mardi 9 février 2010

Comment faire? j'ai ma petite idée...(pour Coumarine)

J'arrive après la bataille il me semble... mais avec du soleil dans le coeur pour toi, ma sombre et déchirée Coumarine, toujours en quête d'interrogations sur l'existence. Laisse moi te remonter le moral: le monde ne tourne pas si mal qu'on veut bien nous le montrer. Il faut une demi-heure au jt pour donner toutes les mauvaises nouvelles du monde, mais il faudrait la journée entière pour énoncer tout ce qui va bien, les bonnes actions, les gens qui vivent sans tuer personne, sans armes à la main, sans drogue, sans violence,  ceux qui s'occupent des ONG, les mères Thérésa, les soeurs Emmanuelle, les abbés Pierre, ils sont légion, les dévoués, les obscurs, qui donnent de leur temps, de leur énergie, de leur courage, pour éclairer d'un sourire les visages des malheureux, des malades, des sans abris, des sous développés,  des sans espoirs, des oubliés, ils ne font pas de bruit mais ils répandent le bien autour d'eux, pierre après pierre ils reconstruisent, ils pansent, ils réparent, ils sauvent, ils soignent, ils s'activent même s'ils n'ont pas les honneurs du jt.Combien de médecins sans frontières sauvant et secourant les populations éprouvées du bout du monde, pendant que les grands de ce monde se pressent dans leurs salons lambrissés en mangeant du caviar avec des tremolos dans la voix. Combien d'intellectuels mettant leur plume au service des grandes causes, dénonçant la guerre, le racisme ou la misère...Combien d'oeuvres sublimes au cinéma, en littérature, en peinture, en musique, pour dénoncer les odieux travers de l'homme et exalter au contraire ses fulgurances...Combien d'éducateurs sauvant des jeunes du naufrage social, combien de psychologues, d'infirmières, d'enseignants, de travailleurs sociaux, d'associations qui retroussent leurs manches au quotidien, qui montent au charbon pour maintenir le tissu social, qui donnent encore et toujours , comme de petites gouttes d'espoir dans l'océan. Cet océan de sinistrose dans lequel on noie les gens,  on les paralyse en leur faisant croire que tout est perdu.On les rend impuissants et mous. Pour servir les intérêts de ceux qui se moquent du tiers comme du quart-monde.. Mais rien n'est jamais perdu.Rien n'est jamais définitif. C'est de cette certitude que je puise ma force même dans les moments où je me laisse aller à désespérer. Et puis je retourne dans l'action et je regonfle mes neurones de cet espoir vital.Non, le monde ne va pas si mal, et il pourrait même aller encore mieux si toutes les énergies positives se mobilisaient pour refuser la fatalité.

14 commentaires:

  1. OUI OUI OUI
    OUi, tu as raison
    L'énumération est longue
    exaltante...
    Quel bien ça fait!
    Merci Célestine
    Si tu savais combien je suis touchée.
    La blogosphère est parfois magique. Il s'en passe des choses incroyables, que ceux qui ne savent pas ce qu'est un blog, ne peuvent imaginer
    J'irai dormir avec un vrai sourire...
    Merci...

    RépondreSupprimer
  2. Tu as tout à fait raison. Je ne comprends même pas comment on peut encore regarder les jt ou écouter les infos à la radio. Ce sont des entreprises industrielles de démoralisation et après on se demande pourquoi les gens consomment des petites pilules roses ou pire encore.

    RépondreSupprimer
  3. C’est vrai, ils sont légion à tendre la main vers les autres, mais l’espoir ne se vend pas bien au JT.
    Bises Celestine.
    Math

    RépondreSupprimer
  4. Refuser la fatalité et choisir de tourner le dos à toutes ces soi-disants infos où le morbide le dispute au voyeuriste...
    Un kaléidoscope réserve de merveilleuses visions, ou une image grise et fixe.... tout dépend dans quel sens on décide de regarder !

    RépondreSupprimer
  5. tu as raison.mais d'où vient ce morbide plaisir du JT à nous donner les mauvaises nouvelles..alors qu'avec juste un regard près de chez nous..on trouve du beau,du positif...
    bonne journée

    RépondreSupprimer
  6. Excellent billet qui met les églises au milieu des villages. Savoir n'engendre pas forcément le désespoir et l'action amène la satisfaction. Bonne journée!

