Supprimer
    3. Tu crois que ça suffira pour transformer un grand morse gris en petit singe vert?
      ;-)

      Supprimer
    4. t'es pas sorti de l'auberge Walrus car si Célestine te traite comme Hutte des boit le fait avec moi , elle me perche dans des endroits inimaginables , elle m'assoit à coté de gros chats qu'à chaque fois je pense que je vais me faire bouffer , t'as intéret de t'accrocher la vie est belle chez PSV mais elle est dangereuse parfois , elle a même osé m'asseoir a coté d'un gros lézard vert une fois ! pas facile , bon je vais me pieuter ! biz

      Supprimer
    5. Grande Girafe Rosemardi, 05 août, 2014

      Tssss! y en a vraiment toujours que pour les mêmes! cette espèce de demi-portion couleur épinard mi-cuit ne se prend pas pour le dernier des carosses de Jupiter...
      Moi, oui, je vis dangereusement! Si vous croyez que ce monde est étudié pour lesgens qui ont un cou de trois mètres comme moi...
      Alors la peluche délavée, pouët, pouët!

      Supprimer
    6. Ce n'est plus un blog mais une ménagerie :-D
      il Léone

      postscriptum:
      c'est bon la girafe, mais il faut éviter ses coups de tête redoutables.

      Supprimer
    7. il a raison , la girafe on t'a pas sonné , délavée toi même ! tu verras quand t'auras mon age !!

      Supprimer
    8. Grande Girafe Rosemercredi, 06 août, 2014

      Dites donc, les deux écolos d'opérette, c'est bien la peine de s'appeler petit singe VERT , ou de prôner les vertus du téléphone filaire, la vie a la campagne et les énergies renouvelables, si c'est pour critiquer les animaux comme ça, et s'en prendre a une pauvre girafe sans défense.
      Oui Mossieur, ce blog est une ménagerie, la taulière n'est pas raciste, elle autorise tout le monde a s'exprimer.
      Alors je dis merci madame celestine de me permettre de défendre la cause des girafes roses, si vous croyez que c'est facile pour moi, d'avoir un grand cou, des pattes raide et une couleur de fraise tagada...
      Bouhou personne ne m'aime...

      Supprimer
    9. Mais si moi je t'aime !
      Surtout depuis que j'ai vu ÇA !

      Supprimer
    10. @ la grande girafe tragada... heu rose
      Ecolos d'opérettes non mais tu y crois PSV que cette grande berclure puisse nous agoniser de pareille façon? D'abord personne ne t'a critiquée la tagada sur échasses. J'ai même dit que tu es bonne.
      il Léone.
      Je te parlais de ses coups de tête redoutables. Je savais qu'elles utilisaient leur tête comme un morgenstern pour frapper leurs adversaires, j'ignorais par contre qu'elles en faisaient aussi des projectiles...

      @ PSV allons ne soyons pas chien (il y a déjà assez de bestioles dans le coin) Tu lui grimpes le long du cou et tu vas lui faire des chatouillis dans les oreilles. Je suis sûr qu'elle aimera ça au point d'en rosir de plaisir.... Ouais ben ça, on ne pourra pas le savoir...
      Salut à toute la ménagerie et baci

      Supprimer
    11. Grande Girafe Rosejeudi, 07 août, 2014

      Tu sais c'qu'elle te dit, la tagada sur échasses? Fais pas ton beau, le lion, la royauté a été abolie en France il y a un moment...
      Tu pourrais bien finir en carpette devant un cheminée dans un chalet suisse...

      Supprimer
    12. Bon je veux bien te comprendre,la Girafe, mais faut arrêter de parler comme ça à mes amis!

      Supprimer
    13. @ Pink giraffe
      Parlons en de la royauté.....
      Etre roi était, avant, une tare congénitale. Avant d'avoir les clefs de la France, le rejeton était drivé par le papa qui lui expliquait toutes les conneries à ne pas faire. Maintenant on vote le roi mou pour dégommer l'excité... Ehh ! le lion n'est pas prêt à être transformé en carpette :-D
      @ Célestine
      Faut pas non plus trop lui en vouloir elle voit les choses de haut...
      Ti bacio

      Supprimer
  4. C'est une très jolie balade que tu nous proposes.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Vous auriez adoré, mes petites sorcières!
      Y avait plein de trolls cachés sous les bambous, et j'ai croisé deux chats noirs.

