vendredi 13 décembre 2013

Apparences


 Les Plumes  reviennent, désormais toutes les deux semaines chez Asphodèle, qui nous propose pour inaugurer la nouvelle formule le magnifique thème de la Beauté.




Miroir, nature, nocturne, lumière, vénéneux, délicatesse, piano, contemplation, ensorceleur, temps, bouquet, éphémère, intérieur, sulfureux, déesse, rouge, couleur, ruissellement, ravir, rosée.




  Les hommes ne me regardent pas. Je veux dire, de la manière qu'un homme regarde une femme. Depuis toujours, je ne leur inspire que du dégoût. S'ils savaient combien la contemplation ordinaire de mon corps  est une épreuve pathétique! Le miroir me renvoie méchamment et constamment cette  vénéneuse image dont la nature m'a affublée sans délicatesse...Ces jambes maigres, ce ventre mou et plein de vagues, ce visage morcelé comme un Picasso à la peau plus blafarde que la lune...Je porte ma laideur comme une hideuse mue.
J'aurais tellement rêvé pourtant d'être une de ces déesses sulfureuses, toutes habillées d'or, qui descendent les marches des palais avec des yeux ensorceleurs. Une de ces créatures aux ongles de nacre et au teint de fraîche rosée du matin, faites pour ravir les hommes, dans un ruissellement de séduction...Une femme enivrante et torride dans sa robe rouge et ses escarpins de soie, se jouant du temps comme l'on joue un nocturne sur un piano, dans un rire de cascade et un parfum de bouquet.
Ah oui, même de façon éphémère, même un jour, même une heure, oui, j'aurais aimé être belle. Mais ma beauté n'est qu'intérieure, hélas ! Je suis laide, laide, laide et ne puis plus le supporter. 

Adélaïde Petibon. 3 mars 1975 

C'est un soir, sur l'asphalte, à la lumière d'un réverbère, que je trouvai cette lettre martelée par la pluie. La couleur de l'encre s'effaçait peu à peu, mais je pus en déchiffrer le message d'un lointain passé.
Je regardai autour de moi, comme si le fantôme d'Adélaïde rôdait encore dans le coin. 
Je me dis que rien, jamais, ne changerait tant que le monde s'arrêterait aux apparences.











Sonate op. 65 Largo by Frédéric Chopin on Grooveshark
Edit de 19h26.  Heureusement que Valentyne a l'oeil, elle a vu que je m'étais trompée de date (1875 au lieu de 1975) Merci Valentyne!

81 commentaires:

  1. Grâce au décalage horaire j'ai le privilège de poster le premier commentaire ce soir...
    Malgré tout ce qu'on nous assène, beaucoup de gens savent et heureusement aller au delà des apparences. Simplement ce ne sont pas ceux dont on parle.
    Où allez vous chercher tout ça ? C'est si beau, si fort, une très belle idée cette lettre perdue
    Merci de partager avec nous
    Bonne nuit (ou bonne journée selon quand vous lirez)
    Anne

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci beaucoup, Anne, de votre passage! Qu'il soit tôt ou qu'il soit tard, il me va droit au cœur. D'autant que mes commentateurs habituels ont été aspirés dans la nébuleuse du temps, et que cet endroit résonne ce matin comme les pas d'une désespérée sur l'asphalte mouillé de pluie.
      Bien a vous, chère passante lointaine...

      Supprimer
  2. Oui pour certains et certaines ça n'est pas facile tous les jours, se lamentait Quasimodo du haut des tours de Notre Dame, en regardant droit dans les yeux une gargouille à la langue pendante, et au regard torve...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Comme disait Coluche, l'homme est égaux, mais il y en a qui seront petits, noirs et moches et pour eux ce sera très dur! Et pourtant, combien de cœurs d'or derrière des Quasimodos ou des gargouilles grimaçantes...

      Supprimer
    2. Le cœur de pierre dans les visiteurs du soir t'en souviens tu ? Dernière séquence, dernière image on entend battre un cœur dans la statue de pierre : TOC...TOC...TOC.

      Supprimer
    3. Euh...non je ne me souviens pas mais si tu le dis...
      C'est un film du temps des motos-sacoches ça, non? ;-)

      Supprimer
    4. Les visiteurs du soir.. Le chef d'œuvre absolu de Marcel Carné avec excuse-moi du peu : Arletty, Jules Berry, Fernand Ledoux, et Alain Cuny (qui ne s'en était pas remis !) et le nain Pierral.
      Et puis les sacoches, elles t'ont fait quoi les sacoches ?

      Supprimer
    5. Mais rien, c'est juste une vanne que j'aime faire à un mien ami qui est ne sous le front populaire, et qui nous parle d'un temps où existaient des choses dont on n'a plus idée. Comme par exemple les motos sacoches...rien de méchant!
      Les visiteurs du soir j'ai dû le voir une fois mais je ne m'en souviens plus...il faudra que je répare cette grave lacune.

