mercredi 8 janvier 2014

Les bras m'en tombent

J'ai appris il y a peu, grâce à mon érudit de fils, le délicieux concept appelé "suspension consentie de l'incrédulité". En anglais "willing suspension of disbelief". Je mets le lien pour les wikipediatres chevronnés. 

En deux mots, nous acceptons, par une sorte d'accord tacite, de mettre de côté notre scepticisme et notre raison, afin de pouvoir "entrer" dans une oeuvre de fiction. Sans ce processus mental, nous ne saurions être sensible à l'épopée du Hobbit ou même aux fables de La Fontaine (dans lesquelles, je vous le rappelle, les animaux parlent, tout de même. Et pourtant ça n'étonne personne). Nous "suspendons" notre incrédulité...jolie image.  C'est amusant de se dire que le temps d'un film, nous nous mettons à croire aux fantômes, aux fées, aux extra-terrestres, et même qui sait...à la mouche qui pète.

Sans vouloir faire de mauvais esprit, il me semble que dans l'évolution étonnante de mon métier, j'aurais bien besoin de suspendre un peu mon incrédulité. 
Il ne se passe pas un jour où je n'aie envie de noter telle ou telle chose ahurissante, assortie d'un "c'est incroyable!" ou bien d'un "les bras m'en tombent". En acceptant l'impensable, j'aurais au moins l'impression que tout est normal...

***

Charlotte vient me dire qu'elle ne peut pas "faire sport". Elle me montre son certificat médical: dispense d'éducation physique pour quinze jours.
-Ah bon, qu'est ce que tu as?
-Euh...je ne sais pas.
-Comment ça?  tu ne sais pas où tu as mal? Qu'a dit le docteur?
-Je ne sais pas, je ne l'ai pas vu, c'est ma maman qui est allée chercher mon papier...

***
Application électronique sur le portail de l'Inspection Académique. Une usine à gaz pour faire remonter les résultats inutiles d'enquêtes chronophages. Je "renseigne" les "champs" (vous imaginez, cette expression, transposée à la campagne? Je renseigne les champs: alors, vous, vous êtes un champ de blé, vous, un champ de luzerne, vous, vous allez être moissonné dans quinze jours...quel boulot! )

Bref, je renseigne les champs demandés,  et apparaît une dernière page avec ce message en gros plan:

Merci d'avoir remontées ces informations.

Je suis bien contente d'être aussi bien remerciée.

***

La corbeille à papier des sanitaires des garçons a rendu l'âme. La dame de ménage me dit d'en demander une de rechange (je n'ose pas dire neuve) aux services techniques de la mairie. Réponse: "On n'a pas les budgets".
(Prix de revient de la poubelle: 18,86€ ttc.) Bon, eh bien, que dois-je faire? Je la paie de ma poche, ou bien les enfants ne s'essuient plus les mains jusqu'au mois de mars?

***

Allez, une petite dernière, pour la mousse.
Une technicienne vient constater que dans les classes orientées au nord, les fenêtres disjointes et les simples vitrages laissent passer le froid glacial, autorisant une température ambiante de 12 degrés...Eh oui, mon bateau prend l'eau et les courants d'air, ce n'est pas un scoop. Elle propose de "scotcher" les ouvertures. Devant ma mine ahurie, elle rajoute dans un soupir:
-Je ne vois vraiment pas ce que l'on peut faire...
Et moi de lui répondre inconsidérément (j'étais quand même dans l'exercice de mes fonctions)
-Bien voter en mars...
J'étais bonne pour le blâme, pour violation du devoir de réserve...
Eh bien, vous me croirez ou non, elle n'a même pas relevé.
 Elle avait dû suspendre son incrédulité, vu qu'on nageait en plein mauvais roman.






Menuetto by Fernando Sor on Grooveshark


61 commentaires:

  1. Eh bé !.... On dirait que la mairie, de son côté, pratique la suspension consentie de crédits. Remarque, d'un autre côté, ça aide à développer ses talents de bricoleur ! :~)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui bien sur je me demande même comment je n'ai pas pensé plus tôt à fabriquer moi-même une poubelle....
      Une bonne directrice d'école doit toujours avoir sa caisse à out'....

