samedi 15 septembre 2012

Lumière

Parfois, elle se disait que la lumière de début d'automne était la plus belle qui fût.
Peut-être à cause de la fragilité de l'air, impalpable, mais pourtant bien réelle. 
L'été finissant avait les  interrogations muettes et fatalistes d'une femme encore belle. Elle se sentait être  cette femme. C'était dans  cet "encore" que résidait toute cette fragilité. Comme si les feuilles encore vertes, l'air encore chaud savaient déjà  la morte saison, ses décrépitudes et ses déconfitures, et s'y préparaient par un sursaut de splendeur.Il lui semblait qu'il lui faudrait vivre toujours plus fort, entendre davantage encore battre dans son coeur cette sarabande effrénée, cueillir toujours davantage les roses de la vie.

Peut-être à cause de la chaleur encore présente dans le flamboiement de midi, mais qui s'enfuyait vite au crépuscule.Comme si le soir aspirait toute la chaleur du jour. L'heure du thé ne s'étirait plus en longueur. Les premiers frissons du soir faisaient rentrer les tasses et les miettes de gâteau dès la dernière gorgée avalée.
La lumière de l'automne balbutiant flattait les formes et nimbait de belles dorures les arbres du jardin.
Le ciel paraissait intensément plus bleu. Les visages plus doux et apaisés.
Les fièvres étincelantes de l'été feraient bientôt place aux journées d'ocre et de rouge, à la simplicité fraîche et belle des octobres lumineux. 
Ainsi allait la vie, ses saisons et ses cycles virevoltants appelés parfois très justement tourbillon.

photo internet

36 commentaires:

  1. Il reste "encore" quelques heures à l'été.....

    RépondreSupprimer
  2. Oui, c'est vrai...quelques jours même, mathématiquement.L'automne arrive toujours sur la pointe des pieds...

    RépondreSupprimer
  3. Reussie la nouvelle banniere de la rentrée !
    Ce billet, c'est le début d'une histoire?
    Parce que j'aimerais bien savoir moi pourquoi "très justement tourbillon" !!

    RépondreSupprimer
  4. La lumière du soir éclairait tendrement les vignes. La vendange était faite. Les blés dans les greniers séchaient pour l'hiver. Dans les vergers on cueillait les dernières pommes. Le soir semblé chargé d'une douce langueur. Les tons dorés, ocres, rouges et orangés dessinaient la campagne alentour. Elle regardait la belle ferme, et le clocher, et les toits du village. Tout respirait la prospérité, la sagesse, l'économie des jours d'hiver. On avait passé le printemps fougueux. L'été avait tenu ses promesses mais n'était pas encore parti. Il n'était pas fini le temps ou l'on déjeunait dehors, mais non plus à l'ombre de la treille, au contraire au soleil éclatant de la terrasse, à midi. Et si le temps était venu de la sagesse, ce n'était pas non plus le temps du repos, mais le temps bien mérité où l'on sait déguster, ou l'on sent jusqu'au plus profond, au plus secret les goûts les plus secrets. Et si le temps avait semé quelques fils d'argent dans ses cheveux, l'art d'une savante coiffure savait en triompher et donnait à son visage encore plus de beauté. on n'était pas encore dans l'automne. On n'était plus non plus dans l'été. On était hors du temps et hors de l'espace. On ne pensait pas encore à l'hiver. Juste le temps du repos, le temps de déguster la vie.

    RépondreSupprimer
  5. L'automne, la saison bénie des photographes, comme tu en dis bien la lumière...

    RépondreSupprimer
  6. Bientôt l'automne c'est vrai et sa belle lumière... j'aime ses teintes délicates.

    Bisous ☆✯☆✯ Laure ☆✯☆✯
    http://suivre-mon-etoile.blogspot.fr/

    RépondreSupprimer
  7. Mais c'est tout neuf chez toi !
    Tu as la sensibilité à fleur de peau ce matin....
    Qui est cette très belle jeune femme sur la photo ?