      Supprimer
    6. Tss, tsss, Maîcressseu : Motosacoche était un fabricant suisse de motocyclettes fondé en 1899 par Henri et Armand Dufaux, à Genève.
      Va voir là : http://preverdy.free.fr/motosacoche
      Tu y apprendra, entre autre, comment les démarrer : "Ouvrir le robinet d'essence, appuyer sur la poussette du carburateur pour faire monter l'essence, mettre la moitié d'avance ; ouvrir d'un tiers l'admission des gaz, ouvrir tout l'air et lever le décompresseur à main. Vérifier que le levier de changement de vitesse soit au point mort et appuyer énergiquement sur le kick starter en lâchant le décompresseur ; le moteur se met alors en marche."

      J'en ai vu dans les rues de Paris quand j'étais petit...


      ;o)))

      Supprimer
    7. Quoi, tu as connu les moto sacoches? Ou la la! C'est que c'est pas tout jeune ...
      Ton texte sur le démarrage d'une moto est d'une poésie torride, cependant.
      Mmmmh! La poussette du carburateur...tout un programme...

      Supprimer
    8. @ Candide et Cél.
      Il y avait une plaisanterie très tendance les dernières années d'existence de Motosacoche. Faut dire qu'ils faisaient beaucoup de sous-traitance....
      C'est Ouin Ouin qui travaille chez Motosacoche et qui se plaint à son compère Milliquet que c'est long le trajet à pied pour aller bosser.
      Milliquet lui conseille de voler une pièce par-ci par-là et de construire sa mobylette ainsi.
      Six mois plus tard, il revoit Ouin-Ouin et lui demande si ça va mieux de faire le trajet en mobylette, et Oui-Ouin de répondre:
      - Pensez-donc monsieur Milliquet, j'ai bien suivi votre conseil, j'ai pu fabriquer une mitrailleuse lourde, 3 révolvers, un chapelet de grenades, mais je n'ai pas encore la moindre pièce pour ma mobylette....
      Ciao et Baci

      Supprimer
    9. Ciao bello, quel plaisir de te voir, je croyais que tu étais parti pour de lointaines contrées sauvages où internet ne passe pas...
      Très drôle la blague.^^

      Supprimer
    10. C'est presque vrai. Si tu savais quelles acrobaties je fais pour me connecter...
      Baci Ragazza

      Supprimer
    11. Je me demande dans quel sens certains esprits mal tournés vont pouvoir interpréter ta phrase...
      En tous cas, je suis contente de te voir passer, étoile filante!

      Supprimer
    12. C'est -y dieu possible qu'il puisse y avoir des esprits mal tournés parmi tes commentateurs..... Ne me dis pas que tu penses à mon ami Candide tout de même :-D

      Supprimer
    13. Rhôô mais pas du tout, que vas-tu chercher...C'tait juste une boutade (de Dijon)

      Supprimer
  3. Il y a du Brel dans ce texte "rien qu'une heure seulement, beau, beau et con à la fois" ! C'est vrai que personne ne s'arrête à la beauté intérieure au premier coup d'oeil, c'est bien là le problème ! La chute est bien trouvée, un beau texte Célestine ! ;)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci beaucoup ma chère copine. Parlant de la beauté, prendre le contre-pied m'a paru important, c'est presque une histoire vraie, puisqu'une de mes camarades de terminale s'est suicidée car elle se trouvait moche. Cela m'a beaucoup marquée. Je n'ai cessé de me battre pour que les gens ne s'arrêtent pas à l'apparence.Et je cherche toujours le cœur qui bat sous l'enveloppe.

      Supprimer
    2. une de mes petites filles voit son visage défiguré par des taches rouges qui la démangent
      Elle est triste et préoccupée par le mal -être de sa maman, aux prises avec un mari dont elle doit divorcer, mais cela se passe mal
      Ma petite fille ne crie par sur tous les toits son énorme souffrance, partagée entre ses deux parents!
      Mais à l'école les remarques fusent, entre eux les jeunes peuvent être très durs...

      Pas possible de leur parler de ne pas s'arrêter à l'apparence...

      Supprimer
    3. Tu vois, ça me révolte ce genre de comportement. Si ta petite fille était dans la classe de Célestine, la maîtresse passerait beaucoup de temps à expliquer, avec des histoires, des jeux de rôles, des personnages, combien il est important de ne pas s'attacher à l'apparence physique, ni surtout se moquer. Elle dirait aux élèves de ne pas dire aux autres ce qui ne leur plairait pas d'entendre sur leur propre compte. Elle ferait écrire à ses élèves de petites phrases positives sur chacun. Pour que l'amour du prochain ne reste pas une vague idée abstraite réservée au cours de "caté" et vite oubliée.
      J'espère que ta petite fille pourra trouver en sa maîtresse ce qu'elle est en droit d'attendre.
      Si, c'est possible de leur parler de ne pas s'arrêter à l'apparence. C'est mon combat quotidien.