      Supprimer
  5. Et bien moi, j'aime bien ta balade de gen heureuse.... bise et bel août!!!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah oui, j'ai ressenti une grande paix intérieure à explorer cet ancien camping qui a été rendu à la naturepour cause de danger d'inondation...il faut dire que ce ne sont pas une mais deux rivières qui le traversaient...

      Supprimer
    2. inondations ?
      Ben dis donc tu vis dans un endroit dangereux, toi !

      Supprimer
    3. Certes, les deux rivières menacent de sortir de leur lit de temps en temps, mais moi je sors du mien tous les matins et personne n'en fait un fromage...
      En même temps, je n'habite pas précisément à l'endroit de ma promenade...quoique j'aimerais bien, les maisons y sont cossues.

      Supprimer
  6. Et encore une histoire d'eau et de meuf...Ce coin quasi sauvage, comme tu dis, t'as pas eu besoin de machette ou de tronçonneuse pour y faire une promenade, quand même? Par contre, as tu laissé une piécette pour que les jardiniers municipaux boivent un kirounet?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Histoire d' Ô et de meuf...oui, sûrement, tu es allé voir ma dernière funambulle, ça te parle...
      Non je l'aurais laissée où, cette piécette? Avec tous les renards qui passent la nuit...
      Mais non, je n'ai pas eu besoin de machette. juste un couteau suisse à douze lames et un poignard (pour les crocodiles, on ne sait jamais...)
      Bises mon bon Bof

      Supprimer
    2. Un couteau suisse à douze lames ne vaudra jamais un bon Nontron, d'ailleurs je connais un gars qui pourrait confirmer d'un moment à l'autre, mais voilà, il est débordé, le pauvre chou.

      Supprimer
    3. Chacun voit toujours midi à sa porte...
      Tu m'as appris l'existence de ces couteaux, que j'ignorais. ;-)
      Et ton pauvre chou, il prépare son voyage chez toi alors de quoi tu te plains?
      Bises

      Supprimer
    4. Oui, Celle, le plus beau parc naturel de France sert d'écrin au plus beau couteau du monde. C'est ainsi et je comprends que ça fasse des envieux, voire des jaloux. Cela dit, mon Chou va bien et une légère migraine a tendance à m'habiter depuis qu'il est là, le coquin...

      Supprimer
  7. Ah, marcher et oublier qui l'on est jusqu'à se confondre avec la nature... Mais dis-moi c'est tout joli près de chez toi ! Au fait, je suis en train de terminer la lecture d'un livre qui pourrait te plaire : "Marcher, une philosophie" de Frédéric Gros. Peut-être l'as-tu déjà lu...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Non je ne l'ai pas lu...mais rien qu'au titre je pense que je l'aimerais.
      ma philosophie a toujours été d'aller de l'avant, et marcher n'est-ce pas la meilleure façon pour cela?
      Je t'embrasse ma belle.J'aime beaucoup ta première phrase.

      Supprimer
  8. oh trop gentil ton petit clin d’œil , il est génial ton reportage j'adore la photo du ruisseau avec les fleurs devant ! trop belle et puis les trois chiens assis , et la dernière alors trop rigolote ! tu n'as pas vu les anges ? ils sont en vacances alors ! bravo Célestine pour un début c'est très bien , on en veut encore !!! Bisous Bisous !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Purée, tu sais que je les ai cherchés les trois chiens...avant de réaliser que je devrais arrêter de boire du rosé le soir à l'apéro! Les chiens assis, sur les maisons, évidemment...
      Merci ma chère Hutte pour tes encouragements nourris! Et puis tu as vu, je vais pouvoir te faire de la concurrence avec mon petit Walrus en peluche! hi hi !

      Supprimer
    2. et oui j'ai un neveu architecte et c'est lui un jour qui m'apprit cela ! c'est rigolo !

      Supprimer
    3. Ca alors, quelle coincidence! Vous parlez d'un hasard, madame Hutte des Bois!
      Moi-même, je suis possessionnaire d'un fils également architecte, n'est-ce point particulièrement bizarre ce que vous me baîllez-là ma chère?

      Supprimer
    4. oh c'est vrai , celle là de bicyclette aurait dit mon Oncle d'Amérique !