      Supprimer
  2. non non, quand le roman est mauvais, la suspension d'incrédulité ne fonctionne pas ;-)
    (bons exemples, tirés de la vie de prof...)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je me suis limitée à quatre exemples, mais j'aurais pu en écrire des douzaines...

      Supprimer
  3. Ceci étant dit, chacun d'entre nous (je parle là pour les votants exprimés...) chacun d'entre nous vote bien, si j'en crois ma toute petite expérience, je ne me souviens pas avoir entendu auprès de collègues de travail (que je n'ai pas) ou de copains de bistrot, sur les marchés ou au sein de familles jamais je n'ai entendu quelqu'un exprimer sa propre erreur de vote... attribuer la faute à l'autre est plus fréquent... me semble-t-il, mais je peux me tromper !

    Bleck

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ce n'était évidemment qu'une réaction épidermique. Si tu connaissais la situation, tu saurais que cette réaction se justifiait. Mais tu as raison, chacun vote bien, dans l'absolu...
      Merci de ton passage, Bleck, ce n'est pas si souvent que tu m'honores de ta visite.

      Supprimer
  4. Dans tout ça, c'est encore la mouche qui pète qui me demande le plus de suspension...

    Je suis content d'être passé : j'avais bien deviné pour Fernando Sor :-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Et moi, je suis toujours contente que tu passes me voir.
      Je suis accro à ton humour, que veux-tu...

      Supprimer
  5. Suspension : accessoire automobile destiné à amortir les chocs, en absorbant ceux c,i la suspension rend plus fluide et moins cahotante la conduite sur une surface de circulation pouvant être bosselée ou endommagée.
    Tu peux me remercier d'avoir fait remontEES les informations.
    Dis voir c'était bien une circulaire de l'EN émaillée d'une telle faute ?
    Je ne dis pas ça pour toi dont je connais l'orthographe parfaite, mais dis leur qu'il n'y a rien d'étonnant, vu que l'on confie la garde du harem à des eunuques

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. L'image est forte. Mais je crains que la puissance de la métaphore n'échappe à mes supérieurs hiérarchiques...

      Supprimer
  6. Sympa cet article, je ne connaissais pas le concept dont tu parles mais c'est vrai qu'il opère lorsqu'on se plonge dans le domaine artistique.
    Mais si je puis me permettre, tu mets de coté ton scepticisme et ta raison et tu verses dans la fiction si tu crois que ton bulletin de vote va changer quelque chose. Perso j'irai voter aux municipales car dans mon village (400 habitants), le Maire est un homme que j'apprécie, il m'a marié avec beaucoup de chaleur et d'humour, mais je ne sais même pas s'il est de droite ou de gauche et je m'en fiche.
    Après les municipales, je pense que je voterai blanc le reste de mes jours sauf si une urgence extrémiste de tout bord se faisait sentir. Et encore, sûrement que j'en aurais marre de voter blanc pour rien puisque on n'en parle pas des votes blancs.
    Cela fait longtemps que les politiques ont perdu le pouvoir de changer les choses et de répondre aux besoins essentiels de la société et des hommes alors ils en abusent pour se consoler...c'est triste mais c'est mon ressenti.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Eh bien mon petit Mindounet, je suis triste que ton ressenti soit aussi pessimiste. Moi je crois encore et toujours au pouvoir des urnes, et je pense que les politocards actuels sont très forts, car ils ont réussi à détourner les citoyens de la chose publique, Res Publica en latin...mais le droit de vote, il y a des gens qui ont perdu leur vie pour ça. Donc je crois que l'éducation civique est plus que jamais urgente, afin d'apprendre aux futures générations que le pouvoir de changer est entre leurs mains, et qu'il ne faut pas se laisser confisquer ce pouvoir. Je pense que la démocratie, c'est comme le bonheur, ou la santé. On s'aperçoit a quel point c'est génial quand on en est subitement privé.
      Et, non, je ne pense pas que droite et gauche ce soit pareil. Historiquement, en tous cas, il n'en est rien. Encore une chose que les politocards actuels ont réussi a mettre dans la tête des gens. Une espèce de flou artistique où tout se vaut. Pour ma part, je ne me réclame d'aucun parti, mais j'aime les valeurs de la république, fondées sur un idéal de respect.
      Je t'embrasse.