      Supprimer
    4. je pense que ce que tu fais est une "éducation" précieuse de ces enfants qui réagissent trop rapidement!
      Ma petite fille hélas n'as pas ce genre de maîtresse. D'ailleurs elle est tellement secrète, cache tellement bien son jeu que personne ne peut deviner sa souffrance, du moins à l'école!
      Souffrance due à son apparence qui déclenche les moqueries, autant qu'à la situation familiale plus que tendue
      Hier elle a craqué... et a hurlé qu'elle ne voulait plus vivre... ça fait très peru!

      Supprimer
    5. Je laisse un petit commentaire sur cette discussion... merci Célestine de nous donner de l'espoir... oui il y a des enseignants qui s'occupent aussi de savoir vivre, apprendre à se respecter... j'ai lu sur Facebook l'histoire d'une enseignante qui a utilisé une pomme : elle a demandé aux enfants de la faire tomber, rouler etc... puis à la fin elle l'a coupée en deux pour montrer comment même si l'extérieur brillait encore et paraissait semblable aux autres pommes du panier, dedans la pomme était toute meurtrie. J'avais trouvé ça intéressant comme image pour montrer ce que fait le harcèlement petit ou gros... malheureusement c'est très commun et en tant que parent je dois dire que ça vient de la façon dont on parle à nos enfants, dans notre recherche de perfection ou de performance... les enfants se rassurent en dévalorisant un autre pour se croire un peu meilleur, ou un peu moins mauvais... mais en fait tout le monde perd.
      Merci pour ces échanges et toutes mes pensées à cette petite fille, je lui souhaite bien du courage et surtout qu'elle protège son cœur de petite fille, qu'elle trouve à s'échapper dans ses rêves, les livres, l'écriture... transformer la souffrance en quelque chose de beau...

      Supprimer
    6. Merci Anne pour cette contribution qui remontera le moral de Coumarine, du moins je l'espère.

      Supprimer

  4. Avant tout, réglons l'affaire Les Visiteurs du soir. Que notre hôte ne connaisse pas ce film considéré comme l'un des plus grands films français semble invraisemblable. Et comme il n'est jamais trop tard pour mieux faire, on peut le voir sur Youtube, http://www.youtube.com/watch?v=OLwwPxRc0Y8
    Nb : le film a été totalement rénové en 2011 dans les ateliers Lumière à Lyon et a connu un lancement fastueux à l'automne de la même année, toujours à Lyon, en présence de nombreuses personnalités du monde des Arts et Lettres.
    Enfin, rappelons que scénario et dialogues sont de Prevert, Jacques Prevert.
    Enfin de enfin, que, vu la période, 1942, il y a via cette histoire moyenâgeuse une dénonciation habile et bien cachée du nazisme.
    Enjoy

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Réglons l'affaire donc. Que vous n'ayez pas compris que je badinais avec Andiamo à propos du temps qui passe, et du fait que tout est relatif, et que donc, avec un plaisir non dissimulé, je m'amuse à faire semblant d'être jeune, et même " une gamine" auprès de certains, me semble non moins invraisemblable.
      Bien sur que je connais les Visiteurs du Soir. D'ailleurs je n'ai pas dit que je ne connaissais pas. J'ai juste suggéré maladroitement sans doute, que j'aurais du mal là, comme ça, tout de suite, à me souvenir de l'intrigue du film, que je n'ai vu, a mon grand regret de vous décevoir, qu'une seule fois, et il y a longtemps. Il me faudra donc, mais je me répète, réparer cette grave lacune.

      Supprimer
    2. Je suis juste en panne de smileys, clins d'oeil petit cœurs et autres délicieuses façons de tempérer mes propos...

      Supprimer
  5. Réglons l'affaire dite des Visiteurs du soir, de ces quelques lignes "Démons et merveilles, vents et marées, au loin déjà la mer s'est retirée". Merci Prévert, Carné, Kosma, etc...
    Ensuite ma chère Adélaïde, dixit le beau Serge:" La laideur est supérieure à la beauté en ce sens qu'elle dure, s'empire donc s'améliore"
    Enfin sur la dénonciation du nazisme dans le film on pourrait discuter longuement et là n'est pas la question.
    Et surtout derrière les apparences apprenons à lire, restons en à Prévert et au peintre qui peint les choses derrière les choses (je crois que je me répète). Parfois, derrière les apparences hideuses, c'est encore plus hideux. Pas toujours. Bravo Célestine.
    Signé un dont la première partie du nom est quand même Bau, faut le dire, non :) (ça c'est un smiley rigolo probablement raté).