      Supprimer
    5. Il aurait même rajouté ecco li bambini et steack de flaïne!
      (private joke)

      Supprimer
  9. Dis donc, c'est drôlement joli, chez toi.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pas autant que Chantilly,mais ça se défend quand même...
      Kiss ♥

      Supprimer
  10. Avant de partir vers un ailleurs ensoleillé pour quelques jours, permets-moi de te dire que même si tu "n'éprouves pas une passion très forte " pour ta ville, tu nous en offres de très belles images, vraiment... Merci de nous avoir laissé cheminer à tes côtés sous les vertes frondaisons citadines.
    T'es rigolote, toi: on nous demande de ralentir et tu nous mets un "andantino" sur le tourne-disque... ;o)
    Bises d'Ep' ♥

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Qui te demande de ralentir? Les gendarmes? Le GPS? Ton cardiologue? :-DDD
      Aaahhh j'ai en revanche une passion pour Fernando Sor, depuis qu'un soir d'hiver je l'ai découvert sous les doigts d'un de mes pères putatifs...Un grand grand grand moment!!!!
      C'est où ton ailleurs ensoleillé? Dis tu me raconteras?
      Gros bisous celestes ma petite Ep'

      Supprimer
  11. J"irais bien me balader au bord du ruisseau :-)
    Tes photos sont vraiment sympas ... Cela donne envie de venir visiter cette petite ville ;-)
    Bisou et à bientôt

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. hé, je te l'ai déjà dit, tu viens quand tu veux!
      Tu sais comment me joindre...chère Petite Marie
      Je te montrerais le ruisseau en vrai.
      bises étoilées

      Supprimer
    2. Je n'ai pas réussi à t'envoyer un mail ???

      Supprimer
    3. Je ne comprends pas ta question Marie.
      Je suis censée avoir reçu un mail de toi? Soit il est parti dans les spams, soit j'ai perdu la mémoire...
      Je suis désolée.
      Tu me le renvoies?

      Supprimer
  12. C'est égal, cheville ou pas, j'aurais bien aimé la faire la dernière photo!
    Et tout comme toi, j'aime l'insolite au coin de la rue, mais enfin la mini jungle, tout de même, fallait la trouver!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il faut reconnaître que tu es quand même un maître en la matière. ;-)
      Certes, il m'arrive (trop) rarement de me promener à pied dans la ville, or j'ai réalisé qu'il fallait être a pied pour saisir l'insolite, en voiture on ne voit rien. Ça améliore le sens de l'observation en plus.
      La poésie est partout en fait. Il suffit d'ouvrir les yeux...et je suis bien contente que tu aies adoubé mon p´tit cliché !

      Supprimer
  13. elle est bien entretenue, ta jungle, mais ça fait joli en photos :-)
    je suis d'accord avec Brassens (et avec toi), ce qui ne m'empêche pas de me sentir bien dans la petite ville où je viens d'emménager ;-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, c'est ce que je dis, Adrienne, je m'y sens bien dans ma petite ville. Pour l'instant. ( je dis ça parce qu'on ne sait jamais de quoi demain sera fait...)
      C'est le hasard, ( un sacré hasard même! Voir le billet que j'avais écrit ICI) qui m'a amenée dans cette ville, et mes nombreux voyages m'y ont toujours ramenée, tel Ulysse...
      Bises et très bonne journée, chère collègue et néanmoins amie

      Supprimer
    2. Coucou Célestine,

      Alors voilà, j'ai écrit un premier commentaire et au moment de cliquer pour le publier, v'là pas que Blogspot fait des siennes et me livre un message d'erreur (problème avec le serveur) signifiant qu'il l'a avalé tout cru...

      Je recommence... (je m'en souviens un peu)

      Je disais donc que voilà une belle promenade que tu nous fait découvrir. A travers une ville dis-tu ? On a plutôt le sentiment de s'être agréablement perdu dans la verdure enivrante d'un havre de paix, d'un bout de paradis (le tien ?)... Tu vas rire, mais j'ai dû demander à Google Maps de me situer Liré... (voilà qui enrichira ma connaissance de la géographie française). Et si elle ne vaut pas une messe, l'essentiel est que tu t'y sentes bien, que tu y aies tes repères.

