mercredi 11 novembre 2009

Une femme puissante

Marie Ndiaye m'a bluffée , à plus d'un titre. Romancière extraordinaire, à la plume subtile et ténébreuse, j'avais lu il y a quelque temps "Mon coeur à l'étroit", un roman inquiétant qui met en scène une institutrice, et en même temps un roman cocasse, ravissant et crépusculaire. 
La voir gagner le Goncourt m'a procuré une joie intense, le coup de poing au coeur que me donne toujours la victoire de l'Humanité des Lumières sur l'obscurantisme obtus de certains chantres de la cuculture.
Alors, entendre un petit député franchouillard de l'union des minables patentés, oser parler, à propos de cette femme étincelante , d'une espèce de "devoir de réserve" des écrivains ...et s'indigner  qu'une femme à qui l'on a  fait l'insigne honneur d'attribuer le Goncourt se permette de critiquer sans vergogne notre omniprésident bien-aimé, ...franchement , n'est-ce pas tout simplement pitoyable? Il faut dire qu'elle a OSE, il y a peu, émettre une critique, et évoquer le sentiment de mal être que l'on éprouve en ce moment dans notre beau pays, en grande partie à cause de nos sémillants  dirigeants.  
Oui, Marie Ndiaye, vous avez eu raison de leur damer le pion, à ces champions de "l'identité française", des charters de reconduction aux frontières des sans-papiers, à ces champions du désespoir de certaines familles de réfugiés anéanties, démantelées par leur inhumaine logique. Vous avez eu raison d'affirmer qu'on ne se sent pas bien dans la France Bling-Bling, la France du parjure politique, de la récupération, des compromissions, la France de " Hadopi" la France de la délation, du flicage, des radars, des gardes à vue, la France de la pensée unique, du politiquement correct, de la pseudo liberté de la presse,  la France du massacre des services publics, des communautarismes et du "diviser pour mieux régner". Mais je m'emballe!
Il n'empêche que derrière son sourire lumineux et son visage lisse de vierge noire, cette jeune femme a quelque chose que les autres n'ont pas , dans ce paysage raplapla et déprimant des béni-oui-oui du pouvoir et de la nomenklatura sarkozyenne,  excusez moi du peu.Elle a tout simplement des couilles, et ça c'est un atout inestimable et précieux de nos jours. Je file acheter son livre.

9 commentaires:

  1. "devoir de réserve" à propos d'un écrivain qui a reçu le Goncourt et parceque cette femme a tenu en août des propos sur sarko,besson et autres en disant qu'elle les trouvait monstrueux. Démocratiiiiiiiiiiieeeeeee,ddéééémoccccccrrratttiiiieee.....
    De quel droit!!
    Encore un de la bande qui confusionne ou stratégie sarcozienne des petits clous enfoncés dans le dos de la démocratie pour la voir se tordre de douleurs!!!
    Comment fait-il?
    Moi, avec mes aiguilles vaudou que je lui enfonce (la décence m'empèche de vous dire où),tous les jours et plusieurs fois,dans sa minuscule petite poupée (c'est vrai, il n'a rien d'un grand)et qui en apparence ne le touche pas, sauf cet été!!
    Son malaise était-il dû à mes séances de magie noire ou étais-ce toi Marie Ndiayde?
    CONTINUE!!!

    RépondreSupprimer
  2. Oh mais j'aime bien les coups de gueule comme ça, moi, Célestine :-)

    RépondreSupprimer
  3. Je ne savais pas qu’obtenir le Goncourt équivalait à « soit belle et tais-toi », l’incident est d’autant plus intéressant que Marie Ndiaye, n’a dit que la vérité, sont sentiment est partagé, n’en déplaise à ses messieurs, pas de nombreux Français….
    Bonne journée Cel

    RépondreSupprimer
  4. Je n'aurais pu l'écrire aussi bien mais tu exprimes exactement le sentiment que j'ai ressenti en entendant parler. Je n'ai pas lu ses livres, mais ils sont sur ma liste d'achats pour le prochain séjour en France !

    RépondreSupprimer
  5. Je suis entièrement d'accord avec toi et je vais moi aussi acheter son livre!

    RépondreSupprimer
  6. J'étais certaine que tu prendrais position en sa faveur et que tu te manifesterais sur ton blog, comme quoi :-) A quand ton billet sur la synchronicité?
    Bien sûr c'est ridicule, cette demande de votre député, sans doute orchestrée par l'entourage de votre grand 1er Sarkoléon qui ne supporte aucune ombre ni aucune critique! L'affaire du mur m'a bien fait rire, ainsi que celle de tous les ouvriers appelés à être à ses côtés et sélectionnés en fonction de leur "petite" taille... Mais je ne voudrais pas critiquer le gouvernement d'un pays voisin, ami et aimé, simplement, ça ne le grandit pas vraiment, ça le ridiculise plutôt. Et offrir la même bague de fiancaille à deux femmes différentes, ça en dit long sur l'homme... Bisous et bonne soirée!

    RépondreSupprimer
  7. Merci de m'avoir fait découvrir cet auteur que je ne connaissais pas. Je te souhaite une bonne lecture de tous les articles que j'ai renseignés sur la côte belge. Tu peux me contacter par mail ce week-end pour nos "projets professionnels communs" (un terme un peu pompeux pour intriguer tous les fidèles de ce blog...).

    RépondreSupprimer
  8. Bravo Célestine ! Je viens de découvrir ton blog chez Coumarine. Tu sais, je vais le lire, le Goncourt de cette année (d'habitude j'évite les bouquins primés), parce que c'EST Marie Ndiaye, et que comme tu dis : elle a ce qu'il faut où il faut ;D Chapeau pour ton billet, il me plaît aussi ton coup de gueule.

    RépondreSupprimer
  9. Moi aussi, ça m'a ravi!
    anecdote: un jour je me suis élevée contre qqn qui jugeait des femmes seules en difficulté dans l'éducation de leurs enfants, et alors, on me rétorqua "oui, mais toi, t'as de couilles!" et ça m'a fait drôle....

    RépondreSupprimer

Je lis tous vos petits grains de sel. Je n'ai pas toujours le temps de répondre tout de suite. Mais je finis toujours par le faire. Vous êtes mon eau vive, mon rayon de soleil, ma force tranquille.
Merci par avance pour tout ce que vous écrirez.
Merci de faire vivre mes mots par votre écoute.