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bau...comme Baudelaire? Wouaou!
      Ou plutôt Bau, oui comme Bowie...pour parler d'un autre Serge qui a signé cette chanson d'Isabelle Adjani. Enfin je dis "un autre Serge" parce que tu as parlé du "beau" Serge, il ne me semble pas que ce qualificatif s'applique à ce génie de la musique...quoique... C'est lui qui disait "la beauté cachée des laids, des laids, se voit sans délai, délai..."
      Prévert, Kosma, Carné, que du beau linge .

      Supprimer
  6. Il est vrai que la beauté intérieur est la plus importante mais que la plupart des personnes malheureusement délaissent au profit du paraître...
    J'aime beaucoup la fin.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ciel, le paraître! Le mal rongeant de ce siècle superficiel et vaniteux, où il faut avoir une rolex pour réussir sa vie...Merci pour votre passage, chère sorcière!

      Supprimer
  7. aujourd'hui, Adélaïde pourrait s'inscrire à une télé-réalité et faire un "make-over" ;-)

    bon texte, Célestine, tu réussis à bien utiliser les mots "encombrants" ou qui ne sont pas directement adaptés à ton histoire!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu sais que j'y pense souvent? Le relooking "extrême" change la vie de certaines femmes... ce n'est pas normal de mourir à dix-huit ans parce que l'on se trouve moche.
      Ca me révolte. merci Adrienne, les mots sont mes amis, je n'en trouve jamais d'encombrants, lol!

      Supprimer
  8. Ma chère Célestine, Tu es tout ce que tu rêves et qu’Adélaïde rêve, un amour dans l’intérieur et dans l'apparence! cette lettre que tu as ramassée..ou pour être plus exact, que tu as..recueillie, elle ne pouvait mieux tomber qu'entre tes mains. Cette lettre a accompli son chemin ou plutôt a atteint son but : Etre lue...par toi, notre chère Célestine, et c'est du baume au cœur!
    Le message, lui est percutant et éminemment humain! Merci pour ton affabilité et ton aménité!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Réveiller les consciences, est-ce que cela doit toujours être percutant?
      Quand cessera-t-on de tout baser sur l'apparence, voilà ma question... pourquoi être puni deux fois quand on est moche?
      Merci Bizak pour ton message qui me touche comme à chaque fois. Je te laisse trouver la question qui me taraude, et à laquelle je n'aurai sans doute jamais de réponse... ^^

      Supprimer
  9. « Je me dis que rien, jamais, ne changerait tant que le monde s'arrêterait aux apparences. »

    Cette phrase m'interpelle. Le mot important c'est "s'arrêterait". S'arrêter aux apparences... Ça veut dire quoi "s'arrêter" ? En l'occurrence quand il s'agit de beauté...

    Tu parles du regard des hommes sur les femmes. Dans ce domaine c'est bien l'apparence qui est déterminante, en revanche la façon d'y réagir fait toute la différence. Quand je regarde une femme (oui, ça m'arrive...) c'est évidemment l'apparence qui prédomine. S'il ne s'agit que de regard, il est fort probable que je "m'arrête" à ça. Parce que le temps du regard ne permet guère d'aller au delà des apparences.

    Mais si le temps de la rencontre permet d'aller au delà des apparences, alors non, je ne m'arrête pas à ça.

    Il n'empêche que pour la personne laide, elle croisera surtout des regards qui se détournent. C'est peut-être ce que vivait l'amie dont tu parles dans ta réponse au commentaire d'Asphodèle et qui resurgit dans la lettre d'Adélaïde...

    C'est vrai que c'est plus difficile pour les laids, parce que même si on ne s'arrête pas aux apparences... elles compliquent quand même l'approche.