      Personnellement, je suis très amoureux de ma ville, hélas, je suis loin d'être le seul à l'aimer, alors parfois je suis un peu jaloux (sourire). Ce qui ne m'empêche pas de la quitter assez souvent (pour mieux y revenir ?), sans doute parce que j'ai besoin d'approcher, d'explorer d'autres horizons, mais surtout parce que mourir de "clochinisme" (je note ce barbarisme), très peu pour moi...

      Merci pour le lien vers chez toi, j'aurai mis le temps pour venir, mais ne suis pas déçu de la visite.

      Bonne suite de vacances, à bientôt (ici ou là-bas).

      Supprimer
    3. Nhand, ça me fait un plaisir extrême de te voir ici.
      Serait-ce que je manque un peu, de l"autre côté" ? je fais toujours un break pendant les vacances, mais je reviendrai "pleine d'usage et raison" à la rentrée pour de nouvelles aventures défiantes...
      Je suis très touchée que tu aies pris la peine de recommencer ton long commentaire. Bien des commentateurs n'auraient pas eu ta patience. La prochaine fois, prends la précaution de faire un copié collé avant d'appuyer sur "publier"...
      J'ai souri à l'évocation de ta recherche de Liré sur google Maps, car je fais souvent des métaphores littéraires et celle là t'a échappé, je pense. Tu sais ma formation littéraire me joue des tours, je crois toujours que tout le monde me suit mais ne t'inquiète pas, c'est moi qui suis sur mon nuage...
      Donc Liré c'est la ville de Joachim du Bellay qu'il cite dans son poème Heureux qui comme Ulysse...
      Mais il ne m'aurait pas déplu d'y vivre, cela dit.
      j'aimerais bien savoir quelle est cette ville qui te rend jaloux...

      Bises et comme le veut la tradition, je t'inscris sur mon totem !

      Supprimer
    4. Bien sûr, tu manques là-bas, mais ce ne serait pas tout à fait juste de prétendre que je ne suis venu te rendre visite que pour cette raison-là ! Non, je tenais à le faire, d'autant que tu m'avais laissé ton lien. Mais j'imagine que tu sais ce que c'est d'avoir envie de passer lire tout le monde alors que le temps n'est pas étirable ;)

      Ah, tu m'as eu avec Liré ! Oui, je pensais que son nom me disait vaguement quelque chose, mais je ne savais plus qu'il convenait de le lier à un auteur célèbre ni où la ville elle-même se situait... Maps m'a renseigné, Wiki m'a parlé de du Bellay... Voilà, après ces rappels, je suis bon pour relire ses poèmes, perdus dans les méandres de ma mémoire complexe et capricieuse haha.

      Supprimer
    5. Ah oui, et puis concernant la ville où je crèche, je disais que je n'étais pas le seul à l'aimer, il y a aussi deux millions d'autres de ses habitants, des touristes américains, japonais, chinois... Bref ! Tu as deviné !

      Enfin, merci pour l'inscription à ton totem :)

      Supprimer
    6. Merci pour tes réponses éclairantes, cher Nhand.
      Ravie de t'avoir rafraîchi la mémoire poétique avec Du Bellay.
      Ravie d'apprendre que tu habites "la plus belle ville du monde", la Ville Lumière.
      J'avais bien aimé cette version d'Ulysse...
      A très bientôt
      Bises célestes

      Supprimer
  14. c'est PRESQUE aussi beau qu'autour de mon étang....;-))

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah non, Coumarine, ton étang est BEAUCOUP plus beau! d'abord parce qu'il est magique, et surtout parce que j'y suis allée avec toi...et ça, ça n'a pas de prix.

      Supprimer
  15. Célestine. J'adore ces errances dans une ville connue et ces découvertes magiques au rythme lent de la marche. Je l'ai souvent pratiqué avec bonheur. J'ai lu ton billet sur le choix de cette ville. Je crois beaucoup au choix de l'inconscient. Toi la passionnée, n'aurais-tu pas eu une sourde envie de déjouer l'évidence d'un choix logique contre la prise de risque du coup de dé proposé par les larmes de ton amie? Ce serait en phase avec ce que je devine de toi. Bises

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Chère Malou! tu as sans doute deviné quelque chose d'inconscient en moi, quelle fine psychologue! Oui je pense qu'il n'y a pas de hasard dans cette vie. Et la prise de risque a toujours faitpartie de la beauté de la vie pour moi.
      Bises célestes

      Supprimer
  16. J'aime beaucoup le panneau...et les fleurs. Je ne voyais pas Roubaix ainsi....hum hum !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Erreur c'est Tourcoing, juste derrière la concession '"Ercédes de Dany Boon....
      Mais c'est en effet le canal de Roubaix...