    RépondreSupprimer
  8. Vois-tu il était sincère mon compliment, car j'ai agrandi la photo et j'ai reconnu.... Et oui ];-D

    RépondreSupprimer
  9. antiblues < Elle avait des bagues... à cha-aque doigt... L'allusion était claire, non ? d:)

    RépondreSupprimer
  10. j'aime aussi la belle et chaude lumière de l'automne et tu en parles très bien, mais ton billet sur le temps qui passe me fait penser à ce goujat de Ronsard qui ne savait vraiment pas parler aux femmes ;-)
    Le temps s'en va, le temps s'en va, ma Dame,
    Las ! le temps non, mais nous nous en allons,
    Et tôt seront étendus sous la lame

    RépondreSupprimer
  11. Ce joli billet résonne avec beaucoup de mélancolie chez moi. Allez, il faut que je me raisonne, l'été indien peut durer encore un certain temps. Profitons-en plutôt que de nous lamenter (je me parle à moi, là... oui je me vouvoie, ça m'arrive... :-)

    RépondreSupprimer
  12. Elle est magnifique cette toile d'Evelyne Batier-Geneve. Je suis allé sur son blog mais j'ai oublié de cliquer sur ses œuvres pour les agrandir. Votre bannière donne toute la mesure de son talent. Il lui manque que vos yeux :-)

    RépondreSupprimer
  13. ALAIN M merci c'est une artiste découverte cet été, pur laquelle j'ai eu un véritable coup de foudre.

    MYOSOTIS toujours un peu de nostalgie au moment des changements,même s'ils se font en douceur. mais pas de tristesse, life is beautiful!Et puis de toutes façonstu ne te fais plus de bile, hein? ;-)

    RépondreSupprimer
  14. ADRIENNE peu de professeurs de français m'ont parlé en ces termes de Ronsard. Mais tu as raison, ce n'est jamais bien malin de parler à une femme de ses futures rides...Même si, peut-être, il n'avait trouvé que ça pour les mettre dans son lit, une sorte d' électro-choc...

    RépondreSupprimer
  15. SAOUL FIFRE ! oui, c'était exactement à la chanson de Jeanne Moreau que je faisais allusion. Tu es perspicace.

    ANDIAMO je me demande qui tu as reconnu en agrandissant la photo...je ne me souviens pas avoir posé pour le catalogue Bergère de France....LOL
    Bon je vais dire que c'est un compliment pour moi (à tout hasard, ya pas de mal à se faire du bien...)
    Quant à ma sensibilité à fleur de peau, si c'était juste ce matin...mais c'est tout le temps, mon brave monsieur.Les autres jours, je dissimule!
    Et enfin, merci d'avoir vu que j'avais un peu changé le décor, j'aime bien bouger les meubles de place de temps en temps...(hum, c'est pas trop français ce que je raconte là).

    RépondreSupprimer
  16. LAURE Cette lumière doit bien t'aller, chère Laure, toi qui as le feu dans tes cheveux et la beauté des forêts d'automne.

    WALRUS oui, il va falloir que je me décide à sortir de mes cahiers pour aller taquiner un peu l'APN...il fait un temps sublime.

    RépondreSupprimer
  17. ANONYME c'est un très beau texte qui fait écho au mien, comme toujours. Une sorte de prolongement de mes ressentis sous la plume d'un autre, c'est toujours émouvant de se savoir si bien lue.

    ANTIBLUES je crois que Saoul-fifre t'a donné la solution. Ce n'était qu'une référence à une chanson que j'adore et que je vais sûrement réapprendre à mes CM2, bien qu'elle soit assez difficile...Mais je crois qu'un billet est toujours un morceau d'histoire, quel qu'il soit.

    RépondreSupprimer
  18. ANTIBLUES (bis) contente que toi aussi tu apprécies ma nouvelle bannière. Je pense que tu aimeras d' autres tableau de la dame, si tu vas sur son site...

    RépondreSupprimer
  19. Joli texte qui pose cette rentrée tournillonesque - même Jack a rendu son tablier - et la saison à venir , pourvu qu'elle soit douce.

    RépondreSupprimer
  20. HELENE peux-tu m'expliquer un peu plus ton commentaire très métaphorique? Qui est Jack?

    RépondreSupprimer
  21. Moi j'aime bien cette période de transition entre la fin de l'été et le début de l'automne...sans doute parce que c'est la période de nos anniversaires ☺☺☺☺

    RépondreSupprimer
  22. J'aime ta description de l'automne!
    Arrivée à cette saison de ma vie, je pense même que c'est ma saison préférée...