    Bon, je suis sûr qu'on est d'accord sur tout ça, mais j'avais envie de le préciser ;)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je vais te donner mon sentiment sur « tout ça ». (Mais c'est presque un sujet de philo...)
      Tu me pardonneras si c'est un peu confus, et pas structuré comme une dissertation ?
      S'arrêter aux apparences, cela veut dire ne pas chercher à savoir quel être humain se cache derrière ce visage ingrat ou ce corps déformé...Cela veut dire ne pas respecter la personne que l'on a en face de soi.
      Les canons de beauté changent à travers les âges, et les femmes en font toujours les frais, plus que les hommes. Les Chinoises dont on bandait les pieds, les femmes « girafes » et leurs colliers, le teint de lait, les corsets, les baleines, les faux-culs, bref, quand on va voir l'article « canons de beauté » dans wikipédia, on ne parle essentiellement que des femmes. N'est-ce pas une façon de les asservir?
      De nos jours, il faut être jeune, et mince. Dès que l'on s'écarte de ces deux standards, on a l'impression de démériter. C'est énorme, non, ce diktat de la mode, de la pub...énorme et débile. Mais les contes de fée de notre enfance ont quand même bien enfoncé le clou, à assimiler sans cesse laideur et méchanceté.
      Mon amie s'appelait Lison. Elle était gentille. Elle se trouvait moche. Sans doute les regards se détournaient-ils d'elle, et cela devait être terrible pour elle. Elle s'est jetée par la fenêtre un jour d'été, à 18 ans.
      Les couples mythiques formés d'un homme disgracieux et d'une femme belle sont nombreux. On cite toujours Gainsbourg en exemple, mais il n'est pas le seul.
      Mais le contraire est hélas beaucoup plus rare. Pourquoi ? Serait-ce que les femmes s'attachent moins au physique, pour tomber amoureuses des qualités morales ou intellectuelles d'un homme malgré son visage ?
      Être belle a de nombreux avantages, je ne vais pas dire le contraire. Mais la question se pose toujours, malgré tout : « est-ce qu'on m'apprécie pour ma valeur, mon écriture, ma réflexion, mes qualités humaines, ou juste pour mon physique agréable ?  Et dans ce cas, qu'adviendra-t-il quand je serai devenue vieille et moche ? »
      Pas simple tout ça...Merci Pierre, de m'avoir donné l'occasion de dire deux trois choses qui me tiennent à cœur. Même si je te pose plus de questions que ce que je ne t'apporte de réponses...

      Supprimer
    2. Merci d'avoir saisi le fil, Célestine. Le sujet de l'apparence, notamment féminine, m'intéresse depuis que j'ai pris conscience du conditionnement (?) qui est le mien (c'est à dire depuis quelques décennies). Oui, je suis davantage attiré par une femme jeune et belle (ces deux critères étant cumulatifs) que par l'inverse. Mais d'où cela me vient-il ?

      De la pub ? Ce serait un peu court... Je crois que la pub s'appuie sur des ressorts existants. À mon avis cela va chercher plus loin, dans des mécanismes beaucoup moins conscients, dont il est probablement difficile de discerner la part innée et la part acquise. Je crois même savoir que nous sommes largement gouvernés par des hormones et des mécanismes archaïques qui ont à voir avec la reproduction. Même s'il n'est absolument pas question de reproduction dans notre esprit conscient lorsqu'on croise un spécimen de l'autre genre (ou du même genre !).

      Tu as raison, les canons de beauté asservissent quiconque tente d'y correspondre. Et pour les femmes ces canons sont plus exigeants. Reste à savoir si ce sont les hommes qui les imposent... ou les femmes qui se livrent à une sorte de "compétition" pour séduire davantage que la voisine ou attirer le regard masculin. Je ne me suis pas suffisamment penché sur le sujet pour être affirmatif mais je dirais, à vu de nez, que les deux sexes y sont pour quelque chose.

      Est-ce que les femmes s'attachent moins au physique ? Là encore les apparences le laissent penser... mais ne nous arrêtons pas là : n'est-ce pas le résultat d'un conditionnement en voie de perdition ? Il me semble que les femmes expriment de plus en plus ouvertement leur attirance pour des critères physiques, auxquels les hommes s'identifient eux aussi de plus en plus. Je parle là de la société occidentale, bien sûr.

      Dernière chose, et pas des moindres : ces critères physiques, masculins et féminins, n'ont pas grand chose à voir avec l'amour, et encore moins avec les qualités "intérieures" de la personne. Les premiers jouent dans le champ du désir, qui n'a qu'un lien assez lointain et particulièrement instable avec l'amour, ou même simplement la relation à l'autre. Or on a tendance à tout confondre...

      Et pour ce qui est d'être belle/beau, je suis tout à fait d'accord avec toi : on ne sait pas si ça ne fausse pas l'intérêt de l'autre. Bref : mieux vaudrait être quelconque pour espérer échapper un peu à tout ça. Bizarrement, je ne pense pas que cette option tente grand monde ;)

      Je n'ai pas vraiment répondu à tes questions (ni n'ai résolu les miennes), mais voila ce que ça m'a inspiré.

      Supprimer
    3. Tu es attiré par les femmes jeunes et belles? Mais tu sais que c'est original, ça, Pierre?
      Bon je te charrie, mais tu as au moins le mérite ( entre autres) de l'avouer sincèrement.
      Et avec une certaine candeur qui me fait fondre. ( je peux te le dire sans détour, puisque je ne fais pas partie de la catégorie sus-nommée, ou alors à moitié seulement...)
      Bonne soirée cher Pierre.