      Supprimer
    2. Permets-moi d'intervenir ici, Célestine, en réaction au terme de "politocards" qui t'es coutumier dès qu'il est question de nos gouvernants. En effet je crains que ce terme peu flatteur puisse être assimilé à une généralisation envers tous ceux qui ont été élus... ce qui serait un contresens par rapport à cette démocratie que tu chéris. Si TOUS sont des tocards... alors à quoi bon voter ? Je verrais presque dans cet emploi un tantinet abusif un brin de pessimisme, voire de défaitisme, ce qui ne te ressemble guère ;)

      N'oublions pas non plus notre part de responsabilité, en tant que citoyens, dans ce que devient notre système politico-médiatico-économique...

      Bises


      Supprimer
    3. Eh non, tous ne sont pas des tocards, loin s'en faut, et je sais très bien de qui je parle quand j'utilise ce terme peu flatteur il est vrai, mais tellement vrai. C'est un néologisme que j'ai emprunté à mon ami Blutchiamo. Non, il y a en France des milliers d'hommes de bonne volonté qui seraient aptes à gouverner la France, des gens de bien, dans toutes les tranches de la société. Mais je persiste a dire que la vie politique française a été confisquée par des politocards, qui font croire au peuple que la politique est une affaire de professionnels, qui se sentent légitimés par les gros appareils dont ils sont les représentants et qui les propulsent aux plus hautes responsabilités de l'état, mus par leur ambition et, je n'hésite pas à le dire, leur appât du gain et des honneurs.
      En revanche, certains petits partis ont a peine le droit à la parole et sont broyés dans les médias comme sur la scène politique. Notre responsabilité de citoyens consisterait peut être a se dire que l'alternance molle que nous vivons depuis des décennies entre deux bords pas si éloignés l'un de l'autre, a assez duré, et qu'il est temps d'inventer un nouveau système. Et en ce sens, j'espère recouvrer à tes yeux l'optimisme et même l'utopie dont tu crois qu'ils me font défaut en l'occurrence. Je crois que l'avenir est dans la mise en commun des bonnes idées, qu'elles soient de droite ou de gauche, dans la mutualisation des propositions, plutôt que dans ces stériles et sempiternelles joutes oratoires dont il ne sort rien de bon pour le peuple.
      Merci de ton intervention Pierre. Tu as raison, il me fallait expliquer ce terme que j'emploie souvent. Je te sais gré de m'en avoir donné l'occasion. L'intégrité en politique, je suis sûre que ça doit pouvoir exister. Et en tous cas je connais des élus intègres au plan local qui feraient d'excellents ministres.

      Supprimer
    4. Bien sûr que ça existe l'intégrité en politique ! Comme ça existe chez les enseignants, les garagistes, les agriculteurs... et les simples citoyens. Et dans chacune de ces catégories il y a des malhonnêtes, des fourbes, des tricheurs, des prétentieux, des incapables. Certains ont davantage de pouvoir, certes, et peuvent alors en faire bon ou mauvais usage avec des conséquences bien plus significatives.
      Je ne crois pas que ceux qui s'engagent en politique le fassent majoritairement par appât du gain et des honneurs. Hormis quelques exceptions, nées avec le goût du pouvoir dans le sang, je crois qu'on s'engage en politique pour défendre des idées, une certaine conception de la société et de son développement, ou un territoire. Et ce, quelle qu'en soit l'échelle : de la petite commune jusqu'au sommet de l'état. Qu'ensuite le pouvoir corrompe certaines personnes peu scrupuleuses, avides, arrivistes, c'est une évidence aisément constatable. Malheureusement ce sont ces personnes qu'on verra le plus gesticuler et se livrer à ces fameuses "joutes oratoires" et s'attirer ainsi les suffrages de ceux qui se laissent séduire par leurs boniments simplistes. Reste à savoir qui est responsable si un "tocard" (réel ou supposé) occupe une place qu'il serait incapable d'assumer correctement : lui et sa clique... ou ceux qui ont voté pour lui ?
      Qu'attendons-nous, citoyens, pour orienter massivement nos suffrages vers d'autres courants politiques ? Qu'attendons-nous, individuellement, pour faire passer nos idées et nous transformer en politiciens de base, sans pouvoir ni argent, seulement mûs par nos convictions ? Qui est prêt à s'ouvrir aux attentes et revendications de ceux qui ont d'autres idées ? La plupart d'entre nous attend que quelque solution magique vienne d'ailleurs pour nous sauver de ces "incapables" (ou supposés tels...) qu'une majorité d'entre-nous (forcément dans l'erreur...) a mis au pouvoir.

