samedi 14 novembre 2009

Synchronicité

Un grand nombre d'expressions familières suggèrent que les relations entre les êtres et les choses dans l'univers passent par des ondes invisibles. "Avoir des atomes crochus" , "être en phase avec quelqu'un" , "être sur la même longueur d'ondes" ou au contraire "ne pas pouvoir sentir quelqu'un" , "être hérissé, horripilé" par quelqu'un, avoir quelqu'un dans le nez, ne pas "sentir" une affaire,  un contrat...Autant de manière d'exprimer ce que l'on ressent d'impalpable et pourtant très réel: ce sont des vibrations . Rien de magique là-dedans. Tout ce qui vibre à la même fréquence que nous est inexorablement attiré par nous. Cette théorie est remarquablement expliquée dans un livre passionnant appelé "Excusez moi mais votre vie attend", de Lynn Grabhorn, ainsi que dans le livre sur les lois de Murphy dont j'ai déjà parlé .

Les choses positives arrivent aux gens positifs, et les choses négatives aux gens négatifs. On a envie de dire: mais ce n'est pas aussi schématique, voyons! et pourtant, remarquez comme certaines personnes attirent la poisse et enchaînent les coups du sort avec une régularité effrayante. D'autres au contraire semblent touchées par la grâce et toujours être épargnées par la malchance. Quand on est amoureux , en pleine synchronicité positive, dans cette sorte d'état de grâce où l'on vole au-dessus du sol sur un petit nuage rose, il ne nous arrive rien :  ni maladie, ni accident, comme si on était protégé par une bulle de titane. C'est qu'à ce moment là, on vibre à haute fréquence, on est heureux, on a envie de chanter, de danser, de courir sous la pluie...et tout nous semble possible, car en réalité, tout l'est à ce moment précis.

La synchronicité négative au contraire, nous fait vibrer à très basse fréquence: on n'a plus d'énergie , on a "le bourdon" Tout se met à aller de travers, on a l'impression de s'enfoncer dans un sol mou et spongieux. Gare alors à ne pas se laisser aspirer dans une spirale alimentée par nos peurs, et nos angoisses...car les pires choses vont alors nous arriver , catapultées sur nous comme par un aimant.
"La fortune sourit aux audacieux", disait ma grand-mère. En se jouant de ses peurs, en croyant en soi, en s'aimant soi-même et en reprenant confiance en soi, on peut renverser la vapeur et se remettre à vibrer à la bonne fréquence, celle qui nous fera rencontrer des gens intéressants, celle qui nous donnera le petit coup de pouce qui peut changer notre vie. Aucun rêve n'est impossible quand on sait qu'on aura la force et la volonté de le réaliser.

La synchronicité , au quotidien, explique pourquoi on pense à quelqu'un au moment précis où le téléphone sonne, et... c'est lui, justement!  Quel "hasard"! Elle explique ces histoires extraordinaires de jumeaux souffrant tous les deux en même temps à des centaines de kilomètres l'un de l'autre. Elle explique toutes les  soi-disant "coïncidences", pourquoi on ne se sent pas bien dans certaines maisons, sans savoir pourquoi, pourquoi l'on a parfois d'étranges pressentiments que l'on ferait mieux d'écouter car en général ils se révèlent justes.Elle remet à l'honneur la phrase d'Eluard: "Il n'y a pas de hasard, il n'y a que des rendez-vous" qui régit toutes nos rencontres soi-disant fortuites.

Elle explique la réussite, ou l'échec, de certaines associations, en amour comme en amitié. Elle accorde une importance à l'impalpable, aux correspondances chères à Baudelaire, au "feeling" au ressenti, bref aux liens invisibles régissant l'univers entier, comme autant de poussières d'étoiles reliées entre elles par le même flux d'énergie,  elle remet en cohérence nos vies d'occidentaux trépidants avec les théories orientales du Feng- Shui, et du Yoga ou du Reiki. Elle explique des choses subtiles auxquelles  les cartésiens sont bien en peine d'apporter une explication, comme les brûlures guéries par les médiums par exemple. Là où un scientifique pur et dur ne verra dans la vie que hasard et nécessité, comme un âpre désert sans réel espoir, la synchronicité tisse les liens qui apportent l'envie d'aller plus haut et plus loin.
Ce n'est qu'une théorie mais elle fait rayonner ma vie depuis l'enfance, et je remercie mes parents de me l'avoir instillée jour après jour, sans avoir jamais lu  Lynn Grabhorn.

10 commentaires:

  1. Je n’avais jamais vu les choses ainsi mais pourquoi pas, à méditer pour moi.
    Sourire
    Bon week-end Cel

    RépondreSupprimer
  2. Je tends à penser comme toi. Bien sûr, les gens positifs ont les mêmes moments de poisse que les autres, mais ils y réagissent autrement. Ils prennent le coup en pleine poire et puis en font quelque chose: un ennemi, une cause pour laquelle lutter, un challenge.

    Les autres font d'eux quelque chose: le "mais pourquoi toujours moi?", la victime injustement choisie par le destin.