      Supprimer
    4. Ah mais fais gaffe Célestine, je n'ai pas précisé jusqu'à quel âge la jeunesse d'une femme m'attirait.... ;)
      (et je serais bien en peine de le faire !)

      Supprimer
    5. Tu es d'une grande délicatesse, cher Pierre. J'apprécie. Mais je sais aussi que le commencement de la fin des haricots, c'est quand on commence à mettre des adverbes devant l'adjectif jeune...( assez, encore, toujours) hi hi! La grammaire est parfois cruelle, elle n'est pas toujours une chanson douce, comme dit mon pote Orsenna...bisous d'une encore jeune.

      Supprimer
  10. Coucou Célestine
    Cela faisait longtemps que je n'étais pas venue te lire ;-)
    et du coup je ne sais pas trop si ce texte est la suite d'un autre ou pas .... mais peu importe, le propos m'a plu.....

    je m'interroge un peu sur le passage "le visage morcelé comme un Picasso à la peau plus blafarde que la lune." et la signature de cette Adélaïde Petitbon en 1875 . en 1875 Picasso ? ou alors Adélaïde en 1975 ? ;-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci de m'avoir ouvert les yeux chère Valentyne. Je m'étais bel et bien trompée et mal relue...
      Ce texte n'est pas une suite, je n'écris jamais de suites, en fait ( je n'ai aucune suite dans les idées! ^^ non je plaisante!)
      Voilà j'ai réparé ma bévue...

      Supprimer
  11. Très très beau texte qui fait mal aussi...C'est vrai qu'être vraiment moche doit être pénible et qu'il faut beaucoup de beauté intérieure pour s'y resourcer...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, il fait mal, c'est un sujet très sensible. Surtout pour celles qui sont concernées.

      Supprimer
  12. Ce texte m'interpèle... J'ai toujours été dans la moyenne ni vraiment belle, ni laide non plus et un physique dans la moyenne aussi, je dirais que la majorité est dans cette catégorie.
    Tout est dans la façon de regarder et le vrai regard sous entend "conscience éveillée"
    J'ai vu des grandes beautés moins belles que d'autres diagnostiquées de laideur.
    C'est voir derrière les apparences. Et devant ton combat quotidien d'essayer d'éveiller les consciences, j'applaudi! Les enfants sont réceptifs et ils apprennent avec le coeur. Éveiller leur conscience est leur donner la chance de voir, d'entendre, de ressentir les autres. Ils sont chanceux de t'avoir comme prof. Vraiment! Maty

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oh, maty, non seulement tu as lu mon texte mais aussi les commentaires...c'est merveilleux, vois-tu car ce sont des paroles comme les tiennes qui me donnent envie de continuer, d'avancer, de ne pas baisser les bras. Et la tâche est rude.

      Supprimer
  13. Un superbe texte sur la difficulté d'assumer sa différence mais les belles femmes sont parfois condamner au surin.....

    RépondreSupprimer
  14. lire: condamnées au surin de wens ( excuses ....)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'avais bien compris que tu faisais allusion au texte de notre ami...
      En ce qui concerne les différences, il est vrai qu'il n'y a pas de comités de " défense des laids" et c'est d'autant plus dur. Quoique, je n'en sais rien, peut être qu'il y en a, a la réflexion.

      Supprimer
  15. Les apparences ne sont pas toujours trompeuses. Quand on se voit laid, on le devient. La beauté passe d'abord par le sourire, la bonne humeur, la joie de vivre. Le corps c'est une chose, une chose non négligeable mais ce qu'on enfait dépend de nous.

    Grand-Langue

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je suis toujours heureuse de vous voir ici, Grand Langue. Vous vous faisiez rare ces temps ci...
      Vous avez raison, je ne sais plus qui disait: si l'on n'est pas responsable de la tête qu'on a, on l'est de la gueule qu'on fait. Et sourire rend beau, parce que cela révèle l'éclat intérieur.
      Cependant il faut bien reconnaître que la nature est quand même fort injuste et que certains ne sont pas gâtés...le plus difficile, alors, est de trouver les forces de compenser continuellement. Il me semble que la beauté permet que tout soit plus facile, et c'est cela que je trouve injuste.

      Supprimer
  16. je ne sais quoi ajouter... oui, le sourire, la beauté intérieure, oui mais cela n'empêche pas certaines personnes de "faire le tri" sur l'apparence. Pour l'embauche par exemple. Par contre, je crois qu'une personne souriante devient de plus en plus belle au fil des décennies ce qui n'est pas forcément le cas d'une personne "juste" jolie.
    D'ailleurs, ne dit-on pas, "être aimable"? Joyeux dimanche à tous les philosophes!!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Comme tu as raison, Brizou. Le sourire rend beau.je m'en rends compte chaque jour. Certains visages sont déformes par une sorte de haine qui en vieillissant les rend moches. En revanche, les gens affables dégagent une beauté qui vient du cœur.
      Bon dimanche et gros bisous souriants.