    PS: le schtroumpf grognon a dit:
    "moi, j'aime pas la déconfiture"

    RépondreSupprimer
  23. L automne commence avec les premiéres flambées. Les fleurs se désséchent, les fruits tombent et seules quelques héroïnes comme les chrysantémes essayent de nous faire oublier la fuite du temps.
    Amicalement Latil

    RépondreSupprimer
  24. génial cette nouvelle présentation la bannière est très belle , bravo à l'auteure , je suis allée voir son blog c'est sympa !! bonne soirée Célestine je vais voir décoller PSV il s'en va en voyage ! j'espère qu'il ne va pas se scratcher !

    RépondreSupprimer
  25. LATIL tu es poète, à ce que je vois. Il est vrai que les changements de saison sont inspirants...

    FLEUR DE SEL pauvre schtroumpf grognon...il y a aussi les confitures heureusement...

    HUTTE DES BOIS n'est ce pas? Je l'ai rencontrée cet été et j'ai flashé sur sa peinture... Je vais aller voir PSV, quel délire il a encore bien inventé...

    RépondreSupprimer
  26. Bravo pour le changement de déco , belle bannière , j'aime aussi
    L'été se sauve faut se rendre à l'évidence , peu à peu , encore de belles journées , mais la nuit nous rattrape
    Je n'aime pas l'automne , y'a rien à faire , c'est pas ma saison
    elle a quelque chose de mélancolique
    tu écris bien Célestine , j'admire ta narration , vraiment ..
    bises d'une Jeanne encore trop occupée

    RépondreSupprimer
  27. Je crois que l'automne commence aujourd'hui ici. Gris, humide, c'est la vie.

    RépondreSupprimer
  28. La photo est magnifique et le texte et la musique de Tiersen sont à l'unisson. Amélie Poulain est un film que je ne pourrais jamais oublier...une époque de ma vie...la rencontre avec La Douce. Je crois l'avoir vu 5 fois au cinéma. Quant à cette musique elle me retourne un peu, ceci expliquant cela.

    RépondreSupprimer
  29. Damned mais c est bien sûr !
    Faut dire quand meme quand je pense à la chanson française, Jeanne Moreau ne me vient pas de suite à l esprit !
    Ni Truffaut pour le ciné du reste ...

    RépondreSupprimer
  30. Merci pour ce coup de pouce géant,Célestine .
    J'ai aimé ton billet sur l'automne c'est ma saison préférée, encore bouillonnante des découvertes de l'été et déjà dans une certaine langueur propice aux rêveries.Merci pour ce beau moment

    RépondreSupprimer
  31. Joli texte qui sublime l'été finissant. Il y a aussi de beaux jours en automne mais combien éphémères. Et je n'aime pas l'hiver.
    Amitiés. dinosaure80.

    RépondreSupprimer
  32. HENRI quand j'avais douze ans, j'ai écrit une rédaction "comment peut-on aimer l'hiver?" Mon professeur l'avait lue à tous ses collègues. Je m'en souviens encore. Sur ce plan-là, je n'ai pas changé: j'aime toujours autant écrire, et je déteste toujours autant l'hiver.
    Merci de ton passage.

    RépondreSupprimer
  33. EVELYNE un coup de pouce pour un coup de coeur, quoi de plus normal?...
    J'espère que tu vas avoir des visiteurs!

    RépondreSupprimer
  34. ANTIBLUES Je suis plus Jaoui-Bacri que Truffaut-Moreau...et toi?

    RépondreSupprimer
  35. MIND THE GAP Nous avons le même vécu par rapport à ce film, pour moi un des meilleurs films de ces quinze dernières années.Et ne parlons pas de la musique, sublime!

    RépondreSupprimer
  36. BERTHOISE Pas d'été indien dans le Vexin?

    JEANNE j'aime l'automne naissant, mais je n'aime pas m'enfoncer dans novembre, par exemple...comme tu peux le constater ici

    RépondreSupprimer

Je lis tous vos petits grains de sel. Je n'ai pas toujours le temps de répondre tout de suite. Mais je finis toujours par le faire. Vous êtes mon eau vive, mon rayon de soleil, ma force tranquille.
Merci par avance pour tout ce que vous écrirez.
Merci de faire vivre mes mots par votre écoute.