    Mais oui, il y a de ces petites choses qui indiquent "oui oui, c'est bien ça": la lettre de l'homme aimé que l'on rêve recevoir le 17 septembre et qui arrive le 17 septembre, le train que l'on rate et qui fait que dans le train suivant on rencontre quelqu'un qui, lui non plus, ne le prend jamais sauf ce jour là et puis ... et puis ...

    C'est beau de s'y abandonner, en tout cas!

    RépondreSupprimer
  3. Depuis des mois, j'ai sur ma table de chevet "Tristes Tropiques" de Claude Lévy-Strauss, bien décidée à le lire
    Cette semaine un soir je l'entame...
    je suis très vite séduite
    Le lendemain j'apprends sa mort...

    RépondreSupprimer
  4. Je savais que ma théorie avait quelques adeptes du nord au sud et d'est en ouest...

    RépondreSupprimer
  5. Je ne sais comment réagir: je crois en effet que les personnes positives entraînent les choses positives dans leur sillages, mais aussi parce qu'elles voient le bon côté des choses. Cependant, j'ai parmi des proches l'exemple opposés de personnes on ne peut plus optimistes et courageuses qui voient les déboires (très graves) s'accumuler... Mais je suis sûre que certaines personnes peuvent avoir une sensibilité telle qu'elles pensent l'une à l'autre au même moment, qu'elles ressentent les mêmes choses sans en parler etc. Et ça dépasse le purement rationnel. Pour le reste, ma raison résiiiiste, mais mon esprit répond: "bien sûr que c'est possible"! Bonne semaine!

    RépondreSupprimer
  6. Je n'ai pas dit que les personnes optimistes n'avaient jamais de déboires. Mais , comme le dit si bien Edmée, elles auront une façon de retourner la situation et de ne pas se laisser sombrer. Je suis sûre que tu en fais partie. Je ne voulais pas ,en tous cas, choquer ta sensibilité rationnelle.J'ai autour de moi des cartésiens purs et durs, je vis d'ailleurs avec l'un d'eux,, et c'est souvent source de débats houleux sinon passionnés sur deux conceptions de l'existence.Le mieux reste encore et toujours le "ni trop, ni trop peu" du juste milieu.
    Très bonne semaine chère Delphine.

    RépondreSupprimer
  7. C'est drôe, j'avais en tête de faire un billet sur les gens fatalistes et les positifs parce qu'en ce moment, je piaffe de voir certaines attitudes désabusées et d'entendre des plaintes de personnes négatives qui ne font rien pour que ça aille mieux, parce que ils ont pas de chance c'est tout ! Et quand tu parles des endroits où l'on ne se sent pas bien. Nous sommes allés il y a peu voir le chantier d'un cousin, en Grèce, terrain magnifique, vue magnifique, future maison magnifique et je n'ai eu qu'une envie, ficher le camp tellement j'avais l'estomac noué (deuxième fois que j'y vais, même sentiment à chaque fois). Monsieur le cartésien qui vit avec moi depuis fort longtemps et qui commence à me connaitre n'a rien dit (je crois qu'il finit par comprendre et peut être même qu'il devient moins cartésien) mais j'ai eu droit aux petits sourires ironiques de ma belle famille ;)) N'empêche que je n'irai jamais y passer une nuit !

    RépondreSupprimer
  8. Comme j'aime ce billet... voir le "bon" côté de toute chose, écouter "vibrer" soi et les autres autour, entrer en résonance avec un être, un lieu... si j'osais, je parodierais le célèbre acteur: être "aware", le coeur grand ouvert, surtout. Et sur tout. Sourire et se dire que l'optimisme booste l'espérance de vie.
    Il donne envie, ton livre... plaidoyer pour une pensée positive ? ça fait du bien à l'automne où les petits coups de blues sont de saisons...
    FD

    RépondreSupprimer
  9. @ms oui, les petits sourires ironiques sont de coutumes pour se moquer de ceux qui ont un sixième sens...et pourtant, c'est tellement vrai tout ça. Certains endroits nous donnent réellement envie de vomir, ou de fuir en courant, ou de hurler, et on ne "sait" pas pourquoi. On le sent, c'est tout. Je sens tes bonnes ondes rien qu'en lisant ce que tu écris, ça ne trompe pas.
    Quant à la chance, il faut aller la chercher parfois, et la saisir, ce qui n'est pas forcément facile.

    @FD merci oui je crois que toi qui lis à la vitesse grand V, tu pourrais jeter un coup d'oeil à ce livre, il a changé ma vie , tout simplement en confirmant noir sur blanc ce que j'ai toujours pensé.Ca m'a confortée dans l'idée que le bonheur est en nous.
    Un vrai coup de soleil!
    Bises

    RépondreSupprimer
  10. c'est tout à fait mon point de vue! je connais bien Murphy mais pas Lynn Grabhorn, alors merci, je vais m'y plonger.

    RépondreSupprimer

Je lis tous vos petits grains de sel. Je n'ai pas toujours le temps de répondre tout de suite. Mais je finis toujours par le faire. Vous êtes mon eau vive, mon rayon de soleil, ma force tranquille.
Merci par avance pour tout ce que vous écrirez.
Merci de faire vivre mes mots par votre écoute.