      Alors oui, il y a peut-être un nouveau système à inventer. Un système qui satisferait la majorité, voire tout le monde. Ne reste plus qu'à le trouver et le faire adopter ;)

      Merci pour ton explication.

      Supprimer
    5. Oui, qui est responsable? Voilà bien une question qui risque de nous occuper une partie de la nuit...

      Supprimer
    6. Bonjour, actuellement la société a perdu son BON SENS et quotidiennement nous nous trouvons devant des faits aberrants. Il faut donc sans cesse faire preuve d'astuces pour que notre vie soit agréable, bien sûr dans la mesure des moyens dont on dispose. Les parents ont démissionné et le goût de l'effort appris aux enfants s'est réduit à une peau de chagrin. C'est vrai ça ! Pourquoi se crever le c.l puisque maintenant on cède sur tout et que l'on nous apporte tout sur un plateau ? L'instruction Civique avait du bon et il serait effectivement judicieux de la remettre au goût du jour dans les écoles .... Quant aux partis politiques, qu'ils soient de droite ou de gauche, on ne peut pas dire qu'il y en ait un pour relever l'autre. Le nouveau système à inventer est le système du BON SENS et de la justice rendu équitablement et la même pour tous afin de tirer les êtres humains vers le haut et non pas vers le bas comme on le fait actuellement en polémiquant et en montant les citoyens les uns contre les autres. Je ne suis pas une utopique, loin s'en faut et les "bras m'en tombent " journellement maintenant, mais je veux croire un jour que l'homme retrouvera son BON SENS..........

      Supprimer
    7. A Pierre
      Etant le propagateur du terme "politocard", j'en confirme le juste emploi de Célestine en voulant qualifier les mauvais politiciens.
      J'ajoute que ce terme peut s'appliquer à la quasi totalité des 1000 politiciens français les plus médiatiques. (Ceux qui sont sérieux travaillent et n'ont pas le temps de parader devant des caméras...). Quelques exceptions tout de même, c'est vrai. Mais la règle ne fait-elle pas fi des exceptions?
      Salutations

      Supprimer
  7. Et le gamin qui revient avec un teint de pêche et les marques des lunettes de soleil après huit jours de... gastro ??? Mince alors!
    Oh et puis je ne parle pas du caillou du moment qui me contrarie au plus au point, qui me rend malade quoi.

    Quand au vote, tu connais pourtant mon pessimisme, mais le pouvoir du bulletin j'y crois !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Si le caillou c'est la "refondation" je comprends que tu sois inquiète. Mais de la a se rendre malade...j'avais écrit un billet la-dessus, une lettre a tous les ronds de cuir de l'administration pour lesquels je ne m'immolerai pas. La santé est un bien trop précieux.

      Supprimer
    2. oUH LA non pas la refondation ,je ne suis sans doute pas assez passionnée ou juste suffisamment ? ! mais le caillou est passé !!!

      Supprimer
    3. Un calcul dans la vésicule, peut-être? ^^
      Non, je plaisante, je crois savoir de quoi tu parles..