      Supprimer
    2. Hé hé! Vous êtes doués en géographie célestinienne, les gars!

      ♥♥

      Supprimer
  17. La commune où j'habite pourtant depuis plus de 30 ans, je ne m'y suis jamais senti vraiment "chez moi". On a pourtant choisi "là", et c'est très agréable d'y vivre. Mais je suis profondément resté attaché à GrandeVilleDuNord et à PetitVillageDeVraieCampagne de mon enfance.... Comme quoi les racines... ne sont pas transplantables....

    Ton reportage photo est excellent !
    L'ordre des photos nous fait pénétrer un autre univers. On te suit dans ta découverte....
    Manque plus que toi dans le paysage....
    :-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je plussoie complètement à ton premier paragraphe, à part que mes racines, je les sens confusément appartenant à plusieurs lieux mythiques. Des endroits où je me sens comme "appelée" par le sol, par les maisons, par les paysages...Des lieux qui entrent en résonance profonde avec mon moi intime.
      Merci pour tes mots, Alain. Je suis loin de manier l'APN comme tu sais le faire...
      Mais j'aime. La passion pallie souvent le manque de technique, chez moi.
      ;-)

      Supprimer
  18. Moi ce que j'aime, dans ta promenade à travers la jungle, c'est le nombre de commentaire qui la suivent :)
    Chacun a quelque chose à dire à partir de tes mots, et c'est comme une autre promenade que d'en suivre le fil.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. N'as-tu pas un peu l'impression que c'est le cas à chacun de mes billets?
      J'ai peut-être des mots évocateurs, libérateurs, inspirants...je ne sais pas.
      Mais je crois surtout que j'aime ces échanges. Qu'ils me fassent sourire, réfléchir, parfois pleurer ou carrément rigoler, ils sont toujours riches et profonds et pleins d'humanité.

      Les commentaires sur les billets, c'est comme les conversations des convives qui dégustent un repas que l'on a élaboré avec soin. On n'imaginerait pas que tout le monde mange en silence...Le chef a besoin d'entendre des oh, des ah, des petits gloussements de plaisir ou carrément des exclamations de dégoût, des peste et pouah diantre fichtre et foutre! tout sauf le silence carmélite d'un cliquetis de fourchettes...

      Bon app, cher Pierre.

      Supprimer
    2. J'oubliais de préciser que pour les entendre, il faut qu'il sorte de ses founeaux et qu'il fasse le tour des tables...Ce à quoi je m'applique avec un plaisir non dissimulé. ;-)

      Supprimer
    3. Oh mais oui, chacun de tes billets suscite moult commentaires, souvent avec plusieurs couches (comme les lasagnes) et je me régale de les lire tous à chaque fois. Mais ce billet étant plus court qu'à ton habitude je remarque que cela n'influe pas sur l'ardeur de tes lecteurs. Ta promenade photographique y est sans doute pour quelque chose :)

      Il me semble que, au delà des mots inspirants, c'est la "présence" joyeuse et pétillante de la tenancière, toujours généreuse en paroles aimables pour chacun, qui fait qu'on se sent bien chez toi. Tiens, si un jour tu changes de métier, tu pourrais faire aubergiste ;)

      Allez, à la soupe !

