vendredi 15 juillet 2011

La lettre B

Chez Asphodèle  une consigne sympa attend tous les amateurs d'ateliers d'écriture.
Il s'agit d'écrire un texte incluant les mots suivants:







bouquin – bien – bout – beauté – bastingage – bambochade – bravache – barbare – banc – bambou – balivernes – byzantin – borderline – bébé – blanc(s) ou blanches (s) – bain.


                                         * * *
Il fait nuit. Négligemment appuyée au bastingage de ce paquebot de luxe où elle gaspille sa vie en s’étourdissant dans de vaines et onéreuses bambochades, elle regarde l’écume blanche friser le haut des vagues. Elle l’a bel et bien ratée, cette vie. 
Elle prendrait bien un bain d’eau glacée pour se remettre les idées en place et tiens...peut-être même se laisser couler au bout de la nuit définitive. En finir ne lui semble pas si barbare...pour oublier...
Oublier qu’elle a quarante ans, qu’elle n’a plus l’âge de ses excès un peu borderline, que sa beauté lentement va se faner sans qu’elle ait réussi à trouver un homme un peu bravache qui fût capable de lui accrocher un bébé au bout des seins, un beau bébé rond et rose comme dans un bouquin de midinettes, un baigneur couché dans un berceau en bambou, qu’elle aurait balancé du bout du pied tout en vernissant ses ongles du rose byzantin de chez Chanel, affalée sur un banc dans une pose impudique...


 -Pff, balivernes! se murmure-t-elle en secouant ses boucles humides d’embruns. 
Et elle retourne vers ses noceurs, retrouver sa futile existence de débauche .

18 commentaires:

  1. Un portait de femme tout en pudeur , bravo !

    RépondreSupprimer
  2. c'est juste? Beau portrait....

    belle journée chez toi.

    RépondreSupprimer
  3. Court et percutant.belle prouesse!

    RépondreSupprimer
  4. Oups le commentaire est parti trop vite en anonyme!

    RépondreSupprimer
  5. La crise de la quarantaine a frappé ? Beau portrait de femme, effectivement, avec ses questions et ses doutes.

    RépondreSupprimer
  6. Crise de la quarantaine à la Fitzgerald, j'aime beaucoup et défi relevé en peu de mots !! Bravo !

    RépondreSupprimer
  7. Oui tu le sais déjà chère Célestine... ton texte est dense et d'autant plus frappant!
    Cette crise, on la passe tous à un moment donné, ou on peut la passer... pas facile des fois!

    RépondreSupprimer
  8. Comme je voudrais...
    Comme j'aimerais...
    Comme je souhaiterais...
    Avoir ENCORE quarante balais !

    RépondreSupprimer
  9. Elle devrait aller passer un week-end chez Gonzague, ils pourraient s'entendre tous les deux! ;-) Tu as réussi à placer tous les mots dans un texte très court, bravo!

    RépondreSupprimer
  10. Bonjour !
    Un texte court et percutant, comme je les aime.
    Je découvre que nous avons le même éditeur. ;-)

    RépondreSupprimer
  11. quarant'aime et ses regrets, quarant'aime et ses beaux jours,
    quatant'aime et ses lendemains qui chantent pour longtemps.
    la vie reste encore à découvrir. :D Joli texte en finesse.

    RépondreSupprimer
  12. ...
    Et bien! ;)

    J'aime beaucoup ce que tu as fait de ces consignes!

    ;)

    RépondreSupprimer
  13. une personnage décrit en quelques traits, l'esquisse d'un regret amer : bien réussi et en plus sous la contrainte : bravo !

    RépondreSupprimer
  14. J'ai parcouru ton blog "de haut en bas". Alors, qu'est ce que tu fiches comme instit ? Je te vois plutôt comme prof de littérature. Et ton livre chez Chloé. Je l'attends avec impatience.
    Amicalement. dinosaure80

    RépondreSupprimer
  15. quel bel exercice !
    Je découvre tes mots , j'aime ces petits récits , parfaitement bien "cuisinés " sans flonflons ni paillettes
    Promis , je vais revenir souvent chez toi Célestine

    RépondreSupprimer
  16. Introspection d'une femme désillusionnée. J'aime beaucoup.

    RépondreSupprimer
  17. Merci à tous pour vos commentaires que je découvre à mon retour de voyage...Je souhaite la bienvenue à tous les nouveaux lecteurs que cet exercice m'a amenés, via le blog de Coumarine et d'Asphodèle.

    *******Célestine*******

    RépondreSupprimer

Je lis tous vos petits grains de sel. Je n'ai pas toujours le temps de répondre tout de suite. Mais je finis toujours par le faire. Vous êtes mon eau vive, mon rayon de soleil, ma force tranquille.
Merci par avance pour tout ce que vous écrirez.
Merci de faire vivre mes mots par votre écoute.