      Supprimer
  8. Ben, tu es dans mon école, on dirait... en ce qui concerne les vitres et les dispenses de sport.
    Pour avoir des poubelles pour le tri sélectif, on a dû rédiger un projet; je crois que je vais apporter des ampoules de la maison car crapahuter dans nos immenses couloirs le soir dans le noir, ça commence à me courir sur le haricot et avant les vacances, signalant à la mairie qu'un des WC du côté des garçons fuyait, le chef des services techniques m'a répondu : "Vous avez un marteau ?
    - Oui, j'ai ma petite caisse à outils (si, si, j'en ai une, comme toi sans doute!)
    - Et bien vous tapotez sur le bouton et ça ira..."
    J'ai docilement tapoté (oui, je sais, je n'aurais pas dû mais sinon, on était en plan ORSEC!) et bien sûr ça n'a pas été efficace. J'ai dû rappeler les services 4 fois avant qu'on ne daigne venir et je me suis fait "réprimandé" car j'avais condamné la porte avec du gros scotch qui risquait d'endommager les peintures...

    A nous deux, ma chère Célestine, on pourrait rédiger "Les histoires extraordinaires des écoles" et certaines pages pourraient ressembler à du Stephen King...

    Courage, la belle! Que la force soit avec toi!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. "réprimandER" c'est plus mieux! Un zeste de contrariété, sans doute, en me remémorant le moment...

      Supprimer
    2. Tu aurais dû lui répondre: " si j'avais un marteau, je cognerais le jour..."
      Oui, les histoires extraordinaires du petit quotidien des directrices d'école, il y en aurait a dire...
      J'ai dû faire un choix crucial pour ce billet, qui aurait pu faire plusieurs pages!
      Tiens, une dernière pas plus tard qu'hier, où je parlais de mes copies à corriger, qui me prennent quand même beaucoup de temps. Mais je suis d'une génération d'instits qui ne laissaient pas une seule faute d'orthographe dans un travail d'élève... Et la, le psychologue scolaire me dit: mais pourquoi tu corriges, ça ne sert a rien!
      Les bras m'en sont tombés une fois de plus...

      Supprimer
  9. Ha! Ha! Ha!
    rions! ça compense les aigreurs
    comme tu dis , la suspension !
    les petits points résument bien la situation
    ça s'applique à bien des domaines ma bonne dame!
    Je vois que la reprise embraye sec!
    bonne semaine quand même!
    je vais tacher de tenir Ces jeudi et Vendredi pleins comme des œufs ,malgré une crève hivernale pas terminée hélas malgré le charmant aérosol quotidien .......
    je vais opérer une suspension mentale de la toux , ça va peut-être marcher!!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bon courage, ma belle rousse!
      Que la force soit avec toi, comme dit Epamine.

      Supprimer
  10. ça fait plusieurs semaines que j'entends parler du Hobbit , mais je ne vois pas qui c'est ? faut que je me renseigne
    Dans le même genre , je pourrais en raconter
    Un matin, je cherche désespérément des gobelets plastiques pour offrir un jus d'orange à mes stagiaires , j'ai eu beau remuer ciel et terre , ouvrir les placards , rien !
    on les aurait volés
    pas de boisson pour les stagaires , niet !
    je me voyais mal leur demander de boire direct à la brique :)
    Faut rester zen ...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Rhoo la la! Si je dis ça a mon Zado! Une copine a moi qui connaît pas le Hobbit! Voyons, le chef d'œuvre de Tolkien, le seigneur des anneaux, ça te dit rien?
      Sinon, ce genre de situation est monnaie courante chez moi...il y a toujours un truc qui manque ou qui se déglingue dans mon vieux rafiot...j'essaie de garder le cap et de tenir la barre coûte que coûte...
      Gros bisous ma belle.

      Supprimer
  11. Trop fort le certificat médical !
    Certains de mes élèves sont très malades le matin et ils sont guéris très rapidement pour revenir l'après-midi !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bienvenue, Oth67, tu es mon 291° commentateur. Je t'ai rajouté à mon totem.

      Pour ce qui est du certificat médical, c'est lutât le toubib qui est ahurissant, là! Quelle époque épique, quand même, que celle où un médecin peut ausculter un patient sans le voir, et décréter qu'il ne peut plus faire de sport pendant quinze jours.