      Supprimer
    4. J'ai parlé de chef cuisinier, de convives et de repas gastronomique, tu as transposé dans un restau cantine avec soupe et lasagnes...mais à part ça, tu as saisi le substantifique os à moëlle de mon raisonnement...hi hi! ;-)
      Cela dit, ce qui fait surtout mon relatif "succès" en terme de commentaires, c'est que chacun est sûr d'avoir à chaque fois une réponse personnalisée et circonstanciée.
      Je songe d'ailleurs à embaucher une dizaine de lutins en les empruntant en sous-traitance au père Noël.
      Mais tu sais je reste lucide et modeste: malgré la photo en bas, personne ne vient ici seulement pour mes beaux yeux. ;-)
      Presque personne? ok, si vous voulez! ;-)
      bises cher Pierre

      Supprimer
  19. Mais ailée hou, hou ! ta ville, Célestine... et comme petite Marie j'aimerais bien tremper mes pieds dans l'eau sympathique de la rivière, par cette chaleur caniculaire !! j'aime tes photos inspirées/inspirantes !
    belle soirée à toi.
    Den

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Faites du covoiturage, Marie et toi!
      C'est où, la chaleur caniculaire? Cet été, je prends!
      Belle journée chère Den.

      Supprimer
    2. Ah oui... très bonne idée.. mais ailée hou ta ville (?) la canicule c'est autour d'Aix-en-Provence... tu viens ? ou alors en Bretagne, dans les Côtes d'Armor, ma fille y a passé 15 jours avec sa famille, et sont revenus bronzés, bronzés, alors ??
      belle journée à toi Célestine. Tiens je t'envoie un gros rayon de mon sOleil provençal... Elle n'est pas belle la vie ?
      Den

      Supprimer
    3. Tu as mon adresse en bas de ma photo Den
      Je t'embrasse

      Supprimer
  20. Mais as tu lu les accords toltèques ma chère celestine ;) Parce que tu arrives à la malléole de pas mal d'entre nous !
    Moi je suis en plein jet lag, j'ai humé l'air marin et j'ai vu la sérénité des baleines si fortes et si fragiles; je crois que malgré ma douceur angevine retrouvée -enfin un angers bien du sud- , elles me manquent. Mais forte de cette riche expérience, je ne ferai pas mentir du Bellay ! helene

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oh tu as vraiment vu les baleines, Hélène? ( sans jeu de mots glauque) fortes et fragiles...ça me rappelle quelqu'un...
      Pour les accords toltèques, auquel des quatre fais-tu allusion ?
      Bises ma belle.

      Supprimer
    2. Je ne saurai te dire , je ne les ais pas lus ;) Mais bref, tu fais de belles photos et tes dessins sont tres jolis!
      Les baleines, c'est inoui, je n 'oublierai jamais cette respiration confiante , assurée et si sereine ! Je t'avais envoyé un message "privé" comme ont dit en réponse à ton sympathique mot!
      Bonnes vacances.

      Supprimer
    3. ai pas lus - très - on dit

      Supprimer
    4. Chère Hélène, entre ma boîte mail qui fait des siennes et ma mémoire qui flanche parfois, je ne crois pas avoir reçu ta réponse privée, pourrais-tu me la renvoyer?
      Gros bisous

      Supprimer
  21. C'est beau!!! Quelle merveille de surprise :-D
    C'est magnifique de se dire que le quotidien peut encore nous surprendre !!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui ptite étoile, ce n'est pas le quotidien qui nous surprend, c'est le regard qu'on lui porte qui fait qu'il nous surprend (c'est ce que je me suis laissé dire par un sage qui m'a fait un très beau compliment...)

      Supprimer
  22. Eh bien voilà une belle balade que tu nous propose, merci pour sa fraîcheur et le repos de l'ombre des feuillages et de volets verts...
    Je fais partie des amoureux de ma ville oh je ne suis pas né à Bordeaux mais nous vivons en Gironde depuis bientôt 30 ans... alors j'ai appris à aimer à parcourir l'asphalte et les pavés de cette grande ville, je la parcours à pied à toute heure du jour et de la nuit et me vante de la connaître... c'est plus facile je l'aime, mais je l'aime dans sa saleté et dans sa richesse dans la moiteur d'une après-midi estivale comme sur quais luisants d'une pluie de novembre, à la terrasse du saint Georges comme au comptoir du marché des Capucins... j'aime cette ville et j'aime la faire découvrir.

    Bleck

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bleck! j'aimerais bien un jour la visiter avec toi, cette ville dont tu parles si bien!

      Supprimer

Je lis tous vos petits grains de sel. Je n'ai pas toujours le temps de répondre tout de suite. Mais je finis toujours par le faire. Vous êtes mon eau vive, mon rayon de soleil, ma force tranquille.
Merci par avance pour tout ce que vous écrirez.
Merci de faire vivre mes mots par votre écoute.