      Supprimer
  17. La beauté? c'est avant tout une série de critères sociaux et culturels. Une femme élancée, bronzée type défilé de mode n'aurait pas été regardée au temps de Renoir ou de Manet! La vrai beauté est intérieure.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tout a fait! Je constate sur tu as laissé ton surin au vestiaire et que tu fais patte de velours ici. J'en suis heureuse! Ma robe rouge a frémi! :-)))

      Supprimer
  18. à toutes ces femmes , jolies , avantageuses et un peu peste , je leur souhaite d'être "moche un jour " , pas plus , rien que pour voir ..
    Dire que la beauté est intérieure , oui , oui , mais la réalité est tout autre quand même
    le sourire , une jolie femme qui ne sourit pas perd de sa beauté
    un homme aussi d'ailleurs
    crier sa souffrance , à qui ?
    bel exercice de Plumes Célestine
    bises

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, ça ferait du bien à ces poupées parfaites de vivre dans la peau d'une moche quelque temps...
      Pour le sourire, je suis d'accord, tu sais bien que c'est ce qui nous rend belles, toi comme moi...l'humanité, le cœur...voilà la beauté intérieure...

      Supprimer
  19. Il est bouleversant cet article............Me laisse très émue........Un ressenti extrème que tu as su révélé.........

    RépondreSupprimer
  20. Kally c'est mon compte google..............Mon akla ne veut pas passer là
    Ghislaine.......... http://ghislaine53.eklablog.com
    Bises amicales Celestine

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Ghislaine, tu sembles sensible et émue par ma participation aux plumes.
      Il est vrai que, comme je le disais plus haut en commentaire, ce n'est pas tout a fait une fiction.
      C'est sans doute ce qui rend ce récit percutant.

      Supprimer
  21. "La beauté
    Je suis belle, ô mortels ! comme un rêve de pierre,
    Et mon sein, où chacun s’est meurtri tour à tour,
    Est fait pour inspirer au poète un amour
    Éternel et muet ainsi que la matière.
    ...
    Car j’ai, pour fasciner ces dociles amants,
    De purs miroirs qui
    font toutes choses plus belles :
    Mes yeux, mes larges yeux aux clartés éternelles ! "

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je vais faire comme si ce poème de Baudelaire avait été écrit pour moi (y a pas de mal à se faire du bien, ça ne mange pas de pain, on peut rêver...)
      Merci en tous cas.

      Supprimer
    2. Mais j'étais persuadé qu'il l'était !

      Supprimer
    3. Rhôô merci, Jean-Charles Baudelaire !

      Supprimer
  22. Ça m'a fait penser à une vidéo, de fabrication de mannequins à partir de personnes handicapées physiquement...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah bon? Je ne vois pas de quelle vidéo tu parles... Tu n'aurais pas un lien?

      Supprimer
  23. Très bonne idée la découverte de cette lettre. Au début j'ai cru que l'histoire s'arrêtait juste avant et quand je l'ai découverte, c'était comme un bonus, tellement touchant. Hélas, la nature est souvent injuste et l'être humain, pétri de préjugés, n'arrange pas les choses... Pour voir la beauté intérieure, il faut prendre le temps de regarder, mais on vit dans un monde où tout va trop vite...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je suis heureuse que tu aies aimé ma lettre, je trouvais le sujet trop grave et puis finalement non, c'est un sujet de vie,et chacun y trouve des mots à dire, car cela touche beaucoup de monde.
      Merci de ton passage. j'espère que je vais pouvoir commenter tes prédécesseurs, car depuis tout à l'heure j'essaie en vain.

      Supprimer
  24. Tu es une fois encore dans la relativité des choses...
    Le regard est lui aussi relatif, une femme heureuse est toujours belle:-)
    La mode les veut anorexiques, Renoir les aimait charnues et Botticelli les voyait bien en chair pour être belles.
    Baci bella Ragazza

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai bien conscience que c'est cette sorte de petite lumière permanente qui brille au fond de moi qui fait que je me trouve belle...en tous cas, dans le regard des autres. Et en miroir, plus ils me trouvent belle, et plus je suis heureuse... c'est une sorte de cercle vertueux, bien que je n'aime pas ce mot, car il n' y a là aucune vertu particulière. Juste des échanges d'atomes et de molécules plus ou moins crochus...
      Molto baci