      Supprimer
  12. 2014 démarre fort!
    Les vœux ne servent à rien ...
    Retour dans la réalité augmentée ;)
    Bon courage et haut les cœurs !! :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci, mais je pense que personne n'a souhaité dans ses vœux que les gens soient moins cupides ou stupides...parce que ça, évidemment, ça ne servirait a rien.
      Encouragée par toi, ça me donne des ailes!

      Supprimer
  13. Moi je te trouve dure avec la pauvre maman de cette pauvre Charlotte. Je suis convaincu que du haut de ton 1,735 mètre et de ton éclatante santé, tu ne te rends pas compte de la dureté des efforts que tu demandes à ces pauvres enfants. T'es-tu demandée ce qui se passerait si Charlotte avait des courbatures ? Ou avait transpiré ? Ou s'était froissé un cil ?...

    Quant à la température dans ta classe, il faut quand même être objectif : ton jugement est celui d'une méridionale, et on sait bien que vous êtes un peu fragile quand la température descend en-dessous de trente degrés.... Non ?
    Plus sérieusemen t(ça reste à vérifier), il me semble que la température minimale acceptable dans un bureau est 14°C, au-delà de laquelle les employés seraient fondés à le quitter...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. 14 degrés??? Aux Kerguelen peut être mais là tu veux ma mort!
      Peut être que je ne me demande pas assez si ces pauvres enfants ne soufrent pas trop de mes horribles cours de gym, peut être que Charlotte, ça lui froisse un cil, mais moi ça me troue le cul, et personne ne s'en soucie...

      :-DDD

      Supprimer
    2. Tiens, lis bien tout en détail :

      http://forum-juridique.net-iris.fr/immobilier/215757-question-article-de-loi-temperature-minimum-legale.html

      "...Article R*131-20... modifié par Décret n°2007-363 du 19 mars 2007 - art. 2 JORF 21 mars 2007
      Dans les locaux à usage d'habitation, d'ENSEIGNEMENT, de bureaux ou recevant du public... "

      Article R111-6 du CCH : ... "Les équipements de chauffage du logement permettent de maintenir à 18° C la température au centre des pièces du logement."...

      Y'a p't'êt à creuser ?


      Quant au dernier sujet, je connais au moins une personne qui s'en soucie : oserai-je te proposer un massage, pour atténuer la douleur ?

      :o))




      Supprimer
    3. dans la liste que cite Candide de tout ce que peut avoir la petite Charlotte il a oublié l'ongle cassé ! ça me rappelle un de mes profs d'EPS au Lycée quand une fille arrivait avec une dispense , il lui disait " qu'est ce qu'il t'arrive ? tu t'es cassé un ongle ? la fille se pétait la honte devant tout le monde !

      Supprimer
    4. @Candide Dommage que je n'aie pas eu le temps de lire bien comme il faut tous ces articles très intéressants...mais merci beaucoup pour cette recherche...

      Supprimer
    5. @Hutte . Les profs à l'époque n'y allaient pas avec le dos de la cuillère: ils faisaient même de l'humour!

      Supprimer
  14. C'est bon parfois de se suspendre carrément et de voir sa vie défiler un moment, comme si on se mettait de côté et on se regarder aller et venir, histoire de respirer un peu. L'homme ou la femme a besoin d'un répit dans tout, c'est un bon moyen de désactiver momentanément ses émotions et de ne pas se payer un infarctus. Donc moi, la suspension volontaire de l'incrédulité ( j'allais dire IVG,l'interruption volontaire de la grossesse et pourquoi pas? ça a bien permis après tout aux femmes de respirer et d'éviter le pire....pour elle!) dans ce monde kafkaïen où nous vivons ,est d'une nécessite vitale et est une obligation prescrite!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'aime beaucoup ton commentaire un peu décalé, Bizak. Tu as raison, descendre de vélo et se regarder pédaler, c'est quelque chose que je fais souvent, et ça me fait un bien fou.
      Heureuse comme chaque fois de te voir par ici.

      Supprimer
    2. Je vois que nous pratiquons la même "automédication" sans médicament: se dissocier de l'action en se regardant la vivre, qu'est-ce que ç'est cool!
      Quand c'est dans des moments heureux, on est deux fois plus heureux et si c'est moche... on s'arrange pour que le film soit court...