    RépondreSupprimer
  7. j'ai été militant syndicaliste et politique toute ma vie. (CGT et PSU, pas au PS) Et nous avions l'habitude de dire: un militant triste et un triste militant. Nous en prenions plein la gueule avec ces médias aux ordres, mes licenciements nous connaissions aussi, mais jamais nous baissions les bras. Il faut dire que nos femmes sont souvent de bon soutient !!

    Bonne journée;

    RépondreSupprimer
  8. J'avais répondu à Coumarine avec d'autres mots, mais je suis tout à fait d'accord avec ton article Célestine du premier au dernier mot. On a tous des hauts et des bas, mais la vie mérite d'être vécue et, comme le signale Coumarine dans son commentaire, la blogosphère est une formidable aventure humaine que ceux qui n'ont pas un blog ne peuvent pas comprendre.
    Pour vous détendre un peu, j'ai mis dimanche sur mon blog de très belles photos du Sous-Bois de Wépion qui vous permettront de voir quelques beautés que nous offre la nature.
    A bientôt!

    RépondreSupprimer
  9. Je fais partie des énergies positives et je dis que oui le monde et beau et la vie est belle, si on veut bien regarder ou écouter autre chose que ce qu'on nous dit à la radio ou à la télé, même si...

    RépondreSupprimer
  10. YESS ! Ah, my dear, my dear, tu es une vraie petite étoile :-)

    RépondreSupprimer
  11. Ton article est comme le soleil au travers d'un jet d'eau, Célestine! Une explosion de mille et une belles choses qui font que la vie reste belle malgré tout.

    J'y pense souvent aussi. Il y a toujours cette lutte des ténèbres contre la lumière, nous en a-t-on assez parlé au cathéchisme! Mais le monde discret des bons, des humbles, des idéalistes, on le remarque peu, mais il tient en effet les ténèbres à distace, à coup de chants grégoriens, de volontariat, de bonté quotidienne, de générosités, prières à tous les dieux, foi dans le monde.

    Le JT... nous ne le regardons presque plus. C'est recevoir tanks, cadavres, maladies et catastrophes dans notre living. C'est recevoir l'image du malheur et lui donner vie. Nous regardons au compte-gouttes.

    Les nouvelles nous arrivent quand même! Mais on ne s'en nourrit plus...

    Bravo et re-bravo Célestine!

    RépondreSupprimer
  12. C'est tellement vrai!Qui donc a intérêt à nous montrertoutes ces horreurs, ces souffrances étalées sans rien dans la balance? Pourquoi nous démoraliser sans cesse? heureusement que les petites douceurs quotidiennes et les amis sont là!

    RépondreSupprimer
  13. Il y a bien longtemps que j'ai banni la TV de ma vie, en regrettant toute fois Thalassa et quelques autres émissions du genre (ordi peut bien souvent pallier à ça).
    Pour les infos, la radio est amplement suffisante et permet de glaner quelques infos qui ne sont pas télévisuelles...

    A l'heure du bilan, je préfère conclure par un "peut mieux faire" que par "Il y en a des pires".Ou plus navrant encore: "On est parmi les meilleurs"

    Les voeux que j'ai posé sur mon blog sont une sorte de bulletin scolaire, et actuellement, les apprentis dirigeants du monde ne sont pas doués, alors forcément que le bulletin scolaire est à lavement (selon Bérurier).

    Mais tu as raison de relever que nombre de choses vont bien de par se vaste monde....
    2013 Baci
    Blutch

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. D'accord avec toi sur l'essentiel. Après tout est dans la façon de regarder le verre...à moitié vide, ou à moitié plein?
      je ne me souviens plus de ce que j'ai mis dans mon commentaire à ton "bulletin scolaire" mais je crois me souvenir que ça parlait d'amour. On ne se refait pas, hein? ;-)

      Supprimer

Je lis tous vos petits grains de sel. Je n'ai pas toujours le temps de répondre tout de suite. Mais je finis toujours par le faire. Vous êtes mon eau vive, mon rayon de soleil, ma force tranquille.
Merci par avance pour tout ce que vous écrirez.
Merci de faire vivre mes mots par votre écoute.