      Supprimer
  25. Prodigieux... ce texte est tout simplement prodigieux!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ce qui me plairait,c'est que tu m'expliques pourquoi cet enthousiasme...En deux mots bien sûr. J'aime bien savoir, quand je touche quelqu'un, quel ressort j'ai touché en lui. (ou en elle, en l’occurrence)

      Supprimer
    2. Mince alors, l'instit me demande de développer mon idée!! Zut je me retrouve avec l'anxiété massive qui me frappait de plein fouet quand j'étais interrogée à l'oral!!! :-P

      J'ai beaucoup aimé pour plusieurs raisons:
      - le style est efficace
      - la consigne est respectée (même si je l'avoue, quand je lis tes textes issus de défis ou d'exercices divers, je ne m'attache pas vraiment à ça mais plutôt à l'essence du texte).
      - le sujet est tellement vrai, contemporain, populaire, réaliste... on peut tou(te)s se retrouver à un moment ou à un autre de sa vie dans la situation que tu décris.
      Se sentir moche, ou peu désirable, ou peu à son avantage. Ca nous est probablement arrivé à tous, même Adriana a du se plaindre une fois d'avoir des poches sous les yeux!
      Et toi, tu l'écris. Tu l'écris sans fausse pudeur, sans entrer dans l'absurde ou dans l'excès de détails inutiles. C'est efficace encore une fois.

      Et puis la fin... quand on découvre que c'est une lettre abandonnée sur le sol, quand on (je!) ressent cette souffrance commune, ce partage d'émotions entre ces deux inconnues... voilà, ce que je trouve prodigieux. Tu as réussi à me surprendre et à m'émouvoir sur un sujet qui pourrait paraitre banal et que tu as rendu hors du commun.

      Supprimer
    3. en plus, j'ai cru que le texte s'arrêtait à la signature d'Adelaïde. alors j'ai eu comme un "effet kiss cool"! c'était encore meilleur! ^_^

      Supprimer
    4. Tu as répondu au-delà de mes espérances, chère Stella!
      Je n'avais jamais parlé de cette histoire, et là, je ne sais pas pourquoi, avec ces mots pourtant magnifiques sur le thème de la beauté, elle s'est imposée a moi comme une évidence.
      Je te remercie vraiment, du fond du cœur, pour ta franchise et ton enthousiasme. Quand on écrit, geste éminemment narcissique, on a besoin de ce miroir que sont les lecteurs. Tu m'as donné la plus belle image possible, en analysant ce qui t'avait touchée. Un seul mot peut rendre beau quelqu'un.

      Supprimer
  26. Pas le temps de lire les commentaires, comme c'est dommage...
    Il ne faut jamais se fier aux apparences, Célestine, quand on gratte le vernis, on a toujours des surprises !
    La beauté du coeur et tellement plus importante que celle du corps. Une tête bien pleine vaut tellement plus qu'une tête bien faite. Ce n'est pas toujours l'avis des hommes, cependant !
    Et le charme fait oublier les petits défauts physiques, comme le sourire et la gentillesse.
    Texte court qui a suscité des commentaires bien longs ! Pari gagné !
    Bonne semaine et gros bisous d'ici

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mais je ne me fie aucunement aux apparences, ma chère Soene.
      En revanche, je fais confiance a mon sixième sens, qui me permet de voir à travers les apparences. Et il ne me trompe pratiquement jamais.
      Bien sur je suis d'accord avec toi, une tête bien pleine vaut toujours mieux qu'un bel emballage vide...
      Gros bisous ma Soene

      Supprimer
  27. Je ne connais pas cette dame, mais quelle lucidité et quelle vérité dans ces propos, hélas il y a des femmes (et des hommes) dans cette posture.
    La beauté intérieure est très importante mais ne jurer que par elle est une escroquerie, hélas la nature humaine est ainsi, sans attirance pour l'apparence, il n'y a pas d'amour...
    Texte original...bravo.
    C'est compliqué l'apparence et le regard...je cherche l'âme dans les yeux de l'autre mais ça déstabilise alors...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bien sur, sur un certain plan tu as raison, on part toujours d'une attirance pour une apparence, mais comment font les aveugles pour tomber amoureux?
      Pour chercher ce qui est de chercher l'âme à travers les yeux, c'est vrai que c'est une méthode quej 'expérimenté assez souvent. Les yeux ne mentent pas. Mais il faut assumer cette intrusion dans la sphère privée de l'autre.

      Supprimer
  28. Voîà un texte sobre et beau, comme je les aime. Bizzzz

    RépondreSupprimer

Je lis tous vos petits grains de sel. Je n'ai pas toujours le temps de répondre tout de suite. Mais je finis toujours par le faire. Vous êtes mon eau vive, mon rayon de soleil, ma force tranquille.
Merci par avance pour tout ce que vous écrirez.
Merci de faire vivre mes mots par votre écoute.