      Supprimer
    3. Entièrement d'accord, chère Epamine.
      J'adore ton pseudo, ça n'a rien a voir mais je voulais te le dire.

      Supprimer
  15. Dès ce matin je me mets en mode suspension consentie d'incrédulité ! Elle a quel âge Charlotte ? ça commence très fort, elle n'ira plus du tout en sport en 3ème la pôvre enfant dès fois que ça la fatigue !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, il y a des chances...Charlotte a dix ans, et elle est élevée dans du coton, par une mère qui accède au moindre de ses souhaits. Tu n'as pas envie de faire sport? Ne t'inquiète pas je vais aller voir le médecin...tu comprends pourquoi les bras m'en tombent...

      Supprimer
  16. Tu as bien renseigné mon incrédulité sur le climat des salles de classes. O champ suspends ton vol. j'y consens. Peut-être ai-je un peu mélangé les référentiels nominaux, mais je t''embrasse, un peu effaré (pas parce que je t'embrasse).

    RépondreSupprimer
  17. Moi j'ai une idée pour la poubelle , tu conserves pendant un mois tous les papiers usagés et un jour tu vas les déposer devant le bureau du maire , peut être il comprendra et à ce moment là il se dira " oh là que de papiers quel gaspillage , l'écologie et patati et patata , alors il va un peu réfléchir car ça doit bien leur arriver de temps en temps et il va te faire poser un soufflant pour sécher les mains ! même si ce n'est pas top car il parait que c'est un vrai nid à microbes ! pfff c'est compliqué les z'humains !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, surtout qu'un soufflant, ça marche à l'électricité...et donc, ça n'est pas très bon pour la planète...Non je pense qu'il faut que les enfants aillent se secouer les mains au-dessus des bacs de fleurs. Ça ce serait écolo.

      Supprimer
    2. Reste la solution de leur faire s'essuyer les mains sur les frocs (à la hauteur des fesses le tissu est correctement tendu), ça sèche tout seul par évaporation due à la chaleur humaine. En finalité, tu pourrais même faire supprimer l'eau... voir les chiottes. Il doit bien y avoir dans la cour un petit coin tranquille, non?
      Baci

      Supprimer
  18. Ce serait délicieux si ce n'était aussi désolant... en ce qui concerne le vocabulaire "technique" tel que "champ", moi je travaille dans une caisse (d'assurance maladie) branche (prévention des accidents du travail)... comme quoi!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah, Brizou...les finesses du langage, j'adore! Tu peux dire par exemple, que mon texte est délicieusement désolant...

      Supprimer
  19. Bonsoir, j'ai été taguée par Cériat, je te tague ............Bises

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu es mignonne, Ghislaine. Mais je ne te promets rien. Les tags sont une atteinte grave aux libertés des blogueurs, comme tu le sais. :-)

      Supprimer
  20. Ben si les bras t'en tombent, déjà tu appliques le concept.... ;-). Sinon t'es mal....

    RépondreSupprimer
  21. c'est aussi un des fondements du regard du clown. Bizzz et je te ferai un bonnet

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu es trop chou, Marie Mad' ! merci merci merci

      Supprimer
  22. C'est cruel, je sais, mais je me délecte des absurdités éducationationalinesques que tu nous relates. Je doute que d'autres sévices publics puissent être aussi nuls. Enfin j'espère parce que le marasme de l'Enorme Nullité est un assez grand malheur à lui tout seul...
    Tu n'as pas honte de créer une sorte d'élite dans cette fabrique de cancres :-D
    Baci

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Hi hi, j'avoue que j'en ai choisi quelques une, mais je n'ai eu que l'embarras du choix, hélas.
      Honte moi? euh... même pas.
      Molto baci, caro
      ça fait plaisir de te voir par ici!

      Supprimer

Je lis tous vos petits grains de sel. Je n'ai pas toujours le temps de répondre tout de suite. Mais je finis toujours par le faire. Vous êtes mon eau vive, mon rayon de soleil, ma force tranquille.
Merci par avance pour tout ce que vous écrirez.
Merci de faire vivre mes mots par votre écoute.